Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

Recensement des membres jusqu'au 29 Mai ! (début d'après-midi)
Les comptes non recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 27 Fév 2022 - 21:24
MERCREDI 05 JUILLET 2017



Courir pour ne plus penser à rien. S'époumoner pour oublier les mots blessants. S'activer pour abandonner cette léthargie latente qui s'empare de lui quand il repense à ce qu'il n'a pas su faire. Pourtant il n'était pas si compliqué de lui faire entendre raison. Barrossa-kun a bien réussi, pourquoi pas lui ? Lui qui d'habitude parle à tue-tête n'a pas su trouver quoi dire pour qu'il se calme. Lui qui fait souvent preuve de petites attentions pour ceux qu'il apprécie n'a pas su quoi faire pour qu'il apaise sa colère. Lui qui connaît bien ce sentiment ravageur auquel il a fait face n'a pas su comment réagir dès l'instant où ce dernier s'est retourné contre lui. Malgré le fait que Mora se soit excusé, la blessure ne s'efface pas pour autant. Il n'en veut pas à l'espagnol, c'est à lui qu'il en veut, à son incapacité à avoir su gérer la situation. A avoir fait appel à une fille, quand bien même il s'agit de Mitsuki, qui a elle-même lâché les armes face à la fiabilité de son colocataire. Ce qu'il aimerait en imposer de la même façon. La prestance de ce gars est juste dingue.

Ses foulées s'enfoncent dans le sable, autant que ses réflexions se dispersent dans un flux constant d'informations. A peine le club quitté qu'il avait fourré des vêtements de sport et ses baskets dans son sac puis s'était éclipsé hors du campus. Il s'était changé dans une petite cabine sur la plage et courait à présent avec son sac à dos. Depuis l'incident avec Mora suite à sa rupture, Seito n'a pas envie de recroiser quelqu'un lors de son footing. Déjà qu'il ne voulait pas que ça se sache tout court, et encore moins par Mora. Bien qu'il ait mal vécu ce rebondissement, il ne s'est pas décidé à arrêter pour autant. Car alors il briserait la promesse qu'il a fait à l'espagnol de se donner à fond pour le club de foot. Encore une fois, il ne lui en veut pas. Mora était triste et c'est ce malheur qui l'a rendu méchant. Le problème de ses pensées qui divaguent est qu'il ne se concentre pas sur sa respiration. Alors il s'emmêle les pinceaux et son souffle devient erratique jusqu'à l'inévitable : le poing de côté.

Quelle plaie ! Il ralentit drastiquement le rythme. En l'absence de musique, il ne saurait dire s'il y va trop fort d'emblée. La douleur est légère. Il pince son flanc en appuyant de sa main la contraction et poursuit sa course. Avec un peu de chance, la gêne ne sera que de courte durée.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Mar 1 Mar 2022 - 20:23

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


C’est bientôt les examens. J’avoue être plutôt serein, le français ce sera facile vu le niveau, le management, j’ai aussi une bonne moyenne. Musique... Hmm va falloir que je bosse le solfège, c’est pas aussi simple que ça en a l’air, mais ça va le faire ! Positiiif ! Il faut surtout pas que je me rate à l’épreuve d’athlétisme ! C’est seulement le 26 mais la préparation intensive a commencé depuis plusieurs semaines déjà.

Bon, je dis que ça va mais, le stress est toujours présent en sous-marin. L’ambiance n’est plus la même qu’au lycée, c’est plus sérieux. Mes parents m’ont déjà fait sentir que le vent a changé. J’ai intérêt à être assidu et ne plus me comporter comme un gamin. Et puisque j’ai choisi une voie sportive, il s’attendent au moins à me voir participer aux prochains JO. Rien que ça ! Mais le prestige, encore et toujours, est important pour eux. Heureusement que je vis pour cette discipline, la pression a un effet plutôt positif.

Ça ne veut pas dire que je ne profite pas du beau temps pour me détendre sur la plage. Il m’arrive aussi d’avoir besoin de calme, aussi choquant que ça puisse être. L’air iodée me rappelle les fois où j’allais en vacances avec ma famille. J’ai retiré mes chaussures, sentir le sable sous mes pieds est plutôt agréable !

On dirait que je ne suis pas le seul à avoir eu l’idée de profiter de la plage. Je vois quelqu’un qui cours au loin. Sa démarche me dit vaguement quelque chose... Je continue d’avancer et lui finit par s’arrêter. Eh mais c’est Seito ! J’suis content de le voir, même s’il a l’air mal en point là tout de suite. J’me rapproche de lui tout sourire.  

« Hey Rinbo ! Ça va ? Depuis quand tu fais du footing ?! T’sais que c’est plus dur sur le sable ? »

Avec les pieds qui entrent dedans, on se fatigue beaucoup plus vite. Surtout... Qu’il ne me semble pas que mon Rinbo soit le genre sportif ? J’sais qu’il est au kyudo, mais bon ça va encore. Et qu’il a rejoint le club de foot, pour aider Pablo à rouvrir le club mais, je le vois plus faire acte de présence quoi.

Tenue:


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 6 Mar 2022 - 19:36
MERCREDI 05 JUILLET 2017



Le poing de côté est intransigeant et, malgré une négociation rude à coup de pression soutenue sur l'origine de la douleur, il rend les armes. Juste le temps de se reprendre. Un arrêt de quelques secondes pour reprendre son souffle. Rien qui n'alternera les résultats de la pratique. Le regard sur le sable, Seito ralentit jusqu'à se stopper net. Rinbo ? Le japonais se redresse aussitôt et accueille le français avec un sourire approchant la grimace. La douleur qui lui scie le côté droit en est la seule responsable, bien qu'il soit tout de même agacé d'avoir encore été surpris pendant cet exercice. Il prend une grande inspiration et répond avec difficulté :

« Je – sais. C'est – le – but. »

La promesse contenait une condition non négociable, celle de tout donner. Alors peu importe s'il souffre, peu importe s'il en ressort épuisé, peu importe si la route est encore longue avant qu'il adopte un rythme décent. Pour être honnête, il n'avait pas réfléchi à la difficulté du terrain lors du choix de la plage. Tout ce qui l'intéressait était son éloignement relatif du campus et donc les risques diminués de croiser une connaissance. Ce qui était, la preuve sous les yeux, un échec. Il n'a pas vraiment le loisir de s'en trouver incommodé car l'élancement n'en était qu'aux introductions. L'immobilité ne le satisfait donc pas non plus ? Le visage de moins en moins avenant, il crache :

« Fais – chier. J'ai – toujours – un point – de côté – quand je cours. Toujours le même – côté – en plus. »

Il serre le poing et le plaque plus franchement sur son flanc dans l'espoir d'absorber le problème par capillarité. Puis se concentre sur son souffle qui peine à retrouver le chemin dans le dédale de ses poumons. Le japonais le sait bien, il n'a pas fière allure. Dix-sept ans et pas foutu de courir plus de vingt minutes sans subir le courroux de son corps à bout de force. A ses yeux, le sport a toujours été une perte de temps. Faire des tours de terrain, se passer la balle, sauter le plus loin possible ; quel intérêt face au savoir infini que les livres peuvent offrir ? Sauf qu'il aurait dû se douter du retour de bâton. Le karma semble l'apprécier et prend toujours un malin plaisir à confronter ses certitudes. Dépité, il se penche en avant et se soutient à l'aide de ses mains plantées sur ses cuisses.

« Te fous pas d'moi s'te plaît. » soupire-t-il.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Lun 7 Mar 2022 - 21:51

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


Hmm mouais ! Pour le coup j’ai du mal à le croire. Rinbo se tape un horrible point de côté et c’est signe qu’il ne gère pas son souffle correctement. Classique quand on n’a pas l’habitude de courir, encore moins sur du sable.

« Ah Rinbo, tu te fais du mal là... »

Je tapote son dos par compassion. C’est un peu un geste réflexe, j’espère qu’il ne m’en voudra pas, j’enlève vite ma main. Malgré sa douleur et son essoufflement, Seito parvient à parler de manière hachée. Mes sourcils se froncent quand il me demande ne pas me moquer de lui.

« Ben pourquoi j’ferais ça ? On s’est moqué de toi ? Qui ? »

Que j’lui montre qu’un «poing» de côté fait tout aussi mal !

« Les points de côté arrivent souvent quand on respire mal. Inspire profondément, expire bien fort et reste penché. Quand tu cours, essaie d’inspirer deux fois puis d’expirer au moins trois fois ! Faut que tu trouves ton rythme. »


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Mer 9 Mar 2022 - 20:46
MERCREDI 05 JUILLET 2017



Nolan a bien de la chance que Seito soit au bout de sa vie car sinon il aurait senti son dos se crisper sous sa main. Trop focalisé sur son point de côté, c'est à peine s'il se rend compte de cette intruse pourtant bienveillante. Par contre, son ouïe fonctionne toujours très bien et il relève rapidement la tête vers le français.

« Bah, personne ? C'est – c'est quoi cette question ? »

Son regard est inquisiteur. C'était une façon de parler, pas un fait avéré. Et quand bien même ça aurait été vrai, qu'en ferait-il ? Nolan n'allait tout de même pas jouer les super-héros pour lui. Son mordant entaché par la douleur, il se prive de le mentionner et se concentre plutôt sur les conseils qu'il lui donne. Sa tête retrouve le sol alors qu'il ventile bruyamment. Trouver son rythme... Plus facile à dire qu'à faire.

« Inspirer – deux fois. Expirer – trois fois. C'est vraiment possible – ça ? » marmonne-t-il en s'interrompant à chaque expiration.

Même s'il se montre rabat-joie sur le moment, il enregistre l'information dans un coin de sa tête et se promet d'essayer la prochaine qu'il ira courir. Pour aujourd'hui, il va s'arrêter là. Il n'a aucune idée de l'heure qu'il est, aussi il ne peut pas savoir pendant combien de temps il a couru. Doucement, il finit par se redresser. Son flanc le lance toujours un peu mais l'élancement est déjà bien plus acceptable.

« Qu'est-ce que tu fous ici au fait ? » demande-t-il soudainement.

Finalement, il a bien du mal à digérer le fait de s'être fait surprendre une seconde fois. Où diable pourrait-il aller s'entraîner pour qu'on lui foute la paix ?




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Ven 11 Mar 2022 - 15:57

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


« J’sais pas moi, c’est quoi cette demande aussi... »

Quel genre de pote se moquerait d’un autre qui a un point de côté ? Enfin bref, à mon avis il lui manque de l’oxygène à quelques étages, ça cause déjà deux trois lésions mineures là... Vaut mieux qu’il inspire et expire bien, Seito n’a même pas réagit à ma main, ça confirme ce que je pense !

« Essaie. J’cours depuis que j’sais tenir debout, fait moi confiance ! »

Au bout de quelques inspirations, Rinbo a l’air d’un peu moins souffrir. La douleur ne va pas disparaître tout de suite mais assez pour qu’il se redresse. Et me demande ce que je fais là mais l’air de dire qu’il aurait préféré que ce ne soit pas le cas ou je comprends de travers ? Qu’est-ce qu’il a aujourd’hui ??

« Ben j’me promenais... Faut le dire si j'te dérange, j’me casse hein... »

J’ai tellement l’habitude qu’on s’entende super bien et qu’on soit toujours sur la même longueur d’onde que j’sais pas... Imaginer que ça le saoule que j’sois là, ça pique un peu. Après il est p’têt juste de mauvaise humeur, j’vois pas ce qui pose problème.


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 13 Mar 2022 - 13:46
MERCREDI 05 JUILLET 2017



Ah, il est allé trop loin. L'agacement qui perce dans le ton jusqu'alors amical de son acolyte l'en informe. Seito ne sait pas cacher ses émotions et y voit comme une source de fatigue inutile d'essayer. Quand bien même il pourrait s'éviter le mépris soudain de son Rinbo. Seito crispe la mâchoire.

« Le prends pas comme ça, mec ! » s'agace-t-il.

Il se foutrait des baffes. Nolan n'est pas responsable de ses insécurités. Il est même l'un des seuls à faire preuve d'une bonne humeur sans pareille à chaque fois qu'ils sont ensemble. Toute cette histoire avec Mora l'a beaucoup trop remué, bien plus qu'il ne veut l'admettre. Embarrassé, il se passe une main sur le visage et s'excuse :

« P*tain, j'suis désolé. J'voulais pas mal te parler. Tu m'déranges pas du tout. C'est pas possible que tu m'déranges. Et même, tu devrais me faire chier plus souvent, comme ça j'serais pas un gros c*n. »

Le japonais baisse les yeux sur le sable. Le point de côté devait être la vengeance de ses dures paroles envers le français, avec juste un poil d'avance. Être en froid avec Nolan n'est même pas envisageable. Il en ressortirait complètement meurtri. L'étudiant ne sait pas grand-chose de lui mais c'est tout l'intérêt. Il l'a pris dans son jus, sans se poser plus de questions, et c'est cette clarté dans leurs échanges qu'il chérie. Une fois de plus, son esprit s'obscurcit et il lui faut lutter contre ses démons pour ne pas se recouvrir de sable dans l'instant. Il se mord brièvement la lèvre inférieure, le sang afflue. Sa décision est prise. Il relève la tête et plante un regard inquiet sur Nolan :

« J'vais me changer et on va en ville faire un truc ? Pour me rattraper. Ça te dit ? »

Dans ses yeux se reflètent l'espoir qu'il n'ait pas brisé leur harmonie.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 13 Mar 2022 - 15:51

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


D'accoooord, il y a définitivement quelque chose qui cloche. Je hausse les sourcils à la manière dont il me répond. Il vaut mieux pas que je réplique ou ça ne fera que mettre de l'huile sur le feu. C'est pas un abruti, j'suis sûr qu'il va se reprendre. Et je suis content de voir que je ne me trompe pas ! Mais c'est trop gentil ce qu'il dit, je pourrais rougir là ! C'est vrai qu'à chaque fois qu'on est ensemble ça finit toujours en barre de rires et surtout en n'importe quoi !

« Dis pas ça va ! Par contre j'suis d'accord je te fais pas assez chier ce serait bien qu'on y remédie ! »

Seito a l'air de réfléchir intensément à quelque chose et il se tourne finalement vers moi. Il a peur que je lui en veuille mais je ne peux pas lui faire la gueule juste pour une phrase de travers ! Quand je n'aime pas quelque chose je le fais sentir et tant que l'autre personne comprend, je passe à autre chose !

« Ok ! Et puis pendant qu'on marche tu peux en profiter pour me dire ce que t'as ? J'vois bien que t'es pas comme d'habitude. J'sais bien qu'on fait que rigoler ensemble mais les rinbo c'est aussi pour quand on n'a pas le moral. »

C'est vrai que je ne sais pas grand chose sur lui mais assez pour le voir comme un bon pote et m'en soucier.


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 13 Mar 2022 - 17:52
MERCREDI 05 JUILLET 2017



La surprise, bien que momentanée, s'imprime sur son visage. Il ne lui en veut pas, et c'est bien tout ce qui compte aux yeux de Seito. Il se serait sans doute jeté dans la mer s'il avait essuyé un refus. Sans s'en apercevoir, il avait cessé de respirer. Quand il remet la machine en marche, le point de côté se rappelle à lui. Il grimace en se massant les côtes.

« Je- Ouais, j'reviens. » répond-il brièvement avant de s'élancer vers une cabine aux abords de la plage.

Une fois la porte refermée, son dos s'appuie contre le battant et il ferme les yeux. L'arrière de la tête contre le bois, un cruel dilemme s'impose à lui. Il respire faiblement tandis que son cerveau s'active. Maintenant que sa mauvaise humeur a alerté Nolan, il craint de ne pouvoir échapper à une explication. Et comme il est inconcevable pour lui de mentir, il va donc devoir enrober les faits d'une perspective bienveillante, plutôt qu'avec l'amertume de l'échec. Pourquoi diable avait-il fallu qu'il tombe sur lui ? La question valait pour Nolan et pour Mora. Sauf que dans le cas de l'espagnol, les conséquences se faisaient toujours sentir. Une seule solution s'offre à lui pour s'extirper de la situation délicate. En rester aux faits plutôt qu'écorcher la surface de ses peines et ainsi dévoiler un pan de sa personnalité que peu ont eu le déplaisir de connaître.

Un soupir et il ôte ses baskets. Les paupières rouvertes, il troque ses affaires de sport contre un jean noir et un t-shirt beige tout simple et le fourre sans plus de cérémonie dans son sac à dos. Avant de ressortir de la cabine, il jette un coup d’œil à son portable. 18H40. Déjà si tard ? Le soleil déclinant l'éblouit quand il pousse la porte. Plus loin, la silhouette du français se détache en ombre chinoise. Il l'attend comme convenu. Et cette constatation lui met du baume au cœur. Nolan s'est montré présent dans les bons côtés, pourquoi n'en ferait-il pas autant – et avec la même ingéniosité – dans les mauvais ? Le japonais réajuste les sangles de son sac sur ses épaules puis rejoint le meilleur des justiciers sucrés. Parvenu à son niveau, il lui sourit faiblement.

« J'ai eu peur que tu te sois tiré. Mais j'suis content que ça soit pas l'cas. » fait-il remarquer.

Le soulagement dans la voix, il a bien conscience qu'il n'échappera pas à une relance s'il n'enchaîne pas sur ce qui le tracasse. Mais avant toute bonne révélation, il faut une bonne récompense. Alors il demande :

« J'pensais pas qu'il était déjà si tard. On peut aller manger quelque part, si ça te dit toujours. Je sais pas trop où par contre. Mais on peut se diriger vers le métro le temps de se décider. »

Et sans plus attendre, il lance le cortège. Le sable s'enfonce sous ses semelles alors qu'il coupe en plein milieu pour rejoindre le bitume. Puis le silence s'installe. Le problème est qu'il ne sait pas véritablement comme aborder le sujet. Les faits, en rester aux faits. Un bref coup d’œil à Nolan, comme une confirmation que ça en vaut le coup, et il finit par briser l'attente :

« Mora m'est tombé dessus pendant un footing. Vu qu'il est capitaine de l'équipe de foot, il a voulu m'accompagner. Et ça s'est bien passé jusqu'à c'que... » Il marque un temps d'arrêt, cherche ses mots, fronce les sourcils puis poursuit : « … jusqu'à c'que sa copine l'appelle pour casser avec lui. Et là mec, il a pété un câble. Genre violent. Et j'ai pas su quoi faire. Tout c'que j'disais c'était d'la merde. Y'a Mitsuki qu'a essayé, ça a été pire.. Y'a que Barrossa-kun qui l'a calmé. Mora était genre... fou et j'pouvais rien y faire. P*tain c'est c*n, mais j'voulais plus tomber sur personne en courant. C'est pas contre toi, c'est juste que... »

C'est juste qu'il ne peut pas encaisser une autre situation de ce genre, tout du moins pas avant qu'il n'ait pansé les plaies de celle qu'il vient de mentionner. A mesure qu'il en parle, ses doigts se serrent sur les sangles de son sac. Son regard d'abord dur s'adoucit sous la houle de regrets qui déferle dans sa boîte crânienne.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Jeu 17 Mar 2022 - 19:43

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


Pourquoi ça le surprend à ce point que je ne lui en veuille pas ? Ce n’est pas comme s’il m’avait insulté. Ce n’est peut-être pas si mal ce petit malentendu, je me rends compte qu’on ne se connaît pas vraiment en dehors des choses plus classique comme nos goûts, ce qui nous fait rire. C’est l’occasion de creuser un peu.

Je hoche la tête quand Seito décide d’aller se changer dans une cabine et l’attend. J’en profite pour admirer le soleil couchant et shooter dans le sable de mon pied droit. La petite brise fait voler les grains sur le côté et c’est plutôt joli à voir. Après deux ou trois coups, je me rapproche du bitume pour remettre mes chaussures et ne pas nous faire poireauter puis reviens devant les cabines. Mon Rinbo revient changé et... Mais pourquoi je me serais tiré ? D’abord il a peur que je me moque de lui, maintenant que je lui fasse faux bond en partant sans lui dire. J’ai l’impression qu’il a dû avoir des ami(e)s pas très sympas dans sa vie, qui lui ont peut-être fait des crasses.

« T’es pas près de te débarrasser d’moi ! »

Il vaut mieux ne pas souligner que sa pensée me chagrine. On aura tout le temps de discuter en se goinfrant, c’est un bon plan !

« Oh ouais bonne idée, y’a des endroits sympas pas loin du campus ! On n’aura pas de mal à trouver. »

Direction le métro donc. On marche côte à côte. J’ai envie de le relancer sur ce qui le tracasse mais me retiens, ce qui installe un silence entre nous. Que je n’aime pas trop, je préfère quand on rit aux éclats. Je rend son coup d’œil à Seito avec un léger sourire et il se lance enfin. Ok donc première phrase et ça commence déjà mal. Mes sourcils se froncent, qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Je sais qu’entre les deux c’est un peu comme chien et chat. Pablo a un caractère qui ressemble au mien, sauf qu’il cède plus vite aux coups de poings que moi (#c’estmondorayaki). Ces points font que je ne comprends pas ce qui cloche entre les deux, pourquoi ils ne s’entendent qu’à moitié ? Ecoutons la suite. Ouch, rupture. Mais quand même, il abuse ! Je n’aime pas voir Seito comme ça, il a l’air mal alors qu’il n’a rien fait à part essayer de réconforter un pote. Ça ne m’étonne pas que Montoro soit le seul à avoir réussi à le calmer, c’est le plus calme et sage. Par contre ceux-là, comment ils ont fait pour devenir potes ?!

« Pablo c’est le genre de mec explosif qui laisse parler ses émotions, un peu trop, mucho caliente ! Il avait mal à cause de la rupture et il s’est défoulé sur vous. C’est naze de faire ça même si bon, ça se contrôle pas, j’dis pas que ça m’est jamais arrivé ! »

Toujours prendre quelques secondes pour mettre ses idées en place avant de parler. J’ai envie de le rassurer, qu’il comprenne que ce n’est pas de sa faute.

« T’as rien fait de mal Rinbo, t’as essayé d’être là pour lui mais il a fait l’c*n, sûrement par fierté aussi. Se faire larguer devant un pote ça doit pas être ouf... Et même moi, j’sais pas ce que j’aurai pu lui dire si j’avais été là. Du coup j’comprends pourquoi tu voulais être seul. Tu comptes lui dire qu'il t'as blessé à cet abruti ? »

Parce qu’une fois ses nerfs passés, ce serait bien de se rendre compte d’avoir merdé aussi ! C'est dit sans méchanceté, je l'aime bien Pablo, il sait être là pour les potes, mais parfois il pète des câbles.


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 20 Mar 2022 - 15:29
MERCREDI 05 JUILLET 2017



En parler est toujours aussi douloureux. Son cœur se comprime en effleurant cette peine pas encore digérée. Loin de lui l'idée d'inquiéter Nolan. Bien au contraire et c'est d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle il n'a eu que des rapports de surface avec lui. A se montrer sous son meilleur jour et briller si fort qu'il en oublie lui-même la part sombre qu'il souhaite occulter. Mais maintenir les apparences est éreintant. Par moment, comme maintenant, il lui est difficile de chasser sa tristesse passagère et de se parer d'un manteau de légèreté anodine. Sauf qu'au plus il affiche un air détaché et serein, au plus le contraste est détonnant quand il défait son masque. Ses insécurités ressortent alors au grand jour et, une fois libres, elles le ravagent sans commune mesure de ce fiel féroce qui embrase son être et éloigne les paillettes de bonheur qui veulent se coller à sa peau. La perspective de manger ensemble est une paillette qu'il attrape au vol et dont les couleurs chatoyantes irradient son cœur d'une douce chaleur. Il n'en dit rien, n'étant pas très communicatif sur ses émotions, mais il se laisse porter par cette petite voix qui lui souffle l'idée brillante qu'il a eu là.

Dommage que cette euphorie soit entachée par de sombres préoccupations. Il soupire. Le français se fait l'avocat du diable. Ce qui l'agace en un sens car il ne fait que remuer le couteau dans la plaie. Pour autant, Seito sait pertinemment qu'il a raison. La situation aurait été inversée qu'il aurait réagi de la même façon que l'espagnol. Pire, il aurait pu se montrer violent. Pas forcément sur l'autre, mais sur lui-même assurément. Le fait que Nolan s'identifie aussi dans cette histoire l'effraie. Comme une confirmation sinistre que si un tel événement se reproduisait, il serait incapable d'y répondre correctement et se prendrait de nouveau une rouste monumentale. Son cerveau ne peut s'empêcher d'imaginer le pire et il se perd dans des conjectures tirées par les cheveux qui le déconnectent quelques instants de la surface de la Terre. Il se revoit poser ses doigts sur ses avant-bras. Timides mais témoins d'une inquiétude bien réelle. Comme il aurait souhaité grappillé des secondes pour réitérer ses approches jusqu'à trouver la faille. Tout plutôt que de jouer au c... Abruti ? Il sort subitement de ses pensées pour répondre :

« Hein ? Ah, euh... on en a déjà parlé, ouais. Il s'est excusé quoi. Mais j'sais pas, j'arrive pas à plus y penser. J'devrais pas penser comme ça mais j'arrête pas d'imaginer des trucs où j'dis enfin le bon truc et que j'arrive à le calmer tout seul, sans qu'il y ait besoin de rameuter la moitié du campus pour avoir un résultat. Essayer ça suffit pas. »

Son père le lui a tellement rabâché qu'il connaît ce mantra par cœur. Essayer c'est bien, réussir c'est mieux. Et c'est même obligatoire. Car qu'on participe à quelque chose, on se doit de se donner à fond et d'en ressortir victorieux. Il n'y pas de place pour l'échec. Et encore moins pour la pitié. Pas étonnant qu'il vive comme un affront ses bulletins de notes désastreux. Le problème de Seito est qu'il a bien accédé à sa requête, il n'a juste pas tourné à droite à l'embranchement. Car détester la Chose est une tâche qu'il a accompli avec brio. Aussi, il ne peut concevoir d'avoir été un si mauvais support émotionnel. L'entrée de métro se dessine progressivement devant ses yeux. Il ressent le besoin d'en exprimer un peu plus :

« J'aurais aimé y arriver tout seul. Il allait pas bien et j'ai merdé. J'aurais aimé trouver les mots pour le rassurer, j'aurais aimé le... le prendre dans mes bras pour le consoler. Mais à la place, j'ai paniqué, j'ai bafouillé et... » Son regard accroche celui de Nolan et il marmonne, embarrassé : « Va pas lui répéter c'que j'viens de te dire, j'ai pas envie qu'il me fasse chier avec ça. »

Ou qu'il le frappe à nouveau.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Mar 22 Mar 2022 - 18:39

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


Je ne veux pas que Seito s’imagine que je prends la défense de Pablo, c’est pour ça que je lui pose cette question. J’essaie juste de comprendre les deux. S’ils en ont parlé c’est déjà bien. Mais j’ai toujours du mal à comprendre pourquoi ça l’atteint autant de ne pas avoir su le calmer. Le problème ne vient pas de lui, juste de la situation. Quand quelque chose nous fait mal il faut un bout de temps avant de pouvoir écouter les autres. Ça se traduit par faire des choses qu’on regrette ensuite.

En l’écoutant j’ai l’impression qu’il estime presque avoir été un mauvais pote à cause de cet «échec». J’ai déjà envie de lui répondre mais préfère le laisser continuer en lui lançant parfois un regard pour montrer que je l’écoute. A l’écouter leur relation a l’air profonde alors que ce n’est pas vraiment l’air qu’elle donne d’un point de vue extérieur. Il aurait aimé le prendre dans ses bras ? J’croyais qu’il n’aimait pas les contacts physiques ? Nos regards se croisent de nouveau quand mon Rinbo me demande de ne rien lui dire.

« Je dirai rien t’inquiète, manquerait plus qu’il te tombe dessus. »

Ce qui empirerait les choses... On s’engouffre dans la bouche de métro puis sur le quai après avoir marché un peu.

« J’comprends que ça te fasse de la peine de ne pas avoir réussi à trouver les mots justes, mais j’te jure que c’est pas si grave. J’trouve déjà que le fait que t’ai essayé ça montre que tu voulais être là. J’suis sûr que la prochaine fois qu’il aura besoin de toi, tu sauras quoi dire ! Là c’était juste super compliqué, et puis... »

J’inspire un bon coup. J’ai besoin de mieux comprendre ce qu’il y a entre eux. Que Seito soit un mec sensible et tout j’veux bien mais... C’est dur à expliquer, on dirait une bromance à sens unique voilà !

« En fait Rinbo... C’est quoi votre lien exactement ? Vous êtes amis... ? ‘Fin quand j’vous vois ensemble il a pas l’air d’être... Démonstratif ? »

M*rde j’veux pas le blesser en soulignant qu’il n’est pas vraiment comme avec ses autres amis mais c’est un peu vrai.

« J’ai l’impression qu’il y a une tension entre vous, vous êtes un peu comme chien et chat quoi... Tu penses quoi de lui ? »

Parce qu’à sa place, j’suis pas sûr que je serais ami avec Pablo s’il me traitait comme lui. Un coup tout va bien, un coup j’te gueule dessus. Ma vraie question est plutôt, pourquoi vous êtes potes ?


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 27 Mar 2022 - 18:20
MERCREDI 05 JUILLET 2017



Et si c'était le cas, qu'en ferait-il ? Le japonais n'a besoin de personne pour se défendre. S'il ne l'a pas encore fait, c'est qu'il n'a pas considéré l'éventualité que le moment soit approprié pour le faire. Ce que les autres peinent à comprendre – et qu'en vérité, il ne souhaite pas qu'ils comprennent – est qu'il est bien trop souvent l'instigateur des problèmes qui lui tombent sur le nez. Comme c'est amusant de défier le feu. A force de se brûler les doigts, la douleur s'efface jusqu'à n'être plus qu'une tâche de fond. Une information secondaire qui le fait sourire et le pousse à mépriser toujours plus imprudemment les règles du jeu. Pourquoi pas y mettre la main, puis le bras tandis que son regard scrute le brasier. Hypnotisé par les flammes, le danger danse autour de lui et l'emprisonne dans une prison flamboyante. Et soudain, sa peau crépite. Le feu le dévore et le recrache sans vergogne. Petit tas de cendres, il renaît à chaque fois. L'orgueil de ses affronts incendie son cœur d'une arrogance renouvelée. Et il retente le diable, persuadé qu'il sera à jamais un phénix bouillonnant de vie. Les cicatrices sont multiples mais il donne l'impression de ne pas en souffrir. Car alors il avouerait ce crève-cœur que représente cette solitude tenace qui lui colle aux basques. Et ce faisant il éloignerait le peu de gens qui osent s'approcher de sa foutue enveloppe incandescente.

Alors il n'en veut pas à Nolan de ne pas saisir les tenants et les aboutissants de ses remarques. Pas plus qu'il ne souhaite s'épancher plus encore dessus. La gravité de la situation importe peu à vrai dire. Qu'il n'y ait pas mort d'homme est un soulagement mais ne retire en rien l'aigreur de l'échec. Être là n'a pas suffi. Il se devait d'en faire plus. A présent, il y a peu de chance qu'il ait besoin de lui pour quoi que ce soit. Et sûrement pas pour se confier dans des aspects aussi intimes de sa vie. Seito a la sensation d'avoir aperçu une facette de l'espagnol qu'il n'aurait pas dû voir. Cette colère vibrante a touché une de ses cordes sensibles jusqu'à résonner profondément sous la nef de son caveau charnel. Une petite moue sur les lèvres, son regard se perd sur les rails vides mais ne s'attarde pas sur le noir béant du tunnel. Compliqué n'est pas le mot qu'il aurait employé. Ce mot fourre-tout irrite ses tympans. Combien de fois ses parents ont usé de ce mot pour masquer la triste vérité de leur fils indigne. Le collège est une étape difficile, c'est compliqué pour lui. Avec la naissance de sa sœur, il a maintenant plus de responsabilités, c'est compliqué de s'en accommoder. Vous savez comme moi que c'est compliqué d'élever un garçon récalcitrant. Il va bien oui mais c'est... compliqué.

Sa mâchoire se serre, il se croit tiré d'affaire mais la question qui en découle le fait vaciller. Les yeux braqués sur le sol du quai s'écarquillent puis se posent vivement sur le français. Il entrouvre la bouche, la referme. Une autre question tombe dans la foulée et ravage toutes les réponses auxquelles il venait de réfléchir. Son cerveau prône le repli mais il refuse de prendre la fuite. Il n'a absolument aucune raison d'être gêné. D'ailleurs il s'en va le prouver :

« Tu m'en poses de ces questions ! J'sais pas moi si on est amis. On se parle, on joue au foot. C'est déjà bien, non ? Et puis y'a pas besoin qu'il soit démonstratif. On est des mecs. J'vais pas lui faire des nattes pour montrer que j'suis pote avec lui. J'sais bien que vous les français vous vous faites des bisous à tout va mais c'est pas le cas ici. »

L'attaque personnelle n'était pas nécessaire mais il ne voit pas d'autre moyen pour écarter tout soupçon sur ses intentions. Le japonais ne sait pas ce que Mora et lui sont. Mais quelle importance ? Mettre une étiquette sur leurs échanges lui paraît idiot. Il conclut de manière plus posée :

« Y'a pas spécialement de tension entre nous. C'est normal de pas toujours être d'accord. J'suis sûr ça t'arrive aussi et c'est pas pour autant que j'te demande si t'as des problèmes avec des gens. Ce que je pense de lui... bah c'est que c'est un mec... »

Solaire, séduisant, téméraire, insolite, éloquent. Son cœur bat à tout rompre. Du grand n'importe quoi ! Il bloque aussitôt le reste des pensées qui affluent et les remplace une à une par une image de Mitsuki. Son sourire, sa chevelure carmin, sa gentillesse, sa douceur, son assiduité. Seito se calme progressivement puis trouve soudain l'adjectif adéquat pour clôturer sa phrase :

« ...cool. Presque aussi cool que toi, Rinbo ! »

Il lui sourit tant bien que mal. Le métro arrive à point nommé pour détourner l'attention et il cède avec plaisir la lumières des projecteurs pour s'engouffrer dans la rame.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Jeu 31 Mar 2022 - 16:51

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


Je n’ai pas le sentiment que Seito soit très réceptif à ce que je lui dis. Moi je pense toujours qu’il se torture pour rien. On a juste un mec qui a pété une durite parce que sa copine l’a largué et qui en avait rien à faire des mots des autres, points. Pas de quoi se passer la corde au cou de ne pas avoir su l’apaiser. Il s’épuise tout seul à ressasser comme ça... Pour essayer de mieux comprendre, je suis obligé de lui demander ce qu’ils sont exactement. Même quand je me dispute avec Malory, je ne fais pas autant chauffer mes neurones.

Rinbo me regarde avec des yeux de merlan frit. Ben quoi ? J’lui ai pas demandé s’il était amoureux, en quoi ça le choque ? Qu’il pense qu’il n’y a pas besoin d’être démonstratif parce qu’ils sont des mecs me fait grimacer. En plus il exagère ! J’voulais juste dire que quand deux personnes sont proches ça se voit, deux mecs ou pas et c’est pas leur cas, que je sache. Surtout que Pablo est du genre tactile avec ses potes. Bon lui il n’aime pas ça mais... J’sais pas, y’a pas de complicité quoi, pour le peu de fois où je les ai vu ensemble. Merci pour la balle en plein cœur, Rinbo, tu me le paiera.

« Eh oh... Avec votre balai là où j’pense hein... »

Donc il se prend autant la tête pour un mec qui n’est même pas un «ami». Je ne dis pas que si un pote voire quelqu’un que je ne connais pas trop, va mal, je ne tenterai pas de le consoler mais si j’échoue, je n’irais pas me marquer au fer rouge non plus.

« Ben bien sûr tu lui fera pas de nattes, il a les ch’veux trop courts pour ça. Mais bon vu comme ça te tracasse j’pensais que vous étiez proches c’est tout, c’était pour savoir. »

Si Yû me demandais de lui faire n’importe quoi dans les cheveux, je m’en ficherais complet que c’est un mec. Et c’est même pas dû à mon côté français. Ouais c’est normal de ne pas toujours être d’accord, ça l’est moins de devoir compter les fois où vous l’êtes en fait les gars... Mais bon je vais me taire là-dessus où je sens qu’il va se braquer. Pablo est un mec... Mais encore Rinbo ? Je le fixe avec un air curieux. Cool. Hmm...

« Presque autant que moi ?! Il m’arrive pas à la cheville tu veux dire! »

Je lui fais un sourire un peu vantard. On entre dans le métro quand il arrive, il n’y a que quelques stations avant d’arriver à la plus proche du campus.

« N’empêche... T’as mis du temps pour juste dire, cool Rinbo... »

Pour l’embêter je lui met deux petits coups de coude. Donc il y a un peu d’admiration dans le lot... Ça explique un peu mieux.

« Mais c’est vrai qu’il est sympa, quand j’ai eu un coup d’mou à la Golden Week, il m’a traîné à la salle d’arcade, on s’est bien marrés ! Et les autres sorties aussi, pour faire des conneries j’avoue que j’ai un rival. »

Le train s’arrête brusquement et puisque j’étais juste appuyé sur la barre centrale en face de Rinbo, mon corps pars en avant et bouscule le sien. J’évite qu’on s’embrasse, heureusement pour sa survit et pose ma main sur mon épaule pour me redresser.

« Pardon Rinbo. Faut que ça tombe sur nous, j’espère qu’on va redémarrer vite... »


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Ven 1 Avr 2022 - 21:56
MERCREDI 05 JUILLET 2017



Que sa pique puisse être mal interprétée ne lui effleure même pas l'esprit. Seito est tellement obnubilé par sa recherche du meilleur prétexte qu'il en oublie, l'espace d'un instant, la politesse et surtout à qui il s'adresse. Car rien de ce qu'il affirme ne semble convenir au français. Mais le pire dans tout ça est qu'il s'obstine à appuyer sur la plaie partiellement cicatrisée. Comme si insister sur l'évidence allait changer quoi que ce soit au drame qui se joue entre Mora et lui depuis qu'ils se connaissent. Le mot est peut-être un peu fort, je vous l'accorde, mais rien de mieux ne lui vient à l'esprit alors qu'il cherche ardemment dans sa mémoire les quelques moments de joie qu'ils ont échangé. Si pauvres en comparaison des étincelles qui jaillissent à chaque fois qu'il voit Nolan. Non pas que la relation soit comparable mais il ne peut s'empêcher de ressentir une immense frustration face à cette absence flagrante de parallèle entre les deux. Quand on y réfléchit, il s'est comporté exactement de la même manière. Mais le côté revanchard de Mora a coupé court à toutes ses vacheries, et ce si rapidement, qu'il a bien eu de la peine à rebondir. Alors qu'avec Le Lidec, aucun nuage au tableau. Un concentré de bonne humeur qui le fait vibrer et participe activement à sa survie. Sans ce feu d'artifices permanent, il ne donne pas cher de sa peau face à la montagne de problèmes à laquelle il fait face quand il rentre chez lui.

Mais non, il faut qu'il s'acharne sur des détails. A l'analyser sur le temps qu'il a pris pour répondre et son choix de vocabulaire. Pourquoi passer par quatre chemins quand il pourrait tout de suite le traiter de menteur et lui intimer de dire la vérité ? Mais quelle vérité au juste ? De ce qui tourbillonne dans ses pensées, rien de bon ne peut en ressortir. A part du jugement et des moqueries s'il prenait le temps de mettre à plat ce qu'il ressent. Procrastinateur jusqu'au bout des ongles, il chasse du revers de la main l'éventualité d'une introspection et préfère s'enfoncer dans le bourbier de la coolitude. Il s'efforce même de sourire quand le brun s'insurge de mériter la première place de son podium improvisé. A vrai dire, il n'a pas de classement. Des amis, il les compte sur les doigts d'une seule main. Et, pour tout avouer, il n'est jamais bien sûr de la véracité de cet engagement tant il a l'impression de naviguer constamment sur une mer non répertoriée. Quand remous il y a, il éprouve des difficultés à savoir qui de la situation ou de lui est normal. Il ne peut que se baser sur ses souvenirs de primaire. Non pas qu'aucun enfant ne se faisait du mal mais sa situation familiale lissait sans difficulté les accrocs. Il n'a pas souvenir de coup de poing dans le ventre avant ses douze ans, pas plus qu'il n'en a d'étranglement. Quant aux mots, il se souvient de leur douceur et de la joie qu'il éprouvait à l'apprentissage de l'un d'eux. Poignardée la douceur, tranchée en rondelle la joie.

La surprise se lit sur son visage alors qu'il apprend leur proximité. Une pensée fugace pour l'après-midi à Shibuya, suivie d'un vif pincement au cœur. Mora apprécie donc Le Lidec. Plus que lui, pas de doute possible. C'est idiot mais, bien que cela ne soit pas si étonnant que ça, il prend un coup au moral, en plus d'en recevoir deux dans les côtes.

« Pff, t'es con. » marmonne-t-il en décrochant un sourire malgré tout. Puis d'une petite voix, il commente : « C'est pas un rival. J'disais ça pour rire. Vous êtes pas comparables, vous êtes uniques tous les deux. »

Ce qui est tout de suite bien plus précieux que cool. Son regard dévie sur le panneau des stations. Il a soudain un peu chaud, à moins que ce ne soit ses joues qui fassent des siennes. L'univers décide qu'il est de bon ton d'en rajouter une couche et proclame l'arrêt brutal de la rame de métro. Sa main accrochée à la barre retient non sans peine le recul de son corps mais c'est sans compter celui de son Rinbo qui déboule à vitesse grand V sur lui. L'impact, bien que surprenant, n'est pas si violent. Ce qui l'est, c'est sa main gauche qui s'est faufilée sur le flanc du français pour retenir sa chute. Seito le remarque car ses doigts sont crispés sur le t-shirt de l'étudiant. Son visage s'embrase et très rapidement il retire sa main.

« C-c'est rien. » balbutie-t-il.

Le métro ne repart pas. Le japonais jette des coups d’œil autour de lui, un brin surpris par cette panne soudaine. Il finit par soupirer et ses yeux tombent au sol. Son esprit vagabonde toujours sur la discussion interrompue. Ce que Nolan a dit le tracasse. Au point qu'il s'entend demander tout bas :

« Ça se voit vraiment tant que ça qu'il m'aime pas ? »

Le haut-parleur crachote de plates excuses pour la gêne occasionnée et aussitôt la rame se met en branle. Direction le centre-ville.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Mar 12 Avr 2022 - 17:20

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


Plus je vois sa tête osciller entre surprise et... Tristesse ... Je ne sais pas trop mais ce n’est pas joyeux, plus je me demande si j’ai bien fait de lui parler des sorties avec Pablo... Je voulais juste détendre un peu la conversation, mais peut-être que ça n’a pas tout à fait cet effet-là. Les discussions sérieuses ce n’est pas mon fort. Mais j’essaie. Ce que dit Seito confirme ce que je pensais. Il a l’air de vraiment penser que j’ai pu être vexé de ce qu’il a dit. Ça me touche aussi ce qu’il dit rah faut pas parler comme ça !

« Eh t’inquiète moi aussi je rigolais ! T’es mon unique Rinbo toi aussi ! »

Je lui fais un grand sourire et même s’il m’en rend un timide, Seito détourne les yeux. La rame s’arrête brusquement et me fait presque tomber sur lui en avant. Heureusement on se reprend mais, pourquoi il est gêné comme ça ? J’sais qu’il aime pas les contacts mais c’était, pas grand chose ? Hmm... Bon peut-être que pour lui si, je ne sais pas pourquoi il n’aime pas ça et s’il y a une raison ça doit être assez personnel. Sa question me sort de mes pensées et je lui fais des gros yeux, la bouche entre-ouverte. Oh merde. La rame redémarre et mon cerveau aussi.

« Ah non non, c’est pas ce que je voulais dire Rinbo ! Tu le connais, s’il t’aimais pas y’a longtemps qu’il te l’aurais dit et il aurait pas proposé de courir avec toi ! Pardon, je voulais pas que tu penses ça. »

C’est bien la dernière chose que je veux, qu’il se persuade d’une fausse vérité.
On arrive à notre station et retrouver la surface fait du bien. Le snack en face de nous me donne envie, je le montre du doigt.

« Ça te tente ? »

Sinon on voit pour autre chose de toute manière.

« Qu’est-ce qui t’as fais conclure ça Rinbo ? Tu me dis si tu veux plus en parler hein, j’veux pas être chiant, j’vois juste que ça te pèse... »


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Lun 18 Avr 2022 - 13:49
MERCREDI 05 JUILLET 2017



La question pourrait paraître anodine mais elle cache une véritable insécurité qu'il ne saurait dissimuler sur l'instant. Percé au grand jour, Seito relève les yeux sur son camarade. Son visage reflète une angoisse rarement visible. La bouche close, il attend. Ne pas être apprécié est une composante de la vie. Bien que jamais agréable, les gens s'en accommodent et se faufilent vers des amitiés plus bénéfiques. Il en est incapable. Tout refus lui est insupportable. La seule pensée qu'il soit jugé inintéressant le paralyse. Un coup de poignard supplémentaire qui le conforte dans l'idée qu'il n'a pas sa place. Ni dans sa famille, ni parmi eux. Il ne demande pas de l'adoration, juste un brin d'enthousiasme. Pas d'ovations, simplement leur regard bienveillant sur sa personne comme une confirmation qu'il mérite l'attention qu'on lui donne. Alors oui, la perspective que Mora ne l'aime pas est un tourment affligeant mais bien réel. Le japonais écoute la réponse avec attention. Il s'aperçoit du caractère incongru de ses craintes et tente lâchement de faire machine arrière :

« T'excuse pas, c'est ma question qu'était bizarre. »

Un rire nerveux s'échappe de ses lèvres. Il ne dit rien de plus jusqu'au nouvel arrêt de la rame. Les portes s'ouvrent, ils rejoignent rapidement la surface. Ils n'ont pas à aller bien loin que le français lui propose la devanture en face. Soit. Il acquiesce aussitôt :

« Ouais, ça m'va. En vrai, j'ai super faim. »

Alors qu'ils patientent au niveau du passage piéton, il est surpris par la ténacité du brun au point que son cerveau bloque toute possibilité gestuelle ou verbale de répondre à cette énième assaut.

« ... »

La petite musique retentit, les informant qu'ils peuvent traverser. D'un pas relativement léger, il choisit la fuite et se réfugie dans des banalités :

« S'ils ont des brochettes, j'en prends. Sinon j'crois que j'pourrais manger tout ce qu'ils ont sur la carte. J'ai vu que y'avait des gens qui faisaient ça sur Youtube. Genre ils commandent tout et ils testent. T'as déjà vu ? »

Le temps est agréable alors ils s'installent sur la petite terrasse. La serveuse les ayant installé revient rapidement avec une carte. Les yeux posés dessus, Seito ne parvient pas à se concentrer malgré les clameurs de son ventre. Nolan lui a tendu la main et il n'a rien trouvé de mieux à faire que de l'ignorer. C'est puéril. Une première œillade vers lui, il lâche de but en blanc :

« T'es pas chiant, tu sais. »

Le menu n'est pas bien grand, il n'a donc aucune raison de tergiverser. Juste un plat ou plusieurs petites choses ? Ah tiens, et le prix dans tout ça ? Abordable. Il se restreindra sur les sucreries plus tard ou il fera les yeux doux à Mitsuki. Un nouveau coup d’œil vers Nolan, il finit par poser le menu sur la table pour porter pleinement son attention sur celui qu'il a en face.

« Dans mon ancien lycée, j'avais pas ce genre de problèmes. Tout le monde se foutait de moi, à part quand j'me faisais remarquer. Maintenant, c'est compliqué. J'préfèrerais dix fois plus être toutes les semaines dans le bureau de la CPE plutôt que d'chercher à comprendre ce qui s'passe dans la tête des gens. Des fois, j'crois faire les choses biens et ça me retombe sur la gueule puissance mille. J'sais même pas pourquoi ça m'fait autant chier pour Mora, peut-être que... »

La serveuse arrive à ce moment-là pour prendre leurs commandes.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 534
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. OmmuPHD A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. GXkLotl A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Lun 2 Mai 2022 - 21:37

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Ymnz

A la vie, à la mort, tant qu’on respire encore

Feat Rinbo


Je n’ai qu’à le regarder pour comprendre à quel point ma réponse aura un lourd impact sur la suite non seulement de notre conversation, mais aussi sur sa relation avec Pablo. Je fais donc de mon mieux pour le rassurer et faire disparaître ses doutes. On dirait que j’ai réussi, je crois ? J’avoue ne pas être vraiment sûr puisque Seito se contente d’ajouter que sa question était bizarre. Vu tout ce qu’il m’a dit, pas tant que ça à mes yeux.

« T’inquiète. »

Sur le moment, j’évite d’insister et les portes du wagon s’ouvrent pour nous laisser sortir. Arrivé dehors, un petit snack nous fait face, je propose tout de suite à Seito de s’y poser. Ce n’est pas le seul à avoir un creux !

« Pareil ! »

Mais d’abord, le passage piéton. J’en profite pour revenir sur ce dont on parlait tout à l’heure. J’ai vraiment envie de comprendre pourquoi ça lui prend autant la tête cette histoire. Vu que j’ai les informations au compte gouttes, ça ne me facilite pas la tâche. Et au lieu d’avoir une réponse, Seito me fout un vent royal. Genre sérieusement ? Il pourrait au moins me dire qu’il ne veut pas en parler. Je fronce les sourcils et avance en regardant au sol pour ne pas marcher sur les chaussures de la personne devant moi.

« Ouais, juste un coup à avoir mal au bide... »

J’réponds comme un renfrogné même si j’essaie de le cacher. C’est que je le prends un peu mal. La serveuse nous installe sur la terrasse vu qu’il fait beau et je lève la carte devant moi. Les brochettes c’est un peu la base alors forcément, il y en a. Je ne sais spas trop quoi prendre, j’arrive pas à me décider parce que j’ai toujours le vent dans ma tête. Même si je remarque que Seito me regarde, je fais comme si de rien n’était. Je ne lève les yeux que quand il se met à parler. Bon... Apparemment il a juste paniqué et ne savait pas quoi me dire. Comme lui, je referme la carte sur la table et l’écoute.

Eh ben, j’ai du mal à croire qu’il n’avait pas vraiment d’amis avant, il est pourtant super sociable, enfin je trouve ! Mais on dirait que le problème n’est pas là. Je pense avoir une petite idée de pourquoi ça coince. Peut-être que quoiiii ?! Mais la serveuse ! Je gonfle les joues quand elle nous coupe. Des yakitoris pour moi et pour Rinbo aussi du coup.

« Je t’avoue que je me casse rarement la tête pour savoir ce que pense l’autre ou va penser l’autre. J’agis et je réfléchis après, selon le contexte ça passe ou ça casse. Mais regarde comment on s’est super bien entendu au speed dating de l’amitié ! Bon y’a p’têt tellement d’vent entre mes oreilles que tu t’es dis, lui j’ai pas besoin de chercher ce qui s’y passe ! »

J’éclate de rire tout en essayant de rester discret.

« Plus sérieusement, j’ai remarqué que quand on essaie de faire quelque chose en réfléchissant des heures au lieu d’être spontané, souvent ça foire. P’têt que tu réfléchis trop avec Pablo, lui aussi il a un sacré courant d’air qui passe, un ouragan même. C’est p’têt parce que vous êtes opposés que ça te trotte, lui il part au quart de tour, toi tu réfléchis beaucoup jusqu’à te faire des nœuds au cerveau. T’allais dire quoi tout à l’heure, peut-être que ? »


---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 711
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. DOAUR5R A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. UvBe1PB A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Dim 15 Mai 2022 - 17:25
MERCREDI 05 JUILLET 2017



Troublé par la serveuse, Seito s'interrompt. La commande est rapide, ils prennent tous les deux la même chose. En un sens, il apprécie que Nolan rentre dans le vif du sujet sans passer par quatre chemins. Et il n'a pas tort sur le fait qu'ils aient eu un déclic pour cette raison simple. Pas le vent entre ses oreilles évidemment, mais cette spontanéité qui le fait rire encore aujourd'hui. Le japonais esquisse un sourire et s'affale contre le dossier de sa chaise.

« C'est toi qui l'as dit, pas moi ! » répond-il, amusé.

Puis il se recentre sur les propos du français. Tout du long, il ne peut s'empêcher de penser à leurs échanges, à la manière dont ils se sont rabibochés pour se prendre le bec à nouveau quelques semaines plus tard. Pourtant Seito n'a pas l'impression de réfléchir autant que ça. Lorsqu'il se prend une remarque, c'est justement parce qu'il a parlé trop vite. Mais Nolan a raison sur le dernier point qu'il soulève. Quand Mora use de ses poings, lui en est encore aux balbutiements de ses bêtises. Ce n'est pas pour rien qu'il ne le tient pas complètement responsable. Après tout il a cette habitude de pousser les gens à bout. Plus de quatre ans qu'il s'y emploie. Les habitudes ont la vie dure et c'est peu de le dire. Il compte donner son point de vue quand l'étudiant l'invite à compléter sa phrase tronquée. Malgré lui, il rougit et baisse le regard. Il n'en sait rien. Peut-être qu'il a raison sur toute la ligne. Peut-être qu'il est idiot de s'inquiéter autant. Peut-être même qu'il devrait juste dire ce qu'il avait derrière la tête.

« Peut-être que... »

Son regard est toujours fuyant. Où diable est la serveuse pour qu'elle lui accorde une deuxième manœuvre de diversion ? En temps normal, il est fonceur et se fiche pas mal de ce que les gens pensent de lui alors il ne comprend pas ce qui le retient de dire la vérité. Et cela l'agace au plus haut point. Alors il défait volontairement cette bride qui le contraint et tente une explication :

« Peut-être que j'vois que ça s'passe bien avec tout l'monde, sauf avec moi, et que j'arrive pas à m'dire que c'est la vie. Et p't'être que j'suis trop con d'insister alors que t'es le deuxième à m'dire après Mitsuki que tu piges pas ce qu'on fout ensemble... »

Le regard à présent posé sur Nolan, il se rend compte de l’ambiguïté de la fin et ses joues lui font défaut une fois de plus. Il se rattrape tant bien que mal :

« E-enfin, je voulais dire pourquoi on est euh... bref ce qu'on est, genre amis ou pas. »

Le souffle un peu court, il jette un coup d’œil vers l'intérieur du restaurant. Depuis quand faire des brochettes est aussi long ? Il se mordille l'ongle du pouce et se voit dans l'obligation de se justifier un peu plus :

« Tu m'dis d'être spontané mais j'le suis. C'est d'ailleurs pour ça qu'il m'a frap... »

Mais bordel, en voici un parfait exemple. Quoi de bon peut-il ressortir de ce déballage inconscient à part du ressentiment ? Il soupire et reprend :

« Tout ça pour dire que j'ai beau être moi-même, ça m'réussit pas toujours. Mais on peut pas être amis avec tout l'monde hein. »

Seito hausse les épaules, comme s'il était parfaitement indifférent à ce qu'il énonce. Sauf qu'il n'en croit pas un traître mot. Si on ne l'aime pas, c'est sans aucun doute car il n'a pas fourni assez d'efforts pour l'être. Ou pire, qu'il n'en vaut juste pas la peine.




---------------------------------

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Signature
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore. Empty Re: A la vie, à la mort, tant qu'on respire encore.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum