A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Sam 2 Juil 2022 - 23:54

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo


Mercredi 27 septembre 2017 - Après les clubs

Naze. Les temps que j’ai fais hier, mes passages de bâtons. Tout était médiocre hier et ce matin encore plus affligeant. Ça me gonfle. J’m’entraîne pour rien ? Peut-être qu’en fait j’ai juste pris la grosse tête en pensant que j’étais capable de rejoindre les grands athlètes. Quel naïf imbécile... J’me sens régresser alors que je donne tout, c’est déprimant même si je fais tout pour le cacher.

Je ne peux pas m’arrêter de toute manière. C’est l’objectif que je me suis fixé, impossible de l’abandonner maintenant. Heureusement que Seito est là quand je m’entraîne en dehors des clubs. Sa bonne humeur m’aide beaucoup dans les moments difficiles comme maintenant. P*tain pourquoi j’fais d’la m*rde comme ça ?!

Il faut que je me calme... D’habitude aujourd’hui je devais voir Tatsu au club de traditions... Mais maintenant qu’il est parti... Je n’ai plus trop d’intérêt à y aller. J’ai préféré glander. Pourquoi il s’est barré, y’a rien qui va dans ce mois de m*rde ! Je me rappelle encore comme on a pleuré comme des gamins en se disant au revoir, j’ai eu du mal à le lâcher. Pourtant il va à Osaka, où j’habite en dehors des cours, on peut toujours se voir, mais c’est pas pareil quoi.

J’en ai marre. J’ai envie de remonter le temps à un moment où ça allait encore. Un moment où je ne m’endormais pas sur ma table en cours de management, un moment où je ne m’endors pas à 22h voire plus tôt sans m’en rendre compte. Un moment où je me voyais pas comme un incapable. Mais comme c’est impossible, tout ce qu’il me reste c’est faire encore plus. M’acharner à n’en plus pouvoir.

En attendant que mon Rinbo arrive et me recharge les batteries, je m’échauffe. Trois tours de terrains, talons fesses, montées de genoux, le basique... Si basique qu’en temps normal... Ça m’essouffle à peine... J’ai fais comme d’habitude et pourtant... Mes oreilles bourdonnent... Je pose ma main sur ma poitrine, mon cœur s’emballe... Ça tangue... J’essaie de rejoindre le banc mais j’y arrive pas, j’ai trop de mal à respirer. Je finis à genoux au sol mais... Mes bras ne me tiennent plus, m*rde qu’est-ce qui m’arrive ?! J’vois floue, ça tourne, j’ai envie d’vomir, j’ai chaud ou froid j’sais plus trop. Allongé sur le ventre, je n’ai pas la force de me relever, je ferme les yeux. Ça bourdonne toujours, ça s’arrête pas... Ça...


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Dim 3 Juil 2022 - 17:54
MERCREDI 27 SEPTEMBRE 2017



Naze. Les consultations chez le psy, le départ de Marshall-senpai, la rupture avec Mitsuki. Et comme si ça ne suffisait pas, dans trois jours, l'apocalypse. Dans soixante-douze heures, la confirmation annuelle que le remplacement est toujours opérationnel. La Chose aura cinq ans. Seito a eu un haut-le-cœur en le réalisant. Quel naïf imbécile... Ses angoisses ont le goût de l'amertume et du déni. Plus il s'y enfonce, pire est la chute. Et, quand viendra le fond, que restera-t-il de lui ? Si tenté qu'il y ait encore un lui.

S'arrêter maintenant représenterait un échec. Les questions soulevées par le psychologue pourraient trouver des réponses et mettre en exergue un manque total de confiance en lui. Considère-t-il avoir reçu la même attention que sa sœur ? Avoir occupé la même place aux yeux de ses parents ? Cinq ans après, a-t-il le sentiment d'être moins reconnu que l'autre ? Ce qu'il y a de bien avec Nolan, c'est qu'il ne le juge pas. Il le prend comme il est, coach en carton pâte.

Il faut qu'il se calme... Et le seul moyen à l'heure actuelle est de se concentrer sur les prouesses de son Rinbo. Comme il l'avait dit, il s'est renseigné sur l'athlétisme, sur les épreuves des JO, sur la charte olympique et tout ce qui gravite autour de la compétition. Il a buté sur des termes techniques, s'est cassé les dents sur des tableaux alambiqués d'apport en énergie, mais toujours avec entrain. S'il y accorde l'attention que ce sujet de la plus haute importance mérite, alors la victoire demeure à portée de main. Tout plutôt que de penser au week-end infernal qui l'attend.

Il en a marre. Une furieuse envie de remonter le temps à un moment où ça allait encore. Un moment où il recevait des compliments de ses parents. Un moment où il n'avait pas pour unique but de s'extraire du cocon familial. Un moment où son seul problème était qu'il ne restait plus de Pocky dans la boîte. Mais c'est impossible, tout ce qu'il reste c'est garder le cap, même si cela implique de braver un ultime maelstrom.

La conclusion du débat houleux en club de littérature arrive à point nommé. Le lycéen aurait bien surenchéri mais il tient à ne pas être en retard. Son Rinbo doit déjà l'attendre sur la piste, il ne peut se permettre de lambiner. Il fourre son livre et ses fiches en vrac dans son sac à dos et, après avoir salué tout le monde, s'éclipse en trottinant jusqu'aux terrains. C'est qu'il a plein de choses à lui raconter, sur ses lectures et d'autres potins de sa classe qu'il suit sans prendre parti. Mais voilà, une fois parvenu sur la piste, il avise la tignasse brune de Nolan près du banc. Interloqué, il se demande soudain si un exercice à quatre pattes a été ajouté à sa routine sous conseil de son coach, son vrai coach. Mais, lorsque le ventre de Nolan touche le sol, pour ne plus se relever, son sang ne fait qu'un tour. Il enclenche la cinquième et fonce vers le français en criant :

« RINBOOOO ! »

L'adolescent se fiche pas mal de perturber la quiétude des lieux. Il s'écorche à moitié les genoux en dérapant sur le sol, se portant au chevet de l'étudiant. Ses mains s'apprêtent à le toucher et soudain, le blocage. Les paumes figées dans les airs, à quelques centimètres de son corps, il se met à trembler. Une peur panique lui glace le sang. Il ne se sent soudain pas de taille à affronter un tel combat. Mais appeler à l'aide le reléguerait au rang des incapables. La voix suppliante, il se rapproche de Nolan :

« Rinbo, qu'est-ce qui s'passe ? Rinbo, réponds-moi. »

Son souffle se fait court. Le regard sur ses mains tremblantes s'embue. Il se déteste. Merde, merde, merde. La position dans laquelle il faut mettre quelqu'un qui s'est senti mal, quelle est-elle déjà ? Tout s'embrouille dans sa tête. Nolan va mourir par sa faute. Abruti. Seito se mord violemment l'intérieur de la joue et retient un cri de douleur. Cet électrochoc volontaire a le mérite de canaliser ses cellules grises sur l'action souhaitée. Il saisit le coude de Nolan, glisse sa main sous sa tête, amène son genou à lui et, en un rien de temps, le français se retrouve en position latérale de sécurité. Le japonais est blanc comme un linge. Et le fait que Nolan ne réponde toujours pas à ses supplications parasite son bon sens. Ses doigts cherchent le pouls sur sa carotide et tentent de déchiffrer le code en morse que les faibles pulsations lui renvoient.

« Rin- Nolan, ouvre les yeux. S'te plait, tu m'fais flipper. Ouvre les yeux, putain... »




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Jeu 7 Juil 2022 - 21:58

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo




Applaudissement. Premier coureur, deuxième, troisième, puis il y a moi et les autres. Le stade est gigantesque, j’en ai le vertige. Vide il paraît si accessible, presque accueillant, rassurant. Il crie, ça y est c’est ton moment, tu es là, tu as mérité ta place ! C’est du moins ce que j’étais persuadé d’avoir compris. Naïf, crédule. A présent il est rempli et je n’entends que des grognements. Agressif, oppressant... Que fais-tu là, tu n’es pas assez bon, retente dans quatre ans, tu n’as pas honte ? Je... Je ne comprends pas. J’en ai le droit aussi, non ?

Starting block. Ne les écoute pas. Inspire, expire. Ferme tes yeux et tes oreilles. Ces cent mètres tu les connais par cœur. Des années que tu les parcoures, des années que tu les apprivoises. Trois ans d’effort pour dix secondes de gloire. Est-ce que ça vaut le coup ? Bien sûr que oui ! Bien sûr que non ! Inspire, expire.

Mains sur la ligne. On your marks ! Get set ! Go ! Départ réussi ! Tu peux le faire, contracte les abdos, redresse la tête, ne t’arrête pas, jamais. Mais je vois les autres qui s’éloignent de moi, pourquoi, pourquoi je ne les rattrape pas ?! Mes jambes n’avancent plus. Les lignes blanches me ficèlent les jambes, la piste les absorbent et m’emprisonne. Je les entends encore, abandonne, abandonne ! Trop mauvais, tu n'y arriveras pas !

« Non... Non, je peux... ! »

Délire. Pourquoi personne ne m’aide à me relever ? Je suis si incapable que ça ?
Rinbo ! Ma tête explose. Je l’entends partout, cette voix. Réponds-moi. J’essaie, j’essaie mais ma voix est bloquée. Ici j’étouffe, le stade se referme sur moi, me rejette ! Sans que je m’en rende compte je m’agite, me débat presque.

« Laissez... Laissez-moi, je vais.. Je vais recommencer ! J’vous jure que j’peux ! »

Nolan, ouvre les yeux. Qu’est-ce que c’est, sur mon cou ? Des doigts. Je les effleure, ils sont chauds. J’arrive à les attraper, ils glissent mais se referment sur les miens. Ouvre les yeux, putain... Mais j’essaie ! Je m’enfonce jusqu’à la taille avant que cette main m’extirpe de ma prison. Une nouvelle chute, une nouvelle claque sur le bitume.

Soleil bleu. Agréable mais en même temps qui me brûle les yeux. C’était toi, cette main. Ma vue est floue mais je te vois. Non, pas cette tête. Toi aussi t’as peur que j’échoue ? Ou ce serait plus logique tu ais peur parce que je divague complet... Non, que j’échoue... Hein Rinbo ?

« Seito... »


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Dim 10 Juil 2022 - 18:11
MERCREDI 27 SEPTEMBRE 2017



A mesure que les secondes défilent, ses tremblements prennent de l'ampleur. Ses avant-bras tressautent sans qu'il cherche à reprendre le contrôle. Trop focalisé sur Nolan, il se met entièrement de côté et tente de déchiffrer le charabia fiévreux qui s'écoule de ses lèvres entrouvertes. Son cœur cogne violemment contre sa poitrine. Dès lors qu'il s'était assuré que celui du français battait encore, ses doigts avaient rejoint le bitume. Poings fermés, ses phalanges accusent son angoisse. Aucune des réponses données par Nolan n'a de sens. Sa voix ne parvient pas à le tirer de ses cauchemars, pas plus qu'elle ne l'apaise. Le gravier amalgamé s'enfonce profondément dans sa chair, sans même qu'il ressente une quelconque douleur.

Soudain, son prénom. Comme une balle fendant les airs.

Les paupières du brun papillonnent. A chaque fois qu'elles se referment, Seito perd l'équilibre. Au bord du gouffre, il sauterait. Il en serait capable. Si cela pouvait soulager l'étudiant, il le ferait. Sans réfléchir outre mesure, il s'élancerait puis disparaîtrait au profit d'une vie bien meilleure à sauver. Plusieurs gouttes de sueur se faufilent le long de son dos, ébranlant l'intégralité de son dos d'un frisson. La liaison est faible mais rétablie. Les mots se percutent alors qu'il cherche la bonne fréquence pour maintenir la connexion.

« N-Nolan. C'est moi, Nolan. Mo... – sérieusement ? – C'est S-Seito. »

La boule de stress dans son ventre grossit, de même que son haptophobie. Mais il doit poursuivre. Alors, une fois de plus, la solution est drastique. Sa lèvre inférieure accueille la morsure électrisante. L'onde de choc se propage jusqu'aux synapses de son cerveau paralysé. Quoi dire pour raffermir ce lien ténu ? Quoi faire pour éradiquer toute nouvelle divagation ? Aucun savoir à ce sujet n'est disponible dans sa base de données. C'est pourquoi il ne trouve rien de mieux à faire que d'aller dans le sens des balbutiements de Nolan.

« Si... si tu v-veux recommencer, f-faut que- que tu gardes les yeux ouverts. D-d'accord ? »

Il relève la tête et croise le regard de plusieurs silhouettes arrêtées non loin. D'ailleurs, l'une d'elles semble se mettre en marche et venir dans leur direction. Il évince cette information pour revenir porter son attention sur le français.

« T-tu vas être sur pieds dans pas longtemps. M-mais, p-pour ça, garde les yeux ouverts. Et p-parle-moi. T-u veux bien faire ça p-pour moi ? »

Sa voix s'étrangle dans sa gorge. Le japonais est surpris par une larme qui roule allégrement le long de sa joue. Il la chasse avec animosité. Les tremblements ne s'estompent pas. Les bruits de pas, par contre, se rapprochent.




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Mar 19 Juil 2022 - 20:07

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo


Je l’entends. Mais si loin. Comme au fond d’un gouffre avec son visage si éloigné du mien. J’ai du mal à me rapprocher, l’entendre plus fort qu’un murmure étouffé par le bourdonnement dans mes oreilles. Pourtant, au fil des secondes j’ai de nouveau conscience de mon corps au sol. Et surtout, du frisson glacial qui me parcours. Impossible de retrouver ma chaleur corporel, l’impression d’être passé sous un jet d’eau glacée.

« F-froid... »

Je grelotte sous un soleil de plomb. Rien n’a de sens dans cette scène, pas plus que celle qui me reste toujours en tête et me harcèle. Le sol qui m’aspire dans ses entrailles et refuse de me libérer, de me laisser finir ma course. Mais je l’entends encore. Un peu de chaleur qui me donne la force de m’accrocher au bord même si tout mon être replongerait bien une seconde fois dans les abîmes. Je vais recommencer, oui je vais y arriver...

« Ou-ouverts... O-oui... »

Mais Seito s’éloigne encore de moi. Ma vue se trouble, mon champ de vision rétrécie. Pourquoi, pourquoi il s’éloigne ? Ou est-ce que c’est moi qui... Je dois dire quelque chose, n’importe quoi qui puisse réduire la distance entre nous. Je ne veux pas... Être tout seul... Il est toujours là dans mes oreilles, ça se rapproche !

« T-tu restes a-avec moi...? Y’avais... Y’avais... ! »

J’ai encore du mal à démêler mes délires et la réalité. Ma panique refais surface, ma voix tremble. Si quelqu’un se rapproche de nous, je n’en ai toujours pas conscience. Tout ce que je souhaite, c’est que Seito ne s’en aille pas.


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Mer 20 Juil 2022 - 0:04
MERCREDI 27 SEPTEMBRE 2017



Acquiescer ne suffit pas à convaincre Seito de la réussite de son entreprise. La bouée qu'il a lancée aurait pu être efficace si la trajectoire avait été plus étudiée. Ballotté par les vagues qui l'encerclent, il se sent si petit sur son radeau de fortune. A mesure que les syllabes s'échouent, décousues, entre les lèvres de l'étudiant, ses forces l'abandonnent. Il n'est pas de taille à affronter cette tempête. Bien que volontaire au départ, il craint soudain la tasse de trop et se recroqueville au milieu, tentant vainement de maintenir l'équilibre précaire sur ces planches vermoulues. Bêtement, il lève les yeux quand Nolan mentionne avoir froid. Le ciel est d'un bleu éclatant, pas un nuage pour dévier les rayons insolents du soleil. Et cela l'angoisse comme jamais, comme une ultime confirmation que le monde s'écroule sous ses pieds et qu'il n'est pas apte à empêcher quoi que ce soit.

Incapable.

Son dos s'affaisse. Les paumes de ses deux mains, ancrées fermement sur le sol, contiennent les tremblements qui le soulèvent. Il aimerait conforter son ami, mais comment le pourrait-il alors que lui-même se noie ? Le réchauffer de ses mains est une idée consternante à ses yeux car il ne s'en sent tout bonnement pas capable. Il se mordrait la lèvre une vingtaine de fois qu'il ne trouverait pas le courage de s'y essayer. Pire, il ne parvient pas à répondre à son Rinbo alors qu'il requiert sa présence. La tête au bord de l'implosion, ses iris vibrent sous le poids de l'émotion qui l'engloutit.

« Tout va bien ici ? »

La voix le fait sursauter violemment. Seito redresse la tête, affolé, et pose un regard perdu sur une grande brune. Il devrait être soulagé par sa présence providentielle mais il n'en est rien. Plutôt que de la couvrir de louanges, il gaspille sa salive en de stériles reproches :

« Parce que ça a l'air d'aller bien selon toi ? T'es aveugle ou quoi ?! Ça va PAS DU TOUT. Il va pas bien, il délire à moitié et je sais pas quoi faire ! Et toi, tu me demandes si ÇA VA BIEN ?! Il a fait un putain de malaise, c'est OK selon toi  ÇA ? Tu v... »

Seito aurait pu continuer un long moment ainsi si la jeune femme ne s'était pas montrée d'une fermeté implacable pour le faire taire.

« WOW WOW ! Tu t'calmes tout d'suite. Depuis combien de temps il est comme ça ? »

Il la regarde, hagard. Parce qu'il n'en sait fichtre rien. Ce qui est ennuyeux, en plus d'être drôlement humiliant. Surtout quand elle le presse pour obtenir une réponse au plus vite.

« EH OH, ici la Terre ! Il est comme ça depuis combien de temps ? C'est toi qui l'a mis dans cette position ? »
« Je... je sais pas. Cinq, dix minutes... pas plus. Il est tombé contre le sol, sur le ventre alors o-ouais, j'l'ai mis comme ça pour pas qu'il avale sa langue ou j'sais pas trop quoi. »

Elle doit sûrement avoir remarqué ses tremblements incessants et, plutôt que de s'en moquer, elle se veut rassurante.

« C'est un bon réflexe, t'as bien fait. Maint'nant, on va lui surélever les jambes. Et il sue pas mal alors tu... tu le connais bien ? »
« O-oui, pourquoi ? »
« Parce que tu vas aller dans les vestiaires et trouver son sac. Il doit bien avoir un t-shirt qui traîne dedans. Tu l'imbibes d'eau bien fraîche et tu reviens, d'accord ? »

L'adolescent offre son sac pour surélever les jambes de Nolan puis s'empresse d'exécuter la demande de la brune. Elle semble s'y connaître en la matière et il serait idiot de mettre la vie de son Rinbo en péril en s'offusquant d'être dirigé de la sorte. C'est le cœur battant à mille à l'heure qu'il s'engouffre dans les vestiaires, fouille dans le sac, y déniche un t-shirt, l'asperge copieusement d'eau et revient auprès du patient mal en point. S'accroupissant près de la jeune femme, il lui tend le linge mouillé.

« Mets-lui sur la tête. Il s'appelle comment au fait ? »
« Nolan. »

Amorçant un geste vers sa tête pour déposer le t-shirt sur son front, son regard s'arrête subitement sur un détail insignifiant en soi mais qui, aux yeux de Seito, lui fait l'effet d'un seau d'eau glacée sur la tête.

« Bon, tu te décides à lui mettre ou bien ? Nolan, tu m'entends ? Serre-moi la main si c'est le cas. »

Seito finit par agir et plaque avec douceur le linge frais sur le front du français. Aussitôt, son regard revient se braquer sur LE problème. Il aurait dû en être capable. Il aurait dû se faire violence. Ses molaires pressent joyeusement l'intérieur de sa joue alors qu'il constate la simplicité écœurante avec laquelle la jeune femme a saisi la main de Nolan dans la sienne.




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Ven 22 Juil 2022 - 22:00

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo


Pourquoi rien ne se passe ? Pourquoi plus aucun son ne m’atteint ? Je sombre encore ça doit être ça. Pourtant, le soleil m’agresse toujours la rétine quand j’entre-ouvre les yeux. J’ai toujours froid, pourquoi tu ne m’aides pas Rinbo ? J’ai les yeux ouverts comme tu m’as dis, et c’est dur de ne pas les refermer. Encore plus s’il n’y a plus rien pour m’aider.

« Tu res-tes, he-hein ? »

Est-ce que je suis sourds ou c’est toi qui me laisse tomber ? Non, je dois être sourds, tu ferais pas ça. M*rde, j’ai pris un coup à la tête ? Je ne ressens aucune douleur mais j’ai déjà du mal à reprendre mes esprits alors c’est peut-être la raison. Je n’entends rien, pourtant je te vois, j’ai du mal à dire si tes lèvres bougent. Je n’entends...

« Tout va bien ici ? »

Que... Une autre voix ? La surprise me réveille encore un peu plus. Ca me revient. Je ne me sentais pas très bien et me suis effondré avant que Seito n’arrive. Mais alors, mes oreilles vont bien. Pourquoi il ne me dit rien ? Je ne comprends pas... C’est seulement quand il se met à crier que je grimace. Je voudrais lui crier de baisser le son mais je ne parviens qu’à gémir et grimacer. Pourquoi est-ce qu’il préfère gueuler sur cette personne qui débarque plutôt que me répondre à moi ? J’ai beau capter les mots qui sortent, comprendre qu’il s’inquiète pour moi... Rah je sais pas, trop fatigué pour réfléchir.

Ils parlent tous les deux. Leur échange m’aide petit à petit à revenir à la surface. Quel con... Tomber comme ça juste avec un échauffement. J’ai encore froid et des frissons désagréables. On me touche les jambes pour les surélever. J’sais plus trop à quoi ça sert de faire ça. Une histoire de cerveau quelque chose... C’est sûrement pour ça que le mien est super lent. J’ai du mal à former une phrase même si je veux parler.

P*tain mais c’est froid ! Je suis déjà gelé, pourquoi ?! Je secoue la tête pour enlever ce truc qui m’aide pas du tout. En plus de pas me répondre, il faut qu’il me fasse grelotter. J’comprends rien à ce qui lui prends ! Il n’y a qu’une main chaude dans la mienne qui me calme un peu. J’entends. Je serre.

« J’veux... Lever... »
« Non, ne bouges pas Nolan ! »
« Ca va... »

Ca va j'ai dis ! Elle insiste, ça me gonfle ! J’en ai marre d’être allongé, de ne rien contrôler, d’être comme un chiffon. J’essaie de pousser sur mes bras pour me redresser. J’ai l’impression de peser une tonne, c’est dur, j’y arrive pas.

« Aide-moi... »

Cette fois j’arrive enfin à regarder Seito dans les yeux. Avec un mélange de détresse, mêlée à de l’agacement et de l’incompréhension. J’ai bien entendu qu’il m’a bougé tout à l’heure, alors pourquoi maintenant il me regarde sans rien faire ?!


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Sam 23 Juil 2022 - 21:38
MERCREDI 27 SEPTEMBRE 2017



Quelque chose ne va pas chez toi. Tous ces gens ont placé tant d'espoir en ta pauvre personne. A tort, tu le sais bien. Et pourtant, tu te persuades encore que tu en es capable, que tu peux éradiquer d'un claquement de doigts ta vraie nature. Ne te cache pas de moi, idiot. Moi, ta conscience, te connais par cœur et ne suis en aucun cas étonnée par ta lâcheté déshonorante et cette honteuse trahison. Car c'est de cela qu'il s'agit en vérité. Une terrible et impardonnable trahison. Nolan ne te surnommera plus jamais Rinbo. Tu as trahi sa confiance dès l'instant où tu as pris du recul. Et pourquoi ? Parce que tu te caches derrière un masque, constamment. Et derrière ce masque, un autre masque. Tu fais tout pour que les autres ne trouvent jamais le vrai toi. Te connaît-il vraiment ? J'en doute. Pas foutu de sociabiliser convenablement, tu préfères poignarder dans le dos ceux qui t'accordent de l'attention. Pourtant, c'est ce que tu recherches. Tu te crois supérieur à toutes ces effusions mais ce n'est qu'un odieux mensonge. En secret, tu te morfonds de tels échanges. Tu espères, au plus profond de toi, qu'un jour, toi aussi, tu auras le droit à toute cette attention. Sans te rendre compte que c'est précisément ce que peut te donner Nolan. Si seulement tu parvenais à lui tendre la main. A l'aider comme il le demande. Non. Il ne te le demande pas. C'est pire. Il te supplie. Regarde-le, regarde ce visage implorant. Vois ce que tu rejettes en bloc, ce à quoi tu te refuses sans réfléchir aux conséquences de tes actes, ce dont tu te protèges derrière des raisons dépassées. Que dirait le psychologue s'il savait le dégoût qui te traverse quand un être te touche ? Il rirait sûrement de toi, te jugeant inapte à vivre parmi les autres. Oh, ne t'en fais, je sais ce que tu penses. Que tu le mériterais. Qu'il y a bien longtemps que tu te questionnes sur ta place dans cette société, après que ta place dans le foyer familial ait été remis en question. Avec toi, c'est toujours la même rengaine. Tu fuis puis tu te caches. Puis tu reviens, la queue entre les jambes, plus endommagé que jamais. Fort heureusement, tu ne cherches plus l'approbation de qui que ce soit. Tu te détruis en connaissance de cause et tu te fiches que personne ne s'en soucie. Tout du moins, c'est ce que tu te répètes. Quelqu'un le ferait que tu n'y prêterais pas attention car cela n'est pas une éventualité que tu es apte à prendre en considération. Mais à mesure que tu te renfermes, tu ne sembles pas remarquer le regard désespéré de certains compagnons de route. Demain déjà, ils ne seront plus à tes côtés car tu leur auras démontré, à grand renfort d'inactivité, que présent ou non, il n'y a aucune foutue différence. Être passif est un de tes plus grands tours. Dans ton précédent lycée déjà, tu l'as expérimenté et comme cela a porté ses fruits, tu t'es dit pourquoi pas l'adopter en tant que mécanisme de défense ultime. Mais dis-moi, Nolan méritait-il ta méfiance ? Ne t'a-t-il pas prouvé, à plusieurs reprises, qu'il valait la peine ? Ne désirais-tu pas approfondir cette relation, malgré ton absence de connaissances en la matière ? Et puis, quoi ? Tu as pris peur. Tu t'es sûrement dit qu'il était devenu difficile de naviguer alors qu'aucune carte ne te correspond. Et que, si le bateau prend l'eau, toi, pauvre nageur que tu es, allait couler à pic. Tu peux te sentir répugnant. Je ne retiendrais aucune sombre pensée. En cet instant, tu as besoin de ressentir ce dégoût te parcourir les veines et empoisonner ton sang. Prendre conscience de tes faiblesses aurait dû te rendre plus fort. Et pourtant tu persistes à hurler que tu n'as pas choisi d'être celui que tu es. Nolan a raison, personne ne peut et ne doit te faire confiance. Tu n'as rien dont tu peux être fier. Et, bien que tu étais fier de cette amitié que tu as construite, tu ne t'en sens pas digne. En a-t-il déjà été le cas ?

« Ton pote est encore plus cassé que toi. J'vous emmène tous les deux à l'infirmerie. »

Je contrôle ton corps pendant que tu te tais. Un silence de mort qui n'augure rien de bon. Les racines sont les premières à pourrir. Ton regard vide n'a aucune emprise sur la réalité qui t'entoure. Tu sais, celle où ton ami galère à marcher, supporté par cette inconnue qui te fait des œillades préoccupées parce que tes mains fourmillent toujours de tremblements dont je ne connais pas moi-même l'origine. Le tronc se désagrège progressivement, l'écorce s'effrite à chacun de tes pas. L'infirmerie semble être à des kilomètres, mais tu pourrais bien marcher des heures durant que tu ne t'en apercevrais pas. Car au lieu de ça, tu es pris dans une tornade de pensées où je ne me risquerai pas à pénétrer. Mais toi, tu te tiens en plein milieu. Je te croirai inconscient si je ne savais pas ce qui te traverse à l'heure actuelle. Le trou noir dans ta poitrine aspire tout ce qui s'apparente à du bonheur et te renvoie à un état de désolation proche de l'absolution. Tu le sais car tu l'as lu dans Dune. La peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale. Sauf que toi, tu as beau connaître la peur, tu choisis de ne pas l'affronter. Tu la laisses te dévorer vivant. Point de douleur sur ton visage, tu subis les morsures sans sourciller. A force de te mordre l'intérieur de la joue, un goût métallique attaque ton palais. Une branche craque, suivie de près par une seconde. L'infirmière vous accueille, tu ne la calcules pas. Tes yeux ne voient plus, tu n'es qu'une coquille vide que je pilote sans parvenir à t'atteindre. Tandis que Nolan est pris en charge, un autre membre du personnel prend le relais. Les questions s'affichent dans ton esprit mais ne passent pas la barrière de ta raison. Alors que les gestes... La personne te saisit les mains et tu te consumes. Avec une force insoupçonnée, tu t'arraches à cette emprise et te relèves du lit où l'on t'avait assis, comme monté sur un ressort. Tes yeux lancent des éclairs.

« Me touchez pas. Occupez-vous de Nolan plutôt. » t'entends-tu ordonner.

Un rideau te sépare du lit où Nolan a été allongé. Ton regard glisse dessus, ton cœur se serre, mais ta décision est prise. Tu ne prends même pas la peine de me consulter. Tu as décidé de n'en faire qu'à ta tête. Je te croyais plus réfléchi, comme quoi... tout le monde peut se tromper, à commencer par ta propre conscience. Les feuilles se désaturent, l'une après l'autre, puis se détachent mollement. Pour masquer les picotements qui affluent le long de tes doigts, tu les fourres dans les poches de ton jean, après avoir saisi ton sac à dos, et tu sors de l'infirmerie. Toi et moi, nous refusions de croire qu'un tel monstre existait en toi. Et nous savions, tu as toujours su, qu'à la fin tu en serais désolé. Et c'est tout ce que tu es à présent, et tout ce que tu peux être, désolé.




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Dim 24 Juil 2022 - 0:24

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo


Plus cassé que moi ? Comment il pourrait être plus cassé que moi ?! C’est moi qui ait fait un malaise ! Moi qui ait besoin de lui ! Moi qu’il laisse tomber ! Faut croire que «Rinbo pour toujours» c’était que des p*tains de paroles en l’air ! Normalement c’est pas c’qu'on se dit à la fin de l’école, soit-disant qu’on aurait grandit, excuse de m*rde mais c’est pas maintenant que ça devait arriver !

Je détourne mes yeux de Seito parce que ma colère commence à monter. J’en veux pas de son aide à elle, je veux qu’il m’aide lui ! Mais c’est trop demander. J’comprends pas, j’comprends pas son problème ! Pourtant j’fais tout pour le comprendre, tout pour qu’il voit qu’il peut avoir confiance en moi, mais en fait, est-ce que moi je peux avoir confiance en lui au final ? Je ne peux déjà pas faire confiance à mon corps... J’ai les larmes qui me montent aux yeux mais je refuse qu’elles coulent. Pas alors que c’est déjà assez humiliant d’être emmené à l’infirmerie en claudiquant. Et lui qui ne dit toujours rien, pourtant il ose toujours marcher près de moi... Je n’arrive même pas à parler alors que j’ai envie de lui gueuler dessus. J’ai plus la force, ma tête tourne, j’ai la nausée...

On arrive à l’infirmerie, je le sais parce qu’il y a cette odeur de désinfectant qui me prend aux narines et me donnent un haut-le-cœur. On s’assure que je ne compte pas vomir. Non ça va, il me reste encore un peu de dignité après m’être vautré et fait trahir... Oui, je le vis vraiment comme une trahison, je l’ai appelé deux fois, je lui ai demandé de m’aider et c’est comme si je n'étais rien du tout !

Le pire c’est qu’il préfère encore parler à des inconnus plutôt qu’à moi. J’ai la tête trop en vrac pour essayer de me mettre à sa place et faire l’effort de comprendre ce qui lui traverse la caboche. J’ai trop mal à chaque muscle qu’on me touche sur le lit de l’infirmerie. Ça fait trop d’un coup... Ça fait trop de l’entendre partir sans même se demander si je vais un peu mieux, même pas l’ombre de sa tête à travers le rideau, même pas un œil qui dépasse alors que jusqu'au bout j'y crois encore, qu'il fera marche arrière. Donc je suis une m*rde pour lui aussi, qui veut encore coacher un incapable comme moi, hein... ? Roulé en boule, j’écrase l’oreiller sur ma tête pour pleurer sans qu’on me voit.

Je ne vois pas le regard triste de l’infirmière sur moi qui fait semblant de ne pas m’entendre renifler. Est-ce que c’est déjà la fin des Rinbo ? Mon père m’a dit un jour que les amitiés trop intenses ne duraient jamais bien longtemps... Je crois mieux comprendre ce qu’il voulait dire...


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Dim 24 Juil 2022 - 21:30
VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017 - VERS 20H30



L'heure n'a pas d'importance. Il est déjà trop tard. Les morceaux de leur amitié gisent sur le goudron de la piste d'athlétisme. Le vent a dû les emporter. Ou peut-être ont-ils fini à la poubelle, balayés par le gardien du parc. Des résidus ont parsemé le sol à présent immaculé de l'infirmerie. Puis il en a répandu sur son sillage. Jusque devant la porte de la chambre U-104.

Nolan a dû tirer un trait sur leur amitié. Le voir ne ferait que raviver cette trahison. Alors pourquoi ? Pourquoi vient-il si tard ? La cruauté l'aurait-il avili au point de souhaiter faire face à la faiblesse de son camarade ? Ses parents ne lui ont-ils donc rien appris ? La vraie politesse est d'arriver à l'heure chez ceux qui vous convient. Cela est d'autant plus vrai lorsque le temps vous presse. Les bras le long du corps, il regarde cette porte sans vraiment la voir.

Deux jours que la culpabilité le ronge. Deux nuits d'insomnie à revivre l'événement. A jamais bloqué dans cette boucle temporelle où la tristesse puise sa force. Éreinté par ce mois de septembre qui l'écrase et transperce sa bulle d'adolescent immature. Le cœur au bord des lèvres, il respire calmement. Derrière cette porte réside une tempête qu'il se doit de confronter. Demander des nouvelles ne suffit pas, il lui faut aller sur le terrain lui-même pour constater l'ampleur des dégâts. Seulement alors pourra-t-il en tirer les conclusions nécessaires. Celles qui, très certainement, remettront en question le fondement-même de son existence. Bien qu'il redoute la sentence, il ne la contestera pas. Quand bien même il écoperait de la peine de mort, il accepterait son sort.

Seito toque à la porte, deux coups nets. Puis l'entrouvre, prêt à affronter son destin.

Son regard balaie la chambre du regard alors qu'il referme doucement la porte derrière lui. Nul besoin d'échappatoire, Nolan saura quoi faire de lui. D'ailleurs, ses yeux se posent finalement sur lui, sur son corps allongé sur le lit. Seito déglutit difficilement.

Il s'approche lentement du chevet de son ami. Et c'est plus lentement encore que, tête baissée, il s'agenouille par terre, les fesses contre les talons. Ses mains bandées viennent se placer de part et d'autre de son visage, puis il complète sa posture en posant son front contre le sol. Le dogeza ne serait pas complet sans une excuse formelle digne de ce nom.

« Moushiwake-gozaimasen.* »

Sa conscience pose un regard impartial sur sa frêle silhouette. L'esprit vide, il patiente. Ses phalanges se crispent sous les bandages.


*Aucune excuse ne peut justifier mon comportement et je m’en excuse.




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Dim 24 Juil 2022 - 22:29

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo


Ça fait deux jours... Deux jours que deux combats me pourrissent le moral. Mes courbatures qui font d’une simple douche et le simple fait de s’habiller un calvaire, mes pensées qui tournent en rond... J’oublie les JO, je suis naze, Seito m’a lâché, j’oublie les JO, je suis vraiment nul, Seito m’a laissé tout seul, j’oublie les JO, je méritais peut-être qu’il me laisse, tellement j’en vaux pas la peine. Et ça tourne et ça tourne, même si ça n’a aucun sens, même si ça prend des proportions démesurées sous mon crâne, je n’arrive pas à stopper le flux.

Je n’ai eu un répit, enfin... Pas dès le début, que quand Riku est arrivée, qu’elle m’a aussi bien bousculé mais... On s’est embrassés... Je l’ai embrassé... Quand j’étouffe sous les draps, j’y pense et ça va un peu mieux... Comme un poids qui se retire de ma poitrine.

Il n’empêche que ça fait deux jours, et la seule personne dont le nom ne s’est toujours pas affiché sur mon téléphone, c’est celui que j’ai prononcé pour la première fois dans un moment misérable. Quand je pense à tout ce qu’on s’est dit, quand je pense que j’étais naïvement convaincu que si je tombais il me rattraperait. J’ai été con ! Me remémorer mon premier baiser n’est pas un moyen assez puissant pour m’empêcher de pleurer quand toutes nos discussions s’enchaînent dans ma tête.

Depuis mercredi, je ne mange rien le soir et reste enfermé. J’ai même du mal à jouer avec mes cochons d’Indes, heureusement qu’Orion les aime beaucoup. Ce soir ne fait pas exception. Sauf que deux coups sur la porte me font sursauter. Sûrement qu’on vient prendre de mes nouvelles. Je marmonne un «entrez» et me contente de m’allonger de l’autre côté pour faire face à... Oh m*rde. Il n’aurait pas pu prévenir ?! Je... J’suis pas prêt à... P*tain... Il n’y a que de la colère que mes yeux expriment, à défaut de pouvoir parler. Jusqu’à ce qu’il s’approche, s’agenouille devant mon lit sans rien dire, qu’est-ce qu’il a aux mains ? C’est en les voyant que je retrouve mes mots.

« Qu’est-ce... »

Non, ce n’est pas le moment pour me soucier de ses mains bandées. Je ne pense pas qu’il mérite que je m’épanche sur ce qui a pu lui arriver pour l’instant. Ah ah, bien tenter Nolan, de vouloir te convaincre que tu t’en fiche complètement. J’ai du mal à savoir ce que je ressens à ses excuses. Elles sont sincères je n’en doute pas. Il n’y a pas de formes qui puissent l’être plus. Mais... L’amertume est toujours là. Finalement qu’il se contente de ça me tape sur les nerfs. Se mettre à genoux ça ne suffit pas ! Je m’en fous même ! Les mots c’est... Ce sont que des mots, sans aucune valeur !

« Tu t’excuses de quoi, de m’avoir ignoré trois fois, de m’avoir abandonné à l’infirmerie, d’avoir fait silence radio pendant deux jours, de ne pas avoir été un ami en fait ? Ouais y’a de quoi. »

On est censés être un duo et se soutenir, pas se planter des couteaux dans le dos. Pas se retourner et voir qu’on est tout seul dans le moment le plus dur.

« Et après Seito ? »

Un neurone isolé a soumis l’idée de l’appeler Rinbo, mais il n’y a pas de Rinbo qui soit en face de moi pour le moment. Oui, pour le moment. Car malgré le fait que je lui en veuille énormément, je n’ai pas encore décidé de tirer un trait sur lui. Ou plutôt, j’en ai pas la force.

« «Oui je suis là», c’était tellement dur à dire ! Par contre gueuler sur une pauvre fille qui n’y est pour rien, ça t’as su faire ! Mais me répondre c’était au-dessus d’tes forces ! Paraît que t’étais plus cassé que moi ! C’est pour ça que t’es là, faut que je te répare ? Et le pire dans tout ça, c’est que j’me retiens de te demander ce que t’as aux mains alors que c’est la première chose qui m’est venue à l’esprit ! »

Alors que ça devrait être le cadet de mes soucis. Lâcher tout ça m’a essoufflé, je ne me suis même pas rendu compte de m’être assis en face de lui sur mon lit. Pour évacuer le reste de ma colère je serre mon drap entre mes doigts à m’en faire mal.


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Lun 25 Juil 2022 - 0:30
VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017 - VERS 20H30



Prosterné devant Nolan, le japonais aspire à la rédemption. Il craint cependant que ce dogeza, bien que sincère, ne soit pas assez pour réparer les fautes graves qu'il a commises. Mais c'est là où le bas blesse. Il n'a absolument aucune idée de quoi faire exactement pour se faire pardonner. Pire encore, il n'est pas certain qu'il soit possible de faire quoi que ce soit pour sauver ce qu'il a sauvagement cassé. Son honneur est entaché à jamais par cet acte de haute trahison. La moindre parcelle de son corps se soumet à son jugement. Alors, quand la foudre s'abat sur lui, il devrait y être préparé mais, en vérité, il est tout bonnement impossible d'anticiper cette colère qui le foudroie sur place. Son front s'écrase plus fortement contre le sol à mesure que Nolan énumère les crimes qui lui sont reprochés. La liste est longue et son contenu empire crescendo, jusqu'au final, éblouissant de véracité au point de lui crever le cœur. Ses yeux se ferment, ses paupières se crispent, au même titre que ses doigts qui cherchent appui dans cette réalité qui se désagrège.

Et après ?

Rien. Le vide, immuable, intangible, infini. Du noir à perte de vue, débilitant, angoissant, claustrophobe. Et la peur qui grandit, imperturbable, disproportionnée, persistante. Son prénom lui fait l'effet d'une douche froide. Il en avait presque oublié son existence tant il est courant entre eux de se surnommer. Mais il a perdu ce droit, c'est la première sentence d'une longue lignée. Et déjà son cœur se comprime. Ses paupières se serrent d'avantage, de même que ses paumes se plaquent désespérément contre le sol. Maintenant qu'il a vécu le craquement de la plaque tectonique, il va en subir le tsunami. Et rien qu'au démarrage, il sait qu'aucune bouée ne pourrait le sauver de la vague qui va s'abattre sur sa tête dans quelques secondes à peine. Cependant, il ne bronche pas. Accepter ce jugement est une preuve de maturité qu'il compte bien tenir. La vague se rapproche, dévastatrice, ahurissante, assourdissante. Il se recroqueville au sol et retient sa respiration.

Ses mains ?

Ah, les bandages. Difficile de passer inaperçu. Pourtant, ce n'est clairement pas le sujet du procès. Il les ramène vers lui et pose son front dessus. Comme si cela allait faire disparaître la partie extérieure du problème en un tour de magie habile. Le suspect ne devrait jamais parler sans la présence de son avocat, mais dans ce procès, la procédure habituelle n'a pas lieu d'être. Nolan peut être le juge, le jury et le bourreau. Cependant, il sent bien que son tour est venu de parler. Sa voix est rauque quand il y parvient, trop longtemps enfouie tout au fond de sa gorge, étranglée par cette douleur qui le cloue au sol.

« Je- J'aimerais te dire que je suis pas un conn*rd. J'aimerais te faire croire que c'que j'ai fait, c'était pas vraiment moi. Mais rien de tout c'que je dirais pourra retirer le fait que je- j'ai pas... – bordel, les mots refusent de sortir – j'aurais dû t'aider, je voulais t'aider, je le voulais tellement mais j'ai tellement paniqué. J'ai cru que t'allais crever, que j'te reverrai plus jamais. Et j'ai juste... je sais pas, j'étais plus là. Q-quand mes mains ont voulu... te-te t-toucher, j'ai pas pu. P-parce que les contacts ça... – p*tain, comme c'est dur de l'avouer – ça me fait flipper. Et l-là, j'ai eu si peur q-que je... »

Ses doigts se serrent dans ses poings, rouvrant sûrement les plaies à vif. Il reprend, plus décousu que jamais.

« J-je sais que c'est pas une excuse. J'aurais dû rester à l'infirmerie mais j'avais tellement servi à rien sur le terrain que je voyais pas c'que j'pouvais bien faire à part te foutre encore plus le seum parce que... P*tain, j'me dégoûte. Et si j't'ai pas envoyé de message après, c-c'est parce que j'm'en voulais à mort. Et j-j'ai cru que tu voudrais plus jamais me voir... et t-t'aurais raison... Je mérite pas. Je suis tellement désolé, tellement désolé. »

Les larmes franchissent la barrière de ses paupières closes et clôturent son infâme plaidoirie.




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Lun 25 Juil 2022 - 16:12

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo


Seito a conscience de tout ce que j’énumère. Je le sais parfaitement. Pourtant, je ne peux pas m’empêcher de le verbaliser. Comme si le dire gravait d’autant plus le problème dans sa peau. C’est malsain mais sur le coup, j’ai besoin qu’il ressente ce que j’ai ressenti en l’entendant s’en aller sans un mot. S’il me laisse tomber dans un moment pareil...

Malgré tout, j’ai du mal à supporter la vision sous mes yeux. J’ai envie qu’il se relève, je ne veux pas qu’il se prosterne devant moi. Tout ce qui m’importe c’est de savoir pourquoi il a eu cette réaction. Et p*tain sa voix c’est comme un pieu en plein cœur. Je déteste le voir aussi mal. C’est tellement contradictoire. A chaque mot que Seito prononce je n’ai qu’une envie, quitter mon lit pour le prendre dans mes bras, alors qu’à la minute précédente ça aurait plutôt été de lui mettre une baffe.

Tout ce qu’il me dit, c’est l’une des raisons pour laquelle je crois que je ne pourrais jamais m’éloigner de lui. J’ai conscience que Seito essaie constamment, à longueur de temps, d’avoir les bonnes réactions. Mais je ne me doutais pas que c’était à ce point ! c’est vrai, j’étais persuadé qu’il n’aurait aucun mal à être en contact avec moi si j’étais en danger ! Mais même là... Même là... C’est difficile pour moi d’emmagasiner cette réalité.

Mon cœur tambourine dans ma poitrine à cause du trop plein d’émotions. Il me donne des nausées à frapper contre mes tempes. Ce que tu aurais pu faire ? Juste rester avec moi m*rde ! Je plaque mes mains sur mon visage et essaie de me calmer. Impossible. Ma colère, un lointain souvenir. Je peux pas. Je peux pas rester en colère contre lui quand il me déballe tout ça, quand il pleure devant moi de cette manière.

Je comprends qu’imaginer qu’il ait voulu m’abandonner était stupide, même si en effet ça n’excuse rien. J’ai cru bêtement que nos conversations sans grandes prises de risque allaient parvenir à briser la glace, grosse erreur. J’ai cru que je n’aurais qu’à le laisser s’ouvrir au fur et à mesure, parce qu’il finirait bien par le faire de lui-même, n’est-ce pas ? Seconde grosse erreur.

Rinbo... Tu ne peux pas tout faire tout seul, j’aurais dû le comprendre plus tôt. Être plus attentif. C’est ton mal être qui va tout détruire si on ne t’en empêche pas. Et je refuse que ça arrive. Cet abruti me fait pleurer ! J’ai beaucoup trop pleuré en trois jours, je suis lessivé. J’ai plus envie de.. Prendre des pincettes, à un moment il faut enfoncer les portes.

« Me faudra plus pour que je veuille plus te voir, abruti... Tu sais quoi... »

Lentement je me laisse glisser contre mon lit pour le rejoindre au sol. Encore un coup de poing dans l’estomac de voir son visage baigner de larmes, je ne suis pas dans un meilleur état. Je souffle un bon coup pour relâcher la pression. Complètement inutile mais je grappille deux secondes. Arrête de réfléchir. Placé sur mes genoux, je l’attire vers moi, une main dans son dos, l’autre derrière son épaule. Pas de gestes brusques mais je ne veux pas lui laisser le temps de se défiler.

« Fais-moi juste confiance Rinbo, t’as pas de raison de flipper avec moi... T’as rien à faire, juste ferme les yeux et reste là, avec moi... »

J’ai peur qu’il m’envoie bouler, mes mains tremblent mais c’est à cause de cette p*tain de phobie qu’on en est là ! J’esquisse un mouvement pour l’entourer de mes bras, il pourrait bien s’en défaire, je prie juste pour qu’il ne le fasse pas. J’ai envie qu’il se sente bien avec moi, pas qu’il flippe au point de se comporter comme un lâcheur alors que c’est la dernière chose dont il a envie ! Je comprends qu’il en souffre cent fois plus que moi. Je veux juste lui montrer que je peux être là pour lui même s’il ne s’est pas comporté comme il fallait. Bien qu’on soit loin d’en avoir terminé avec cette histoire, on a tous les deux besoin d’un répit.  


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Mer 27 Juil 2022 - 21:03
VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017 - VERS 20H30



« Tellement désolé. Je suis désolé. Je suis désolé. Je suis désolé. »

A force de répéter ces mots, son souffle s'amenuise. Ses sanglots écorchent sa diction  et cabrent son dos de légers soubresauts. Le mal-être qui l'étouffe empire à chaque coup dur et comprime son cœur de la plus violente des façons. Peu d'air s'infiltre dans ses poumons à chaque respiration, au point que l'anxiété le fait suffoquer. Son corps vibre de cette anormalité qu'il a développé en dépit du bon sens. Comme toujours, son origine est incontestable. La Chose est partout, jusque dans son épiderme. Sa détresse sue par tous les pores et dégouline sur le sol où se glisse soudain une ombre bienveillante.

Seito relève la tête, le regard flouté par les nombreuses larmes qui labourent ses joues. Un sombre désir de disparaître éclaire une des allées peu recommandables de son esprit détraqué. L'ampoule crépite à l'aveu de Nolan, mais cette petite voix dans sa tête l'effraie en évoquant la possibilité qu'il soit en effet capable de pire encore. Sa respiration se hache d'avantage. Il amorce un mouvement de recul, non pas pour éviter l'impensable mais pour préserver le français de son immonde existence. Il n'est cependant pas assez rapide, ses réflexes étant diminués par cette crainte décuplée de ne pas le mériter.

Il n'anticipe pas le choc. Le choc s'impose à lui, irrécusable. Pourtant, c'est avec une douceur sans pareille que les mains de son Rinbo amorcent le contact et que, sans jamais se montrer brusque, son corps se rapproche du sien et l'enlace. En tout simplicité. La déflagration balaie toute parcelle de vie chez Seito. Le souffle coupé, ses yeux s'écarquillent au ralenti. Ses mains campent sur ses positions, indubitablement collées au sol. Alors que son cœur s'affole sous la forme d'un trot soutenu jusqu'à tambouriner dans un galop effréné.

Tout son corps se crispe, à commencer par ses paupières qui ferment boutique ; puis, un à un, ses muscles se tendent, l'emprisonnant dans cette prison de chair qu'il ne connaît que trop bien. Dans sa tête, un feu d'artifices de pensées affolées a fait fuir le conciliabule de la raison qui, sur le départ, a enclenché le mécanisme d'urgence, plus communément appelé vertige. Au fond de sa gorge, une nausée latente l'empêche de formuler le moindre son. Et soudain, ce n'est plus la peur d'être touché qui le paralyse, mais celle d'être bel et bien vivant. Car ressentir si intensément est autant une bénédiction qu'un mauvais sort.

Aux portes de la fuite, son élan est saboté par un souhait. Si fort et si étincelant qu'il éblouit sa peur et entache son jugement. Son corps lui crie de s'éloigner, sa conscience le prie de rester tranquille. Pris entre deux feux, Seito abdique. Sa mâchoire amorce le mouvement en se desserrant lentement, puis ses bras s'amollissent jusqu'à ce que son corps – libéré de son carcan de tissus nerveux – fonde sur celui de Nolan. Son visage rencontre son cou qu'une subtile odeur d'agrumes chatouille. Progressivement, sa tête se vide. Son geste seul en guise d'acquiescement, le japonais se laisse complètement guider par son ami. Épuisé, il s'immerge entre les battements réguliers de son cœur, frappant à l'unisson celui de son Rinbo.




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
A l'université ; 1è année
Nolan Le Lidec
■ Age : 26
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 17/01/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo OmmuPHD Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Qr6I3wv


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Nolan Le Lidec

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Ven 29 Juil 2022 - 20:20

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Ymnz

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ?

Feat Rinbo


Seito répète qu’il est désolé tant de fois qu’il en perd son souffle et ça me fait juste mal au cœur. D’autant plus que je ne vois aucune parole qui pourrait le calmer, le rassurer. Bien sûr que je n’avais pas l’intention de le rayer de ma vie à cause de ce qu’il s’est passé. C’est le simple fait que mon Rinbo s’en soit presque convaincu qui est douloureux. Que je puisse aussi facilement décider de couper notre lien comme s’il ne représentait rien à mes yeux, comme si lui, n’était rien à mes yeux. C’est impensable, sinon je ne lui en voudrais pas. Il n’a tellement pas conscience d’avoir de la valeur pour moi, d’en avoir tout court, ça me tue !

La seule chose claire que je peux faire pour calmer le flot c’est de le prendre dans mes bras, le faire combattre cette peur qui lui met des bâtons dans les roues. Seito est réticent, j’y étais préparé et continue mon geste. Mais sans pour autant le forcer à quoi que ce soit. Au contraire, je veux qu’il comprenne que je ne lui impose rien, qu’il est libre d’accepter ou de refuser catégoriquement.

J’ai réussi à l’avoir contre moi, c’est presque invraisemblable. Pendant deux secondes, je peine même à y croire mais Seito est bien dans mes bras, enfin pas tout à fait. Il est crispé comme s’il subissait la pire agression. Sous le stress, mon cœur n’est pas près de se calmer. Ce serait un accomplissement de parvenir à le mettre en confiance. Doucement, je referme mes bras autour de son corps et me laisse tomber sur les fesses, le dos contre le bord du lit. J’ignore si ce sont mes mots, ma façon de faire ou les deux qui le font peu à peu lâcher prise mais un poids quitte ma poitrine. Seito s’avachit contre moi et je laisse ma tête reposer un peu sur la sienne dans mon cou.

Soulagé d’y être parvenu je lâche un soupire et prend le temps de réaliser. Ça fait longtemps que j’avais envie de faire ça. C’est important pour moi d’avoir une connexion physique avec mes proches, de pouvoir sentir qu’ils sont là et d’être aussi là pour eux. Ses cheveux sentent la menthe, c’est discret mais assez présent pour être apaisant. Son cœur bat si vite que je le sens contre mes doigts. Je ne regrette pas d’avoir osé franchir ce pas. La confiance qu’il place en moi c’est ce que je choisi de retenir par-dessus la reste et à mon tour également de faire en sorte qu’il ne regrette pas de me l’avoir donné. On reste un moment ainsi, sans dire un mot, le temps de s’habituer l’un à l’autre, que nos souffles se synchronisent et que nos cœurs retrouvent un rythme normal. Je murmure comme si parler trop fort pourrait briser la bulle.

« Rinbo... Qu’est-ce que tu t’es fais aux mains ? Et... J’aimerais comprendre pourquoi tu as peur des contacts... Ça fait un moment que j’y pense tu sais, j’ai jamais osé te le demander et... Enfin... Je me demande de plus en plus... Si on t’as fais quelque chose ? »

Les contacts le font flipper... Il n’a pas dit qu’il n’aimait pas ça, il n’a pas dit non plus que ça le dégoûtait, même si de cette manière, mon hypothèse tiendrait toujours. Mais pourquoi, pourquoi ça lui fait carrément peur ? Sa réponse m’effraie tout autant, j’espère grandement me tromper.


---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Nolan%20signa
Japonais #0d4b7a - Français #00cc66 - Espagnol #ff3333 - Anglais #990099
Elève ; en 2ème année
Seito Mori
■ Age : 30
■ Messages : 856
■ Inscrit le : 27/02/2021

■ Mes clubs :
Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo DOAUR5R Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo UvBe1PB Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo 6Wkp4qc


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre/Zone n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Novembre 2016
Seito Mori

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Lun 1 Aoû 2022 - 12:46
VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017 - VERS 20H30



Mayday, mayday. L'astronaute, détaché de sa capsule, tend les bras mais seul le vide glisse entre ses doigts. Le noir l'engloutit à mesure qu'il dérive. Il suffoque dans sa combinaison, épuisant considérablement sa réserve d'oxygène pourtant si précieuse. Le cœur jusque dans les oreilles, il s'agite vers l'inatteignable et s'époumone de ne pas y parvenir. La vitre de son scaphandre s'embue sous les cris de détresse que jamais personne n'entendra. L'espace lui renvoie un silence de mort, vertigineux tant il est effrayant. Le cordon qui le rattachait à la vie subit sa dérive, sauvagement sectionné par une violente secousse. Il finit pas se rendre à l'évidence, la capsule n'étant plus qu'un point dans son champ de vision. Le noir absolu l'absorbe et il ferme les yeux.

Aucun courant ne le chahute. La trajectoire que son corps subit ne saurait être déviée. Son souffle s'est apaisé, préservant les bonbonnes à un niveau faible mais suffisant. Tiré d'un long sommeil par une lumière éclatante, il papillonne des yeux et grimace. Un motif tacheté s'imprime sur ses rétines et s'impose à lui à chaque fois qu'il ferme les yeux. Il se reconnecte tant bien que mal au monde qui l'entoure. Le noir qui l'avait englouti n'est plus qu'un lointain souvenir. Une première planète accroche son regard. Sa surface orangée éclabousse la toile solitaire. Puis une seconde, jaune citron, se glisse dans le tableau. Il observe, chamboulé, cette découverte et inspire profondément. Soudain, l'univers prend vie et s'improvise Jackson Pollock. Les tâches de peinture se transforment une à une en étoiles scintillantes, que sa cornée émerveillée reflète sans discontinuer. L'espace-temps semble lui-même fasciné par cette soudaine démonstration de couleurs car il se distend, entremetteur silencieux de leur étreinte prolongée.

L'astronaute, trop concentré sur ce patchwork endiablé, en oublie l'obscurité. Sa poussée n'a pourtant pas été impactée par ces lumières bigarrées, seulement égayée comme une entracte avant le grand final. Dans son dos, il ne voit pas la mer d'astéroïdes, pas plus qu'il n'anticipe la collision. Ce qui la rend plus impactante quand elle se produit. Ce n'est pas un, mais trois astéroïdes qui réceptionnent son corps amolli. Le score s'affiche en haut de l'écran. La partie de 3D Pinball ne fait que commencer et déjà il en ressent les bleus que les coups auront engendré. Ses doigts tressaillent sur le sol. La première question soulevée le met mal à l'aise, d'autant qu'il se revoit diriger sa haine de soi sur ce crépit délavé. Malgré tout, le simple fait que Nolan emploie leur surnom pour s'adresser à lui le conforte dans l'idée qu'il peut livrer une partie de la réponse.

« J'ai tapé fort jusqu'à c'que ça saigne... jusqu'à c'que ça s'arrête de- de tambouriner dans ma tête. »

Les questions suivantes sont plus délicates, elles demandent un certain doigté pour ne pas s'empêtrer dans une réalité qui le dépasse. Son visage se détache du cou de Nolan – presque à regret est-il forcé de reconnaître – et tout son corps prend du recul. De sa manche, il essuie ses larmes ravageuses et plante ses yeux charbonneux sur son camarade. Leur intensité recèle un secret qu'il n'est pas à même de révéler maintenant. Cependant, il se doit de rétablir un semblant de vérité car il croit entrapercevoir un drame pire encore que celui qu'il vit et ne saurait le digérer.

« Je sais pas à quoi tu penses, mais c'est pas c'que tu crois. »

Il parvient même à esquisser un sourire, tant la supposition de Nolan est incongrue. Pour la suite, il ne maintient pas le contact et son regard se pose sur ses mains triturant les bandages.

« C'est... c'est arrivé comme ça. Ça a pas été d'un coup, mais plus, hum... par étapes. J'm'en suis pas vraiment aperçu jusqu'à c'que... j'me sente vraiment pas bien quand on pose la main sur moi... ou que l'idée de poser la main sur quelqu'un me fasse flipper. Pas juste avec toi, avec tout le monde... »




---------------------------------

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Signature
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo Empty Re: Quel bruit cela fait-il de tout laisser tomber ? ft. Rinbo

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum