Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €


Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 205
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty [Libre] Pendaison de crémaillère

Dim 22 Aoû 2021 - 12:55




Pendaison de crémaillère
21 mars 2017


[Libre] Pendaison de crémaillère Image_11


Yukio contemplait avec satisfaction la table dont il venait de terminer la mise en place. Recouvert d'une grande nappe d'un bleu dont la profondeur prémunissait des tâches, le meuble offrait son plateau au salon avec accessibilité et simplicité. Placé en position centrale dans la pièce, le buffet offert était du plus bel effet. Le professeur d'histoire avait disposé les choses avec application, à l'image d'un enfant sage ayant dressé le couvert sans précipitation. Trônaient sur cet autel dédié à la future assistance toutes sortes d'alcools et de mets divers, fruits d'une après-midi de labeur acharné.

L'enseignant était fier de lui. Certes, ses préparations culinaires n'étaient ni originales ni exceptionnelles, mais il avait tenu à faire les choses correctement, et il ne s'était pas découragé au cours des heures précédentes, allant au bout de sa démarche d'hôte modèle. Malgré ses efforts, il ne ressentait aucune fatigue : l'excitation du moment éteignait les courbatures aussi sûrement que des étirements.

L'instant était crucial. Terminant son œuvre par des gestes qui se voulaient perfectionnistes, Yukio n'avait plus qu'à attendre. L'heure approchait, et dans quelques minutes, les premiers invités franchiraient le pas de la porte, posant les yeux sur le résultat de ses petits travaux pratiques. En arrière-plan, le stress était présent, le professeur n'avait pas vécu un tel moment de sociabilité depuis des mois, ce qui ne le rassurait pas sur ses aptitudes, et ce faisant, il avait peur d'en faire trop.

Arrivé dans la ville presque trois mois auparavant, le nouveau kobéen n'avait pas vraiment su trouver sa place après son emménagement. De manière certaine, la présence de Gareth n'avait pas dû aider, et ne lui avait pas rappelé que des bons souvenirs, mais le problème allait au-delà de cette rencontre inattendue. Noyé sous le travail, l'enseignant n'avait pas eu l'occasion de sympathiser de manière franche et poussée avec qui que ce soit. Sa vie était, à bien y regarder, assez vide. Le soir, il rentrait chez lui sans personne pour l'attendre, et sans personne pour sortir en ville.

Les soirées se ressemblaient toutes, et le professeur d'histoire ne se rappelait même plus du dernier jour où il avait fait autre chose que corriger des copies avant de s'écrouler sur son futon. Cette situation pesait sur son moral, qui était déjà moyen en temps normal, et lui faisait même remettre en cause son choix d'avoir accepté le poste qu'on lui avait proposé. Heureusement, les vacances de mars étaient arrivées. C'était le moment ou jamais de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière, prendre la situation à bras le corps, et remédier à la routine solitaire.

Faisant la liste des options disponibles, Yukio s'était rappelé qu'il n'avait jamais fêté proprement son emménagement dans son nouvel appartement ; il n'était pas trop tard pour le faire. De là, la planification d'une pendaison de crémaillère avait été faite promptement. Circulant dans tous les couloirs de l'université affublé d'un sourire enjôleur et de cartons d'invitations, Ogawa-sensei avait invité tous ceux qu'il avait croisé et qui ne lui avaient pas paru être des fous en liberté. Ce faisant, il avait bien dû inviter la moitié du campus. C'était peut-être trop, mais tout le monde ne viendrait pas, et Yukio avait une peur bleue de se retrouver face à une assistance clairsemée.

Cette soirée allait être l'occasion de rencontrer des gens, de discuter, d'oublier un peu le travail l'espace d'une poignée d'heures, et vu les mois qui venaient de s'écouler, c'était déjà pas mal. De plus, le professeur d'histoire n'était sûrement pas le seul à avoir besoin de boire un verre en bonne compagnie pour décompresser et recracher la bile noire de l'anxiété accumulée depuis le début de l'année.

Pas mal de gens sur le campus devaient ressentir la nécessité de souffler un peu, et Yukio comptait sur le fait d'offrir une bonne opportunité de le faire pour avoir des invités des plus divers...








---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère KqsJ31X
Invité
Invité
Anonymous
Invité

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Mar 24 Aoû 2021 - 21:10



Pendaison de crémaillère

Yukio Ogawa, Momoko Inoue & Gareth N. Kobayashi
Ouf c’était dure mais j’y suis enfin, je peux prendre mon souffle avant de sonner à la porte. Je suis là pour travailler. Aves quelques élèves, nous avons décider de faire des cours du soir pour faire plaisir. Ce n’est même pas pour les examens, c’est juste pour le plaisir. Une élève est venue vers moi cet après midi pour commencer à me parler de mes cours sur l’anatomie et moi j’ai essayé de lui expliquer. Heureusement d’autres personnes sont venues me voir et je préfère faire des cours ensemble que chacun pour soi.

Je sonne à nouveau car j’ai l’impression qu’on ne m’entend pas. J’ai vraiment hâte de partager mes connaissances et de discuter avec eux. Tout en moi me dit que je vais passer une agréable soirée. Malheureusement je n’ai pas pu jouer avec mes chiens se soir mais bon, ils l’on compris avec des friandises mais je suis quand même triste que je n’ai pas pu les emmener. Surtout qu’ils sont silencieux quand je fais mes cours.

Je souris quand je vois la porte s’ouvrir. Tient cet homme me dit quelques choses, il me rappelle quelqu’un mais je ne vois pas qui. Bon, peut être que c’est un père d’une des élèves et que je l’ai aperçu entre deux cours ou à la fin de ùes cours. Enfin je ne sais pas mais bon, si un homme nous surveille pendant les échanges que l’on va faire. Peut être qu’il s’y connait aussi ?

« Bonjour, c’est bien ici que vit Gringo-san ? »

Je sais, ce n’est pas une meilleure approche mais qu’importe. Je veux discuter d’anatomie humaines et je suis impatient vraiment d’y être. Je regarde l’homme en face de moi et j’ai enfin un déclic. Je sais où je l’ai déjà vu, c’est un de mes collègues de travail. C’est Ogawa-san. Je me demande ce qu’il fait ici.

« Ogawa-san ? Mais que faites-vous ici ? Vous aussi vous faites des cours du soir ? »

Peut être que je suis le prochain. Les élèves ont peut-être fait venir d’autre professeur pour discuter sur leur cours. Je ne suis pas très fan de ce genre de chose car cela veut dire discuter avec mes collègues et je n’aime pas trop cela.
A l'université ; 2è année
Momoko Inoue
■ Age : 25
■ Messages : 79
■ Inscrit le : 13/04/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 69 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Momoko Inoue

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Mer 25 Aoû 2021 - 17:13



Pendaison de crémaillère

21 mars 2017


Une pendaison de crémaillère organisée par un professeur ? Quelle drôle d’idée ! Pourtant c’est exactement là-bas que se dirigeait Momoko. C’est dans les couloirs de l’université qu’elle avait été abordé par le professeur d’histoire-géographie Mr Ogawa.  Il lui avait tendu un carton d’invitation, lui expliquant succinctement qu’il organisait une petite fête à son appartement.

La grand-mère avait hésité à venir, elle n’avait que des liens académiques avec ce professeur dont elle suivait le cours et elle craignait que sa venue ne soit déplacée. Mais en regardant mieux le carton d’invitation, elle constata que l’appartement où avait lieu la soirée n’était pas si éloigné de son propre appartement en ville. Cela fut un très fort argument pour y aller. Elle n’avait pas beaucoup de marche à effectuer et au pire si elle gênait elle en aurait été quitte pour un bonne balade.
Elle décida donc d’enfiler un chandail et de se mettre en route vers la soirée. En réalité, elle avait peut-être un peu sous-estimé la distance entre leurs deux logements, c’est qu’elle n’était plus aussi rapide qu’avant, et il lui fallu vingt bonnes minutes avant d’atteindre le bâtiment. Ah tiens quelqu’un était déjà en train de sonner à l’interphone ! Au moins elle pourrait se présenter à la suite de ce monsieur.

Mais elle ce qu’elle capta de la conversation, la rendit confuse. Comment ça un cours du soir ?

- Ce n’est pas ce soir la pendaison de crémaillère ?


YOUR NAME AND MY NAME ❥
❥ code by kimlee
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 205
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Mer 25 Aoû 2021 - 23:49




Pendaison de crémaillère
21 mars 2017


[Libre] Pendaison de crémaillère Image_11


Yukio ouvre la porte et c'est déjà le bazar. Les choses ne peuvent pas se passer correctement pour une fois ? Il n'a pas eu le temps de comprendre ce que racontait son collègue qu'une personne âgée débarque pour ajouter à la confusion. Pendant un instant, il se demanda si c'était la voisine du dessus venue se plaindre du bruit, mais la musique n'était même pas vraiment lancée, et il avait mis du jazz tellement calme qu'on aurait pu le passer dans un cimetière.

* Roh, la voisine, déjà ? On est pas sensée être sourde à cet âge-là ? *

Alors qu'elle s'approchait, le professeur d'histoire parvint à la reconnaitre, et eut un léger soupir de soulagement en constatant qu'il ne s'agissait nullement de la vieille du dessus. La dame n'était autre qu'une de ses élèves, la plus âgée du lot pour sûr, elle détonnait toujours dans le décor de l'amphithéâtre, et l'enseignant n'avait pas pu faire autrement que la remarquer. En y réfléchissant un peu, il se rappelait même lui avoir tendu un carton d'invitation au détour d'un couloir.

Malgré les très nombreuses années qui la séparaient du premier arrivant à la soirée, elle était clairement plus en phase avec la réalité, c'était étonnant. Au moins, elle savait pourquoi elle venait, alors que Yukio n'avait pas compris un traitre mot de ce que lui avait baragouiné le professeur Hidesaburo. Il parlait de cours du soir, de gringos, et s'étonnait de voir Yukio ouvrir la porte. Jusqu'à preuve du contraire, le professeur de géographie étant chez lui, c'était loin d'être incroyable qu'il se soit déplacé pour ouvrir. Peut-être que son homonyme avait pris chaud, il ne semblait clairement pas dans un état de parfaite lucidité, et paraissait porté par le courant sans en comprendre le sens.

Yukio ne savait pas vraiment comment réagir, mais Momoko avait l'air d'avoir un peu souffert durant son périple vers leur location actuelle, il sauta sur l'occasion:


-C'est bien ici la crémaillère Inoue-san, la marche semble vous avoir un peu fatigué. Entrez et installez-vous, je vais vous apporter un verre d'eau pour que vous vous remettiez de votre effort et nous fassiez profiter de vos paroles avisées.

Se retournant vers le professeur Hidesaburo, il compléta:

-Vous aussi cher collègue vous semblez être un peu fatigué, entrez, vous pourrez tout nous raconter de votre passion pour les "gringos". Je ne suis pas expert en argotique du Far-West, mais je veux bien apprendre.







---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère KqsJ31X
Personnel ; prof d'arts plastiques
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 26
■ Messages : 755
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1 (Appart)
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Sam 4 Sep 2021 - 15:20



♫ Pendaison de crémaillère ♫
Samedi 18 mars 2017 - Soirée

Mon portable sonne, comme à peu près chaque samedi soir. C’est devenu un rituel depuis que je n’habite plus sur Tokyo. Irumi et moi nous appelons le week-end pour prendre des nouvelles, et pour que je me sente moins seul aussi. Notre dernière conversation avait été bien animée. Madame a rencontré quelqu’un dans le cadre de son travail. Mais celui qui nous avait tenu éveillé le plus longtemps était le lendemain de ma rencontre avec Yukio au konbini. Bien sûr je lui ai tout raconté et tant pis si elle avait trouvé que je n’avais fait aucun effort de mon côté non plus. Oui, c’est vrai, et ? C’était parfaitement volontaire ! A ma réponse, Irumi avait soupiré avant de rire. Après les salutations habituelles, je lui lance :

« Devine qui fait une pendaison de crémaillère et m’a invité ? »

« Hmm une certaine personne arrivée il y a peu et qu’on adore tous les deux ? C’est toujours au même point entre vous ? »

« Lui-même. Pourquoi ça changerait ? Il m’a invité juste pour pouvoir dire que je ne suis pas là parce que je l’ai décidé et qu’il ne cherche pas à m’écarter... »

« Ou alors il a envie d’arranger les choses. »

« Mouais, ben pas moi. Je lui dis bonjour c’est bien assez. »

« Natsu... Tu ne penses pas que tu devrais juste lui parler clairement ? Explique-lui ce qui te pèse. J’ai pas non plus un bon souvenir de Yukio, mais bon, vingt ans sont passés. S’il te rit au nez alors c’est toujours le même imbécile et sinon, ce sera l’occasion de repartir sur de bonnes bases. »

« J’en ai pas envie, il me gave chaque fois qu’il parle. »

« Ce que tu peux être têtu ! Regarde-toi, est-ce qu’avant tu lui aurais parlé comme tu l’as fait l’autre soir ? »

« Non... » Je soupire.

« C’est bien la preuve que tu as changé. Alors c’est possible pour lui aussi. Mais tu ne le sauras jamais si tu te contente de calquer le sale gamin qu’il était sur ce qu’il est aujourd’hui. »

« Je préférai quand tu te moquais de lui l’autre soir, c’était plus drôle. » Je souffle en faisant la moue sur le canapé.

« Arrête hein ! »

Je me doute qu’elle a réfléchit à tout ça depuis le temps et que de là en est venue sa conclusion. Tout ce que je peux lui répondre est que j’y réfléchirai, j’ai encore deux jours pour ça. Mes yeux roulent vers le plafond quand Irumi fait son petit rire synonyme de « je t’ai convaincu !», mais pas du tout ! Enfin si, mais je ne vais tout de même pas lui dire si vite !  

Mardi 21 mars 2017 - Soirée

Il avait été difficile pour moi de ne pas montrer mon animosité à l’encontre de Yukio sur le campus. Notamment en salle des professeurs. J’y passe moins de temps, trouvant toujours un prétexte pour ne pas rester trop longtemps à la pause café. Il a raison sur un point, je n’ai jamais su être foncièrement méchant, alors pour ne pas le priver de discuter tranquillement avec ses nouveaux collègues, je préférais m’éclipser moi-même de temps en temps. Avec parcimonie pour ne pas froisser mes collègues non plus. Malheureusement, nous n’avons pas évité quelques petits accrochages, qui ne sont pas passés inaperçus.

Ce week-end, Chiaki m’avait sermonné plusieurs fois «Papa ! Papa !» lorsque je plongeais un peu trop profondément dans mes pensées. Ses petits sourcils froncés emplis de reproches m’intimant de jouer avec lui sous peine d’une punition terrible ! Dimanche soir, j’arrêtais ma décision. Au pire si le courant ne passait pas, j’aurais tenté. J’ai longtemps réfléchis au cadeau à lui acheter, avec peu de conviction j’en conviens. Il en allait toute fois d’une étape obligatoire, le cadeau est une tradition lorsqu’on est invité chez quelqu’un.

La boule au ventre, je me dirige vers sa porte d’entrée. J’espère qu’il y aura déjà du monde, je n’ai pas envie d’être en tête à tête avec lui directement. J’ai opté pour un petit assortiments de pâtisseries bien de chez nous, le tout emballé dans un tissu vert - symbole de bonne chance au Japon - sur lequel de belles grues dorées s’envolent. Chiaki tiens le paquet entre ses mains après me l’avoir quémandé, tout fier, il marche près de moi. Un gros sac contenant des affaires de bébé sur le dos, je sonne.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Invité
Invité
Anonymous
Invité

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Mer 8 Sep 2021 - 22:02



Pendaison de crémaillère

Yukio Ogawa, Momoko Inoue & Gareth N. Kobayashi
Que… Quoi… Qu’est-ce qu’il se passe ? Pourquoi suis-je rentré dans cet appartement alors qu’il n’y a pas d’élève ? Mon Dieu, mais que fais-je ici ? Je regarde autour de moi et je vois des verres et un grand buffet. On parle de crémaillère derrière mon dos. Je me retourne et vois une personne assez âgée. Je me demande qui cela peut-être. Je prends un souffle et me tourne vers la personne qui nous a accueillies.

« Euh… Gringo-san est une de mes élèves. Elle m’a demandé de venir ici pour faire un cours avec elle et plusieurs élèves. Je suis venu, mais je pense que je me suis fait avoir. »

Je souffle encore un bon coup. Je devrais partir alors puisque je ne sais plus quoi faire ici. Je n’aime pas discuter avec les autres. J’entends sonner à la porte, merde encore une personne que je ne connais pas. Il faut que je parte avant de voir trop de monde. En ce moment, je préfère ma solitude, je reste dans mon coin et m’éloigne de cette foule qui commence à grossir. Je sais que la politesse doit se faire, mais je me demande si je peux partir sans dire au revoir à l’hôte.
A l'université ; 2è année
Momoko Inoue
■ Age : 25
■ Messages : 79
■ Inscrit le : 13/04/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 69 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Momoko Inoue

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Sam 18 Sep 2021 - 22:36



Pendaison de crémaillère

21 mars 2017



L'accueil de son professeur fut très cordial. Elle accepta d'entrer dans l'appartement où ce dernier avait visiblement prévu de bien s'occuper de ses invités. Momoko ne voulait pas passer pour une goinfre, mais le buffet était réellement très alléchant. Pendant qu'elle pensait à son estomac, le second professeur, elle ne savait pas bien de quoi, expliquait cette histoire de cours du soir. Momoko ne put s'empêcher de rire a gorge déployée. Voilà un homme qui s'était bien fait avoir ! Elle ne put s'empêcher de commenter :

"Ils vous ont bien eût ! Ils sont malins les jeunes aujourd'hui ! J'aimerai bien voir leur tête quand ils vont comprendre que leur plan a marché ! Enfin maintenant que vous êtes là, restez avec nous ! Je sens que l'on va bien s'amuser !"

Elle eu à peine le temps de finir sa phrase que la sonnette retentissait de nouveau.  Chouette de nouveaux invités voilà que cela promettait ! Momoko aperçut un jeune homme ( décidement que de gent masculine !) ainsi qu'un tout jeune enfant. Elle les accueilli d'un "Bienvenue ! La soirée ne fait que commencer et le buffet nous attend ! "

YOUR NAME AND MY NAME ❥
❥ code by kimlee
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 205
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Lun 20 Sep 2021 - 22:58




Pendaison de crémaillère
21 mars 2017


[Libre] Pendaison de crémaillère Image_11


Yukio contemplait la soldatesque dépenaillée qui constituait l'assistance. Rêve érotique caché de démographe compulsif: la pyramide des âges de la soirée était équilibrée. Yukio n'avait pas seulement organisé une pendaison de crémaillère, il faisait œuvre civique de construction du lien transgénérationnel dans la société japonaise, et c'était une source de contentement déjà profuse pour quelqu'un d'aussi administrativocentré que lui. Bien sûr, toute chose de valeur avait un prix, et cette situation sociologiquement favorable se payait par la présence du trublion artistique à échasses qui lui servait de collègue, qui venait d'arriver accompagné de son adorable bambin.

Entre les anatomistes asociaux et les profs coincés dans des complexes de harcèlement remontant à l'école primaire, le taux de névrose au mètre carré crevait les plafonds de la criticité. La personne la plus équilibrée de la soirée devait être Momoko, privilège de l'âge et de l'expérience. Heureusement pour la folle assemblée présente dans l'appartement, le professeur d'histoire avait prévu de quoi noyer les différends sous les efforts digestifs et la fatigue hépatique.

Les discussions étant déjà entamées, le nouveau maitre de maison voulut mettre tout le monde à l'aise, et assurer le confort de ses hôtes. Il s'adressa aux premiers arrivants:


-Inoue-san a raison cher collègue, vous n'oseriez pas désobéir à une de vos ainées. Restez. A toute chose malheur est bon, et vous pourriez passer un bon moment en notre compagnie. M'est avis que vos élèves vont ont fait cette farce en se disant que vous aviez besoin de voir des gens l'espace d'une soirée. Le buffet est ouvert, n'hésitez pas à vous servir, vous me feriez un grand honneur en le dévalisant.

Gareth était encore près de l'entrée. Yukio s'approcha alors que les masses fondaient déjà sur les victuailles offertes à tous. Le petit à ses côtés avait l'air mi-curieux, mi-effrayé. Il portait un paquet vert comme s'il s'agissait d'une relique sacrée trouvée dans un temple inca. Un cadeau ? La forme du contenant faisait penser à une boite à gâteaux. Le professeur d'histoire eut intérieurement un petit trait d'ironie cynique:

*Si Gareth commence à me filer volontairement son goûter sans que je n'ai à le racketter, on va pas s'en sortir...*

Quelques minutes auparavant, il pensait avec assurance que son collègue enseignant les arts plastiques ne viendrait pas, compte tenu du déroulement mouvementé de leurs retrouvailles. Le voir ici était un peu surprenant, et Yukio n'avait pas forcément prévu dans le détail quel comportement adopter en pareille situation. Une étincelle de joie vite étouffée par un vent de panique. Relevant le regard pour accueillir Gareth, il cacha sa gêne derrière un ton neutre:

-Vous êtes également le bienvenu ici cher collègue. Je ne doute pas que, comme à votre habitude, vous saurez égayer les discussions en cours de vos angles de vue aussi particuliers qu'uniques. Joignez-vous à nous. Ce sera l'occasion de se connaitre un peu mieux. Entre professeurs, nous nous montrons toujours solidaires et respectueux les uns des autres, n'est-ce pas ?

Yukio ne put s'empêcher d'accompagner la fin de sa dernière phrase d'un léger clin d’œil à son vis-à-vis. Quand il était pris au dépourvu, il charriait sans vraiment y penser, c'était plus fort que lui. La soirée pouvait commencer.







---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère KqsJ31X
Personnel ; prof d'arts plastiques
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 26
■ Messages : 755
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1 (Appart)
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Ven 8 Oct 2021 - 20:18



♫ Pendaison de crémaillère ♫
La porte s’ouvre et ma bouche s’assèche en voyant son visage se dévoiler. Nos salutations sont cordiales, d’une température oscillant entre l’automne et l’hiver mais nous y sommes habitués depuis un certain temps. Du bout des doigts je caresse la tête de Chiaki, incapable de dire si ce geste a pour but de me rassurer moi ou lui. Il reste collé à la jambe, tenant fort son petit paquet alors que j’avance dans la pièce. Pendant que je nous déchausse, j’entends d’autres voix à l’intérieur et me sent tout de suite soulagé. Un peu moins lorsque je reconnais celle du professeur de médecine. Parfait. Vraiment. Pourquoi est-il là ? N’est-il pas censé exécrer la compagnie des autres ?

« Bonsoir, Hidesaburo-san... Je tourne la tête vers l’aînée de la réunion, attendant qu’elle se présente. Merci Inoue-san. Kobayashi Gareth, je suis professeur d’arts plastiques, enchanté.»

Je souris doucement, en temps normal j’aurai été plus enjoué mais, si je m’attendais à devoir gérer le beau parleur aux allures de poète des rues, je ne me suis pas préparé à la seconde présence. Un peu perdu, j’ignore encore quel comportement adopter. Pauvre Inoue-san, elle ne sait pas encore avec quelle brochette masculine elle se retrouve. Peut-être que je ferais mieux de partir... Non, si je fais ça Irumi va m’étriper. Allez, c’est qu’une soirée, j’ai vécu pire. Enfin, façon de parler. Qu’est-ce qui lui prend encore. Pendant quelques secondes, je reste silencieux. Comme d’habitude, une partie de moi ne voulait voir qu’une énième façon de me narguer. Comment ça mes angle de vue sont particuliers ? Ne peut-il donc pas parler normalement.

L’idée me vient de lui demander de faire un peu moins de phrases mais je me trouve sous son toit et avec des invités de surcroît. Le respect s’impose donc, la solidarité, on en reparlera plus tard. Je hoche finalement la tête.

« Je tâcherai d’essayer... Merci pour l’invitation. »

Des lames m’écorchent la bouche à ces mots et mes doigts retrouvent les cheveux fins et doux de mon fils. Il me sert d’ailleurs un rempart sur un plateau pour sortir de cette entrée en matière inconfortable. J’abaisse la tête vers Chiaki se tenant derrière ma jambe, tête en l’air, intrigué et peu rassuré.

« C’est pour toi. Chiaki, tu donnes le cadeau à Ogawa-san ? N’ait pas peur. »

Je lui souris et mon bambin fait de petits pas vers Yukio avant de tendre ses bras vers lui. Une fois la boîte donnée, il revient vers moi en triturant ses doigts tandis que je le félicite. Le petit hissé sur le flanc, je m’installe à la table près d’Inoue-san et pose Chiaki sur mes cuisses. Il ne tarde pas à regarder tout ce qui se trouve à sa portée avec intérêt. De mon côté, c’est l’appartement que je regarde, comme si analyser l’environnement dans lequel il habitait pouvait me donner plus d’indices sur l’antre du spécimen lyrique.

« Comment se passe votre rentrée Inoue-san ? C’est courageux de votre part de vous confronter au choc générationnel. C’est aussi le cas ici d’ailleurs. »

J’observe Hidesaburo-san du coin de l’oeil. Faut-il lui parler ? Sinon de quoi ? Pour le moment rien ne me vient.

« Tu as l’air... d’avoir pris tes marques ici. »

J’adresse après réflexion à Yukio. Chiaki saisit un tempura de crevettes et le porte à sa bouche, il n’aura pas résisté longtemps à l’appel.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 205
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Mer 15 Déc 2021 - 0:09




Pendaison de crémaillère
21 mars 2017


[Libre] Pendaison de crémaillère Image_11


Gareth avait l'air d'un cygne égaré au milieu d'une colonie d'oies sauvages, et son regard semblait à ce moment précis aussi perdu que celui de son fils. La comparaison des deux n'était pas forcément flatteuse: le gamin paraissait presque plus en phase avec la réalité que son géniteur, qui était un Trimalcion confondu par un monde qu'il ne comprenait pas, un Encolpe porté passivement par les tribulations hésitantes de la plume de Pétrone. A la différence de son paternel, Chiaki savait pourquoi il se trouvait là: il venait d'attraper une crevette dont la taille dépassait celle de sa main, et se l'enfonçait dans le gosier avec la maladresse propre à son niveau de croissance. C'était à la fois mignon et consternant. La praxie était défaillante, mais l'intention, elle, était solide et évidente, ce crustacé n'avait eu aucune chance, l'ogre haut comme trois pommes l'avait déchiqueté comme le dernier des barbares, et s'était recouvert le visage des miettes comme un iroquois épris de ses peintures de guerre.

Yukio détourna le regard car le spectacle était devenu insoutenable: le dévoreur des fonds marins s'était saisi d'une nouvelle victime, et l'avait écrasé entre ses paumes avec un sourire carnassier qui faisait douter de l'existence de Dieu, formant avec la chair du pauvre animal une purée que le tortionnaire des décapodes tripotait comme une boule de slime. Tenus éloignés de cette scène d'une sauvagerie toute innocente, les yeux du professeur d'histoire se posèrent sur le cadeau déposé dans ses mains quelques instants plus tôt. Sur un tissu vert agréable au toucher, des grues au ramage d'or prenaient leur envol, éprises de liberté. L'organisateur de la soirée se méfiait légèrement: ce joli furoshiki ne préjugeait de rien. Comme le lançait Plutarque à son grec de voisin, barba non facit philosophum, ce qui aurait pu être traduit par l'idée que la barbe ne faisait pas le philosophe, ce qui ne voulait pas dire grand chose mais était assez dans le ton, et globalement bouclait bien.

Il plissa les yeux, son voisin l'avait un peu piégé. Conformément à la tradition, il devait mettre ce cadeau de côté, et ne pas l'ouvrir en présence de son invité, ce qui l'exposait à l'hasardeuse contenance du présent qu'il avait entre les doigts. Le rancunier Gareth y aurait planqué une bombonne de sarin qu'il n'aurait rien pu y faire, ou en tout cas pas sans porter atteinte aux bonnes mœurs. Heureusement pour lui, son meilleur ennemi était plus compétent en art qu'en chimie organique, et la possibilité qu'il ne se retrouve à devoir s'injecter de l'atropine dans le coeur pour passer la nuit s'en éloignait d'autant. Pour autant, offrir ainsi un cadeau pour laisser planer le doute sur son essence était d'une viciosité sans égal. Omne ignotum pro terribili, et le professeur d'arts plastiques jouait de l'inconnu comme d'un fin poignard. Il fallait montrer à ce perfide visiteur qu'il n'était ici que toléré, que son territoire s'arrêtait au seuil de cet appartement, et que l'esprit de Yukio était aussi inaliénable que la pureté de l'Empereur:


-Oui je prends mes marques, après tout, je suis là pour rester un moment. Je prévois de m'installer durablement, c'est un endroit qui me convient et je m'investis donc pour le transformer en quelque chose qui me siéra parfaitement. Dans quelques années, je pense arriver à un résultat convenable. Les gens sont très gentils et accueillants d'ailleurs, à croire qu'ils sont ravis de voir quelqu'un comme moi s'établir dans le coin, presque comme si ça leur manquait. Et je vais faire peindre une grande fresque art déco personnalisée sur ce mur là bas, histoire d'inscrire ma postérité dans ce lieu très personnel et entièrement consacré à mon confort visuel.

C'était d'une puérilité sans nom, au point qu'on eut dit les élucubrations d'un gosse de maternelle en pleine description des performances de ses parents, mais Gareth s'était par trop laissé aller à une confiance des plus insultantes, il convenait de remettre le cratère au milieu du volcan, et les professeurs d'arts plastiques dans leurs tubes de peinture.







---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère KqsJ31X
A l'université ; 2è année
Momoko Inoue
■ Age : 25
■ Messages : 79
■ Inscrit le : 13/04/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 69 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Momoko Inoue

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Lun 27 Déc 2021 - 22:42



Pendaison de crémaillère

21 mars 2017



Le professeur d'arts plastiques osa s'avancer un peu plus dans l'appartement et s'installa près de Momoko. Cette dernière ne fut par ailleurs pas épargné de la remarque sur son âge, et sur son courage quant à la reprise des cours, remarque qu'elle balaya d'un sourire et d'un "Oh vous savez ce n'est pas si difficile, il suffit de s'y mettre et ensuite on arrive plutôt bien à suivre !"
Enfin, elle n'était pas venue pour discuter de son âge et les plats posés sur la table lui faisaient de l'oeil ! Le bambin qui accompagnait son voisin de table ne se fit d'ailleurs pas prier pour s'enfourner dans la bouche un puis deux beignets de crabe ! Il avait bien compris un des interêts de cette soirée : le buffet. La grand-mère se permit alors, sans en demander la permission et alors que les autres adultes ne semblaient pas encore prêt à manger, d'imiter l'enfant. Elle avait repéré un plateau de nems, plat qu'elle adorait particulièrement. Et effectivement, elle ne fut pas déçue ! La bouche encore pleine elle en complimenta son hôte : "Ch'est vous qui avez tout fait ? Parce que ch'est délichieux !"
Son comportement était peut-être aux antipodes de ce que ses professeurs pouvaient attendre d'une dame de son âge mais elle préférait adopter directement une attitude plus détendue afin ne pas s'embarrasser de trop de cérémonie.
Une fois son estomac vaguement contenté par le début du buffet, Momoko prit le temps d'observer son hôte ainsi que l'autre professeur avec qui il interagissait. Une drôle de tension semblait se dégager des ces deux là. D'ailleurs la grand-mère fut surprise lorsque Ogawa-san se lança dans la description de la fresque qu'il souhaitait peindre dans son salon. Elle ne put s'empêcher de faire remarquer : "Je ne vous connaissais pas une passion pour les arts plastiques aussi forte Ogawa-San. Si vous voulez on pourrait vous aider avec le club d'arts plastiques !"

YOUR NAME AND MY NAME ❥
❥ code by kimlee
Personnel ; prof d'arts plastiques
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 26
■ Messages : 755
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1 (Appart)
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Mar 18 Jan 2022 - 23:48



♫ Pendaison de crémaillère ♫
Allez tu vas bien réussir à dévorer ta crevette. J’observe Chiaki occupé à chercher le bon point de rencontre entre sa main et sa bouche. Il parvient finalement à mordre dedans ce qui me fait sourire comme un parent fier de chaque petite victoire de son petit. En revanche, il y prend un peu trop goût et s’amuse plutôt à martyriser le tempura. J’attrape sa petite main et prend ce qui l’en reste avant de l’avancer à sa bouche, qui ne tarde pas à manger mon doigt avec. J’attrape ensuite une serviette pour essuyer les siens.

« T’es un vrai petit cochon toi. Mange bien chéri.»

Tout en rapportant mon attention sur le propriétaire des liens, j’attrape également une crevette. Pourquoi est-ce qu’il plisse des yeux de cette manière. Cette soirée va être vraiment longue. J’ai à peine poser ma question que je la regrette déjà. Qu’est-ce qu’il me raconte. C’était pourtant une façon tout à fait normale de faire la conversation. Je fais des efforts et c’est comme ça qu’ils sont récompensés ? Irumi ne m’y prendra pas deux fois. L’expression sur mon visage passe d’une incompréhension totale à la résignation.

J’arrête de le regarder pendant qu’il s’étale et me contente de grignoter ce qui m’intéresse. Il arrive même à faire fuir Hidesaburo-san qui annonce son départ discrètement. Bref en un mot, puérile. Heureusement qu’Inoue-san est là, elle n’a rien à voir avec les personnes âgées qu’on a l’habitude de croiser. On ne peut pas dire qu’elle soit à cheval sur les manières, ça la rend plutôt attachante.

« Je peux t’aider à t’y accrocher à ta fresque, comme ça on sera pile dans l’hyperréalisme. »

Je réponds en souriant. Au yeux d’Inoue-san, il se pourrait que ma proposition passe pour un trait d’humour, mais Yukio n’aura aucun mal à y ressentir mon cynisme puisqu’il est capable de voir de l’animosité dans une simple question. J’ai envie de me barrer.

« Allons ne vous donnez pas trop de mal Inoue-san. Je crains qu’Ogawa-san ait des goûts qui demandent l’expertise de professionnels aguerris. »

Capable de satisfaire son égo démesuré et d’en faire ressortir toute son excentricité.

« De quelle région du Japon venez-vous Inoue-san ? Vous n’êtes pas trop dépaysée à Kobe ? »

Je jette un regard en biais à Yukio, ce qu’il peut m’exaspérer.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 205
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Ven 25 Fév 2022 - 16:48




Pendaison de crémaillère
21 mars 2017


[Libre] Pendaison de crémaillère Image_11


Au fond, le gamin qui écrabouillait dans sa main des crevettes qui exsudaient un jus gras et collant avec un plaisir non dissimulé était sûrement l'être le moins puéril de la pièce, en concurrence directe avec la sagesse incarnée par Inoue-san. Dans la fosse, en train de se jeter au visage des pelletés de boue métaphorique comme les derniers des chiffonniers, Gareth et Yukio se querellaient, rongés par la futilité de leurs orgueils mal placés. Les regards se toisaient avec une certaine suspicion, et une détermination toute ridicule. C'était règlement de comptes à O.K. Corral, la classe et les colts en moins.

Sous le soleil de plomb de l'abat jour central du salon, l'affreux pied-tendre venu défier le propriétaire de ces terres persiflait par de cyniques répliques, faisant passer aux yeux de l'innocente assistance ses odieuses railleries pour d'insouciantes badineries. Audacieux, voilà qu'il voulait clouer son vieil ennemi au mur, comme une vulgaire chauve-souris placardée pour conjurer le mauvais sort. C'était bel et bien digne de son habituelle perfidie, connue dans tout l'Ouest de la rue Kamisawa. La tension était perceptible, mais Yukio ne pouvait dégainer avec franchise, l'ambiance devait être maintenue à un niveau acceptable. Il ravala sa fierté avec un léger sourire. On verrait bien plus tard qui terminerait couvert de peinture devant un mur en réfection. Il n'était de toutes façons pas du genre à créer un esclandre en public. Enfin... Pas si ça n'en valait pas la peine. On pouvait néanmoins savonner les planches, ça, ça ne coutait jamais grand chose.


- Le professeur Kobayashi me prête une fatuité bien éloignée de la réalité de mes prétentions. Je serais au contraire ravi de recevoir une aide du club d'arts plastiques. Un travail fait avec passion vaut mieux que le plus ruineux des achats, et si ça peut offrir un terrain de jeu au club, je me sentirais d'autant plus content d'avoir l'assistance des étudiants les plus fougueux dans leur ferveur artistique. Inoue-san, votre proposition me donne même des idées, ce qui n'est pas chose commune. Vous êtes une véritable muse, tenez-vous le pour dit, mais, j'en suis certain, je ne suis pas le premier homme à vous qualifier ainsi, vous avez dû au cours d'une vie riche et mouvementée inspirer bien plus d'une âme en quête de créativité.

Yukio toussa très légèrement, comme pour se couper lui-même dans son élan logorrhéique, puis compléta calmement, avec sympathie:

- Mais puisque l'on parle de votre vie, comme l'a si bien dit mon cher collègue, dites nous en un peu plus sur vous. Quelle région s'éplore de vous avoir perdue tandis que nous nous réjouissons de votre agréable compagnie ?







---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère KqsJ31X
A l'université ; 2è année
Momoko Inoue
■ Age : 25
■ Messages : 79
■ Inscrit le : 13/04/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 69 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Momoko Inoue

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Ven 18 Mar 2022 - 21:47



Pendaison de crémaillère

21 mars 2017



Visiblement le buffet ne plaisait pas qu'à notre grand-mère. Le plus jeune de cette pièce y allait aussi à cœur joie même si c'était avec plus de lenteur au vu de la coordination que très peu développée. Mais Momoko remarqua avec un sourire que le père veillait au grain. D'ailleurs en parlant du père, elle n'était pas certaine de comprendre totalement le lien qui l'unissait au maître des lieux. Elle n'arrivait pas à définir ce qui qui donnait cette sensation mais elle avait l'impression que les plaisanteries échangées cachaient quelque chose de plus profond. Mais elle savait aussi qu'il était possible qu'elle s'imagine beaucoup de choses, n'étant pas très doué pour décrypter tout cela. La réaction de son professeur lui fit au chaud au coeur. Momoko eut un sourire radieux :
- J'en parlerai au club avec plaisir ! SI vous le souhaitez vous pouvez même venir nous voir pour nous évoquer le projet !
Cette proposition sembla mettre en avant Momoko. Les deux hommes voulaient en savoir plus sur sa vie. Elle n'avait pas l'habitude parler d'avant Kobe et de ses origines. Venant d'un petit village, elle se sentait parfois en décalage avec certains citadins. Elle ne souhaitait pas avoir honte de cela mais ce n'était pas toujours évident.
- Je viens de la vallée de l'Iya, j'ai habité un village dans les montagnes. Mais la vie ma vie à l'époque était bien différente de celle d'aujourd'hui ! C'était mon mari le travailleur, moi je m'occupais de la maison et des enfants.
Elle eu un soupir. Son regretté mari lui manquait bien souvent...
- Si je suis ici c'est que j'avais de nouveau besoin de m'entourer de personnes aussi stimulantes que lui !
YOUR NAME AND MY NAME ❥
❥ code by kimlee
Personnel ; prof d'arts plastiques
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 26
■ Messages : 755
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1 (Appart)
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Mar 22 Mar 2022 - 21:36



♫ Pendaison de crémaillère ♫
C’est sans aucune surprise que j’écoute Yukio d’une oreille distraite. Est-ce sa solitude qui le pousse à prononcer le plus de mots possible à la minute afin de vider son kodomaru avant qu’il ne cède à la pression ? Rien ne pourra me faire apprécier son débit de paroles mielleuses et pleines de convenances. Me faire croire que lui, laisserait des adolescents et jeunes adultes se charger de sa décoration ? A la seule condition de supporter ses exigences les plus folles peut-être.

Inoue-san s’ajoute à la liste sans fin des individus sous le charme de ses manipulations. La seule chose d’appréciable chez lui est le repas généreux présent sur la table. Malheureusement mon appétit m’a quitté et il ne me reste plus qu’à étancher ma soif. Prendre connaissance de la vie de notre aînée me paraît d’autant plus intéressant.

« La vallée d’Iya est un endroit magnifique. J’espère pouvoir y aller un jour. Ce doit vous faire un choc, c’est presque un voyage dans le temps.»

Immortaliser ces montagnes et ces ponts de lianes sur une toile aurait quelque chose de très apaisant. Quitter cet endroit paisible pour la civilisation urbaine, il faut du courage. La solitude est cependant un poids bien dur à porter, au point d’abandonner tous ses repaires.

« Espérons que vous vous épanouirez parmi nous. Je suis sûre que votre présence sera toute aussi stimulante pour la jeunesse. »

En parlant de jeunesse. Chiaki commence à s’agiter et s’ennuyer d’être assis sur mes genoux. Avant qu’il ne glisse de mes jambes, un petit lavage de main s’impose. Je jette un regard à Yukio avant de lui demander :

« Je peux utiliser ta salle de bain ? »

Une fois son accord donné, je quitte la table, le petit soutenu sous les fesses par mon bras droit, le gauche autour de son ventre. Cette petite minute de repos n’a pas idée d’à quel point elle m’est nécessaire. Je soutiens mon fils sous les aisselles pendant que je lui lave les mains, le savon faisant disparaître l’odeur de crustacés. A peine ses mains séchées, Chiaki s’enfuit en courant dans le salon. Comme pour n’importe quel enfant, ouvrir les meubles de la maisonnée était un jeu particulièrement amusant. Il lâchait des petits «Oooh» adorables derrière chaque porte qui cédait sous ses petits doigts.

« Ne touche à rien chéri. »
« Touche ! »

Il attrape un objet qui me paraît plutôt, fragile et je me rapproche avant qu’une catastrophe survient. Après l’avoir remit à sa place, je referme la porte du meuble.

« C’est le « à rien» qui compte. »

Ma main caresse ses cheveux alors qu’il pouffe dans ses paumes. La visite continue jusqu’au paquet vert offert à Yukio. Sur la pointe des pieds près de la tête, il le pousse vers ce dernier et s’accroupit pour se cacher sous la table, comme gêné. Je m’adresse une nouvelle fois à mon collègue tout en reprenant ma place.

« Tu peux l’ouvrir si tu veux. Enfin, pas sûr qu’il te laisse le choix. »

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 205
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Dim 27 Mar 2022 - 21:24




Pendaison de crémaillère
21 mars 2017


[Libre] Pendaison de crémaillère Image_11


Le gonze était retors, se servir du gamin pour attendrir sa cible et lui faire ouvrir son paquet surprise d'où surgiraient nécessairement les pires engeances du Pandémonium, c'était bas, même pour Gareth. Sadique, il n'avait pas su résister au plaisir coupable de voir Yukio subir, avec stoïcisme, les blessures en devenir qui s'agitaient impatiemment entre les quatre pans de la boite en carton. Il voulait voir le résultat de ses nuisibles manigances, c'était d'une méchanceté proprement coupable, le piège était d'une évidence absolue. Ouvrir cette boite le conduirait à l’hôpital, Yukio le savait avec une lucidité qui aurait fait pâlir la clairvoyance du démon de Laplace, mais la bouille de Chiaki l'hypnotisait. Comment pouvait-on refuser quoi que ce fût à ce petit ? Il insistait avec tant de croquignolitude qu'il était à vrai dire impossible de se dérober au devoir qu'il intimait de son regard innocent. Face à l'inéluctabilité créée par cette situation des plus fatidiques, Yukio était résolu. L'issue serait fatale, mais jusqu'au bout, il aurait tenu avec infaillibilité ses principes. Mort debout face à l'inexorable, refusant de céder par lâcheté au bord du gouffre, décédé pour ne pas décevoir les attentes d'un enfant. Une fin honorable, digne, presque noble.

Fataliste, il ferma les yeux, et souleva le dessus de la maudite boite d'un geste vif et déterminé.


*Mon capitaine ajoutait que chaque balle qui partait d’un fusil avait son billet, et il avait raison...*

Il rouvrit les yeux: rien. Il jeta un regard à ses membres, il n'était apparemment pas passé de l'autre côté du miroir de l'arme à gauche. Peut-être s'était-il fait des films ? Rendu audacieux par le fait d'être encore en vie, il scruta l'intérieur de la boite, et écarquilla le regard. Devant lui, de jolies pâtisseries brillaient de leurs carapaces sucrées, resplendissant de couleurs profondes et variées. Gareth était peut être bien encore plus cruel que ce qu'il aurait pu penser: le poison devait imbiber ces appétissantes douceurs. Pour un peu, il aurait pu déverser du laxatif dans la génoise, c'eut été malsain, mais parfaitement plausible. Yukio releva légèrement la tête. Chiaki le fixait toujours, lui intimant visiblement de porter l'une des bouchées à ses lèvres, fier de son présent. L'espace d'un instant, le professeur d'histoire envisagea de faire gouter les gâteaux à l'enfant, une manière de retourner ses propres armes contre Gareth, mais il y renonça vite, une telle barbarie était inconcevable. Il fallait aller au bout de son impératif catégorique, et boire jusqu'à la lie le poison en pleine conscience. Le sourire d'un angelot valait bien la pire des indigestions, surtout le sourire de celui-ci.

Avec un clin d’œil tout ironique, il glissa au gamin, sur un air chantant, tandis que son père regardait ailleurs:


"Dans un grand bol de strychnine
Délayez de la morphine
Faites tiédir à la casserole
Un bon verre de pétrole
Oh, je vais en mettre deux !"


Démonstratif, il attrapa ensuite l'une des mortelles biscuitailles, puis l'enfourna d'un geste presque distingué. Il ne restait plus qu'à attendre patiemment le départ vers les hautes sphères. En tout cas, au goût, l'arsenic était indétectable.







---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère KqsJ31X
A l'université ; 2è année
Momoko Inoue
■ Age : 25
■ Messages : 79
■ Inscrit le : 13/04/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 69 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Momoko Inoue

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Dim 24 Avr 2022 - 21:04



Pendaison de crémaillère

21 mars 2017



La conversation sur sa vallée natale continua jusqu'à ce que le gamin accapare le père. L'évocation de ces souvenirs plongea Momoko dans une sorte de mélancolie qui frappa sans prévenir. Elle continua presque sans s'en rendre compte de grignoter au buffet et ne remarqua presque pas que la conversation venait de s'éteindre avec le départ de son interlocuteur. L'avantage avec les enfants c'est que ce genre d'absence ne dure jamais bien longtemps et on les voit vite revenir. Il en profita par ailleurs pour offrir enfin le cadeau qu'il avait apporté au professeur. La grand-mère ne put brider sa curiosité et se pencha afin de voir le contenu du paquet :

- Oh des gâteaux ! Comme c'est gentil ça ! Je sais que ce n'est pas pour moi mais si cela ne dérange pas je vais me permettre d'en prendre un !

Et elle se leva et attrapa un gâteau qui lui donnait envie, nappé de chocolat. En deux bouchées il était avalé !

- Hum ! Succulent !


Elle n'attendit pas que les deux hommes lui fassent une réflexion avant de demander au petit :
- C'est toi qui les as cuisiné ? Parce qu'ils sont vraiment réussi !
YOUR NAME AND MY NAME ❥
❥ code by kimlee
Personnel ; prof d'arts plastiques
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 26
■ Messages : 755
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1 (Appart)
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Sam 7 Mai 2022 - 22:29



♫ Pendaison de crémaillère ♫
Allez savoir ce qu’il attend pour l’ouvrir, son cadeau de bienvenue. J’ai déjà une petite idée. Dans son esprit tordu, une multitude de scénario tous plus farfelus les uns que les autres doit pulluler. Non je ne suis pas allé dans un magasin reproduisant avec fidélité les dragées surprises de Bertie Crochue, même si l’idée me semble bonne et que peut-être, un jour, j’y penserai. C’est qu’un petit s’impatiente et a quitté le dessous de la table pour sautiller près de lui.

Nous y sommes presque, la boîte est enfin ouverte. Je me retiens de l’applaudir comme je le ferai devant les petits exploits de mon petit. La main m’en gratte. Yukio se sent soudain l’âme d’un chanteur de Disney. Les paroles elles, sont plus appropriées pour un autre genre. Chiaki apprécie la petite chansonnette et rit doucement. Il arrive un peu trop à le faire sourire, ça ne me plaît pas. C’est stupide je sais mais c’est comme s’il créait une faille pour mieux m’approcher.

« Il est un peu jeune pour un registre digne des frères Grimm.»

Comme si je n’avais pas entendu ses soupçons. S’il pouvait cesser de nourrir sa peur injustifiée. Yukio se saisit d’une pâtisserie sous l’oeil avisé de Chiaki, qui ne rate rien de la petite mise en scène. S’il y a un point sur lequel je suis curieux, c’est de savoir de combien de couches il devrait se départir pour faire ne serait-ce qu’une seule tâche au naturel.

Je n’ai pas le temps de dire quoi ce soit que notre aînée a une réaction qui nous étonne tous les deux. Inoue-san est en complet décalage avec les autres personnes de sa génération, qui n’auraient jamais osé se servir de cette manière, d’autant moins dans un cadeau de bienvenue. J’avoue que, ça me met un peu mal à l’aise pour Yukio. Ses yeux sont emplis du jugement qu’il doit se retenir d’exprimer. Sa question à Chiaki me fait sourire.

« Mon papa, il a... Il a ach’té, y’avais pleiiin bonbons ! »

Aaah j’aimerais que ces moments où il parle de moi comme d’un super-héros durent pour toujours... Il est trop mignon.

« J’espère que tu aimeras. Il y en a peut-être un avec un effet indésirable, tu me diras quand tu tomberas dessus... Inoue-san vous me rassurez, j’ai l’air d’avoir bien choisi ! »

C’était absolument faux mais puisqu’il tenait à y voir une fourberie de ma part, autant l’en convaincre l’espace de quelques secondes. Chiaki aurait bien voulu en goûter un aussi, mais je ne voulais pas qu’il fasse la même chose.

« Demande à Ogawa-san si tu peux en avoir un. »

Chiaki tortille ses doigts tout hésitant avant de se décider. Il s’appuie sur la cuisse de Yukio et bafouille.

« ’Gawa-chan, peux avoir, un bonbon ? »

Fier de lui, je lui souris puis me tourne vers Inoue-san.

« J’aurais bien aimé savoir faire des pâtisseries moi-même mais je ne suis pas très doué. Vous n’auriez pas des recettes qui marchent à tous les coups par hasard ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 205
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Lun 16 Mai 2022 - 22:35




Pendaison de crémaillère
21 mars 2017


[Libre] Pendaison de crémaillère Image_11


Yukio n'était pas une boite de thon, il n'était jamais au naturel. Il revêtait sa théâtralité comme une veste occultante, il jouait en permanence de ses paroles et gestes démonstratifs pour détourner l'attention. C'était certes épuisant mais, paradoxalement, cacher ce qu'il pouvait avoir au fond du coeur était reposant pour ses nerfs. C'était une manière de s'assurer une paix par le compromis, de ne pas compromettre sa tranquillité par la révélation à autrui de ses réelles turpitudes.

Les pâtisseries étaient étonnamment exquises. Lui qui n'avait pas l'habitude de se gaver de sucre n'était pas écœuré à la première bouchée, c'était plutôt gage de qualité. Après tout, les gâteaux étaient peut-être parfaitement inoffensifs. Ou pas: il valait mieux attendre quelques minutes avant de s'avancer sur ce point. Par expérience, le professeur d'histoire savait qu'un produit ajouté dans une denrée alimentaire pouvait agir avec un léger contre-temps. Quelques années plus tôt, piégé dans un quelconque projet annexe de thésard corvéable, il avait exprimé toute sa gratitude à sa tyrannique directrice de recherche par l'adjonction régulière de laxatif dans le café matinal qu'elle ne manquait jamais de lui réclamer. Après une absence totale de résultat le premier jour, il avait doublé la dose le second, puis, faute de résultat là encore, l'avait triplé le troisième. Avec un temps de retard, le succès avait finalement été plus que fulgurant. Il avait enfin eu les vacances qu'il attendait: on ne se remet pas d'une déshydratation sévère causée par une gastro-entérite éblouissante en deux jours.

Produisant une analyse de son propre comportement innommable, il s'était infligé une leçon pour son avenir: toujours préparer son café soi-même.

En d'autres occasions, l'assaut bien cavalier de Momoko sur les douceurs l'aurait fait tiqué, mais concentré qu'il était sur la formidable nostalgie de ce moment, magique, où il avait assisté à la piteuse retraite de sa supérieure vers la porte des lieux d'aisance, il ne releva aucune incongruité dans le comportement de l'ainée de la soirée. Il retint un sourire narquois: la satisfaction qu'il avait pu ressentir en sachant pertinemment qu'il avait bloqué la porte des toilettes de l'étage, préalablement à son méfait, était vraiment la meilleure chose qu'il lui avait été donné de ressentir ces dernières années. Il avait la jubilation honteuse, mais que voulez-vous, parfois, voir les gens détestables recevoir en pleine face le revers de leur attitude est juste ignoblement agréable.

Yukio fut sorti de sa rêverie par le petit, qui réclamait avec une voix croquignolesque le droit de mordre dans une sucrerie. Gawa-chan ? C'est que ça lui allait presque bien. Le petit était malin, il jouait de sa mignonnitude avec le talent d'un maître artiste, et ça fonctionnait. Rien que pour cela, il méritait bien de piocher dans le tapis de mignardises. Si ça continuait, ce ne serait plus Gawa-chan, mais complètement Gagawa-chan, maudit gamin adorable. Tendant la boite devant les yeux brillants d'envie du bout de chou, le professeur d'histoire s'adressa à lui avec un ton hautement formel:


- Chiaki-San, puisque votre autorité de tutelle a donné son accord, veuillez vous servir, Gawa-chan est disposé à partager son présent.






---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère KqsJ31X
A l'université ; 2è année
Momoko Inoue
■ Age : 25
■ Messages : 79
■ Inscrit le : 13/04/2021

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 69 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Momoko Inoue

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Dim 3 Juil 2022 - 23:30



Pendaison de crémaillère

21 mars 2017



Il est vrai que Momoko avait décidé de ne pas s'embarrasser de bonnes manières. Il est un temps où lorsque l'on vieillit on apprend à se faire plaisir et non à attendre sans cesse l'aval d'autres personnes. Elle savait que parfois ce comportement pouvait gêner et qu'elle passait pour une mamie gâteuse, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle évitait de réagir ainsi au campus où il lui était déjà difficile de tisser de vraies amitiés durables. Ici, elle savait bien qu'entre ces deux professeurs,elle ne risquait rien vraiment. La preuve, ils avaient même été trop polis pour oser une quelconque remarque ! Pourtant elle lisait bien sûr le visage du professeur d’arts un peu de gêne. L'hôte lui ne réagit pas du tout, chose que Momoko interpréta comme une preuve que ce dernier était moins rigide que ce qu'il en avait l'air.

Enfin cela, c’était avant qu’il ne s’adresse à l’enfant de manière complètement guindée. On aurait dit un représentant de la fonction publique s’adressant à un administré. Là encore Momoko ne résista pas à l’envie de taquiner son professeur, qui aime bien châtie bien disait-on :
- Vous savez que vous vous adressez à un enfant Ogawa-san ? Pas à un de vos étudiant prêt à vous manquer de respect au moindre relâchement ?
La remarque pouvait sembler piquante mais la grand-mère l’agrémenta d’un sourire où brillait la facétie plus que l’ironie.

Elle se tourna ensuite vers le deuxième homme qui avait commencé à lui poser des questions sur une de ses grandes passions : la cuisine, et pour être plus précis la pâtisserie. Ce qu’elle réalisait était toujours assez simple, elle n’était pas du genre à se lancer dans des pièces montées, et toujours apprécié. A vouloir être trop ambitieux, c’est là qu’on risquait d’échouer et de perdre le goût des bonnes choses. Elle conseilla donc tout logiquement au professeur :
-Vous savez, des recettes très simples comme un gâteau au chocolat ou des cookies pour le goûter font fureur, surtout chez les enfants !
Avec cette phrase, elle adressa un clin d'œil qui se voulait complice à Chiaki.

YOUR NAME AND MY NAME ❥
❥ code by kimlee
Personnel ; prof d'arts plastiques
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 26
■ Messages : 755
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
[Libre] Pendaison de crémaillère Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1 (Appart)
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Ven 8 Juil 2022 - 0:09



♫ Pendaison de crémaillère ♫
Même un homme aussi guindé que Yukio ne pouvait résister à une bouille aussi adorable. Sans jamais se départir de son phrasé pédant qui me fait rouler des yeux. M’enfin, ce n’est pas Chiaki qui se fera prier pour se servir ! Il plonge ses petits doigts dans la boite avec le sourire et s’empare sans surprise sur une bouchée au chocolat. Il revient en trottinant vers moi, fier de me montré son trésor pendant qu’Inoue-san m’enlève la remarque de la bouche. Il vaut mieux que ce soit elle qui la fasse que moi.

La pâtisserie chocolatée rejoint la bouche de Chiaki avant même que son postérieur ne retrouve ma cuisse. Parce qu’à gourmandise exceptionnel, siège exceptionnel.

« C’est bon ?»

Mon bambin hoche vivement la tête et croque de nouveau dans la mignardise. Inoue-san me rappelle que les enfants sont loin d’être difficiles en matière de gâteaux, si tant est qu’il y ait assez de sucre. A son clien d’oeil, Chiaki ricana, l’air coquin. Grâce à Ashton les mots gâteaux et cookies étaient très vite entrés dans son vocabulaire.

« C’est vrai, mais j’avoue je ne pas être très doué. Ils sont toujours trop cuits quand je m’y mets, c’est frustrant ! »

Petit retour sur l’hôte de la maison qui semble se régaler malgré sa méfiance.

« Quand dis-tu Yukio, est-ce que j’échappe à la guillotine ? »

Nous restons tous les trois encore quelques instants puis l’heure de retrouver nos appartements finit par arriver. Je m’étonne moi-même d’être resté jusqu’à la fin. Inoue-san aura été d’une grande aide pour apaiser un tantinet les tensions.

« Je suis content d’avoir fait votre connaissance Inoue-san et bon courage dans vos études. Yukio... Merci de m’avoir reçu et... Bienvenue à Kobe. »

Oui, ma bouche souffre de prononcer ces mots, mais j’ai été bien élevé et quand bien même j’aurais grandement apprécié qu’il soit professeur dans un autre établissement, KHS ne m’appartient pas. Il faudra composer avec.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

[Libre] Pendaison de crémaillère Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

[Libre] Pendaison de crémaillère Empty Re: [Libre] Pendaison de crémaillère

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum