Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
E-carte cadeau Fnac / Darty : 150€ pour ...
Voir le deal

Partagez
 

 "Pratiques Commerciales Agressives"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yukio Ogawa
■ Age : 25
■ Messages : 29
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
"Pratiques Commerciales Agressives" JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa
« Personnel ; prof d'histoire-géo »
(#) "Pratiques Commerciales Agressives"  "Pratiques Commerciales Agressives" EmptyJeu 3 Juin 2021 - 21:45





"Pratiques Commerciales Agressives"
Jeudi 9 février 2017


"Pratiques Commerciales Agressives" Image_10


-...Toute la question de savoir si le Traité de Kanagawa et le Traité de Nankin sont comparables est en fait assez complexe. Si l'ambition occidentale de forcer l'ouverture des Etats asiatiques au XIXème siècle est générale, les conditions dans lesquelles les traités de Nankin et de Pékin sont négociés, s'il est possible d'utiliser un tel mot pour de telles conditions, n'est pas tout à fait la même que pour le traité de Kanagawa. Surtout, nous verrons que les conventions inégales imposées par les puissances occidentales au Japon et à la Chine n'auront pas tout à fait les mêmes conséquences sur les économies et sur les sociétés de ces deux aires politiques. Ces conventions ont avant tout causé des réorganisations politiques fortes dans les deux territoires concernés. Dans un cas, les traités ont abouti à un déclin du pouvoir shogunal et à la restauration Meiji, tandis que dans l'autre, c'est la souveraineté de la dynastie Qing qui a été fortement mise à mal. Ces traités inégaux ont profondément bouleversé les équilibres politiques des Etats asiatiques, et nous essaieront dans le prochain cours de comprendre les enchainements qui ont conduit le Japon à ne pas connaitre le même sort économique et militaire que la Chine.

Yukio termina sa tirade d'un ton grave et lourd, comme pour mettre en valeur son annonce du prochain cours, et créer un léger suspens chez son auditoire. Avec un peu de chance, les étudiants de l’amphithéâtre I crevaient maintenant d'envie de savoir la suite, ceux qui n'étaient pas là simplement parce qu'ils avaient vu de la lumière du moins. Mais le professeur d'histoire ne lâcherait rien, même sous la torture: les déterminants de la Restauration Meiji étaient classés secret défense jusqu'à lundi, tant pis pour les curieux avides de savoir.

Malgré la fatigue laissée par le cours magistral, Yukio souriait, car en cette fin d'après-midi, il n'avait pas tout à fait fini de travailler. Une tâche bien particulière restait à accomplir, et il s'était préparé pour la mener à bien avec une assiduité presque cynique. Le piège était en place, et la cible, assise dans l’amphithéâtre insouciante et concentrée, ne se doutait de rien. Le professeur allait lui tomber dessus comme un Stuka sur une colonne blindée. Il n'avait aucune chance, les dés étaient pipés.

D'une voix plus fluette et enjouée qu'à l'accoutumée, l'historien provoqua le chaos habituel d'une fin de cours:


-C'est tout pour aujourd'hui, vous pouvez sortir, et n'oubliez pas d'amener les supports que j'ai distribué la prochaine fois, on en aura besoin.

Occupés qu'ils étaient à ranger leurs affaires et déguerpir en vitesse, les étudiants ne se rendaient pas vraiment compte que, contrairement à son habitude, Yukio s'était placé à côté de la porte de la salle, tel un oiseau de proie prêt à fondre sur une musaraigne innocente. Les étudiants quittaient l’amphithéâtre par petits groupes de deux ou trois, au rythme de quelques éclats de rire et autres propositions classiques pour des jeunes de première année.

Alors que les deux tiers des joyeux lurons avaient déjà passé le seuil pour s'éparpiller dans la campagne urbaine, la cible que Yukio ne quittait pas des yeux s'approcha sans un soupçon. D'un éclat de voix soudain et déterminé, le professeur interrompit le flot avec théâtralité:


-Monsieur Haruka ! Vous vous restez. J'ai à vous parler.

Le jeu était lancé. L'historien tenait dans la poche intérieure de sa veste un document de la plus haute importance, et tant qu'il ne serait pas paraphé et signé par Soren, il n'allait pas le laisser partir. Peu importe le temps que prendrait cette prise d'otage, Yukio était hydraté, il pouvait tenir.






Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 30
■ Messages : 1065
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
"Pratiques Commerciales Agressives" GkZd5iQ"Pratiques Commerciales Agressives" Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: "Pratiques Commerciales Agressives"  "Pratiques Commerciales Agressives" EmptyLun 7 Juin 2021 - 0:05

L’histoire, c’était bien l’un des rares cours que Soren avait toujours pris plaisir à suivre. Il adorait ça, c’était dans le passé qu’on pouvait apprendre le plus, l’histoire avait tellement de choses à nous apprendre après tout. Soren y voyait aussi une occasion d’échapper à une certaine forme de harcèlement face à laquelle il faisait face depuis plusieurs jours. Sa future femme ne lui rendait pas la vie facile et Soren avait bien envie de frappé la brillante personne qui avait eu l’idée d’inventer le concept de mariage arrangé.

Mais le sujet n’était pas là, il était tranquille, heureux d’avoir cette forme de liberté, celle ou on ne risquait pas de tenter de lui imposer des choix qu’il n’avait pas envie d’avoir. Malheureusement, la cruelle horloge décida qu’il était temps de mettre un terme à cette longue séance d’euphorie historique. Soren revint à la réalité et rangea tranquillement ses affaires avec un étrange picotement au niveau de la nuque.

On l’observait… Pitié, faite qu’elle ne soit pas là, pas à la sortie de la salle à attendre qu’il se pointe. Soren ne voulait pas non plus que cette situation rende son couple avec Lily plus compliqué et il craignait que cette dernière la remarque en sortant de la classe.

Pourtant, la situation ne se passa pas exactement comme prévue. Alors qu’il gagnait la sortie, une voix l’interpella. Le prof voulait le voir ? Mais qu’avait-il fait ? Bon ok, il avait séché un cours la dernière fois, mais ce n’était pas la mort et il avait largement rattrapé son retard depuis. Le jeune homme ne méritait pas d’être retenu en fin de cours pour si peu.

- Oui, j’arrive.

Pourtant, la nouvelle lui fit incroyablement plaisir, il voyait ça comme un sursis, une manière d’éviter une personne qui n’allait pas le lâcher avant d’avoir ce qu’elle veut. Au moins, le prof lui parlerait sûrement de quelque chose d’important et censé non ? Soren le rejoignit et avoua d’un ton calme.

- Si c’est pour la dernière fois, je n’ai pas pu venir à votre cours, car mon bus avait eu un retard en ville. Je ne suis pas revenu à temps sur le campus. Mais je vous assure que mes cours sont à jour depuis.

Il s’inclina en guise d’excuse tout en espérant que cela suffirait. Sauf qu’une impression désagréable ne voulait pas le lâcher, il avait les sensations que ça n’avait rien à voir avec cette histoire.

---------------------------------

"Pratiques Commerciales Agressives" Psx_2047
Merci Ikuko pour ce beau vava **
En Japonais :#999999 ////En Anglais :#999900 ////Discord : Math#6188
Revenir en haut Aller en bas
Yukio Ogawa
■ Age : 25
■ Messages : 29
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
"Pratiques Commerciales Agressives" JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa
« Personnel ; prof d'histoire-géo »
(#) Re: "Pratiques Commerciales Agressives"  "Pratiques Commerciales Agressives" EmptyLun 7 Juin 2021 - 22:17





"Pratiques Commerciales Agressives"
Jeudi 9 février 2017


"Pratiques Commerciales Agressives" Image_10


Tandis que Soren s'inclinait, déclinant platement des excuses tel un linguiste flexionnel meublant une conversation, la salle finissait de se vider, si bien qu'une entame de silence solennel pointait déjà le bout de son nez, comme pour appesantir l'atmosphère déjà bien lourde de l’amphithéâtre.
Yukio était amusé, la théâtralité du moment croissait alors même qu'il n'avait pas encore déployé le moindre effet de manche. Préparant avec minutie son assaut surprise contre un étudiant aussi confus que désemparé, il avait pris soin de porter une veste longue, propice à produire au moindre mouvement des volutes textiles du plus bel apparat.

Souhaitant donner du poids à ses premiers mots, le professeur laissa mariner Soren quelques secondes dans sa courbure de pardon. Ces courts instants durent paraitre de bien longs moments au jeune homme, déjà plongé dans une perplexité assez visible. De manière assez étrange, l'étudiant ne donnait pas non plus l'impression de vouloir sortir avec célérité, ce qui l'attendait dehors était peut-être bien pire qu'un prof' d'histoire un peu trop investi dans son travail. Brisant le silence comme on explose une porte blindée à la thermite, Yukio attaqua en exploitant les opportunités qui s'offraient à lui, sans une once d'honorabilité; la fin justifiait les moyens:


-Bus ou pas bus, la ponctualité est le socle sur lequel repose l'ensemble du monde moderne. Vous avez comme beaucoup frappé sans respect le plus grand des piliers de la civilisation. Pensez-vous qu'il eut été possible de bâtir une société thermo-industrielle sans inventer la montre à quartz ? Vos cours sont peut-être à jour, mais sachez que j'ai été profondément affecté par un tel comportement de votre part, j'avais la faiblesse de croire que vous partagiez avec moi l'idée que l'histoire ne peut se satisfaire d'un manque de rigueur et d'assiduité, que vous aviez à mon instar la passion de puiser dans le passé la source d'un présent apaisé, et que vous aviez compris que les hommes de valeur n'attendent pas de subir par eux-mêmes les turpitudes de la vie pour apprendre à les traverser...

Le premier clou avait été correctement placé. Soren était un gentil garçon. Avec de la chance, la tirade du professeur devait l'avoir plongé dans des abimes de culpabilité. Il fallait jouer sur la corde sensible pour que la symphonie de la manipulation ne retentisse de toute son harmonie. Le clou devait maintenant être enfoncé avec la force et la détermination d'un dieu nordique manipulant le marteau de Thor. Pour parachever la réplique qu'il avait déroulé avec un ton triste, Yukio baissa la tête et prit un air blessé. Il lui fallait paraitre atteint, touché en son cœur telle une pomme devant Guillaume Tell. Heureusement pour lui, son air déjà sombre et ténébreux le prédisposait à une telle attitude.

Se redressant avec la posture d'un homme digne retenant des sanglots, le professeur se relança sans regarder Soren, les yeux perdus dans le vide. Il lui vint à l'esprit que si à ce moment précis, le toit de l’amphithéâtre avait pu disparaitre pour laisser la place à un ciel étoilé, la mise en scène aurait été encore plus poétique.


-Monsieur Haruka, si vous souhaitez vivre une vie plus belle que celle des cohortes d'âmes perdues qui ont vécu et ont disparu comme l'eau passe sous les ponts, il vous faut trouver dans les vies des siècles passés les moyens de ne pas vous noyer dans les éternels dilemmes de la condition humaine. Les malheureux apprennent par l'expérience, les sages apprennent de l'histoire. Vous vivez une période de votre vie où les doutes vous assaillent aussi sûrement que la peste noire a pu déferler sur l'Europe. Les vagues scélérates vous submergent, et il est si aisé d'être englouti par le Maëlstrom que vous pouvez être pris, par moments, d'une subite envie de vous laisser couler comme l'ancre d'un navire brisé par la tempête...

Il était temps, Yukio marqua une courte pause, et plongea son regard dans celui de Soren avec intensité, convaincu qu'il était, avec la même détermination qu'un prêtre prêchant devant les murs de Jérusalem, et la gravité d'un orateur romain sauvant par sa parole la République de la tyrannie:

-Soren, je peux vous apprendre à guider votre vie avec les lumières du passé. Je peux vous faire entrevoir ce qui vous permettra d'aborder votre vie avec recul, et construire un bonheur plus durable que l'airain. Il est temps pour vous d'accepter de vous laisser porter par les réflexions de milliers de générations honorables. Il est temps pour vous de vous jucher sur les épaules des grands hommes, et d'acquérir la sagesse des philosophes. Soren, il est temps pour vous d'adhérer au club de traditions !

Terminant son envolée lyrique, Yukio se demanda s'il n'en avait pas fait un peu trop.






Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 30
■ Messages : 1065
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
"Pratiques Commerciales Agressives" GkZd5iQ"Pratiques Commerciales Agressives" Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: "Pratiques Commerciales Agressives"  "Pratiques Commerciales Agressives" EmptyMar 8 Juin 2021 - 20:05

Soren resta silencieux alors qu’on le sermonnait d’une façon une peu inhabituelle. Après tout, il ne comprenait pas vraiment ou le prof voulait en venir sur le moment. Bon sang, mais pourquoi, c’est lui qu’on accusait d’être en retard alors qu’il était à l’heure au niveau de l’arrêt de bus. L’étudiant attendit donc qu’il est fini sa tirade avant d’admettre sur un ton un peu maladroit en se massant la nuque.

- Vous savez, c’est plus au chauffeur du bus qu’il faudrait dire ça.

L’avait-il entendu ? Visiblement, non, Soren le regardait faire un peu perdu… Non… Beaucoup perdu. Il ne comprenait absolument plus rien à la situation et les mots glissés sur lui comme le vent sur un lac gelé, pas plus que les expressions du prof… Quel prof se met dans un tel état pour un petit manquement d’un seul cours ? Depuis quand avait-il autant d’espoir dans l’étudiant ? Ce dernier haussa un sourcil pendant la seconde tirade, ne comprenant décidément pas ou il voulait en venir.

Concernant le fait qu’il vivait une période de doute… Oui ! Mais pas à ce point non plus, ok, c’était un peu compliqué, mais ça n’impliqué pas des centaines de milliers de vies non plus… Soren ne comprenait plus rien et prenait trop le dialogue du prof aux premiers degrés sur l’instant. En fait, c’était trop d’information pour lui en trop peu de temps et pourtant, Soren était du genre à suivre les monologues, sauf que cette fois, il avait vraiment trouvé le maître dans la matière.

La dernière tirade embruma un peu plus son esprit, apportant une sensation de lourdeur « Ne pas dormir, ne pas dormir ! » Se disait-il alors qu’il souriait bêtement devant le prof en sentant une perle de sueur glissant sa tempe, une perle qui cherchait vainement à s'extirper de cette situation devenant bien longue, qu’elle avait de la chance de pouvoir ainsi saisir une occasion de fuir que Soso ne pouvait pas avoir. Enfin la chute !

- Ah ! Ah d’accord ! Vous voulez juste que j’intègre le club de tradition ?

Simplifia-t-il tout en ajoutant.

- Non, parce que là, j’avoue que vous commenciez à me faire vraiment peur sur le moment. Vous ne faites pas partie d’une secte au moins ? Parce que… sans vouloir vous vexer… Vous avez un peu le genre là.

Ce n’était pas vraiment une bonne idée de dire un truc pareil, mais au vu de ce qui avait été dit, la question était plutôt légitime. Soren laissa planer un petit silence… Le prof voulait une réponse, genre maintenant. Il sourit doucement et dit d’un ton plutôt sérieux quoi que détendu en faisant avec les informations qu'il avait compris.

- Vous savez, je mentirais si j’avouais avoir tout compris là. Mais vous avez parlé d’homme de valeur puis ensuite que je pouvais me hisser au-dessus des autres qui ont fini oublier dans l’histoire... Je crois. Si la finalité pour arriver à ceci, c’est de rejoindre le club tradition… Alors c’est non. J’estime qu’un homme de valeur, ne peut pas s’estimer meilleur qu’un autre et il est un principe fondamental pour tout Japonais qui se respecte, de ne jamais se mettre en avant par rapport aux autres. Je préfère être oublié dans l’histoire et rester tel que je suis sans votre aide. Pour la simple et bonne raison que d'autre mérite bien plus votre attention que moi sur ce sujet. Avec tout le respect que je vous dois.

Soren sourit doucement tout en ajoutant une raison un peu plus tangible qu'un simple principe d'ordre moral.

- Et je ne pense pas pouvoir accorder du temps à un club de plus. Je suis déjà président du club de Kendo. Puis… J’ai déjà eu mon compte avec les traditions chez moi, ce n’est pas pour en manger ici aussi. Avec votre permission, je peux y aller ?

Demanda-t-il poliment tout en attendant la réponse du prof.

---------------------------------

"Pratiques Commerciales Agressives" Psx_2047
Merci Ikuko pour ce beau vava **
En Japonais :#999999 ////En Anglais :#999900 ////Discord : Math#6188
Revenir en haut Aller en bas
Yukio Ogawa
■ Age : 25
■ Messages : 29
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
"Pratiques Commerciales Agressives" JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa
« Personnel ; prof d'histoire-géo »
(#) Re: "Pratiques Commerciales Agressives"  "Pratiques Commerciales Agressives" EmptySam 12 Juin 2021 - 14:46





"Pratiques Commerciales Agressives"
Jeudi 9 février 2017


"Pratiques Commerciales Agressives" Image_10


*Un homme, ayant pris à la chasse une perdrix, allait la tuer. Se voyant menacée, elle le supplia en ces termes: "épargne-moi, et je te ferai prendre à ma place beaucoup de mes comparses". L'homme, exécrant la traitrise de l'animal, lui arracha, une à une, ses plumes, avant de finalement lui briser le cou. Celui qui trame des machinations contre ses pairs tombera lui-même dans les embûches et le danger, le complot ne paie jamais.

Esope*


Soren était imperméable à la mise en scène organisée par son professeur. Visiblement, il avait plus pris peur qu'autre chose. Peut-être aurait-il été plus simple de lui dire directement quel était l'objet réel de la discussion, et faire valoir des démonstrations moins lyriques. Mais Yukio ne savait pas vraiment plaider ses causes sans se montrer emphatique, c'était son côté extraverti, qui compensait sa retenue habituelle dans l'espace public. Une fois, on lui avait dit que déclamer des proses ampoulées comme il le faisait finirait par lui causer des soucis, mais ce commentaire provenait d'un vieux bonhomme aigri et sans talent ni panache, alors le jeune homme avait préféré laissé ça dans un coin. Après tout, il était comme il était, et du reste, d'autres l'appréciaient sans qu'il ne lui soit donné l'obligation de changer.

L'interlocuteur de Yukio n'avait pas exactement saisi toute la teneur du propos tenu, au vu de ses paroles, mais considérant la longueur des tirades déclamées par le professeur d'histoire, on ne pouvait pas vraiment lui en vouloir. Le gamin n'était pas bête, il manquait parfois un peu d'entrain, mais ça avait plus l'air d'une prise de recul volontaire face aux tourbillons de la vie que d'une coupable apathie. Il ne fallait pas le laisser partir comme ça. De toute évidence, la technique utilisée pour entamer son embuscade par le référent du club de traditions n'était pas la bonne. Compte tenu de la fuyante bête que le chasseur avait en face de lui, le Crocodile Dundee de Kobé devait changer son approche.



-Non, je ne suis pas membre d'une secte, et non, vous ne pouvez pas y aller

Yukio allait devoir se forcer à être plus honnête et transparent, ce qui l'effrayait un peu, mais vaille que vaille, les rames des galères ne se mouvaient pas d'elles-mêmes:

-Votre famille est plutôt connue Monsieur Haruka. Je viens comme vous d'un foyer plutôt conservateur, et je n'en ai pas toujours retiré que des avantages, mais si vous me permettez de vous conter une histoire, peut-être changerez-vous d'avis...

Le professeur marqua une pause involontaire, pour trouver les mots lui permettant de continuer:

-Je ne suis pas vraiment un thuriféraire de toutes les traditions qui existent, mais mon père l'était. C'était un homme dur, qui ne tolérait pas grand chose. Pour tout vous dire, il a même essayé de me faire mettre une bague au doigt d'une femme que je n'appréciais pas particulièrement. Heureusement, mon humeur était trop mauvaise et c'est elle qui a brisé ses vœux de fiançailles. Je dois dire que j'en ai été soulagé, c'était une personne sans poésie, et la vie aurait été bien terne, partagée avec elle. Je vous parle de ça parce que l'année dernière, mon père est mort. Je me suis rendu compte, à ce moment, que les seuls bons moments dont je pouvais me rappeler avec mes parents, étaient ces moments liés à des traditions. Dans les familles comme la mienne, jeter des ponts entre les générations est plutôt compliqué, et les traditions peuvent être un moyen de partager quelque chose avec certaines personnes difficiles d'approche, qui ne seront pas éternelles, et dont, finalement,  il ne restera que des souvenirs pour les faire vivre.

Yukio continua d'une voix calme et posée:

-Je ne prétends pas savoir comment ça peut se passer chez vous, mais sachez que si les traditions vous y pèsent, c'est peut-être simplement que vous n'avez pas appris à apprécier ces moments. Vous vous plaignez de manquer de temps, je pense que vous n'avez pas conscience d'à quel point vous avez raison. C'est toujours quand il est trop tard que l'on découvre qu'il fallait prendre le temps pour certaines choses, parce l'horloge tournait sans que l'on en ait eu conscience.






Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 30
■ Messages : 1065
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
"Pratiques Commerciales Agressives" GkZd5iQ"Pratiques Commerciales Agressives" Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: "Pratiques Commerciales Agressives"  "Pratiques Commerciales Agressives" EmptyHier à 15:22

Soren avait bien envie de partir, mais ne pouvait pas non plus manquer de respect au professeur, quand bien même ce dernier pouvait être flippant. Le jeune homme se fixa donc au moment où le prof lui affirma qu’il ne pouvait pas sortir et revint se positionner face à lui avec un air clairement contrarié sur le visage. Si c’était une plaisanterie, Soren n’avait pas du tout le cœur à rire.

Il fronça doucement les sourcils lorsqu’il lui parla de sa famille. Pour le coté traditionnel, la famille Haruka était assez réputé, moins aujourd’hui qu’hier, mais pas forcément inconnu. Le dojo enseignant le Kendo avait eu son époque de gloire, il arrivait même que certains membres de sa famille, surtout sa grand-mère, enseigne d’autres choses lié aux traditions Japonaise. La danse, les rites traditionnels. Il y avait un espace de Kyudo sur le domaine familial par exemple et Soso en avait pratiqué aussi jusqu’à perdre la vue de son œil. Le meilleur exemple du niveau de conservation de sa famille était que Soren n’avait pas connu l’électricité avant d’avoir 6 ans. Sa mère américaine avait insisté pour que les choses évoluent, ce qui avait apporté beaucoup de bien fait, surtout dans sa vie ménagère.

Quoi qu’il en soit, le prof commença à raconter une histoire, son histoire. Visiblement, Yukio semblait avoir subi les traditions aussi, du moins, c’est ce que le jeune homme avait compris. Pourtant, il ne semblait pas vraiment en avoir tiré que du mauvais et confia que les meilleurs moments de sa vie avec sa famille étaient liés à la tradition, dans un esprit de partage. Soren croisa les bras sur le torse tout en observant l’homme. Il écouta jusqu’au bout  et enfin quand il jugea que c’était terminé, Soren sourit doucement.

- Je comprends mieux, mais si je suis votre logique… En ce moment, je vis un peu ce que vous avez traversé. On me force dans un mariage que je ne désire pas et la seule chose qui me sauve un peu la mise… C’est que la femme ciblée n’est pas majeure. Je suis désolé qu’on ait cherché à vous imposer cela.

Avoua-t-il tout en faisant quelques pas, cependant, Soren ne voyait pas très bien où il voulait en venir. Oui, les traditions restaient un bon moyen de rapprochement entre les différents membres de sa famille… Sauf que dans le contexte, Soso ne trouvait pas de bonne raison à changer d’avis sur la simple base que son professeur lui avait raconté son histoire. Néanmoins, l’approche était déjà bien plus pertinente que celle qu’il avait eue juste avant. L’étudiant se montrait déjà un peu plus curieux, c’est pour ça qu’il dit d’un ton calme et détendu.

- Donc, si je suis votre logique, ce serait plutôt avec ma famille que je devrais apprendre les traditions et pas dans un club. Non, même si j’admets que votre point de vue se défend parfaitement. Le coté traditionnel de ma famille, ne m’a pas vraiment apporté que du bien… J’aime les traditions pour le côté artistique et j’avoue que j’ai baigné dedans presque toute ma vie. Cependant, à cause de ce traditionalisme aigue... Ne m’a pas souvent laissé le choix de décider par moi-même. Ne pensez-vous pas qu’à un moment, les traditions, c’est bien, mais qu’elles doivent aussi s’adapter à l’époque en cours ?

Soren était curieux, connaître les points de vue de son interlocuteur sur la question, en savoir un peu plus sur ce qu’il en pensait. Ça pourrait l’influencer, dans une moindre mesure. Il ajouta d’ailleurs pour être plus compréhensif.

- Je veux dire, un héritier mâle n’est plus aussi important aujourd’hui… Et les mariages arrangés… Dans une ère ou on prône de plus en plus la liberté en tant qu’individu. Ça n’a plus vraiment sa place, je trouve.

---------------------------------

"Pratiques Commerciales Agressives" Psx_2047
Merci Ikuko pour ce beau vava **
En Japonais :#999999 ////En Anglais :#999900 ////Discord : Math#6188
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: "Pratiques Commerciales Agressives"  "Pratiques Commerciales Agressives" Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
"Pratiques Commerciales Agressives"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Université ; Kobe Daigaku :: Le bâtiment principal :: Salles de classes :: Amphithéâtre I-
Sauter vers: