Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -40%
-40% sur les baskets Nike Court Royale (du 38,5 au ...
Voir le deal
32.97 €

Partagez
 

 Des terres minées à t'anéantir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Estarossa Sojiro
■ Age : 20
■ Messages : 117
■ Inscrit le : 18/07/2020

■ Mes clubs :
Des terres minées à t'anéantir DOAUR5R Des terres minées à t'anéantir FRFf7at


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Estarossa Sojiro
« Elève ; en 1ère année »
(#) Des terres minées à t'anéantir  Des terres minées à t'anéantir EmptyDim 11 Avr 2021 - 1:50

15 janvier 2017 ; à 17h

Estarossa s'était levé du pied gauche. Il était inexplicablement acariâtre en ce jour, comme si sa patience avait sauté le réveil pour la journée. Il était énervé pour des détails, des broutilles. Il ne trouvait rien pour le détendre ou l'empêcher de voir le monde en noir. Tout l'emmerdait, impossible d'y échapper. C'était un jour comme ça. La malchance s'enchaînait pour ne rien arranger. Le voilà devant une machine à laver qui semblait avoir cessé de fonctionner, comme ça, tout à coup. Problème : son linge était à l'intérieur et l'eau dans le tonneau ne se vidait pas. La machine n'était pas entrée en mode particulier, elle avait simplement planté. Ç'en était trop pour Estarossa. Il se tenait debout face à la machine et à tenter d'activer divers bouton, il n'avait plus de solutions douces en mire. Colérique, il s'emporta rapidement. Il donna plusieurs coups de pieds à la machine. Le dernier fut particulièrement violent et brutal.

Ouvre-toi, bordel !! criait-il.

---------------------------------

Des terres minées à t'anéantir CnmaMSY


Dernière édition par Estarossa Sojiro le Mer 14 Avr 2021 - 0:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seito Mori
■ Age : 29
■ Messages : 81
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Des terres minées à t'anéantir UvBe1PB


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Des terres minées à t'anéantir  Des terres minées à t'anéantir EmptyLun 12 Avr 2021 - 21:39

DIMANCHE 15 JANVIER 2017



Les jours défilent et se succèdent en apportant leur lot de bon comme de mauvais. Seito assimile et s'épanouit à sa façon. Au fil des rencontres, il apprend et se construit. Il découvre des facettes de sa personne qu'il ne connaissait pas et ça peut parfois être oppressant. La nuit dernière, il a fait des rêves étranges. Dans l'un d'eux, il se voyait tomber de très haut et pendant très longtemps. L'impact de la chute l'a réveillé en sursaut et trempé de sueur. Il n'essaye pas de chercher des explications rationnelles et préfére laisser son subconscient s'auto-gérer. Ou s'auto-ingérer, au choix. Cette nuit fantôme a laissé des traces vaporeuses sur son visage, il en ressort les traits tirés et l'esprit embrumé. Heureusement on est dimanche et il peut zoner comme il l'entend sans se prendre une remarque d'inattention en cours.

La journée se déroule au ralenti. Tout ce qu'il entreprend échoue purement et simplement. La motivation en berne, Seito retourne dans sa chambre après plusieurs heures d'errance dans la bibliothèque puis la salle commune. Son lit l'appelle mais il résiste à la tentation de s'y enfoncer jusqu'au lendemain. A court d'idées, il aperçoit la pile de linge sale qui traîne dans un coin au pied de son lit. Cette tâche ne requiert pas de compétence particulière et c'est très bien comme ça. Il fourre le tout dans un sac en toile, prend un livre pour patienter et enroule une écharpe autour de son cou. Il traîne alors sa carcasse jusqu'à la laverie. L'air vivifiant du dehors le surprend et c'est les joues rouges qu'il débarque dans la pièce. Il est précédé par un juron et s'arrête net en découvrant la scène de bataille. Amusé par la situation, il s'adosse contre l'encadrement de la porte et déclare :

« Tu t'es trompé de formule magique. T'as l'choix entre 'Sésame, ouvre-toi.' ou 'Alohomora'. » Il esquisse un début de sourire et s'avance dans la pièce. « Nan plus sérieusement, t'as essayé les boutons avant de frapper d'ssus ? » ajoute-t-il sur le même ton blagueur.

Il enjoint les paroles à la démonstration. Les vêtements dans le tambour, de la lessive dans le compartiment, il referme la trappe et appuie sur le bouton de démarrage. La machine à laver se met en branle alors qu'il s'assoit sur un banc.

« Tu vois, c'est comme ça qu'on fait. » professe-t-il avec un grand sourire cette fois-ci.




---------------------------------

Des terres minées à t'anéantir Seitom14
Revenir en haut Aller en bas
Estarossa Sojiro
■ Age : 20
■ Messages : 117
■ Inscrit le : 18/07/2020

■ Mes clubs :
Des terres minées à t'anéantir DOAUR5R Des terres minées à t'anéantir FRFf7at


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Estarossa Sojiro
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Des terres minées à t'anéantir  Des terres minées à t'anéantir EmptyLun 19 Avr 2021 - 11:07

Au point où il en était, Estarossa s'en fichait bien de donner un coup de pied de plus. Il s'y préparait et celui-ci serait terrible. Soudain, une voix vraiment agaçante vint s'ajouter à la situation déjà chiante. Il soupira par les narines, assez fortement d'ailleurs, puis tourna la tête vers cet huluberlu. Le ton employé par ce mec indiquait clairement un foutage de tronche. Il faisait le malin. Esta ne voulait pas spécialement réagir, il le regarda faire son petit manège de péteux. Comme par hasard et pour l'emmerder encore plus, l'inconnu était parvenu à relancer la machine. De quoi énerver Estarossa — même s'il se retenait, c'était fichu —. L'attitude du gars n'arrangeait rien. Il lui lançait un regard empli d'animosité, noir et sévère comme tout. Après qu'il eut fini de la ramener avec son sourire à la con, Estarossa redonna un coup de pied à la machine. Certes moins violent que prévu mais un coup de pied quand même. Un fracas de plus.

Il se tourna vers l'inconnu, le scruta silencieusement avant de cracher finalement son venin ingrat.

Et toi t'as pas un bouton OFF pour la fermer ?

Aucun respect, aucune courtoisie. Il n'était pas d'humeur et son intervention ne lui avait servi à rien de plus qu'à l'exaspérer davantage. Ce mec était une autre conséquence de cette journée maudite, maladroite.

---------------------------------

Des terres minées à t'anéantir CnmaMSY
Revenir en haut Aller en bas
Seito Mori
■ Age : 29
■ Messages : 81
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Des terres minées à t'anéantir UvBe1PB


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Des terres minées à t'anéantir  Des terres minées à t'anéantir EmptyMar 20 Avr 2021 - 23:31

DIMANCHE 15 JANVIER 2017



La réponse est si parfaite que Seito éclate de rire aussitôt. Il est bavard, c'est un fait qu'il ne peut nier. On l'a surnommé de biens des manières et il a été réprimandé par bien d'autres mais jamais aussi franchement et d'un ton aussi sec. D'abord surpris, il est ravi d'avoir eu du linge à laver. Ses caleçons ont clairement sauvé sa journée, il faudra qu'il en informe Iroka-chan. Plutôt que de s'offusquer, il continue à rire.

« On m'l'avait jamais faite celle-là ! » s'exclame-t-il.

L'adolescent dénoue son écharpe et la pose sur le banc. Il ne sait pas si c'est la présence des machines et plus particulièrement des sèche-linge mais il fait sacrément chaud dans cette pièce. Son livre entre les mains, il fait glisser les pages entre ses doigts machinalement. Ce faisant son regard croise celui du garçon. Sa mine austère alimente une nouvelle tentative de blague :

« Attends, t'as regardé la machine à laver avec ce regard-là ? Tu m'étonnes qu'elle soit en PLS, la pauvre. Elle a tremblé puis plus rien, c'est ça ? »

Déposant le livre sur l'écharpe, Seito se relève et décide d'aider le plus jeune. Disons plutôt que l'idée de l'aider lui effleure l'esprit. Il s'approche de la machine doucement et triture deux-trois boutons sans grand espoir. La machine ne bronche pas, il fronce les sourcils. Posant son regard sur les pieds du garçon et prévoyant qu'il réitère sa maltraitance, le japonais déclare :

« Frappe-la encore une fois et c'est toutes les machines qui vont s'arrêter en signe de protestation. Et alors va expliquer ça au concierge. Bonne chance. »

Il hausse les épaules et se retourne en direction du banc. Il y saisit son livre avant de se rasseoir, en tailleur cette fois-ci. Le marque-page entre les doigts, il ouvre l'ouvrage au troisième chapitre et en lit la première phrase. Prometteuse. Il esquisse un sourire satisfait et repose son regard sur l'inconnu.

« Tu veux que j'lui fasse la lecture pour la calmer ? » demande-t-il.




---------------------------------

Des terres minées à t'anéantir Seitom14
Revenir en haut Aller en bas
Estarossa Sojiro
■ Age : 20
■ Messages : 117
■ Inscrit le : 18/07/2020

■ Mes clubs :
Des terres minées à t'anéantir DOAUR5R Des terres minées à t'anéantir FRFf7at


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Estarossa Sojiro
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Des terres minées à t'anéantir  Des terres minées à t'anéantir EmptyLun 26 Avr 2021 - 17:15

Estarossa détestait les gens comme lui. Des grandes gueules qui parlaient trop, qui plus on cherchait à les intimider, plus elles devenaient imbuvables. Esta soupirait longuement en écoutant l'autre bavard la ramener toujours plus. Il lutta contre une envie dingue de lui enfoncer un linge dans la gorge pour qu'il la boucle. Il se détourna de lui avec méfiance lorsqu'il s'approchait pour actionner quelques boutons de la machine. Il avait ce mouvement de recul, légèrement à l'opposé, comme si sa proximité le dérangeait — il le regardait alors sur le côté —. Cela ne dura pas, heureusement mais le malaise était palpable et Estarossa ne le cachait pas. Il n'aimait pas ce type, ces manières, son phrasé. Tout.

Esta laissa la machine finir son œuvre, se disant qu'elle finirait bien s'arrêter à un moment donné. Les paroles condescendantes du mec n'eurent aucun effet dissuasif sur Estarossa. Au contraire, cela lui donnait encore plus envie de frapper en s'imaginant que la machine était la tête de cet allumé. Il donna des petits coups de pieds répétés, à intervalles réguliers, montrant son impatience. Il soufflait par les narines, las de cette situation. Il voulait juste s'en aller avant de commettre un meurtre.

Puis le gars se remettait à parler. Estarossa tourna sa tête vers lui, de biais, lui échangea ce regard absolument antipathique, presque dégoûté. Il s'approcha de lui, doucement, tranquillement, et s'arrêta juste devant. Il tapa le livre qu'il tenait dans ses mains, par en dessous, pour lui faire lâcher.

Tu lis quoi là ? disait-il, hostile. Parce qu'en fait t'es un grand comique toi, j'pourrais penser que tu répètes tout seul une pièce de théâtre à la con, comme un bouffon.

---------------------------------

Des terres minées à t'anéantir CnmaMSY
Revenir en haut Aller en bas
Seito Mori
■ Age : 29
■ Messages : 81
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Des terres minées à t'anéantir UvBe1PB


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Des terres minées à t'anéantir  Des terres minées à t'anéantir EmptyLun 26 Avr 2021 - 22:27

DIMANCHE 15 JANVIER 2017



Seito voit bien qu'aucune de ses blagues ne fait mouche. Il sait qu'il devrait s'arrêter là mais le démon perché sur son épaule droite lui souffle d'essayer une toute dernière fois. Peut-être n'a-t-il pas encore trouvé les bons mots ? Ceux qui parviendront à illuminer le visage du garçon et le récompenser d'un sourire enjoué. La tâche pourrait paraître simple mais déjà, en apparence, elle ne l'est pas. La tête de six pieds de long qu'il arbore actuellement en est la preuve. Le japonais ne se démonte pas pour autant. Un public difficile, ce n'est pas la première fois qu'il s'y frotte. Ce dégoût qu'il lit dans ses yeux lui fait ravaler lentement son sourire. Il a soudain un léger doute sur les intentions du garçon alors que ce dernier s'approche lentement de lui. Son pas est calme et mesuré, presque surjoué. Seito retient son souffle quand il s'arrête face à lui et se retient de l'ouvrir prématurément.

Une fois n'est pas coutume, il tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Un, deux. Il a dans son répertoire une multitude de choix qu'il est loin d'avoir épuisé. Trois, quatre. Plus important, il essaye toujours de s'adapter à son audience, à accorder son thème si on lui donne du répondant. Cinq, six. Et voilà que ce garçon lui tend une perche. Sept. Son cerveau s'illumine comme un sapin le jour de Noël. Il se fiche pas mal que son livre – Les Hauts de Hurle-Vent d'Emily Brontë – soit tombé au sol sous la pression malveillante de son interlocuteur. Tout autant qu'il ignore le ton méprisant qu'il emploie en s'adressant à lui. Parce qu'une bonne bouffonnerie, quand elle se gausse des moqueries, il convient de l'accueillir sans ambages.

« Il parle ! Oh ! » s'exclame-t-il aussitôt.

La position assise ne convient pas à la tirade qu'il s'apprête à déclamer. Elle mérite plus de respect et plus de panache. Il hésite un temps – à peine une fraction de secondes – sur la meilleure approche. Finalement il se relève et s'écarte d'un pas sur le côté. Il fait appel à ses souvenirs et, contre toute attente, pose un genou au sol. A présent agenouillé, il relève la tête et plante son regard dans celui du garçon. Il inspire et poursuit :

« Parle encore, ange resplendissant ! Car tu rayonnes dans cette nuit, au-dessus de ma tête, comme le messager ailé du ciel, quand, aux yeux bouleversés des mortels qui se rejettent en arrière pour le contempler, il devance les nuées paresseuses et vogue sur le sein des airs. »

Un ange passe. Le silence a beau duré quelques secondes, ce sont quelques secondes de trop aux yeux de Seito. Se pourrait-il que le garçon n'ait pas la référence ? L'adolescent fronce les sourcils et tente, à travers ses yeux, de faire comprendre à l'autre que c'est à lui. A lui de donner la réplique évidemment !

« Et là, t'es censé dire... » l'enjoint-il à s'exprimer. Oh quand même, toujours pas ? Il est justement parti sur un classique exprès. Il ne lui laisse pas le temps de reprendre ses esprits. Il enchaîne d'une voix suave :

« Ô Seito ! Seito ! Pourquoi es-tu Seito ? Renie ton père et abdique ton nom ; ou, si tu ne le veux pas, jure de m'aimer, et je ne serai plus un... » Ah tiens, c'est vrai ça, ils ne se sont pas présentés. L'occasion fait le larron comme on dit. Il n'est soudain pas sûr de l'emploi de cette expression dans ce contexte. Qu'importe. « ...euh, c'est quoi ton nom d'famille ? » demande-t-il pour que la tirade soit complète.




---------------------------------

Des terres minées à t'anéantir Seitom14
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Des terres minées à t'anéantir  Des terres minées à t'anéantir Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Des terres minées à t'anéantir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Dehors ; Le campus :: Le bâtiment Yamanaka :: Laverie-
Sauter vers: