Partagez | 
 

 En attendant la chandeleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) En attendant la chandeleur  Sam 26 Mar 2016 - 17:25


En attendant la chandeleur



Je commençais une journée normale, je suis arrivé le matin dans les cuisines de l'école, pour préparer le déjeuner des élèves restés au campus pour les vacances. Du poisson grillé et de la soupe miso, l'sont vraiment bizarre ces japonais à manger n'importe quoi le matin. C'était la première fois que je faisais un petit'déj nippon, et ça m'a vraiment pas plu, cette odeur de griller vas rester scotcher à ma veste toute la journée, c'est sûr ! J'avais demandé de l'aide à mon chef pour les plats du matin, car il faut avouer que mon alimentation matinale n'était pas des meilleurs.

Le service était terminé et je nettoya le grill pendant plus d'une demi-heure. Mon envie de passé, la journée dans cette odeur était inexistante.

Je sortis par la porte donnant vers l'extérieur et m'alluma une cigarette, une mauvaise habitude née avec le stress de son ancien travail. Je ne savais pas bien si j'avais le droit de fumer ici, mais ce n'est pas comme si je risquais une retenue comme ces pauvres gosses. Je n'avais plus grand chose à faire d'ici le service du midi. Ma cigarette terminée, je l'écrasa sur le mur et l'envoyai valser dans la poubelle extérieure.

Le service se passa bien, je me demandais toujours pourquoi les étudiant me souriait comme des saisis, peut être que ma nourriture leurs plaisaient ? La tête vide, je nettoya le self, maculé de trace de doigts, évidemment pour une fois qu'ils peuvent garder leurs mains dans leurs poches, il faut qu'il me salisse mes inox. Sales gosses, pensais-je le sourire aux lèvres.

Une fois de retour dans la cuisine, je brancha mon téléphone sur la radio, pour mettre de la musique française, la Japonaise me filai des migraines, en plus je ne comprends pas vraiment, les chanteurs vont trop vite. Je prépara le souper des jeunes, un souper assez simple des nouilles sauté aux légumes, il ne faut pas manger trop gras le soir, ils me remercieront.

L'envie me prit de me préparer un waterzooi pour manger après le service, j'avais tous les ingrédients et le temps pour le faire, je mis donc mon poulet à pocher et commença à chanter Bella en même temps que Gims, qui passait au moment sur la radio.

Je coupais mes légumes quand je sentis une main se poser sur mon épaule, je m'arrêta net de chanter.
Qui cela pouvait-il bien être, je me retourna pour voir une fille se dresser devant moi.


Dernière édition par Ben Moonshine le Lun 28 Mar 2016 - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Sam 26 Mar 2016 - 17:51

Eryn s'était réveillée ce matin d'été avec une boule dans la gorge. A vrai dire, elle avait sûrement plus attendue que dormi, luttant contre la nostalgie et la sensation de solitude qui l'habitaient depuis le début de ces vacances. Eryn n'arrivait pas à cesser de ressasser le fait que ses parents l'avaient laissé tombé, préférant aller à des soirées chics qu'à passer un peu de temps avec leur fille.

Refusant de rejoindre les autres éléves restant pour la journée, la rousse finit par se perdre dans ses pensées, couchée sur son lit, une main derrière la tête. Elle s'était habillée d'un petit haut en flanelle rouge et d'un jean serrée sur ses jambes. Rien de plus n'agrémentait sa tenue qui rapellait un peu le flamboyant de ses cheveux.

Ses reflexions, ou plutôt ses souvenirs, ramenèrent en elle le goût délicieux des goûters que sa nourrice lui préparait pendant ces vacances scolaires. Parfois, même, ses parents venaient en profiter avec elle, prenant le temps de redécouvrir un peu plus l'enfant qu'ils avaient conçus par amour. Sans vraiment savoir comment, ni pourquoi, Eryn se redressa brusquement avec une certitude en tête... elle avait envie de crèpe au caramel, comme celles qu'elle avait partagé la dernière fois auprès des siens !

Enfilant une paire de botines en cuir, un elastique autour de son poignet (vu la chaleur ambiante, il vallait mieux être prévoyant avec sa tignasse !) et elle fonça tout droit vers les cuisines. Elle avait envie de cuisine... Oh bon sang. Elle, Eryn Hôsoda, avait envie de cuisiner ! La dernière fois qu'elle s'y était essayé, elle avait bruler la moitié de ses préparations et sa nourrice avait manqué d'appeler les pompiers... mais pourtant, elle ne se défila pas.

Entrant tout doucement dans la cuisine, elle repéra rapidement le nouveau cuisinier de l'école. Un étranger qui, aux dires de beaucoup d'élèves, préparait de vrais bons petits plats ! Arrivée dans son dos, Eryn toussota sans réussir à l'arracher de sa chanson... Elle hésita puis tapota son épaule. Ah, enfin il se retourna !

« Heum... Bonjour monsieur, je souhaiterais savoir si les élèves pouvaient utiliser ces cuisines en journée ? »

Eryn se sentit rougir bêtement. Elle n'arrivait pas à comprendre d'où lui venait cette envie de cuisiner, même si ça lui avait mis du baume au coeur. Essayant de recomposer un joli sourire, elle tenta d'argumenter :

« C'est pour faire des crèpes... j'ai... une soudaine envie de ce plat ! Je vous promets, je ne vous dérangerai pas et je rangerai après ! Si vous voulez, je peux même être de corvée de nettoyage du self ce soir ! »

Elle avait mis de la passion dans sa voix, et on sentait bien que la rousse avait vraiment envie d'obtenir l'autorisation de l'adulte. Elle croisa les mains, mal à l'aise et attendit son jugement en trépignant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Sam 26 Mar 2016 - 19:35



« Heum... Bonjour monsieur, je souhaiterais savoir si les élèves pouvaient utiliser ces cuisines en journée? »

La jeune fille s'adressa à moi, avec un sourire, elle rougissait. Peut être avait elle peur de ma réponse ?
Je m'apprêta à répondre favorablement à sa requête, mais elle ne m'en laissa pas le temps.

« C'est pour faire des crêpes... j'ai... une soudaine envie de ce plat ! Je vous promets, je ne vous dérangerai pas et je rangerai après ! Si vous voulez, je peux même être de corvée de nettoyage du self ce soir ! »

Me proposerait elle ses services de nettoyeuse ? Je souris a cette pensée. Ces gosses était vraiment prêt à dire n'importe quoi. Je déposa mon couteau sur ma planche et frotta mes mains sur mon tablier. Des crêpes hein, je réfléchis un instant pour conclure que j'ai les ingrédients nécessaires.
Je pris une sauteuse au dessus de ma tête, et glissa ma main sur ma planche pour y faire tombé les légumes coupés en bâtonnets.

« La cuisine est ouverte à tous les étudiants, pour peu qu'ils nettoient ce qu'ils salissent ! » disais je en souriant

Je mis dans la sauteuse une noix de beurre dont le bloc était à côté de la planche. Je montra du doigt un coin de la cuisine.

« C'est la chambre froide, tu y trouvera les œufs, le lait, le beurre, mais fais attention à la porte ,si elle se referme, tu restera bloquer, et ne compte pas sur moi pour t'ouvrir !  » lança-je en rigolant. Je montra deux gros bac en dessous d'un plan de travail. « dedans tu as de la farine et du sucre»

Je fis couler un fond d'eau dans ma sauteuse, et la plaça sur le côté de la plaque de cuisson en fonte. Les légumes cuirons tout doucement et garderons tout leurs goûts, j'en avais l'eau à la bouche. Je me pencha vers la radio pour baisser le volume, je ne voulais pas déranger la fille, dans son élan. Je remonta mes manches sur mes coudes pour sortir le poulet de sa casserole, et vérifier sa cuisson.

« si tu as besoin de quoi que se soit n'hésite pas à ma le demander »


Dernière édition par Ben Moonshine le Lun 28 Mar 2016 - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Sam 26 Mar 2016 - 19:49

La rousse sentit son coeur s'alléger lorsque l'homme en face d'elle accepta sa demande sans plus de questions ou d'objections à faire valoir. Un grand sourire éclaira son visage, tandis qu'elle écoutait ses consignes en hochant la tête. Donc chambre froide, faire attention à la porte, et farine et sucre tout prêt. Bon, au moins cette étape n'était pas trop dure, elle devrait s'en sortir, non ?

« Merci beaucoup, monsieur... heu ? Je ne connais pas votre nom, d'ailleurs ! Oh et je ne me suis pas présentée... ! » Ah, l'éducation bien nippone de ses parents ressortaient toujours par moment. S'inclinant un peu pour marquer son excuse, l'étudiante se présenta avec un sourire. « Je m'appelle Eryn Hôsoda, je suis étudiante en section artistique ! »

Elle attendit la réponse du cuisinier, puis alla vers attraper l'un des deux bacs qu'il lui avait indiquer. Elle regarda le contenu... Sucre, bon nickel ! Elle le posa sur un plan de travail vide, et y ajouta le bac de farine. Un instant, son pied glissa sur le sol immaculé -trop apparemment- et elle manqua la chute... mais se rattrapa au dernier moment. La farine rejoignit le sucre sans se déversée sur le sol.

Le coeur battant de sa petite frayeur, et surtout inquiète de provoquer une énième catastrophe culinaire, la rousse se dirigea à petit pas vers la chambre froide. Elle attrapa la poignée d'une main un peu tremblante et tira. Rien ne se passa. Attrapant la poignée à deux mains, la jeune fille tira de plus belle, mais sa petite carrure et sa frayeur lui firent manquer de force et la porte resta scellée. Eryn se retourna vers le cuisinier qui finissait son dîner avec application, inquiète. Rouge jusqu'en haut des pomette, elle demanda d'une toute petite voix :

« La porte ne s'ouvre pas, est-ce normal ou bien suis-je totalement nulle ? »

Sans le vouloir, ses mots avaient trahi son état du moment. Elle se sentait nulle. Nulle d'être seule à l'école en cette période de vacances. Nulle de vouloir cuisiner pour rester accrocher à ses souvenirs. Nulle en cuisine tout court. Et maintenant suffisement nulle pour ne pas réussir à ouvrir une simple porte de frigo... Baissant les yeux, elle tenta de cacher sa gêne et la tristesse qui montait en elle. Eryn n'était pas du genre à baisser les bras aussi vite !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Sam 26 Mar 2016 - 21:33


« Merci beaucoup, monsieur... heu ? Je ne connais pas votre nom, d'ailleurs ! Oh et je ne me suis pas présentée... ! » Monsieur ? J'ai l'air si vieux que ça ? Je rougis légèrement en espérant qu'elle n'ai pas remarqué ma gêne « Je m'appelle Eryn Hôsoda, je suis étudiante en section artistique ! »
Je me présenta a la suite d'Eryn.
« Appels moi Ben, je suis pas ton prof ou je sais pas qui, alors appels moi comme tu veux mais pas monsieur. S'il te plaît. » je souris, je ne suis pas énervé ou quoi que se sois mais je n'avait pas l'habitude que quelqu'un de son âge m'appelle « monsieur ». Elle comprendra quand elle aurais dix ans de plus pourquoi je n'aime pas ça.

Elle partis d'un pas décidé vers les bacs, et vérifia leur contenus. Je retourna a mes occupations, elle dois s'y connaître en cuisine si elle a envie d'en faire au lieu de buller dans sa chambre. Je n'étais donc pas inquiet pour elle, je n'en avait pas les raisons. Je lui prépara un cul de poule et un fouet pour mélanger ses ingrédients.
Je repris mon couteau et trancha dans les fibre de ma volaille je pris soin de chaque morceaux, les blancs et les ailes d'un côté, les cuisse de l'autre. Je jeta la carcasse à la poubelle, ce n'est pas du gaspillage, elle avait donnée tout son goût à l'eau de cuisson, j'en avais donc tirer tout ce que je pouvais.
Je regarda l'étudiante et la vis manquer de glisser au sol, je tendis la main pour venir a son secours, mais j’étais de toute évidence trop loin. Elle se rattrapa et s'avança vers la chambre froide. Je regarda ses chaussures, effectivement c'est le meilleur moyen de se tauler.
Elle attrapa la poignée et tira dessus, la porte ne bougea pas d'un poils. Merde j'ai oublier de lui expliquer le mécanisme d'ouverture. Je souris en la voyant recommencer, je décida de la laisser se débrouiller, pour voir si elle m'appellerait à l'aide.
Je me pencha au dessus de ma sauteuse l'eau commença à cuire les légumes.

« La porte ne s'ouvre pas, est-ce normal ou bien suis-je totalement nulle ? »

Je rigola doucement et me tourna vers elle, j’avançai et me plaça devant la porte, je poussa la poignée puis la tira. La porte s'ouvrit laissant le froid s'échapper.

« d’abord on pousse puis on tire, excuse moi j'aurais du te le dire. » je considérais que c'était ma faute si elle se sentait nulle. Elle n'aurais pas pus le savoir. « je t'ai préparé tes ustensiles sur le plan de travail » je lui montra du doigt ce dont elle aura besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Dim 27 Mar 2016 - 13:31

Eryn vit Ben -il lui avait demandé de l'appeler comme ça, donc elle allait essayer de s'y tenir !- venir vers elle. D'un geste habitué, il manipula la porte et réussit à l'ouvrir en deux temps, trois mouvements. Une vague de froid s'échappa de la chambre froide et vint les percuter. En frissonnant, la rousse répondit :

« Merci beaucoup ! C'est vrai que je ne pensais pas que la porte s'ouvrait de cette façon là, désolée ! »

Elle passa une main dans ses cheveux, pour se donner un peu de contenance devant sa bêtise, puis entra dans la chambre froide le temps que le cuisinier tienne la porte. Elle attrapa une brique de 1L de lait, un boite de 4 oeufs et une plaquette de beurre. Les sourcils froncés, la rousse revint vers la porte toujours ouverte et alla droit vers son plan de travail, avec l'impression d'avoir dans les mains du diamant pure, qu'il ne fallait surtout pas abîmer !

Une fois ses trouvailles déposer, Eryn attrapa le saladier en inox qu'on lui avait donné et se concentra. Bon, les ingrédients, c'était bon -ou presque ?- mais ensuite, il fallait commencer par quoi ? La farine, et fait un trou au milieu, ça elle s'en souvenait ! Elle attrapa la farine et essaya d'en verser dans son saladier. Pas de trop, mais assez quand même...

Toujours aussi gauche dans ce qu'elle faisait, la rousse donna un petit coup de poignet pour faire tomber de la farine dans le saladier... Sans comprendre comment, ni pourquoi, elle sentit juste qu'elle donait un coup bien trop fort. La moitié du bac de farine tomba dans et hors du saladier, explosa dans les airs et forma un nuage blanchatre autour de la tête d'Eryn qui resta paralysée.

« Oh mais merde ! »

C'était sorti tout seul, sur une voix trop aigu pour paraitre naturel. Essuyant ses yeux et son visage, elle tenta de rattraper ses bêtises mais déjà elle perdait ses moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Dim 27 Mar 2016 - 20:45


Je tins la porte le temps qu'elle prenne ce qu'elle avait besoin, je n'avais pas envie qu'elle s'enferme et panique encore. Je commençai à me ronger les ongles en la voyant sortir du frigo, je la voyais incertaine d'elle-même entrain de vérifier ses ingrédients. La culpabilité m'envahis, et si elle se faisait mal . Si elle se brûlait ou glissait. J'en serais responsable. C'est donc ce sentiment que ressentent les parents d'enfants qui apprennent à marcher. 

La fille déposa sur la table tous ses ingrédients. Je m’emparai d'un bloc de beurre pour le mettre à fondre, il valait mieux qu'elle ne s'approche de la plaque qu'un au minimum. Toutes sortes de scénarios se pressèrent dans ma tête, tous plus horribles les uns que les autres. 

Je lavai puis rangea soigneusement mon couteau, pour qu'elle ne peut pas tomber dessus, ou je ne sais pas ce dont elle est capable. Je passai un coup de main machinal sur le plan de travail, pour m'assurer de sa propreté.

La fille pencha le bac vers le saladier, là j'ai senti le coup venir, je me suis dit un truc du genre « mais qu'est-ce qu'elle fou  ». J'ai avancé la main vers elle, et ouvert la bouche pour lui expliquer qu'elle allait tout faire tomber. Les yeux ronds comme des billes je vis un nuage de poudre blanche autour de sa tête, trop tard. 

Je me suis dit qu'elle avait vraiment besoin d'aide. Je m'avançai vers elle, m'appuya sur le plan de travail et lui dit « le sol aussi voulait faire des crêpes? » et souris. Je plongeai ma main dans la farine du saladier, pour en ressortir une petite pelle à farine, je lui montrai en souriant. J’essuyai brièvement l'inox. 

« J'ai une idée, et si on se faisait ses crêpes ensemble, genre avant que tu ne détruises entièrement ma cuisine ? » je rigolais, parce que ce n'était qu'une blague, je ne voulais pas qu'elle ne se vexe pas. Mais je ne lui propose ça pas que pour rire, je m'inquiète en fait, pas pour la cuisine mais pour la fille. La pauvre  a déjà du mal à faire la pâte, qu'est-ce que ça va être pour les
cuire ?


Dernière édition par Ben Moonshine le Lun 28 Mar 2016 - 23:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Lun 28 Mar 2016 - 11:00

Ce fut la voix moqueuse à côté d'elle qui ramena Eryn à la réalité. Figée comme elle l'était, blanche de farine, et bloqué dans une expression de stupeur, nombres de personnes aurait pu croire à une statut de sel. Pourtant quand Ben se moqua gentiment d'elle, elle revint à elle. Son premier regard fut pour le sol qui était lui aussi maculé de farine. Sous son fond de teint improvisé, la rousse rougit et bafouilla

« Je suis désolée... Je... Je ne sais pas ce qui m'a pris de vouloir faire à manger... Je suis une catastrophe ambulant... J'arrive même à brûler mes nouilles instantanées »

Alors qu'un flot de parole s'écoulait de sa bouche, Eryn serra les poings en essayant de contrôler la monté de larme qui menaçait. Sans réussir à l'aider, elle regarda Ben nettoyer ses bêtises alors que ses yeux devenaient terriblement mouillé. Mais elle serra les dents, refusant de fondre en larme devant un inconnu aussi serviable.

Lorsqu'il lui proposa de l'aider dans sa confection de crêpes, ce fut le soulagement total. Elle hocha la tête, en essuyant maladroitement ses yeux. Secouant ses cheveux et tapotant son visage, elle fit tomber les dernières nuées de farine qu'il restait puis revint vers lui

« Merci beaucoup ! Je promets de faire bien attention à ce que je ferai et j'espère qu'un peu de votre talent m'atteindra, sinon je suis bien vouée à manger dans une cantine toute ma vie ! »

Elle avait tentée une pointe d'humour, mais sa voix encore un peu frêle ne laissa pas de rire s'en échapper. Elle frotta ses mains puis se rapprochant du plan de travail, elle lui dire

« Si je me souviens bien, on commence par mettre de la farine et y faire un trou au milieu. Puis on ajoute tous les ingrédients je suppose ? »

Elle reprenait en force et vigueur. Avec l'aide du cuisinier, elle ne pouvait que s'en sortir désormais !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Lun 28 Mar 2016 - 12:39


Mais petite peste elle, te plaît pas ma cantine ? Je me suis dit en souriant. Quant au talent, ça n'existe pas, j'ai travaillé, me suis renseigné pour pouvoir m’en sortir, peut être qu'elle finira comme moi. Si je prends la peine de lui expliquer qu'elle pourrait être bien plus douée que moi.

Eryn me fis pars de son hésitation quand à la recette. Je réfléchis avant de lui répondre, afin de pourvoir lui expliquer avec des mots qu'elle retiendra. Pas trop simple non plus, elle n'est pas débile ou retardée.

« Dans ce genre de recette, on mélange d’abord tous les ingrédients secs ensemble et les ingrédients humides ensemble. Mais personnellement, je préfère incorporer le plus petit des liquides, puis le reste dans un ordre croissant. Par exemple ici, on va d’abord mettre les œufs, puis le beurre, puis le lait. »

Je ne savais pas trop si elle avait compris le principe, mais je commençai quand même à ouvrir un œuf au-dessus du bol en inox. Elle comprendrait bien assez tôt, si ce n'est déjà fait. Je repensais a la derrière fois que j'avais fais des crêpes, j'avais un peu près son âge. Mon père ne savait pas les faire, je m'y étais donc essayé, grande erreur. J’étais bien pire que l’en-farineuse là.

Un peu près, son âge ? Mais en fait, elle a quel âge ? J'ai toujours du mal avec ces gosses asiatiques, je sais qu'elle est étudiante, elle doit avoir un peu près 19 ans non ? Étudiante ça correspond à l’unif, je crois. Plein d'incertitudes, je questionnai donc à Eryn à propos de son âge.

« Euh, tu as quel âge ? Parce que j'ai du mal à mi-retrouvé dans les années d'ici. Je veux dire, tu est en section étudiant, ça ok, mais je ne suis pas sûr de savoir ce que c'est. »

Je mis mon pouce dans ma bouche pour me ronger l'ongle, me l'emplissant d'un goût d’œuf cru. Ça me stresse quand je ne trouve pas les mots !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Lun 28 Mar 2016 - 19:23

La rousse écouta avec attention la recette que lui débita le cuisinier. Wow, même une recette aussi simple prenait des air de conquête pour elle qui était nulle en cuisine.  Avant de se pencher vers le cuisinier pour regarder comment il s'y prenait,; Eryn s'accrocha les cheveux à la va-vite.Comme ca, en plus d'être toujours à moitié salie de farine, elle se rajoutait une coupe bien débile par dessus... Ahh, heureusement qu'elle n'en avait rien à faire quand même !

« C'est fou... quand je vous écoute, j'ai l'impression que c'est super simple ! Je vais finir par venir prendre des cours ici, si ca continue ! »

Ca y est, le rire revenait, et la plaisanterie aussi. Quoique... au fond, la jeune fille se dit qu'il lui serait bénéfique de savoir se débrouiller un peu mieux dans ce domaine. Apparemment, la bonne volonté ne suffisait pas à lui permettre de faire une recette simple sans catastrophe... Elle allait songer sérieusement à s'inscrire à des cours de cuisine, au final.

La voix de Ben la tira de ses pensées. Elle releva la tête vers son visage, les yeux curieux. Son âge hein ? Apparemment beaucoup de gens disait que son visage faisait jeunette, alors que son caractère calme et ordonnée la vieillissait. Le cuisinier, lui, ne semblait pas bien vieux non plus, bien que suffisemment pour être à ce poste. Elle lui adressa un sourire avant de répondre

« Pas de soucis, le système éducatif pour une personne étrangère n'est pas forcément simple... Je viens d'avoir mes 18 ans, je suis un peu plus jeunes que les gens de ma classe du fait de ma date de naissance tardive ! Et vous, si ce n'est pas indiscret ? »

Elle était sincèrement curieuse de savoir à quel âge cet homme avait fini par se retrouver au Japon. Elle avait bien vu ses traits typés européens, à l'instar des ses siens, mais si elle se considérait pleinement japonaise, elle sentait chez Ben une appartenance à ses origines.


« Vous venez de loin ? Ca... » Elle hésita un instant sur la question, mais finit par se lancer. « Ca ne vous manque pas trop votre chez-vous ? Vous aimez le Japon ? »

Elle lui lança un demi-sourire un peu craintif mais sincèrement et continua à le regarder préparer la pâte à crêpe avec attention.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Mer 30 Mar 2016 - 21:06


Eryn se recoiffa brièvement, sûrement pour plus de facilité au travail. Bon c'est plus hygiénique aussi mais elle devait pas prendre cette option en compte.Elle n'était pas sale non, mais je me suis dis ça du fait qu'elle ne s'était pas lavée les mains en rentrant, et pas mis de charlotte.
Il lui restait des petites particules de farine par ci par la, et trois petites poussières sur le nez ce qui me perturba quelque peu, j’hésitai quelques instants à lui en faire pars mais en conclu que ce n'était pas très distingué.

Mais c'est simple ma grande, faut juste se calmer un peu respirer et posé la recette dans sa caboche. Les gens pensent que cuisiner c'est difficile, il faut de l'inspiration, mais en fait pas du tout il suffit de s'y mettre.

Eryn répondit à ma question sur son âge. Dix huit piges hein, elle doit avoir son CESS ou ce qui s'en rapproche ici. Je devais vraiment me renseigner sur le système scolaire japonais. Elle me questionna ensuite à son tour, s’inquiétant de ne pas me gêner, ou quelque chose dans le genre. Il n'y avait pas de quoi avoir honte de mon âge. Bon c'est vrai, la trentaine me faisais un peu peur mais, j'avançais sans y réfléchir, parce que dans le fond c'est irrémédiable.

« Oui c'est indiscret, mais entre nous on s'en fou un peu non ? J'ai vingt-sept ans et toute mes dents, même si cette blague n'a jamais fait rire personne. » je lui souris pour prouver mes dires a propos de mes quenottes. Pas que mais bon entre autre.

Elle me demanda mes origines et, s'enquerra de le nostalgie que j'éprouvai pour mon pays. J'y repensa une nouvelle fois. C'est vrai mes potes me manque, la Belgique me manque, mon père me manque, le climat est le même ça m'aurais pas manqué ça tiens. Pourquoi cette fille me donne l'impression que c'est la première fois que j'y repense ? Je me sens mal mais j'ai l'impression de prendre une bouffé d'air, après de longues années sous l'eau.

La gorge serré je fis tout mon possible pour qu'elle ne le remarque pas.
« Je ... Je suis belge, oui ça me manque un peu. Le japon c'est cool mais bon, y'a des choses qui ne sont pas la, je fais avec » je lui ai souris pour caché ma tristesse.

« mélange les œufs et la farine je vais voir mon dîner. » je partis en direction de ma poêle de légumes et en goutta un :al dente je les réserva sur le côté le temps de les utilisés. Je repartis en direction d'Eryn pour voir comment elle s'en sortait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Ven 8 Avr 2016 - 15:21

La rousse se mordit les lèvres inconsciemment. Au fond, elle ne savait pas si elle avait le droit de poser ce genre de questions, mais plus inquiètant encore, elle craignait de remonter des souvenirs parfois difficiles dans la mémoire de son interlocuteur. Habituellement, c'était cette crainte de réveiller de vieilles blessures qui faisait que la japonaise faisait extrêmement attention à ses mots, ses questions et même plus largement son comportement. Mais aujourd'hui, pour le première fois depuis bien trop longtemps, elle avait osé être naturelle. Sa curiosité était sortie par sa bouche sans filtre ou bienséance. Et cela lui fit grand bien.

En entendant la réponse de Ben sur son âge, et sa remarque sur le fait qu'ils étaient entre eux, Eryn se fendit d'un grand sourire sincère et heureux. Avec cette simple petit remarque, la jeune fille retrouva un grand rayon de lumière pour le reste de sa journée. Après quelques secondes de silence, il osa également lui parler de ses origines. A travers son ton calme et son sourire, Eryn sentit également la nervosité de son interlocuteur. Sensible comme elle l'était (elle ne pouvait cacher à personne son empathie croissante, disait souvent sa nourrice), la jeune fille eut un mouvement rapide. Elle posa sa main sur l'avant-bas du cuisinier et le pressa avec affection et douceur. Aussi vite eut-elle eu ce mouvement, aussi vite reprit-elle ses distances et répondit-elle

« Alors nous avons des origines proches. Toute ma famille maternelle est d'Irlande... Je rêve de visiter l'Europe d'ailleurs » Et elle lui adressa un sourire doux.

Finalement, elle attrapa le saladier avec les ingrédients qu'avaient ajouter Ben et un fouet. Et là, elle se concentra pour réussir à mélanger la farine et les oeufs. C'était... immonde. L'oeuf collait au fouet et se mit à former des paquets en se mélangeant au reste. Déjà, la rousse pressentait l'arrivée de gros grumeaux. Se tourna vers Ben, elle lui demanda :

« Il s'avère que je suis toute aussi nulle pour mélanger... Comment faut-il faire pour éviter les grumeaux ? »

Elle lui adressa un sourire penaud mais persevera dans sa tâche et tentâ coûte que coûte de mélanger le tout jusqu'à ce que le cuisinier puisse venir lui montrer la bonne méthode. Elle avait un bol fou d'être tombé dessus quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Dim 10 Avr 2016 - 11:20

J'avais réussi à reprendre mon calme, sa question avait été comme une baffe, me ramenant à la réalité. Une dure réalité, ici, je suis seul, je n'ai pas vraiment d'amis, je passe mes soirées à jouer comme un gosse de 15 ans. Je n'ai pas l'impression d'avancer dans ma vie depuis mon arrivée dans ce pays.

Le regard perdu dans le vide, je m'appuyai le dos sur le rebord de l'inox à un mètre de l'Irlandaise. Je me plaçai à cette distance que pour rassurer Eryn, s'il n'en tenait qu'à moi, je me serais enfuit depuis longtemps.

Mon dîner maintenant quasiment terminé, je pouvais me concentrer entièrement sur la jeune fille et son lot de soucis.

Elle se débattait avec son fouet et son début de pâte. Je ne voulais pas l'aider tout de suite, parce pour me moquer d'elle ou autre, mais au pire, elle se tromperait et s'améliorera par la suite. Elle m'exposa ses doutes concernant le début de pâte qu'elle avait réalisée.

Je n'ai pas réagi tout de suite, j'avais entendu, mais j'étais encore dans mes pensées. Il y eut un petit silence gênant avant que je réalise qu'elle attendait une réponse.

« Euh, tu.. Tu n'auras pas de grumeaux ne t'inquiète pas, pour l'instant ça ne ressemble à rien et c'est normal, quand tu vas ajouter les autres liquide ça ira mieux. »

Je m'emparai de la casserole de beurre fondu, et la déposai sur le plan de travail pour que le beurre refroidisse. S'il était trop chaud cela risquait de cuire l’œuf et là, il y aurait des grumeaux et non des moindres. Je lui avais dit qu'il n'y aurait pas de grumeaux pas parce que c'est impossible, mais pour la rassurer.

Je jetai un coup d’œil à sa pâte et en conclus que c'était le bon moment que pour ajouter le lait.

« Tu peux mettre le lait maintenant, petit à petit. N'en rajoute une dose que quand la précédente est bien incorporée. »

Je lui tendis le lait en pensant, on a presque fini Eryn, allé, je te fais confiance.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: En attendant la chandeleur  Dim 17 Avr 2016 - 10:24

Eryn continuait de regarder sa préparation avec perplexité. Ben lui assurait que tout était normal et qu'une fois les éléments liquides rajoutés, la pâte aurait la consistance voulue. Pourtant, pour le moment, en mélangeant maladroitement son mélange presque gluant, elle sentait son assurance s'éffondrer. Elle n'allait jamais réussir.

Ce fut lorsque le cuisinier lui conseilla de rajouter petit à petit le lait qu'elle releva un regard paniqué vers lui. Il était clairement en train de lui demander de gérer deux choses en moment temps sans provoquer de catastrophe non ?! Pourtant, l'expression qu'il avait sur le visage empêcha la rousse de se décharger de cette étape. Hochant la tête, elle attrapa la bouteille de lait et inspira à fond.

Ce qui se passa ensuite aurait pu être noté dans les annales. Eryn réussit à verser une dose correcte de lait sans en mettre la moitié à côté, ou sans tout lâcher dans le plat. D'une main douce, elle se remit à remuer doucement la pâte, intégrant petit à petit la dose de lait. Et comme par magie, sa pâte se lissa et devint plus liquide sous l'opération qui se déroula avec merveille. Les yeux brillants d'une joie non dissimulée, elle réitéra deux, trois fois l'expérience sans se louper. La pâte prit peu à peu la consistance d'un mélange à crèpe, sans grumeau, sans accro, sans en mettre partout. Mon dieu, elle avait enfin réussit à faire quelque chose !

Se tournant vers Ben, elle lui lança un grand sourire, les yeux toujours illuminés et lui dit :

« Regarde, j'ai réussi ! La pâte est nickel ! C'est grâce à tes conseils, merci... Merci beaucoup ! »

Prise par la joie et l'empressement de montrer sa première réussite culinaire, elle l'avait tutoyé sans même sans rendre compte. Quand cette compréhension se fit dans son esprit, elle rougit, et détourna les yeux en demandant :

« C'est quoi l'étape suivant, du coup ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: En attendant la chandeleur  

Revenir en haut Aller en bas
 
En attendant la chandeleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: