A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Lun 23 Mai 2022 - 19:03
Disclaimer : des faits de violence physique ont lieu dans ce rp. Aucune description trop poussée n'est faite mais si vous êtes sensible à ce thème, je vous déconseille de lire ce qui s'y passe.


Note hrp : ce solo se déroule au retour de Milan à Sendai (sa ville natale) fin aout et fait suite au rp en cours avec Akira.


“Laissez-nous.”

Deux mots qui suffisent à me donner des sueurs froides. Non pas que je sois au meilleur de ma forme actuellement, mais depuis que j’ai remis les pieds au Japon il y a moins de 48h, c’est la descente aux enfers. Le décalage horaire et les 12h de route avec Akira ne m’aident probablement pas à maîtriser ce surplus d’émotions qui tentent actuellement de me faire flancher. Pourtant, Tsuguo, mon frère se contente pour le moment de me dévisager.

Il n’a pas tant changé depuis la dernière fois, alors que ça remonte déjà à plus de deux ans. Toujours ce même air sévère collé au visage. Ce même regard accusateur, qui a encore gagné en dureté. Et qui ne cache rien de toute la colère qui l’habite en ce moment. On ne s’est jamais bien entendu, et il ne m’a jamais réservé de regard tendre ou attentionné, mais je sais très bien que là, on se retrouve un cran au-dessus. On n’est plus des enfants. Et notre père n’est pas là pour encadrer nos échanges.

“Tu ne ressembles vraiment plus à rien. Mais peut-être que c’est encore ce qui te correspond le mieux.”

Ce petit ton provocateur qu’il emploie, je le connais par cœur. Et si quand j’étais gamin il m’arrivait de perdre mon sang-froid face à ce genre de comportement de sa part, je me contente aujourd’hui de me murer dans le silence. Mon rythme cardiaque est bien trop élevé, mes mains commencent à être moites, mon instinct me crie de trouver une échappatoire, mais la raison ne fait que me rappeler qu’il n’y en a désormais plus. C’est trop tard. La seule solution cette fois, c’est de lui faire face.

“Tu disparais plus de deux ans et tu n’as rien à dire à ton retour ? Ce n’est pas très correct ça petit frère.”

“Ce n’est pas comme si j’avais demandé à revenir. Est-ce que je dois te rappeler que c’est toi qui a dû mettre au point un plan perfide pour me revoir ?.”

Je n’arrive pas à réfléchir aux paroles que je prononce. C’est vrai, j’ai un peu l’impression de “rentrer à la maison”. Cet endroit où on se sent le plus à l’aise pour être soi-même. A laisser tomber les strass et les paillettes indispensables en société. Sauf que moi, je déteste me retrouver dans cet état.

Pourtant, je ne suis même pas vraiment sous le toit de la maison familiale dans laquelle j’ai grandi. On se trouve seulement dans le bureau luxueux abrité au sein du grand hangar où s’entrainent les hommes de la “famille”. Un bureau dans lequel j’ai passé un certain temps plus jeune. Où mon père me faisait déjà venir à de nombreuses reprises avant de recommencer inlassablement ses mêmes sermons. Je ne peux pas dire avoir de bons souvenirs ici. Mais… Oui, je ne peux pas le nier, il y a ce quelque chose de nostalgie qui me fait me demander l’espace d’une seconde si, peut-être, une infime partie de moi n’est pas si mécontente de revoir cet endroit.

“Quand est-ce que tu comprendras qu’on ne te demande pas ton avis ? Est-ce que tu te rends seulement compte de l’impact qu’ont eu tes conneries ?! Non, bien sûr, il n’y a que ta petite personne et ton confort personnel qui t’importent !”

Le ton monte et le poing de mon frère vient s’écraser contre le mur près duquel je me trouve en ce moment, me faisant un peu plus resserrer les dents. Ce n’est pas comme si c’était très compliqué de l’énerver. Et avec lui, je n’ai jamais su comment m’y prendre pour apaiser la situation.

“C’était pas suffisamment compliqué de gérer ces étrangers qui voulaient nous prendre notre business, fallait en plus que tu foutes le bordel au sein même de la famille ? Qu’est-ce que tu crois qu’ils ont dit quand on a appris ta disparition ? T’imagines à quel point ça a été compliqué pour papa d’éviter que la moitié de nos gars ne se retournent contre nous ?! Tout ça parce que t’as décidé d’aller mener tranquillement ta petite vie à l’autre bout du pays à faire des tests capillaires ?! Et je devrais laisser passer ça ?! Donne moi une seule bonne raison !”

Je ne sais pas ce qui le retient de me cogner. Il ne s’est jamais retenu. Sa voix tremble légèrement sous le coup de la rage qui doit l’habiter en ce moment. Je déteste quand il est dans cet état. Parce que j’ai tendance à absorber les émotions qui m’entourent. Et je sens mes nerfs tenter de m’échapper un peu plus à chaque seconde qui passe. J’ai cette horrible impression de perdre le contrôle à mon tour, comme si sa colère envahissait toute la pièce et chaque personne s’y trouvant.

“J’allais finir en taule. En taule ! Et il n’a rien fait ! Il m’a laissé moisir là bas pendant des semaines ! Tu sais c’que ça fait ?! Non ! Alors viens pas me dire c’que j’aurais dû faire ! J’ai toujours enduré tous vos sales plans, j’étais toujours présent, j’ai fait tout ce qu’on m’a demandé alors que ça me rendait malade, et tout le monde le savait parfaitement ! J’allais pas finir ma vie derrière les barreaux pour vous sauver les fesses alors qu’il lui aurait suffit de verser quelques yens sur le bon compte comme il sait si bien faire pour que je puisse sortir !”

Ces souvenirs que mon inconscient avait jusque là sagement refoulé ressortent un peu trop violemment. Les journées entières à subir leurs interrogatoires. La solitude. Ce sentiment terrible d’abandon. J’avais toujours fait tous les efforts possibles pour satisfaire les exigences de mon père. Sans jamais y parvenir, bien sûr. J’ai conscience du fossé qui me sépare de Tsuguo, le fils idéal. Mais j'espérais au moins que ce soit suffisant pour ne pas me faire jeter en pâture aux inspecteurs.

Alors que tout se floute autour de moi, mon esprit étant désormais totalement focalisé sur la présence de mon frère et sur la scène en cours, je le sens empoigner le col de mon t-shirt. On est de nouveau très proches. S’il doit être à peine plus petit que moi aujourd’hui, il n’y a aucun doute sur le fait qu’il a l’ascendant physique. Que ce soit par sa forme, sa volonté, et assurément ses compétences en matière de combat, je n’ai aucune chance face à lui.


---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Lun 23 Mai 2022 - 19:07
Note hrp : on change de point de vue pour se retrouver cette fois du côté de Tsuguo


Si j’ai pu avoir un doute sur sa véritable identité en voyant sa gu*ule, il a en revanche toujours cette même voix insupportable à débiter des conneries en non stop. Il m’énerve. Et ce qui m’énerve encore plus, c’est que ce soit mon frère. Pourquoi est-ce qu’il ne peut pas se bouger ? Pourquoi est-ce qu’il faut toujours qu’il soit en train de se plaindre ? Que ce soit toujours de la faute des autres ? Je voulais pourtant essayer de comprendre. Comprendre comment est-ce qu’il en est arrivé là. Mais j’y peux rien, ses explications bidons me donnent envie de lui enfoncer la tête dans le mur.

“ Parce que t’as cru qu’il allait rester à te protéger jusqu’à la fin de sa vie ? Tu as bien assez pu vivre dans tes rêves utopiques Milan, il était largement temps que tu grandisses ! Mais tu t’es enfui ! Enfui ! Et tu sais très bien c’que ça veut dire.”

Les semaines qui ont suivi ont été un calvaire, tout ça par sa faute. Et mon père qui refusait qu’on aille le récupérer. Sous prétexte que c’était sûrement ce qu’attendaient ces inspecteurs, prêts à nous cueillir en flag au moindre signe de violence envers autrui. Je n’ai jamais cru à ses prétextes. Je suis sûr qu’une fois de plus, il se laissait bêtement influencer par la faiblesse de ce môme ! Mais je ne suis pas comme lui.

“ Tout ça, c’est de ta faute.”

Je le repousse un peu brutalement contre le mur dos auquel il se tenait, relâchant ma prise alors que beaucoup trop d’idées obstruent mes pensées. Ça fait tellement longtemps que j’attends ce moment. Tellement de soirées à penser à ce qu’il convenait que je fasse quand ce jour viendrait. Et maintenant qu’il est là, il y a tellement de doutes qui s’affrontent en moi, je ne suis plus sûr de rien.

“ Tu parles. T’as jamais eu besoin de prétexte pour me taper dessus. Je vois pas en quoi cette fois est différente. Montrer à tout le monde à quel point tu es fort et impitoyable ? Ou alors c’est parce que tu n’as pas d’autre piste pour prouver que tu es prêt pour être le nouveau boss ?”

Ce n’est qu’en sentant l’impact que je me rends compte que mon poing s’écrase contre la mâchoire de Milan. Et si j’en juge à la douleur qui remonte, je n’ai pas dû me retenir. Pourquoi est-ce qu’il croit toujours bon de me provoquer ? Il n’apprendra jamais.

Les paroles d’Akira me reviennent en tête. Comment est-ce qu’elle fait pour penser qu’il y a quoi que ce soit à sauver chez lui ? J’aimerais avoir les mêmes certitudes. Vraiment. Mais plus je le regarde, moins j’arrive à y croire.

“ T’es vraiment un crétin fini.”



---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Lun 23 Mai 2022 - 19:11
Note hrp : on revient dans la tête de Milan !


Le choc me fait totalement vaciller l'espace de quelques secondes. Tous mes repères sont explosés, mes oreilles sifflent à m’en faire mal à la tête, pendant que mes mains qui se retiennent au mur sont les seules qui réussissent à m’assurer un minimum  de stabilité. Il y avait longtemps que je n’avais plus ressenti ce genre de douleur. Mais bizarrement, dans un tel contexte, j’ai l’impression que c’était hier. Sauf que cette fois, je n’arrive pas à le laisser faire bien gentiment. Non, cette fois je sais que j’ai raison. Qu’ils ont été trop loin. Ces deux dernières années passées seul m’ont peut-être apporté un peu plus d’aplomb et d’assurance que je n’avais jusque là.

Après les quelques secondes nécessaires à ce que tout se remette bien en place dans ma tête, je me redresse et c’est avec une hargne que je ne me connaissais pas que je lui fais désormais face. C’est comme si toute cette retenue dont j’avais fait preuve au cours de ces années passées à le supporter cédait d’un seul coup. Je suis totalement incapable de contenir cet excès de rancœur.

“ Si tu me détestes tant, pourquoi est-ce que t’as fait tout ça pour que je revienne ? Qu’est-ce que t’attends exactement ?”

C’est plus fort que moi. Je referme ma main, resserrant mes doigts à m’en faire mal, juste avant que mon corps ne propulse cette arme naturelle à toute puissance vers Tsuguo. Mais il n’a pas le moindre mal à l’éviter et c’est le choc brutal dans mon estomac qui me coupe le souffle en suivant, me forçant à me plier en deux.

“ Que tu t’excuses pour commencer.”

Son genou revient une fois de plus se nicher douloureusement dans le creux de mon ventre.

“ Que tu reconnaisses que t’as merdé sur toute la ligne.”

C’est cette fois un coup de poing sous le menton qui me revient directement, me propulsant en arrière, achevant de me faire perdre l’équilibre.

“Et que pour une fois dans ta vie, tu prennes tes responsabilités.”


Nouvel impact. Je suis étalé au sol, ses mots raisonnent aussi douloureusement en moi que les coups qui pleuvent sans retenue. Pourquoi est-ce qu’il faut ça se passe comme ça ?

“Est-ce que c’est trop demander ?”

Il est au-dessus de moi, me dominant avec la même aisance que quand on était gamins. Un genou posé au niveau de ma cage thoracique sur lequel il se repose largement, son poing armé, près à venir frapper de nouveau. La lueur dans ses yeux pourrait me figer sur place si je ne l’étais pas déjà. Mais derrière toute cette rage, il y a autre chose. Quelque chose de différent.

"Réponds-moi bordel ! Qu’est-ce que je dois faire pour avoir un frère digne de ce nom ?!”

Ses mots, ou plutôt le ton associé, me lacèrent de l’intérieur. Je ne suis pas à la hauteur. Je le sais. Ce n’est pas nouveau. Pourtant j’ai essayé. Vraiment. Mais c’est peine perdue. Pourquoi est-ce qu’il ne peut pas l’accepter ?

“Et moi ? Qu’est-ce que je dois faire pour seulement avoir l’impression d’avoir un frère ?”

L’épuisement, la douleur, et maintenant ce surplus d’émotions, c’est beaucoup trop pour que je n’arrive à contenir les larmes qui me montent aux yeux et qui finissent par se déverser en un torrent incontrôlable. Je sais qu’il n’y a pas pire pour l’énerver davantage. Mais je ne peux rien y faire. Dans un dernier geste probablement dicté par mes souvenirs lointains, je cale mes bras devant mon visage en protection, sachant très bien ce qui va se passer.

“Arrêter de chialer ! T'endurcire ! Te comporter comme un homme !”

Les exemples ne manquent pas et ils arrivent en rythme avec de nouveaux chocs. Je n’entends que les premiers. Je sens petit à petit que mes sens se brouillent. La douleur devient lointaine, comme le son de sa voix. Mon esprit s’échappe, laissant mon corps à l’état de poupée de chiffon. Jusqu’à ce que j’arrive à capter une dernière phrase au milieu de tous ces sifflements.

“Dire qu’elle a dû te menacer avec une stupide histoire de meuf.”

C’est sûrement parce que c’est l’image de Chandini qui s’impose en moi à cet instant, que je me sens aussi apaisé de me laisser sombrer dans l’inconscience.


---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Lun 23 Mai 2022 - 19:14
Note hrp : nouveau changement de point de vue avec Tsuguo


L’absence de réaction de Milan finit par me faire redescendre petit à petit. Je ne sais pas comment il se débrouille pour toujours me faire péter les plombs. Parce que venant de lui, ça m’insupporte d’autant plus de le voir si faible probablement. On dirait qu’il a toujours cinq ans, à pleurnicher pour rien. Je sens mon rythme cardiaque se calmer doucement en même temps que je retrouve mes esprits. Mes yeux toujours braqués sur lui prennent finalement conscience de l’état dans lequel il se trouve.

“Merde.”

C’est pas ce qui était prévu. Pas comme ça en tout cas. Il me faut quelques secondes supplémentaires pour réussir à m’en détourner. Je prends le temps de sortir une cigarette et de l’allumer avant d’attraper mon téléphone. J’appelle machinalement l’un des docs du clan pour lui dire de se ramener au bureau avec de quoi bosser. Aucun détail. Ce n’est pas comme s’il y avait urgence vitale. Enfin, en tout cas il ne se vide pas de son sang. Pour le reste… J’espère qu’il a encore un peu d’endurance.

En attendant que le toubib rapplique, je m’installe dans le fauteuil, en ayant bien du mal à détourner le regard de Milan. Je ne m’inquiète pas. Et puis après tout, il l’a bien cherché. Si au moins il savait se défendre. Même pas foutu de me toucher alors qu’il se fait tabasser. Pourtant, c’est pas faute d’avoir essayé de nombreuses fois de le faire réagir. Mais on dirait qu’il n’a absolument pas changé. Toujours le même bon à rien.

Le plan évoqué par Akira me trotte à nouveau dans la tête alors que je suis seul dans cette pièce. Enfin, seul en possession de ses moyens. Lui trouver une utilité dans le blanchiment. Plutôt une activité pour les gonzesses ça normalement mais… C’est évident que je ne peux pas lui demander autre chose. Si je le laisse revenir officiellement. Mais maintenant qu’il a posé les pieds ici, je n’ai plus beaucoup d'autres choix. A moins de le faire disparaître définitivement en guise de mise en garde pour les autres. Ouais, j’aimerais autant éviter d’en arriver là. Je ne le supporte toujours pas mais malgré tout, cette tête de mule reste mon frère. Peut-être bien que je commence à comprendre ce que papa devait ressentir. Il va juste falloir que je m’arrange pour que ça ne se remarque pas.

J’en suis là de mes réflexions quand quelques coups sur la porte annoncent l’arrivée de celui que j’attends.

“Entre. C’est pour lui. Tu le remets en état comme tu peux et tu le ramènes chez mon père.”

Sur ce, je quitte le bureau. Je n’ai pas envie de le voir plus longtemps.


---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Jeu 26 Mai 2022 - 10:25
Note hrp : on revient du côté de Milan



J’ouvre péniblement les yeux, aveuglé par la lumière du soleil qui réveille instantanément un mal de crâne terrible. J’ai du mal à faire le point. Il ne me semble pas avoir abusé d’alcool hier soir. Mes paupières battent encore quelques fois et c’est désormais un goût de sang au fin fond de ma bouche qui tente de ramener mes souvenirs récents à la surface.

“Monsieur Milan, vous êtes réveillé ! Quel plaisir de vous revoir. Oh, pas dans cet état bien sûr, mais… Comment vous sentez-vous ?”

Je tourne la tête vers cette voix que je connais si bien et qui arrive à me tirer un sourire malgré mes cervicales qui font de la résistance. Junna, la gouvernante principale de la maison où j’ai grandi. C’est elle qui s’est occupée de moi le plus souvent quand j’étais petit. Et même en grandissant. Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai pleuré sur son épaule. Je ne sais pas si j’aurais aussi bien tenu toutes ces années sans elle. Et encore une fois, il semblerait que ce soit à elle qu’on ait confié la mission dégradante d’attendre que je me réveille.

“Moi aussi, je suis content de te revoir.”


J’articule difficilement ces quelques mots. Pas à cause de la douleur. Seulement de l’émotion. Je ne pensais pas qu’elle me manquerait autant. Mais la revoir à cet instant précis me donne envie de me blottir dans ses bras comme je faisais à chaque fois que j’étais malheureux. Ce qui arrivait souvent.

“Ne bougez pas, vous avez besoin de repos. Le médecin a dit interdiction de bouger. Il ne devrait pas tarder à repasser vous voir d'ailleurs. Mais c’est madame qui va être ravie d’apprendre votre réveil !! Elle ne le dit pas, mais elle se fait un sang d’ancre !”

“Attends.”

Je l’interpelle alors qu’elle se relevait déjà avec cette énergie que je lui connais bien, probablement prête à dévaler les escaliers à la recherche de ma mère pour lui annoncer la nouvelle.

“Tu ne voudrais pas rester encore un peu avec moi… ?”

Je n’ai pas très envie d’être confronté à ma mère si vite. Un sang d’ancre… Ça m'étonnerait qu’elle se soucie réellement de moi. Je vois déjà son regard accusateur se poser sur moi, prête à critiquer sans vergogne ma nouvelle apparence. L'apparence. Il n'y a toujours que ça qui l'a intéressée. Malheureusement, il faut croire que de ce côté là, je tiens bien d'elle. Mais je n'ai pas envie d'avoir à m'expliquer. Alors que Junna elle, elle se fiche bien de toutes les erreurs que je peux commettre. Elle est là, à me parler comme si je n'étais jamais parti. J'arrive encore à me sentir à peu près apaisé malgré toutes ces douleurs qui se réveillent petit à petit à divers endroits de mon corps. Non, ce n'est pas l'alcool.



---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Mar 31 Mai 2022 - 9:12
Les bruits de pas se rapprochent de la chambre dans laquelle Milan a été installé. Son ancienne chambre. Et sa chambre actuelle d’ailleurs. Depuis son départ, il n’y a que les femmes de ménage qui y mettent les pieds pour s’assurer de la propreté. Mais rien n’a été déplacé. Pas même ce ballon de basket à moitié dégonflé qui traîne encore dans un coin de la pièce.

Des bruits de pas qui laissent deviner une personne déterminée, qui sait ce qu’elle fait et où elle va. Mais aucun empressement. Un rythme tout à fait mesuré, maîtrisé. Suzumi Matsuda avance avec cette même assurance que tout le monde lui connait. Ses longs cheveux ébène voletant en cascade dans son sillage, sa tenue estivale est à la fois soignée et tout à fait tendance. Le genre de femme qui accroche naturellement le regard autant par son élégance que par sa prestance. Rien ne laisse deviner qu’elle est la mère de trois enfants qui ont déjà tous atteint la vingtaine.

Quelques coups frappés sur la porte de la chambre pour annoncer son arrivée, elle n’attend aucune autorisation pour entrer. Un pas en avant, elle se tient quelques secondes sur le seuil de la porte, à observer ce fils qu’elle n’avait plus revu depuis si longtemps. Son fils. A première vue, elle aurait bien du mal à le reconnaître. Est-ce que l’instinct maternel est censé voir à travers les multiples opérations ayant visé à lui donner cet aspect si éloigné de ce qu’il était ?

“Tu as une mine affreuse.”

Si c’est le cas, il faut croire que ce n’est pas ce qu’il y a de plus présent chez elle. Oh, elle aime ses enfants, ne vous méprenez pas. Elle les aime plus que tout. Mais elle les aime comme elle les a faits. Beaux. Et japonais.

Après quelques secondes de silence, Milan n’ayant visiblement pas l’intention de répondre à cette attaque, Suzumi s’avance et vient s'asseoir sur l’un des sièges disposés près du lit. Une attitude froide et austère qui laisse petit à petit place à un léger sourire, étrangement doux, qui étire son visage comme on le voit rarement. Un visage qui a même l’air de surprendre son fils.

“Mais je reconnais que tu as su choisir un bon chirurgien.”

Un soupire fait écho à cette remarque, la lueur d’espoir qui s’était allumée dans le regard du jeune homme s’évanouissant.

“Bonjour maman.”

Une voix lasse qui ne cherche pas à masquer la déception. Il ne se faisait pas d’illusions. Mais en même temps, il aurait aimé être surpris. Un semblant d’espoir facilement perçu par celle qui l’a mis au monde.

“Allons Milan, ce n’est pas le moment de faire dans le sentimentalisme tu ne crois pas ? Regarde dans quelle situation tu as réussi à te fourrer. Tu n’es pas encore tiré d’affaires, alors s’il te plait, ressaisis toi.”

Quand on joue avec les règles qui régissent le monde des yakuzas, on ne peut pas se permettre d’excès de candeur. Se montrer fort en toute circonstance est indispensable. Pourtant, elle sait que ce garçon dispose également de ses propres forces. Et si elle avait un mode d’emploi, bien sûr qu’elle ferait en sorte de l’aider à s’affirmer dans ce monde impitoyable. Mais elle n’en a pas.

“Oui, bien sûr, c’est forcément de ma faute. Tsuguo m’a encore tapé dessus, je suis… bloqué, là-dedans, et c’est à moi de faire des efforts ? Tu ne trouves pas ça un peu injuste ?!”

Le visage fermé et la voix tremblante, Milan n’avait pas pour habitude de répondre de la sorte à sa mère, qui ne s’en montre pas pour autant étonnée. Il a changé. Evidemment. Ce n’est plus un enfant, ni même un adolescent. Et si elle ne sait rien de ses expériences récentes, elle devine sans difficulté qu’elles vont à l’encontre de tout ce qui a pu lui être enseigné étant plus jeune.

“Tu préfèrerais que je te plaigne ? Que je te dise ô combien je suis désolée que tu aies à subir tout ça ? Que j’en vienne à verser une larme de soutien ?”

“C’est clair que ce serait vachement mieux. Mais sans aller jusque là, si déjà tu me disais juste que je t’ai manqué, je crois que ce serait super.”

Un échange de regards appuyés s’ensuit, dans le plus grand silence, pendant lequel Suzumi paraît réfléchir honnêtement aux paroles prononcées. Mais ce nouvel espoir qui germait chez son fils s’envole une fois de plus prématurément.

“A quoi bon perdre son temps en banalité ? Ce n’est pas avec ces mièvreries que tu t’en tireras cette fois Milan. Ecoute moi.”

Son ton se fait plus froid, plus sérieux, mais le contact physique qu’elle instaure en attrapant dans le même temps la main de son fils contraste avec cette attitude.

“Ce n’est que le début. Tout peut encore basculer. Ton frère n’est pas encore décidé et tu sais de quoi il est capable. Ne lui donne pas de raisons de céder aux mauvais choix. Fais ce qu’on attend de toi pour une fois. S’il te plait.”

Ce que sous-entendent ces mots n’est pas très compliqué à comprendre pour Milan. Des conditions vont suivre pour qu’il soit autorisé à retrouver une place au sein de cette famille. Des conditions qu'il a déjà en partie entendu de la bouche de son frère. Et une place qu' il ne veut pas. Ou, c’est en tout cas ce dont il a réussi à se persuader, malgré les quelques doutes qui se réveillent depuis qu’il a reposé les pieds à Sendai. Quoi qu’il en soit, l’autre alternative risque de lui coûter énormément. Peut-être même la vie.

Son cœur se serre et ses doigts tentent de rattraper la main maternelle qui s’échappe une fois de plus. Il en a toujours voulu à sa mère de ne pas lui témoigner tout l’amour qu’elle est censée lui vouer. Pourtant, elle a toujours fait tout ce qui était en son pouvoir pour limiter les dégâts que son comportement inapproprié engendrerait. Une femme davantage pragmatique que sentimentale.

“Je dois y aller, j’ai à faire. Et tu as besoin de repos.”

Dans un geste de verticalité maîtrisé, elle se redresse avec grâce et se dirige vers la porte de la chambre qu’elle ouvre rapidement. Mais elle interrompt sa progression quelques secondes, restant avec la poignée dans le creux de sa main, avant de se retourner vers son fils.

“Oh, et Milan. Tu m’as manqué.”

L’effet d’une bombe larguée sur ce garçon qui a encore bien du mal à comprendre ce qui vient de se passer. Il n’aura de toute façon pas le temps de prononcer le moindre mot que les dernières mèches de cheveux satiné disparaissent dans le couloir.

---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Dim 12 Juin 2022 - 18:55
Plusieurs jours sont passés depuis l’incident. Les douleurs et l'abattement qui maintenaient Milan sagement dans son lit laissent petit à petit place à l'impatience.

“S’il vous plait, il faut vraiment que je retourne à Kobe, la rentrée scolaire est lundi. En plus les cours sont super compliqués, je ne peux vraiment pas me permettre de rentrer plus tard..”

Allongé dans son lit, le jeune homme fait de nouveau face au docteur venu s'assurer de son rétablissement. Cet homme qui ne cesse de lui rappeler qu'il ne doit pas bouger. Alors cette fois, c'est armé de son meilleur regard suppliant que le patient fait une nouvelle tentative. Un regard face auquel le médecin est totalement insensible. Il avait peut-être un peu trop oublié que ses meilleures armes sont totalement inefficaces en ce lieu.

“J’imagine qu’en cours on t’a appris qu’avec deux côtes cassées on ne parcourt pas 900 bornes. Tu vas pouvoir recommencer à bouger un peu plus normalement mais tu dois continuer à limiter tes déplacements au maximum.”


Évidemment. Quand le diagnostic est tombé, il n’aurait pas dû se faire d’illusions. Mais Milan a cette facilité déconcertante à ignorer toute vérité qui lui déplaît. Et pour le coup, rester coincé ici encore une semaine de plus fait partie de ces vérités qu’il ne veut pas entendre. Encore des plans qui viennent s'opposer à ce qu'il avait prévu de faire en retour de ses vacances au Etats-Unis. Mais une fois de plus, il ne va pas pouvoir faire autrement. De même qu’il ne peut faire autrement que de se retrouver  désormais seul en compagnie de son père, une fois le docteur sorti de la pièce, non sans s’être incliné trop bas plusieurs fois.

---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Dim 12 Juin 2022 - 19:05
Un léger silence suit la sortie du docteur. Ca ne fait pas longtemps que Milan est “rentré”, mais il a déjà eu le temps de revoir tous les membres de sa famille plus ou moins proche. Son frère également, qui n’a pas manqué de lui rappeler ses obligations. Des excuses publiques et une annonce “officielle” du rôle qui lui est désormais assigné. Et si les excuses, il gère, pour le reste, il en est toujours au stade des négociations.

“Tu ne vas pas pouvoir reculer éternellement l’échéance Milan. Et si tu comptes rentrer rapidement à Kobe, tu ne devrais pas le laisser attendre davantage.”

Des mots qui se veulent seulement être de bon conseil de la part d’un père, mais toujours reçus comme des reproches par les oreilles du plus jeune qui se renfrogne un peu plus dans son lit.

“Oui, évidemment, il faut toujours faire les choses comme il le veut. Et si je ne suis pas d’accord, tout le monde s’en fout.”

“Cesse tes jérémiades et comporte toi en homme. Tu as déjà de la chance qu’il semble décidé à ne pas te faire subir pire punition. Il n’aurait pas été aussi clément avec qui que ce soit d’autre.”

Une clémence que même le père de ces garçons ne sait pas exactement à quoi rattacher. Est-ce réellement ce lien de sang qui empêche l’aîné de mutiler ou défigurer son cadet comme il est courant de le faire dans de tels cas ? Ou bien est-ce parce qu’il a conscience qu’une partie de la famille reste malgré tout attachée aux décisions que le père avait prises à cette époque ? Un moyen d’essayer de ne froisser personne ?

“C’est vrai, quelle chance j’ai, pardon de ne pas m’en rendre compte…”

Un ton plein de reproches qu’il est rare d’entendre de la bouche de Milan, mais les derniers jours ont été particulièrement éprouvants, et il n’est désormais plus capable de filtrer les paroles prononcées en adaptant le ton comme il le fait si bien habituellement.

“ Pourquoi est-ce que toi, tu n’a jamais envoyé personne me retrouver ? Et pourquoi est-ce que tu lui a si vite cédé ta place ? Franchement, t’es censé être mon père et pourtant, j’ai l’impression de n’avoir jamais réussi à comprendre aucune de tes décisions.”

Des questions particulièrement directes auxquelles l’homme s’attendait. Mais peut-être pas à ce qu’elles soient posées de cette façon. Une façon de faire qui lui arrache d’ailleurs un léger sourire. Parce que son fils a indiscutablement pris de l’assurance. Il est loin d’être au niveau attendu pour un garçon né dans ce milieu, mais ce long séjour loin de chez lui a été bénéfique, il doit bien le reconnaître.

“Plusieurs années sont passées, les plus anciens réfractaires sont partis, de nouveaux qui n’ont eu vent que de quelques rumeurs sont arrivés. Te faire revenir dans ces conditions est beaucoup plus sûr que de te récupérer quelques jours après ton coup d’éclat. Qu’est-ce que tu crois qu’il te serait arrivé si j’avais agi différemment ?”

Une franchise totale et pourtant, Milan a bien du mal à y croire. Difficile de savoir quoi en penser quand on a déjà vu une personne arranger la vérité à son avantage de multiples fois. Pourtant, le garçon aimerait vraiment y croire. Réussir à se convaincre que pour une fois, son père s’est réellement comporté de la façon dont on attend qu’un père se comporte. A le soutenir lui malgré toutes les erreurs commises et tous les problèmes attirés au passage. Mais pourquoi est-ce qu’il a dû attendre aussi longtemps pour avoir le droit à cet espoir ? A mi chemin entre la colère et le surplus d’émotion, Milan préfère rester muet, attendant simplement la suite.

“Tsuguo manque d’expérience, il est encore trop impulsif, trop colérique, trop orgueilleux. Mais il tient énormément à cette famille et fera tout pour la protéger et la porter au plus haut. Je sais qu’il est capable de beaucoup de choses. Il a juste besoin d’être guidé, repris lorsqu’il déborde. Je voulais lui laisser le temps de s’améliorer en le soutenant tant que je le peux.”

Si le début de cette explication sonnait creux aux oreilles du fils, la fin éveille immédiatement sa curiosité. Il a bien du mal à saisir le sens réel de ces paroles.

“Tant que tu le peux ?”

Quelques secondes de silence, une légère gêne qui s’installe dans la pièce, avant que le père ne reporte son regard sur cet enfant qui a déjà trop grandi.

“Milan… Je suis malade. Peu de gens le savent, et ton frère ignore tout à ce sujet. Il y a un an, un docteur m’a diagnostiqué un cancer, déjà avancé. Alors je prends les dispositions qu’il faut pour assurer la suite.”


---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
A l'université ; 3è année
Milan Cray
■ Age : 30
■ Messages : 1630
■ Inscrit le : 16/07/2019

■ Mes clubs :
[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] M9CeBJb [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] TEWzgIo


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-10
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Milan Cray

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Dim 12 Juin 2022 - 19:12
“Un… Mais, il faut te faire soigner ! Tu devrais suivre un traitement, pas rester ici ! Nos médecins sont bons quand il faut recoudre une plaie béante ou pour extraire n’importe quel projectile, mais ils ne sont pas spécialisés pour le traitement des cancers, tu devrais…”

“Non. J'ai d'autres choses à faire que de perdre mon temps à l'hopital à me laisser affaiblir par leurs traitements."

“C’est pas une question de t’affaiblir ! Si tu ne fais rien tu vas rapidement décliner et…”


“Mourir, oui. Milan, tu ne l’as jamais accepté, mais travailler au sein de notre organisation, c’est accepter de pouvoir mourir à chaque seconde qui passe. J’aurais préféré une fin plus étincelante qu’embarqué par la maladie, c’est sûr, mais on ne choisi pas. Si je te dis ça, c'est uniquement pour que tu puisses comprendre. Pas pour que tu essaies de me faire changer d'avis.”

“Je…”

Pourquoi est-ce que cela devait se passer ainsi ? Pourquoi avoir passé toutes ces années à détester cet homme, et là, au moment où un rayon de soleil semble réussir à percer tous ces nuages noirs, faut-il que cette annonce lui transperce les poumons ? De nouveau, ce surplus d’émotions menace de déborder par le biais de ses yeux, mais cette fois, Milan réussi à ravaler toutes ces larmes, passant tout de même un revers de poignet préventif à ce niveau.

“Je sais que ça n’a pas été facile pour toi. Mais malgré tout, tu as toujours réussi à t’en sortir. Je suis sûr qu’avec ton frère, vous arriverez à trouver un terrain d’entente un jour, et ce jour là, vous n’en serez que beaucoup plus forts. En attendant… Essaie de le supporter encore un peu. Il n’est pas facile à vivre, mais il a aussi ses qualités. Je sais que tu peux les voir.”

Incapable de prononcer le moindre mot, sentant que ses cordes vocales seraient incapables de tenir une note sans trahir son état émotionnel chaotique, le jeune homme préfère se contenter d’acquiescer, baissant les yeux, essayant de garder le peu de dignité qu’il lui reste encore. Il sait qu’il n’a pas le droit de montrer de signe de faiblesse face à cet homme, il lui a bien assez répété des années durant.

Et pourtant, il n’y avait pas meilleure personne pour comprendre les tourments de l’enfant. Non, ce père de famille ne l’avouera jamais, mais ce manque de courage qui a toujours été reproché à ce fils, il sait ce que c’est. Oh non, contrairement à ce que certains ont pu dire pour tenter de se faire mieux voir, il ne ressemble en rien à sa mère. Sûrement est-ce la raison pour laquelle il s’est toujours montré si dur avec ce garçon. A espérer qu’en le forçant à cacher ces défauts, il n’aurait pas à se retrouver face à un miroir lui rappelant ses mêmes combats personnels de sa jeunesse.

“Repose toi. Tu vas rapidement devoir prendre une décision. Tu as besoin d’avoir les idées au clair.”


---------------------------------


"Tired of being what you want me to be I don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes Every step that I take is another mistake to you"

Linkin Park - Numb


[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Cjas

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] G0xm

Merci Tessa pour l'avatar <3

Milan parle en japonais :#cc3333
Milan baragouine comme il peut en anglais avec un très fort accent : #cc6600
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

[16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo] Empty Re: [16 +][Sendai] Welcome home qu'ils disent [solo]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum