Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

Recensement des membres jusqu'au 29 Mai ! (début d'après-midi)
Les comptes non recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 166
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Empty Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais...

Mar 26 Avr 2022 - 22:00




Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais...
25 juillet 2017


Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Image_21


En cette fin d'après-midi ensoleillée, le parc de l'université bruissait de lueurs orangées et du chant des cigales. L'été, saison agréable qui invitait au recueillement sous les ombrages, déployait sur l'université son apaisante et lourde aura. Les insectes, par leur cymbalisation, couvraient les bruits des voitures qui passaient au loin. On eut fermé les yeux qu'on aurait pu se croire au milieu des campagnes, entre les fleurs tardives et l'odeur des moissons. Il y avait, dans ces sons, des drames à la Marcel Pagnol en plein potentiel. Les larmeuses buvaient le soleil, la bouche ouverte, et les murs, après quelques années de tranquillité, auraient pu se patiner de la couleur du miel.

Assis sur un banc, protégé des rayons déclinants du soleil par un arbre trop heureux de déployer son feuillage, Yukio patientait. L'heure lui importait peu, l'endroit où il se trouvait le portait, et le reste n'avait aucune sorte d'importance. Le son des insectes et de la légère brise lui régulait le cerveau, surchargeant ses perceptions, formant un cocon, le rendant sourd à l'enfer du monde. A cet endroit, à ce moment précis, il se savait coincé dans un moment de pure tranquillité, comme si la belle saison  l'avait affranchi de tout risque de sollicitations. D'un certain côté, il espérait presque que son rendez-vous du jour ne se présente pas, ce qui lui aurait permis de prolonger autant que possible l'intense sentiment d'ataraxie qui gardait ses yeux mi-clos.

Le contexte le portant à la philosophie, il se voyait dans les jardins d'Epicure, vivant sa meilleure aponie. Dans son esprit apaisé, il écrivait de longues lettres à quelques lointains correspondants, partageant, sans honte ni arrogance, les secrets d'un bonheur simple et résilient. Voguant spirituellement à des lieues de l'université, il récitait sans y penser les vers qui lui passaient par la tête:


Beatus ille qui procul negotiis... Ut prisca gens mortalium... Paterna rura bubus exercet suis... Solutus omni faenore... Bienheureux celui qui, loin des affaires, à l'image des arcadiens, travaille avec ses boeufs le champ de son père, libre de toute entrave usurière...

A ses côtés, l'enseignant avait posé une pile bien ordonnée de livres divers, là était l'objet de sa venue. Sur l'immense tableau de la salle des profs, quelqu'un avait déposé une petite annonce. Un échange de bouquins, il ne lui en avait pas vraiment fallu plus pour être intrigué. Il ne savait pas vraiment qui il attendait, l'affichette n'était signée que d'un numéro de téléphone, auquel il avait mis un message pour se donner rendez-vous dans le parc. Le mystère caressait sa curiosité, et, au pire des cas, il n'aurait jamais passé qu'un agréable moment en solitaire à profiter des humeurs estivales.

Voyant que personne ne s'approchait, il bascula la tête en arrière, et continua à murmuer le poème d'Horace qui lui courait l'esprit:


Libet jacere modo sub antiqua ilice...Modo in tenaci gramine...Labuntur altis interim ripis aquae...Queruntur in silvis aves... Fontesque lymphis obstrepunt manantibus... Somnos quod invitet leves... Sous l'antique chêne, il prend plaisir à s'allonger, quand ce n'est pas sur l'herbe foisonnante qu'il s'étend, tandis que les eaux coulent entre de si grandes rives, que les oiseaux peuplent la forêt de leurs douces plaintes, et que les sources bruissent avec lancinance, invitant à somnoler avec légèreté...







---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Signat10
Personnel ; prof de sport
Shizuka Matsuda
■ Age : 30
■ Messages : 83
■ Inscrit le : 09/03/2022


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Juillet 2017
Shizuka Matsuda

Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Empty Re: Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais...

Ven 29 Avr 2022 - 23:31
Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais… |ft. Yukio Ogawa

Le mardi 25 juillet 2017


Shizuka souffre de la chaleur estivale. Elle préférerait passer la journée à lambiner dans son appartement à côté de la clim, ou poser ses pieds dans une piscine, voir barboter dans la mer. Mais non, elle est sur le campus pour remplir ses obligations et surtout, continuer à se familiariser avec les lieux, les élèves et les collègues.

Elle a posté un peu plus tôt, la semaine dernière, une annonce pour un échange de livre. Il faut dire qu’elle consomme beaucoup d’ouvrages, et elle aime varier les plaisirs. Elle a tendance à se complaire dans ses styles de prédilections : mythologie et héroic-fantasy. Elle lit aussi des romans pour adolescent, de la romance, des tranches de vie. Des romans de science-fiction et d’anticipation. Elle lit un peu tout et n’importe quoi. Quelques classiques aussi, mais pas tant.

Elle a donc, posté une annonce. Pour varier réellement les plaisirs, et sortir de ses sentiers habituels. Et elle a eu une réponse. Elle n’attendait pas réellement de réponse, mais celle-ci est la bienvenue. Elle a ramené quelques livres, avec elle. Certains en anglais, d’autres en japonais. Elle lit beaucoup plus en anglais qu’en japonais, finalement.

Elle arrive dans le parc, un peu après l’heure prévue. Elle remarque un des professeurs de l’afterwork : Ogawa Yukio. Ce serait lui ? L’homme à l’humour particulier. Elle s’approche doucement de façon inconsciente, l’écoutant parler. Elle ne reconnait pas de quoi il s’agit, mais somnoler avec légèreté, ça, ça lui parle. Elle attend la fin de la tirade, avant d’oser prendre la parole :

- Bonjour, Ogawa-san. Vous êtes mon rendez-vous ?


Tenue de Shizuka:

---------------------------------

Parle en japonais #d58013 & en anglais #139ed5.
Flemme.
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 166
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Empty Re: Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais...

Mar 10 Mai 2022 - 22:11




Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais...
25 juillet 2017


Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Image_21


La prof de sport ? Pour de vrai ? Dans le vrai monde réel de la réalité véritable ? D'initiative, Yukio n'aurait pas vraiment parié sur une athlète pour monter un club de lecture. Les inconditionnels de la littérature étaient en général plus friands d'intérieurs pacifiques que de pistes en terre battue. Enfin, ceci dit, après tout, pourquoi pas ? Il y avait bien des gens qui jouaient aux échecs tout en se tapant dessus avec des gants de boxe, et c'était même plutôt intéressant à regarder. Pas autant qu'un concours de baffes chez des fermiers sibériens certes, mais quand même, ça n'était pas dénué d'intérêt.

La question suivante laissait plus de considérations suspendues. Si Shizuka Matsuda aimait passer ses yeux sur du papier noirci, avec quelle drogue aimait-elle se shooter les rétines ? Les paris étaient ouverts, lecture froide sur les appétences herméneutiques. Il y avait de l'indolence dans le personnage, mais pas exactement celle qui confine à la passivité, plutôt celle qui enjoint à optimiser, juste histoire de minimiser les efforts et le temps passé dans les corvées. Exit les livres de développement personnel et les traités philosophiques trop théoriques donc, inutile pour quelqu'un comme ça, qui lisait probablement plus pour le plaisir d'une soirée confortable sans sollicitation extérieure, et pour se donner bonne conscience face à sa propre tendance procrastinatrice. Finir son chapitre pour échapper à la pile de vêtements à trainer à la laverie, technique qui avait fait ses preuves. Jouer de l'une de ses responsabilités pour échapper à une autre, tout le monde le faisait, on pouvait difficilement le reprocher à quiconque.

Le champ des possibilités s'était donc réduit, Yukio mettait ses billes sur les romans. Pas les romans à l'eau de rose: à la constatation du port d'une tenue détendue assimilable à un pyjama diurne d'extérieur, il était évident que la collègue du professeur d'histoire n'était pas dans une phase active de recherche sentimentale. Qui veut se faire cambrioler son cœur en laisse la clé sur la porte, Shizuka avait visiblement fermé à double-tour, trop soucieuse de préserver sa propre tranquillité. C'était touchant mais ça restait très ambitieux. Un jour ou l'autre, il fallait bien ouvrir à quelqu'un pour relever les compteurs, ou pour installer le wi-fi.

De la fiction donc, quelque chose de nécessairement aventureux, histoire de pouvoir vivre des centaines d'existences emplies de péripéties, l'effort et la douleur en moins. Il n'était conséquemment pas venu pour rien, sa bibliothèque personnelle était un brin trop universitaire, surtout depuis son arrivée à Kobé. Il était toujours bon de savoir que l'historiographie du Japon préhistorique était en pleine révision disciplinaire, mais il était tout de même plus plaisant de se délecter des turpitudes et exploits de personnages aussi fictifs que charismatiques.

Se levant de son banc pour s'incliner légèrement devant la nouvelle arrivante, il lui lança avec un ton affable et amical:


-Matsuda-san, je suis content de vous voir. Vous en serez pour sûr malheureuse et déçue mais je crains fort d'être votre rendez-vous, en effet.

Il s'approcha subrepticement, puis reprit à voix basse avec une main sur le côté des lèvres, jetant des regards faussement nerveux alentours comme s'ils étaient épiés:

-Je vois que vous avez apporté la marchandise, êtes-vous sûre que c'est de la première qualité ? Il vaut mieux aller dans un endroit plus discret pour conclure le deal. Ce parc est surveillé par les fédéraux. Il y a un café à la sortie Est du campus, ça vous convient ?








Tenue de Yukio:

---------------------------------

Si vous avez le temps de lire cette phrase, c'est que vous avez fini vos devoirs, n'est-ce pas ?

Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Signat10
Personnel ; prof de sport
Shizuka Matsuda
■ Age : 30
■ Messages : 83
■ Inscrit le : 09/03/2022


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Juillet 2017
Shizuka Matsuda

Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Empty Re: Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais...

Lun 16 Mai 2022 - 21:27
Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais… |ft. Yukio Ogawa

Le mardi 25 juillet 2017


Shizuka le regarde se lever et s’incline légèrement à son tour. Elle lui adresse un sourire, l’encourageant à lui réponde. Elle ne comprend pas pourquoi elle doit se sentir malheureuse ou déçu. Oui, à l’afterwork il a fait une blague étrange d’entrée de jeu… Cependant, elle lui a pardonné au moment même où il a payé les premières consommations. Pour le reste, elle n’a plus réellement de souvenir.

Elle ne peut s’empêcher de rire. Il a juste un humour douteux en toutes circonstances ?, se demande-t-elle. En tout cas, elle est bon public, quand cela ne touche pas à un sujet sensible. Un sujet sensible comme les rendez-vous arrangés.

- Allons-y, oui ! C’est une bonne idée.

Autant se poser autour d’une boisson, plutôt que s’assoir comme deux malheureux sur un banc. Shizuka commence à marcher, et lui demande :

- Pourquoi serais-je déçue ? Vous n'avez rien fait pour me contrarier...



Tenue de Shizuka:

---------------------------------

Parle en japonais #d58013 & en anglais #139ed5.
Flemme.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais... Empty Re: Chantez, cigales, les beaux jours ne meurent jamais...

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum