Partagez | 
 

 Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Mer 12 Mar 2014 - 20:54

J'aime bien l'été au Japon pour ça. Il fait chaud, il fait beau, y'a du soleil et des nanas dadirl... Oh nan, arrête avec ça Al. T'es ridicule.

Il était à la plage, dans l'eau, tranquille. Il nageait à peine, il se laissait surtout aller avec les vagues qui pour une fois n'étaient pas très fortes. Profiter de la mer, sans vraiment faire de sport, de temps en temps c'était agréable aussi. Bizarrement son frère n'avait pas trop forcé pour l'accompagner et avait préféré rester tranquille pour lire son livre. Soit il était vraiment passionnant, soit il avait peur de l’abîmer en venant ici, soit... Mh, nan, pas de raison valable. Mais bref. Au moins il n'avait pas le regard d'Alessio sur lui et pouvait faire ce que bon lui semblait. Pourquoi ne pas en profiter ?..
Se redressant légèrement, il observa la plage et la mer quasiment désertes, à la recherche de quelques belles créatures. Il y en avait quelques unes mais toutes étaient accompagnées, handicap gênant. Il en fallait une qui soit seule histoire d'être sûr de pas se manger un pain. Cherchant toujours, les yeux marrons du jeune homme s'arrêtèrent sur une demoiselle en jogging visiblement pas accompagnée, courant tranquillement. Elle devait sans doute profiter de l'heure assez matinale pour ne gêner personne.

Intéressant... Et tant pis si elle est pas en maillot, elle l'a peut-être en dessous... Faut que j'arrive à m'approcher... Mais comment ?

Sa manie de toujours laisser les autres prendre la parole en premier prenait le dessus, comme d'habitude, et il ne voyait pas comment aborder la jeune femme sans paraître... sans paraître trop bizarre disons. Un mot de travers, une phrase toute droit sortie d'un film, et elle se détournerait tout de suite. Cette foutue peur d'avoir un travers au moment fatidique...
Le jeune homme soupira et nagea un peu, essayant de la rattraper à la nage, mais les vagues le gênaient plus qu'il ne le pensait et il n'allait pas aussi vite que prévu. Il sortit de l'eau, jetant un coup d’œil vers ses affaires et regrettant de pas avoir sa serviette vu qu'il avait froid, puis rattrapa la jeune femme en courant un poil plus vite. Il fit son plus beau sourire.

-Il est encore tôt pour faire un jogging nan ?

Superbe entrée. Bravo Al. Ton ironique, sourire à la con, et en train de courir alors que tu es en maillot de bain. Bon, ça va, c'est pas comme si y'avait des canards dessus, il est juste noir, mais bon... T'es pas doué.


Il remarqua soudain quelque chose. Ce profil... Yeux clairs, cheveux bruns, mais surtout il remarqua quelque chose à son poignet. Un tatouage avec ce signe dont il ne savait même pas le nom mais qu'il connaissait. Un regard un peu sur le côté lui apprit qu'elle avait bien des hirondelles sur l'épaule.

-La psy !

Le surveillant se stoppa d'un coup, freinant des talons dans le sable et manquant trébucher. Crédibilité zéro. Génial. Il toussa doucement dans sa main repliée.

-Euh, je voulais dire, bonjour mademoiselle Hevans.

Espérant qu'elle n'ait rien à lui dire aujourd'hui, pas de critique rien. Il avait déjà été pas mal humilié en manquant manger le sable, pas la peine de se faire en plus à moitié engueuler. Quoique la psy n'était pas du genre à engueuler, au pire elle lui dirait simplement de se calmer avec les élèves. Mais bon... Il passa la main dans ses cheveux, cherchant un moyen de couper court à cette entrevue.

-Je reviens je vais acheter des...

Des quoi ? Y'avais pas de marchand dans le coin.

-Nan rien.

Y'a des fois je me rends compte à quel point je m'aime...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Ven 14 Mar 2014 - 2:17

Oh nan pas elle...

Mon Dieu, aujourd'hui je ne voulais pas, je ne pouvais pas, je n'avais pas la motivation pour, c'était inévitable, c'était incontournable mais il le fallait.
En petite tenue devant le miroir, enfermée dans la salle de bain, je m'étais cachée de mes colocataires pour faire le point. La balance était là, devant moi en train de m’appeler. J'osai poser un pied, puis deux, attendant les quelques secondes avant le verdict. L'affichage ne me plaisait guerre... Décidément, j'allais devoir troquer ma panoplie de psychologue par celle de diététicienne et revoit tout ce qui se trouve dans les placards. Depuis que je vis avec deux colocataires, il est devenu difficile de manger sainement. Cela allait changer, finit le chocolat, les bonbons, les pattes et bonjour les légumes, les fruits, les yaourts et barre de céréales.
Mon poids n'était pas non plus un état critique, certes, je n'avais pas à me plaindre ni le besoin de perdre mais comme la plupart des femmes, je faisais une sorte de fixation sur ça, c'était plus fort que moi, c'était une préoccupation qui n'avait pas lieu d'être. Je ne pouvais heureusement pas diagnostiquer ça comme étant un trouble du comportement alimentaire, l'anorexie était loin d'être une pratique convenable pour perdre du poids. Ma méthode était bien mieux : le sport.
Il était encore tôt ce matin, le soleil avait déjà commencé à pointer le bout de son nez. Depuis mon arrivée je n'avais pas eu l'occasion de sortir prendre un grand bol d'air matinal, du coup je jugeais que c'était le bon moment pour aller courir un peu sur le bord des promenades côtières et le longs des plages.

M'enveloppant dans une serviette je sortis de la salle de bain pour aller récupérer mon survêtement posé sur un autre tas de vêtements. Un T-shirt blanc et un short noir convenait parfaitement. J'avais mis en dessous mon maillot de bain. J'attachai ensuite mes cheveux en une couette, enfilai mes baskets puis m'en allai sans m’encombrer de quelconque affaire.

«  Bon, je vous laisse, je reviendrai avant le déjeuné je pense, à tout à l'heure  » criais-je dans l'appartement.

Suzaku était dans sa chambre, occupé à je ne sais quoi, quant à James, plongé dans son bol de céréales il ne me fit qu'un simple geste.
Je roulai les yeux au ciel avant de prendre la porte, laissant derrière moi cette bande de fainéants.

J'avais attendu de me rapprocher de la plage pour commencer à courir une petite heure. Je prenais de temps en temps quelques pauses de trois minutes le temps de me rafraîchir aux fontaines se trouvant sur mon chemin.
Épuisée, je me dirigeai vers une bordure qui séparait le goudron du sable, je l’enjambai, puis me dirigeai plus au milieu pour contempler la mer. De l'autre côté, plus loin se trouvai ma bonne vieille Amérique. Je devenai soudainement nostalgique...
Il y avait très peu de personnes à cette heure-ci. Je respirai un bon coup l'air marin revigorant, puis repris ma route quand j'entendis soudainement une voix d'homme m’interpeller.
Je m'arrêtai un instant pas certaine, pensant que c'était pas pour moi ou que c'était le bruit des vagues qui me jouait des tours. Mais je me retournai tout de même.
Le réflexe était d'ouvrir grand mes yeux, surprise de retrouver un de mes collègues ici qui me reconnu, disant assez fort sur un ton de surprise mon statut professionnel. C'était l'un des deux jumeaux pions, par contre je ne savais si c'était Alessandro ou Alessio.
Je ne comprenais rien à ce qu'il me disait avec son accent italien, il avait l'air juste perdu en ne sachant que faire.

«  Heu, bonjour » fis-je dans l'incompréhension.

J'avais juste l'impression qu'il voulait me fuir, ça ne devait pas être qu'une impression, j’interprétai juste son comportement, mais un psychologue ne repose jamais sur ce genre d'interprétation. Bien que c'était flagrant dans l’immédiat. J'avais l'autre impression d'être la mauvaise personne qu'il voulait voir.  
Je ne me rapprochai pas de lui pour autant. Il était en maillot de bain, c'était suffisamment gênant comme ça.

« Heu, tout va bien ? Je ne pensais pas que j'allai croiser un collègue ici, vous aussi vous êtes venu profiter de la matinée ? » fis-je tout naturellement et avec politesse. Je lui fis un sourire.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Dim 16 Mar 2014 - 19:21

Elle le salua, l'air surprise elle aussi. Sauf qu'elle, elle l'avait reconnu tout de suite. Lui, il était comme un con maintenant. Il passait d'une jambe sur l'autre, ne voyant pas trop quoi dire, puis lorsque la jeune femme prit la parole il esquissa un petit sourire.

-Oui, j'aime beaucoup me baigner le matin... Il n'y a personne et ça fait du bien...

Voyant qu'elle n'avait pas l'air d'avoir quelque chose à lui dire quant à son comportement avec les élèves, le jeune homme se détendit petit à petit en souriant. Autant en profiter pour discuter tranquillement.

-Vous ne voulez pas nager un peu ? Ca détend autant que le... euh... la marche et c'est plus amusant à deux.

Petit temps d'hésitation dans la phrase car il ne trouvait plus le mot mais il s'était rattrapé et tout allait bien. Il passa sa main dans ses cheveux mouillés, remettant sa mèche en place un peu nerveusement. Il était moins stressé que lorsqu'il avait commencé à l'aborder mais il restait toujours mal à l'aise en face des gens, à part son frère. D'ailleurs, la psychologue ne devait pas savoir lequel des deux frères il était. Le jumeau s'excusa donc.

-Oh, au fait, désolé de ne pas avoir prévenu... Je suis Alessandro, pas Alessio.

Quoiqu'en fait il n'aurait peut-être pas dut donner son identité, c'était peut-être pour ça qu'elle ne lui avait encore rien dit. Replaçant encore une fois sa mèche alors que la dose de stress remontait à nouveau, il chercha un moyen de dissiper le silence.

-Par contre je dois rentrer tôt, je dois surveiller les gosses...

Et vas-y, de un on est dimanche, de deux tu lui rappelles que t'es pion histoire d'être bien sûr de recevoir des critiques...

-On est dimanche mais il faut quand même les garder, y'en a qui restent et qui rentrent pas chez eux...

Tu t'enfonces.

-Enfin voilà quoi.

Il détourna le regard, observant la mer pour éviter de croiser celui de la jeune femme. Qu'est-ce qu'il pouvait dire maintenant pour dissiper le malaise qui s'était placé à cause de lui ?

-Vous vous baignez ?

Il avait déjà posé la question mais bon. Si elle lui disait non car elle n'avait pas son maillot, il aurait l'air bien fin. Tant pis. Il avait déjà accumulé les gaffes depuis tout à l'heure. Manquer se vautrer dans le sable, ne pas la reconnaître sur le coup et passer pour un blaireau, ne pas savoir quoi dire... Magnifique palmarès.

Et aussi tu lui as couru après en maillot, heureusement qu'il n'y avait personne d'autre abruti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Dim 16 Mar 2014 - 20:22

Oh nan pas elle...

Il était bien comique comme ça, je pensais même qu'il se traitait de bouffon intérieurement.
Il ne savait pas quoi dire, il laissait quelque courts silences au milieu de ses phrases et j'en déduisais donc que ma présence et que le comique de situation le gênait. Oh je n'allais pas non plus le juger, il voulait draguer mais apparemment je lui en ai coupé l'envie. Je devais le prendre bien ou non...  ? Peu importe, il était un collègue, un pion qui plus est, que je connaissais très peu. Je ne savais pas encore faire la distinction entre lui et son jumeau, heureusement il m’éclaira sur son identité. Alessandro... Je n'avais pas entendu du bien de lui de la part de certains élèves, du moins ils désapprouvaient sa méthode.
La dernière fois je passais devant l'entrée du lycée pour rejoindre l’amphithéâtre où je devais faire cours. J'avais croisé un petit groupe d'élèves qui prenaient une pause cigarette et j'avais entendu une partie de leur conversation disant que ce pion était une brute, un impulsif, qu'il faisait genre, qu'il faisait-ci et puis ça. Ils m'avaient vu passer, puis en me reconnaissant ils m'avaient crié pour rigoler que je devais peut-être lui faire subir mes délires de psychologue en l'hypnotisant et lui donner des calmants...
Je ne pouvais pas m'en tenir qu'à ça, ce n'était que des élèves dont on avait piétiné la fierté en les collant ou je ne sais quoi, leurs mots n'étaient qu'une façon d'extérioriser.
J'aurai pris la décision de le convoquer en entretien uniquement si la direction dont le CPE m'aurait donné la mission. Or ils ne m'avaient pas renseigné sur une quelconque mauvaise conduite.

Il venait de me proposer de me baigner avec lui car soit disant ça sera plus amusant à deux. C'était maladroit comme proposition surtout à nos âges mais pourquoi pas ? J'avais bien envie de piquer une tête dans l'eau fraîche et salée. Toute collante de transpiration je jugeai que c'était une très bonne idée.
Ce qui m’interpellai était le fait qu'il ne resterait pas longtemps à cause des élèves... Nous étions dimanche.
* Il m'a pris pour une cruche née de la dernière pluie ? *
Il préparait sa tentative de fuite le lâche. Mais qu'est-ce que je lui ais fait ? Depuis qu'il m'a vu il se comportait d'une façon bizarre et même carrément lourde, s'il pensait qu'on ne remarquait pas que ça l'emmerdait de me voir il se trompait.

« Laissez-les respirer un peu ces jeunes, ils sont grands et un minimum responsables. Prenez-vous une pause aussi, ça vous fera du bien. C'est un bon dimanche que nous avons là. » Je m’arrêtai un instant puis croisai les bras « Avant tout j'aimerai savoir... vous avez un problème avec moi ? » continuai-je en le fixant d'un regard neutre. Il ne pouvait pas me mentir, on ne me la faisait pas à moi. « Je suis désolée de vous dire ça mais j'ai vraiment l'impression que vous préféreriez déguerpir plutôt que de discuter avec moi. » Je savais qu'il m'avait proposé cette baignade par simple politesse, et je savais également qu'il préférait m'éviter à cause de mon statut professionnel, comme la plupart qui ne savent pas ce qu'est réellement un psychologue. Désespérant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Lun 24 Mar 2014 - 18:54

Voyant qu'elle semblait réfléchir, il se perdit lui aussi dans ses pensées lorsqu'une scène lui revint en tête. Ca s'était passé il y avait une ou deux semaine... Un élève qui faisait le con dans le couloir, ses potes braillant autour de lui. Il était passé et l'avait vu en train de taguer le mur près du bureau du proviseur. Surpris au début, le garçon avait laissé tomber sa bombe et le pion l'avait rattrapée juste à temps avant qu'elle n'explose sur le sol. Comme il n'avait aucune justification, l'élève eut droit à une bonne claque sous la fureur d'Alessandro qui aurait été prit comme fautif vu que c'était son tour de garde ce soir-là, et sa main était partie toute seule. Et un élève en pleurs, hein. Et il savait que cet imbécile était allé se plaindre à  tout ses amis... La psychologue avait sans aucun doute entendu parler de cette histoire.
Il revint à ses esprits lorsqu'elle prit la parole, parlant des élèves, et il se figea tout de suite. Pas moyen de mentir maintenant, vu sa réaction.

-Je... En fait... Disons que j'arrive pas à contrôler mes sentiments...

Le jeune homme passa sa main dans ses cheveux, ne voyant pas vraiment comment se justifier. Elle croisa les bras et la phrase qu'Alessandro redoutait vint enfin. Zut. C'était si voyant que ça ?..  Non, c'était pas vraiment qu'il voulait se débarrasser d'elle... Ce n'était pas elle...

-Non non, aucun problème, vraiment ! Enfin, comment dire... Disons que c'est pas vous, c'est plutôt parce que vous êtes... pys... psychologue, et que vu ce que certains disent de moi à Kobe...

Un bon instant d'hésitation pour retrouver le mot japonais pour psychologue, et maintenant elle allait très sûrement croire qu'il redoutait carrément de le prononcer. Bien joué... Remarque, il valait mieux ça qu'un long silence qui aurait put gêner.
Il regarda vers la mer, essayant de paraître assez confiant, mais la dernière réplique de la jeune femme le refroidit assez facilement et il ne put s'empêcher de sentir un léger sentiment de colère, même si elle n'y était absolument pour rien. C'était juste qu'il avait horreur qu'on mette ses défaut en première ligne. Surtout sa capacité à galérer pour cacher ce qu'il ressent vraiment... Quoiqu'elle était psy, elle devait avoir l'habitude de reconnaître les petits signes qui ne trompaient pas.

-Boooooon, calme, c'est pas super si on part sur de mauvais termes... En gros, c'est pas vous mais les rumeurs de Kobe que j'essaie d'éviter. Je m'énerve facilement, je sais, pas la peine de me le rappeler, et je me doute bien que les gosses disent pas de très bonnes choses sur moi... Voila quoi... Et comme vous êtes la psychologue j'imagine bien que vous avez entendu parler de ça et j'ai un peu peur de me faire virer si ça remonte au directeur pour tout avouer...


Long discours comme il n'en avait pas l'habitude, et effort incroyable pour réussir à faire des phrases japonaises compréhensible. Il soupira, content d'avoir réussi ça, mais il était bien conscient que c'était quitte ou double. Soit ça la faisait marrer et ils devenaient amis, ou simplement avaient de bons rapports, soit elle se se moquait et allait tout raconter aux supérieurs. En y réfléchissant, il se dit qu'il y avait encore d'autres hypothèses mais que la première était la plus probable... Et la plus agréable.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Mar 25 Mar 2014 - 9:56

Oh nan pas elle...

J'aurai bien aimé rigoler mais c'était impoli et vu la situation ça aurait froissé mon collègue. Il avait du mal à trouver ses mots en japonais et j'avais parfois du mal à comprendre la tournure de ses phrases à cause de son accent italien fort prononcé.
Je ne voyais pas à quoi il faisait référence exactement mais je constatais qu'il avait fait une belle connerie qui, si elle remontait aux oreilles du directeur pourrait avoir de graves conséquences. Comme quoi oui il avait de quoi avoir des sueurs froides. Mais moi je ne savais pas de quoi il parlait, je savais juste que c'était un des pions les plus « redouté » de l'établissement mais rien de plus. Qu'a-t-il pu bien faire de si grave ? Il aurait peut-être frappé un élève, mais si ça avait été si violent mon collègue n'aurait déjà plus son poste, ça devait être moins conséquent.
Puis évidemment, pour lui j'étais la psychologue au courant de tout ce qui se trame dans l'école, et bien non ! La plupart des élèves et surtout les cancres fuient la psychologue donc je ne risquais pas d'avoir la moindre information. Seul le directeur, le CPE et les professeurs viennent me voir pour me parler des élèves qui auraient bien besoin d'une consultation, pas que les élèves d'ailleurs.

« Je vais vous apprendre quelque chose, la psychologue n'est pas au courant de tout et ne voit pas de quelle connerie vous parlez. Si vous culpabilisez vous pouvez m'en parler, après tout c'est mon boulot » répondis-je en levant les épaules. « Vous pouvez me faire confiance, je n'irai pas dire au directeur que vous avez fait une impasse sur le règlement, mais sachez que si ça remonte au directeur ça ne sera pas par mon intermédiaire, j'applique le secret professionnel, mais si les élèves a qui vous avez causé du tord viennent se plaindre il faudra en subir les conséquences, à l'avenir vous devriez faire attention. »

Je voyais que la situation s'était détendue, alors j'ôtai Mon T-shirt et mon bas de mon survêt' pour me foutre en maillot de bain. Je lui demandai rapidement où était ses affaires pour que je puisse poser les miennes.
J'avançai vers la mer en lui faisant signe de me joindre, après tout il m'avait proposé cette baignade précédemment.

« Alors racontez-moi un peu ce qui s'est passé » commençai-je tout en testant la température de l'eau. Fraiche... pour le moment nous allons rester vers le bord.

(c) Oxalyde



Dernière édition par Anastasia J. Hevans le Jeu 3 Avr 2014 - 6:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Mer 2 Avr 2014 - 20:16

Elle sortit un long discours que le jeune italien peinât à comprendre et qui lui fit plisser les yeux, se concentrant pour retrouver la signification de quelques mots alors que d'autres lui étaient totalement inconnus. Ça se résumait, de ce qu'il avait comprit, à "Je ne sais pas ce que vous avez fait, et faut pas avoir peur de moi". Il réfléchit quelques secondes pour réer une réponse cohérente dans sa tête, espérant qu'il ne s'était pas trompé sur ce que la jeune femme avait dit.

-Alors désolé de m'être comporté comme ça... J'ai du paniquer un peu.

Elle commença à retirer son haut et elle se retrouva en maillot de bain tandis que le pion regardait ailleurs pour ne pas laisser son tempérament assez chaud remonter. Lorsqu'elle lui demanda l'emplacement de ses affaires, il indiqua la petite dune plus loin, avec un peu d'herbe à son pied, où étaient posés ses vêtements et ses chaussures, puis il s'approcha de la mer en même temps qu'elle.
Mettant simplement son pied dans l'eau et visiblement la trouvant plutôt fraîche, sa collègue n'alla pas plus loin et il sourit en coin d'un air amusé avant de reprendre un sourire gentil.

-Elle est trop froide pour vous ?.. Mouillez-vous déjà la nuque.

Il entendit alors sa question qu'il comprit très bien cette fois et se mordit le coin des lèvres. Comment répondre, et simplement, est-ce qu'il devait répondre ? Si elle jugeait qu'il avait trop fait, même si à ses yeux ce n'était qu'une simple tarte à un élève, et malgré ce qu'elle lui avait dit auparavant, ça risquait de compromettre leur relation. Il n'aimait pas être en froid avec ses collègues, peu importe l'importance, et il devait peser ses mots. Le pion s'avança un peu dans l'eau, jusqu'à la taille, sans trop de difficulté, pour se laisser le temps de réfléchir à la question.

-C'est pas très compliqué en fait... Une fois, un élève a voulu taguer le mur, près du bureau de M.Itashi. Je l'ai surpris juste à temps et il a failli faire tomber sa bombe de peinture... Si elle avait atteint le sol et que je ne l'avais pas rattrapée, ça n'aurait plus été un tag mais une re-coloration du couloir. J'étais fatigué déjà parce qu'il était tard, et j'ai pas réussi à retenir ma colère. Je lui ait mit une baffe. Pas très forte... Enfin j'espère. C'est surtout qu'il a eu la marque le lendemain et qu'il a été la risée de ses amis...

Il soupira, essayant de ne pas y penser et se disant qu'au moins aucun élève ne serait tenté de recommencer.

-J'imagine que c'était déjà mieux que deux heures de colle...

Il finit par entrer totalement, plongeant sa tête dans l'eau avant de la ressortir et se retourner vers la jeune femme.

-Autant oublier ça et profiter de cette belle matinée non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Ven 4 Avr 2014 - 21:38

Oh nan pas elle...

L'eau n'était pas impénétrable non plus, mais sa fraîcheur me fit l'effet d'une nette morsure. Inoffensif mais source d'intenses sensations aussi agréables que dérangeantes. Je suivis son conseil qu'est de me mouiller la nuque, je passai ensuite un peu d'eau sur mes bras, ventre, dos et jambes. L'habituation à cette froide température allait être longue. Il n'était pas bon d'entrer sec dans l'eau ainsi, petite je me le permettrai, j'étais peu sensible à l'eau froide, mais la vieillesse a fait que je l'étais devenue. J'écoutai en même temps sa rapide histoire à propos de sa soit disant connerie. Effectivement s'en était une mais comment ne pas le comprendre. Je voulais bien me mettre à sa place où à celle de tout autre professeur qui font fasse à des petits hurluberlus des journées entières. La pression chez certain, redescendait grâce à l'usage de gestes peu recommandés. Il avait porté la main sur un adolescent qui l'avait bien cherché, pour moi c'était un bon geste, mais donné par la mauvaise personne. Le père ou la mère aurait du le faire à sa place.
Je le vis rentrer totalement dans l'eau alors que je peinais à avancer doucement, tentant petit à petit de rentrer centimètre par centimètre. Je ne le suivais pas, je restais à côté l'eau à mis cuisse.

« Ça peut sortir tout seul, c'est la colère qui parle à la place de la raison, mais dans votre métier il vaut mieux contrôler votre sang chaud, sinon c'est vous mener droit à vider votre casier. » Je fis une pause pensant rapidement à un ancien collègue qui était venu me voir pour parler de ce même problème : le contrôle. « C'est montrer que vous craquez vous pouvez être bien plus fort que ça, contrairement à ce qu'on croit le coup de poing n'est pas l'arme la plus forte. Enfin bon, pour le moment vous êtes toujours là, au pire vous aurez juste un avertissement, ça vous servira de leçon, vous savez vous-même au fond que c'est mal, sinon vous ne paniqueriez pas au point d'en être parano » fis-je en souriant, histoire de lui montrer que je me moquais gentiment de lui.  

Je tentai une immersion dans l'eau, rentrant d'un seul coup mais j'en ressorti aussi vite, en vain.  Je crois que je vais attendre encore. J'en rigolais, ça faisait con.
« Dites-moi, pourquoi faire un tel boulot si c'est... chiant ? »
C'est vrai ça, pourquoi bosser au plein cœur d'une fourmilière grouillantes de merdeux hyperactifs, en pleine crise d'ado et en phase rébellion 'fuck la police' et YOLO ?  

(c) Oxalyde

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Dim 6 Avr 2014 - 18:08

Alors qu'elle parlait, le jeune italien s'était assis sur le fond de l'eau, dans le sable, prenant un peu de sable dans sa main et la remontant en laissant les grains dorés couler entre ses doigts pour retourner à leur place. Tout le monde faisait ça, comme arracher les brins d'herbes lorsqu'on était assis sur du gazon.
Même s'il ne la regardait pas, il l'écoutait attentivement, il savait bien que c'était important. Le contrôle de soi, c'est ce qui l'avait amené à détester ses parents et qui l'avait envoyé loin de chez lui. Mais ça il n'en parlerait à personne, il ne voulait pas y mêler Alessio et de toute manière il n'aimait pas se rappeler ce mauvais moment de sa vie.

-Les italiens ont le sang chaud de toute manière...

Seulement à moitié vrai mais il faisait comme d'habitude et cherchait plus à trouver des raisons valables de son agressivité pour se rassurer lui-même qu'à convaincre son interlocuteur. Psy ou pas, il gardait toujours la plupart des choses pour lui et ne les partageaient qu'avec son frère.

-Et oui, je suis assez parano, Alessio me le dit souvent. Même si vous dites ça pour rire, ça reste vrai malgré tout...

Le pion sourit doucement lui aussi, essayant de retenir ce qu'il avait comprit même s'il savait qu'il aurait quand même du mal à se retenir la prochaine fois, et s'étira lentement en étant à moitié dans l'eau. Il vit la jeune femme s'immerger dans l'eau pour en ressortir tout de suite et il ne put retenir un sourire amusé, évitant de rire car il savait que lorsqu'on avait pas l'habitude, entrer dans une piscine pouvait être très délicat.

-Allez-y à votre rythme, on est pas pressés. Mais dites-vous que tant que vous n'aurez pas nagé un peu, vous ne pourrez pas vous réchauffer... Au pire allez-y d'un coup et faites tout de suite quelques brasses, ça ira bien mieux après.

Elle posa la question qu'il se posait lui-même et il passa sa main dans ses cheveux, cherchant un moyen d'exprimer ce qu'il en pensait.

-Mhhhh... Pour tout dire j'ai surtout pas trop le choix... J'ai jamais fini mes études, j'ai dut trouver un boulot rapidement avec Alessio. Et il y avait deux places ici donc... Il détourna le regard, voulant éviter de parler de pourquoi il n'avait pas continué ses études. Et je préfère cette vie à celle d'avant. Au moins j'ai de vrais amis, parmi les enseignants et le personnel. Même si je suis colérique, les élèves qui mettent pas le bordel m'apprécient quand même...

Et c'était vrai, il n'était pas le pion qu'on évitait à tout prix. Il avait beau éviter de se mêler de trop aux élèves, ceux qui le connaissaient savaient qu'il pouvait être presque un bon pote vu qu'il était encore jeune et qu'il avait quasiment l'âge d'être parmi les universitaires. Il connaissait moins les plus jeunes, mais il s'entendait bien avec les "anciens", tant qu'ils restaient dans les règles que Kobe imposait et ne le poussaient pas à bout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Jeu 10 Avr 2014 - 18:37

Oh nan pas elle...

Il avait raison. De plus j'avais encore plus froid maintenant, autant rester dans l'eau une bonne fois pour toute et s'habituer à elle. Je soupirai, démotivée, puis me glissai doucement dans l'eau fraîche, le visage grimaçant.
« Vous m'avez convaincu vous voyez ? » dis-je en commençant quelques brasses.
Je l'écoutais parler. Apparemment, malgré son caractère il aimait ce boulot qui lui était nécessaire pour vivre. Pion... j'aurai jamais fait ça même comme petit job. Les élèves aiment particulièrement asticoter les surveillants, c'est comme un jeu de les mettre à bout. Ça m'aurait été insupportable personnellement, j'étais très bien moi dans mon bureau à écouter les problèmes et dans mon amphi avec des étudiants quasiment matures et concentrés.
« C'est aussi le principal, le fait d'apprécier son métier. J'ai eu beaucoup de personnes en consultation, des personnes qui régressaient vers un état dépressif à cause de leur métier qui n'était pas fait pour eux. Mais apparemment, vous, tous semble vous allez. » Je lui souriais puis je me posai dans le sable. L'eau m'arrivait au niveau du menton.
« Quelques choses me chiffonne n'empêche. Vous êtes des Italiens. Pourquoi le Japon ? Pourquoi si loin de l'Italie, de l'Europe ? Vous auriez pu travailler dans un établissement chez vous ou dans les pays avoisinants non ? » je fixais son visage. J'examinais ses traits, histoire de déceler un indice sur son état, histoire de savoir s'il était motivé ou non pour répondre à ma question. Je me doutais bien qu'il y avait une histoire derrière sa venue au Japon.

(c) Oxalyde

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Sam 12 Avr 2014 - 14:02

Elle finit par entrer dans l'eau, faisant quelques brasses, et Alessandro sourit doucement, content de voir qu'elle avait suivit son conseil. Pour une fois qu'on ne le trouvait pas lourd à profiter de ses quelques connaissances pour aider les autres... Autant il avait une culture générale moyenne voire basse, autant sur le sport et notamment la natation il savait pas mal de choses. Alors il en profitait dès qu'il le pouvait, comment dans le cas présent.

-Oui, je vois ça effectivement.

Elle revint après avoir nagé un peu, il n'avait pas bougé et observait tranquillement le paysage jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole et qu'il ramène son attention sur elle. Oui, il aimait plutôt bien être pion. Comme partout il y avait des hauts et des bas mais au moins il était entouré de personnes sympas et n'était pas enfermé dans un bureau.

-Ouais... J'aime bien ce job car au moins je ne suis pas seul, je vois des nouvelles têtes tous les jours, et puis comme je ne suis pas chez moi je découvre un nouveau pays.

Elle vint s'asseoir dans le sable. Ça aurait put être un moment agréable si elle n'avait pas enchaîné sur LA question qu'il n'aimait pas du tout qu'on lui pose. Il se crispa et ses yeux regardèrent ailleurs tout de suite, par réflexe, fuyant le regard d'Anastasia.

-Je... Je peux pas le dire.

Il eut un long temps d'hésitation. Devait-il dire la vérité ou bien continuer de faire comme si de rien n'était, comme il l'avait toujours fait jusque là ? Elle se douterait de toute manière qu'il cachait quelque chose, mais il n'avait vraiment aucune envie d'en parler.

-Alessio ne serait pas d'accord pour que je vous le dises. Désolé.

Même si c'était vrai, il n'y avait pas que ça. Il ne voulait vraiment pas en parler, point. Si elle insistait il finirait sûrement par craquer mais pour le moment il ne voulait absolument pas raconter sa vie. Il n'y avait rien de particulièrement grave, mais dans son esprit à force de se répéter qu'il ne devait pas en parler, ça s'était changé en quelque chose de pire. Un peu comme si raconter une pauvre histoire de tension dans sa famille s'était changé en un meurtre ou quelque chose du genre. Non, ce n'était pourtant rien d'autre que de simples tensions dont il ne voulait pas parler.
Il était repartit dans ses souvenirs et il regardait un voilier qui passait au loin dans la mer sans vraiment le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Sam 12 Avr 2014 - 14:21

Oh nan pas elle...

Comme je me l'étais déjà dit : il aimait son boulot. Je pensais plutôt que les pions voyaient souvent les mêmes têtes ; celles des cancres abonnées aux heures de colle. Ça me faisait rappeler mes années collège et lycée, quand j'allais justifier mes absences je voyais toujours dans la vie scolaire les mêmes têtes connues pour leur rébellion, leurs actions révolutionnaires & Co. Celles qu'on évitait et qu'on laissait passer sans les regarder dans les yeux.

Mais voilà que le côté mystérieux et secret de la conversation fit irruption. Je m'attendais à ce que son histoire ne me soit pas divulguée, après tout il avait bien le droit de rien me dire. Je n'étais qu'une simple collègue et apparemment, ce jeune homme semblait ne pas avoir recours à ce que l'on appelle en psychologie : le partage social. Des études ont montré que les individus aiment parler de leurs événements émotionnels. Mais apparemment lui non, il n'avait même pas recourt au phénomène qu'on appelle : le phénomène de l'inconnu dans le train – entre autre parler à des inconnus – Je n'en étais pas une mais je n'étais pas non plus une grande amie. Alors je jouais la carte de la compréhension.
« Je comprends, il n'y a pas de soucis » Mais apparemment, ce qui me fit 'tilt' fut le fait que son frère l'empêchait de ne rien dire. C'était certes une histoire commune, mais est-ce qu'il préférait ne rien me dire juste car il appliquait les ordres de son frère ou bien il ne voulait tout simplement pas m'en parler. « Si un jour l'envie te prends de te confier, je suis là » dis-je souriante et gentiment. « Oh pardon, ça te dérange si on se tutoie ? »
Je remarquai qu'il s'était perdu dans ses pensées, sans doute replongé dans ses souvenirs « T'es sûr que ça va ? »

(c) Oxalyde

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Mer 21 Mai 2014 - 20:08

Alessandro la regarda en souriant doucement, il n'avait pas trop envie d'être en froid avec une collègue surtout qu'elle était vraiment sympa de ne pas s'énerver alors qu'il était quand même assez chiant à ne jamais vouloir parler de son problème avec ses parents. Comme s'il s'était passé un truc hyper grave alors que ce n'était qu'une bonne engueulade.

Il fut soudain tiré de ses pensées par la jeune femme lorsqu'elle lui demanda si tout allait bien après qu'elle lui ait proposé de se tutoyer.

-Oui oui pas de problème, on peut se tutoyer.

Le jeune homme sourit doucement et passa une main sur sa nuque.

-Désolé... J'étais un peu perdu dans mes pensées, ça m'arrive quelques fois. Mais ne t'inquiètes pas, il n'y a rien de bien grave dans mon passé, c'est juste que ça a prit de l'ampleur à force d'y repenser...

Il commençait à un peu trop s'étaler, signe qu'il lui faisait confiance, et tant mieux. Il était même prêt à lui dire la vérité lorsque soudain un gros labrador surgit et sauta dans l'eau juste à côté d'eux, visiblement tout content d'aller à l'eau en les éclaboussant bien comme il faut. Alessandro eut le réflexe idiot de mettre son bras prêt de sa tête en fermant un œil, mais qui ne servait à rien vu qu'il était déjà mouillé, tout en pensant un « Hé ! » énervé.

-Il est à qui ce chien ?

Il n'y avait personne autour d'eux, mais ce chien au poil bien lisse ne pouvait pas être un chien errant, il avait l'air bien nourri et soigné. Personne ne semblait affolé, donc il devait avoir semé son maître un peu plus loin.

-Faut qu'on retrouve son m... Hé !

Le chien était en train de lui lécher le visage allègrement, et c'était le genre de chose que le jeune homme n'aimait pas du tout. Il tenta de le repousser.

-Arrête ça !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...  Lun 26 Mai 2014 - 9:38

    J’acquiesçais de la tête pour lui montrer que je comprenais parfaitement ce ressenti. Puis je fis un petit sourire compatissant.
    À dire vrai je ne m'inquiétais pas pour lui, c'était un homme qui semblait costaud, capable de remonter la pente quand tout s'écroule, puis dans le pire des cas il aura sans doute des gens qui l'entoureront pour l'aider.
    Je décelais toutefois une once de sensibilité, j'étais quasiment convaincu qu'il pouvait craquer et qu'il n'était pas un intouchable émotionnel. Oserait-il craquer devant une femme ? Je me posais la question car c'était intéressant. Ayant fait des études sur des différences telles que les différences émotionnelles culturelles, je ne m'étais concentrée que sur les USA, la France et le Japon. Si j'avais élargi mon travail en venant étudier en Italie, j'aurai pu en apprendre pas mal. Il était Italien, et souvent, certains stéréotypes du caractère masculin ne sont pas que des clichés.

    Un peu plus loin je vis qu'un certain nombre de personne s'étaient installées.
    Sur le banc de sable, un chien courait, tout content de sa sortie sans doute. Mais tout foufou, je le vis sauter dans les petites vagues qui s'écraser sur le sable puis courir dans notre direction.
    Je n'étais pas une fan des gros chiens comme celui-ci. Ma simple réaction fut d'ouvrir grand les yeux et de reculer pour être prête à fuir mais ledit chien sauta sur mon collègue, nous éclaboussant tout les deux au passage.
    J'avais protégé mes yeux de peur que l'eau salée bousille mes lentilles de contact et me pourrissent les yeux.
    Alessandro me demanda à qui il était.

    « Je ne sais pas mais ils auraient pu le tenir celui-là ! » dis-je mécontente.

    Je commençais à m'éloigner, profitant du fait que le gros chien s'occupait de l'italien.
    Je n'aimais pas seulement les gros chiens, j'en avais un peu peur. Ça saute de partout, ça bave, ça pue et ça peut mordre !
    Mais voilà qu'il s'approcha de moi, aboyant et se mit à courir vers moi.
    Je sortis un crie aiguë puis fonça à toutes jambes vers mon collègue pour me cacher derrière lui. Chacune de mes mains le tenant par la taille, je me cachais et le tournais en même temps que je tournais. Il me servait de bouclier.

    « Putain s'il te plaît arrêtes-le j'aime pas ça ! »

    Mais voilà que le chien s'attaquait au short de bain du pauvre brun, qui commençait à descendre sur ses hanches.
    Mais je ne vis rien, trop occupée à fermer les yeux et à crier à chaque fois que le chien faisait bouger l'eau qui venait nous éclabousser.

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh nan pas elle ! Enfin... je veux dire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: