-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony MDR-1AM2
129 € 220 €
Voir le deal

Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 50
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Mer 19 Mai 2021 - 23:21




Les livres ont-ils la cote ?
Ikuko & Yukio


[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Biblio10

Yukio était d'un calme olympien. Assis devant sa table de travail avec l'assurance d'un dieu antique ayant confiné les titans au Tartare, il réfléchissait dans un silence absolu à la meilleure manière d'évoquer le concept historique de sphère de co-prospérité de la grande Asie Orientale sans faire trop compliqué. La chose n'était pas aisée, et la concentration dont faisait preuve le professeur semblait figer l'atmosphère qui l'entourait.

La bibliothèque était un lieu idéal pour travailler. Entourés de milliers de livres et d'un air chargé de sagesse, les élèves, étudiants et professeurs pouvaient trouver en ce lieu le sanctuaire nécessaire à leurs introspections relatives et à leur éveil intellectuel. Du haut de ces étagères emplies de milliers de lignes encrées, les siècles dominaient les humbles mortels, dont le passage entre ces murs était aussi éphémère que la combustion d'une amulette perdue au centre d'un blizzard tournoyant.

Yukio aimait cet endroit, même si toutes et tous n'étaient pas aussi respectueux du lieu que lui. A peine arrivé, ses quelques séances de travail et de documentation avaient laissé au professeur un goût amer: d'impudents élèves avaient eu l'audace de vomir dans ce saint des saints des chuchotements tels des vandales en plein sac de Rome. L'historien en restait meurtri, comment pouvait-on oser ?

Heureusement pour le salut de sa patience, Yukio n'avait eu à déplorer aucun comportement inadéquat depuis le début de sa séance du jour. Le bon sens semblait être de nouveau tombé sur les masses comme par l'action d'une Manjushri reconquérante, portée par celui qui en ces murs était dorénavant son champion. La quiétude et la paix emplissaient l'air avec volupté, et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Du moins, tout allait bien jusqu'à ce moment précis, où le frêle équilibre entre les forces de l'univers vola en éclat, brisé par l'imperfection des humains aux mœurs impatientes et aux pulsions destructrices: quelque part dans cette bibliothèque, quelqu'un s'énervait, et ça s'entendait. Dans le silence éternel des espaces infinis, on n'entendait même que ça. La chose était comparable au bourdonnement d'un moustique par une nuit sans Lune. Les petits bruits d'énervement résonnaient, s'insinuant et se propageant à l'intérieur de la grande pièce comme autant de serpents dans l'esprit du jardin d'Eden.

Yukio fut sorti de sa transcendante séance de réflexion. Il fallait agir, il était le gardien de ces lieux, le héraut d'Athéna et le vicaire de la bibliothécaire visiblement partie en salle de pause. Agacé par le comportement du contrevenant présent quelque part dans la bibliothèque, le professeur écrivit d'un geste dépité sur la feuille qui lui faisait face:



"Il y a des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques ont un harem..."



Citer Victor Hugo lui arracha un sourire. Rassuré et redescendu de son emphatique agacement, il se leva, réajusta son costume et entreprit de chercher l'origine de tout ce raffut. Le coupable allait passer un sale quart d'heure, sauf si c'était un hamster roux ou un bébé corgi, être kawai constituait une cause d'irresponsabilité pénale, c'était évident.







A l'université ; 1è année
Ikuko Ninagawa
■ Age : 23
■ Messages : 343
■ Inscrit le : 12/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ikuko Ninagawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Jeu 20 Mai 2021 - 9:41
Les livres ont-ils la cote ?
dans la bibliothèque
feat Yukio Ogawa
Ikuko a trop attendu. Au début du mois, son professeur d’arts plastiques a demandé à chaque élève de la classe de travailler sur un exposé. Un mois, ça devrait être suffisant pour effectuer des recherches précises, avait-il dit. La date butoir, c’est en fin de cette semaine et pour Ikuko, un mois, ça n’avait pas été suffisant. Elle a repoussé le travail encore et encore, tout ce qui demande trop d’attention, c’est difficile pour elle. Quelle idée aussi de faire des exposés en arts plastiques, elle ce qui l’intéresse, c’est de produire des peintures, des sculptures, mais des exposés…

Alors, elle s’était obligée à aller à la bibliothèque, malgré le temps agréable dehors et la lumière fantastique. Elle aurait fait de superbes photographies.

Concentre-toi !

Murmure-t-elle à elle-même. La bibliothèque, quel enfer pour Ikuko, qui ne tient jamais en place, qui n’aime pas être assise plus de trois minutes et qui en plus, déteste le silence. Ici, on pourrait entendre une mouche voler. Affreux. Mais il faut se concentrer. La jeune étudiante a ouvert un cahier, encore vierge de notes, si ce n’est un titre, mal écrit : “Les arts et les sciences”. Quel ennui, quel gouffre aussi. Elle aurait préféré travailler sur quelque chose de défini, le surréalisme, la couleur bleue, quelque chose qui existe sur la tranche des livres. Mais dans le rayon “arts plastiques”, rien ne semble mentionner “arts et sciences”. La colère monte. Très vite. Trop vite. Et Ikuko le sait, cette colère est violente et intenable. Elle respire, doucement, essaye de se calmer, mais le sentiment a raison d’elle. Elle attrape un livre, qui semble général.

Calme-toi Ikuko, calme-toi, tu vas trouver quelque chose dans ce livre. Tout va bien.

Mais tout ne va pas bien. Elle ne chuchote même plus, elle parle. Elle voit bien les regards noirs qui se posent sur elle, mais tant pis. La colère monte et la honte aussi, peut-être même la peur de rater. Une bouillie de mauvaises choses. Ikuko passe les chapitres, à vrai dire, elle ne lit pas vraiment, elle essaie juste de trouver le mot “science” caché dans tous les autres. Mais rien n’y fait. Elle ferme le livre sans être plus avancée. Evidemment, elle s’y prend mal, elle n’a jamais vraiment appris comment rechercher efficacement quelque chose d’aussi spécifique. Les arts et les sciences, ça ne se mêle pas si souvent. Ce n’est pas un sujet facile. Elle a l’habitude, elle,  de choisir des sujets simples, clairs, qui lui parlent. Les sciences, ça ne lui parle pas.

Alors, la colère a raison d’elle. Elle lance le livre, l’abîme sur la tranche. Aïe, ça risque de lui coûter un peu d'argent. Elle fait tomber un autre livre en s’accrochant à l’étagère, sa tête tourne. Puis, elle se met à gesticuler, battre des jambes et des pieds. Elle serre les dents si fort pour ne pas crier qu’elle en a mal à la mâchoire. Mais la colère est plus forte que tout. Alors, finalement, ses lèvres s’ouvrent et en sortent de multiples insultes auto-dépréciatives. Une fois qu’elle a tout crié, elle se laisse tomber sur le sol, les larmes glissant sur ses joues. Elle risque d’avoir une bien mauvaise note.  




---------------------------------

Ikuko Ninagawa.Parle en japonais en #3399cc et en anglais en #cc6699.
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 50
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Jeu 20 Mai 2021 - 17:01




Les livres ont-ils la cote ?
Ikuko & Yukio


[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Biblio10

Yukio, guidé par les bruits de plus en plus surprenants, se rapprocha peu à peu de la source de tout ce trouble qui lui écorchait les oreilles comme une fraiseuse de dentiste un peu trop joviale. Sentant qu'il parvenait à l'origine du problème, il déboula entre les rayonnages concernés avec l'assurance d'un policier certain de tomber sur un flagrant délit, prêt à dégainer au moindre geste suspect. Alors que le professeur s'attendait à tomber sur des loubards de bas étage en pleine rixe, il fut surpris de tomber sur tout autre chose. Devant lui, une jeune fille au style extravagant se trouvait effondrée au sol, pleurant à chaudes larmes et affublée d'un visage qui renvoyait la même impression de désespoir que celui d'un condamné à mort.

Le premier réflexe de Yukio se manifesta sans attendre: cette jeune fille venait visiblement de se faire agresser par des voyous. Les salopards, agresser des jeunes filles en pleine bibliothèque, le monde était en pleine dérive, c'était de pire en pire. Le jeune professeur se précipita au chevet de l'étudiante. Ils avaient dû la frapper avec une violence peu commune: la petite semblait en état de choc. Au sol, autour d'elle, un livre écorné faisait office de victime collatérale. Ces pendards s'en étaient même pris à un livre innocent sans même une hésitation, tas de vauriens.

S'accroupissant pour mieux observer l'état de la jeune fille, Yukio posa sur son épaule une main compatissante. D'un ton inquiet et pressé, il posa la première question qui lui passait par la tête:


-Mademoiselle, vous n'êtes pas blessée ? Par où sont-ils partis ? Si vous me le dites rapidement, je pourrai prévenir la sécurité du campus !



Sa phrase déroulée comme une partition rythmée, le professeur s'aperçut néanmoins que quelque chose ne collait pas. Il était arrivé par le côté où pouvait également se trouver l'entrée de la bibliothèque. Dans la direction opposée, aucune sortie n'était véritablement accessible. Si les agresseurs étaient partis par là, ils se seraient trouvés bloqués presque immédiatement. Soit les fripons s'étaient littéralement envolés, soit le seul responsable de toute cette affaire ne se trouvait être autre que la demoiselle haute comme trois pommes à genoux qui lui faisait face. Cependant, cette dernière hypothèse était assez dérangeante: une petite chose comme ça ne pouvait pas être à l'origine de tant de vacarme, non ?





A l'université ; 1è année
Ikuko Ninagawa
■ Age : 23
■ Messages : 343
■ Inscrit le : 12/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ikuko Ninagawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Jeu 20 Mai 2021 - 19:38
Les livres ont-ils la cote ?
dans la bibliothèque
feat Yukio Ogawa
Le malheur continue. Evidemment, avec tout ce bruit, Ikuko allait attirer du monde. Elle s’imaginait voir une vieille bibliothécaire mal lunée qui l’incite à se taire, le doigt sur les lèvres, ou encore un camarade de son âge, râleur, voire peut-être un peu moqueur. Mais pas ça. Pas un professeur au regard inquiet.

Mademoiselle, vous n'êtes pas blessée ? Par où sont-ils partis ? Si vous me le dites rapidement, je pourrai prévenir la sécurité du campus !

Et il fallait que ce soit un professeur sérieux et consciencieux ! Qui, en plus, s’imagine une scène fictive dans laquelle Ikuko serait la victime. Eh zut ! Comment expliquer ce raffut, sans avoir l’air absolument ridicule. Pourtant, elle sait que ça n’a aucun sens. Normalement, quand on est en colère ou énervé, on n’agit pas comme ça. On respire deux minutes, on sort, on s’aère, et on recommence, et tout va pour le mieux. Pourquoi, pourquoi elle devait toujours réagir ainsi ? Excessivement ? Pourquoi être si explosive ?

Ikuko relève les yeux, depuis le sol, le professeur semblait si grand. A cet instant, elle se sent comme une petite fille. Honteuse, aussi. Elle prend une grande respiration, appréhendant son discours, sèche ses yeux encore humides de larmes et se lève. Avant toute chose, elle se penche, dans une courbette à plus de 90 degrés. Elle récite son texte dans cette position, tentant de se montrer pleine d’humilité.

Je suis terriblement désolée monsieur. Voyez-vous, il n’existe pas de voyou ici. Enfin, je n’en ai pas croisé. Je me suis énervée, comme une idiote. C’est que je ne trouvais pas ce que je cherchais. Je n’aurai pas dû réagir ainsi. Désolée.  Mais je ne vais pas vous déranger plus longtemps, monsieur. Je vous promets, je vais tout ranger. Et je disparais !

Ikuko reste quelques secondes dans cette position avant de se relever. Elle ne veut pas croiser le regard du professeur, alors elle garde la tête baissée, elle a trop peur de sa réaction. Elle récupère le livre tombé au sol et le tient fort contre sa poitrine. Qui sait de quoi est-il capable ? La disputer, lui coller un avertissement, avertir le conseil de discipline, être renvoyée, lui tirer les oreilles... brrr. Cette dernière idée fait frissonner Ikuko.




---------------------------------

Ikuko Ninagawa.Parle en japonais en #3399cc et en anglais en #cc6699.
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 50
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Ven 21 Mai 2021 - 22:36




Les livres ont-ils la cote ?
Ikuko & Yukio


[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Biblio10

La jeune fille affichait un air contrit et confus. Courbée comme un roseau pris dans une bourrasque, elle se confondait en excuses, avouant les faits devant l'autorité comme une petite frappe mal dégrossie effrayée par son premier interrogatoire de police. On ne s'auto-incriminait pas comme ça enfin, quel gâchis. Prostrée dans une courbette qui donnait l'impression à Yukio d'être quelque monarque absolu des siècles passés, l'étudiante se raccrochait à son livre écorné comme un coquillage à son rocher. De manière assez évidente, la pauvre n'osait se redresser de peur de croiser le regard du professeur.

Yukio avait envie d'être dur et donner une bonne leçon de morale pour marquer le coup, mais le comportement radical sous tous aspects de cette fille l'intriguait. Les gens aussi extravagants, ça ne courrait pas les rues, et encore moins les couloirs de bibliothèque. D'une façon assez comique, l'étudiante affichait un air de résignation dirigé contre elle-même, semblant se maudire pour son manque de self-contrôle. L'ensemble du tableau dépeignait une sorte de semi-sauvageonne en voie de rédemption à l'air plutôt attachant, ce qui amusait beaucoup le professeur. D'une certaine manière, tous les humains sur Terre se trouvaient dans une situation semblable à celle de cette fille, à lutter constamment contre leurs penchants inavouables, leurs pulsions et les mauvais côtés de leur caractère, y cédant souvent. La différence se trouvait dans la manifestation du phénomène chez la dame aux cheveux colorés: elle ne paraissait pas capable de se contrôler sur l'instant, et ses mauvais penchants étant ostentatoires, devait avoir appris à réciter des excuses comme autant de prières sacrées connues par cœur.

Yukio n'y arrivait pas, le comportement de la petite n'était pas assez malhonnête, impossible d'être méchant sans culpabiliser, et quand bien même une faute avait clairement été commise. Le professeur se porta à son niveau, ce qui lui fit mettre un genou à terre: déjà que l'étudiante n'était pas bien grande, mais le fait d'être courbé au point qu'on puisse se demander si l'ambition n'était pas de coller le front au sol, n'arrangeait rien. Il tenta de se donner une contenance en prenant une voix grave, mais il parvenait mal à camoufler son amusement:


-Allons allons, n'en rajoutez pas, vous n'avez encore tué personne, enfin du moins pas en ma présence. Tenir ce livre contre votre poitrine ne vous fera pas apprendre plus vite son contenu, vous devriez desserrer vos bras, je ne suis pas sûr qu'un quelconque objet inanimé puisse mériter d'être autant étreint par quelqu'un de votre âge.

L'aidant à se relever et essayant de croiser son regard, le professeur ajouta d'un air docte et passionné, le visage calme et le regard bienveillant:


-Dites-moi plutôt ce que vous cherchez, vous avez visiblement plus un problème de méthode que de motivation.






A l'université ; 1è année
Ikuko Ninagawa
■ Age : 23
■ Messages : 343
■ Inscrit le : 12/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ikuko Ninagawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Sam 22 Mai 2021 - 19:47
Les livres ont-ils la cote ?
dans la bibliothèque
feat Yukio Ogawa
Et la brimade tant attendue n’arrivera jamais. Ikuko a du mal à y croire, elle va de surprises en surprises avec ce professeur. Après tout, elle ne le connaît pas, elle ne sait même pas son nom. Mais sa prestance, sa taille, et peut-être aussi son air sérieux, la décontenance. Comment peut-il rester aussi calme ? Et surtout, aussi compréhensif ? Quelque chose ne va pas. Certainement pas. Ikuko aurait bien envie d’y croire, mais elle a eu l’habitude dans son parcours scolaire de se frotter à des professeurs moins sympathiques. Pas tyranniques non plus. Juste, peu sympathiques. Alors, dans un premier temps, elle continue de fuir le regard de l’homme.

La situation est comique, même absolument ridicule. Il se passe quelques secondes pendant lesquelles Ikuko ne semble absolument pas pouvoir se résigner à croire à la bienveillance du professeur. Alors, la jeune étudiante serre son livre de plus en plus fort. Bientôt, il va fusionner avec elle. C’est une bouée, quelque chose à quoi se rattacher. Mais l’homme ne semble pas vraiment vouloir lâcher l’affaire. Mais pourquoi ne la laisse-t-il pas simplement seule ?! Ne serait-ce pas plus simple de repartir s’occuper d’élèves plus studieux, plus demandeurs ? Ikuko, elle n’a rien demandé, elle voulait juste faire son exposé toute seule. Un échec, oui. Mais elle n’a rien demandé.

Et soudain, elle entend un petit soupir, presque rien du tout. Le professeur se lasse-t-il de cette scène invraisemblable ? Certainement. Peut-être était-il vraiment sincère ? Il semble se relever, abandonne-t-il ? Ikuko panique. Et si elle laissait partir quelqu’un qui pouvait vraiment l’aider ? S’il était vraiment bienveillant ? Elle a toujours un exposé à faire, n’a pas du tout avancé dessus. Elle doit se remettre au travail, urgemment ! Donc, soudain, elle change brusquement de comportement, et d’allure. L’étudiante se redresse complètement. Toute droite ! Et clame, un peu trop fort :

Attendez !

De plus en plus invraisemblable, mais ça fonctionne. Ikuko ancre son regard dans celui du professeur, qui n’est pas encore totalement parti.

Je voulais y arriver seule. Mais je n'ai pas réussi. Je dois faire un exposé, histoire de l’art, mon sujet c’est le rapport entre les arts et les sciences. Je suis dépassée. J’l’admets !  Sur aucune tranche des livres il n’y a écrit ses deux mots. Du moins pas ensemble. Alors je ne sais plus quoi faire, j’aimerais bien faire les choses bien, vous comprenez ?

Son regard brûle de détermination. Ikuko, qui semblait si fragile, est maintenant présente, ancrée, prête à demander de l’aide. Donc, comme un aveu :

Aidez moi, s’il vous plaît.




---------------------------------

Ikuko Ninagawa.Parle en japonais en #3399cc et en anglais en #cc6699.
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 50
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Sam 22 Mai 2021 - 23:07




Les livres ont-ils la cote ?
Ikuko & Yukio


[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Biblio10

La jeune fille était désormais droite comme un piquet de tente, débitant avec un regard assuré des explications sur les difficultés qui l'avaient plongé dans un état second. C'était donc cela ? Une simple histoire d'exposé ? Il n'en fallait pas plus ? Yukio aurait aimé prendre autant les choses à cœur dans sa jeunesse, il n'avait jamais été aussi investi émotionnellement dans ses études. Non pas que son air désabusé transcrive de manière honnête une indifférence totale du professeur vis-à-vis du monde qui l'entourait, mais pleurer pour un exposé, voilà qui ne lui était jamais arrivé. L'étudiante qui lui faisait face et soutenait son regard avec la dureté de l'airain devait se mettre une de ces pressions... Yukio divagua l'espace d'un instant, il s'en serait bien servi une, de pression. Les yeux incandescents du petit bout de femme qui lui faisait face eurent tôt fait de le ramener de sa rêverie momentanée. Soutenant l'échange de lignes de vue avec l'étudiante, il relança d'un ton amusé:

-C'est tout ou rien avec vous hein ?

Elle demandait son aide, il n'allait quand même pas la laisser patauger dans ses nerfs, elle pourrait se remettre à pleurer, et puis c'était demandé avec tant de conviction. On sentait que les mots avaient été difficiles à formuler. Demander secours en face à face était assez terrifiant il faut dire, c'était un peu comme se mettre à nu et s'en remettre à autrui. Un exposé d'histoire de l'art, voilà qui était surprenant. Ce paltoquet de Gareth avait encore fait un coup de nodocéphale dont il avait le secret. Envoyer des étudiants de première année préparer un exposé sur un sujet complexe sans même leur filer une fiche méthodologique, ça lui ressemblait bien. Une grande perche fantasque sans aucune rigueur, voilà ce qu'était le professeur Kobayashi.

Remettre en cause la pratique pédagogique de son collègue en public était tentant, Yukio se mordit la langue pour éviter de dépasser les bornes, puis se dépêcha d'enchainer pour éteindre son agacement par l'action:


-Évidemment que je vais vous aider, on ne laisse pas une demoiselle en détresse au milieu d'une bibliothèque, avec un livre écorné pour seul compagnon, surtout s'il s'agit d'un ouvrage aussi médiocre. Pour ce qui est de l'art, je ne suis pas un spécialiste, mais pour ce qui est de l'histoire et de trouver des bouquins intéressants, c'est encore mon domaine, je devrais parvenir à vous aider.

Le professeur attrapa sans ménagement la jeune fille par la manche, et d'un geste ferme, l'amena à s'asseoir devant l'ordinateur situé six mètres plus loin, en bout de rangée. Profitant de la surprise de l'étudiante pour dégager le pauvre livre abimé des bras qui l'emprisonnaient, il démarra l'ordinateur du genou en montrant à sa disciple une petite étiquette située sur la tranche du volume:


-Ce qui est intéressant sur la tranche d'un livre, ce n'est pas son titre, souvent pompeux, c'est la cote ! Vous voyez cette suite de lettres et de chiffres sur l'étiquette ? C'est l'adresse du livre. Et quand on cherche l'adresse d'un endroit, on consulte une invention remontant au 19ème siècle et qu'on a un peu modernisé depuis, j'ai nommé l'annuaire.

Le timing était parfait, l'ordinateur venait de sortir de sa torpeur en faisant briller son écran d'une lumière aveuglante. Penché par dessus l'épaule d'Ikuko, Yukio continua sur sa lancée, en phase avec son élément:

-L'annuaire des livres de la bibliothèque est très bien fait, il associe notamment à chaque ouvrage des mots clés relatifs au contenu des œuvres. Tout ce qu'on a à faire, c'est rentrer les mots "histoire", "arts" et "sciences" dans le moteur de recherche du catalogue numérisé, et le logiciel nous donnera la cote des livres susceptibles d'être intéressants.

Se penchant vers l'étudiante qui n'avait toujours pas répliqué, le professeur lança affectueusement:

-Vous suivez ou je parle latin ?






A l'université ; 1è année
Ikuko Ninagawa
■ Age : 23
■ Messages : 343
■ Inscrit le : 12/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ikuko Ninagawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Lun 24 Mai 2021 - 22:39
Les livres ont-ils la cote ?
dans la bibliothèque
feat Yukio Ogawa
Tout ou rien, ça résume bien Ikuko. A cette question, qui n’appelle de toute manière sûrement aucune réponse, Ikuko se contente de pincer ses lèvres. Il n’y a pas vraiment besoin de se justifier. En effet, elle est extrême, changeante, mais cela fait en partie son charme. Au moins, avec elle, c’est certain, il n’y a pas de routine. Même si à force, ses quelques amis proches s’y habituent et ne se formalisent même plus des soudains changements d’humeur. Comme quoi, on se fait à tout.

Les yeux de l’étudiante  étaient ronds, brillants, grands-ouverts, prêts à écouter tous les conseils de l’aîné. D’habitude, et ce pour conserver son attention, elle prend des notes en cours, beaucoup de notes. Cela lui permet, lorsqu’elle divague un peu dans ses pensées, de garder une trace de ce qu’il s’est dit. Petit à petit, sa main s’est comme désolidarisée de son esprit, et c’est comme si une partie d’elle pouvait écrire sans y prêter attention. Pratique, les jours où les pensées fusent. Mais là, tout de suite, pas de carnet, alors elle fait des efforts pour bien écouter. Alors, comme ça, le livre qu’elle tenait était médiocre ? Ikuko se sentait encore plus bête d’avoir été aussi ébranlée par son contenu.

Puis, Yukio la tire vers son poste. Ikuko est surprise, le regard soudainement porté sur sa manche. Elle n’a pas vraiment l’habitude du contact, mais elle se laisse faire. Le professeur semble de bonne volonté, sérieux, et a priori aidant. Elle s’assoit comme une poupée de chiffon sur son fauteuil. Plus de livre non plus, auquel se raccrocher. Ikuko se laisse faire. La surprise, peut-être, ou le confort d’être guidée, la rassure et la console. Et, sagement, elle l’écoute. Elle ne tiendra pas longtemps, aussi attentive, mais pour le moment, elle suit.

La cote...

Chuchote-t-elle, comme pour tenter de mémoriser le mot. Évidemment, elle sait ce qu’est une cote, elle a réussi ses examens de lycée plutôt brillamment. Mais à cette époque c’était plus simple, tout était si guidé, au contraire de l’université dans laquelle le travail est davantage personnel. Surtout, Ikuko a des difficultés à comprendre la masse de travail demandée. Elle n’est qu’en première année, mais elle se met une pression digne d’un étudiant en fin de cycle. Et la voilà perdue dans ses pensées, à réfléchir aux devoirs du lycée, au confort du petit bâtiment et de ses camarades souvent enclins à l’aider. Alors, elle loupe ce que Yukio dit. Si seulement elle avait pu tout noter ! Son attention revient soudainement lorsqu’elle entend, l’un après l’autre, les mots “arts” et “sciences”. Combien de temps elle avait loupé ? Son regard passe de l’ordinateur, au regard du professeur, à l’ordinateur, sans savoir dans quoi s’ancrer.

Eh bien.. La cote. Plus importante que le titre !.

Elle sonde les yeux du professeur. Raté. Il a sûrement dit plein de choses depuis la cote. Ikuko regarde de nouveau l’ordinateur pour analyser ce qu’il se trouve devant elle. Le site de la bibliothèque, avec un moteur de recherche, plusieurs champs possibles, certainement de quoi classifier les informations recherchées. Ikuko, elle ne suit pas, mais elle comprend vite. Alors, elle reprend, avant de passer pour une idiote.

Si je comprends bien, monsieur. Ce site, là, il me permet de chercher de manière plus restreinte et efficace qu’en regardant dans la rangée de bouquins ! De livres, pardon ! Elle prend une légère pause, et rentre consciencieusement les mots “arts”, “histoire” et “sciences” dans le champ “mots clés”. Et maintenant, je lance la recherche...

L’ordinateur mouline, la page s’actualise, et une liste s’affiche. C’est super, un logiciel de catalogage, mais le souci d’Ikuko, c’est la variété de ses mots clés. Apparemment, les recherches ne prennent pas en compte les références possédant les trois mots clés, mais plusieurs variations qui couplent histoire, art et science. Dans la liste on trouve, pêle-mêle, un ouvrage sur l’évolution des microscopes depuis Antoni van Leeuwenhoek jusqu’au numérique, un autre sur l’histoire de l’art romantique. Et très vite, Ikuko perd patience.

Mais monsieur… J’ai bien fait, dites-moi ? Il  y a encore plus de livres, je ne vais pas m’en sortir !

Ikuko se tourne, un peu désolée, un peu embêtée, vers le professeur. Peut-être qu’elle s’est trompée, avec cette histoire d’annuaire. Elle tire un peu sa chaise pour laisser le professeur se rapprocher de l’ordinateur et détailler les résultats. Il y en a quand même plus de 300 ! Peut être que ça peut sembler dérisoire, mais pour Ikuko, 300 livres, articles et publications à détailler, pour lesquels il faut lire le résumé, c’est un enfer.




---------------------------------

Ikuko Ninagawa.Parle en japonais en #3399cc et en anglais en #cc6699.
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 50
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Mar 25 Mai 2021 - 12:10




Les livres ont-ils la cote ?
Ikuko & Yukio


[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Biblio10

Voyant qu'Ikuko recommençait à paniquer, Yukio lui envoya son sourire le plus calme et bienveillant. Vu de sa position, elle donnait l'impression d'être un chaton épouvanté par sa première fois devant un miroir. L'affolement avait l'air de lui faire perdre ses moyens, et semblait la déconnecter de toute écoute concentrée. Peut-être qu'avant d'essayer d'imprimer quoi que ce soit dans son esprit agité, le plus judicieux était d'essayer de la calmer. Vu la façon dont l'étudiante avait l'air de fonctionner, ça ne pouvait vraiment pas de faire de mal. Le professeur prit une voix posée, la même que lorsqu'il berçait sa sœur, dans son enfance:

-On respire jeune fille. On prend une inspiration, on garde l'air trois secondes dans sa poitrine, on sent toute la violence du monde nous arracher les alvéoles pulmonaires comme du papier de verre, et on relâche en soufflant doucement, dans une expiration contrôlée et continue, et on sent la paix intérieure naitre comme une fleur de printemps. On fait ça encore et encore, jusqu'à ce que ça marche.

Yukio n'était pas certain que ses tournures de phrases fussent très rassurantes, mais vu l'enchevêtrement de nerfs inflammés qu'il avait à ses côtés, ça ne pouvait pas vraiment dégrader la situation. Peut-être qu'en détournant un peu le sujet, l'effet serait plus... immédiat:

-Au fait, je suis le professeur Ogawa, et vous ?

Attendant la réponse de la jeune fille, Yukio occupa ses mains en reprenant le clavier et la souris. Le catalogue numérique de la bibliothèque n'était pas de toute jeunesse. Il était pratique, mais un peu capricieux. Il fallait le prendre avec doigté et savoir dompter son caractère. Le logiciel avait voulu faire son malin et afficher 300 résultats en combinant tout et n'importe quoi, mais le professeur savait quelques petites choses que les jeunes, souvent trop assistés à son goût, pouvaient facilement prendre pour de la magie. La mine satisfaite, il murmura pour lui-même:

-Les opérateurs booléens, c'est comme le respect des ainés, l'usage se perd et on se rendra compte trop tard que ça peut être bien utile.

En reliant les trois mots clés par un opérateur "[and]", et en utilisant l'opérateur "[not]" pour élaguer grossièrement les domaines de résultats, Yukio avait réussi à raccourcir la liste à une trentaine d'ouvrages. C'était déjà beaucoup mieux. Pour le reste, il allait falloir se retrousser les manches et trouver quelque chose d'intéressant là dedans, mais dans l'improbable duo de chercheurs de vérité qui s'était formé ce jour-là, les ressources ne manquaient pas.






A l'université ; 1è année
Ikuko Ninagawa
■ Age : 23
■ Messages : 343
■ Inscrit le : 12/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ikuko Ninagawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Mar 25 Mai 2021 - 14:29
Les livres ont-ils la cote ?
dans la bibliothèque
feat Yukio Ogawa
Quel calme ! Impressionnant ce Yukio. Il n’y en a pas beaucoup, des professeurs qui ont pris du temps pour aider Ikuko. Du moins, sans jamais sembler exprimer une once d’énervement. Ce n’est pas désagréable, pour la jeune femme, évidemment, mais elle semble ne pas bien comprendre pourquoi. Mais elle essaie de ne pas trop y penser. Après tout, il y a déjà assez de choses sur lesquelles paniquer. Maintenant qu’elle est certaine de la bonne volonté de son professeur, elle ne doit pas y penser. En fait, elle y pense toujours un peu, comme une idée qui essaie de se faufiler parmi les autres, fourbe, discrète, mais tenace. Alors, pour essayer de faire sortir toute cette angoisse et toutes ces idées noires, elle suit consciencieusement les mots du professeur. Et elle inspire, jusqu’à s’en éclater les poumons, jusqu’à ressentir ce fameux papier de verre, et elle expire, d’abord un peu trop fort. Elle le fait une seconde fois, puis une troisième. Elle ferme fort, fort les paupières, pour ne voir plus que du noir. A force de répéter l’exercice, ça fonctionne un peu, elle retrouve une forme d’apaisement inespéré.

Merci. Elle marque une pause pendant laquelle elle respire une nouvelle fois, un peu moins intensément, et les yeux grands ouverts. Je suis Ikuko Ninagawa, étudiante en première année artistique. Je suis arrivée lors de la rentrée scolaire. Arts plastiques. Photographie. Club de photographie.. Et elle s’arrête, avant de dérouler son CV.

Et elle remarque, finalement, que le professeur profite de ce moment pour taper quelques mots sur le clavier d’ordinateur. Elle ne saisit pas exactement ce qu’il s’est passé mais comme par magie, de 300 résultats, on passe à 30 ! Dix fois moins. Impossible ! Elle veut comprendre, elle, comment faire cette opération, c’est formidable. 30 livres, c’est en effet encore beaucoup, mais c’est une bonne piste, c’est bien moins lourd que 300 ! Elle n’est pas certaine d’avoir envie de tout éplucher mais tout de même !

Comment avez-vous fait ça ? C’est formidable.

Soudainement, dans ses yeux, le professeur paraissait comme une source inépuisable de savoir. Comme divin. Ikuko semblait comme une enfant toute impressionnée. Enfin, elle semblait… Elle a toujours cet air trop jeune, comme si elle ne faisait pas son âge. Souvent, on l’imagine avec trois ans de moins. Sa petite taille, ça joue ! Et puis, son comportement extrême est davantage celui d’un jeune adolescent excité par ses hormones que d’une jeune femme qui commence ses études supérieures. Ikuko en est bien consciente. Mais d’une certaine manière, elle apprend à en jouer. Il y a aussi du bien, à avoir l’air plus fragile et plus jeune que son âge, surtout dans un pays comme le japon, où l’apparence kawai est un idéal de beauté.

En fait, monsieur Ogawa, j’oubliais, ce sera plus simple avec ça !

Ikuko se penche sous la table et en tire un petit sac d’ordinateur, tout noir, tout sobre, tout à fait différent du reste de ses accessoires. Un sac de classe, tout ce qu’il y a de plus simple. Elle le pose sur la table, à côté de l’ordinateur, et en sort un petit tas de feuilles en vrac. La plupart semblent être des brouillons, des prises de notes rapides. Quelques tickets de caisse, aussi. Des dessins. Et finalement, l'énoncé de l’exposé. Ce n’est pas un papier officiel, Ikuko l’a déjà perdu, mais une petite feuille arrachée et cornée sur laquelle elle a recopié quelques notes sur un voisin de classe d’Arts plastiques.

C’est l’énoncé, de l’exposé.

Parce qu’à vrai dire, elle ne pensait plus qu’à la relation entre arts et sciences, et plus vraiment à ce qui était demandé. Mais c’est flou, cette relation. Et pour une étudiante de première année, difficile de croire que le travail porte sur une question aussi large. Sur sa petite feuille de note manuscrite, on pouvait lire :

Exposé dix minutes, support visuel apprécié, sujet arts et sciences : choisir une oeuvre ou un artiste et expliquer sa démarche.

C’est tout. C’est déjà une piste. C’est plus simple, de parler d’un artiste que d’un rapport entre deux matières. C’est même plus précis qu’un courant. Il suffirait, maintenant, de trouver dans un de ces livres quelque chose comme une biographie. Ou alors un catalogue d’exposition sur le sujet. Mais sur ce papier, ce qu’il manque par-dessus tout, c’est la méthode. Que présenter, comment problématiser, comment structurer le temps de parole. Sur le document donné par le professeur, tout ça devrait être écrit. Mais là tout de suite, Ikuko saute dans le vide.





---------------------------------

Ikuko Ninagawa.Parle en japonais en #3399cc et en anglais en #cc6699.
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 50
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Sam 29 Mai 2021 - 13:09


Les livres ont-ils la cote ?
Ikuko & Yukio


[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Biblio10

*Bonjour, je m'appelle Gareth, et je file des exposés à faire sans une once de méthodo, parce que je suis un artiste et que les artistes ont tous les droits, et que la rigueur, c'est pour le bas peuple.*

Yukio avait envie de maudire son collègue, mais sa discipline vis-à-vis de l'institution le restreignait, et l'empêchait d'émettre devant des étudiants les incantations de sorcellerie qui lui venaient à l'esprit dans des spirales glossolaliques. Il allait falloir se retrousser les manches, le plus dur serait d'orienter cette adorable Ikuko sans faire le travail à sa place. Vu l'impatience de l'étudiante, ça n'allait pas être une tasse de thé. Le professeur n'aimait pas particulièrement jouer au funambule, il n'était pas câblé pour.

Le mieux était peut-être de commencer à dégrossir le sujet à coup d'artillerie lourde comme l'armée allemande devant Verdun. Yukio porta ses yeux sur le sujet avec attention, puis se mit à réfléchir à voix haute, concentré sur la manière de trouver l'angle du problème:


-Dix minutes, c'est assez court avec un débit de voix posé, deux bonnes pages au plus...

Jetant un œil affectueux à Ikuko, il continua en rectifiant le tir:

-Le débit posé... je pense qu'on peut oublier avec vous, on va partir sur 3 pages et demi, autant choisir un sujet plus large et partir sur un artiste plutôt que sur une œuvre. On vous demande d'expliciter via votre exposé les relations entre arts et sciences en prenant pour support un artiste, c'est dialectique évidemment... Bon, le mieux et le plus simple pour votre première fois, c'est encore de prendre un angle minimaliste et de creuser.

Rendant le sujet à l'étudiante d'une main inattentive, le professeur s'adressa à elle sur un ton plus directif et moins évanescent. Il parla lentement en articulant distinctement, s'assurant qu'il ne perdait pas trop son interlocutrice:

-Voilà ce qu'on va faire, si vous êtes d'accord, on va choisir un artiste intéressant ayant traversé une époque de profond progrès technique et scientifique, puis, on va s'attacher à montrer ce que les avancées scientifiques ont pu changer à sa pratique, ou, au contraire, ce qui n'a pas tant changé que ça. On travaillera par là même ce que ces changements de technique peuvent signifier avec plus de recul, comment ces changements techniques peuvent traduire une volonté de l'artiste de transcrire les bouleversements de son temps dans une démarche presque méta-artistique. Vous avez une idée d'artiste que vous aimez ? Des périodes comme la Renaissance ou le XIXème siècle seraient les plus simples à mon humble avis, ce sont des périodes de grand bouleversement des arts et des sciences.

Avec de la chance, prendre un angle assez minimaliste permettrait également de trouver plus facilement de la ressource, en particulier en centrant toute cette affaire sur un artiste précis. Le moteur de recherche de la bibliothèque ne confondait que rarement les noms propres avec autre chose, ils étaient plus uniques, plus identifiables. Yukio apporta quelques précisions:

-Dix minutes ça reste court, un exposé possède avant tout une visée pédagogique. Vous devez partir d'un point de départ et arriver à une conclusion logique mais nuancée. Le plus simple sera de choisir une œuvre de début de carrière de l'artiste, de la présenter, puis détailler une œuvre plus tardive, et montrer tout ce qui a changé aux niveaux techniques et représentations, et expliquer pourquoi tout cela a changé. Le mieux pour conclure est alors d'élargir le propos et replacer tout cela dans un mouvement plus général lié aux évolutions du temps de l'artiste. Dans un exposé, l'aspect magistral compte autant que le fond du propos, mais pour le côté magistral, vous avez de sacrés prédispositions si je peux me permettre...






A l'université ; 1è année
Ikuko Ninagawa
■ Age : 23
■ Messages : 343
■ Inscrit le : 12/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ikuko Ninagawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Sam 29 Mai 2021 - 22:10
Les livres ont-ils la cote ?
dans la bibliothèque
feat Yukio Ogawa
Et Ikuko se tut complètement, afin d’écouter son professeur. Lorsqu’il commence à parler, l’étudiante fouille dans son sac afin de récupérer son cahier de brouillon, l’ouvrir sur une page blanche (au hasard) et noter tout ce qu’il dit. Cette fois, elle va faire attention à bien être attentive, à se souvenir de tout, à surtout suivre chacun de ses mots et les écrire. Ce n’est que l’histoire de quelques minutes, ou quelques dizaines de minutes, ensuite elle pourra se référer à ces notes pour les prochains exposés. Elle le sent. Ces explications sont précieuses, elles sont importantes. Le souci, dans les cours d’université, c’est le nombre d’élèves. Les professeurs n’ont généralement pas le temps de s’arrêter pour reprendre les bases. Normalement, un exposé, c’est classique, c’est simple. Il devrait suffire de quelques indications sur un papier et voilà. En tous cas, c’est ce que Ikuko ressent. Elle n’a pas entendu, de la part de ses camarades, une seule complainte. C’est bien qu’ils ont compris, eux. Ou alors, peut-être que le professeur Kobayashi a tout expliqué, mais qu’Ikuko était absente. Non pas physiquement, mais ailleurs, endormie, dans la lune.

Et voilà qu’elle commence à divaguer, à repenser au cours, à essayer de sonder dans son esprit. Heureusement, sa main note les concepts clés, alors que son attention commence petit à petit à se tourner vers son rêve. Celui d’être dans une classe d’arts plastiques. Assise à son bureau simplement. A écouter le professeur Gareth expliquer comment faire un exposé. Qui lui demande si elle apprécie un artiste. Si elle apprécie un artiste ?! Immédiatement, Ikuko se réveille et ancre son regard dans celui du professeur. Avec un peu de chance il ne s’est pas rendu compte de son absence. Elle n’eut pas le temps de répondre à cette question, que Yukio apporta quelques précisions. Alors, pour ne pas oublier, elle écrit en très gros : “UN ARTISTE QUE J’AIME BIEN”. Cette fois, elle le suit. Elle note : trois pages et demi, aspect magistral, fond du propos. Elle ne le prend pas mal, ni la remarque sur son débit de parole, ni sur son excentricité. Yukio ne semble pas le dire avec méchanceté.

Vous m’avez demandé un artiste. Renaissance ou XIXè siècle ?

Ikuko s’arrête quelques instants, afin de sonder son esprit. Ce qu’elle préfère, c’est l’art moderne et contemporain. La perte totale de limites de support et de thèmes. La possibilité de se soustraire à la précision et préférer l’ardente passion. La passion ? Une soudaine idée ! Le mouvement culturel et artistique de la passion, par essence, c’est le romantisme. Et si celui-ci n’est pas né au XIXe siècle, c’est définitivement lors de ce siècle qu’il s’est diffusé en Europe.

C’est peut-être une idée ridicule, mais c’est déjà une idée… Et c’est déjà beaucoup. Je pensais au romantisme. Vous voyez, les images de montagnes grandioses, de mers monstrueuses et d’autres paysages grandiloquents. Ce n’est pas vraiment la science, je le conçois, mais c’est la représentation de la nature. Et de quelle nature ! Je pense que le mouvement pictural, et si on s’intéresse tout particulièrement aux décors et non aux scènes, on peut discuter du rapport entre nature et culture. De comment la nature nous dépasse, nous enveloppe, est sublime !

Ikuko sonde du regard le professeur. Elle ne sait pas si l’idée est pertinente, mais elle a comme l’impression d’avoir une piste. La science, c’est un concept large, mais dans celui-ci, il y a définitivement une importance de la nature. Il est possible de répondre à un sujet avec de multiples thématiques, et celui du rapport entre arts et sciences est certainement d’une grande richesse. Ce qui manque à Ikuko, peut-être, c’est comment rendre crédible cette proposition. L’idée n’est pas ridicule, évidemment, mais il faut pouvoir la défendre, définir ses termes et expliquer son raisonnement.

Sur le romantisme, je pense qu’on peut trouver des livres plus précis. Votre aide a été précieuse, je vous remercie..

Elle semble réfléchir un instant, et les yeux désolés, mais aussi plein d’espoir, elle se permet une dernière requête au professeur :

Vous avez pris beaucoup de temps et je vous en remercie. Je peux être parfois… pas simple à canaliser. Mais je suis bien plus calme maintenant. Grâce à vous. Grâce à votre aide. Pour rechercher les informations, je pense que je peux y arriver, et ne pas vous embêter davantage. Votre temps est précieux. J’imagine. Mais dites-moi, si vous le voulez bien, si cela ne vous dérange pas, si vous en avez le temps, si… est-ce que vous accepteriez, une fois que j’aurai fini d’écrire mes pages, de les relire ? Je ne vous demande pas de m’écouter, ou de tout corriger, mais je serais rassurée comme ça...Ce ne sera pas long. Juste le déposer dans votre casier.

Ikuko, afin de ponctuer sa demande, se penche dans une légère courbette de respect. Cette fois, elle est bien moins extrême, juste polie.




---------------------------------

Ikuko Ninagawa.Parle en japonais en #3399cc et en anglais en #cc6699.
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 50
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Sam 29 Mai 2021 - 23:58


Les livres ont-ils la cote ?
Ikuko & Yukio


[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Biblio10

Ikuko semblait maintenant bien plus calme qu'auparavant, comme de retour sur des rails après une glissade sans les freins sur un lac gelé. Yukio était presque surpris, il s'attendait à avoir été un peu trop abscons et pas assez sélectif dans ses explications, qu'il avait déballé sans vraiment prendre du recul. Malgré les tirades quelque peu confuses du professeur, l'étudiante rebondissait, et de manière assez pertinente même, ce qui enchanta l'historien. Le duo était sorti de l'ornière, et Yukio trouvait presque miraculeux qu'ils y soient arrivés, compte tenu de leurs problèmes respectifs. Écoutant avec attention les idées émises par l'étudiante qui montrait désormais qu'elle disposait d'un esprit acéré, le professeur commenta d'une voix pleine d'assentiment:

-Le Romantisme, c'est parfait, vraiment. Le Romantisme, c'est aussi un mouvement de réenchantement du monde dans une époque de changement de paradigme vers une société industrielle. Il s'agit d'un mouvement concomitant au positivisme, et d'un mouvement qui exalte les passions alors que partout, le monde se rationalise et se démystifie. Dans le même temps, ce Romantisme peut être mis au service de causes vues comme progressistes par les participants du mouvement, comme avec le mouvement philhellène et la guerre d'indépendance grecque.

Yukio s'arrêta là, la petite étudiante pouvait maintenant voler de ses propres ailes pour son exposé, il fallait que son travail soit personnel, et elle disposait avec assurance de tous les moyens pour construire quelque chose qui lui convenait, et qui apporterait sa touche singulière au traitement du sujet. Le professeur était presque triste, toute cette histoire lui avait demandé de se remuer les méninges, et l'émulation intellectuelle qui avait été la sienne retombait de manière assez soudaine, légèrement trop brusque à son goût. Néanmoins, c'était toujours un peu comme ça, le travail d'enseignant était frustrant et gratifiant à la fois; ce genre de moments lui rappelait qu'il n'avait pas fait un si mauvais choix de carrière que ça.

Alors qu'Ikuko demandait, couplant ses mots à une courbette des plus respectueuses, s'il était envisageable de faire relire son travail avant présentation, Yukio fit un petit effort afin de se reconcentrer, et réajusta son costume en corrigeant sa posture pour la rendre plus institutionnelle. Avec un ton calme et professionnel, il remua consciencieusement les lèvres:


-Évidemment, vous n'aurez qu'à déposer votre travail dans mon casier, je regarderai ça avec attention, et si jamais je vois que vous vous êtes complètement égaré, je vous ferai un retour pour vous éviter de vous faire tuer par Gare... Par Monsieur Kobayashi. Si je ne vous courre pas après pour vous sauver la vie, partez du principe que vous êtes partie dans la bonne direction.

Yukio tourna les talons, toujours professionnel, puis se figea au moment d'entamer sa marche pour s'éloigner de la jeune fille. Se tournant de nouveau, avec un sourire tiraillé entre la bienveillance et l'ironie, ce qui lui donnait presque air de sale gosse fier de ses bêtises, il lança d'une voix pleine de retenue:

-Pour le livre abimé, vous penserez à passer vous signaler à l'accueil, la bibliothécaire vous expliquera pour le dédommagement à payer...

Il était temps de sortir s'en griller une, trop d'émotion et pas assez de nicotine, la journée était loin d'être terminée.






A l'université ; 1è année
Ikuko Ninagawa
■ Age : 23
■ Messages : 343
■ Inscrit le : 12/05/2021

■ Mes clubs :
[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ikuko Ninagawa

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Dim 30 Mai 2021 - 10:37
Les livres ont-ils la cote ?
dans la bibliothèque
feat Yukio Ogawa
Les mots du professeur la rassurent. Elle n’est pas partie dans la mauvaise direction, du moins, pas tout à fait. Si le professeur Kobayashi peut avoir ne serait-ce qu’un pourcent de cet enthousiasme, elle serait déjà ravie. A priori, elle ne va pas rater son exercice, elle ne va pas se ridiculiser encore une fois devant toute sa classe. Peut-être même qu’elle pourra faire taire quelques de ses camarades qui à priori la prennent davantage comme une blague que comme une menace. Enfin, non pas qu’Ikuko veuille devenir une menace, elle n’est pas en lice pour la tête de classe, mais un peu de crédibilité, ça ne mange pas de pain !

Et en plus, sa requête est acceptée ! Ikuko sent pousser des ailes et c’est comme un sentiment fantastique qu'elle n’a que très rarement ressenti. Le professeur l’a aidé. C’est déjà formidable. Il veut bien suivre ce travail jusqu’au bout. Ce qui est absolument inespéré. Mais en plus, il semble se détendre devant la jeune fille. Pour Ikuko, Yukio a désormais tout du professeur “cool”, il fait des blagues, lui lance des pics. Bref. Le professeur parfait. A ce moment, la jeune étudiante regrette presque ne pas l’avoir comme professeur, même si elle ne connaît pas sa matière. Elle imagine que tout le monde l’adore, ce professeur. Le premier jour de classe, les étudiants doivent certainement regarder l’emploi du temps en priant tous les dieux “Monsieur Ogawa, monsieur Ogawa”. Un prof cool.

Merci beaucoup monsieur, pour vous inquiéter pour mon travail et pour… mon intégrité physique. Vous êtes un très bon professeur. Très bon.

Ikuko est sincère. Elle ne peut cacher son sourire lorsque Yukio lui rappelle à l’ordre. Elle pose une main sur le livre abîmé, elle avait prévu de le reposer à sa place, ni vu, ni connu. Mais par respect pour les mots du professeur, elle va rembourser. Prendre sur ses maigres économies pour assumer sa bêtise.

Mais pour le moment, elle travaille. Ikuko possède deux modes : soit elle ne se concentre pas du tout, soit elle hyperfocalise et il est impossible de la sortir de son sujet d’étude. Les deux sont extrêmes et ne se mélangent jamais. C’est comme ça qu’elle a toujours réussi à avoir des bonnes notes et à se sauver in extremis. Elle est excessivement efficace dans ces moments et peut abattre une quantité de travail incroyable. Il faut dire qu’elle ne pense à rien d’autre et que ses pensées, qui fusent toujours autant que d’habitude, sont toutes focalisées sur son sujet et son sujet uniquement. Elle n’entend plus les sons de la bibliothèque, les chuchotements de ses camarades, ne voit pas le soleil qui se couche. Rien ne peut la perturber. Et quand sonne la fin de la journée, juste avant que la bibliothèque ne ferme, Ikuko relit ses trois pages et demi. Ce n’est sûrement pas merveilleux, mais c’est déjà bien. Le sujet lui plaît, la justification aussi. Il y a évidemment des moyens de le perfectionner, mais à ce moment Ikuko est satisfaite, et c’est le principal. Elle en imprime deux exemplaires, un pour elle, un pour le professeur Yukio.

Après avoir déposé le livre à l’accueil, et avoir entendu les remontrances de la bibliothécaire, elle se rue vers la salle des professeurs, afin de déposer le texte d’exposé avant que celle-ci ne se ferme. Avant de déposer le papier, nu, elle se décide d’écrire un petit mot pour l’accompagner. Alors, elle sort de son sac le petit carnet, celui sur lequel elle a pris des notes et arrache une page. Ikuko plie la feuille, déchirée d’un côté, et y glisse le texte d’exposé. De sa plus belle écriture, ou du moins sa plus lisible, elle gratte quelques mots.

Mot:
Monsieur Ogawa,

Je vous remercie encore pour votre temps et pour votre calme. Voici un exemplaire de l’exposé. J’espère qu’il sera satisfaisant.

Merci

Ikuko Ninagawa.

Elle dépose tous les documents dans le casier du professeur. Puis vérifie qu’elle ne s’est pas trompée. C’est bon, c’est bien “Ogawa” qui est écrit sur le meuble. Elle peut désormais vaquer à ses occupations, manger, peut-être et surtout, apprendre son texte pour l’exposé. Une autre paire de manches.





#terminé

---------------------------------

Ikuko Ninagawa.Parle en japonais en #3399cc et en anglais en #cc6699.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

[Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko Empty Re: [Terminé] Les livres ont-ils la cote ? Ft Ikuko

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum