Partagez | 
 

 (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Mer 22 Juin 2016 - 19:45


Vendredi - 16h

Les maths. Douce torture, fatigue et neurones malmenés, rajouté à ça : un petit filet de bave au coin des lèvres et une feuille couverte de gribouilles : un carré sur deux rempli formant un damier dans un coin, des ziguiguis dans un autre, et quelques trous percés à l'aide d'un compas. Les maths te rendaient créative petite Claire. Qu'avais-je d'autre à faire ? Arrivée depuis peu je n'avais toujours pas trouvé d'âme généreuse pouvant me faire remonter la pente algébrique. Un peu perdue dans toutes ses notions j'avais essayé tant bien que mal de m'y accrocher, mais l'incompréhension a eu raison de moi. Autant vous dire que j'étais malgré moi et mes efforts une quiche en maths, mais que voulez-vous, la nature ne m'avait pas doté de la science infuse et de cet esprit logique capable de calculer mentalement un amas de chiffre à la vitesse de l'éclair.
Mais surtout, pourquoi terminer la semaine avec cette calamité ! Il y en avait bien un à qui ça plaisait, ce gars dont je ne me rappelais plus le nom, cette tête brune à lunette qui, chez moi, se serait fait étiqueté en tant que gros bizu'. Il était assis à deux rangés de moi et m'avait particulièrement agacé aujourd'hui à levé la main à chaque question, à répondre juste alors que plus loin je bougonnais de jalousie tout en pataugeant dans la mélasse.

J'étais sortie de cours légèrement éreintée et blasée. La seule solution pour reprendre du poil de la bête était de penser à mes petites douceurs françaises qui m'attendaient.
Arrivée dans ma chambre je saluai brièvement ma coloc' et troquai mon sac de cours contre ce sac en plastique rempli de choses à grignoter : Deux boîtes de macarons en tout genre Ladurée, un paquet de ces petites têtes de cochon sablées à la framboise et bonbons acidulés. Motivée à travailler, je ne pris pas le temps de me poser et préférai me hâter dans la salle commune pour chercher la tranquillité. Un vendredi, fin des cours, quasiment personne n'y serait.

***

Silencieuse, je pénétrai dans la salle où régnait un fond sonore étoffé provenant des gens dans le parc, des cliquetis d'un clavier d'ordinateur et de messes basses. Comme prévu seulement six ou septs personnes s'y trouvaient.
Je posai mon sac sur la table et m'installai sur une chaise avant de souffler bruyamment tout en levant les yeux au ciel... J'avais oublié mes affaires de cours, tête en l'air que j'étais. Plutôt agacée, je pris le chemin inverse, me dépêchant de récupérer ces conneries et de manger enfin mes macarons, laissant derrière moi, mon garde-mangé.


Dernière édition par Claire J. Gauthier le Sam 2 Juil 2016 - 8:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Mer 22 Juin 2016 - 20:50

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Je n’ai pas vraiment hâte d’être à ce week-end, car il me faudra certainement supporter mes camarades de chambre. Je vais réfléchir à quelque chose à faire, et j’espère qu’il fera assez beau pour que j’aille étudier tranquille au parc. Sinon, ce sera la journée à la bibliothèque, aka. le meilleur endroit du monde. Et puis, je n’ai jamais trop hâte que le cours de maths termine, inutile de vous dire pourquoi. Une plage d’une heure, je trouve souvent que c'est trop peu. Mais bon, ça n’a pas l’air d’être l’avis de tout le monde, vu le regard blasé que font certains en regardant par la fenêtre, alors que je réponds et débats avec le prof, lui non plus pas très enclin à prendre part à ce genre d’échange. Oui, bah, je sais que c’est pas au programme de 5ème année, ce que je récite, mais c’est pas une raison pour ne pas essayer de se dépasser, ou d’élever un peu le niveau. C’est péteux de ma part de pas forcément vouloir me mettre au niveau du reste de la classe, mais qu’importe, je suis le seul motivé, à cette heure de la fin de semaine, alors, quelle importance? Bref. Comme d’habitude, ça termine trop vite, et je ne me sens pas de rentrer à l’internet si c’est pour entendre Summer gueuler, Aoi me raconter sa journée et me harceler pour savoir comment était la mienne, et Dovick nourrir sa stupide grenouille en tirant une tête d’enterrement. Je sais, ma chambre envoie du rêve. Un tas d’obsédés seraient ravi, pendant 24h, d’avoir un pseudo-harem, mais je pense qu’il fuiraient vite, quelque soit la concentration de leur libido. Les énergumènes qui peuplent ma chambre sont la meilleure contraception possible, croyez-moi. Oui, c’est sale, et batârd, mais que voulez-vous.

Une fois le cours fini, je me dirige vers la bibliothèque pour prendre quelque livres, et ait la désagréable surprise de voir que les tables sont pleines, et qu’il me faut donc me déporter ailleurs. Il y a toujours la salle de travail commune, j’imagine. Ça risque d’être un peu plus bruyant, mais au pire, j’aurais mon lecteur mp3. Bref, mes bouquins empruntés, je me remets en route pour atterrir dans la salle commune, qui n’est pas très remplie, ce qui fait plaisir à voir. Je prends place et commence à feuilleter mes emprunts du jour, avant d’être déconcentré par une odeur qui me fait presque saliver. Hm. C’est pas très sérieux, mais il faut que je sache d’où ça vient, sinon, je ne vais pas cesser d’y penser et je vais pas bosser. La cafétéria n’est pas dans le coin, et si c’était le jour des beignets maison, des mochi, ou des extras, eh bien, je ne serais pas ici. Mon regard tombe sur un sac installé sur une table à quelques mètres de moi, sur la même ligne que la mienne. Je balaye les environs des yeux, personne ne semble être le propriétaire du sac en question. Trop curieux, je m’approche et observe dans le sac pour tenter de voir ce qu’il y a de temps et…

« … Oh, wow. »

Comme un voleur, je redresse la tête. C’est de l’or ce qu’il y a là-dedans, c’est un cadeau tombé du ciel, ni plus, ni moins. Des Ladurée. C'est des Ladurée, bordel! Et des sablés. Glb. Des vraies friandises occidentales ici, c'est juste inespéré, je peux pas rater cette occasion. Par réflexe quand à la faim soudaine qui me saisit, je déglutis avant de m’éclaircir la gorge, et demander, à tout hasard, aux gens présents (pas en criant non plus, hein, juste aux personnes présentes dans le coin).

« Euh, il est à quelqu’un, ce sac? »

Fis-je en désignant le sac en plastique remplis de trucs qui capables de faire baver un anorexique d’envie. Je n’obtiens pas de réponse ou bien des haussements d’épaules, mais j’hésite encore à me servir. Non, parce que bon, soyons clairs, je ne suis pas cleptomane. Mais, j’ai demandé et insisté (ahrem), et ce sac semble vraiment être abandonné là, le pauvre. Du coup… J’imagine que personne ne dirait rien, si je pique juste un de chaque pour la route… Pas vrai? Ça pourrait être n'importe qui! Pinçant les lèvres et haussant les sourcils, dans un air faussement innocent, et franchement peu discret, je glisse la main dans le sac pour prendre quelques gâteaux, avant de me préparer à retourner à ma place. Encore tourné vers le sac, je mets un premier biscuit dans ma bouche puis fais volte-face pour—

« Ah. »

Oui, « Ah. », c’est pas l’expression de surprise la plus glorieuse ni spectaculaire que j’ai pu avoir, avec mon sablé encore porté à mes lèvres. Mon regard se fixe sur la jeune fille en face de moi et— Oh, attends, mais elle est dans ma classe, elle, je la connais, c’est la nouvelle… Gauthier, non? Bon, ça n’empêche pas que j’ai été littéralement pris la main dans le sac (huhu), et que je ne sais pas trop comment me dépatouiller de cette situation. Non, puis, hein, elle n’allait pas tout bouffer toute seule, on dira que je l’ai aidée à rien gâcher. Bref, après avoir commencé à tenter de formuler une excuse, je me rends compte que ce n'est pas vraiment mon genre, et je finis par être franc.

« Héhé. Justement, je me demandais à qui, euh… Oui, non. En fait j’étais totalement en train de voler dans le sac, j’avoue. »


Dis-je en croquant pour de bon dans le sablé. Je n’ai aucun respect, maintenant, vous pouvez le dire. Mais j’assume. Je crois. Yolo.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Mer 22 Juin 2016 - 22:36

J'entrai en trombe dans la chambre, cognant au passage ma coloc' qui s'apprêtait à sortir mais je n'avais pas le temps d'être retardée par des bobos ! Je pris les deux livres et ma bouteille de thé glacé et m'éclipsai aussitôt.
« Pardon désolée, mets une poche de glaçons sur ton nez ça ira mieux, à plus ! » … genre la nana angoissée d'avoir laissé ses petits gâteaux tout seuls.
Je marchais assez vite, quelque peu essoufflée et plutôt mal à l'aise d'avoir laissé mes affaires sans surveillance. On m'avait pourtant dit qu'au Japon le vol était beaucoup moins courant qu'en France. Chez moi tu poses ton truc, t'as même pas le temps de dire ouf que ça disparaît. Mais des gâteaux, MES gâteaux... ça avait la même valeur que le dernier Iphone ou qu'un sac Chanel !

Arrivée devant la porte, je soufflai un grand coup pour faire redescendre le cardio. J'entrai sans faire de bruit, préférant me faire discrète vu ma tête de fille qui vient de se taper un marathon. Alors que je me dirigeai vers ma table, mon expression se modifia à chaque pas, passant de l'interrogatif au perplexe, pour finir en une expression revêche. Cachée et avançant à pas de velours entre les deux petites bibliothèques, j'observai cet individu à l'attitude suspecte. Croisant les bras je me penchai d'un côté et vis un bout de plastique dépasser de ce gros bloc et quelques miettes tomber sur le parquet... Le vol était moins courant au Japon ? Mon cul oui ! Regardez-moi ce pitoyable écureuil !
Discrètement je me glissai derrière ce curieux personnage et tombai nez à nez devant lui. Mes yeux s'arrondirent en voyant la tête à claque de ma classe, monsieur le génie des sciences, le gars que t'a trop envie de coincer dans un coin pour le rouer de coups. Non pas que j'aimais pas les gens brillants, mais au court de ma première semaine il était bien le premier à me les avoir brisé en contestant toujours tout, hautain comme pas possible avec ses connaissances de matheux renfrogné... Rah. Je ne le connaissais pas, j'avais même pas pris la peine de retenir son nom, mais tout ce que je savais, c'est qu'il était pas le genre de gars avec qui je prenais du bon temps. Je me retins de lui sortir ce magnifique : « gros porc ». Restons courtois. Mais le pire, c'est qu'il assumait parfaitement ce qu'il faisait ! Pas une excuse, rien ! Il continuait même à manger mon délicieux sablé à la framboise... ma petite tête de cochon de chez Mark & Spencer... sacrilège !

Je croisais les bras, affichant désormais une expression entre la froideur, l'agacement et l'énervement. Il se prenait pour qui lui ?
« … Quel toupet ! » dis-je en français. Je baissai tout de même le ton pour ne pas attirer l'attention. C'était déjà pas trop mon jour avec cette première semaine difficile, à rattraper tous les cours, à devoir s'installer, s'habituer, tous ça...
Sourcil froncé je m'approchai plus de lui « Je ne sais pas d'où tu viens, mais chez moi quand on fait une connerie aussi grosse que soit on s'excuse. Non mais d'où on se permet de fouiller dans le sac des gens et de se servir ! » Je soufflai un coup et continuai mon speech « T'aurai attendu que je revienne, tu m'aurai gentiment demandé là oui, je t'en aurai donné volontiers » Je secouai la tête complètement dépassée par la situation. Je laissai tomber les affaires qui m'encombrait sur la table et vérifiai que tout le reste du sac était toujours là. En même temps... une petite partie de moi le comprenait, comment ne pas résister à ces merveilles, pour ma part rien que savoir qu'ils sont là me donne des étoiles dans les yeux et des papillons dans le ventre.
Légèrement contrariée de m'être emportée comme ça, je sortis au final : « Sont bons hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Mer 22 Juin 2016 - 23:29

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Ah bah, oui, bah je m’attendais à quoi, à part une telle réaction, aussi? Moi aussi j’aurais fait un caca nerveux si on avait touché à ma bouffe… Quoique quand on grandit avec deux frères, les pique-assiette sont assez fréquents. Bon, disons que je ne suis pas contre partager de la bouffe (et seulement la bouffe), mais ça dépend de la tronche du client. D’accord, c’est pas bien de piquer dans le sac des gens, oui, j’ai du toupet, haha. Je sens que ma camarade va exploser, et je suis bien trop zen (probablement car je le suis quasiment toujours quand je bouffe), je crois, si je m'en prends une je devrais pas être surpris. Hm. Je devrais culpabiliser plus que ça, vraiment, il semblerait, vu comme ma joueuse est en train de hurler d’agacement et de honte derrière son écran. Je me demande d’où vient Gauthier du coup, ça sonne européen, pour sûr, ça expliquerait la provenance des friandises. Enfin, j’imagine, mais je suis pas linguiste, faudrait que je demande à mon frère, lui qui se vante si souvent de son "radar à étrangères sexy". Pas que je trouve ma camarade sexy, je la connais même pas. Je la laisse finir sa crise tout en mâchant sobrement le sablé, franchement plus occupé à me dire que c’est orgasmiquement bon. Ils ont de très bonnes pâtisseries et bonbecs, ici, mais c’est tout de même souvent chimique, et ça fait du bien de re-goûter à une saveur plus authentique.

Enfin, ma camarade finir son laius et moi mon, son.. Enfin, le biscuit, quoi, vous avez pigé. Elle s’assoit, visiblement irritée (bah, oui). Et je sens que je vais pouvoir m’expliquer plus calmement. Merci à cette merveilleuse bouffe de me mettre de bonne humeur (et le fait de pas avoir croisé mes collocs, aussi), Gauthier aura la chance de me voir pas trop victime de ma tourette habituelle. S’ils sont bon. Je ne peux pas me retenir de ricaner.

« Ah, bah oui, carrément. »


Je m’éclaircis la gorge. Après tout, une explication est peut-être en règle. Si je ne culpabilise pas dans cette situation, je crois que c’est plus ou moins « juste » de m’arranger pour qu’on reparte à égalité dans cette histoire. J’ai beau faire le con, et ne pas me donner de circonstances atténuantes, il faudrait peut-être un jour que j’arrête de me mettre tous mes camarades à dos, sinon je vais vraiment pas très bien terminer mon année.

« Bon. Plus sérieusement. Je vais pas me chercher des excuses. Mais les gens ont pas réagit quand j’ai demandé si ton sac appartenait à quelqu’un. Enfin, je regrette pas, c’était quand même vachement bon, je sais pas où tu les a eus, mais je veux bien l'adresse. »
Je marque un temps d’arrêt, pour chercher mes mots, en tentant de rester plus ou moins posé dans mon ton. « Voler, ça se fait pas chez moi non plus. Du coup, si je peux te rembourser ça à part égale, on sera quittes. »

Ce n’est pas une proposition, c’est quelque chose qui est déjà décidé dans mon esprit. Attention, hein, je me suis pas changé en samaritain. Si ces gâteaux n’avaient pas été aussi bons, j’aurais probablement jamais proposé ça, et je l’aurais simplement envoyé chier. Le truc, c’est que oui, ça faisait un bail que je m’étais pas autant régalé, alors, je vais me racheter, histoire que ça dépasse pas, qu’on soit clairs, au moins pour éviter les ennuis.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Jeu 23 Juin 2016 - 0:41

Décidément, j'avais le don de tomber sur de sacrés gugus... Après une russe je m'en foutiste légèrement schizophrène, aux absences mentales et qui voulait introduire son python dans le lycée, voilà un hurluberlu sans gêne aux tendances boulimiques. Seigneur, que c'était fatiguant.
Je l'écoutais, blasée, le voyant toujours avec son biscuit comme si la finalité absolue pour lui était de le terminer jusqu'à la dernière miette. Ça sentait le Trouble des Conduites Alimentaires !
Je zieutai un peu le personnage, un grand bonhomme à un léger accent, quelque peu rembourré sous le par-choque, avec une adorable petite brioche qui me faisait penser à mes gros nounours disposés au bout de mon lit. Malgré cela, nous avions un point commun : nous étions en communion avec la bonne bouffe.

L'estomac sur patte me fit des excuses, mais à sa manière. Du moins il reconnaissait ses tords et c'était déjà ça ! Faute avouée est à moitié pardonnée comme on dit. Mais il me fit rire en me demandant les adresses, je passais pour une passeuse de tête de cochon en sablé dont le dealer pouvait ajouter un nouveau client à sa liste. Ma foi, je n'avais jamais vu quelqu'un aussi en extase devant un petit gâteau, limite il vouait pas un culte au paquet... Mais je riais encore plus intérieurement lorsqu'il me parla de remboursement, pour un gâteau ? Pour un simple mélange de farine, sucre beurre et levure ?

« Heu... » Je clignai des yeux, l'air hagard. « Ce n'est qu'un gâteau... J'en ai à la pelle des comme ça, pas besoin de me rembourser pour quelques miettes ». Je pris ma bouteille de thé glacé et en pris une petite gorgée pour éclaircir ma gorge. « Puis des sablés comme ça tu n'en trouveras pas ici, les miens viennent d'une boutique nommée Mark & Spencer, à Paris », et de la Défence plus précisément !

Je tournai le paquet dans ma direction et pris un biscuit. Je le voyais ce petit gourmand, bave coulante aux coins des babines avec ce regard de convoitise, fixé sur MES gâteaux. J'avais presque envie de filmer ça. Mais, j'avais un cœur, peut-être que cette pauvre âme avait terriblement faim, ou peut-être que cette pauvre âme était tourmentée au point de combler un manque en se gavant... Seul Dieu savait.
Je levai les yeux au ciel et avançai le paquet vers lui « aaanh... Vas-y, sers-toi ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Jeu 23 Juin 2016 - 13:21

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Hm, je crois qu’elle n’a pas bien saisi ce que je voulais dire. Bien sur que je ne vais pas lui rembourser des miettes de biscuit matériellement, ce n’est pas ça, l’idée. Non, c’est pour le « geste », c’est juste pour qu’on soit quittes, vraiment. Je suis comme ça, j’ai beau me comporter comme un connard la plupart du temps, j’ai ce côté droit et loyal, qui va avec ma franchise (à défaut d’être un très mauvais menteur). Ça ne plaît pas à tout le monde, cet aspect tatillon et pragmatique, certes, mais si ma vie doit tourner autour du fait de plaire aux autres, je ne vois pas trop l’intérêt de la vivre.

« Non, t’as pas compris. »
Fis-je, peu expressif et un presque tranchant. « Je vais pas te rembourser des miettes, on s’en fout, des miettes. C’est pour le geste, tu vois. Histoire qu’il y ait pas de lézard entre nous, j’ai pas envie d’avoir ça sur la conscience. »

C’est vraiment par soucis personnel et égocentrique d’être en paix avec moi-même en fait. Si je ne culpabilise pas pour le moment, je préfère me préserver de ce qui pourrait venir par la suite. Ma camarade m’explique donc d’où viennent les têtes de cochon, et je m’adosse à une table adjacente pour l’écouter parler. Ah, le charme de la France et de sa gastronomie. Enfin, bien sur que j’en trouverais pas ici. Mais elle, elle les a bien obtenus d’une manière ou d’une autre. Pendant qu’elle se sert dans son paquet et que je regrette déjà de ne pas avoir pris plus de sablés pour en manger d’autres, elle m’en propose, tout bêtement. Probablement par politesse, ou part pitié, j’en sais rien. Je ne peux m’empêcher de jeter un œil à ma dégaine… Non, je ne suis pas habillé en clochard, pourtant. Comme ce serait stupide de ne pas en profiter, je tends la main vers le paquet, sans me gêner.

« Ah, cool. »


Pendant que je mange et que mes papilles gustatives font la technoparade, je pense d’une part à mes bouquins en train d’attendre sur ma table que j’ai temporairement quitté, mais je ne vais pas partir comme un voleur avant qu’on ait été clairs sur notre marché.

« Je pensais. T’as déjà mangé des vrais Bretzels? Ou des vrais gâteaux allemands, pas les mauvaises répliques qu’on trouve ici. Ça ferait l’affaire pour mettre de côté cette histoire, non? »


Mon ton reste peu avenant. Je sais pas trop si c’est aussi une tentative de lier avec Gauthier par l’amour de la bonne bouffe, mais bon. Je ne suis pas du genre a trop réfléchir sur le sujet.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Jeu 23 Juin 2016 - 14:59

Je m'en foutais pas mal de cette histoire de « remboursement », quant bien même c'était pour alléger sa conscience, ça restait des broutilles. Ma foi il existait bien des gens qui, lorsque pris d'une forte dissonance cognitive, souhaitaient à tout prix retrouver un univers cognitif stable. Passons donc le point psycho, là n'était pas le sujet.
Coude posé sur la table, je tenais mon menton à l'aide de ma main et le toisais d'un regard ennuyé. Hop, un rapide coup d’œil vers l’horloge numérique, pressée de vite en finir avec lui pour m'attaquer aux maths. Mais, l’appellation des mots « bretzels » et « gâteaux allemands » me fit prendre un air plus intéressé voir même de négociation.

« J'ai déjà mangé des Bretzels, quand j'allais en Alsace, après je ne m'y connais pas rayon bouffe allemande » Je pris une pause le temps de réfléchir, mais seule la bière me venait en tête. « Mais, c'est pas vraiment ce qui m'intéresse, les échanges miam-miam, c'est cool mais... » Je le toisais de haut-en-bas « Question santé c'est pas terrible... » Moi ? Je venais de dire ça ? La fille qui avait une planque de gâteaux et de friandises disait ça ? Oui mais hé ho, moi je faisais du sport, je mange mais j'élimine derrière, pas comme lui on dirait... Oh que j'étais méchante. Promis j'étais pas dans ma période menstruelle ! C'était de bonne guerre. « Par contre... si tu pouvais à la place me prêter tes cours en maths et en physique-chimie pour que je rattrape ceux que j'ai loupé, ça serait vraiment sympa de ta part. » fis-je d'un air quasiment désespéré et légèrement abattu. Mais ce fut court, je redressai soudainement la tête, plus énergiquement, sourire narquois aux lèvres « Mais je veux bien tes gâteaux aussi ! » vu sa tête j'avais l'impression de demander trop... « et je pourrais peut-être, je dis bien peut-être, demander à ma famille de rajouter dans ma prochaine commande des biscuits pour toi » je sortis la boîte de macaron Ladurée « Comme ceux-là par exemple » fis-je en secouant doucement le produit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Jeu 23 Juin 2016 - 19:55

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
C’est vrai, ce n’est pas nécessaire de forcément être de la bouffe, qui compensera cette bavure, après tout. Faut bien avouer qu’elle marque un point. Tant qu’au final je suis peinard, qu’importe, finalement. Si je lève les yeux au ciel et émets un bref rire narquois quand elle dit préférer faire attention à sa santé, je demeure attentif quand elle aborde ses difficultés en sciences. Ah, oui, ça,  je me manifeste assez souvent dans ces cours pour qu’on comprenne que j’aime ça et que j’y passe du temps (je crois? Ou alors vous êtes complètement bigleux ou sourd, et il est temps de consulter). Je grogne toujours un peu avant de léguer mes cours (enfin, disons plutôt que quoi qu’il en soit, je grogne), et j’avoue que je suis réticent, probablement car mes notes c’est un peu mes bébés, quelque part, et que ce sont des trucs qui me tiennent à cœur, ces cours que je prends grand plaisir à étudier et à mettre au propre. Honnêtement, si ça peut permettre de régler nos histoires ici et maintenant, pourquoi pas?

« Bah, tu fais un peu pitié, vu comme ça. Et j’ai cru comprendre que tes notes n’étaient effectivement pas top dans cette branche.  Attends deux secondes, je vais voir ça. »


Je ne dis pas ça pour l’enfoncer, ceux qui commencent à me connaître sauront que c’est simplement ma franchise qui fait que j’ai tendance à dire ce que je pense tel que je le perçois. Je ne fais qu’exposer les faits, finalement. Bref, sans trop attendre, je pars d’un pas lent vers mes affaires pour rapporter un trieur rempli de cours copiés avec une précision maniaque, il ne faut pas avoir peur des mots.

« T’as besoin de quoi? Par contre, tu devines que ça s’appelle « reviens », hein? Si il y a quelque chose que tu comprends pas.. J’ai vraiment pas que ça à faire mais je pourrais t’éclairer. »


Oui, je suis celui qui lui a volé ses gâteaux, et je lui demande de ne pas voler mes cours. Mais sans présomption, c’est quand même pas sur la même échelle d’importance. Pourtant, pendant que je lui mets quelques cours sous le nez (non sans une certaine fierté camouflée), c’est elle qui aborde de nouveau le sujet de la bouffe. C’est parce qu’elle n’a pas envie de bosser, ou bien quoi? J’arque un sourcil, au départ perplexe, mais voila qu’elle m’agite une boite de macarons sous le nez. J’ai du mal à comprendre pourquoi elle me propose une telle chose après que j’ai fouillé dans ses affaires de la même façon qu’un grizzli obèse affamé.

« Hm… Avec de telles contreparties, c’est tentant. »


Mes yeux ont du mal à quitter la boite et je déglutis à nouveau en me sentant saliver. Observant fébrilement autour de moi comme si j’allais encore faire une connerie, je m’adresse à voix basse à Gauthier.

« … J’peux goûter? »


Si vous écoutez bien, vous entendrez ma joueuse s’arracher les cheveux et me traiter de « sale morfale ».



Blblbl:
 

---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Ven 24 Juin 2016 - 16:07

Faire pitié ? À cet instant les normes sociales qui dictent ce qu'il est bon de faire et de ne pas faire en société m’empêchèrent de verser sur sa tête le contenu de ma bouteille. Je confirmais mes apprioris sur ce personnage, imbus de lui-même, se positionnant au-dessus des autres avec son esprit doté de la science infuse.  Je fus par ailleurs surprise qu'il soit au courant de mes notes en sciences, ça ne faisait pourtant qu'une semaine que j'étais ici et l'intello de la classe avait déjà mon dossier scolaire en tête. À croire qu'il se documentait sur chaque nouveau sur leurs notes en maths par peur de se faire détrôner...
À  l'entendre j'affichais une expression agacée, les dents enfoncés dans ma lèvre inférieure signe d'une pulsion colérique retenue. Ce genre de personne m'insupportait au plus au point, mais j'avais besoin de lui. L'utiliser ? Disons les choses, bien sûr qu'on pouvait voir ça comme de l'utilisation, mon but n'était pas de sympathiser, à quoi bon faire cet effort avec lui. Je cherchais une personne pouvant me prêter ses notes, j'en ai trouvé une, point barre.

Je pris son trieur si gentiment prêté et le feuilleta rapidement.
« Merci. » fis-je sans cacher mon irritation. « Puis je vais pas te les voler, ce gros machin ne va pas encombrer mon bureau bien longtemps... Puis, merci de ta proposition mais je ne vais pas te faire perdre ton temps, quoi que... non, je me débrouillerai seule, j'ai juste besoin des cours de début d'année. » Je fermai le trieur aussi ennuyeux que son propriétaire et le mis de côté.

Fallait que je regarde dans mon agenda si aujourd'hui n'était pas la case entourée de rouge annotée « ragniagnia ».  J'étais fatiguée de cette première semaine, autant des événements que des personnes rencontrées, et honnêtement, je n'avais pas envie de bosser. C'était vendredi ! Le vendredi personne ne travaille, enfin, si, la seule exception qui infirmait la règle était ce Bibendum version de poche les yeux obnubilés par la boîte de macarons.
Je soupirai... Ce gars était vraiment sans gêne. Une personne normale, ordinaire, qui rentre dans la norme enfin vous m'avez compris : tout le monde sauf lui, se serait retenu de demander à une personne fraîchement rencontrée de taper dans la boîte à gâteaux ! J'allais faire comme disait souvent ma mère : Il faut accepter et s'adapter aux gens. Bah avec certains on avait pas bien envie de faire cet effort ! Mais ma bonté et ma grande gentillesse firent avancer la boîte grande ouverte vers lui, emplie de ces délicieuses formes rondes aux couleurs variées.

« Tu savais que tu étais désespérante comme personne ? » lui demandai-je tout naturellement, joue posée contre la paume de ma main. « J'ai jamais rencontré quelqu'un de cette manière honnêtement... Jamais vu ça ma parole...  »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Ven 24 Juin 2016 - 21:49

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
S’il y avait une page du Guiness des records réservée à la personne la plus malhabile et relou socialement parlant, je crois que j’aurais de bonnes chances d’y figurer. Ce n’est pas dans mes habitudes de faire des efforts pour m’attarder en fioritures et en tournures de phrases aimables, et j’ai du mal à voir pourquoi je devrais m’en excuser. C’est aussi une question de perception extérieure. Ce que je fais paraître est parfois éloigné de ce que je ressens, justement car au niveau émotionnel, c’est pas trop le top pour m’exprimer non plus. Sans rejeter toute la faute sur autrui (ce serait d’une mauvaise foi gerbique), ça n’est pas de mon ressort s’ils ne parviennent pas à prendre le moindre recul, ni passer à un certain degré d’humour, et qu’ils se ainsi retrouvent déstabilisés. Je ne dirais pas que je me complais dans une telle mentalité, cela me porte assez souvent préjudice pour que je me mette a réfléchir un peu à mon cas. Des efforts, oui, je tente d’en faire. Probablement n’aurais-je jamais légué mes cours de maths à Gauthier il y a deux ans. Probablement qu’à ce moment-là, je n’aurais pas du tout hésité à lui chaparder tout son sac d’un coup, uhu. Enfin, le passé c’est l’passé. Vu sa tête, je crois qu’elle a plutôt hâte de se débarrasser de moi, et je vais certainement pouvoir faire une croix sur les macarons.

« Comme tu voudras, je proposais pas ça par politesse. »


Dis-je en remettant la main sur le trieur. J’ai failli ajouter « je ne me force pas, contrairement à toi qui essaie de garder ton calme », mais comme je le disais, je me contrôle, des fois. Pas que Gauthier m’énerve vraiment (ce serait déplacé avec ce que je lui fais subir, bien que ce ne soit pas par quelque plaisir sadique). Mais, ça m’agace quand les gens intériorisent leur irritation, alors qu’ils pourraient se faire comprendre plus clairement juste en disant "MAIS TA GUEULE LE GROS!". Je suis là, alors qu’ils en profitent pour se lâcher. A leur place, je n’hésiterais pas alors pourquoi se retiennent-ils? Si je commence à chercher j’en ai pour des heures. Après avoir tergiversé ainsi, quelle n’est pas ma surprise en voyant les macarons m’arriver sous le nez, accompagné d’une interrogation, ma foi particulière. Qui ne me coupe pas l’appétit pour autant. Hm, j’ai envie de dire.. Il vaut mieux qu’elle appréhende mon côté imbuvable en se confrontant directement, plutôt que l'apprendre par des rumeurs.

« Oui. »
Je le sais, oui, je suis désespérant, mais faut-il s’accabler pour autant là-dessus, sans essayer de voir plus loin? Pas sûre qu’elle s’attendait à recevoir juste un « oui » un peu léger, par contre. Je n’allais pas me justifier, ce n’est pas mon genre. « Et j’ai jamais rencontré quelqu’un de cette manière non plus, si ça peut te rassurer. »

Ma dernière phrase est plutôt ironique. Elle marmonne quelque chose dans sa langue natale que je ne comprends pas et dont je ne me préoccupe pas. J’hausse les épaules, pas vraiment préoccupé par les questions d’exclusivité ou d’originalité.

« Au moins, tu te seras faite ta propre idée. Et tu pourras même ajouter « cleptomane » à ma réputation, si vraiment c’en est trop. » Là aussi, c’est assez bête et méchant, mais c’est encore mon humour bizarre.  Je redeviens plus sérieux, après avoir terminé la dernière bouchée de mon macaron. « Je vais pas te harceler pour les gâteaux, c’était débile, t’avais raison sur ce point. Tu peux avoir la conscience tranquille pour les cours aussi, je ne vais pas venir te les réclamer, dis-moi juste quand tu auras terminé avec. »

Oh, vous n’imaginez pas que je cherche à me faire pardonner ou à attirer quelque compassion que ce soi… Le ton tranchant que j’emploie conformément vous prouvera sans mal le contraire. Je crois que ma camarade est assez maligne et intègre pour comprendre qu’elle ne devra pas attendre la fin de notre année scolaire pour me les resituer. Je m’en remets à l’impression qu’elle ma laissé, au moins sur ce point, que Gauthier m’a semblé du genre droite et pas fumiste. Ce n’est pas que je lui donne ma confiance, mais cela me suffit pour ne pas me méfier.

« Sur ce. » Je commence à m’éloigner pour retourner à mes affaires. J’ai assez abusé pour aujourd’hui. « Je reste quelque heures encore ici jusqu’au diner, si tu as des questions, ma proposition tient toujours. »

Pas forcément dit très aimablement non plus, mais disons qu’il faut prêter attention aux mots et pas au ton, avec moi.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 



Dernière édition par Isaak Schwartz le Sam 25 Juin 2016 - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Ven 24 Juin 2016 - 23:02

Si je m'étais fait ma propre idée sur ce gars ? Pouvait-on vraiment dire ça ? Je n'aimais pas me contenter de quelques observations et jugements, je ne le connaissais pas, je n'avais jamais eu l'occasion de discuter plus en profondeur avec lui, ni même eux l'occasion de l'observer en dehors des cours.  Non pas que j'en avais envie, mais s'il fallait vraiment me faire une réelle image de ce personnage, il fallait le faire dans les règles, avec des informations fondées et valides.
J'étais moi-même sujette aux étiquettes. Avant même de me parler les gens préféraient dire de moi que j'étais hautaine, soit disant sur son piédestal, regardant les autres de haut.  Mais venez me parler bordel ! Les gens qui restent aux apprioris sont ceux qui ont peur d'avoir tord, tout simplement.
En tout cas, un point était vrai : C'était un gourmand, voir même un goinfre ! Il disait qu'il ne me harcèlerai pas avec les gâteaux. Vous voyez, je n'étais pas si convaincue que ça.
Ça me rappelait ces doux moment au collège et à mon lycée en France... à chaque pause entre deux heures de cours j'avais quasiment toute ma classe qui venait me réclamer mes bichoco,  la petite collation qui remplissait un gros tupperware.  Je voyais déjà le brun à lunette venir toquer à la porte de ma chambre réclamer son petit goutter, même en classe. Ça serait drôle, et même plaisant, ça m'évoquerait ces bons moments passés avec mes collègues en France, autour d'une table pleine de miettes, en train de démolir le prof en douce, de parler ragots et de prochaines soirées. Sauf que, quelque chose ne collait pas. Vu le type à côté de moi, on parlerait jamais de ce genre de chose. Quoi que, peut-être me trompais-je.  Ah vous savez je pouvais être surprise ! Le gars avait beau avoir une dégaine de gros coincé du cul il pouvait tout même adorer déblatérer à propos de sujet coquin, de la dernière vidéo porno vu la nuit dernière... M'enfin... Permettez-moi de douter.

Je le vis s'éloigner et prendre place sur le bureau d'à côté, restant à disposition au cas ou.  Je restai stoïque face à ce langage si dur et sans une once d'amabilité. Il avait quoi lui à être sans cesse comme ça ? Il aimait pas la vie, il avait pas baisé depuis un moment ou... ah non je sais... il avait faim ! Un homme qui se jette sur les gâteaux est forcément aigri quand il a faim. Je me mis à pouffer discrètement de rire, essayant de ne pas le regarder, histoire de ne pas lui donner l'impression de me moquer de lui.
Je pris mon cahier et la feuille de cours empruntée . Un bref instant je me mis à lire et à me concentrer mais je me demandai soudain quelque chose : ce gars, est-ce qu'il avait déjà trempé son biscuit ? Je redressai la tête pour le regarder en profondeur. Hum, sourcils légèrement froncés, l'air froid et sévère, un peu trop et toujours concentré, habillé d'une manière pas très « stylé », un peu en surpoids, pas vilain mais simple. Hum... Pour moi il était puceau. Verdict rendu.
Je secouai la tête, me trouvant bien déconcentrée. Un bref instant de vide me fit comprendre que c'était inutile de persévérer.
« Hum ! » fis-je, lèvres pincées. Je me mis à jouer avec le clic clac du stylo, à renverser ma tête, la bougeant de droite à gauche pour volontairement balayer la table de mes cheveux. Ma caboche fit un tour en partant en arrière et pour enfin revenir sur son axe.
« Huuuum... dis-moi » fis-je en regardant ailleurs « Tu le fais exprès d'être comme ça ? Je veux dire, comme ça » Je me redressai un peu, épaules carrées, l'imitant mais d'une manière exagérée « Guten Tag, moi je suis fort en maths, toi t'es nulle, je peux t'aider si tu veux mais ça m'emmerde rororoh, pas content pas content. ». Oui bon, j'avais envie de me donner un air comique, mais vu sa tête ça ne marchait pas trop. « T'as réussi à chopper une femme comme ça ? ».
Un bref silence s'installa, mais je le brisa d'un grand sourire exagéré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Ven 24 Juin 2016 - 23:44

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Okay, donc je m’attendais à tout sauf à ce qui s’est alors passé. Je retrouvais donc mes livres avec le sourire, si j’étais seul je pousserais même la chansonnette. Mais bon, pas cette fois-ci. Alors que je commence à prendre des notes, voila l’autre qui rapplique. Allons bon, elle a déjà des questions. J’attends qu’elle m’adresse la parole tout en la notifiant d’un regard en coin. J’attends donc des interrogations purement scolaires. « Dis-moi ».. Bon, va-t-elle encore y aller par 4 chemins pour une simple question? Je m’apprête déjà à me retourner vers Gauthier pour lui répondre dès qu’elle aura terminé, mais ce qu’elle me demande n’a absolument rien à voir avec les maths ou quelque science concrète. Quand elle me demande pourquoi je suis ainsi, je lui lance un regard blasé plus qu’irrité. Est-ce qu’elle, elle pourrait expliquer pourquoi elle est totalement fanatique des biscuits? Ou pourquoi elle a du mal dans les matières scientifique? Tu parles d’une question débile!

J’allais me taire car il n’y a rien à répondre, mais attendez de voir la suite. Pour le coup, ça me laisse vraiment sans voix. Pourquoi n’ai-je pas eu le réflexe de filmer pour mettre ça sur Youtube et drainer des tas de vues sur son imitation? La bouche entrouverte avec mon stylo qui tapote mon menton, en train de me demander si ce que je suis en train de voir est bien réel, je hoche à tête quand elle parle pour m’imiter l’air de dire « ouais, ouais, ouais, continue de te ridiculiser, oh, et parfaite ton imitation, mais t’as oublié le reniflement dédaigneux sur la fin! ». Vraiment, je ne sais pas quoi dire, c’est… Ça n’a pas de prix.

Et je pensais que ça se finirait là, mais, non. La dernière question termine de m’achever. Cette fois, je pouffe et explose de rire de manière plutôt spectaculaire et sonore. Je tente de me calmer, mais, là, non, ça sort vraiment trop de nulle part. Parait-il que les français sont détendus sur ces sujets là, mais tout de même! Quelques secondes plus tard, je suis plus ou moins calmé et m’éclaircit la gorge.

« Okay, alors, déjà, faut te calmer, Gauthier, j’ai jamais dit que t’étais nulle, donc arrêtes la parano. Ensuite, que je fasse exprès ou pas, ça me regarde. Et tertio… » Je glousse encore. Elle espère quoi comme réponse, là, sérieux? « Si c’est un plan drague, j'crois qu'il va falloir reprendre des cours là-aussi. Mais pas avec moi, hein. Car je crois pas que mon caractère puisse avoir la moindre utilité pour séduire une nana, soyons réalistes, on n’est pas sur une planète de poneys roses peuplés d’ananas-bisounours. »

Et honnêtement, plaire est le cadet de mes soucis. Il y a bien eu quelques nanas des fois que je devais servir de faire-valoir à mon ainé, que j’ai trop bu et fumé, et que je me suis retrouvé avec un gout de salive qui n’étais pas le mien en bouche, mais c’est tout. J’ai jamais trouvé ça fortement agréable de faire ce genre de trucs, encore, surtout avec une fille qui ne me plaît pas. Alors passer à la suite dans de telles conditions… non, berk. Bref, passons. Dès que je croise le visage de ma camarade, j’ai envie de rire, bordel, c’est terrible, elle avait l’air tellement à fond dans son délire! Je dois me mordre fortement l’intérieur des joues pour ne pas continuer à exploser et à déranger toute la salle commune. Finalement, je pose une main sur mon visage encore en train de trembler sous l’effet de mon hilarité. En inspirant profondément, je commence à me calmer.

« Sérieux, tu demandes ça à tous les gens que tu croises? Pourquoi pas, remarque, personnellement c’est voler dans les sacs, mais, chacun son truc, on va pas juger! »

Je me replonge dans ma lecture, toujours avec ce sourire narquois hilare, tout en prêtant attention aux réponses de l’autre quand même. Au moins, ça, je crois que je vais le raconter à Hanz, et je ne vous parlerais pas de la discussion bien beauf qui pourrait suivre, mais je sais qu’on va bien se bidonner.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Sam 25 Juin 2016 - 13:35

Je le regardais, les yeux papillonnant de surprise, ne m'attendant pas à le voir rigoler de la sorte. Décidément j'avais un talent caché, je pouvais arrêter l'école et me lancer dans l'art du spectacle, pourquoi pas débuter une carrière d'humoriste et me convertir dans le one-woman-show. Ma foi, sa réaction était peut-être un peu trop démesurée à mon goût,  gênée je regardai autour de nous la populace qui nous toisait curieusement. Heureusement nous étions à demi-cachés derrière les petites bibliothèques.

Une fois calmé il me sortit la blague de l'année, que dis-je, du siècle ! Les mots « plan drague », complètement hors contexte me firent taper du poing sur la table et rire d'un son aiguë sorti du fin fond de ma gorge. Ce gars pouvait être drôle ? Comme quoi, vous voyez que j'avais raison, il ne faut jamais se baser sur un simple physique, particulièrement le sien qui nous montre un grossier et hautain personnage, au sourire et à l'humour inexistants. Je le regardai à présent d'un air quelque peu impressionné, et me mis de nouveau à rire avant de me calmer avec une gorgée de thé glacé.
On pouvait dire que c'était mon truc de ne pas aller par quatre chemins, d'être directe sans être outrancière. Tourner autour du pot était ennuyeux, et j'aimais prendre des initiatives quand l'envie d'en apprendre plus me prenait, ou quand j'avais tout simplement envie de discuter ou d'embêter quelqu'un. Ici, je savais que ça l'embêtait, et je prenais un main plaisir à le détourner de son précieux livre. J'avais l'occasion de « sympathiser » avec un camarade, il fallait bien commencer un jour à être sociable pour s'intégrer, même si c'était pas la personne idéale pour ça.
De nouveau sa tête piqua vers son livre, toujours sous l'effet de cette drôle de situation.

« Ah ! Bah vas-savoir, peut-être que j'étais bien en train de te draguer ! » fis-je en lui lançant un petit clin d’œil. Évidemment, vous l'aurez compris, loin de moi cette idée... Je décalai ma chaise vers lui, croisai une jambe par-dessus l'autre en sa direction. « Peut-être que nous sommes bien dans ce monde de poneys roses peuplés de bisounours »  continuai-je en prenant un macaron à la framboise. J'approchai ce dernier délicatement vers mes lèvres et le dégustai de manière sensuelle, un peu comme cette nana dans la pub magnum qui déguste sa glace voluptueusement. Mais je ne pus garder mon sérieux et me mis de nouveau à pouffer, mettant ma main devant ma bouche pour ne pas expulser un bombardement de miettes.
« D'ailleurs, pardonnes-moi pour ça, mais quel est ton nom ? C'est pas Zwartz ? Swarovski ? » Non non, je ne faisais pas ma blonde, je savais que c'était quelque chose avec une connotation allemande, et non pas cette marque de bijoux qui sonnait plus russe qu'autre chose. « Haan... toi, ça se voit que tu as du sang allemand, t'incarnes bien le stéréotype nazi très carré qui parle sèchement avec un accent cru genre « aaart ! Tsün Diz Vart ! Jawhol ! » Apparemment, j'étais de meilleure humeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Sam 25 Juin 2016 - 14:54

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Je crois qu’elle voulait peut-être détendre l’atmosphère et me tester. Je n’étais pas particulièrement tendue, mais j’imagine que c’est réussi, puis elle se marre aussi, maintenant. Je passe sur le fait que j’ai un peu la sensation d’être une bête de foire à ses yeux comme je peux l’être dans le regard de Sato, ma collocataire, mais passons, j’y repenserais plus tard. Elle continue sa scène en plaisantant gentiment, mais l’idée qu’elle me fasse du rentre-dedans ne me tente guère, bien que ça ne soit qu’une blague. Suite à cela, j’évite de la regarder trop longtemps en train de prendre littéralement son pied avec un macaron. Faudrait peut-être mieux que je les laisse seuls, là, non?

« Je sais qu’ils sont bons, tes macarons, mais fais gaffe à pas trop prendre ton pied en public. L’atteinte à la pudeur, au Japon, il paraît que ça déconne pas. »


Dis-je, décidé à l’embêter un peu moi aussi. D’ailleurs, elle se marre de nouveau et aura bien failli gâcher sa scène teeeeellement sensuelle de dégustation en crachant tout sur la table. Elle change de sujet et arrête sa scène pour me demander mon nom. Effectivement, elle ne l’a pas forcément retenu, comme elle est récemment arrivée.

« Non. Schwartz, Isaak. »


Elle était pas loin, mais je ne lui donnerais pas son plaisir en la complimentant sur sa mémoire approximative. La suite me fait lever les yeux au ciel. Je sais que j’ai les yeux bleus, et les cheveux noirs avec une raie sur le côté, mais croît-elle vraiment innover à m’appeler nazi ou même Adolf? Et quelle langue parle-t-elle, là? En tout cas c'était ni du français, ni de l'allemand.

« Eh bé, quelle originalité! Tu dois être la touuute première à me faire ce genre de remarque! » Oui, je crois que mon ton est suffisamment sarcastique pour qu’elle comprenne. Après tout, nous, les européens du centre, nous sommes réputés pour ça, non? « Tant qu’à oser le délire, autant me demander combien de juifs j’ai tué dans ma vie. Au moins, là, t’exploseras ton quota de point godwin. »

Bah, oui, c’est de mauvais goût, mais comme ça, on a fait le tour du sujet. Tu parles d’une blague recherchée! Bon, son intérêt est qu’elle était facile, certes. Je ne suis pas trop du genre à blaguer sur les étiquettes et les stéréotypes liés aux personnes, sauf quand c’est censé être insultant. Enfin, je ne l’ai pas reçu ainsi. Disons que je fais assez les frais de préjugés sur mon apparence, alors je n’ai pas trop l’envie d’emmerder les autres avec ça aussi.

« Donc, tu as des blagues plus subtiles, à part déconner sur l’apparence des gens, sinon ? » Je lui lance un sourire un peu arrogant et rigole dans ma barbe absente. « Ou alors, ta prochaine question portera sur le fait que les allemands sont des gros coincés qui attendent le mariage pour coucher? »

Je ricane une nouvelle fois. Bah, oui, quoi, au moins prendre les devants, tant qu’à être prévisible.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 



Dernière édition par Isaak Schwartz le Dim 26 Juin 2016 - 1:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Sam 25 Juin 2016 - 15:41

L'atteinte à la pudeur... C'est vrai qu'au Japon ils sont un peu plus – voir beaucoup plus – coincés que nous, les Européens. Bon, c'était pas comme si je m'étais mise à danser à poil sur la table, mais cette petite remarque me fit tout de même rire. D'ailleurs, en parlant de macarons, je lui tendis de nouveau la boîte, prise d'un élan de bonté comme pour le remercier de m'avoir fait décompresser un bref instant.
Il m'avait d'ailleurs donné son nom, qui sonna comme si je l'avais finalement toujours su. En même temps, j'entendais souvent les profs lui donner la parole en l'interpellant par son nom, vu qu'il était quasiment le seul à lever la main en classe... Un peu trop souvent même. Puis il me félicita pour mon originalité ! Je savais bien que je n'étais pas la première à lui faire revêtir la panoplie du bon gros nazi, mais je préférai continuer à blaguer en faisant une révérence de remerciement à cet ironique compliment. Mais je ne prêtai pas d'intention à la remarque suivante, plutôt glauque. On rigolait, donc je n'avais pas bien l'envie de déblatérer sur ce triste sujet.

Il enchaîna, me demandant si j'avais l'intention de continuer sur la même lancé. Non, bon Dieu non, j'aimais bien rigoler sur certains sujets mais n'aimais pas m'éterniser dessus ! Mais je fis une remarque :

« Ah, non, pas la peine que je te pose la question, je sais que les allemands ne sont pas des puritains, pour eux attendre le mariage c'est im-pen-sable ! » dis-je très certainement. « J'en ai vu des allemands : des correspondants, et je peux te dire que se sont des dépravés, mais BREF, les allemands ne sont pas aussi intéressants au point de leur consacrer un débat »  terminai-je en faisant un bref geste de la fin afin de clôturer le sujet.
« Puis non, je ne compte pas faire de ces blagues sur le physique mon domaine de prédilection. Ne t'inquiète pas, je ne vais pas t'enticher d'un surnom ridicule sur tes origines... C'est bien trop ringard, du vu et du re-revu. ». Je le regardai un peu plus sagement, me disant que je l'avais peut-être atteint avec ces conneries pseudo-racistes. Ce que je pouvais comprendre. « Désolée si ça t'as irrité, vexé, c'était pas méchant, c'était juste pour … parler ». Je croisai les bras, n'osant pas dire le fond de ma pensée, mais je me lancé quand même : « Je veux dire, je suis sûre que t'as pas l'air si désagréable que ça, donc, on va dire que j'ai tenté une approche conversationnelle, même si c'était pas bien recherché, je l'avoue ! »
Je pris une de ses feuilles de cours à la volé et renchéris directement : « au faite... t'écris mal ».
OUI, j'avais envie de l'embêter, c'était de la pure taquinerie, j'aimais ça !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Dim 26 Juin 2016 - 1:36

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Bah, les stéréotypes ne sont pas tous mauvais, et s’ils existent, c’est qu’il y a bien un fond de vérité. Mais, oui, le truc des allemands, coincés, je n’en  ai pas vraiment croisé de tels… Rien qu’à regarder ma fratrie, il n’y en a qu’un sur trois qui l’est vraiment. Je ne sais pas quelle genre de connaissance elle a pu partager avec ces fameux correspondants, mais peut-être que je ne veux pas en savoir de trop non plus. Rapport à des images mentales scabreuses, ce genre de choses, m’voyez? Enfin, oui, on est pas là pour échanger nos stéréotypes sur les germains, on mettrait du temps à faire le tour, et c’est pas forcément intéressant.

N’empêche que même si je l’ai connu que 4 ans et presque chaque année, à la plupart des vacances d’été, mon pays natal me manque parfois. Rapport à l’ambiance plus traditionnelle et exigeante du Japon. C’est mal vu de faire des vagues ici, et par conséquent, je sais que quelqu’un de franc comme moi n’y fera pas forcement belle carrière. Dans mon état d’esprit actuel, j’aimerais m’en aller dès que possible pour retourner vers l’Europe. Mais bon, ce n’est pas le sujet!

Bref, je souris en coin en pensant à Hanz qui viendrait certainement, et avec un plaisir non camouflé, confirmer les propos de Gauthier (si vous voyez ce que je veux dire.. hmhm). Je comptais ouvrir la bouche pour répondre, mais ma camarade a un débit de parole vachement plus véloce que le mien, et donc, je laisse faire, préférant toujours laisser causer les autres, si ça peut me sauver de la salive. Puis, elle marque une pause avant de s’excuser. Hm. Comme d’habitude quand j’entends quelqu’un qui s’excuse, je ne comprends pas trop et suis un tout petit peu embarrassé. Je laisse faire, cependant, si cela l’aide à avoir bonne conscience.

« J’en ai vu d’autres. »


Oh, ça, oui, j’ai déjà reçu bien plus insultant comme blague. Surtout que là, je ne crois pas que la brunette voulait vraiment me frapper là où ça fait mal par plaisir. Très rares sont les gens qui sont ainsi, et je n’en ai pas vraiment rencontré. Tant mieux, d’ailleurs. Oh, si on retire ce pion qui m’a exclu 3 jours avant les vacances, mais peut-être que je ne le citais pas jusqu’à maintenant, car rien que me le remémorer me donne envie d’étrangler des lamasticots. Elle se justifie de ses vannes pas la suite, ça non plus, je ne lui avais pas demandé, mais comme je disais, je veux bien le tolérer, même si ce sera vite oublié.

« Pas la peine de te justifier. Détends-toi, là. »


Pas l’air si désagréable que ça, j’en sais trop rien. On est toujours le plus mal placé pour se juger soi-même. Mais vu que ce n’est pas la première fois que j’entends ça, c’est bien parce que c’est une réalité. Au moins, elle ne s’arrête pas à cette caractéristique physique. Elle retourne, il me semble, aux cours que je lui ait refilé, mais en fait, je crois que c’est simplement un argument pour renchérir. Ce qui me fait ricaner avec humour, entre deux pages de mon livre.

« Bah, ouais, j’suis un matheux, pas un calligraphe! Et ça t’empêche pas de comprendre, il me semble, si? »


Je ne crois pas écrire en pictogramme, quand même, j’aurais bien du mal à me relire, sinon. Être gaucher ne m’a jamais trop aidé, en plus. Je la défie un peu du regard de se débrouiller pour comprendre quand même.

« Au pire, si ce petit obstacle t’empêche de continuer, je peux aussi reprendre mes cours, hm? »


J’ai un sourire un peu malicieux en émergeant de mon bouquin par intervalles.

« Et les gâteaux, sinon, ça aide à gérer le mal du pays, c’est ça? »


Fis-je en reprenant un macaron dans la boite ouverte et mise à ma disposition.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Dim 26 Juin 2016 - 13:44

Détends-toi, oui détends-toi, mais non j'ai pas besoin de me détendre rolalah ! Je me suis excusée par pure politesse, par simple mouvement de compassion, par empathie, par tout ce que vous voulez. J'étais juste une nana qui vivait en société et qui œuvrait en tant qu'être social. J'aurai pu ne pas m'excuser mais il fallait bien que je dise quelque chose. Vous savez c'était plutôt difficile de faire la conversation avec ce gugus, faire tout le travail par soi-même c'était loin d'être facile, surtout quand on doit trouver quoi dire avant que ce foutu malaise s'installe.

Je ne savais pas bien quoi penser de ce moment en salle commune avec ce gars qui m'avait, durant ma semaine, donné l'envie de casser ses jolies petites lunettes.
Je n'étais pas quelqu'un de violent, jamais j'oserai user de mes poings dans le but de blesser physiquement autrui, mais je me réservais ce droit de l'imaginer dans ma tête, les dents serrés. Il me rappelait cette fille dans mon lycée en France, la jeune Clémence, petite blonde à lunettes toujours coiffée de cette queue de cheval resserrée. Elle était toujours assise seule, devant le bureau du prof, toujours plongée dans ses devoirs à prendre de l'avance, à ne jamais profiter de l'inter-classe, à rester dans les couloirs pendants les récrés en griffonnant des formules de physique sur son cahier. Le genre qui avait réponse à tout, qui agaçait tout le monde. En France, on aimait pas trop ce genre de personne, et c'était bien pour ça qu'elle avait peu d'amis. Sauf, qu'elle, contrairement à Schwartz, ne rigolait jamais, n'avait même pas le temps d'adresser un simple salut. À côté du glaçon qu'était Isaak, elle c'était un Iceberg, voir même le pôle Arctique et Antarctique à elle seule.  

J'en revins à cette gentille petite remarque faite sur son écriture. Alors qu'il me disait que ça ne m'empêchait pas de comprendre, je rapprochai la feuille de mes yeux tout en plissant ces derniers, l'air de dire que c'était indéchiffrable. Évidemment, j'étais toujours dans l’exagération. Mais lorsqu'il disait pouvoir les reprendre, je fis un large sourire et dis :

« J'en étais sûûûûûre que tu allais dire ça ! » Puis je rapprochai les feuilles contre mon cœur, la bouche boudeuse « Meuh non, avec une bonne loupe je pense pouvoir m'en sortir... ». Bien évidemment, je disais surtout ça pour l'embêter, même si on pouvait trouver mieux en matière d'écriture.

À ma grande surprise, ce fut lui qui me posa une question, comme pour en savoir un peu plus sur moi, même si, selon moi, c'était fait exprès pour ramener le sujet « gâteau » dans la conversation.
Je réfléchissais un bref instant, me posant la même question à moi-même. En faisant une rapide introspection, j'en vins à me dire que prendre toujours une réserve de nourriture n'était pas là pour combler un vide, un manque, comme dirait un psychologue. En faite, la réponse n'était pas simple à donner.
« Hum. Ça voudrait dit que j'ai le mal du pays même en France alors ? Non parce-que j'ai toujours eu à manger sur-moi depuis bien longtemps » fis-je en faisant un vague geste de la main, l'air de dire : oooh, mais c'est bien normal tout ça vois-tu ?  Je pris à mon tour un macaron, cette fois-ci à la praline, mes préférés. « On va dire que ça me met de bonne humeur de voir et d'engloutir ces jolies petites choses. Je me sens à l'aise d'avoir ça sur moi, quelque part. » Je plissai les yeux le regardant curieusement « et toi ? C'est quoi ton histoire avec les gâteaux ?  Parce-que au point de piquer dans le sac des autres, c'est que tu dois en être fou amoureux ! » Je pense qu'on pouvais même inventer une nouvelle orientation sexuelle...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Dim 26 Juin 2016 - 17:32

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Moi, prévisible? Tant mieux pour elle, ça doit lui donner la sensation de déjà me connaître par cœur. Je ne vois pas trop l’intérêt, personnellement, mais arrêtons de parler de moi, je crois qu’on en a vraiment assez eu pour le prochain mois, là. Au moins, la Gauthier semble être une sacré pipelette, ce qui m’évite de trop m’activer à chercher mes mots. De cette façon, je peux aussi continuer mes lectures et mon boulot de manière (très approximativement) soutenue. Je ne réagis pas à tous ses propos mais libère tout de même une oreille attentive à ce qu’elle raconte. Histoire d’écouter un minimum les réponses à mes questions.

Lorsqu’elle offre des réponses, je ne peux m’empêcher de l’observer plus en détail. Elle n’est pas très grosse pour une boulimique des gâteaux, quand même. Encore une sportive, probablement, je n’ai jamais fait trop attention à elles aux cours de sport qu’on a partagé. La dernière fois, faut dire que j’étais plus concentré sur Cuesta. Sans commentaires. Elle a un geste maniéré et passe à autre chose. C’est vrai que manger, ça fait toujours du bien par où ça passe. Même le ventre plein, je peux être chiant, mais me nourrir est encore une des méthodes les plus sûres quand on ose essayer de m’apprivoiser. Le reste, bah, il faut une patience à toute épreuve et.. du masochisme? Beaucoup de masochisme? Donc, ce serait légitime d’attendre que je fasse des efforts de mon côté avant d’imaginer quoi que ce soit. Je comprends assez facilement la lassitude des gens et m’en accommode bien. Mais c’est aussi car je suis bien trop awkward pour ne pas frôler les murs, et me planquer, dès que j’ai commencé à « sympathiser », du jour au lendemain. Paradoxe de l’introverti, quand tu nous tiens.

« Moi? Bah, j’aime bouffer, c’est tout. Donc, peut-être bien que oui. »


Sans blague. Je crois qu’elle l’aura deviné toute seule au premier coup d’œil, je crois. Mon poids,  c’est un truc sur lequel les apparences ne trompent pas, pour une fois. Le fait d’avoir été élevé à me battre pour avoir plus de goûter que mon grand frère qui prenait tout ce qu’il y avait, aussi, je pense. Mais je vais pas commencer à dépasser sur ma vie privée. Après tout, il paraît on fait beaucoup de choses stupides par amour, selon les différents mythes popularisés à cet égard. Donc ça expliquerait le fait que j’ai osé piquer dans le sac d’une autre. Bah, j’y pige pas grand-chose, mais j’imagine effectivement être bien plus attiré par l’idée de manger un hamburger  avec des frittes (même si c’est que du McDo) que passer une soirée en galante compagnie. Eeeet, c’est le moment ou le silence reprend sa place, et que je pense légitimement que je peux me remettre au boulot plus sérieusement. Désolé (pas vraiment) pour elle si elle espérait que je renchérisse, c’est pas tant dans ma nature que ça, je ne reparlerais que si l’envie ne me vient de répondre ou de poser une question ; en soi, c’est pas contre elle ni personne. Ma lecture m’a juste happé, et il ne m’a pas fallu beaucoup pour me remettre dans ma bulle.



Pweeette:
 

---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Mer 29 Juin 2016 - 20:20

On ne pouvait que se comprendre ! La bouffe, c'est la vie, c'est bon, c'est nocif, c'est vicieux, ça se pose sur tes hanches et ton cul. Grâce à elle tu écopes d'une jolie petite bouée autour du ventre, ce petit côté sexy à la plage qui glougloute quand tu marches, et je vous parle même pas des cuisses... MAIS, moi, je n'avais aucune culpabilité, le sport était la solution, mais apparemment, et en regardant le principal concerné qu'on ne montrera pas du doigt pour ne pas l'afficher, préférait s'engraisser.

Je soupirai légèrement, voyant que mon camarade ne semblait pas encré dans la conversation, préférant son livre à la sociabilité. Bon, je supposai qu'il avait fait un effort incommensurable en ayant eu un semblant de conversation avec moi, donc j'allais lui laisser un peu de répit.
Je me redressai et me mis bien droite sur ma chaise, décidée à enfin jeter un œil sur ces cours de maths.
Dans le fond, je n'étais pas si nulle que ça dans les matières scientifiques, j'avais juste plus de mal à assimiler la logique, à comprendre, mais une fois les choses bien en tête, j'étais capable d'avoir largement plus de la moyenne, il suffisait juste de mettre plus de volonté et d'effort. Faut bien avoir des points forts et des points faibles, moi mon domaine c'était les langues et la littérature. Je ne voulais pas devenir journaliste pour rien. Je ne disais pas non plus que je n'aimais pas les sciences... enfin, un peu. C'était très intéressant, j'aimais apprendre des choses sur le fonctionnement du monde, de l'être humain, mais le seul problème était le fait qu'il y avait des évaluations. J'aimais apprendre en lisant, en me cultivant, mais je n'aimais pas le fait d'être testée dessus.
Me dire à moi-même que j'aimais les sciences dans le fond était le seule moyen de me foutre un coup de pied au cul. Il suffisait d'oublier le côté académique.  C'est ce que je fis, après une gorgée d'Ice Tea.

Trois quart d'heure était passés, une bonne partie des maths était quasiment bouclée. J'avais tellement était concentrée que j'avais du étonner Schwartz, qui était d'ailleurs toujours là. Je l'avais un peu sollicité, vite fait, de temps à autre pour lui demander des éclaircissements. Maintenant, la concentration commençait à décliner.
Plutôt distraite, ma tête pencha vers le bas, yeux rivés sur mes obliques. J'approchai une main, puis pinçai ce même endroit. Affligeant ! Était-ce... un petit bourrelet ?
Je redressai la tête d'un air horrifié, sans me soucier de paraître bizarre. Puis je continuai à me palper, à pincer...
« … anh... »
Depuis que j'étais arrivée ici je n'avais pas trouvé le temps de planifier un nouveau planning de fitness, me contentant juste des cours de sport, pas assez bouge bouge à mon goût...
« Faut que je fasse du sport » me dis-je à voix haute.
Soudainement je me levai de table et me tournai un peu dans tous les sens, prenant une pose de fitness girl sous ses plus beaux angles, à la instagram mode.
« Est-ce que je suis... difforme ? » lui demandai-je en prenant mon popotin galbé à pleine main.
On pourrait croire, que je m'adresse à mon pote gay à qui je demande conseil...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Mer 29 Juin 2016 - 22:37

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Enfin le silence s’installe et je sens que je peux prendre du temps pour lire et étudier en paix. Je ne rechigne qu’à peine pour la forme quand ma voisine me demande quelques infos supplémentaires de temps à autre sur les cours, et profite le reste du temps de ma lecture. En l’observant de temps à autre en coin, j’ai l’impression qu’elle est efficace, et que le rattrapage avance à bonne vitesse. Fort bien, je récupérerais mes cours plus rapidement! Je prends des notes et alterne entre mes différents livres pour compléter mes propres cours. C’est un peu une façon de m’avancer en vue de l’université, aussi, comme si j’avais pas déjà pleins de trucs à rattraper en littérature ou en arts… chacun ses priorités! Gauthier commence à s’ébrouer pour sa part, je n’y prête pas attention, mais mon champ de vision fait que je la vois commencer à s’agiter à mes côtés. Elle en peut déjà plus d’étudier? Eh bé, les efforts n’auront pas trop duré. En même temps, quand c’est pour quelque chose qui nous passionne pas forcément, je peux comprendre, c’est humain. Je ne fais donc aucun commentaire et préfère continuer de potasser, pour ma part, tant que ça me passionne. Je garde mon dernier bouquin (un énième ouvrage collectif d’astrophysiciens, entre autres) pour la fin, histoire de finir par le meilleur, et c’est là que je vois, euh… Oui, que je vois Gauthier remuer son cul comme je ne sais quoi en se levant, ce qui me fait arquer un sourcil fortement perplexe. Mon cerveau encore dans les maths ne voit aucune connotation excitante a cette situation, en même temps, désolé pour elle, mais… Non, jamais de la vie, haha. S’il y avait eu une caméra planqué dans le coin de la pièce, je lui aurais jeté un regard blasé à la façon des personnages de sitcom américain.

Bref, si je pouvais avoir l’air plus incrédule, je pense que la question de Gauthier aura permis les finitions de mon expression débile. Et en plus elle se tripote littéralement la fesse en m’interrogeant. Je me demande une seconde si je n’ai pas débarqué sur une planète peuplée de bisounours et d’aliens turquoises qui bouffent du chili à la fougère, mais non. Je me contente de rouler les yeux.

« Nan mais, tu t’es vue, avec tes bourrelets de tapette? »


Je glousse méchamment. C’est ça qu’elle appelle difforme? Quelle est cette préoccupation soudaine vis-à-vis de ces formes, et s’est-elle seulement déjà regardée dans la glace? Je ne prends même pas la peine de lui répondre clairement vu la stupidité de la question. Si elle attend des propos rassurants, c’est mal barré avec moi dans le coin, qui compte bien en remettre une couche. De mauvais gout, bien sur. Mais avant, je fais mine de réfléchir, comme véritablement préoccupé par son petit soucis de surcharge pondérale.

« Oh, attends, je sais ce que tu pourrais faire pour ton grave surpoids! Essaie donc l’anorexie, parait-il que ça marche du tonnerre. »


Sourire irritant après une blague de mauvais goût, bonjour! C’est sûr que moi, je suis aussi anorexique qu’un cachalot obèse, donc je suis certainement le meilleur pour la conseiller. Qu’ajouter a ce climat de bêtise ambiante… Sorry not sorry?


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Mer 29 Juin 2016 - 23:15

C'était le moment de sortir une tête épique, le genre de tête qui te dit à la fois : « ah-ah-ah... trop drôle » ; « heeeeu... oké ! » et encore « non mais, en faite t'aurai du rester dans ta physique et ne pas répondre ». La tête de la fille blasée pour elle-même et pour lui à la fois !
J'avais dit qu'il était drôle tout à l'heure ? Je retire ces paroles, ou alors je ne suis pas un bon public.
Tout ce que je trouvai à répondre à l'instant même fut ce simple et doux geste qu'était de brandir mon majeur. Pour arriver à ça, ça voulait bien dire qu'il m'irritait de nouveau. Décidément, je m'étais dit qu'il y avait un espoir d'apprécier ce genre de personne mais... Non. Au fur et à mesure que les minutes défilaient ici j'approchais de plus en plus de la conclusion suivante : Ce gars est irrécupérable, inutile de perdre du temps.
Peut-être qu'il ne le faisait pas exprès, ou bien si, après tout il m'avait bien précisé au début que ça ne regardait que lui. Exprès ou pas, je me sentais de nouveau mal à l'aise ici, sentant une ambiance peu sympathique. C'est à ce moment que je me mis à son niveau :

« AH-AH, t'as fait l'école du rire toi. C'est sûr que mes bourrelets sont des bourrelets de tapette à côté des tiens. »
Ces mots n'étaient pas sortis sur un coup de tête, par simple spontanéité. Cette phrase a était prononcée par simple envie, parfaitement consciemment.
J'étais méchante parfois, et je le savais, c'était le moyen de me « défouler », de cracher mon venin quand une personne était aussi exaspérante.

Je n'avais plus envie de rester ici. Rien ne me retenait de partir. J'avais fait le travail qu'il fallait, j'avais quasiment plus de macarons et plus l'envie de rester à proximité de ce grossier personnage. J'étais blasée de cette rencontre, totalement.
Je commençai à ranger mes affaires, préférant me montrer neutre. Je pris le reste des cours dont j'avais besoins et me levai de ma chaise, prenant au passage ses premiers chapitres de maths dont je n'avais plus l'utilité et le lui posai sur sa table.
Cahiers sous le bras, sachets de victuailles et bouteille en main, je pris la poudre d'escampette en lâchant simplement :

« Je te mettrai le reste dans ton casier... Arshl... » Je me tue aussitôt, me disant que ça n'était pas la peine de lui sortir la seule insulte allemande de mon répertoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 507
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 294

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  Ven 1 Juil 2016 - 23:38

Le rôdeur matheux à lunettes.
√ Vendredi, 16h, après les cours.
√ Où Isaak est trop gourmand et n'est pas très gentil avec le respect. Ne prenez pas exemple, les enfants.
Avec Claire J. Gauthier
Hm… Honnêtement, je crois que même quelqu’un plus doué que moi socialement n’aurait rien compris à ce qui s’est alors passé. Vraiment, je me suis interrogé sur la stupidité de Gauthier, pour le coup, puis en la voyant s’agacer toute seule dans son coin comme la dernière des frustrées du slip, j’ai décidé de lâcher l’affaire. Si je me prenais un minimum au sérieux, j’aurais probablement été heurté par les mots de ma camarade, décidément pas fana de mon humour. Mais, dans le contexte, je ne suis ni en tord, ni non-coupable. J’ai simplement fait une blague de mauvais gout (certes), sur un truc franchement pas important. Qu’en ai-je à foutre, des histoires de poids et de bourrelets d’une nana que je connais depuis environ une heure et 27 minutes? Ah, peut-être devrais-je me sentir concerné, compatir à son sort en raison de ma corpulence? Pas de chance, je crois qu’elle n’a pas bien cerné que je m’en contre fiche. Vraiment, de la neutralité pure et dure. Et c’est ce qui paraît sur mon visage, passé l’incrédulité la plus totale mêlée à un air franchement blasé, en la regardant faire sa scène. Ou sa crise d’hystérie silencieuse, peut-être? Je fais la moue, rapidement lassé de son caprice incompréhensible. Honnêtement, je vois assez d’hystériques chaque soir depuis un mois pour ne plus être affecté.

Je ne lève qu’à peine les sourcils quand elle se décide finalement à partir, en résistant à m’insulter dans ma propre langue. Non, franchement, j’ai rien pigé. Et ça va pas changer ma vie. Elle ne m’a pas laissé le temps de répondre, et c’est probablement tant mieux. Non, parce qu’autant, la provoc, on a pu comprendre aujourd’hui que j’aime ça, autant, quand je suis au milieu d’une bonne lecture, sans façon. Sauf quand on vient véritablement me déranger volontairement. Et là, j’ai juste eu l’impression de me faire couiner dessus par un petit roquet. Je ne la fixe pas bien longtemps et soupire histoire de définitivement oublier tout ça une fois qu’elle décide de me lâcher (et d’emporter les macarons avec elle, snif, je verserais presque une petite larme… ou pas). J’aurais bien fait une remarque sur ses œstrogènes en plein recyclage, mais peut-être bien que non, pas vraiment envie de perdre plus de temps.

Je retourne donc sans tarder à ma lecture, en espérant qu’elle n’oublie pas de me rendre mes cours. J’observe ma montre : je n’ai heureusement pas trop perdu de temps. Bref, retournons au travail.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
High Kobe Musical - par Lavi ♥
DONKEY - par Hei ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: (terminé) Le rôdeur matheux à lunettes  

Revenir en haut Aller en bas
 
(terminé) Le rôdeur matheux à lunettes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: