Partagez | 
 

 Le temps s'écoule, les confidences s'envolent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
■ Age : 24
■ Messages : 727
■ Inscrit le : 27/10/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Nov. 2013
Akihito Nagao
« Elève ; en 5ème année »
(#) Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Jeu 10 Nov 2016 - 22:25


Le temps s'écoule,

les confidences

s'envolent

Feat Akihito & Heisuke


Une seule journée s’était écoulée depuis la dispute et… rupture…? D’Akihito et de Rikuo. Malgré presque vingt-quatre heures passés, le lycéen n’arrivait pas à y croire encore. Ils étaient réellement… Non… Mais si. Mais… Tout était encore mélangé. C’était un véritable enfer. Akihito ne savais tout simplement plus quoi penser de tout ça. Pourtant les événements avaient été bien clairs.

Le cinquième année avait séché tous les cours de la journée. Il n’avait pas du tout la tête à ça, même si inévitablement il allait recevoir les foudres de ses professeurs à coup sûr. Dire qu’il s’était promis de ne pas dérailler pendant sa dernière année du lycée comme il l’avait fait pour sa quatrième année, mais les choses n’allaient jamais comme on le souhaitait, n’est-ce pas? Ça non. Sinon ce jeune homme ne serait pas dans cet état. À errer seul dans le parc durant les heures de clubs. Autre chose qu’il sécha aujourd’hui. Le parc y était alors complétement désert… ou presque. Il marchait encore et encore sans s’arrêter même si cela faisait déjà vingt fois qu’il fit le tour de l’emplacement extérieur. Il n’arrivait pas non plus à marcher droit, laissant son corps ballant. On pourrait presque penser qu’il avait bu. Malgré que ce ne soit pas le cas, il se retrouvait dans un état d’âme quasi identique.

Sans même s’en rendre compte, des larmes coulèrent sur ses joues à force de penser encore et encore à ce qui s’était passé à la bibliothèque. Jamais il ne pourra faire face à son aîné à nouveau… Par après ce qui s’était passé et surtout… Surtout il ne pourra jamais supporter de le voir avec les sentiments qui enflammaient encore son corps chétif. Il s’immobilisa sur place. Prenant conscience de ses larmes sur son visage. Il ferma ses yeux, se traitant d’idiot lui-même d’oser encore verser des larmes pour cette personne. Il les essuya avec ses manches de son manteau d’automne. Non, il n’en pouvait plus!

- AAAAAAARGH!!

Il laissa échapper ce cri de rage qui le rongeait depuis un moment à l’intérieur de lui. Il avait aucune idée si il y avait des personnes autour pour l’entendre, mais dans la situation qu’il se retrouvait, c’était bien le dernier de ses soucis. Il se laissa tomber sur ses genoux au sol, sur le chemin parcourant le parc. Le regard vide fixant le sol. N'était-il pas pathétique?




---------------------------------


#646B72 pour le japonais || #436492 pour le français || #4D426D pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 20
■ Messages : 1220
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 25


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Ven 11 Nov 2016 - 20:30

Mardi 30 septembre. Voilà déjà 4 jours depuis et pourtant, cela occupait toutes mes pensées. Et dire que je commençais à mettre cette épreuve derrière moi… Toutefois, lorsque Keitô m’a annoncé ce souper avec les parents de Tessa, j’avais eu l’impression de recevoir un couteau en plein cœur. Je savais bien qu’il ne voulait pas y aller non plus et que cela était difficile pour lui aussi… mais, c’était plus fort que moi. Le souvenir de ces photos, tous les questionnements que je me posais il y a deux mois… Comme si le destin ne voulait en aucun cas que je passe à autre chose. J’en étais revenu à douter de notre relation. Leurs parents respectifs les poussaient l’un vers l’autre, même Senji avait exploité leur complicité afin de me duper… Et s’il n’avait pas osé entrer dans la salle de musique ce jour-là ?  Je doutais fort que nous en serions là aujourd’hui. Il serait probablement déjà en couple avec elle si je n’avais pas été dans le décors depuis le début…

Bien que Chenille fût seul dans la chambre, je préférai rester dans le parc, question de me changer les idées.  Keitô était à son club de basket et je pouvais profiter d’être seul. J’en avais besoin. Je ne pensais pas ma blessure aussi fragile. Ça commençait pourtant à bien aller entre nous deux… Il y avait forcément quelque chose qui me gardait plongé dans les remords. Les renier et me convaincre que tout n’était que supercherie n’était visiblement pas suffisant à me sortir de ces eaux tourmentées.

- AAAAAAARGH!!

Perdu dans mes pensées, un cri non loin de moi me fit sursauter. Je levai la tête afin d’en trouver la source et mes yeux se posèrent rapidement sur un jeune homme, à genoux en plein milieu du sentier. Il était tombé ? Il était blessé ? Car avec le cri qu’il avait poussé, je doutais fort qu’il allait bien.  Mettant de côtés mes tourments, je me dirigeai d’un pas rapide vers lui. Ce ne fût qu’une fois près de lui que je le reconnu.

- Nagao-kun ?

Cet élève de 5e était le jeune homme qui me ressemblait comme deux gouttes d’eau dont j’avais eu l’occasion de croiser quelque fois. Sans plus attendre, je m’accroupis à son niveau pour mieux le regarder. D’un rapide coup d’œil, il ne semblait pas avoir de blessure apparente. Toutefois, le visage de mon kouhai était complètement décomposé, les yeux tout rouges et boursoufflés par les pleurs derrière ses lunettes.

- Ça va ? Tu es blessé ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 24
■ Messages : 727
■ Inscrit le : 27/10/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Nov. 2013
Akihito Nagao
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Sam 12 Nov 2016 - 3:10


Le temps s'écoule,

les confidences

s'envolent

Feat Akihito & Heisuke


Ce ne fut pas bien long que quelqu’un vint à la rescousse du lycéen. Akihito ignorait s’il aurait préféré qu’il soit complètement seul dans le parc à ce moment ou si au contraire, il en était heureux qu’une personne vienne lui parlé. Peut-être qu’au final il n’avait aucune préférence face à ces situations. Son esprit était à la fois vide et remplis, le rendant incapable justement d’établir une préférence.

En entendant son nom, Akihito releva les yeux en direction de la voix. À sa grande surprise, ce n’était pas un lycéen ni un membre du personnel de l’école qui se trouva à ses côtés. Et encore plus surprenant, il s’agissait de la personne qui reflétait la même image que lui dans un miroir. Cela le désempara légèrement, le laissant sans voix. Sans attendre, son aîné lui demanda s’il tout allait bien, s’il était blessé à quelque part. C’est à ce moment qu’Akihito prit réellement conscience de sa position; à genoux sur le sentier du parc. Il soupira un coup.

- Ah... Euh… Oui. En fait, non. Je vais bien.

Il se releva sur le champ.

- Je suis réellement pathétique…

Il se mit face à son interlocuteur après avoir secoué légèrement ses vêtements. Il s’inclina vers celui-ci.

- Désolé de vous avoir inquiété!

Il se redressa, mais au même moment, d’autres larmes coulèrent sur ces joues à nouveau. Cette fois-ci il s’en rendit compte immédiatement et se retourna, honteux de lui, pour les sécher rapidement de ses mains.

- Bordel, j’ai l’air de quoi moi maintenant?!

Dit-il à lui-même. Son corps réagissait contre son propre gré. S’il avait été seul, il n’y aurait eu aucun problème, mais devant quelqu’un… Bon, ça arrivait à tout le monde de verser des larmes, mais ce n’était pas une attitude qu’il aimait montrer aux autres. En même temps c’était trop pour tout garder à l’intérieur de lui. Son corps lui faisait comprendre efficacement. Mais comment pouvait-il en parler à une personne alors qu’il avait jamais avoué à qui que ce soit son ancienne relation avec ce Morisada Rikuo? Certes il y avait quelques personnes déjà au courant, mais rien qu’Akihito avait affirmé de sa propre bouche.

Mais cette personne qui se trouvait près de lui… Il lui ressemblait parfaitement niveau physique. S’en était déconcertant. Les pensée d’Akihito penchait sur le fait que peut-être serait-ce la bonne personne à qui en parler… ? Après tout, ils étaient jumeaux niveau physique. Mais cela voulait-il dire qu’ils se comprendraient sur autre chose? Akihito n’en savait rien. Il voulait extérioriser tout ça, une personne était même à ses côtés… Mais d’un autre côté… Son esprit était tout simplement trop brouiller… Toujours à dos face à l’étudiant d’université.

- Kodoku… senpai… Je…

Il s’arrêta. Depuis quand il hésitait pour parler et prononcer des mots? Il n’agissait jamais ainsi. Lorsqu’il voulait dire quelque chose, il le disait un point c’est tout. Pourquoi cette fois, il bafouillait… comme un autre de ses senpai… Non, il ne voulait pas être comme ce salaud! Il se retourna pour faire face à son jumeau.

- Kodoku-senpai. Désolé pour cette demande, mais est-ce que vous accepteriez de m’accorder quelques minutes de votre temps?

C’était direct. Comme il avait l’habitude de le faire. Mais est-ce que se confier à cette personne était une bonne chose?




---------------------------------


#646B72 pour le japonais || #436492 pour le français || #4D426D pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 20
■ Messages : 1220
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 25


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Sam 12 Nov 2016 - 4:54

- Ah... Euh… Oui. En fait, non. Je vais bien.

J’haussai un sourcil à sa réponse. J’ai rarement vu quelqu’un bien se porter en affichant une telle expression sur son visage… et en pleurant de la sorte. Je commençais à devenir un expert au niveau des larmes. Même vendredi dernier je n’avais pas pu résister face à elles. Et dire que je ne pleurais jamais avant. Tout cela était de la faute à Keitô. C’était lui qui avait réussi à percer la carapace recouvrant mon cœur. Il m’avait fait vivre les plus beaux jours comme les plus mauvais. Bon, ce n’étais pas exactement sa faute, mais il en était tout de même la cause. L’élève se redressa rapidement, et je fis de même.

Se trouvant pathétique, il secoua ses vêtements remplis de poussière. Bien que son pantalon ne fût pas déchiré, il aurait pu se faire très mal en dessous. Le sentier était loin d’être le meilleur amortisseur en cas de chute, surtout si on prenait en compte la possibilité d’y trouver des roches ou autres. Suite à s’être maladroitement nettoyer, il se courba.

- Désolé de vous avoir inquiété!

Alors qu’il releva la tête, mon jumeau avait les larmes qui perlaient à nouveau sur ces joues toutes rouges… Et tout allait bien, hein ? Je n’étais pas dupe devant une telle évidence. Toutefois, Akihito se retourna avant que je puisse placer un mot, afin de faire cesser ces dernières. Je devins soudainement triste pour lui. Probablement mon côté empathique. Ce n’était pas facile de souffrir tout seul, mais je ne pouvais pas l’obliger à se confier à moi ou de simplement l’aider s’il ne voulait pas de mon aide. Je le comprendrais de vouloir être seul. Après tout, j’étais venu au parc pour la même raison à la base.

- Bordel, j’ai l’air de quoi moi maintenant ?!

Je préférai ne pas répondre à cette question. Il ne savait probablement même pas que je puisse le comprendre alors qu’il s’exprimait en français. Du coup, je le fixai, impuissant. Il me faisait un peu penser à moi lorsque j’avais quitté Keitô en Juillet. Ce fut très difficile de l’accepter même si cela était de mon propre chef. Je pensais ne plus être assez bien pour lui, que je l’empêchais de s’épanouir librement avec Tessa… Je pensais ne plus ravoir à revivre ce sentiment et pourtant… Il me torturait encore, me faisait douter de tout encore une fois.

- Kodoku… senpai… Je…

Me faisant toujours dos, l’élève de 5e s’adressa à moi, mais s’arrêta en plein milieu de la phrase. S’il était pour me dire que tout allait bien encore une fois, il était certain que je n’allais pas le laisser faire. Qu’il veuille de mon aide ou non, je ne voulais pas voir cet élève qui me ressemblait tant faire les mêmes erreurs que moi. Je ne savais pas encore la raison de ses pleurs, mais il souffrait et ça, personne ne pouvait renier ce fait.

- Kodoku-senpai. Désolé pour cette demande, mais est-ce que vous accepteriez de m’accorder quelques minutes de votre temps?

S’étant retourné vers moi, je lui souris doucement. Bien que je ne fusse pas particulièrement en pleine forme de mon côté, je décidai d’oublier Keitô l’espace de quelques instants afin de lui accorder toute mon attention. Je ne pouvais pas refuser de l’aider alors qu’il était dans un état aussi lamentable. Cela serait bien trop cruel de ma part.

- Bien sûr… Ça te dit qu’on s’installe sur l’un des bancs là-bas ? On y sera mieux non ?

J’attendis son approbation avant de me diriger avec lui vers le banc le plus proche. Heureusement pour nous, il était un peu plus à l’abris des regards, donc personne ne viendrait nous déranger ici, sans compter qu’il pourrait tout me dire sans crainte d’être entendu par des élèves indiscrets.

- Alors Nagao-kun ? Dis-moi ce qui t’accable à ce point… Je te suis toute ouïe.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 24
■ Messages : 727
■ Inscrit le : 27/10/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Nov. 2013
Akihito Nagao
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Sam 12 Nov 2016 - 17:43


Le temps s'écoule,

les confidences

s'envolent

Feat Akihito & Heisuke


Après avoir prononcé ces dernières paroles, Akihito sentit une certaine gêne monter en lui. Même si bon… Il s’attendait plus à un… Hein quoi? Avait-il bien entendu? Son senpai venait d’accepter de bien lui donner quelques minutes de son temps. Le cinquième année faisait tant pitié que ça? L’image qu’il projetait était-il autant pathétique, sinon plus de ce qu’il pensait? Malgré tout, il sentit enfin une chaleur remplir son corps. Ce n’était pas une si mauvaise chose d’avoir osé lui demander cela.

À la proposition de son aîné d’aller sur l’un des bancs qui se trouvaient un peu plus isolé, le plus jeune acquiesça d’un signe positif de la tête, le suivant alors jusqu’à destination. Il s’installa alors aux côtés de son jumeau de miroir et son senpai lui demanda alors ce qu’il n’allait pas. Bien qu’il ait été le premier à demander son aide, et qu’étrangement, cela lui faisait plaisir. Mais en même temps il ignorait s’il était prêt à tout déballer et à se mettre à nu. Ce n’était pas une situation qui était socialement acceptable au Japon. Il avait aussi peur que cela se sache encore davantage et qu’on le juge également face à son orientation sexuel et à ses choix de l’assumer. Mais la pression était plus forte que tout et il devait s’en débarrasser… De plus, il ne pouvait plus reculer. Ça serait un vrai manque de respect envers son aîné qui daigne lui venir en aide. Il posa donc son regard au loin pour l’apaiser un peu avant de prendre la parole.

- C’est seulement que… J’ai perdu quelqu’un qui comptait énormément pour moi…

Il l’avait avoué, mais d’une manière détournée… Il ne voulait pas le dire directement qu’il s’agissait d’un étudiant encore en vie à l’université et que celui-ci était du même sexe que lui et qu’il partageait une relation intime entre eux. C’était probablement trop dans une seule fois. Malgré le tout, ses sentiments revinrent le frapper en plein fouet, mais il résista pour ne pas verser de larme à nouveau.

- Cette personne, je croyais partager quelque chose de spécial. Mais en final j’ai été trop naïf.

Oui trop naïf pour croire que sa disparition répété était seulement par une contrainte de temps de sa part, et non pas qu’il ne voulait plus du lycéen. Si ça se trouvait, il avait rencontré une nouvelle personne? Était-ce cette étudiante qui se faisait passé pour sa petite amie devant sa famille. Après tout, ils étaient souvent ensemble et ils se côtoyaient fréquemment à cause de l’université. À la longueur, il l’aurait préféré qu’à lui? Elle avait beaucoup plus d’énergie et avait probablement tous pleins d’idées d’activité à faire avec lui. Contrairement à lui qui passait son temps à marcher seul ici et là. Mais bon, tout cela avait pris fin déjà. Mais pas encore dans son esprit et dans son cœur.




---------------------------------


#646B72 pour le japonais || #436492 pour le français || #4D426D pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 20
■ Messages : 1220
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 25


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Dim 13 Nov 2016 - 3:30

Maintenant que j’étais prêt à écouter ce qu’il avait sur le cœur, mon jumeau sembla hésiter. Il était celui qui m’avait demandé de mon temps, mais je pouvais le comprendre si c’était un sujet délicat. J’avais pris la décision de n’en parler avec personne lorsque j’avais rompu avec celui que j’aimais le plus au monde et pourtant… Ce fut bien trop lourd à supporter tout seul. Alors que je pensais que je n’avais personne pour me soutenir dans cette épreuve, j’ai découvert que je n’étais pas seul en fin de compte.

- C’est seulement que… J’ai perdu quelqu’un qui comptait énormément pour moi…

Malheureusement, perdre quelqu’un était un terme plutôt vague. Était-ce un décès ? Une rupture ? Une simple amitié peut-être ? Toutefois, je me doutais bien que ce ne devait pas être facile de tout cracher d’un coup, surtout à quelqu’un que l’on connaissait à peine. Nous nous étions croisés quelques fois, mais sans plus. Nous n’étions pas amis et pourtant, il acceptait tout de même de m’en parler.

- Cette personne, je croyais partager quelque chose de spécial. Mais en final j’ai été trop naïf.

Une rupture donc ? Il était clair que c’était le cas, car j’avais déjà penser la même chose à propos du guitariste. Je me trouvais con d’avoir pensé pouvoir vivre pleinement une relation homosexuelle à long terme dans ce pays, et je me trouvais toujours aussi con d’avoir pensé que nous pouvions tout affronter aussi longtemps que nous étions ensembles. J’en avais eu la preuve vendredi que cela n’arrivera jamais.Cependant, une faible lueur d'espoir ne voulait cesser de croire en nous. Cette satané société... Si nous nous ne conformions pas au moule, jamais ne nous serons en paix. Il y aura toujours quelqu’un un quelque chose pour nous empêcher d’être heureux.

- Aimer une personne est malheureusement la plus belle et douloureuse chose à vivre… Et pourtant, bien qu’on puisse tenter de la fuir, on ne peut s’empêcher de s’enticher pour la personne qui arrive à lire en nous comme un livre ouvert. Parfois cela prend du temps avant de s’en rendre compte et pour d’autres, cela se produit au premier regard. Toutefois, lorsque cet amour, bien que réciproque, est confronté aux embûches que la vie met sur notre chemin, même notre plus grande volonté ne peut suffire à protéger ce rêve du cauchemar. Il est normal de se croire naïf lorsque nous ne voyons pas venir le prochain obstacle et trébuchons…

Je me tournai vers lui et lui sourit tristement.

- Et pourtant, malgré toutes ces chutes, aussi vertigineuses soient-elles, nous ne pouvons nous empêcher d’aimer cette personne et de vouloir se relever pour être à ses côtés, peu importe à quel point cela peut être douloureux… Car on réalise que tout simplement abandonner nous causerait bien plus de souffrance…. Du moins, c’est-ce que j’en tire de mon expérience personnelle…

Malgré tout ce qu’il s’était passé avec Keitô et ses parents, je ne pouvais m’empêcher de l’aimer de tout mon être. J’avais l’impression de le voir filer entre mes doigts encore une fois et j’étais terrifié à l’idée de le perdre une bonne fois pour toute.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 24
■ Messages : 727
■ Inscrit le : 27/10/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Nov. 2013
Akihito Nagao
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Dim 13 Nov 2016 - 4:21


Le temps s'écoule,

les confidences

s'envolent

Feat Akihito & Heisuke


Akihito ne faisait qu’écouter en silence les paroles de son aîné. Les faits qu’il citait lui parvinrent au cœur. Il avait tout simplement raison, mais cette vérité faisait seulement mal. Tant à entendre qu’à ressentir. Mais, lire quelqu’un comme un livre ouvert… Il n’avait pas été assez loin avec Morisada Rikuo pour que ça soit le cas... Sinon il n’attendrait jamais à ce que ex petit ami s’exprime pour comprendre ce qu’il veut lui dire. En même temps, en avait-il réellement envie de le lire aussi facilement? Connaître que ses intentions était de le laisser? Qu’il préférait vivre sa vie avec une femme plutôt qu’un homme? Si ça avait été le cas, peut-être qu’il n’aurait pas autant souffert et qu’il aurait pu s’y préparer. Tout ceci n’était que des suppositions… Dont il ne pouvait rien vérifier concrètement.

Par contre, il n’osa le regarder même si du coin de l’œil, il vit son senpai se tourner vers lui. Le lycéen n’en avait tout simplement pas le cran. Tout ce qu’il trouva pour faire passer la pression fit de se mordre la lèvre inférieure, puis écouter la suite de l’ébauche philosophique.

« Nous empêcher d’aimer cette personne et de vouloir se relever pour être à ses côtés, peu importe à quel point cela peut être douloureux. » Akihito se figea alors que cette phrase se répéta dans son esprit malgré que Kodoku Heisuke ait terminé de parler. En avait-il la force? Se relever pour retourner à ses côtés? Non. Il ne pouvait pas l’accepter. Ce n’est pas comme si c’était lui-même qui avait laissé la personne pour laquelle son cœur battait, même encore présentement. Il s’était fait jeté, point. Par contre cette partie de son cœur le serrait et lui donnait une douleur affreuse dans la poitrine. Il vint serrer par-dessus ses vêtements de sa main droite pour essayer d’atténuer cette souffrance, mais en vain.

- Abandonner me soulagerait plutôt puisque ce n’est pas moi qui aie laissé cette personne… Je… Je voudrais retourner auprès d’elle, mais il m’a jeté me disant qu’il ne pouvait plus l’assumer. Et ce après avoir disparu quelques mois sans me contacter ni rien. Avec cet agissement, j’aurai du m’en douter que cela allait arriver, n’est-ce pas senpai?

Il marqua un temps d’arrêt. Il avait laissé sous-entendre le sexe de la personne en question. Mais bon, il savait l’assumer. À moitié. Il ne le criait pas sur tous les toits, mais si la question venait à se poser, il n’hésiterait pas à le dire. Et puis, tant qu’à parler de tout ça, autant tout dévoilé? Au moins il n’aura aucune honte par la suite. Le pire qu’il pouvait arriver est que son jumeau décide de se lever et de partir, le laissant seul dans cette détresse. Mais ça, il le vivait déjà depuis un moment, donc cela ne changera pas grand-chose en fin de compte.

- Je sois complètement idiot…




---------------------------------


#646B72 pour le japonais || #436492 pour le français || #4D426D pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 20
■ Messages : 1220
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 25


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Mar 15 Nov 2016 - 20:32

Akihito m’écouta en silence. Mes dires semblèrent le toucher au plus profond de lui-même. Du coup, j’avais visé juste et cela me soulageait en quelque sorte. J’aurais eu l’air ridicule après ce long discours. Il vivait bel et bien une rupture, qui lui était visiblement difficile. Je pouvais parfaitement le comprendre, j’étais également passé par là après tout. Je saisissais plus que quiconque ce sentiment de solitude, cette part de nous-même qui nous est enlevée lorsque cette personne s’en va…

- Abandonner me soulagerait plutôt puisque ce n’est pas moi qui aie laissé cette personne… Je… Je voudrais retourner auprès d’elle, mais il m’a jeté me disant qu’il ne pouvait plus l’assumer. Et ce après avoir disparu quelques mois sans me contacter ni rien. Avec cet agissement, j’aurai du m’en douter que cela allait arriver, n’est-ce pas senpai?

Il ? Donc ce n’était pas une ex-petite-amie, mais bien un ex-petit-ami … Déjà qu’on se ressemblait beaucoup sur plusieurs points, fallait croire que c’était également le cas concernant nos orientations sexuelles. Je fus un peu surpris sur le coup. Après tout, il n’était pas obligé de sous-entendre que son partenaire était un autre homme. Petite faute d’attention ? C’était possible. On ne pouvait pas toujours tout filtrer lorsqu’on se vidait le cœur. Cela dit, son histoire était plutôt triste et effectivement, ce genre de dénouement était à prévoir si leur relation était aussi distante. Peut-être son amant avait ses propres problèmes de son côté et n’avait pas envie d’inculper mon kouhai dans ses histoires ? Qui sait … Est-ce que Akihito lui avait au moins posé la question ?

- Je suis complètement idiot…

Je déposai l’une de mes mains sur son épaule afin de le rassurer, doux sourire aux lèvres.

- Tu n’es pas idiot. Tu l’aimais et personne ne peut te reprocher de l’avoir fait.

Il n’était pas idiot de croire en à la personne qu’on aime et ce, malgré toutes les embûches. L’amour était un sentiment plutôt égoïste en fait. Il nous donnait l’envie de n’avoir cette personne que pour soi-même, tout en désirant que ce soit également le cas pour l’autre envers soi… Il était difficile de s’imaginer qu’on puisse la perdre un jour. Cette simple vision était plus douloureuse que n’importe quoi.

- Est-ce que tu lui as posé des questions à propos de tout ça ? Peut-être qu’il avait des problèmes de son côté et ne voulait pas t’impliquer dans ceux-ci ? Non pas que je souhaite nécessairement te créer de faux espoirs envers lui, mais peut-être que ce n’est qu’un simple malentendu ? Un manque de communication entre vous deux ? Qu’en penses-tu ?

Personnellement, j’aurais pu éviter toute cette histoire depuis le début si j’avais discuté des photos avec Keitô… Ce fut ce manque de communication qui avait déclenché notre propre perte, nos propres souffrances.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 24
■ Messages : 727
■ Inscrit le : 27/10/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Nov. 2013
Akihito Nagao
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Mer 23 Nov 2016 - 21:14


Le temps s'écoule,

les confidences

s'envolent

Feat Akihito & Heisuke


Lorsque son senpai vint lui poser sa main sur son épaule, Akihito sursauta légèrement sans raison valable. Il ne s’y attendait pas et il s’était quelque peu enfuit dans les nuages, mais ce geste lui permit de revenir à lui pour les prochaines paroles de Heisuke. Par contre, Akihito resta figé quelques instants. Tant par le sens des paroles, mais aussi par la langue employée par son aîné. Ça en faisait beaucoup… En fait, à chaque fois qu’il passait du temps avec Heisuke Kodoku, plus il découvrait quelque chose de commun avec celui-ci. Étant jumeau de miroir, ils parlaient également tous les deux le français… Mais ce n’était pas le moment de s’y attarder. Cela lui faisait tout de même chaud au cœur que son senpai le réconforte.

La voix de son senpai continua. Akihito faisait que tendre ses oreilles afin de l’écouter. Mais dès la première question, un sentiment étrange envahit le corps du lycéen. Il ne pouvait pas répondre positivement à cette question… Et plus les questions s’accumulaient, plus Akihito se sentait lourd. Lui qui avait tout simplement lâché un « Tu n’arrives plus à t’assumer?! Bien! Adieu!! » Il se sentait complètement stupide maintenant. Au lieu d’avoir péter les plombs comme il l’a fait, il aurait dû faire comme senpai venait de faire, poser des questions pour en connaître la cause au lieu de sauter directement aux conclusions hâtives et de tout laisser comme ça sur place. Il ferma les yeux avant de laisser échapper un soupir. Il allait devoir reconnaître ses fautes. Déjà qu’il n’était pas très à l’aise sur le plan humain, il était au moins capable d’avouer ses torts.

- Euh… En fait… Non…

Ce n’était pas les plus évidents à dire qu’on s’était complètement tromper dans sa manière de faire. Mais il le devait.

- Je n’ai posé aucune question. J’ai tout simplement péter les plombs et comme je voyais qu’il n’ajoutait rien, je l’ai laissé sur place et lui disant adieu… J’aurai du lui poser des questions comme vous le dîtes. Je n’ai pas cherché à aller plus loin. Si même à connaître s’il avait des problèmes quelconques.

La culpabilité faisait son apparition maintenant. Le cinquième année n’arrivait pas à calmer le jeu qui se passait à l’intérieur de lui. Les sentiments se bousculeraient dans tous les sens sans compter qu’il y avait toujours un nouveau sentiment qui vint faire surface. Il n’était pas habitué à ce genre de situation et il sentait que ça lui échappait trop facilement.




---------------------------------


#646B72 pour le japonais || #436492 pour le français || #4D426D pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 20
■ Messages : 1220
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 25


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Jeu 24 Nov 2016 - 5:41

Mon jumeau soupira suite à mes dires. Encore une fois, j’avais réussi à deviner la situation dans laquelle mon kouhai se trouvait. Comment ? Je repensais à mes propres erreurs lors de l’incident avec Senji. Je repensais à tous ces mauvaises routes empruntées, ces routes qui m’avaient l’air les plus simples à traverser alors qu’elles nous menaient tout droit vers une noirceur de plus en plus dense. En voyant ainsi l’élève de 5e, je me disais que finalement, je n’étais pas le seul idiot à avoir emprunter ces sombres sentiers. Était-ce vraiment idiot de ne plus vouloir souffrir ? Tenter de couper tout lien avec la source de nos tourments n’était qu’un réflexe qui ne pouvait pas toujours fonctionner en dépit de la situation.

- Je n’ai posé aucune question. J’ai tout simplement péter les plombs et comme je voyais qu’il n’ajoutait rien, je l’ai laissé sur place et lui disant adieu… J’aurai du lui poser des questions comme vous le dîtes. Je n’ai pas cherché à aller plus loin. Si même à connaître s’il avait des problèmes quelconques.

Déjà qu’on se ressemblait énormément tous les deux, c’était difficile de croire qu’on pouvait également vivre le même genre de situation presque simultanément. Sa réaction fut la même que la mienne en quelque sorte. Je n’avais posé aucune question… Je n’avais tout simplement pas cherché à comprendre la situation avant de décider de mettre fin à ma relation, pensant que c’était pour le mieux ainsi. Je fixai Akihito intérieurement culpabiliser. Maintenant qu’il avait réalisé ses propres erreurs vis-à-vis la situation, les remords étaient la première chose qui nous hantait l’esprit.

- Tu ne dois pas t’en vouloir. C’est normal de paniquer sur le coup et de ne pas oser chercher à souffrir davantage… Tu sais… Je n’ai pas fait mieux que toi avec la personne que j’aime…

Je baissai tristement la tête, cherchant à ne pas fondre en larmes alors que j’étais celui censé le réconforter. Si ce n’était pas de ce satané diné chez les parents de Tessa, je… On avait poignardé cette blessure qui tentait désespérément de guérir de toutes ses forces… Je ne voulais plus douter de Keitô, je ne voulais plus craindre qu’on me l’enlève moindrement que j’aie le dos tourné. Je soufflai un bon coup avant de continuer calmement.

- On m’avait fait croire qu’il me trompait… Et, au lieu de directement lui poser les questions à propos de tout ça, je lui ai laissé une lettre de rupture avant de fuir comme un lâche pour tout le weekend… Je souffrais de croire que la personne en qui je tenais le plus en ce monde m’avait ainsi dupé, mais… Ce fut encore plus douloureux de savoir que tout ça n’était qu’un coup monté afin de nous séparer…


Je me retournai à nouveau vers Akihito et lui fit un petit sourire triste.

- Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à me remettre de toute cette histoire… Les circonstances ont fait en sorte que je n’arrive plus à… Je, j’ai des paranoïas complètement insensées… un rien me fait repenser à toute cette histoire cauchemardesque et… j’ai l’impression de ne tout simplement ne plus être moi-même… Tout ça parce que j’ai choisis le chemin qui me semblait le moins difficile à prendre… Nagao-kun… Ne fais pas les mêmes erreurs que moi… Même si le sentier semble bien plus épineux, tu ne regretteras jamais de l’avoir pris… j’en suis certain.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 24
■ Messages : 727
■ Inscrit le : 27/10/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Nov. 2013
Akihito Nagao
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Mer 28 Déc 2016 - 1:19


Le temps s'écoule,

les confidences

s'envolent

Feat Akihito & Heisuke


Le sentiment était toujours présent, mais il s’intensifiait à chaque mot que prononçait Heisuke Kodoku. Ça pesait sur lui, mais le réconfortait à la fois. C’était une impression vraiment étrange qu’Akihito n’arrivait pas à s’en départir. Ça le bloquait également sur place. Tout ce qui arrivait à faire était d’acquiescé aux dires de son aîné.

En même temps, voir l’étudiant à l’université avoir parcouru un chemin semblable à celui que le lycéen était en train de suivre et que celui-ci avait réussi à passer au travers pour continuer avec cette personne qui aimait toujours de tout son cœur… Ça lui conférait de l’espoir et de la confiance en même temps. Bien qu’il ait complètement déraillé selon lui, entendre l’histoire plus concrète de son jumeau de miroir le toucha étrangement. Peut-être parce qu’il était en plein cœur dans ce genre de tiraillement? Probablement. Mais après tout l’espoir et la confiance qui s’était accumulé dans les dernières secondes, il y avait maintenant un peu de crainte qui s’immisçait. Il n’avait toujours pas tourné la page sur ce mauvais tournant. Malgré que lorsqu’une aussi grosse situation se produisait, il était bien difficile de l’effacer de sa mémoire et c’est ce qui se passera pour lui également; garder à tous jamais ces mauvais souvenirs.

- Vous avez raison, Kodoku-senpai!

Mais une chose était maintenant claire dans son esprit tourmenté! Comme son aîné avait mentionné; il ne fallait pas qu’ils commettent les mêmes erreurs. Il n’allait pas s’éclipser on ne sait trop où après sa rupture avec Rikuo Morisada. Bien que cela serait très facile à faire puisqu’il était toujours lycéen et l’autre étudiant à l’université… Mais ce n’était pas ce qu’il souhaitait réellement. Il se leva du banc et se tourna vers Heisuke Kodoku. Il s’inclina devant lui.

- Merci infiniment pour votre écoute, vos conseils et vos partages d’expérience personnel, Kodoku-senpai!

Même si ses sentiments continuaient de se battre à l’intérieur de lui, sa raison et sa vision étaient beaucoup plus nettes à présent. Il ignorait les prochains gestes qu’il allait poser et à quel moment, mais c’était certain qu’il n’allait pas fuir davantage et qu’il allait prendre les devants.




---------------------------------


#646B72 pour le japonais || #436492 pour le français || #4D426D pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 20
■ Messages : 1220
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 25


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Le temps s'écoule, les confidences s'envolent  Jeu 12 Jan 2017 - 4:15

Après avoir raconté tout ça, je pris une grande respiration, question de me reprendre un peu. Ce sujet m’était encore sensible, donc je ne devais pas forcer la note. Il nous restait encore bien du chemin à faire avant de pouvoir mettre toute cette histoire derrière nous… Surtout maintenant que ses parents ont décidés de s’incruster dans sa vie amoureuse… Qu’arrivera-t-il s’ils découvrent notre relation? S’ils forcent Keitô à couper tout lien avec moi? Peu importe… J’avais un mauvais pressentiment à ce sujet et je ne pouvais m’empêcher de paniquer à ces divers scénarios. Toutefois, mon histoire sembla encourager le lycéen. Tant mieux, car là était mon intention.

- Vous avez raison, Kodoku-senpai!

Pour une fois que j’avais raison… J’étais content qu’il trouve sa réponse dans mes conseils. J’avoue que j’aurai aimé avoir quelqu’un pour me guider ainsi lorsque je ne savais plus où aller en juillet dernier… mais bon. Fallait dire que je n’étais pas très ouvert aux autres non plus. Mis à part ma mère, je ne faisais plus confiance à personne. J’avais l’impression qu’on allait me trahir moindrement que je l’accordais à quelqu’un. Cela dit, mon kouhai se leva et s’inclina devant moi.

- Merci infiniment pour votre écoute, vos conseils et vos partages d’expérience personnel, Kodoku-senpai!

Ses remercîments si formels réussirent à me tirer un petit sourire. Il semblait avoir retrouvé sa motivation et cela me fit chaud au cœur. J’avais l’impression de faire quelque chose de bien depuis un bon moment maintenant…

- Pas besoin d’être aussi formel… J’ai jugé que c’était la moindre des choses que je pouvais faire pour te remonter le moral

Doucement, je me levai à mon tour, en profitant pour m’étirer un peu. Mon manque de sommeil avait réellement de lourdes répercussions sur mon corps. J’avais mal partout moindrement que je restais dans la même position trop longtemps, particulièrement lorsque je me levais à la fin des cours… Mon regard se posa à nouveau sur Akihito.

- Maintenant, va le rejoindre et dit lui tout ce que tu ressens…  Une chose est certaine, tu auras réponse à toutes tes questions. Bon courage.

Je lui ébouriffai doucement les cheveux avant de reprendre ma promenade dans le parc, à nouveau plongé dans mes tourments. Discuter… Je devrais également le faire avec Keitô, mais pour le moment, j’en étais incapable. Il y avait toujours cette boule au fond de ma gorge lorsque mes yeux se posaient sur lui… Elle m’empêchait de prononcer quoi que ce soit sans me mettre les larmes aux yeux. Senji… Parfois, j’aimerais que tu sois là… Même si tu m’avais plongé dans cet enfer, je n’avais plus personne à qui me confier, à qui j’aimerais tant obtenir conseil… c’était con à croire, mais tu me manquais, en quelques sortes… Je me demandais bien où tu étais en ce moment…

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps s'écoule, les confidences s'envolent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Bâtiments communs :: Le parc-
Sauter vers: