-47%
Le deal à ne pas rater :
FEBER Happy House – Maison de jeux pour enfants de 2 à 6 ans
47.93 € 89.99 €
Voir le deal


Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Thèse, antithèse, synthèse ? JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Thèse, antithèse, synthèse ? Empty Thèse, antithèse, synthèse ?

Sam 11 Juin 2022 - 14:33




Thèse, antithèse, synthèse ?
Lundi 11 septembre 2017


Thèse, antithèse, synthèse ? Image_26

Ego Lunam inveni vespera. Sol recubans. Luctuoso fulgori splenduit. Agere non sciens, ei praebui sinceritatem, quomodo praebui flores. Odor fasciculi displicens ei non videbatur. Super scyphum solitudinis meae rimulam erat. Novus occursus evenit. Nonne labos trepidatioque misceri possunt ? Diu, exspectavi illi suavi faciei revidere. Venustissimam e feminarum peninsulae est. Exspectatio mea diuturna fuit. Salve Luna, meministine mihi ?


La salle des professeurs dormait, assoupie du sommeil du juste, comme assommée d'une activité trop intense durant la journée écoulée. Il était sagement tard. Alors que le soleil surplombait l'horizon avec hésitation, comme désireux d'y plonger sans en avoir le courage, une ambiance douce et affectueuse de fin du monde emplissait les meubles. Là, une tâche de café encore humide, témoin des accidents sans conséquences d'une journée comme une autre. Ici, quelques feuilles manuscrites oubliées par quelque enseignant trop empressé. Là encore, une chaise mal rangée, diffusant encore par son placement quelques ondes de chaleur humaine. Les néons eurent été colorés qu'on se serait pensé dans les années 80. En cette heure de désertion justifiée, tandis que chacun profitait à sa manière des temps allongés d'un été qui n'en finissait pas, le lieu était animé des bruits irréguliers des machines électroménagères anciennes et attachantes. Le réfrigérateur vibrait, et la photocopieuse, mal éteinte, réalignait périodiquement ses têtes, vérifiant inlassablement que le toner abondait. Un néon clignotait, faisant signe à une fenêtre entrouverte, qui laissait se faufiler quelques bribes de vent, dérangeant à peine les piles de documents installées ça et là. C'était un peu comme si l'apocalypse couvait, mais qu'il ne portait en lui que la promesse de la disparition des angoisses de tous.

Yukio patientait, lisant et relisant nonchalamment les titres des reliures tenues entre ses mains. Ce n'était pas tous les jours qu'on analysait les propositions de sujets de thèses d'un étudiant brillant, encore moins lorsque cet étudiant demandait une double direction de ses travaux, et pas n'importe quelle double direction... Moon rentrerait d'un instant à l'autre. Elle aussi aurait porté son attention sur les petits fascicules contenant les idées préliminaires à un travail de recherche étalé sur des années comme une fine couche de confiture. Le débat serait-il intense au point de les faire se consumer ? Peut-être qu'inconsciemment, le professeur d'histoire l'espérait. Il avait souhaité revoir sa collègue depuis leur première entrevue. Les vicissitudes de la vie s'étaient dressées en obstacles à son désir, comme souvent, et ce n'était là que la partie connue de l'iceberg.

Soupirant, il repassa encore son regard sur les titres des divers documents, énonçant presque audiblement:



"La politique des auteurs en questions. Les impensés d'un nouvel ethos dominant des artisans du cinéma"

"Émergence de la politique des auteurs et définition d'un nouveau paradigme limitant, l'apport d'une perspective de la dialectique hegelienne dans la considération des évolutions connues par le modèle industriel du cinéma"

"Technique du cinéma, cinéma de la technique. Les choix artistiques impensés des street level bureaucrats de l'industrie du cinéma"


Des idées jetées sur du papier, des réflexions inabouties, des promesses de découvertes, de quoi susciter l'intérêt et affiner l'axe d'un effort intellectuel contenu et prêt à se libérer. La corde de l'arc était tendue, la flèche prête à partir, mais vers quelle cible ? La jeunesse était pleine d'une énergie inépuisable, c'était touchant. La lassitude ne venait que plus tard chez certains, c'était une chance dont ils ne percevaient pas la valeur.

Yukio posa les petits blocs de cellulose couverts d'encre noire, et leva les yeux au plafond. Il faisait presque bon, il avait envie de s'en griller une. Il baissa les paupières, juste un instant, profitant du calme éphémère.








---------------------------------

Thèse, antithèse, synthèse ? KqsJ31X
Personnel ; prof de cinéma
Moon Kawaguchi
■ Age : 24
■ Messages : 730
■ Inscrit le : 13/03/2022

■ Mes clubs :
Thèse, antithèse, synthèse ? C29Z2B4


Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Moon Kawaguchi

Thèse, antithèse, synthèse ? Empty Re: Thèse, antithèse, synthèse ?

Sam 11 Juin 2022 - 20:58


Thèse, antithèse, synthèse ?

feat. Yukio

Thèse, antithèse, synthèse ? Ek23a3F
Clac. Clac. Clac.
Les talons de Moon résonnent dans le couloir.
Clac. Clac. Clac.
D’un pas assuré, elle rejoint la salle des professeurs.
Clac. Clac. Clac.
Feuillets sous le bras, visage droit.

Elle pousse la porte. A cette heure, il n’y a quasiment personne. “Quasiment”. Presque un euphémisme. Moon elle-même aurait préféré rejoindre son appartement. Son lit. Ses draps. S’y plonger pour ne plus en ressortir. Il n’est que lundi, et pourtant, elle a hâte d’être en week-end.

Mais le devoir l’appelle. Une thèse. Sa première thèse. Elle fut la première surprise par cette sollicitation. C’est encore une très jeune professeur, elle est loin d’avoir fait ses preuves à l’Université, mais l’étudiant lui fait confiance. Bien sûr, ça restera un secret : mais elle est touchée.

Et heureusement, dans cette aventure, elle n’est pas seule.  

Yukio est là, presque caché par le mobilier. Les cheveux toujours aussi bruns. L’air toujours aussi droit. Toujours aussi beau, aussi. Finalement, ils ont rompu leur promesse tacite, et ne se sont jamais revus. Drôle d’été dans lequel Moon a embarqué. Elle qui pensait qu’à Tokyo, tout allait trop vite, ce n’est pas à Kobe que la tempête s’est calmée.

Bonjour.


Bonsoir ? Une drôle de brise pénètre dans la salle. Moon retient un frisson. Est-ce la température ? Est-ce la gêne ? Moon aurait presque froid. Elle se rapproche doucement du bureau de son collègue, mais garde une distance de sécurité. Les feuillets de Moon ne quittent pas son bras. Elle a annoté la proposition de thèse, l’a raturée de questions, mais en voyant les copies propres du professeur d'histoire, elle n’ose pas les montrer.

C’est la première fois qu’on me demande de co-diriger une thèse. Je ferai de mon mieux.


D’en diriger tout court, oui.

Code by awful modifié par Gin

---------------------------------

Thèse, antithèse, synthèse ? NmdZ1w1
Merci Ryu ♥️

#cc3399 - japonais /#ff9966  - coréen
#9999cc - français / #3399cc - anglais
Personnel ; prof d'histoire-géo
Yukio Ogawa
■ Age : 26
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 09/05/2021

■ Mes clubs :
Thèse, antithèse, synthèse ? JfL0rDF


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre/Zone n° : 1
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2017
Yukio Ogawa

Thèse, antithèse, synthèse ? Empty Re: Thèse, antithèse, synthèse ?

Mer 15 Juin 2022 - 21:33




Thèse, antithèse, synthèse ?
Lundi 11 septembre 2017


Thèse, antithèse, synthèse ? Image_26

Moon restait à distance, comme craintive. Un spectre hantait-il la pièce ? Yukio était attristé de l'éloignement précautionneux que sa collègue conservait avec application. Il se sentait responsable. Il n'avait pas su se montrer sous son meilleur jour, pas su montrer qu'il était plus bienveillant qu'orgueilleux. Il avait soufflé le chaud et le froid sans constance, cédant à ses émotions submergeantes, creusant avec des mots et des attitudes le fossé qui désormais les séparait. Il avait soufflé le chaud et le froid, comment en vouloir à Moon de se couvrir pour se protéger du vent ? Les quelques mètres qui s'étalaient entre eux étaient bien longs. Le professeur d'histoire n'était pourtant pas désireux d'autre chose que d'être sympathique, mais l'alignement de ses désirs et de ses paroles revêtait une nature souvent délicate. S'il pouvait dire ce qu'il pensait, penser ce qu'il disait. Si seulement. Les voies sinueuses de son esprit alimentaient les errances de sa voix.

Il se retroussa moralement les manches, il convenait d'être plus correct que le dernière fois, moins abrupt, moins froid. Ce n'était pas comme s'il était complètement soumis à sa nature ordonnatrice et intransigeante. Le chaos interne de son esprit aurait dû nourrir sa capacité à émettre de la chaleur humaine. Pourquoi ne pouvait-il simplement pas se laisser aller à badiner avec sa collègue. Par quelle magie provoquait-elle en lui ce sentiment diffus de devoir se protéger par des postures rigoristes et intolérantes ? Au fond, peut-être qu'il était, lui aussi, craintif. Il percevait parfaitement que Moon avait la compétence nécessaire pour le comprendre, pour le juger, et donc pour le blesser. Ce pouvoir ne résidait pas dans tous les regards qu'il croisait. Peu habitué à côtoyer un tel danger potentiel, il réagissait d'une manière immature. Il se plaignait de sa lassitude et prenait peur dès que l'enjeu devenait tangible. C'était risible, presque honteux, et la professeure de cinéma disposait de toutes les capacités nécessaires pour le voir, voilà qui était encore plus déstabilisant. Inconsciemment, il se réfugiait dans l'idée qu'il valait mieux paraitre odieux que de dévoiler l'éloquence de son imposture. C'était méprisable, il fallait faire mieux.

Pourtant, Moon était toujours aussi belle, toujours aussi altière, toujours aussi intimidante, c'était précisément ce qui la rendait si séduisante.

Il tenta un sourire, un peu comme il pouvait, et entama la discussion avec l'air d'un jongleur amateur dépassé par l'exigence de son exercice:


- Bonjour Madame Kawaguchi, je suis heureux de vous voir. Je suis désolé de vous voler un début de soirée dont vous auriez aimé, j'en suis sûr, profiter autrement. Le devoir sait choisir ses moments. Rassurez-vous, c'est la première fois pour moi également. Je ne suis pas plus rompu que vous aux difficultés que tout cela peut poser. Gageons que ce sera plus profitable qu'autre chose. Je vous promets de m'investir pour que ce soit le cas, rappelez-le moi si vous voyez que je cause des problèmes.

Il essaya de se saisir d'un ton plus informel, qui sonnait un peu faux malgré la sincérité de sa démarche:

- Vous devriez vous asseoir, vous devez souffrir avec vos talons.

Il s'en voulut et se mordit la langue, ses paroles révélaient qu'il avait détaillé de pied en cap sa collègue. Il tenta gauchement de se rattraper:

- Enfin je ne voulais pas dire que vos talons n'étaient pas pratiques, vous les portez avec élégance... Et par là je ne ne cherche pas à signifier qu'un autre type de chaussures ne vous irait pas. Vous portez ce que vous voulez, c'est votre liberté la plus fondamentale et les gens n'ont rien à dire... Ce qui ne veut pas dire que ça me laisse indifférent... Enfin si, mais non... Vous voyez ce que je veux dire ? C'est très complexe tout ça.

Il se frappa intérieurement, il méritait vraiment des baffes. Les choses partaient très mal.







---------------------------------

Thèse, antithèse, synthèse ? KqsJ31X
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Thèse, antithèse, synthèse ? Empty Re: Thèse, antithèse, synthèse ?

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum