Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

Recensement des membres jusqu'au 29 Mai ! (début d'après-midi)
Les comptes non recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 368
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Rated R | Yukio Empty Rated R | Yukio

Jeu 24 Mar 2022 - 11:44
Rated R

Dans le reflet de la vitre trop propre du restaurant où elle a rendez-vous, Moon se regarde. Et un blind-date de plus ! Depuis quelques mois, elle les enchaîne. Ils se ressemblent tous. Alors, le stress d’avant la rencontre, d'habitude excitant, s’est transformé en une sorte de suffisante lassitude. Tout est devenu automatique.

Elle porte la même robe qu’au dernier rencard, le même maquillage, les mêmes chaussures, la même coiffure. Alors, lorsqu’elle s’observe dans ce miroir improvisé, elle a l’amère sensation d’un retour en arrière.

C’est vendredi soir, il fait encore beau, mais Moon ne le sent pas.

Pourtant, quand sa collègue lui a proposé ce rendez-vous, elle était ravie. Un professeur d’université, comme elle, ça change des médecins et avocats. Mais maintenant qu’elle se trouve dans la même tenue que la semaine dernière, au même endroit, elle n’en est pas si sûre.

Elle se recoiffe, pour se donner le courage d’entrer dans l’établissement.

Moon est à l’heure. En avance, même. Depuis quelques semaines, elle a pris l'habitude d’arriver la première à ces rendez-vous arrangés. Elle aime observer, de loin, l'arrivée des hommes qu’elle rencontre. L’entrée dans le champ de ces prétendants est significative. Certains sont maladroits, la nervosité presque touchante ; d’autres prétentieusement à l’aise. Un serveur arrive à sa table.

Vous avez choisi ?

La jeune professeur ouvre la carte, en quête de nouveauté. Mais elle a déjà tout testé.

Juste un café, noir. Et un verre d’eau s’il-vous-plaît.

Elle ne prend pas la peine de préciser qu’elle attend quelqu’un. S’il est en retard, elle aura peut être même le temps de finir son café et d’être débarrassée. Puis, le serveur la connaît. C’est une habituée du lieu, et elle n’y vient jamais pour être seule. L’établissement est assez classieux, parfait pour un premier rendez-vous.

Il n'y a plus qu'à attendre.

Vendredi 7 juillet 2017

---------------------------------




#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 164
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Ven 25 Mar 2022 - 0:00



RATED R

Vendredi 7 juillet 2017

Rated R | Yukio Image_18


Ce n'était pas le quartier qui le quittait, c'était lui il quittait le quartier. Le restaurant était au centre-ville, loin de l'université. Il ne venait pas chercher asile, il n'y faisait que passer. Ce soir, il voulait juste briller, comme une étoile, il avait toujours du su se débrouiller, la vie n'était qu'une escale. Accablé par le soleil, étranger, il cherchait. N'étant plus camusien depuis ses 21 ans, ce qui était sain, il ne désespérait toutefois pas de trouver. La vie était absurde, il fallait y voir un émerveillement, pas en être blasé, deal with it Albert, t'as plus 16 ans, il est des époques d'une vie où se la jouer Dark Emo Sasuke, c'est prendre du retard sur le surfing de la vibe.

Là, sur le trottoir, un pigeon ne volait pas avec les pigeons, faisant des restes d'un melon pan l'apport calorifique de sa journée, poussant des roucoulements emplis d'une street cred toute aviaire. N'était-ce pas assez émerveillant ? Une révolution agricole et une révolution industrielle juste pour permettre à un dinosaure teubé de manger de la nourriture industrielle sur du bitume. Non vraiment, comment pouvait-on être blasé face à ça ?

D'ailleurs, tout venait à point à qui savait espérer: le restaurant s'était placé en face de lui. Il suffisait généralement de passer le coin de la rue pour trouver ce qu'on cherchait, c'était une vérité générale. Souriant, il passa les yeux sur les vitrines, contemplant l'aquarium à bourgeois coincés qui lui faisait face. A l'intérieur, quelques gros poissons nageaient dans l'hypocrisie, salissant les nappes blanches de leur argent sale, se rassurant la conscience par un sourire poli au serveur, compensant leur indigence intellectuelle par le port de tenues sans âme ni génie. Les billets n'achetaient pas la bonne extravagance.

Au milieu de cet affreux drame à bas bruit, toutefois, une bulle de distinction oxygénait l'atmosphère. C'était donc elle. Des fragrances de sobriété, de cohérence et d'hyper-contrôle, une légère touche d'attitude complexée, camouflée par un maquillage travaillé, un port digne et un caractère affirmé, c'était en soi très séduisant, la personne qui l'avait convié en ce lieu le connaissait peut-être mieux que ce qu'il aurait pu penser. Pour une fois, le rendez-vous s'annonçait plus intéressant qu'attendu. Il aimait beaucoup les gens, mais les fréquenter le fatiguait, surtout lorsque la conversation tournait autour d'évidences florales plutôt disco mais aux lumières lacunaires.

Il poussa la porte d'un geste faussement nonchalant, et, plutôt que de laisser la porte battante se refermer seule, il se retourna, accompagnant le mouvement de sa main droite, tenant la poignée jusqu'à clôture totale. C'était inutile, mais compulsif, et très satisfaisant, fallait-il le reconnaître ? Contenté, il s'avança dans l'établissement du pas léger de l'innocent, le regard curieux du juste au visage. S'approchant de son rencard en prenant soin, en bon obsessionnel, de ne pas marcher entre les tables, en dehors des allées plus ou moins matérialisées, il finit par atteindre la tablée où l'attendait celle dont on ne lui avait même pas précisé le nom. Il s'éclaircit la voix, s'inclina légèrement, puis prononça ses premiers mots:


-Veuillez pardonner avec mansuétude mon intrusion. Un ami m'a confié que j'avais rendez-vous ici avec une dame inspirante et ravissante, et comme vous êtes la seule qui corresponde à cette description dans cette salle, j'ai cru bon de venir proposer ma présence. Puis-je m'asseoir ?







---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Rated R | Yukio Signat10
Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 368
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Mar 29 Mar 2022 - 18:19
Rated R
Le café ne s’est pas fait attendre. En l’espace d’à peine quelques minutes, il a été posé là, devant elle, fumant. Moon glisse ses doigts sur la tasse chaude. Elle ferme les yeux, juste le temps de profiter de la confortable température. L’odeur du café la détend instantanément.

Elle respire, lentement, avant d’ouvrir de nouveau les yeux. Malgré l’habitude, ce type de rencontre la stresse encore. Rentrant souvent bredouille, ces repas sont souvent plus crispants que amusants. C’est l’appréhension d’une mauvaise soirée qui l’agace.

Elle porte la tasse à ses lèvres, boit le liquide chaud en quelques gorgées. Presque cul-sec.

Et elle imagine. A quoi peut ressembler son rencard ? Elle n’a rien voulu savoir, cette fois. Sinon sa profession. Alors, elle ne peut que l’imaginer. Se dessinant le portrait d’une homme-taupe à lunette, timide, renfermé, Moon réprime un sourire. Perdue dans ses pensées, dans ses clichés, la jeune professeur s’imagine la voix de ce professeur imaginaire, un peu crispante, un peu touchante.

Cling cling.

Les carillons fixés à la porte d’entrée réveille instantanément la jeune femme, qui s’empresse de porter son regard sur le jeune homme qui a passé le pas de la porte. Il est petit. Vraiment petit. Et malgré son apparente classe, et son costume bien ajusté, Moon mord sa lèvre. Faites que ce ne soit pas lui. L’homme s’avance vers elle. Le coeur de Moon se serre. Elle aurait dû demander une photographie. Il s’approche. N’est plus qu’à quelques mètres. Puis la dépasse.

Un soupir de soulagement. La jeune professeur vérifie sa montre : l’heure du rendez-vous approche. Elle tente de faire signe à un serveur, pour être débarrassée de la tasse vide, sans réussite.

Cling cling.

Conditionnée au son de la cloche, Moon se redresse et tourne la tête vers la porte. Un autre homme. Plus grand. L’air plus strict aussi. Cette fois, Moon represse un sourire. Le menton haut, l’air fier, l’homme se déplace dans l’espace avec une impressionnante précision. Moon pense déjà avoir compris à quel type de gars elle va s’adresser ce soir : trop sérieux, qui calcule tout, et ne laisse rien à la chance. Intéressant. Même charmant.

Mais Moon ne veut rien laisser paraître. Alors, les bras croisés, le regard droit, elle suit la trajectoire de son rendez-vous sans baisser le regard. D’une certaine manière, elle espère l’intimider, lui faire tourner les yeux le premier. Elle ne peut finalement pas réprimer un léger sourire quand il s’adresse à elle. Que de formalités ! Est-ce qu’il parle comme ça tous les jours, ou a-t-il révisé son accroche avant de venir ?

N’en faites pas trop.

Dans un geste de tête, elle désigne la chaise qui lui fait face.

Je vous en prie.

Moon ne baisse toujours pas le regard. Elle détaille les yeux de son collègue. Elle attend qu’il se soit installé pour s’excuser. D’un geste de main désolé, elle désigne sa tasse.

J’ai pris un peu d’avance, j’espère que ça ne vous dérange pas.

S’il lui semble important de se justifier, Moon ne prend pas la peine de s’excuser pour son impatience. Et alors que le serveur passe à côté de leur table, la jeune femme s’empresse de l’appeler.

La même chose pour moi, s’il-vous-plaît. Et pour vous ?

Elle se tourne vers Yukio. Elle sait qu’elle le prend un peu de court, le pauvre homme vient à peine de s’installer. Mais elle veut vérifier s’il est aussi droit et assuré qu’il semble l’être. Moon, un peu sadique, est à l'affût de chaque maladresse.  

Vendredi 7 juillet 2017

---------------------------------




#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 164
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Lun 11 Avr 2022 - 21:38



RATED R

Vendredi 7 juillet 2017

Rated R | Yukio Image_18


Dès que son séant fut posé sur une chaise bien trop design pour être confortable, Yukio jeta un regard discret à la tasse de son rendez-vous de la journée. Des traces de café, sans excès de mousse... Vu le genre de la dame, elle devait le boire noir, sans sucre, juste histoire de se rappeler à chaque gorgée que l'amertume de la vie se manifestait en toute chose. On ne pouvait pas lui en vouloir, c'était quelque chose de tout à fait sain tant que ça ne virait pas à l'auto-flagellation permanente. Il aimait lui-même s'imposer la fréquentation de l'aspect désagréable du monde, juste histoire d'être sûr qu'il n'était pas piégé dans sa bulle, et que sa vision du monde ne souffrait pas d'incohérences potentielles, nées d'un regard partiel et partial sur la réalité. Les gens cohérents buvaient leur café noir et sans sucre. Les psychopathes aussi, il l'avait lu dans les journaux. Les deux catégories n'étaient pas mutuellement exclusives.

Sa voix était affable mais ferme, un son métallique, articulé, avec quelques échos de velours, c'était assez agréable, presque reposant. Un passé d'actrice de théâtre très certainement. Elle n'avait pourtant pas l'air d'une artiste intermittente du spectacle. Bien trop richement vêtue, pas assez de cernes laissés sur le marathon annuel des 507 heures, et trop peu de nuits sans sommeil face à l'inquiétude du prochain contrat. Cela réduisait les possibilités. La plus évidente: l'enseignement. Après tout, dans un certain nombre de spécialités, c'était le seul moyen de gagner correctement sa vie sans craindre les surprises du lendemain. Il en savait quelque chose, il était professeur d'histoire.

Il l'écouta attentivement tandis qu'elle entamait la conversation, et sentit un invisible sourire grivois se former dans son esprit alors qu'elle expliquait avoir pris de l'avance. D'humeur potache, il avait envie de lui dire que depuis la fin de son adolescence, étant hormonalement stabilisé, il n'avait plus besoin de laisser la gente féminine prendre de l'avance. Par chance pour ses partenaires les plus récentes, d'autres avaient essuyé les plâtres de sa précocité estudiantine, intellectuelle comme physique.

Elle n'attendit cependant aucune réponse de sa part, et enchaina directement sur la commande d'un second café. Court, efficace, impactant, flexible, presque agile. Une âme de start-upeuse sous des airs stricts, c'était à la fois novateur et disruptif, très dans l'air du temps, surtout en 2017. Double café, elle n'avait pas froid au cœur, ce qui n'était pas son cas à lui, il faisait de la tachycardie après le deuxième arabica, les palpitations lui faisant cesser toute activité, très sûrement son caractère réfractaire au changement.
Etait-ce un test ? Elle attendait avec une certaine conviction qu'il énonce à son tour ce dont il avait envie, espérant sûrement qu'il parte sur quelque chose de foncièrement révélateur. En un sens, son regard était presque plus insistant que celui du serveur, et il n'aimait pas vraiment cette impression que toute l'assistance était suspendue à ses lèvres.

Elle ne le connaissait pas, il avait une réponse toute faite pour ce genre de situations piégeuses:


-Un café, frappé, sans lait ni sucre, je vous prie.

Froid, c'était encore plus amer: le bras de fer était lancé. Elle voulait jouer les mères Thatcher, il allait faire le mineur de charbon britannique. Elle buvait selon toute évidence son café brûlant, il allait boire le sien glacé. A song of ice and fire, en quelques sortes, en moins décevant sur la fin, du moins l'espérait-il.







---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Rated R | Yukio Signat10
Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 368
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Mar 26 Avr 2022 - 21:25
Rated R
Moon soulève d’un micromètre son sourcil droit.

Le genre d’expression quasi invisible qui échappe au commun des mortels et qui ne peut être perçu que par d’inquiétants observateurs. “Un café, frappé, sans lait ni sucre”. Ces mots sonnent comme une formule magique apprise par cœur, comme celles que l’on se murmure le soir pour passer une bonne nuit.

Elle est déroutée par cette formule. Moon aimerait pouvoir saisir le personnage, mais elle est étonnamment troublée. Le brun est-il véritablement sûr de son choix, ou essaye-t-il de jouer au coq ?

Ou peut-être qu’elle pense trop.

Bien sûr qu’elle réfléchit trop. Parce qu’elle est trop habituée à ce genre de situations, elle préfère que ce soit court et efficace. Moon voudrait tomber sur la perle rare, s’en rendre compte dès les premières secondes. Ce n’est pas le coup de foudre qu’elle recherche. Ça fait bien longtemps qu’elle a abandonné le fantasme du prince charmant à longue crinière. Elle aimerait juste que ça match.  

Alors, il faut ouvrir les hostilités. Poser les questions habituelles : travail, salaire, nombre d’enfants souhaités, marque de la voiture, pourquoi pas taille de l’habitation.

Vous êtes professeur ? Notre amie commune ne m’a pas précisé ce que vous enseignez.

“Amie commune” est un grand mot. “Collègue vaguement supportable qui passe son temps à s’imaginer être Cupidon" serait plus juste. Moon est curieuse et pourtant, elle ne connaît pas la spécialité de Yukio. A vrai dire, elle n’a pas voulu se renseigner : il est préférable de garder quelques surprises. C’est le mystère qui rend désirable.

Vendredi 7 juillet 2017

---------------------------------




#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 164
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Lun 2 Mai 2022 - 22:42



RATED R

Vendredi 7 juillet 2017

Rated R | Yukio Image_18


Yukio n'avait rien d'un prince charmant. Pour commencer, il n'avait pas de cheval blanc, non pas qu'il ne trouvait pas quelque grâce dans la course d'un équidé majestueux. Après tout, le cheval, c'était trop génial, mais parmi une liste d'allergies longue comme une directive européenne, le crin de cheval avait su trouver sa place. Yukio n'était donc jamais à cheval que sur les principes. Difficile de chevaucher jusqu'au château de la Belle au Bois dormant quand Samson vous file de l'asthme. On avait jamais vu de Ventoline dans un conte de fées, et c'était bien la preuve que c'était quand même un beau ramassis de fadaises attrape-nigaudes. Cendrillon, pour ses vingt ans, est la plus jolie des enfants, la suite, vous connaissez. Le professeur d'histoire ne s'était lui-même jamais considéré comme en capacité d'apporter, par un simple baiser, le bonheur à quelque princesse qui soit. Robespierriste plutôt féministe, il souhaitait de toutes façons la guillotine aux têtes couronnées sans distinction de genre. Les femmes aussi devaient avoir le droit de monter sur l’échafaud. Bien sûr, il savait montrer le visage du gendre idéal, celui de l'amant passionné et celui du romantique éperdu. Dans les miroirs des jeux de dupe, il savait jouer de son reflet. A huit ans, dans une fête foraine, perdu dans le labyrinthe des glaces, il s'était explosé dans une vitre. Ce jour-là, il avait compris ce que voulait dire se prendre les faux semblants du monde en pleine tronche.

Pour autant, avoir conscience du ridicule du mythe de l'amoureux transi et du coup de foudre ne l'immunisait pas contre le fait d'avoir, par moments, des papillons dans le cœur. Crush time, c'était pas le cirque Tinder, on ne pouvait pas avoir l'Uber et l'argent d'Uber. Quelque part, il eut aimer tomber amoureux plus souvent, il lui semblait qu'il s'agissait de la seule chose qu'il savait véritablement faire sans arrière pensée, sans sarcasme et sans cynisme. Cette impression si violente qu'une main griffue vous enserrait le coeur, et s'amusait à le poignarder à chaque regard, à chaque mot, c'était incontrôlable, quand tout le reste ne l'était que trop. Il n'était honnête qu'en aimant. Il n'était vrai qu'en étant esclave de ses sentiments. Il n'était franc que plongé dans les tourments d'une affection involontaire. C'était d'une tristesse consommée, et il en avait conscience.

L'espace d'un instant, il s'amusa à penser que Moon en était peut-être rendue au même point, mais il en doutait. Le maquillage, l'air froid, le port altier et le regard hautain, tout cela était un voile finalement assez fin et translucide. Un voile de simple dignité, tout juste drapé des plis de l'amour-propre. Au fond, sa présence n'était pas gênante, on voyait au travers, il était porté comme une chemise, et non comme une armure opaque. Moon ne cachait rien, elle évitait la gêne à ses pairs, c'était infiniment plus admirable que ce qu'il pouvait bien faire. Il ne savait pas faire autre chose que camoufler son profond manque de valeur intrinsèque sous des couches de théâtralité. Il brûlait les planches pour ne pas mourir de froid, et, avec les années, il ne savait plus vraiment comment faire autrement.

Il plongea son regard dans celui de sa collègue. Elle méritait certainement mieux que ses tartufferies habituelles. De temps en temps, il fallait poser les masques. Tant pis si ce qu'il y avait dessous ne convenait pas à la dame. Il était bon, parfois, de se montrer vulnérable.

Sans réfléchir, il eut un sourire sincère, puis répondit d'une voix sympathique:


-J'enseigne l'histoire et la géographie, mais ça n'est pas très intéressant. Compte tenu de nos tenues respectives, nous appartenons au même univers professionnel et nous avons vraisemblablement le même salaire, abstraction faite des 3,4 % que je gagnerai toujours en plus à poste équivalent. Je ne veux des enfants qu'à la condition expresse de pouvoir leur apprendre que la vie n'a d'autre sens que celui qu'on choisit de lui donner. Un seul pour le nombre, c'est suffisamment compliqué comme ça, et j'estime en faire assez en acceptant d'hypothéquer mon sommeil déjà léger pendant plusieurs années. Je fume, c'est uniquement pour me donner un genre et par pulsion autodestructrice, je ne veux pas passer à côté de mon cancer, il y a des choses importantes dans la vie. Je suis ordonné, mais je laisse trainer des marque-pages partout, parce que je commence les livres sans jamais les finir. Mon père est déjà mort, bon point, pas de beau-père potentiel, c'est une chance, c'était une vraie plaie, et je dis ça avec tout le respect que je dois à mes ancêtres. Ma saison préférée est le printemps, c'est d'une naïveté qui me fait honte, et j'ai une sœur bien plus exceptionnelle que moi-même, mais je suis incapable de lui dire, car de manière irrationnelle, je trouve ridicule les étalages d'affection. Je pense avoir brossé un tableau représentatif. Si je ne vous ai pas effrayé, je serais heureux que vous me parliez de vous, je vous trouve sincèrement intrigante, et ce n'est pas un compliment que j'adresse à n'importe qui.







---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Rated R | Yukio Signat10
Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 368
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Mar 3 Mai 2022 - 22:24
Rated R
Le serveur dépose sur la table les cafés, ponctuant la longue tirade de Yukio.

Et c’est le silence qui s'installe entre les deux professeurs. Un silence un peu gêné, certainement dû à la présence impromptue d’une tierce personne.

Merci.

Le regard plongé dans celui du garçon de table, Moon semble insister pour se retrouver seule avec Yukio. Pourtant, la trentenaire est décontenancée. Elle porte son café à ses lèvres. Le liquide amer s’écrase sur son palais. Ce rendez-vous n’a rien à voir avec les précédents. Et de la verbe du professeur d’histoire-géographie, elle ne sait pas trop quoi penser.

D’une part, elle est mise à pied par autant d’informations. Certes, Moon allait en venir au pedigree de son rencard, mais maintenant s’entremêlent dans sa tête tout un tas d’informations parasites. Hypothèque. Cancer. Mort. C’est comme une avalanche de mauvaises nouvelles qui la frappe.

D’autre part, elle est impressionnée. Par l’allure avec laquelle les mots s’échappent de ses lèvres, mais aussi par leur grande sincérité. Elle ne pensait pas Yukio capable d’autant de sentimentalisme. Elle l’imaginait froid. Beaucoup plus froid. Moon a toujours eu un faible pour les garçons qui pleurent. Certainement parce qu’elle ne se l’autorise pas. Et même si Yukio n’a pas laissé échapper de larmes, ses mots sonnent comme tel.

Je n’en demandais pas tant.

Un léger sourire. Moon se laisse piquer par la curiosité.

Mais je ne suis pas effrayée. Permettez-moi d'être plus brève.

Une gorgée de café pour s’hydrater.

J'enseigne le cinéma. J’aime à penser que c’est intéressant. Après tout, je passe la plupart de mes journées à le faire. Ne me demandez pas pourquoi, je suis bien incapable de l’expliquer. Disons que je me suis laissée porter par les événements.

Moon aimerait être plus spontanée, et à son tour crier que son rêve à elle, c’était la scène, et qu’elle s’était imaginée être Ariane, Thérèse, Ismène, Bérénice ! Mais qu’après tout, n’être rien d’autre que Moon, c’est bien aussi. Et qu’avec les années, on s’y fait.

Je doute que mon salaire ou mon arbre généalogique vous intéressent. Je ne fume pas, je n’ai jamais fumé, et je trouve l’odeur trop désagréable sur mes vêtements. Mais je pourrais la supporter sur vous. Je termine toujours les livres que je lis, sinon j’oublie où j’en suis. Mes parents ne vivent pas dans ce pays, et je ne leur rends jamais visite. Je dis que j’en ai pas le temps, je n’ai surtout pas envie de rentrer en Corée. Et..

Moon ferme les paupières, fouille dans ses pensées. Comme frappée par un éclair, elle ouvre soudainement ses yeux :

Ah ! Moi aussi, j’aime le printemps.

Vendredi 7 juillet 2017


---------------------------------




#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 164
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Jeu 12 Mai 2022 - 23:04



RATED R

Vendredi 7 juillet 2017

Rated R | Yukio Image_18


C'est pourtant si beau le printemps. Cette saison ou tout renaît, où sortant du sol la vie surgissante écrase l'apathie, renvoyant le froid de l'hiver à l'oubli. Ce sentiment de plénitude quand le vent porte à vos joues affleurantes les pétales des cerisiers aux troncs couverts de mousse. Cette envie irrépressible, à l'approche de la caresse des bourgeons plein d'avenir, de fermer les yeux, d'écouter la brise jouer de la flûte dans les branches encore humides, de sentir l'humus en dégel porter les odeurs de la terre fertile, berceau de ce qui sera bientôt l'existence dans ce qu'elle a de plus pur. Le printemps est une promesse, le serment des sarments, l'annonce des moments d'insouciance qui restent encore à vivre. Qu'est-il de plus beau que le bonheur, sinon la certitude que ce dernier peut advenir ? Qu'est-il de plus de joyeux que l'espoir pleuré par la nature elle-même ?

Moon aimait le printemps, et cela faisait sourire son vis-à-vis, ils n'avaient tous deux pas complètement laissé sur le bord de la route les illusions de leur enfance. Il fallait avoir l'esprit musclé pour porter ses envies de poésie jusqu'à un âge honorable, et la professeure de cinéma avait l'air plutôt sportive.

Yukio était heureux de pouvoir échanger sur des fondements trempés par la sincérité. Il y avait quelque chose de rafraichissant à ne rien camoufler, une sérénité libératrice dans le fait de s'étaler sans arrière-pensée, et une joie non-feinte dans la constatation que la spontanéité recevait pour réponse la simplicité propre aux paroles authentiques. Kawaguchi-san avait aux yeux du professeur d'histoire un charme infus et diffus. Elle riait sans s'esclaffer, juste par un sourire étonné, et ses gestes contrôlés ne faisaient que souligner la malice de ses yeux, l'espièglerie de sa voix, l'altruisme de ses pensées.

Il l'estimait déjà, ce qui ne serait pas réciproque bien longtemps, il avait un talent particulier pour décevoir les espoirs placés en lui. Qu'importe, profiter du moment était déjà une victoire sur l'adversité, et c'était encore mieux s'il pouvait, ne serait-ce que pour quelques jours, laisser à quelqu'un le souvenir d'une rencontre agréable.

Le regard facétieux, il reprit la conversation sans se plonger le moins du monde dans son café frappé:


- La façon dont vous alignez vos idées, elle me plait. On dirait que vous pesez chaque pensée sur une petite balance de cuisine, avant de jouer au scrabble avec ce que vous avez décidé de conserver. C'est à la fois très élégant et un peu maladroit.

Il compléta avec empressement:

- Je ne dis pas cela pour vous embarrasser, dites-moi si ça vous gêne. Je peux être un peu gauche dans ma façon de faire des compliments.

Il voulait en savoir un peu plus, chariboter avec bienveillance pour qu'elle se livre. Sur ton très subtilement moqueur, il déroula :

- Si je résume et présume: vous êtes en Corée, écolière sérieuse et appliquée, faisant tomber d'amour les ambitions immatures des gamins du collège. A chaque visite des salles obscures, le métrage projeté vous intéresse sensiblement plus que le prétendant juvénile qui vous a invité, les éconduits du lycée commencent à se dire que vous avez vraiment un cœur de pierre, vous fermez les yeux pour oublier à quel point les hommes peuvent être bêtes, et là, quand vous les rouvrez, vous êtes au Japon, dans une salle de classe, sans aucune idée de comment vous êtes arrivée dans le coin. J'ai bon ?







---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Rated R | Yukio Signat10
Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 368
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Ven 13 Mai 2022 - 14:20
Rated R
Drôle d’adjectif que “maladroit”, pour complimenter Moon. La trentenaire, droite, parfois même un peu rigide, est étonnée par ce qualificatif. Elle qui se pensait claire et ordonnée, se remet en question. Pourtant, elle sait qu'il s'agit d'un compliment, aussi curieux soit-il. Alors, pour cacher sa gêne, Moon prend une nouvelle gorgée de café. La tasse est déjà à moitié vide.

L'embarras est contagieux.

Il y a quelque chose de touchant dans l’excuse de Yukio. Le personnage oscille entre apparente confiance en lui, et écrasante maladresse. Comme un petit animal agressif, il mord, puis lèche sa proie. Et alors que Moon se laissait prendre par la douceur et la gaucherie de son excuse, il mord de nouveau.

Vous fantasmez.

Pas l’ombre d’un prétendant au bras de l’adolescente. Son air de femme fatale, travaillé, ne la suit que depuis quelques années. Esseulée, dans son lycée de jeunes stars à en devenir, le visage abîmé de Moon faisait office d’exception. Belle de loin, loin d’être belle, elle a laissé les regards moqueurs des garçons saper sa confiance. Si aujourd’hui elle porte sa tête haute, c’est certainement grâce aux couches de maquillage, qui cachent ses plus grandes peurs. Moon fait un pas en arrière. Et dire qu’elle le trouvait charmant.

Vous, japonais de tradition. Famille pas tout à fait tendre, vous l’avez dit. Vous avez toujours tout fait comme il fallait, pour plaire à papa. Les bonnes études, les bonnes relations. Vous n’avez pas vraiment d’ami. Et vous voilà à trente ans, froid et seul, à partager ma table sans vraiment savoir pourquoi. J’ai bon ?

Piquante. Moon ne sait pas vraiment pourquoi elle réagit si violemment. Après tout, s’il a touché une corde sensible, c’est simplement par maladresse.

Vendredi 7 juillet 2017

---------------------------------




#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 164
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Ven 13 Mai 2022 - 23:22



RATED R

Vendredi 7 juillet 2017

Rated R | Yukio Image_18


Yukio retint un soupir, son impéritie légendaire en matière de relations sociales avait de nouveau frappé. Il finissait toujours par commettre un faux pas, c'en était presque lassant. Des années d'étude, des voyages, quelques aventures, des déclinaisons apprises par cœur, un doctorat en poche, et toujours aussi malhabile pour nouer des relations. Il se sentait presque maudit, il essayait pourtant. C'était toujours quand il avait l'impression d'avoir compris le fonctionnement du monde qu'il se prenait dans la face la tarte de la déconvenue. La vie lui tendait des embuscades, attendant qu'il soit lancé à pleine vitesse sur le rail de ses certitudes pour le doucher avec les larmes de ses espoirs déçus. La leçon reçue des déboires répétés était invariablement la même: dans le doute, vaut mieux la fermer.

Schopenhauer disait que les occasions de se taire et de parler se présentent en volume égal, mais que nous choisissons irrationnellement la fugace satisfaction que procurent les dernières au profit durable tiré des premières. Pas con le vieux. Ceci étant, à un moment, pour boire au fleuve Amour, fallait quand même bien ouvrir la bouche.

Le professeur d'histoire bégaya très légèrement, avec la voix d'un enfant inquiet de n'avoir pas trouvé la réponse à une question posée par le Père Noël:


-Je... Je suppose que ça veut dire que j'ai pas bon ?

Yukio ne savait pas exactement quel souvenir douloureux il avait bien pu bousculer, mais l'action de rétorsion qui s'en suivait lui tartinait allègrement le caisson. Heureusement, avec les années, il avait appris à ne pas prendre trop ombrage de la simple énonciation de la vérité, et Moon savait se montrer assez perspicace, avec quelques limites cependant. Elle voyait son passé un peu plus lisse qu'il ne l'était vraiment. C'était bon signe, il pouvait encore la surprendre, sortir de l'ornière par quelques ébaubissements dont il savait parfois se montrer familier. Pousse-toi que je t’époustoufle, plus Gryffondor que Poufsouffle, plus condottiere que pantoufle.

Saisissant au vol quelques secondes pour réfléchir à sa réponse, l'enseignant daigna enfin piocher dans son café, tirant sur la paille qui en émergeait avec un léger bruit subtilement agaçant. Puis, sans coup férir, il se lança avec un grand sourire plein d'aménité:


- Vous êtes encore plus belle quand vous vous énervez. Je vous présente mes excuses si j'ai dit quelque chose d'inapproprié, ce n'était pas mon intention. C'est assez amusant d'entendre ce que vous projetez sur moi. Je crains que vous soyez bien trop généreuse. Je n'ai jamais fait les choses comme il fallait, et je n'ai jamais plu à mon père, malgré mes efforts. Jamais été assez fasciste pour lui je crois, a posteriori. J'ai bien quelques amis, ils sont lointains, dans le temps comme dans l'espace. Je suis froid et seul. Pour ce qui est du froid, c'est surtout au niveau des pieds. J'ai beau me les coller dans trois paires de chaussettes en laine d'Ecosse, impossible de les réchauffer.

Il recentra un peu son regard avant de conclure d'une voix plus sérieuse:

- En revanche, je sais très bien pourquoi je suis à votre table. Je suis à votre table parce que vous êtes une personne de qualité, et qu'honnêtement, je n'ai pas besoin de grand chose de plus pour être motivé à l'idée de prendre un café avec quelqu'un.







---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Rated R | Yukio Signat10
Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 368
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Sam 14 Mai 2022 - 18:25
Rated R
Elle soupire doucement, avant de poser une main désolée sur son front. Qu’elle mouche l’a piquée ? Les excuses du prétendant semblent sincères et Moon s’en veut quasi-immédiatement d’avoir réagit au quart de tour. Elle voudrait dire que ça ne lui ressemble pas, qu’elle pèse tous ses mots avant de les dire, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Il y a des moments comme celui-ci où les phrases lui échappent totalement. Elle voudrait pouvoir s’en dédouaner, mais elle doit bien les affronter. En s’énervant, elle a non seulement été dure avec Yukio, presque insultante, mais s’est aussi un peu trop livrée.

Il est touchant, Yukio. D’abord, parce qu’il ne s’énerve pas, lui. Il semble surtout désolé pour la réaction de Moon. Comme s’il en était fautif. Elle ne le blâme finalement pas le moins du monde. Il voulait se montrer sympathique.

En fait, il est sympathique.

Si elle fait mine de les ignorer, Moon est touchée par les compliments du professeur d’histoire. Avec une impressionnante sincérité, il l’a qualifiée de belle, d’élégante, et a fantasmé une adolescence sympathique. Il a une trop grande estime pour la trentenaire. “Une personne de qualité”. Ces quelques mots ont le don d’achever la culpabilité de Moon.

C’est moi. Je suis terriblement désolée, veuillez accepter mes excuses. C’est un peu ridicule, à mon âge, d’être touchée par des histoires d’adolescentes. Disons que j’aurai bien aimé vivre ce que vous avez décrit. J’étais juste pas exactement le type de fille sur laquelle on se retourne.

Moon se mord la lèvre inférieure. Elle a complètement abandonné son masque et se prête même au jeu de la confidence.

Vendredi 7 juillet 2017

---------------------------------




#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 164
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Mar 17 Mai 2022 - 22:46



RATED R

Vendredi 7 juillet 2017

Rated R | Yukio Image_18


Yukio sentait dans les contritions de sa collègue le poids d'un passé douloureux. Il aurait dû prévoir cette éventualité, après tout, il n'avait pas toujours été du bon côté de la brimade, et ces derniers mois lui avaient montré à quel point les brûlures de l'enfance et de l'adolescence peuvent rester, malgré les années, aussi vives que précises. Il était des dénominateurs communs à bien des sociétés distinctes, la violence des gamins les uns envers les autres en était une. Cette violence-là marquait à vie, comme au fer rouge. On la gardait, enfouie sans qu'elle ne soit éteinte, remuante, tambourinant depuis l'intérieur de la tombe, décollant les clous plantés à efforts constants sur le cercueil de l'oubli, déterrée à échéance régulière malgré la meilleure des volontés. Avec les années, l'on découvrait que le monde des adultes savait lui aussi s'appuyer sur une toile tissée de violences injustifiables, mais jamais, jamais les blessures faites par les premières rencontres avec la fureur de la cruauté humaine ne se refermaient. Aussi vrai que personne n'oubliait le visage de son premier amour, personne n'oubliait la voix de son premier harceleur.

Le temps passant, il était alors aisé de se construire dans l'illusion que toute chose se payait un jour, que la destinée sanctionnait les petites frappes terrorisantes devenues grandes. Il n'en était rien. La sérénité, la vraie, ne pouvait pas provenir d'un tel fantasme de justice. La paix, la vraie, provenait, au choix, du pardon ou de l'indifférence, par définition.

Avoir souffert d'un déficit de popularité à l'adolescence n'était en tout cas pas honteux. C'était le lot des gueules cassées, des voix éraillées, des esprits disloqués, et les gens pas cassés étaient ennuyeux. Dans l'ennui d'une vie partagée entre êtres inaltérés, aucune émotion digne d'être vécue ne pouvait naitre. Il fallait briser du cristal pour recoller les morceaux, et le réel prodige était bien de déjouer l'entropie des lois de la thermodynamique humaine. La magie la plus absolue, celle qui rendait la vie supportable, ne pouvait venir que d'un miracle insoluble, d'un mystère irrésolu, de cette féérie qui faisait que parfois, lorsque deux peaux scarifiées s'aimaient dans une étreinte, le temps de quelques années, les cicatrices tendaient à disparaître.

Le professeur d'histoire aurait aimé effacer les cicatrices de Moon, mais il n'était pas certain d'en avoir le pouvoir. S'il pouvait, l'espace d'une soirée, rendre leur présence moins éprouvante, il pourrait déjà avoir de quoi être heureux, et pour cela, une simple discussion, agréable et surprenante, pouvait être suffisante. Calme, conciliant, prévenant, il rassura la professeure de cinéma:


- Il n'est jamais ridicule d'être touché par son passé, j'en suis convaincu. C'est humain, et ça me rassure que vous soyez humaine. J'apprécie les gens humains. J'accepte vos excuses sans artifices, même si elles n'étaient pas forcément nécessaires. Vous n'étiez peut-être pas le type de fille vers laquelle on se retourne, mais je puis vous assurer que je n'ai que très modérément envie de vous tourner le dos pour ce qui est du moment présent.

Il repiocha doctement dans son café frappé, puis il reprit, toujours calme:

- Puisque nous sommes partis sur les confidences, je vais vous poser une question intime. Vous n'êtes bien évidemment pas obligée de me répondre, mais un vieil ami à moi racontait qu'il n'avait besoin que de la réponse à une seule interrogation pour connaitre une personne, et j'aimerais mettre sa théorie à l'épreuve.

Il s'éclaircit un peu la voix, comme gêné, avant de murmurer, comme pour être sûr de ne pas être entendu des autres occupants de l'établissement:

- Quels sont vos axiomes ?






---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Rated R | Yukio Signat10
Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 368
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Rated R | Yukio C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Aujourd'hui à 15:01
Rated R
Un charmeur. Impossible de savoir si Yukio en a conscience ou non : mais il sait manier les mots à son avantage. Il doit en avoir attiré plus d’une avec ce phrasé.  Faussement froid, il profite de toutes les occasions pour glisser des compliments, à peine cachés. Soit Moon est particulièrement intéressante, soit c’est un Don Juan. Ne se trouvant pas si fantastique, elle penche plutôt pour le second choix. Mais après tout, elle ne crache pas sur les louanges, elles sont bonnes pour l’estime de soi. Surtout venant d’un bel homme.

C’est devenu sa pommade, son médicament. Sa manière de gérer avec ses propres démons. Un peu de sport, beaucoup de maquillage, une coquille de vêtements de luxe. Faussement belle - du moins, pas au naturel -, le regard des hommes a changé. Lorsqu’ils longent des yeux sa nuque, qu’ils descendent le long des épaules, pour s’échouer à la limite du sacrum, elle se sent caressée d’une certaine fierté.

Tant que c’est fait avec subtilité, Moon ne refuse pas qu’on la mate.

Je ne laisse pas indifférente.

Pas certaine que ce soit la meilleure des réponses. Si c’est une vérité indéniable, qui pourrait presque résumer sa relation aux hommes, elle sonne terriblement prétentieuse. Et loin d’être intellectuelle. Elle aurait pu préférer son goût des règles, sa mauvaise habitude de devoir tout contrôler - chez elle, comme chez les autres -, la tendresse qu'elle porte pour la jeune génération, mais elle a choisi son apparence.

Comme si elle n’était tournée que sur ça.

Certainement parce qu’elle n’est tournée que sur ça.

Plus si sûre d’elle même, elle glisse une main dans ses cheveux. Sa tasse est vide, et elle ne peut plus masquer sa gêne dans une gorgée amère. Elle aurait dû prendre un long. Ou un café froid. Satanées habitudes. Ca aussi, il faudrait qu’elle s’en débarrasse.

Désolée, ce n’est certainement pas la meilleure des réponses.

Aujourd’hui, elle s’excuse trop.

Vendredi 7 juillet 2017

---------------------------------




#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Rated R | Yukio Empty Re: Rated R | Yukio

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum