-14%
Le deal à ne pas rater :
Jeu Far Cry 6 (PS5)
51.49 € 59.89 €
Voir le deal

Elève ; en 3ème année
Pablo K. Mora
■ Age : 27
■ Messages : 103
■ Inscrit le : 25/02/2021

■ Mes clubs :
[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions MGjyI85


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Pablo K. Mora

[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions Empty [SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions

Dim 3 Oct 2021 - 15:04
Karma et traditions


Vendredi 28 avril, à l’heure du repas:
Ça y est, c’est l’heure. Le cours de musique vient d’finir et j’ai tout remballé en prenant mon temps, pour sortir le dernier cette fois. Étonnant, mais pas tellement vu que j’ai pioncé à moitié pendant toute la deuxième partie du cours, pendant que les autres torturaient leurs flûtes chacun leur tour. Je m’étire et j’vérifie une dernière fois que j’ai mes pochoirs et mes deux bombes de peintures, histoire de rien avoir oublié et éviter de faire un détour par mon casier. Tout est là, c’est parti.

Tout l’monde file à la cantoche pendant que j’me dirige vers l’administration et la salle des profs. Même eux, ils attendent pas trop pour aller manger et ça m’arrange grave ! J’fais un détour par le secrétariat avec comme excuse de prendre des infos sur la GW de ce soir, l’heure de rdv sur le parking et ce qu’on doit embarquer de spécifique. Quand on a fini de parler, le secrétaire aussi se casse pour manger, et il me dit d’pas traîner. Deux-trois autres élèves sont encore dans le coin, mais trop occupés pour me voir me faufiler dans la salle des profs.

Discrétos, j’referme la porte en silence et j’file devant les casiers. Celui de Kobayashi doit bien être là. Ce prof est toujours sur mon dos, à vouloir me tirer vers le haut ou à me rappeler à l’ordre, il s’implique trop et j’ai envie de l’emmerder dès le début de l’année pour marquer le coup. J’ai juste envie de le faire chier. J’met des gants, un masque sur ma bouche et j’sors le premier pochoir avec la bombe de peinture rouge, pour remplir le visage de l’Oni que j’ai préparé. J’retire délicatement le pochoir, quand j’ai fini, le jette sans en foutre partout, puis sors l’autre pochoir pour mettre la peinture noire cette fois. J’fais bien gaffe à le positionner comme il faut pour pas décaler les contours de l’Oni, pour que ce soit bien centré et tout, et quand j’ai fini j’le décolle tout doucement aussi.

J’me recule au niveau de la porte pour voir l’allure du tag et j’souris comme un con, trop fier de moi. J’l’ai bien réussi en vrai ! J’signe mon oeuvre d’un “De vinci askip” et je vais jeter le pochoir, les bombes (j’avais juste assez pour ça) et mes gants/masques. Avant de filer, j’prends une photo de mon oeuvre, puis je sors discrètement de la salle et vais à la cantine l’air de rien. L’air de rien, mais avec un air satisfait sur la tronche. Mouahaha.
Le fameux tag:
[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions 2270357_1

Samedi 29 avril, à 9h40

Aaah, ce trajet en bus était bien plus tranquille que celui d'hier. En même temps, 10 minutes ca passe vite mais Mori était plus discret. Par contre, Nolan m'fait trop rire à passer la tête entre les sièges pour faire la discut'. Il a l'air survolté et l'truc c'est que moi, ça m'rend insupportable aussi. J'arrête pas d'me retourner sur mon siège pour faire signe aux bros et tout, et pour emmerder un peu Mitsuki et Seiko en passant. Les profs m'ont d'jà dit de me remettre bien sur mon siège parce que si y'a un accident, j'peux être éjecté ou j'sais pas quoi, mais franchement c'est pas en ville qu'on va avoir un choc si violent !

Quand on sort du bus, j'm'étire de tout mon long et passe devant Kobayashi en gardant mon p'tit air insolent, le même que j'ai depuis hier midi à chaque fois que j'le croise. Pour éviter toute confrontation, j'l'ai habilement esquivé toute la soirée d'hier, parce que j'veux pas m'chopper d'heures de colle pendant une semaine de vacances quoi. Mais dans son regard, j'sais qu'il doit se douter. J'sais qu'il a VU son casier et la signature. Je sais qu'il sait, obligé. Mais tant qu'il vient pas m'chopper, j'me dis que j'peux encore profiter pour faire le con jusqu'à ce que la punition tombe, alors autant en profiter.

Là d'vant nous, y'a un long chemin pour aller au sanctuaire et de ce qui se disait dans le bus, c'est méga traditionnel. J'sens que j'vais m'emmerder, j'suis pas bouddhiste moi, si j'dois être un peu proche d'une religion, c'est les chrétiens vu que ma mère est méga croyante et tout, mais voilà. En passant, j'bouscule Mitsuki en rigolant :

- Héééé Mitsuki, c'est ici qu'tu vas t'marier ? MDR !

Elle m'répond d'un "ouais ouais pas convaincu", genre laisse moi tranquille quoi, mais j'l'embête un peu encore jusqu'à ce que qu'on m'interpelle. Ah, Kobayashi-sensei. Merde.

Tenue:
[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions A9b953f30d010b44df505ab7cb92d9cc

Made by Meuh

---------------------------------

Pablo te rentre dedans en #cc0000

[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions Pablosigna
Personnel ; prof d'arts plastiques
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 25
■ Messages : 553
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1 (Appart)
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi

[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions Empty Re: [SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions

Dim 10 Oct 2021 - 15:15



♫ Karma et traditions ♫
Vendredi 28 avril - Heure du midi

Spoiler:
Mon dernier cours de la matinée prend fin à la sonnerie. Voilà un mois que la rentrée a eu lieu, ma première vraie rentrée à Kobe. Il y a quelque chose de particulier à commencer une nouvelle année. Tout le monde part de ses nouvelles résolutions, élèves comme professeurs, chacun est motivé à donner le meilleur de soi-même. La difficulté ? Maintenir cette motivation sur une année entière, un challenge.

Je range mon ordinateur dans sa pochette puis passe la sangle sur mon épaule avant de quitter la classe. Un tour à la salle des professeurs pour tout déposer et je rejoins des collègues à la cantine. Une belle routine s’est installée, et les moments de difficultés liés à mon adaptation sont loin derrière moi. Sasaki-san comme à son habitude, jalouse gentiment mon bento bien garni et je lui promet de lui en faire un s’il me bat au chi-fu-mi. C’est son jour de chance ! Il lâche un petit « Yosha !» qui fait rire toute la table.

L’heure passe vite, il est déjà temps de retourner au travail. J’entre tranquillement dans la salle des professeurs suivi de mes collègues, me dirige vers mon casier pour récupérer des documents, et me fige. La tête de Oni n’est pas sans me rappeler ma photo dans le journal, et cette signature... Il ne se cache même pas.

« Ce sale gosse... » Je murmure.

« Un problème Kobayashi-san ? » Demande Sasaki-san.

Je me décale pour le laisser admirer mon casier, l’air blasé. Une ribambelle de «Ooh» mi-admiratifs, mi-choqués s’élève. En reposant mes yeux sur le tag, je l’analyse plus en détail. Le pire est que ce sale gamin est plutôt doué, mais utiliser son talent à bon escient n’est pas dans ses priorités. C’est mon âme d’artiste qui me permet de ne pas être en colère. Je sais qu’il me provoque, qu’il me teste même peut-être, qu’il veut que je lâche l’affaire en me montrant quel genre d’adolescent insupportable il peut être. Un fin sourire étire mes lèvres alors que je sors mon téléphone pour prendre une photo, histoire de garder une preuve du méfait.

« C’est inadmissible ! Et mérite une sanction exemplaire ! » S’exclame sévèrement la professeure de japonais.

« J’y réfléchirai, soyez-en sûre Kimura-san... »

Tout en sachant en mon fond intérieur que le punir reviendrait à jouer son jeu. Non... Ce qu’il faut c’est avoir un coup d’avance, montrer que ça ne m’atteint pas le moins du monde.

D’ailleurs, pour un pseudo rebelle tagueur de casier, je ne vois qu’un fuyard dans les couloirs. Il pense que je ne l’ai pas repéré en plus... J’ai hâte d’être à Tôkyô...

Samedi 29 avril - 9h40 - Sanctuaire Meiji

Durant le trajet d’hier, les élèves avaient été plutôt agités. Rien d’étonnant pour une telle sortie, tout le monde a hâte de changer d’air, notamment ceux qui n’ont jamais quitté Kobe. Certains s’étaient démarqués plus que d’autres par leur côté turbulent, comme Pablo ou Nolan par exemple. Il ne tenaient décidément pas en place et leur voix portaient jusqu’à l’avant du bus. J’avais pourtant laissé mes collègues se charger de l’autorité. Les transports me malmenaient l’estomac et le seul moyen d’y échapper avait été de somnoler un peu sur mon siège.

Le bus s’arrêta devant le chemin menant au sanctuaire. Je m’occupe de compter les élèves sortant et appui sur le mot «quinze» en comptant l’insolent aux yeux verts. Nos regards se croisent, il sait que je sais. Le groupe avance le long du chemin et je l’observe tenter d’engager une conversation pour, je suppose, me dissuader de l’interpeller. Seulement sa chance s’est expirée dès l’instant où il a quitté le bus.  

« De Vinci-kun ! Si tu laissais Iroka-san choisir son lieu de mariage et venais par ici ? »

J’affiche un sourire narquois qui n’a rien de rassurant tandis qu’il se rapproche, l’air un tantinet moins fier.

« Alors comme ça, tu as été tellement fasciné par ma tête de Oni que tu l’as reproduite, il y a de quoi être flatté ! J’aurais aimé que tu partages ta passion avec moi au lieu de t’enfuir à ma vue. Mais bon... Tout n’est pas perdu, on a toute la visite d’aujourd’hui pour ça... »

Et le piège se referme... Mouahaha.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

[SANCTUAIRE MEIJI] Karma et traditions Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum