Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 29 Mai ! (début d'après-midi)
Les comptes non recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty La poésie naît de la douleur

Jeu 17 Juin 2021 - 17:43
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Qu'est-ce qui lui a pris de traverser comme ça sans regarder ? La faute au vent qui se glisse partout jusque dans les carnets. Pourquoi cette course effrénée ? Pour rattraper la feuille volante évidemment. Est-ce que ça fait mal ? Mais bon sang, ça suffit toutes ces questions ! Vous n'avez personne d'autre à embêter ? Rho, c'est pénible à la fin qu'on remette constamment en question tous ses choix. Et oui, on parle de choix idiots mais laissez-le faire des erreurs. Cette balle, espérons-le, lui servira de leçon.

8h30, le réveil a été dur ce matin. En effet, hier soir se tenait le bal de la Saint-Valentin. Bien que Seito n'y ait pas participé pleinement, il ne s'est pas fait prier pour se coucher très tard. Son occupation principale a été de goûter à tous les plats du buffet. Et il y avait du boulot ! Le reste du temps, il est resté en retrait. Alternant la discussion entre Iroka-chan et tous ceux qu'ils connaît de près ou de loin. Quelques boutades sur son écœurement face à tout cet amour dégoulinant avant qu'il ne remarque Mora draguer dans un coin. Ce qui l'avait agacé sans trop savoir pourquoi. Bien sûr, il aurait pu tourner ça à la rigolade en invitant l'espagnol à danser. Mais se faire rembarrer devant tout le monde ne l'avait pas tenté plus que ça. De plus, une surprise plus amusante l'attendait le jour J. Jolie plante sur l'étagère, il avait assisté à quelques slows sans y participer et s'était finalement lassé de cette atmosphère étouffante. Il s'était éclipsé dans sa chambre et avait lu sous la couette jusqu'à ce que ses colocataires reviennent.

Les yeux dans le pâté, il enchaîne douche, petit-déjeuner et devoirs. Et c'est à 10h30 qu'il envoie tout valser. Il a besoin de s'aérer la tête et c'est une chance qu'il fasse beau. Le froid lui picote les joues et le soleil lui fait plisser les yeux mais il apprécie malgré tout cet air vivifiant. Il n'est pas du genre à se balader avec pour seul but de marcher alors il a pris avec lui un carnet et un stylo bille. Ses pas le mènent au-delà des sentiers battus, pas très loin des terrains où il aperçoit quelques élèves s'entraîner. Il se cale au pied d'un arbre et laisse son cerveau s'évader. La mousse sur les racines est gorgée d'eau. Il y a une légère couche de givre sur la pelouse à l'ombre. Un oiseau appelle ses congénères, au loin. La pointe du stylo au-dessus du papier, il est prêt à noter. N'importe quelle bribe d'inspiration est bienvenue.

Étreinte glacée
Que l'amour adoucit
Rosée sur le cœur

Des haïkus, sa nouvelle lubie. A chaque fois qu'il trouve le temps, il en écrit. Sur le coin d'un cahier, dans un manuel scolaire, dans la paume de sa main. Il en a raturé des pages et froissé du papier. A la bibliothèque, il a emprunté les recueils des plus grands. Trois parties, chacune son rythme pour un opéra d'émotions. Un coup de vent le fait frissonner. Le ciel ne s'est pas encore départi de ses couleurs matinales. Il a bien fait de mettre des gants, ses mains auraient fini congelées.

Le vent emporte
Les nuages arc-en-ciel
Kaléidoscope

Et comme en réponse, le vent s'agite à nouveau. Il se fait joueur et il suffit d'une seconde d'inattention pour que la feuille sur laquelle il écrit s'envole. Il rumine et se lance à sa poursuite. Par deux fois il croit l'atteindre mais les courants d'air jouent à chat. Dans sa poursuite, il ne s'aperçoit pas qu'il a empiété sur le terrain de baseball. Pas plus qu'il ne remarque que des joueurs s'y entraînent. Il n'a d'yeux que pour le morceau de papier. Le vent finit par se lasser et dans un mouvement de triomphe, il pose prestement son pied dessus pour le bloquer. Il se baisse pour le ramasser et au moment où il se redresse... l'impact. Une douleur fulgurante lui transperce l'arrière du crâne. Ses mains se figent sur sa tête comme s'il essayait de contenir le nombre de chandelles qu'il voit défiler devant ses yeux. Mollement, la feuille retombe au sol.




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mar 27 Juil 2021 - 0:09
J’ai besoin de souffler. Me changer les idées. Je veux dire, j’adore m’entrainer au studio tous les soirs et les fin de semaines, mais là, j’ai l’impression de moins bouger avec mon temps d’études qui a considérablement augmenté en prévision des examens. Enfin.. Oui, je bouge avec le club des aventuriers et le club de baseball et toute les pratiques de danse en tant qu’idole, mais… mon horaire se résume à école, club, trucs d’idoles et études…

C’est donc en voulant briser la routine que j’ai décider de profiter de l’air frai pour aller tirer quelques balle, seule. Oui, oui, j’ai bien dit seule. Je sais que c’est contraire avec mon moi habituel qui recherche toujours à être avec les gens, mais là… J’ai vu trop de gens. Les filles au studio, mes amis, mais camarade de classe et de club, Joy, Eden et Youko pour étudier…. Ça doit être le stress de la période qui s’en vient qui fait que j’ai envie d’être seule un peu?

D’ailleurs, pourquoi je dois me justifier pour aller faire du baseball? Oubliez ce que j’ai dit plus haut. Jen ai envie et c’est tout! Et c’est ainsi que je me retrouve seule au terrain de baseball par ce bel avant-midi de février. Je lance des balles, et des balles et des balles… Je pratique ainsi mes lancers et plus, c’est défoulant. Je m’arrête quelques minutes, le temps de me désaltérer et prends ma balle à nouveau pour m’installer sur le monticule, me concentrer, me positionner, prendre une bonne inspiration en ne fixant qu’un point vide devant moi, lancer de toutes mes forces et TOUCHER!!!

Hein?? Toucher?? Woh! Mais.. Ma balle a soudainement heurté un omni -objet marchant non identifié- qui passait par la. Je regarde stupéfaite l’obstacle inattendu quelques secondes avant de réaliser que.. AH! Mais C’est un gars!! UN HUMAIN!!! Je m’élance alors vers lui, soudainement paniquée.

-HEY ÇA VA??!!

J’arrive rapidement à sa hauteur -enfin, sous sa hauteur vu ma petite taille- et m’exclame vraiment désolées.

-Je suis vraiment désolée! Je ne t’avais pas vu est-ce que ça va? Je ne t’ai pas tué j’espère? T’as besoin d’eau? Je dois t’amener à l’infirmerie? C’est quoi ton nom? OH! J’AI COMBIEN DE DOIGT?? Tu m’entends? Tu vois bien???? La balle t’as frappé où? T’es mort??????

Je tente de lever un doigt pour qu’il compte, mais j’enchaine les questions sans même lui laisser une chance de répondre tellement je m’en veut de lui avoir lancé une balle… Quelque part…

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Sam 31 Juil 2021 - 11:23
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Qui est l'idiote qui lui demande si ça va ? Bien sûr que non, ça ne va pas. Et puis, est-elle vraiment obligée de lui crier dans les oreilles ? La douleur est déjà bien assez intense. Les mains toujours à l'arrière du crâne, il entrouvre les paupières et aperçoit une petite brune se ruer vers lui. L'adjectif est important car une fois à sa hauteur, il doit baisser la tête pour regarder le phénomène. Il a envie de l'insulter mais elle ne lui en laisse pas le temps. Après l'avoir bombardée d'une balle, elle l'ensevelit sous une tonne de questions. Son envie de grossièreté s'évanouit aussitôt alors qu'il la regarde avec des yeux ronds. A-t-il percuté un miroir ? Ce débit de paroles, ces questions sans queue ni tête, cette facilité à aller au devant de la catastrophe qu'elle a causée... et sa petite taille. Un sosie féminin ? Bon sang, le choc a dû lui retourner le cerveau. Si ça se trouve, il est actuellement allongé au sol, entre la vie et la mort, et se voir en fille est une hallucination que lui renvoie son esprit à l'agonie. A première vue, il n'est pas mal non plus dans un corps féminin et il se sent rassuré. Mais avant d'être pleinement satisfait de l'échange, il doit vérifier certaines choses. Comme sa capacité d'adaptation à un humour douteux et son potentiel à surenchérir.

Seito se masse l'arrière du crâne et ouvre complètement les yeux. Il pourrait répondre à toutes ses questions, l'une après l'autre, mais ce serait si banal que cette solution ne lui effleure même pas l'esprit. A la place, il se focalise sur la dernière interrogation et, malgré la douleur lancinante qui prend gentiment ses aises, il y voit l'occasion d'embêter le monde. Ce qui ne serait pas cher payé au vue de la perte de neurones qu'elle lui a infligée. Alors il la regarde dubitatif et baisse les yeux sur ses mains. Il y compte dix doigts.

« Mort ? Mais... comment ? » demande-t-il sur un ton un peu inquiet.

L'adolescent relève la tête et regarde autour de lui. Tiens donc, il a franchi les limites du terrain de baseball. Cela explique le risque élevé de se prendre une balle. Maudit vent ! Il pourrait arrêter la blague ici mais la tentation est trop forte. Il poursuit sur sa lancée :

« Tout semble... pareil. Me dis pas que j'suis au purgatoire ? J'suis même pas croyant, qu'est-ce qu'ils vont m'faire ? Ou alors, j'suis condamné à errer sur l'campus jusqu'à c'que quelqu'un libère mon âme. »

Mourir d'une balle de baseball, c'est quand même pas de chance. Il espère de tout cœur que sa mort sera moins stupide. Un nouveau va-et-vient dans ses cheveux dans une vaine tentative de chasser la douleur et il pose ses yeux sur la brune.

« Mais toi... qu'est-ce que tu fais là ? T'es une âme perdue ? Qu'est-ce que t'as fait pour mériter un tel châtiment ? » s’enquiert-il en maintenant un visage anxieux.

Qu'on lui décerne un Oscar. Il se pourrait qu'il se délecte un poil trop de ce petit jeu. D'autant qu'il est capable d'y jouer pendant longtemps.




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Lun 20 Sep 2021 - 23:29
Bon. Il bouge, c’est bon signe. Il semble fixer mes doigts et je reste là à le fixer. On ne sait jamais, je dois déceler tous mauvais signe. Sérieusement, j’espère qu’il va bien, ça ne doit vraiment pas faire du bien de recevoir une balle. Au moins, je ne dénote pas de trace de sang, ce serait l’horreur. Quoi que… finalement il a du bien être sonné parce qu’il semble se demander lui-même s’il est mort… Bon, il se redresse finalement et… voilà qu’il enchaine sur de propos encore plus… N’importe quoi! J’avoue que je me retiens pour ne pas rire. Il a complètement disjoncté ma parole. Ok oui j’ai envie de rire, mais je me sens quand un peu coupable de l’avoir rendu zinzin.. Ou peut-être qu’il est naturellement comme ça?

J’allais lui dire qu’il est toujours vivant lorsqu’il me demande ce que moi, je fais là. Une âme perdue… Mon châtiment? Est-ce qu’une idée horrible commence à se former dans mon cerveau? Noooon Maka, ce ne serait pas gentil, il a peut-être un problème qui fait qu’il est pas.. normal.. vous savez.. handicapé mentalement… Mais l’envie de s’amuser….

Je prends alors une posture plus droite et affiche un air sévèrement humble tout en raclant ma gorge afin de prendre un ton plus… sup.rieur, solennel? Majestueux!!

- Moi? Une âme perdue? Hahaha!! Cette balle a vraiment du vous tuer plus que prévue!! Vous avez raison, nous sommes bien au purgatoire, cependant, je suis ici non pas parce que je me suis égarée, mais parce que je vous cherchais et vous êtes resté allongé plus longtemps que prévu. Bref, je suis en fait la juge de la mort. C’est moi que vous devrez impressionner pour aller soit au paradis…

Je pointai le ciel de mes deux mains avant de les faire descendre dans un mouvement ample vers le sol.

-Ou en enfer… Et si vous me laissez indifférente, vous serez destiné à errer éternellement sur ce campus et y hanter ses élèves dans une solitude solitairement solitaire!

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mar 28 Sep 2021 - 22:45
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Et là, sous ses yeux ébahis, la magie opère. La japonaise embarque à bord du train de sa folie. Tchou tchouuu ! Le nuage de fumée les enveloppe et les voilà projetés au purgatoire. Il ne faut pas plus de quelques secondes à Seito pour s'imaginer le scénario et, plutôt que d'avouer s'être joué d'elle, il n'émet aucun son alors qu'elle se présente en tant que... juge de la mort. AH OUAIS, rien qu'ça ? Ses lèvres ont très envie de sourire mais il se retient de toutes ses forces. Pour rester dans le personnage, il prend un air horrifié. On lui a tout de même annoncé qu'il était mort. Il a beau avoir, à ce qu'il paraît – cela lui échappe – des tendances psychopathes, sourire dans un moment pareil ferait même peur à la mort en personne. C'est tout anxieux qu'il la regarde. Anxiété qu'il exacerbe quand elle lui annonce devoir faire ses preuves. Bon sang ce que c'est dur de rester sérieux ! Surtout quand la perspective de hanter les élèves est offerte sur un plateau d'argent. La solitude solitairement solitaire ne l'atteint même pas, seul compte le potentiel de farces d'une telle opportunité. Toujours est-il qu'il a besoin d'en savoir plus pour l'aider à trancher. Alors il s'empresse de poser tout plein de questions :

« Alors j'veux bien essayer d'vous impressionner, madame la juge, mais j'suis pas trop sûr de savoir comment. Est-ce que j'dois vous raconter ma vie ? Genre les bêtises que j'ai faites, mes bonnes actions, tout ça ? Ou alors, vous allez mettre mon cœur sur une balance comme les Égyptiens et s'il est trop lourd, vous m'enverrez en enfer ? »

Il s'interrompt quelques instants, à la fois pour rassembler ses idées mais aussi pour reprendre son souffle. Puis, se faisant l'avocat du diable, il croise les bras sur sa poitrine et reprend :

« Ah et j'voudrais pas faire mon rabat-joie, hein, mais en vrai j'suis pas croyant. Alors ça m'paraît un peu bizarre qu'on m'donne le choix entre paradis et enfer. J'croyais qu'la justice était impartiale. Alors vous devriez p't'être être au-d'ssus des religions. Ou alors proposer d'autres alternatives. Genre le bouddhisme avec la réincarnation. Soit tu te réincarnes en carpe koï soit en bouse de vache. C'est tout aussi motivant en vrai ! »

Mine de rien, il s'est appliqué à étaler ses connaissances comme de la confiture. Une bonne grosse couche pour lui montrer qu'il ne mérite pas le désert aride mais plutôt le champ de nuages. Il ne sait si c'est le fait d'avoir trop réfléchi mais un mal de tête s'installe dans son crâne sans lui demander son avis. Seito se frotte à nouveau l'arrière du crâne, là où la balle l'a touchée, en grimaçant légèrement. Mais cela ne l'empêche de formuler une dernière question :

« Bref, qu'est-ce qui impressionnerait la juge de la mort ? »




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Jeu 14 Oct 2021 - 19:18
Décidément, il continue le jeu. Je commence à le trouver sympa pour ça. C’est vrai quoi? C’est pas tous les jours que je rencontre des gens aussi timbrés que moi. La plupart m’auraient vraiment regardé de travers ou se seraient juste moqué de moi. J’aime ça, le garçon me permet de me pratiquer un peu à jouer des rôles. On ne se le cachera pas, si je suis douée en chant et en danse, j’ai encore beaucoup de progrès à faire pour le côté acting de la profession. J’ai déjà raté deux auditions pour pub et mon agent aime pas trop cela. Quelle idée aussi de me demander d’auditionner pour des trucs ultra féminin. Ouais bon, j’en ai fait mais c’était des contrats ou je chantais plutôt que juste… jouer un rôle…

Bon. Assez parler de moi et revenons à notre victime. Il me demande comment il peut m’impressionner… J’avoue que je n’ai pas réfléchis à cela en lui disant. Je prends donc une mine pensive afin de réfléchir pour vrai, mais je n’ai pas le temps de trouver une réponse que le voilà en train de me sortir des trucs trop philosophiques sur la définition de.. Je sais pas trop en fait? Un mélange d’enfer, de paradis et de réincarnation. Beurk! Il est soudainement moins sympa. Pourquoi il pose toutes ces questions? Un bon jeu ne demande pas de réflexion non? Bon. Faut que je garde le rôle et donc que je lui fournisse tout de même une réponse profonde et sage… J’inspire et sourit doucement pour avoir l’air le plus sûr de moi possible.

- Si vous vouliez vous réincarner, vous aviez juste à mourir dans une autre zone comme celle qui commence à 342 mètre par là-bas

J’indiquai une direction au hasard.

- La mort est impartiale parce qu’elle se fout des religions, des croyants ou non croyants. T’es mort dans cette zone-ci, t’as le droit entre paradis, enfer ou errance solitaire.

Mon sourire s’agrandit, fière de ma réponse. Haha!! Dans ta face les questions philosophiques!!! Je met alors mes mains sur les hanche, voulant me montrer encore plus confiante.

-Sinon, pour m’impressionner… Il y a plusieurs moyens.. Un talent caché par exemple! Ou encore, réussir à me battre à la course!

Ben quoi? Toute occasion est bonne pour s’entrainer… Ou se défier!

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mar 19 Oct 2021 - 22:33
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Il se contient. Cela lui demande un effort de concentration incroyable mais il se contient. Il contient ce rire qui a envie de s'échapper depuis l'instant où elle s'est présentée en tant que juge de la mort. Et plus elle tisse son histoire, plus il lui est difficile de ne pas éclater de rire. Car c'est qu'elle en a sous le pied ! Les yeux ronds, il regarde l'endroit qu'elle pointe du doigt et braque à nouveau son regard incrédule sur elle.

« C'est... précis. » se contente-t-il de répondre.

La suite vaut son pesant de cacahuètes et il se fait violence pour ne pas arrêter de jouer la comédie. Seito ne pensait pas que ce serait aussi amusant d'être mort. Pas vraiment de quoi avoir peur finalement. Un petit coup de Google maps pour savoir dans quelle zone il se trouve avec de casser sa pipe et il sera assuré d'avoir une belle mort. Les bras toujours croisés, il incline la tête sur le côté et plisse les yeux.

« Ça aurait été sympa de m'prévenir avant que j'crève ici. Y'a pas un allègement d'peine quand tu t'es fait tuer par une balle de baseball ? Genre un coupon d'la loose qui t'rajoute des points ? »

Ce qui l'arrangerait bien car on est quand même sur une fin assez ridicule. Et il espère, c'est même non négociable, qu'il mourra de façon plus noble ou douce. Mourir dans son sommeil lui paraît être la manière la plus agréable. Ses réflexions morbides sont interrompues par l'énoncé des moyens dont il dispose pour s'octroyer le droit d'aller au paradis.

« Tu veux qu'on... court ? Même mort, j'dois faire du sport ? C'est quoi cette arnaque ?! » s'insurge-t-il immédiatement.

Alors qu'il réfléchit à une alternative, il décroise ses bras. Un talent caché, il n'est pas certain d'en avoir un. Lire vite est risible, il doit trouver mieux à répondre. L'adolescent fronce les sourcils et pose ses mains sur ses hanches. Soudain, il se souvient du speed-dating d'hier et des bêtises qu'il y a raconté. Sa bouche se fend d'un sourire alors qu'il récite tout content :

« J'ai un super-pouvoir. J'énerve très vite les gens, genre ils peuvent partir au quart de tour quand j'suis à côté d'eux. J'sais pas trop si c'est un talent caché mais ça mérite d'être mentionné. »

Il se masse une fois de plus l'arrière du crâne. En penchant la tête, ses yeux tombent sur la feuille volante qui lui a valu cette séance au tribunal. La brune ne semble pas l'avoir remarquée et c'est tant mieux. Sans la quitter des yeux, il pose d'abord son pied sur le papier et finit par se pencher pour le ramasser en s'exclamant :

« C'est incroyable quand même ces gens qui laissent traîner leurs papiers partout. Ils connaissent pas les poubelles ou quoi ? »




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Sam 30 Oct 2021 - 19:30
Je me retiens de rire quand il me demande si mourir d’une balle de baseball atténuera son sort. J’avoue qu’il a raison: Mourir d’une balle de baseball ce serait trop la lose. Bref, voilà qu’il s’oppose sans délai à l’idée de faire du sport. Pourtant c’est tellement bien le sport! On bouge, on se surpasse, on renforce notre âme, nos tripes, l’adrénaline nous envahi et on se sens tellement vivant quand on fait du sport. J’ai envie de lui dire, mais je vois qu’il réfléchit et en ce moment je ne suis pas Maka, je suis une juge de la mort, c’est mon devoir de le laisser réfléchir… Et aussi, je suis vraiment curieuse d’entendre ce qu’il va me sortir comme talent caché….

Énerver les gens? La surprise doit se lire dans mes yeux. J’avoue que je m’attendais à un truc du genre jongler avec des pissenlits ou jouer de la cornemuse. Du coup, ça m’intrigue encore plus. Je m’y reconnais un peu, apparemment j’ai tendance parfois à énerver les gens, mais je crois que c’est plutôt du types les exaspérer que les faire virer au quart de tour. Il faudrait que j’ai une exemple… Un spectacle!! J’allais énoncer mon idée, mais il s’affaire à ramasser un bout de papier qui trainait tout près. Je tends la main pour qu’il me donne le papier.

-Donne j’irai le jeter. Pas question que tu te détourne de ton jugement pour un bout de papier. Je veux un exemple de ton talent! Je vais te rendre temporairement visible aux yeux des autre pour que tu puisse me faire une démonstration!!!

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Lun 1 Nov 2021 - 17:09
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Tiens donc, il semblerait que ce talent impressionne la juge au vu de la surprise qui se lit sur son visage. Seito sourit, tout fier de sa bêtise. Sourire qu'il perd bien vite quand elle se propose pour jeter le détritus. Il ne peut clairement pas accéder à sa demande.

« Oh non, c'est bon, ne vous inquiètez pas. J'le ferai moi-même. » s'empresse-t-il de répondre en pliant la feuille.

D'autant qu'il a bien d'autres chats à fouetter. A commencer par cette improbable démonstration que lui demande la brune. Il s'arrête en plein pliage et la regarde avec des yeux de poisson mort, la bouche légèrement entrouverte. Cette demande est plutôt cocasse. Car, si on remet les choses dans leur contexte, la jeune fille lui demande d'énerver en toute connaissance de cause une personne au hasard et risquer de se prendre une droite dans le processus. Un projet ambitieux dont il se serait bien passé en cette fraîche matinée. Doit-il une fois de plus lui rappeler qu'elle est quand même responsable de la bosse qui se forme à l'arrière de son crâne ? Il ne manquerait plus qu'il ajoute un coquard à son actif et la panoplie de la victime sera complète. Mais Seito n'est pas du genre à se défiler pour si peu. Alors il bombe le torse et accepte la requête sans rechigner :

« A votre bon plaisir, chère juge. »

Il s'incline alors bien bas et attend patiemment d'être désinvisibilisé – oui j'invente un mot pour les besoins du RP. Toute cette poésie a dû lui monter à la tête pour commettre une telle bêtise. Il a des flashs de l'espagnol à la cantine, de l'espagnol au bal de la Saint-Valentin et il les repousse un par un. Comme toujours, il ne reviendra pas sur sa décision. Il est prêt à en affronter les conséquences. Le japonais regarde alors autour de lui et s'enquiert :

« Qui je dois prendre pour cible ? »

En une phrase, il bascule de simple mort accidentel à agent 47. Ses yeux se font jumelles. La pauvre personne désignée n'est pas prête pour ce qui va suivre.




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Sam 6 Nov 2021 - 5:51
Mmm.. Il insiste pour garder le papier. Dommage, ça peut toujours être intéressant un papier trouver au sol, il contient peut-être une énigme ou une carte aux trésors… Sérieusement, je devais être pirate dans une vie antérieure. Enfin, je n’insiste pas trop. De toute façon, il est plus important de porsuivre le jugement de mon âme perdue… Je parle de Seito, pas ma propre âme. Je n’ai pas le temps d’être tourmentée moi!

Bon. Vais-je avoir droit à un exemple? OUIII!! Il accepte en tirant une basse révérence. Il est poli en plus. Ça marque des points, c’es bien! J’aime les personnes courageuses, je crois. Je fais alors des gestes bizarres avant de terminer en touchant l’épaule du garçon.

-Te voilà temporairement visible! À toi de jouer!

Je le regarde qui regarde autour de lui et il me demande alors qui il doit prendre comme cible… AH!… Je ne m’attendais pas à devoir choisir pour lui. En soit c’est intéressant parce qu’il n’y aura pas d’avantage ainsi. Il ne sera pas tenté de choisir une personne qu’il considère pouvoir énerver plus rapidement. Je regarde autour de moi. Mmmm… On évite les grands sportifs imbu d’eux-mêmes. Ont leur dit salut et ils sont énerver. Il y en a qui semblent plus calmes… Mais si ça déraille… Je paie par cher pour la survie de Seito, même si techniquement en se moment il est déjà mort. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. Y’a une fille super sportive pas loin, mais… Elle semble trop suceptible.. Oh! Et pourquoi pas l’autre fille de ce côté? Elle semble du genre calme et plutôt à trouver une personne simplement ennuyante au lieu de s’énerver. Je dit ça, mais je ne fit seulement sur ce que je vois et ce qu’elle semble dégager… Je me trompe peut-être sur son compte, mais je la pointe tout de même.

-Elle!

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Dim 14 Nov 2021 - 13:02
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Seito fourre le papier dans sa poche et se concentre sur sa mission. Il a bien une petite idée de comment l'accomplir mais craint réellement les répercussions. D'autant que cette fois-ci, il a un public. Il se doit donc d'être brillant. Non pas que ce ne soit pas dans son habitude, c'est simplement une pression supplémentaire. Ses lèvres tressaillent alors qu'elle s'agite comme une sorcière vaudou et il ravale son rire. Absolument tout est surréaliste et il n'est pas au bout de ses peines. Pour être impressionnée, elle va l'être ou il ne s'appelle pas Seito Mori. Le déclarant de nouveau visible, il s'inspecte en regardant son corps qu'il palpe, ses mains qu'il tourne dans un sens puis dans l'autre puis il se palpe les joues. Efficace cette illusion ! Il ne s'en soucie pas plus longtemps car, après avoir suivi son cheminement du regard, sa cible est désignée. Une brune un peu plus loin, assise sur un banc, son portable à la main. Un point pour lui, il ne la connaît pas. Donc l'énerver ne devrait pas être trop problématique s'il ne la recroise jamais. Le japonais se tourne vers la juge et acquiesce d'un hochement de tête.

« Ça ne devrait pas prendre longtemps, à tout d'suite. » déclare-t-il.

Et il se met en marche, le cœur battant. A chacun de ses pas, il réfléchit à la meilleure manière de faire sortir cette parfaite inconnue de ses gonds. Pour cela, il lui suffit de puiser dans ses innombrables frasques et d'en trouver le point commun. Ce qui est compliqué, c'est qu'à y regarder de plus près, il était toujours – quasi toujours – parti avec de bonnes intentions et, par un malheureux hasard de circonstances, la situation avait fini par se corser. Prenons l'exemple de Mora. Il n'a jamais souhaité être en mauvais terme avec ce garçon mais il semblerait que la vie ne soit pas de cet avis et que ses choix le poussent inexorablement au conflit. Alors, sur le point de commettre volontairement une esclandre, il est nerveux. Parviendra-t-il à démontrer ses capacités avec le panache dont il s'est vanté précédemment ? Plus vite qu'il ne le voudrait il se retrouve devant la jeune fille. Il s'éclaircit la gorge pour signaler sa présence, elle relève la tête.

« J'cherche la maison du gardien, tu saurais où elle est ? » demande-t-il sans la saluer. Elle décroche complètement son attention de son portable et fronce les sourcils, semblant réfléchir à quelle direction pointer. Sauf qu'il ne lui en laisse pas le temps et la coupe : « Nan, t'sais quoi, j'sais pas pourquoi j'demande ça à une fille. C'est bien connu qu'vous avez pas l'sens de l'orientation. »

Il hausse les épaules et soudain apparaît dans sa vision périphérique un mec plus grand que lui. L'étudiant, deux cafés à emporter à la main, l'observe d'un air méfiant puis pose ses yeux sur sa copine dont le visage affiche un air outré.

« Y'a un problème ? » s'enquiert-il d'une voix grave.

Pas besoin de peser le pour et le contre pour savoir que la décision la plus sage serait de leur souhaiter une bonne journée et de rejoindre la petite brune. Mais cela signifierait revenir bredouille, ce qui est bien sûr impensable. Sans parler du fait qu'il finirait mort et rôti en enfer – oui, il a conscience que ce n'est qu'un jeu. Il inspire et soutient le regard du taureau.

« On discutait sens de l'orientation. Mais à c'que j'vois, elle s'est complètement perdue quand elle est tombée sur toi. » ose-t-il affirmer avec aplomb. Le géant pose ses cafés sur le banc et se rapproche : « Répète un peu. »

L'adolescent ne flanche pas, il jette un coup d’œil sur le côté pour s'assurer que la brune observe correctement le spectacle sous ses yeux et, rassuré, il plante le dernier clou :

« J'vois aussi que t'es pas le couteau le plus affûté du tiroir. Oh pardon, j'vais répéter ça avec des mots plus simples. Toi être un peu lent. »

Code rouge. Le taureau s'ébroue, ses yeux sont plus noirs que la nuit. Seito n'attend pas de voir la suite, d'autant qu'un mouvement de bras terrifiant amorce une trajectoire rectiligne vers sa personne. Il fait volte-face et s'enfuit comme s'il avait le feu aux fesses. Quelques enjambées et il est au niveau de la juge de la mort, haletant. Un vif mouvement de tête vers l'arrière l'informe que le taureau le poursuit. Quelle plaie ! Pas le temps de sur-analyser la scène, il chope le coude de la brune en lui tirant le vêtement et s'écrie :

« Cours ! »




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Ven 19 Nov 2021 - 2:50
Il y va vraiment! Wow! Il est courageux! J’aime ça! Tellement de gens se seraient simplement dégonfler. Je le suis donc sur quelques pas, mais je m’arrête à bonne distance pour ne pas paraître suspecte. J’observe donc de loin…. Et je me dis que j’aurais du m’approcher plus parce que je ne comprend pas vraiment ce qu’ils disent, le vent ne pousse pas le son du bon côté. Je vais donc me contenter de m’adosser à l’arbre à côté de moi et les observer subtilement. Je vois après pas longtemps que le visage de la fille change. Mais qu’est-ce qu’il lui a dit? En tout cas, il semble sur la bonne voie… Jusqu’à-ce qu’arrive un baraqué dans le décor… Oups? Je me redresse et tente de faire un signe de repli qui ne ressemble à rien à Seito, mais il ne me voit pas. En fait, il continue à parler au mec. Je vois que le visage du gars vire au rouge colère et je fait instinctivement quelques pas en leur direction, prête à intervenir si un point doit partir.

Et c’est justement ce qui arrive! Je vois le bras qui se lève et je m’apprête à courir, mais je remarque Seito qui fuit dans ma direction et me ramasse au passage en m’ordonnant de courir, ce que je fais aussitôt, ayant bien remarqué que le baraqué le poursuivait… Enfin, nous poursuit maintenant. Je m’élance donc à la suite de mon âme en perdition et je lui pointe la direction des bâtiments afin qu’il change légèrement sa trajectoire. Se sera plus simple de le semer là bas.

Arrivés près du premier Bâtiment, je me souviens qu’il y a une entrée juste après le coin.

-À droite!

Virage serré à droite et une fois presque devant la porte, j’attrape le bras de Seito en ouvrant la dite porte pour le tirer à l’intérieur

-Par ici vite!!

Je lui indique alors le chemin des escaliers où se trouve un amas de plantes décorative. Je l’invite à se cacher derrière. Notre poursuivant ne met pas longtemps à entrer à son tour dans le bâtiment et il s’arrête à l’entrée pour nous chercher du regard. Ne sachant plus dans quelle direction aller, il pesta contre mon camarade en criant devant un petit groupe d’élève qui le regarda bizarrement et il ressorti. C’est là que j’éclate de rire en me relevant.

- Haha!! Mais t’es taré!! T’es juste vraiment trop nice haha!! Sérieux! Génial!! Je ne sais pas ce que tu lui as dit, mais réaction en or Hahaha!!!!

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Dim 21 Nov 2021 - 14:45
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Courir. Peu importe combien de temps, peu importe la destination. Simplement courir pour sauver son visage à défaut de sa vie. Le vent agrippe ses cheveux, se faufile dans son cou et tente de ralentir sa course. Mais rien ne saurait altérer cet état second qui s'empare de lui alors que l'adrénaline se déverse dans ses veines. Une injection puissante de ses glandes surrénales qui le foudroie et lui octroie la capacité de poursuivre sur sa lancée sans s'inquiéter d'être rattrapé. Il file à une vitesse ahurissante, à moins que ça ne soit dans sa tête. Comme une impression d'avoir des ailes dans le dos ou des chaussures ailées comme Hermès. La juge de la mort est à ses côtés. Rien de grave ne peut lui arriver, il est déjà mort. Le jeu est si grisant que les frontières de la réalité lui échappent complètement.

Courir. Peu importe qu'il ne se soit écoulé que quelques minutes, peu importe qu'il faille bifurquer à droite. Il dérape copieusement sur le sol, manquant de tomber et de s'érafler tout le côté droit. Le bâtiment est arrivé si vite que c'est à peine s'il l'a vu. Stabilisé à nouveau, ses mollets encaissent la nouvelle poussée et lui donnent l'élan nécessaire pour poursuivre cette corrida improvisée. Heureusement qu'il ne porte pas de rouge ne peut-il s'empêcher de penser. Et soudain, une traction l'entraîne à travers la porte. Il n'a pas le temps de s'en formaliser, électrisé par l'urgence de trouver une cachette. Son regard agrippe le parterre de plantes que lui pointe la jeune fille et il se jette derrière sans demander son reste.

Suant et haletant, il s'accroupit correctement derrière le mur végétal. La tension est à son comble. Le taureau enfonce la porte quelques secondes plus tard. Sa fureur s'est accrue à mesure qu'il les coursait, de même que la teneur de ses propos pour le moins équivoque. Seito retient son souffle, les yeux écarquillés. Un jet de vapeur fumante s'échappe du museau de l'excité qui, après avoir incendié un groupe de lycéens, se rend à l'évidence : ils ont bel et bien réussi à le semer ! Il repart la queue entre les jambes et l'adolescent se remet à respirer. Une explosion de joie éclate dans ses tympans, il tourne la tête vers la brune et un immense sourire s'empare de ses lèvres. Autant il était chauffé à bloc durant la course, autant le soufflé retombé il se sent vidé de toute énergie. Juste la force de maintenir ce sourire qui lui dévore le visage alors qu'il se laisse tomber en arrière pour finir allonger de tout son long à même le sol. Le poids de la gravité en moins il la rejoint dans ses rires jusqu'à en avoir mal au ventre.

« Hahaha ! Ca a été tellement rapide, hahaha ! J'y croyais pas non plus, hahaha ! » laisse-t-il échapper entre plusieurs hoquets.

Bon sang, ce que ça lui avait manqué de faire l'idiot pour amuser la galerie. Faire une bêtise en toute connaissance de cause. Mettre de côté les répercussions et se concentrer sur cette admiration toute relative dont fait preuve la petite brune à son égard. Il se laisse doucement envahir par cette allégresse enivrante, les yeux rivés au plafond.

« J't'ai pas battu à la course mais j'crois que j'me suis pas trop mal débrouillé. T'en penses quoi ? » finit-il par dire en obliquant sur la jeune fille. Ses yeux pétillent de malice, il ajoute : « J'ai impressionné la Juge ? »




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Lun 20 Déc 2021 - 1:26
Je reprends enfin complètement mon souffle et mon rire fini par se calmer alors qu'il me demande s'il a réussit son fameux test d'âme errante. Je troque donc mon sourire pour un air faussement sérieux en me tenant le menton.

-Mmmmm... Laisse moi réfléchir.....

Et je patiente ainsi quelques secondes pour le faire attendre... Ben quoi? Ce n'est pas parce qu'il a été excellent qu'il aura tout cuit dans le bec, je serais alors une très mauvaise juge de l'eau delà. Mais bon, je met pas plus d'une minute non plus, faut pas exagérer.

-Je dirais que tu es une âme courageuse et pleine de motivation et... de folie.... Si tu promets solennellement aux veilleurs de l'entre deux mondes de toujours rester ainsi vif et fonceur, je t'accorderai à nouveau la vie!!

Sourire hautain -Il faut bien qu'on me reconnaisse à la hauteur de mon titre de juge- je lui tends la main pour qu'il se relève, me demandant s'il va vraiment promettre. En vrai, je dis ça surtout parce qu'il est sympa ce gars et il ne semble pas avoir peur de grand chose ni être trop à cheval sur les convenances et ça manque cruellement dans le coin. Genre, les gens sont prêts à faire une folie une fois et ensuite ils deviennent sages comme des agnaux à lécher les bottes des adultes ou encore se mettent à perdre leur imaginaire et à te juger alors qu'avant ils t'accompagnaient.

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mer 22 Déc 2021 - 20:46
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Tenu en haleine, il se redresse pour se mettre en position assise. Serait-elle sévère au point de ne pas lui accorder grâce ? Car si cela ne suffit pas, Seito craint de ne pas être à la hauteur pour l'étape suivante. Déjà qu'il a eu une chance de cocu en échappant à ce petit-ami enragé ! Pour autant il ne montre pas son impatience. Il la regarde fixement, les yeux remplis d'espoir. Enfin, la décision tombe. Un immense sourire vient s'épanouir sur ses lèvres tandis que ses yeux se remplissent à présent d'étoiles. Plutôt que de saisir la main de la jeune fille pour se relever, il utilise les siennes pour se mettre à genoux façon chevalier servant devant sa dame. Il incline alors la tête vers le bas pour déclarer cérémonieusement :

« Vos compliments me vont droit au cœur, madame. Je jure solennellement de rester vif et fonceur, quand bien même je devrais pour cela recevoir un poing dans la figure. »

L'adolescent relève doucement les yeux, un sourire malicieux lui mange le bas du visage. Il pouffe de rire et se redresse pour se retrouver debout face à elle. Sans prendre la peine d'épousseter ses vêtements – ils en ont vu d'autres – il constate :

« Et dire que j'avais dit non à la course au départ ! Comme quoi, faut jamais dire non. »

Et il ne faudrait jamais enquiquiner les gens gratuitement pour le bon plaisir d'une audience attentive. Toute cette adrénaline dépensée a eu le mérite de chasser la mélancolie de ce dimanche matin et il lui en est reconnaissant. Mieux encore, il y voit l'occasion de faire le point. Son regard dévie vers la porte du bâtiment, il se fait songeur :

« J'réalise un truc mais... quand on va sortir du bâtiment, j'vais de nouveau être vivant. »

Il marque un blanc et, comme si deux neurones s'étaient entre-choqués dans sa boîte crânienne, il s'exclame :

« P*tain, j'vais pouvoir me vanter d'être revenu d'entre les morts, trop la classe ! Et en plus, l'entre-mondes est plutôt pas mal finalement. Y'a du potentiel quoi. » Il revient poser son regard sur elle et ajoute, non content de sa flatterie : « Sûrement parce que c'est vous qui régnez dessus ! »




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mar 28 Déc 2021 - 19:01
Il fait sa promesse et je porte ma main solennellement au coeur comme pour l'accueillir et si je suis souriante, j'affiche un petit air désolé avant de rire avec lui quand il parle de se prendre un coup de poing. Néanmoins j'adore, moi non plus je n'ai pas peur de me faire frapper, surtout si c'est pour défendre ceux qui me sont chers ou encore pour une mission ultra-secrète qui dégénère... Ou un défi... Quoi que maintenant je dois faire beaucoup attention pour garder mon visage intacte et ne pas me blesser. J'ai vraiment pas envie devoir refaire un concours sur scène sur antidouleurs avec une côte fêlée. Juste, le genoux égratigné l'autre jour, mon producteur n'était pas très enthousiaste.

Bref, le garçon s'est redresse et me rappelle que je lui avais effectivement proposé une course. Il a raison, il ne faut jamais dire jamais! Bien que l'issue n'était plus lui contre moi, mais nous deux contre un inconnu enragé. En fait, c'est encore bien plus marrant comme course et on en est sortis tous les deux gagnants! Je crois? Enfin, on est indemne. Finalement, le voilà qu'il commence à faire une constatation et... Je pouffe de rire à mon tour lorsqu'il termine. Mais il a trop raison en vrai! Pour la vantardise, pas son compliment, je doute sincèrement avoir les compétences pour régner sur quoi que ce soit, mais je suis quand même flattée de sa remarque. Je reprends finalement mon souffle et un peu de sérieux.

- Merci! Effectivement, tu pourras t'en vanter... Moi d'ailleurs, n'ayant pas d'âme à guider pour le moment, je vais devoir me cacher dans le monde humain bien moins ennuyant! D'ailleurs, tu m'y reconnaitra sous le nom de Maka Nakajima!! Première de Lycée, et toi?

Parce que ouais, j'ai beau être la juge de la mort, je ne suis pas omnisciente et je réalise qu'on s'est jamais présentés. Autant le faire en bonne et due forme... Et tant qu'à faire les présentations...

-Au fait, tu sais que tu ferais un aventurier digne de ce nom? Tu semble avoir pas mal de compétences! Je suis certaine que Summer sempai t'apprécierais... Enfin.. Si un jour t'as envie de vivre des aventures en tant que vivant ou non morts, t'as qu'a passer t renseigner au club des aventuriers! C'est grâce à lui qu'il n'y a pas beaucoup de morts sur le campus, entre autre!

Ben quoi? On a jamais trop de membres!

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Jeu 30 Déc 2021 - 11:16
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Qu'elle rit à ses absurdités le remplit de joie. Il n'est finalement pas si évident de rencontrer des gens à l'humour aussi universel que le sien. Sans prise de tête, juste le moment présent à agir potentiellement de manière bizarre sans recevoir le moindre jugement. Seito est ainsi très content d'apprendre la véritable identité de la jeune fille. Il décline rapidement son identité à son tour :

« Mori Seito, j'suis en deuxième année. »

La suite le désarçonne. Pardon ? On veut réellement de lui dans un club ? De lui ? Vraiment ? A moins qu'elle s'adresse à quelqu'un d'autre derrière lui. Presque inconsciemment, il regarde de part et d'autre mais ils sont bien seuls dans ce renfoncement. D'ailleurs, il faudrait peut-être qu'ils sortent de derrière la plante où des esprits malavisés pourraient imaginer qu'ils font des trucs pas nets. Bon sang, focus ! L'invitation est tentante.

« Tu le crois vraiment ? » demande-t-il avant de poursuivre : « J'suis au club de littérature et j'hésitais à m'inscrire à un deuxième club. Le kyudo me tente bien. Genre la tenue, l'arc, c'est stylé. Et puis j'pourrais me vanter d'être un samouraï des temps modernes. Et ça, pas tout l'monde peut s'en vanter, crois-moi ! »

Il sourit fièrement, sans se douter de la difficulté réelle de la pratique du kyudo. Une vapeur rouge envahit son esprit. A la manière d'un Rappeltout, il a oublié quelque chose, mais quoi... Et soudain, il sait. Son carnet, ses poèmes !

« Faut que j'retourne dans l'parc, j'ai laissé mes affaires là-bas ! Tu viens avec moi ? On sait jamais si l'autre abruti nous repère, que tu nous rendes invisible une fois de plus. »




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Jeu 30 Déc 2021 - 12:46
Je ne sais pas pourquoi Seito regarde autour de lui quand je lui parle. Il a peur que quelqu'un nous entende parler? C'est pas gênant pourtant le club des aventurier. Enfin. J'imagine que je le comprends, beaucoup de personne jugent notre club et nous prends pour des timbrés sans même avoir essayé de nous connaitre ou de vivre toutes les merveille qu'on y vit. C'est pourquoi sa réaction me surprend un peu quand il me demande si c'est vraiment quelque chose de possible de rejoindre le club. D'habitude, les gens déclinent tout de suite, lui semble douter de ses compétences? Il s'explique finalement comme quoi il cherche justement un deuxième club. Mais... C'est parfait!! Une potentielle recrue!! Bien qu'il hésite pour le club de Kyudo en évoquant la raison de vouloir être un samouraï des temps modernes. Je sourit largement parce que c'est vrai que le titre est super!

-Ouais, c'es vrai!

Il semble alors penser à autre chose et m'indique avoir laisser ses affaires aux terrains... C'es qui me rappelle soudainement que... Bah moi aussi en fait!

-Oui! Je veux bien t'accompagner, je dois y ramasser mes trucs aussi, dont les balle de baseball encore un peu éparpillées pour les remette dans le local du club. Et c'est vrai que vu les circonstances, vaut mieux y aller à deux haha!! Si jamais y'a quoi que ce soit, t'inquiète, je te protègerai!!

Je sort alors de derrière la plante et commence à me diriger vers la sortie. J'en profite alors pour revenir sur notre précédent sujet de conversation.

-D'ailleurs, si tu rejoint le club de Kyudo, sois prudent! Les aventuriers on a déjà enquêter sur lui parce qu'il y a eut une grosse vague de disparition de ses membres. Depuis qu'on a mit notre nez dans l'affaire, les preuve on mystérieusement disparues, mais je ne serais pas étonnée que des élève y soient encore portés disparus malgré que ce soit beaucoup moins fréquent maintenant. Leur président est super gentil, mais il est le principal suspect alors fais attention!!

Bon. Et y'a aussi un Neil de suspect, mais... il n'a rien fait de compromettant en lien avec le club de Kyudo alors je le laisse tranquille pour le moment. Ce que je trouve triste, c'Est que la dernière disparition de ce club que je connaissais, c'était notre ancien président du club de baseball. Il ne méritait pas ça.

-Mais sinon, j'imagine que c'est un club sympa en vrai! Par contre, si c'est juste le fait d'être un samouraï qui t'intéresse, tu peux l'être aux aventurier. Notre présidente pourra même te confectionner un costume sur mesure! La différence, c'est qu'au aventurier, on ne fait pas juste tirer à l'arc. On défend et protège les élèves du campus pour de vrai, un peu comme des justiciers de l'ombre. On mène aussi des enquêtes en tant que détective et on ne manque jamais de chasses au trésor! Je sais qu'on peut paraître un peu déjantés, mais on peut y être qui on veut, ce qu'on veut dans ce club et au final, c'est vraiment gratifiant de veiller à la sécurité du campus, même si peu de gens s'en rendent compte qu'on est là pour eux! Et ouais, je suis certaine que tout le monde t'apprécierait au club! T'as le brin de folie parfait! Un brin de folie dans le bon sens du terme, bien entendu!

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Lun 3 Jan 2022 - 22:02
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



« Les fameuses... » ne peut-il s'empêcher de répliquer à l'évocation des balles de baseball.

L'arrière de son crâne s'en rappelle encore et le gratifiera sûrement d'une magnifique bosse dès demain. Quel chanceux. Seito hoche la tête face au soutien de la brune et la suit hors de leur cachette provisoire. Cette plante devrait recevoir la médaille de la meilleure planque jamais créée. Comme quoi la nature est utile ! Alors qu'ils ressortent à l'air libre, l'avertissement de la jeune fille l'interpelle. Être prudent au club du kyudo ? A cause des flèches ? De devenir une cible potentielle ? De n'avoir finalement aucun charisme une fois la tenue mise ? Ses sourcils se défroncent sous la surprise que génère la suite de cette révélation choc. Il est tiraillé entre la croire et la suivre dans un nouveau délire dont elle semble avoir le secret. Son visage reste sérieux alors qu'il la remercie :

« Je ferais attention, merci de prévenir. Mais si tu veux, j'pourrais te donner des infos une fois que j'y serais. Genre j'serai un infiltré quoi. Ceux qu'ont disparu avaient juste pas les épaules pour la mission. Par contre, j'pourrais pas poser des questions tout d'suite, faudra me laisser un peu de temps pour faire mes preuves sinon j'vais beaucoup trop attirer l'attention. J'ai pas super envie qu'on m'attende à la sortie et qu'on m'fasse cracher la vérité. Mais sinon compte sur moi pour garder l’œil ouvert ! »

Il lui sourit et écoute avec attention son laïus sur le club des aventuriers. Mine de rien, ce club a clairement l'air intrigant. Mais il doute que ses parents approuveraient ce choix. Non pas qu'il accepterait qu'ils aient quelque chose à redire mais il aimerait ne pas avoir à leur donner plus de grain à moudre le concernant.

« Alors attends... laisse-moi réfléchir. » dit-il en comptant sur ses doigts pour compléter : « J'ai fait une chasse au trésor. J'suis pas loin d'avoir un nom de super héros, c'est presque pareil qu'être un justicier de l'ombre. Et tu viens toi-même de l'dire, je suis fou. Un gentil fou. Mais barré quand même. Alors ça veut dire que j'suis déjà un aventurier et j'le savais même pas ? »

Son esprit déjà foisonnant s'emballe et chausse son plus beau chapeau d'Indiana Jones. Vivement qu'il récupère son carnet, il sent l'inspiration courir dans ses veines.




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mer 19 Jan 2022 - 11:25
Espérons que Seito ne soit pas traumatisé. à vie par les balles de baseball... Mais je penses qu'il est plus fort d'esprit que cela! Bref, nous marchons tout en discutant du club des aventuriers et de kyudo accessoirement. Mais c'est que monsieur le revenant tien une sacrée bonne idée avec son histoire d'agent infiltré! Il va falloir que j'en parle à Summer, je suis certaine qu'elle sera d'accord avec moi. De plus, le sachant, on pourras s'assurer à deux qu'il n'arrive rien à Seito au club de Kyudo. Je sais qu'il est revenu une fois, mais j'ai pas envie de jouer les juge trop souvent, qui sait si j'aurai assez de pouvoir psychique pour le ramener la prochaine fois.

Je lui parle donc du club des aventurier en souhaitant sincèrement le convaincre. Il a l'air attiré par le kyudo, mais on peut toujours changer d'avis! Ou peut-être qu'il lui reste une case de club de libre dans son horaire. Il me fait alors le résumé de ses constatations et je rigole un peu.

-Ouais! T'as tout comprit! Un vrai aventurier! T'as tout les qualificatifs! Mais sinon, j'avoue que ton idée d'infiltration est super géniale! Si t'as vraiment envie de rejoindre le kyudo, on pourrait échanger nos numéros! Comme ça tu pourrais me faire des rapport et je les transmettrais à notre présidente, Summer sempai. Aussi, ça nous permettrait de toujours nous assurer qu'il ne t'arrives rien. Même les membre non officiels du club on en prends soin! En fait.. On doit veiller à la sécurité de tout le campus donc... Et puis se texter sera moins douloureux que je mourrir à chaque fois pour m'invoquer!!

On arrive tranquillement près du terrain et je sors mon téléphone, prête à noter son numéro s'il le veut bien.

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Sam 29 Jan 2022 - 22:01
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



« Pooow, sérieux ?! Comment tu refais ma journée là ! » s'exclame-t-il avec un enthousiasme débordant.

Ce n'est pas tous les jours que l'on apprend faire parti du clan des courageux, des ingénieux et des débrouillards. Seito a donc de quoi être réjoui, surtout quand elle juge toutes ses preuves recevables. Décidément, la justice auprès de cette fille est en sa faveur. Il serait intéressant de rester dans ses bonnes grâces pour continuer à en bénéficier. Hein ? Perdu brièvement dans ses pensées, son cerveau bloque sur l'échange demandé. Si vite, n'est-ce pas un peu précipité ? Après tout, ils viennent tout juste de se rencontrer. Il rougit malgré lui et bégaye :

« Ah ben euh... j'imagine que o-ouais, on pourrait faire ça... »

La laissant terminer, il acquiesce de la tête face à la logique imparable de Nakajima-chan. S'il pouvait en effet éviter de mourir pour rentrer en contact avec elle, ce ne serait pas trop demander. Ou alors il faudrait que ce soit sans douleur. Quitte à être pénible, une balle de baseball n'est pas agréable quand elle est lancée à toute vitesse. Son esprit vagabonde au point qu'il parvient au bout d'un acheminement alambiqué :

« En vrai, ça me permettrait de tester plein d'morts différentes et comme ça, j'pourrais choisir la mieux. »

Il s'interrompt et réalise l'étrangeté d'une telle remarque. Une main embarrassée dans les cheveux, ses yeux se posent sur le téléphone que la jeune fille tient dans les mains.

« Ou le téléphone c'est bien aussi... +78 1-102-4923. Tu m'envoies un SMS pour que j'ai le tien ? » demande-t-il en sortant le sien, à l'écran fêlé.

En relevant la tête il constate qu'ils sont déjà revenus à côté des terrains. Le problème est qu'il ne se souvient pas contre quel arbre il s'était adossé. Il cligne des yeux comme un idiot et regarde tout autour de lui à la recherche d'un indice.

« Euh... par hasard tu as vu d'où j'arrivais quand tu m'as tué ? J'ai un trou d'mémoire là. » dit-il en fronçant les sourcils.




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mar 15 Fév 2022 - 3:31
Ce que je dis, je le pense vraiment! Seito serait génial au club, je suis certaine qui embarquerait dans pas mal de délires. Dans tous les cas, j’ai trop adoré le moment qu’on vient de passer. Cela faisait longtemps que je n’avais pas croisé quelqu’un qui embarque dans mes délires sans même me connaitre… Même mieux, quelqu’un qui démarre un délire avant moi. Enfin bref, je rigole quand il me dit être pourtant intéressé à tester les différentes morts, mais au final, il accepte mon idée et me donne son numéro que je rentre au fur et à mesure. Je consent ensuite à sa demande et lui envoie un SMS puis j’attends qu’il me confirme la bonne réception. Finalement, il me demande où il est mort.

-Eum…

Je regarde les environs en avançant un peu. Si je n’ai aucune notion du temps, l’orientation c’est tout le contraire. De plus, j’ai une bonne mémoire spatiale. Je prend donc le temps de reconstituer la scène en observant le terrain et je me repositionne rapidement et donc si j’étais là, j’ai lancé là.. Seito était…

-Là-bas! Tu es tombé pas loin de cet arbre et tu arrivais de sa direction. Moi j’ai lancé de là-bas!

D’ailleurs, ayant repéré mes affaires, je commence à m’avancer en direction de la scène du crime[/color]

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Dim 20 Fév 2022 - 23:02
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Seito assiste à la spatialisation du crime silencieusement, tout en suivant la jeune fille du regard. Il espère qu'elle soit capable de le renseigner car il n'a absolument aucune idée d'où chercher. Rien qu'à s'imaginer tourner autour de chaque arbre du parc pour y récupérer ses affaires le lasse. Quel n'est donc pas son soulagement quand Nakajima pointe du doigt l'emplacement du trésor ! Ses yeux brillent d'admiration et il s'exclame :

« Pas mal du tout Sherlock ! T'as calculé la direction du vent et le degré d'humidité de l'air pour savoir ça ? »

Qu'il en rigole n'enlève en rien sa réelle surprise. L'arbre désigné est à une centaine de mètres d'eux. Une distance rapidement comblée mais qui, à mesure qu'ils se rapprochent, le laisse pantois. Sur le sol, à l'image des cailloux du petit Poucet, tout un tas de feuilles volantes se prélassent dans l'herbe. Le vent vient en plaquer l'une d'elles contre son tibia. Très vite il s'en empare et réalise que ce sont bien ses écrits que les multiples bourrasques ont égrainé. Il devient livide et se hâte de poursuivre les autres fugitives. Au point qu'il en oublie momentanément la présence de la première année à ses côtés. Vent de malheur !




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Lun 7 Mar 2022 - 4:35
-j’ai pas eut besoin!

Je lui sourit, et avance avec lui, devant retrouver toutes mes balles pour les ramasser et les ramener au rangement. Alors qu’on arrive proches de ses affaires, j’allais le saluer et lui souhaiter bonne journée, mais je remarques toutes les feuilles au sol que le vent à éparpillée et à voir Seito commencer à courir après, je constate rapidement qu’elles devaient être à lui. Aie! Après l’avoir observer quelques secondes, je réalise qu’en fait, je devrais l’aider, le pauvre! Je me met donc, moi aussi, à poursuivre les feuilles qui tente de s’égarer de plus en plus. Je les attrappe les une après les autre et cours après plusieurs. Heureusement que je suis rapide! Après un moment, m’étant un peu éloignée, je saisis un e dernière feuille et fait un dernier tour d’horizon du regard. Il n’y a plus de feuilles ou autre en vue.

Je m’approche donc du fameux arbre de départ contente d’avoir aider.

-Hey!! Tien Mori-sempai, j’ai attrapé toutes celles-là!

Je vais à sa rencontre en lui montrant le paquet et, le temps de me rendre, je commence à zieuter celle du dessus pour en découvrir le contenu. Geste que je fait un peu naturellement, sans m’en rendre compte, portée par ma grande curiosité.

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Mer 9 Mar 2022 - 21:22
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



C'est une catastrophe. Seito fait au plus vite pour capturer toutes ces pages libertines. La plupart sont éparpillées au sol mais certaines ont trouvé amusant de se coincer dans des buissons ou tout autre endroit alambiqué. Et il rêve où quelqu'un a piétiné celle qu'il vient de ramasser ? Il serre les dents mais continue son dur labeur jusqu'à ce qu'il n'en voit plus aucune dans son champ de vision. Alors qu'il retourne vers son sac béant, il se fait alpaguer par la petite brune et percute qu'il l'a laissé en plan.

« Oh, merci ! Désolé, j'ai été pris d'court. C'est ce vent aussi lààà ! C'est à cause de lui que j'me suis retrouvé sur le terrain de baseball. J'avais même pas vu que j'étais arrivé jusque là, j'cherchais juste à rattraper ma p*tain d'page et... »

Et il se rend compte qu'il en a trop dit. Comme c'est embêtant. Va donc inventer une autre version des faits maintenant que la vérité a éclaté en plein jour. Il embraye rapidement :

« Bref, c'est le vent ET toi qui m'ont tué. On peut plus faire confiance à personne... »

Un haussement d'épaules pour appuyer ses propos et il sourit malicieusement. Toutes les pages en main, il s'empare de son sac à dos et les range dans le carnet où elles étaient supposées rester bien au chaud. Puis soudain il réalise qu'elle a eu le temps nécessaire pour s'intéresser à leur contenu. L'adage dit que la curiosité est un vilain défaut mais peu y prête attention. Un coup de zip, une bretelle sur le dos, il ne peut s'empêcher de demander :

« Euh... t'as regardé ce qui y'avait dessus ? »

Plus suspect, tu meurs.




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Elève ; en 1ère année
Maka Nakajima
■ Age : 28
■ Messages : 796
■ Inscrit le : 03/01/2018

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur TaFwF3A La poésie naît de la douleur RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-3
❖ Arrivé(e) en : Fin Avril 2015
Maka Nakajima

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Sam 19 Mar 2022 - 19:51
Ah! Donc il courait déjà après ses feuilles quand je l’ai assommé avec une balle. J’espère qu’il a pu toute les retrouver. Je rigole un peu lorsqu’il dit que le vent est aussi responsable de sa mort que moi, puis soudainement, il change de sujet pour demander si j’ai vu des trucs sur les feuilles que je lui ai remises. C’est vrai que j’ai un peu lu en m’en venant, mais y’a pas de quoi en faire un plat non?

-Bah j’ai vu quelques phrases dignes d’une noblesse médiévale, mais j’ai pas compris grand chose…

À moins que… Oh! Mon visage se teinte légèrement.

-Oh! Mais… J’espère que ce n’était pas ton journal intime!! Promis j’ai rien lu d’important! Comme j’ai dit ça n’avait pas trop de continuité. Le sens était un peu dur à déchiffrer… héhé

Je lui sourit, me voulant rassurante malgré ma mine un peu désolée soudainement d’avoir lu. Mais bon, je n’ai pas menti, je ne saurait même pas dire ce que j’ai lu même si on me soumettais à une potion de vérité. Je regarde un peu en direction d’où se trouvent mes choses à moi et réalise que le temps à pas mal passé. Ah! Mais je dois aller réviser aussi!

-Enfin bref… Moi j’ai des balles à ramasser… Être juge de la mort ne me donne pas tous les pouvoirs du monde et c’est trop dommage… Du coup.. Bonne soirée!! C’était trop sympa de te rencontrer et on reste en contact pour des missions d’infiltration!!!

Ayant retrouver mon énergie habituelle, je le salut en même temps de la main avant de ramasser la balle qui traine encore près de l’arbre et de partir à la course pour récupérer les autres que j’avais lancé avant et terminer à mes affaire pour tout prendre et aller les ranger au local.

---------------------------------


Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
La poésie naît de la douleur DOAUR5R La poésie naît de la douleur UvBe1PB La poésie naît de la douleur 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Dim 20 Mar 2022 - 11:33
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017



Ses poèmes pris de but en blanc ne doivent en effet pas êtres très compréhensibles et c'est tant mieux. Il se préserve ainsi de la déconvenue d'avoir à expliquer la raison de ses pattes de mouche. Et, alors qu'il croit être tiré d'affaire, elle l'assomme avec une supposition beaucoup trop proche de la vérité. Seito écarquille les yeux et son visage suspicieux s'enflamme.

« P-pas du tout ! C'était des bouts de trucs sans importance ! Mon journal intime... n'importe quoi ! Pourquoi j'me baladerai avec, ça a aucun sens c'que tu dis. Non pas que j'en ai un d'abord. Pff... » s'insurge-t-il.

Le japonais ferait mieux de se taire. Il ne manquerait plus qu'elle ait saisi le sens du premier haïku qu'il a rédigé ce matin. Sa gêne s'accentue à mesure que le rouge s'intensifie sur ses joues. Bien qu'il écrive beaucoup de généralités, il puise aussi énormément dans son ressenti pour épancher ses états d'âme. Il est plus que temps de replonger dans sa tanière, ce que la brune anticipe sans mal. L'adolescent se raccroche aux wagons et répond aussitôt :

« J'dois être l'un des seuls à être content de dire à la prochaine à la juge de la mort mais j'le fais quand même. A la prochaine Nakajima-chan ! Essaie de pas tuer trop de gens, ça risque de se voir à force. Oh et puis hésite pas si t'as besoin d'un espion, j'te ferai un rapport régulier sur le club de kyudo. »

La lycéenne s'éloigne au pas de course. De son côté, il s'active un minimum. L'idée de recroiser le taureau sans acolyte l'effraie quelque peu. Un dernier coup d’œil au terrain de baseball et il prend le chemin des dortoirs. Très vite il change d'avis et bifurque vers la bibliothèque. Il a soudain de l'inspiration pour tout un tas de haïkus dont un vient de jaillir dans son esprit foisonnant.

Fugace est la vie
Tranchante est la rafale
La Faucheuse sourit

Seito sourit à son tour. Vite avant qu'il ne s'effiloche dans son labyrinthe cérébral !


#terminé




---------------------------------

La poésie naît de la douleur Signature
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

La poésie naît de la douleur Empty Re: La poésie naît de la douleur

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum