Le deal à ne pas rater :
Code promo Cdiscount : -5€ dès 59€ d’achat
Voir le deal

Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 73
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
[FB][SOLO] Rencontre sans lendemain JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

[FB][SOLO] Rencontre sans lendemain Empty [FB][SOLO] Rencontre sans lendemain

Lun 23 Aoû 2021 - 23:20



Une rencontre sans lendemain
[Flashback]

[FB][SOLO] Rencontre sans lendemain Image_12


Yukio regardait la femme qui lui faisait face déblatérer des platitudes avec une passion toute académique. Débiter de la phrase creuse au kilomètre avec autant d'application avait quelque chose de fascinant, il en était presque admiratif: elle se donnait vraiment du mal. A l'instant, à la suite d'une longue séquence météorologie, elle venait d'entamer une tirade impressionnante consacrée à l'horreur que pouvait représenter l'existence de méchants criminels au sein des sociétés humaines. Le jeune homme s'attendait à ce qu'elle enchaine sur l'incroyable découverte que constituait l'aspect mouillant de l'eau. Elle était bien partie, elle pouvait le faire, il l'en croyait capable, et il en venait presque à être excité comme un parieur prêt à s'écrier "Bingo !". Au moins, elle ne pourrait pas lui reprocher de ne pas avoir été attentif à ses paroles: il les buvait tel un sociologue junkie masochiste accro à l'analyse objectivante des rapports sociaux devant un idéal-type.

Le serveur la coupa en plein exploit, apportant les plats commandés avec grâce et sérieux. Yukio eut le plus grand mal à contenir sa rage. Cet imbécile d'employé consciencieux venait d'interrompre une expérience des plus captivantes, et avait déstabilisé notre athlète de la parole en plein discours. En réponse, elle venait de changer son fusil d'épaule, et se fendait d'une question des plus gênantes:  


"Et vous, Ogawa-san, que pensez-vous des enfants, vous arrivez à les supporter ?"

Diantre, elle approchait les choses avec des doigts aussi gros que le Queen Mary au sortir du chantier naval. Chercher à savoir si le professeur avait l'âme d'un bon père de famille avec moins de subtilité relevait de Chuck Norris, coaché par Jean-Claude Van Damme. Elle était plus directe qu'un vol Paris Tokyo en concorde et sans escale, c'était gênant. L'espace d'un instant, Yukio eut envie de lui débiter tout ce qu'elle n'avait pas envie d'entendre, histoire de mettre fin à l'entretien, et d'en finir avec cette ridicule entrevue, mais la gentillesse qui pouvait se lire sur le visage de son interlocutrice l'en dissuada. Il n'avait pas en face de lui une personne détestable, cette dame était même très convenable, affable et attentionnée. Il ne pouvait pas se résoudre à lui être foncièrement désagréable, quand bien même un tel comportement aurait écourté la séance d'interrogatoire forcé. Il se résolut à répondre avec honnêteté:

-Je n'ai aucun problème à supporter les enfants, Yuno-san, j'en ai beaucoup plus à supporter l'idée qu'ils vivront dans un monde que je n'ai pas la capacité d'améliorer. Et pour répondre à votre véritable question, je ne suis pas contre l'idée d'avoir des enfants...

* ...Juste pas avec vous pour le moment par contre, désolé. *

Il garda cette dernière réflexion, il ne souhaitait pas être inutilement blessant. Il y avait largement moyen de faire atterir le paquebot en douceur sans tout casser au passage. Au fond, Yuno n'y était pour rien, il aurait plutôt dû s'en prendre à ses parents qui avaient organisé leur rencontre. Ils ne cherchaient pas à mal, mais l'enfer était pavé de bonnes intentions, et les vieux avaient carrément posé du bitume.

"Les hommes qui aiment les enfants sont plutôt rares à ce qu'il parait ! C'est plus courant chez les femmes j'imagine. Dans ma famille, toutes mes soeurs en ont plusieurs, c'est étonnant non ?"

* Est-ce qu'elle essaie de me dire que la génétique la porte à n'avoir aucun problème de fécondité ? Ou alors c'est moi qui interprête tout avec cynisme ? *

-Oui, très étonnant. Vous devez avoir l'habitude de prendre soin d'un bambin, c'est un talent précieux, je ne doute pas que vous ayez la fibre pour ça. On vous confierait un poupon sans réfléchir, vous inspirez confiance.  

Il ne mentait pas, elle respirait la bienveillance et l'instinct maternel. Il était même étonnant qu'elle n'ait pas encore une bague au doigt. Peut-être la conséquence d'une vie dans l'ombre de ses grandes soeurs ? Elle n'avait aucun défaut qui aurait pu la rendre antipathique, elle s'inscrivait dans la marche du monde sans y porter atteinte, avec une générosité qui ne l'handicapait pas. Yukio l'admirait, mais il ne l'aimait pas, et il doutait de pouvoir développer un jour à son égard autre chose qu'un profond sentiment de prévenance.

Le jeune professeur en était attristé, il aurait voulu pouvoir l'aimer, avec sincérité et simplicité. Si seulement il avait eu un quelconque contrôle sur ces choses. Depuis toujours, sa nature le portait à développer des émotions pour des personnes plus extravagantes et entières, pour des êtres cassés ou expansifs, pétris de névroses et sans compromis, qui savaient éveiller son intérêt par des comportements innapropriés et emprunts d'une part de vie en parallèle du monde. Son premier amour était une fille de l'école primaire l'ayant un jour giflé, une certaine Irumi. Il tombait amoureux comme on tombait dans la rue: par surprise.

Il eut envie de vomir. Il se dégoutait. Il avait devant lui l'avenue fleurie d'une vie heureuse, et il ne savait pas s'y complaire. A l'image d'un gamin plein d'immaturité, il était blasé, sans aucune originalité. Sous un certain angle, il était d'un basique qui confinait à l'idiotie. Il se permettait de juger avec lucidité les turpitudes prévisibles de ses congénères, mais ne savait lui-même s'en extraire pour se rapprocher du bonheur. Il était aussi absurde qu'une Cassandre crédible, aussi inutile qu'un livre des savoirs absolus sur lequel jamais personne ne poserait les yeux.

Il fallait décevoir les attentes de cette grande dame dès maintenant, elle ne méritait ni les faux espoirs ni son caractère méprisable. Il posa ses couverts d'un geste brusque, afin d'obtenir toute l'attention de son interlocutrice:


-Yuno-San, je suis profondément désolé de ce que je vais dire, mais je ne pense pas qu'une telle rencontre ait un quelconque avenir. Contrairement à ce qu'on a pu vous dire, je ne suis pas un bon parti pour vous. Mon caractère est très particulier, et j'ai tendance à faire souffrir les gens qui m'entourent. Je m'en voudrais de vous porter atteinte par mon comportement si nous devions nous revoir. Ce que je vais dire est un poncif qui ne me fera pas honneur, mais je pense sincèrement que vous méritez mieux que moi. Je me sens dans l'incapacité totale de vous apporter une vie heureuse, et je m'en veux de ne pouvoir faire plus que vous l'avouer. Si vous me le permettez, je vais régler la note et vous laisser finir en paix votre repas. Je ne pense pas être capable de soutenir votre regard après vous avoir causé autant d'ennuis.  

Il poussa sa chaise sans bruit et prit la direction du comptoir pour payer la commande. Il était amer, mais il avait sauvé deux personnes d'une vie de déception. Pour une soirée d'hiver, ce n'était pas si mal.







---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

[FB][SOLO] Rencontre sans lendemain Signat10
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum