-35%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur électrique mobile – TECTRO TP2520 2000 W
114 € 176 €
Voir le deal


A l'université ; 1è année
Meyuki Harada
■ Age : 24
■ Messages : 1910
■ Inscrit le : 16/02/2017

■ Mes clubs :
We all know that life ain’t fair FRFf7at We all know that life ain’t fair KbCJmVA We all know that life ain’t fair LbP1uVo


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : octobre 2014
Meyuki Harada

We all know that life ain’t fair Empty We all know that life ain’t fair

Mar 21 Juin 2022 - 0:07

We all know that life ain’t fair

Jeudi 14 septembre, le soir

Après une bonne session de révisions à la bibliothèque, rien de tel qu’une bonne douche pour se détendre avant d’aller au lit. Je ne risque pas de dormir tout de suite en rentrant dans la chambre, parce que je vais surement papoter avec Sumire jusqu’à ce que le sommeil ne nous tombe dessus, mais ça reste un bon programme pour cette fin de soirée.

Je finis de rincer mon shampooing, me savonne et ferme le robinet pour m’essuyer quand j’entends des voix dans la salle de bains. Oh non, pas elle. « Elles », ce sont trois filles de mon cours de médecine de l’an dernier. Par chance, je ne suis plus dans la même promo vu que j’ai raté mes examens et que je repique mon année, mais elles ne lâchent jamais une occasion pour me tomber dessus depuis la première fois qu’on s’est croisées. Hibika n’est plus là, mais elles continuent quand même sans elle à m’embêter.

Je prends une grande respiration, essaie de me détendre et met rapidement mon pyjama, enroulant mes affaires en boules, la trousse de toilette sur le dessus, pour sortir d’ici au plus vite. J’ouvre la cabine à la volée et m’engouffre hors de la cabine, mais l’une d’elle me barre le passage en restant dans l’encadrure de la porte.

"Tiens tiens, voilà la pauuuvre redoublante !"
Laisse-moi passer, j’ai pas de temps à perdre avec vous…

Elle plisse les yeux et finit par regarder ses copines, puis s’écarte en souriant. Peu confiante, je les regarde tour à tour mais finit par sortir en vitesse, un peu trop vite même car je ne vois pas son pied venir barrer ma route et me faire un croche-patte. Je trébuche et me retiens comme je peux, mais mes affaires font un vol plané pour s’étaler par terre dans le couloir.

"Tu devrais pas avoir de mal à t'baisser maintenant que t'as perdu un peu d'poids."

Je me mords la lèvre pour contenir mes nerfs alors qu’elles se mettent à rigoler, puis m’accroupis pour ramasser mes sous-vetements en prio, histoire d’éviter de m’afficher. Je ramasse mon t-shirt et les enroule dedans pour les cacher, puis prend mon short alors que l’une des garces en rajoute une couche.

"Te baisse pas trop longtemps quand même, on risquerait de voir les poignées d'amour que tu caches."

Ne pas se laisser submerger, ne pas pleurer. Je serre les poings pour essayer de me retenir, mais après une scolarité sous couvert de bully de ce genre en France parce que j’étais ronde, c’est difficile à oublier, mais très facile de venir écorcher. Le pire, c’est qu’elles ont raison. J’ai perdu du poids, mais il me reste des poignées d’amour. Je sais même pas pourquoi je me suis autorisée à mettre un pyjama short alors que je ne suis pas aussi fine qu’elles… Mes yeux sont tout embué alors que je me mords la lèvre de nouveau, ramassant ma serviette. Tout le contenu de ma trousse de toilette est étalé par terre dans le couloir, mais elles continuent de rigoler comme des harpies, un rire à me glacer le sang qui me tétanise sur place.

Tenue de Meyu:


---------------------------------

Meyuki parle : Japonais en #901e62, Français en #339999 et Anglais en #3366cc

We all know that life ain’t fair Tifa-l10
A l'université ; 1è année
Oswald Farquhar
■ Age : 20
■ Messages : 57
■ Inscrit le : 09/06/2022

■ Mes clubs :
We all know that life ain’t fair IG1dUe5 We all know that life ain’t fair CuImWkX


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-101
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Oswald Farquhar

We all know that life ain’t fair Empty Re: We all know that life ain’t fair

Mar 21 Juin 2022 - 1:24
We all know that life ain’t fair Meyu1010

We all know that life ain’t fair

.

feat Meyuki Haradar


Jeudi 14 septembre,

Après une journée assez conséquente d'entraînement et de cours, oswald sorta du club vers 18h30, ayant ranger la salle du club, il continua à s'entraîner en dehors jusqu'à 20h30, il ne s'était pas arrêter par fatigue mais par faim, il était en sueur et ne supportait pas ça, il fonça alors vers la salle de bain pour homme du dortoir.
Ahh quel plaisir de prendre une bonne douche chaude après autant d'entraînement.
Oswald avais bel et bien fini sa douche en 6 minutes top chrono mais y resta 20 bonne minutes de plus pour profiter de l'eau brulante tombant sur son corps courbaturé. 20h56, il sortit de la salle de bain assez blasé, il savait qu'il n'allait pas dormir de suite avec Himuro qui était insomniaque et décida donc de bien prendre son temps avant de remonter.
Il marchait l'air assez blasé, un pas en avant qui avais plus l'air d'être des reculons au vu de sa réticence écris sur son visage, il tenait son sac contenant ses affaires de cours et ses vêtements avec aussi son boken ranger dans un tissu lui permettant de le porter sur le dos, la fatigue provoquer par l'entraînement l'empêchait vraiment d'avoir un regard sympathique.
Il s'avança dans le couloir où la salle de bain des filles y étaient, ce n'était pas du tout pour épier les filles loin de là, il y passait juste depuis quelque jour pour faire durer son trajet jusqu'à sa chambre, il baillait légérement, sa grande main sur sa bouche, avec un oeil demi clos de fatigue et c'est à ce moment qu'il vit une fille d'1m60 environ avec des cheveux long brun lisse assez menue tomber violemment au sol après s'être fais empierger exprès par la jambe d'une fille la surplombant, des rires fusèrent des 2 autres filles et c'est à ce moment que son sang bouillonait.
Il détestait ce genre de moquerie où l'on juge les autres sans aucune raison, juste pour leurs plaisir personnel et se sentir supérieur. Il s'approcha doucement, tel un prédateur guettant sa proie, certes oswald était difficilement loupable mais avec l'action qu'elles entreprenaient, la discrétion était possible. Il était maintenant assez proche pour se mêler de ce qui ne le regarde pas et dis d'un air menaçant

« -Vous voulez de l'aide peut-être ?. »



Ils les regarda avec un regard meurtrier en souriant d'un air paisible.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum