Partagez | 
 

 [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 31
■ Inscrit le : 11/03/2017

■ Mes points : 22

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Novembre 2014
Mayara Shiina
« A l'université ; section artistique »
(#) [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Mar 4 Avr 2017 - 2:20

Mayara avait cru avoir une bonne idée en proposant la mise sur pied d'un atelier d'écriture. C'était un moyen simple de se faire des copains ou copines, ou au moins cela constituait une tribune où les gens exprimeraient leur personnalité de front. En connaissant le petit univers imaginaire que chaque personne contient, on peut mieux savoir qui éviter, ou avec qui démontrer de la loyauté. Même en oubliant la sphère sociale, c'était divertissant pour la jeune photographe de se laisser guider par des images mentales uniquement, des images qui proviennent de la tête de quelqu'un d'autre et qui n'ont pas de prise sur la réalité.

Mayara n'aimait pas se laisser intimider, mais elle avait quand même sentie un petit mouvement de recul quand elle a cogné au bureau de Joshua Ivanov, le professeur d'anglais et le président du club de littérature, et qu'il l'a invitée à venir prendre place près de lui. Même assis, il était haut perché par rapport à l'étudiante. Elle qui se croyait grande était bien désorientée de devoir lever les yeux pour adresser la parole à cet enseignant. Néanmoins, elle était allée de l'avant et avait exposé son plan: que le club de lecture tienne un atelier, ouvert à tous les âges et à tous les styles de plumes, ou on pourrait comparer des textes de création originaux et s'entraider en vue d'un perfectionnement de notre art.

Professeur Joshua avait eu l'air enthousiaste. À un point tel que Mayara ressentit un peu de fierté. Maintenant qu'elle était à l'université il fallait qu'elle se sorte de l'isolement de l'enfance et qu'elle commence à voir les enseignant comme des collaborateurs.

Des collaborateurs... Mais voilà qu'après une semaine à placarder les murs d'affiches, à envoyer des courriels aux membres du club, à appeler des élèves introverti ayant peut d'affinité pour l'électronique et passant leur temps dans leur chambre - toutes des tâches que Mayara avait accomplie seule - l'étudiante doutait de la nature collaboratrice des relations prof-élève. Néanmoins, le jour J elle était enorgueillie par l'initiative dont elle avait fait preuve. Jusqu'à ce qu'elle reçoive, quinze minutes avant le début de l'activité, le courriel fatidique.

Joshua Ivanov devait se désengager complètement du rôle d'animateur d'activité qu'il avait convenu d'adopter. Une réunion urgente avec l'union des professeurs était la source du contre-temps embarrassant. Il laissait néanmoins l'option à Mayara de reporter l'activité ou bien d'en être elle-même la responsable, puisque c'était son idée après tout. Mayara, soucieuse de la réputation qu'elle se ferait au sein des études supérieures, constatait qu'il n'y avait qu'une issue au problème: relever le défi que les circonstances posaient et s'improviser animatrice. Elle essaierait d’impressionner Joshua, elle voulait gagner des points auprès de lui pour des raisons académiques. Et peut-être pour le voir sourire, d'un vrai sourire authentique, comme celui qu'il avait fait lorsque Mayara lui avait partagé une idée.

La jeune fille prit une grande respiration, ajusta le grand collier qu'elle utilisant comme une ceinture autour de la taille. Elle entra ensuite dans la bibliothèque qui lui était réservée pour cette plage horaire inhabituelle de soirée. Assise à une grande table circulaire, elle se promit de se sauver la face à tout prix.


Dernière édition par Mayara Shiina le Mer 5 Avr 2017 - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 516
■ Inscrit le : 28/01/2017

■ Mes points : 330

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Klaus Schwartz
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Mar 4 Avr 2017 - 11:27



Contretemps à l'atelier d'écriture

« Absence d'Ivanov-sensei »

RP libre avec le club de littérature

Mardi 18 novembre, 15h45. J'ai été informé, surtout dans mon casier, que dans le club de littérature, il existe un atelier d'écriture. Et bien, au moins je peux montrer tout ce que j'ai écrit comme étant une histoire. Ce qui est très intéressant étant concernant le reste du club, pour voir, s'il écrivent une histoire, quel est leur style d'écriture et leur genre de prédilection.

Pendant une semaine entière j'ai été informé et j'arrive finalement dans la bibliothèque, avec trois de mes histoires terminées et que j'ai écrit. Tous ont été écrit en japonais, en anglais et en allemand, chacun leur ligne. Je me rends compte que je suis le deuxième arrivé, mais qu'il n'y a pas Ivanov-sensei. A-t-il un empêchement? Probable. M'enfin, la première personne arrivée est la certaine Mayara, arrivée seulement depuis peu. Si Ivanov-sensei a un empêchement, est-elle animatrice de cet atelier?

"Bonjour Mayara-san. Ivanov-sensei a-t-il un empêchement?"



© code by Lou' sur Epicode


---------------------------------

Kuro parle en Allemand: #530F57, en Japonais: #00aa85, en Anglais: #AE9308 et légèrement en Français: #C2910F.

C'est ça, moquez-vous de mon avatar. Je ne peux le retirer que le 4 juillet.


Dernière édition par Klaus Schwartz le Sam 3 Juin 2017 - 13:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 31
■ Inscrit le : 11/03/2017

■ Mes points : 22

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Novembre 2014
Mayara Shiina
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Mar 4 Avr 2017 - 17:08

"Je suis belle, je suis bonne, je suis capable", se répétait mentalement Mayara, comme une formule magique. Les utilisateurs habituels des ateliers d'écriture étaient généralement des écrivains en herbe, ou bien des personnes avec un certain talent qui cherchent un contexte approprié pour se motiver à écrire. Peut-importe qui viendrait, ils n'auraient sûrement pas d'attentes précises par rapport à l'activité. Il suffirait à Mayara d'agir avec confiance et leadership, et tout le monde passerait un bon moment. Après tout, ce sont les participants qui font le plus grand du travail en émettant des commentaires et en partageant leur écrit.

Pendant qu'elle posait des affiches, Mayara elle-même s'était fait des attentes: ça serait sûrement approprié d'inviter les membres de l'atelier d'écriture de lire au moins quelques vers de leur poèeme, quelques pages de leur nouvelle. Mettre le texte en voix, c'était une étape nécessaire pour se rendre compte du rythme du texte et des petites coquilles qui peuvent se glisser ci et là.

La jeune femme se fit une liste mentale de tâches à compléter. Elle remuait des lèvres en répétant les grandes lignes de son horaire projeté, sous le regard médusé de la bibliothécaire chargée de faire la surveillance des lieux.

Finalement un jeune garçon, probablement un autre participant à l'activité, entra dans la bibliothèque. Ses bracelets cliquetaient au rythme de ses pas. Avec tout le stress de l'organisation, Mayara n'avait pas réfléchi à l’achalandage de l'activité. Avec au moins un participant, ce ne serait certainement pas un flop total.

"Bonjour Mayara-san. Ivanov-sensei a-t-il un empêchement?"

Mayara était touchée que ce garçon aie mémorisé son nom, sans qu'ils n'aient jamais entretenu la moindre conversation ensemble auparavant. Il était plutôt perspicace. Il est vrai que sur l'affiche on annoçait Ivanov-sensei comme animateur, un peu pour attirer des participants. Alors Ivanov avait au moins lut attentivement les informations.

"En effet Klaus-kun, on devra faire sans lui. Si je peux compter sur ta participation, je suis certaine qu'on s'en sortira", Mayara termina sa phrase sur un clin d'oeil.

Voir les participants comme des collaborateurs plutôt que des gens à servir: c'était peut-être la clé pour instaurer une énergie positive. Klaus, au moins, l'aidait à reprendre confiance. Il semblait calme, disponible et plein de bonne volonté.

"Les autres devraient arriver bientôt."

Après quelques minutes, où Mayara fit semblant de relire ses propres gribouillis dans son cahier d'écriture, le groupe paraissait finalement complet. Il y avait deux filles, un peu plus jeunes que Mayara, qui semblaient bien s'amuser à s'échanger des bouts de papier avec ce qui semblait être des extraits de poèmes. Il y avait un garçon bourru qui gardait un cahier large serré contre son corps. Le groupe était petit, mais c'était peut-être mieux pour la première animation de Mayara.

"D'abord merci à toutes et à tous de vous être déplacés. Je suis Mayara et je vais être facilitatrice pour l'activité. Que dites-vous de commencer par un tour de présentation? Vous pourriez donner votre nom, votre domaine d'étude et vos attentes pour ce soir."

Facilitatrice, c'était un terme idéal et moins hiérarchisant. Les deux filles se présentèrent: elles étaient en cinquième années et s'étaient lancé à elles-même le défi de lire en public. Mayara les rassura qu'elles auraient l'opportunité de le faire. C'était maintenant le tour de Klaus-kun de prendre la parole.


Dernière édition par Mayara Shiina le Mer 5 Avr 2017 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 516
■ Inscrit le : 28/01/2017

■ Mes points : 330

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Klaus Schwartz
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Mar 4 Avr 2017 - 20:45



Contretemps à l'atelier d'écriture

« Début de présentations »

RP Libre avec le club de littérature

"En effet, Klaus-kun, on devra faire sans lui. Si je peux compter sur ta participation, je suis certaine qu'on s'en sortira."

Elle me fit un clin d’œil, et moi un sourire. Par contre, elle m'a appelé par mon vrai prénom. Peut-être n'était-elle pas au courant de mon surnom car j'avais un peu oublié de me présenter... je n'en sais pas grand chose.

"Les autres devraient arriver bientôt."

Pour le moment, je n'ai pas vraiment envie de lui corriger son appellation. Je sais que ce n'est pas Isaak non plus car il connaît mon surnom, depuis le temps, mais il préfère m'appeler par mon vrai prénom. Cela me dérange légèrement, mais s'il préfère m'appeler comme cela...

M'enfin, Mayara-san est en train de lire dans un cahier, sûrement son cahier de création. (enfin, il s'agit du nom que j'ai donné au cahier où j'écris mes histoires) D'ailleurs, j'ai dit que j'ai amené trois histoires, mais j'ai envie de faire lire trois histoires, et ils sont tous dans mon cahier de création. M'enfin, pendant plusieurs minutes, plusieurs lycéens arrivent: deux filles qui se lisent mutuellement des feuilles et un adolescent ateint d'obésité contenant son propre cahier de créations.

"D'abord merci à toutes et à tous de vous être déplacés. Je suis Mayara et je vais être facilitatrice pour l'activité. Que dites-vous de commencer par un tour de présentation? Vous pourriez donner votre nom, votre domaine d'étude et vos attentes pour ce soir."

"Facilitatrice", un excellent mot pour contourner le mot "animatrice". Bien, concernant les présentations, nous avons d'abord Niji Eneko et Maeko Sheniran, deux amies en cinquième année qui se sont donnés le défi de lire leur poèmes en public, et Mayara-san les rassurent en leur disant qu'elles auront l'occasion de le faire. Pour le garçon atteint d'obésité, nous verrons un peu plus tard, mais pour l'heure, je commence à me présenter, après avoir toussé légèrement pour éclaircir ma voix.

"Je m'appelle Klaus Schwartz, mais je vous prie de m'appeler Kuro. Je suis arrivé dans le lycée en 1ère année, et pour ma part, j'ai hâte de faire découvrir les histoires que j'ai écrit durant mon temps libre lorsque je n'ai personne avec qui parler. Je vous préviens que j'écris mes histoires en japonais, en anglais et en allemand, ma langue d'origine. Enchanté, et j'espère de tout cœur que nous allons bien nous entendre."

Oh! J'ai presque oublié le pourquoi du comment de mon surnom.

"En fait, je préfère que l'on m'appelle Kuro car il s'agit de la traduction de mon nom de famille. Et donc j'ai si apprécié cette traduction que j'en ai fait un surnom."

Bien, maintenant il est temps de passer au garçon atteint d'obésité. Le garçon s'appelle Masaie Onkami. Il a quinze ans et est en deuxième année, et il est heureux de faire partager ses poèmes ayant été destinés à sa dulcinée.



© code by Lou' sur Epicode


---------------------------------

Kuro parle en Allemand: #530F57, en Japonais: #00aa85, en Anglais: #AE9308 et légèrement en Français: #C2910F.

C'est ça, moquez-vous de mon avatar. Je ne peux le retirer que le 4 juillet.


Dernière édition par Klaus Schwartz le Sam 3 Juin 2017 - 13:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 31
■ Inscrit le : 11/03/2017

■ Mes points : 22

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Novembre 2014
Mayara Shiina
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Mer 5 Avr 2017 - 22:13

"Kuro-kun, enchantée".

Le surnom disait quelque chose à Mayara. Elle se rappelait vaguement quelques uns des prénoms qu'elle avait entendu lors d'un tour de présentation du club de photographie. Mais avec son cerveau saturé d'information à propos de son nouvel horaire, du nom des professeurs à la tête de ses cours, de l'emplacement de son nouveau dortoir, de son numéro de casier et de la combinaison du cadenas; elle avait vite oublié quel nom allait sur quel visage. Contente de pouvoir remettre les pendules à l'heure, elle invita le dernier membre du groupe à se présenter.

"Maintenant qu'on se connaît tous et toutes un peu mieux...oups!"

Elle suspendit la phrase, le temps de se remettre en tête l'ordre des tour de parole et ce qu'elle avait dit aux participants depuis le début de la soirée.

"Je vous ai bien dit mon nom, mais j'ai oublié de moi-même révéler mes attentes pour l'activité. Avant tout je souhaite qu'on passe un moment agréable à nous connaître par notre rapport aux histoires. Et ensuite je souhaite présenter mes textes, voir si elles sont compréhensibles. J'aime écrire de petites nouvelles à propos de femmes qui ont une identité floue. Pas qu'elles sont amnésiques, jusqu'au sein de leur parcours elle ont une fonction ambiguë."

Mayara se dit qu'il valait mieux vite enchaîner avec la suite des choses, plutôt que de s'épancher sur sa propre écriture. Quand elle avait proposée le projet d'atelier d'écriture à Ivanov-sensei, c'est qu'elle croyait qu'un tel moment de discussion pourrait lui permettre de surmonter ses blocages. Ou plutôt ses craintes vis-à-vis de ses histoires. Elle aimait mettre sur papier un mélange de ses rêves et d'idées étranges qui l'habitaient, mais elle doutait que de tels textes puissent avoir de la valeur pour quiconque.

Puisque les circonstances avait fait d'elle l'animatrice... la facilitatrice de la soirée, elle devrait s'assurer que tout le monde soit intégré à l'activité et puisse intervenir de façon équitable. Présenter ses propres textes, c'était un besoin qui devait rester secondaire.

"Niji-san, Maeko-san, Kuro-kun (Mayara mit l'accent sur "Kuro", pour montrer qu'elle avait bien mémorisé le nom à utiliser), Masaie-kun; je vois que vous avez respecté les instructions en apportant un échantillon de votre propre écriture.

Cette semaine dans un cours d'anglais, une enseignante nous parlait de la notion de "mort" de l'auteur. Ne paniquez pas, il ne faut pas entendre "mort" au sens littéral du terme. Ce que ça signifie, c'est que le texte produit par un écrivain ne lui appartient plus une fois qu'il est entre les mains d'un lecteur. Dans une certaine mesure je suis d'accord, parce que les livres aujourd'hui sont distribués à beaucoup de gens, surtout grâce à l'internet. Si l'auteur devait se déplacer pour expliquer personnellement à chaque lecteur son interprétation de chaque phrase écrite, il passerait sa vie dans un avion."


Mayara vit du coin de feuille que les deux jeunes femmes avaient souri. Tout le monde semblait suspendu à ses lèvres. "Je crois que je vais peut-être m'en sortir", pensa Mayara. Avec un courage renouvelé elle continua, cette fois en prenant une voix sérieuse pour plus de théâtralité.

"Mais dans une certaine mesure je trouve que la théorie de la "mort de l'auteur" est imprécise."

Les deux jeunes filles avait repris un air sérieuse, comme si elles étaient surprises du changement de cap dans la conversation.

"Si je demande à Masaie-kun d'échanger son cahier d'écriture avec moi, et que je lis son texte romantique destinée à une personne dont j'ignore même le nom: ne croyez-vous pas que cela changera votre interprétation que le texte vienne d'une femme de 18 ans plutôt que d'un garçon de 15 ans? Pour un même texte, on aurait une réception complètement différente."

Masaie-kun serra le cahier contre son corps un peu plus fort, comme si on menaçait de lui arracher et de mettre au jour tous les secrets contenus entre les pages. Mayara lui fit un clin d'oeil pour le rassurer.

"Heureusement ce soir nous ne nous prêterons pas à un tel exercice. À vrai dire nous ferons même le contraire. Ce que je vous propose, c'est de lire tour à tour un passage de votre propre écriture. Nous aurons ensuite une période d'intervention afin de découvrir par la discussion vos sources d'inspiration, la signification de certains passages. Avec un peu de chance, vous repartirez avec quelques pistes de réflexion afin que vos textes ressemblent davantage à vos intentions, pour que les lecteurs, par la lecture, trouvent qui vous êtes et ce que vous cherchez à dire."

Elle laissa planer un moment de silence. Les mots lui venaient en tête comme par magie. ll y avait vraiment quelque chose de stimulant à vraiment être écoutée, alors qu'elle passait ses journées en classe à absorber les réflexions des autres. Elle n'était pas certaine que son interprétation de la mort de l'auteur soit parfaitement valide, mais au moins elle avait pu donner une introduction divertissante à un exercice compte tout assez simple.

---------------------------------

Mayara parle en japonais #0000ff .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 36
■ Inscrit le : 05/04/2017

■ Mes points : 60

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14
❖ Chambre n° : L-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Hisa Kawanomu
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Jeu 6 Avr 2017 - 23:11

Bon sang, elle était en retard.

Elle savait qu'il y'avait club d'écriture cet après-midi, alors pourquoi n'avait elle pas préparer de texte ? Car oui, elle a une centaine de texte ! Mais comment réagirait le club suite à l'histoire tragique du professeur qui se fait prendre en douceur par le jardinier dans la cabane à outil de l'école ?!

Alors après avoir chercher dans ses affaires un texte contemplatif dont elle a changer le nom des protagonistes pour une relation parfaitement hétéro normée et anonyme, elle alla le faire imprimer dans la salle des ordinateurs, elle fonça à toute vitesse dans la salle du club, essouflée.


....D...Désolée ! Je suis en retard...Pfffiouufff.... J'ai ramené un texte...Eh...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 516
■ Inscrit le : 28/01/2017

■ Mes points : 330

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Klaus Schwartz
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Ven 7 Avr 2017 - 13:11



Contretemps à l'atelier d'écriture

« Début de l'atelier »

RP libre avec le club de littérature

Après ce tour de présentation, Mayara-san prit la parole.

"Maintenant qu'on se connaît tous et toutes un peu mieux...oups!
Je vous ai bien dit mon nom, mais j'ai oublié de moi-même révéler mes attentes pour l'activité. Avant tout je souhaite qu'on passe un moment agréable à nous connaître par notre rapport aux histoires. Et ensuite je souhaite présenter mes textes, voir si elles sont compréhensibles. J'aime écrire de petites nouvelles à propos de femmes qui ont une identité floue. Pas qu'elles sont amnésiques, jusqu'au sein de leur parcours elle ont une fonction ambiguë."

Catégorie d'histoires intéressante, je ne dirai jamais le contraire. Après ce tour complet de présentation:

"Niji-san, Maeko-san, Kuro-kun, Masaie-kun; je vois que vous avez respecté les instructions en apportant un échantillon de votre propre écriture.

Cette semaine dans un cours d'anglais, une enseignante nous parlait de la notion de "mort" de l'auteur. Ne paniquez pas, il ne faut pas entendre "mort" au sens littéral du terme. Ce que ça signifie, c'est que le texte produit par un écrivain ne lui appartient plus une fois qu'il est entre les mains d'un lecteur. Dans une certaine mesure je suis d'accord, parce que les livres aujourd'hui sont distribués à beaucoup de gens, surtout grâce à l'internet. Si l'auteur devait se déplacer pour expliquer personnellement à chaque lecteur son interprétation de chaque phrase écrite, il passerait sa vie dans un avion.

Mais dans une certaine mesure je trouve que la théorie de la "mort de l'auteur" est imprécise.


Si je demande à Masaie-kun d'échanger son cahier d'écriture avec moi, et que je lis son texte romantique destinée à une personne dont j'ignore même le nom: ne croyez-vous pas que cela changera votre interprétation que le texte vienne d'une femme de 18 ans plutôt que d'un garçon de 15 ans? Pour un même texte, on aurait une réception complètement différente."

(d'ailleurs, petite question: pourquoi n'appelle-t-elle pas Niji et Maeko "Niji-chan" et "Maeko-chan" si elle nous appelle "Kuro-kun" et "Masaie-kun"?)
Après cette question que me suis-je posé dans l'esprit pendant les paroles de Mayara-san, je me rends compte que Masaie-san serre le cahier légèrement plus fort, comme s'il tenait à son écriture et qu'il croit que nous le menaçons d'arracher ses poèmes.

"Heureusement ce soir nous ne nous prêterons pas à un tel exercice. À vrai dire nous ferons même le contraire. Ce que je vous propose, c'est de lire tour à tour un passage de votre propre écriture. Nous aurons ensuite une période d'intervention afin de découvrir par la discussion vos sources d'inspiration, la signification de certains passages. Avec un peu de chance, vous repartirez avec quelques pistes de réflexion afin que vos textes ressemblent davantage à vos intentions, pour que les lecteurs, par la lecture, trouvent qui vous êtes et ce que vous cherchez à dire."

Elle laissa un silence quand j'entends une voix que je reconnais, essoufflée. A qui appartient cette voix? A Hisa-chan, du club de littérature. D'ailleurs, je connais son véritable domaine de prédilection. Car par curiosité je me suis mis à lire quelques unes de ses histoires... lors de la lecture de la première histoire, m'étais-je dit : "Comment!?" car il s'agissait d'une histoire relatant une relation amoureuse fictive entre moi et Shûhei. Et concernant la deuxième histoire je me rendais compte qu'en réalité elle est une grand fan de yaoi. Voilà pourquoi ne l'avait-elle pas dit: les histoires yaoi étant très mal vues, elle décide de cacher son domaine. Et heureusement que je ne vois jamais cela d'un mauvais œil.

"....D...Désolée ! Je suis en retard...Pfffiouufff.... J'ai ramené un texte...Eh...

Tu n'as pas à t'en faire, Hisa-chan. Tout ce que tu as raté étant les présentations. Ivanov-sensei n'assurant pas l'atelier, Mayara-san devient la facilitatrice. Tu peux venir te présenter, je t'en prie."



© code by Lou' sur Epicode


---------------------------------

Kuro parle en Allemand: #530F57, en Japonais: #00aa85, en Anglais: #AE9308 et légèrement en Français: #C2910F.

C'est ça, moquez-vous de mon avatar. Je ne peux le retirer que le 4 juillet.


Dernière édition par Klaus Schwartz le Sam 3 Juin 2017 - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 36
■ Inscrit le : 05/04/2017

■ Mes points : 60

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14
❖ Chambre n° : L-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Hisa Kawanomu
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Ven 7 Avr 2017 - 22:27

Apparement, Hisa n'avait pas rater grand chose, juste les présentations. Et selon Kuro-san, l'un des rares qui a lu une de ses fanfictions ou il était présent.... J'vous dit pas l'embarraaaas...

En même temps ils étaient tellement chou lui et Shuhei-san~ C'était pas possible de passer à côté. Et puis voila, deux jeunes hommes plein de vigueur et de fleurs et fortifiés aux hormones, ça ne pouvait pas se passer sans une bonne histoire.

Enfin bon.... Passons, elle allait se présenter.


Heh.... Salut, moi c'est Hisa Kawanomu et... Ben comment dire.... Heh. J'aime bien écrire des trucs, de temps en temps.... Et lire aussi... Meh...Le dernier livre que j'ai lu c'était "Le meilleur des mondes" d'Adoulx Huxley... C'était pas mal... Enfin je pense.


C'est vrai que c'était un bon livre et puis c'est un classique de la dystopie ! Cela devait faire une bonne impression, enfin elle espérait.

---------------------------------

Hisa cause en japonnais en #ff33cc et en français en #ff3300

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 31
■ Inscrit le : 11/03/2017

■ Mes points : 22

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Novembre 2014
Mayara Shiina
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Sam 8 Avr 2017 - 16:10

Une jeune fille poussa les portes de la bibliothèque et courra vers le groupe, les mains agrippées à des feuilles légèrement pliées. "Elle peut bien être en retard, contente qu'elle ait apporté ses textes au moins", pensa Mayala. La nouvelle venue se présenta.

Heh.... Salut, moi c'est Hisa Kawanomu et... Ben comment dire.... Heh. J'aime bien écrire des trucs, de temps en temps.... Et lire aussi... Meh...Le dernier livre que j'ai lu c'était "Le meilleur des mondes" d'Adoulx Huxley... C'était pas mal... Enfin je pense.

"Je pense"? L'avait-elle lu ou non? Ou bien le contexte d'un atelier d'écriture était assez intimidant pour qu'une fille de son âge se demande si ses choix de lecture et son opinion était valable. Mayara se fit un devoir de la mettre à l'aise: le monde de l'écriture pouvait-être hostile aux plus jeunes, ou bien au filles. C'était la chose la plus importante, démocratiser la prise de parole.

"Merci beaucoup Hisa..." Mayara essaya de discerner l'âge de la jeune fille derrière les cheveux roux teints qui capturait l'attention. Elle devait avoir 14 ou 15 ans. De plus, elle avait l'air d'être amie avec Kuro-kun, elle devait être issue du même groupe d'âge. "Hisa-kun. Je crois qu'on aura une belle diversité des voix ce soir. J'aurais aimé que tu entendes mon introduction, mais je ne vais pas la répéter. Je peux par contre te dire que nous lirons ce soir des extraits de notre propre écriture, et que nous aurons droit chacun notre tour aux commentaires des autres participants. Je crois qu'on s'amusera bien."

Mayara sourit. C'était beaucoup moins intimidant que la moyenne d'âge dans le groupe soit si jeune. Les discussions seraient peut être moins théoriques, mais il y avait souvent une improvisation et un naturel aux textes de personnes plus jeunes qui était rafraîchissant.

"Alors, qui veut casser la glace avec une première lecture?"

---------------------------------

Mayara parle en japonais #0000ff .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 516
■ Inscrit le : 28/01/2017

■ Mes points : 330

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Klaus Schwartz
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Sam 8 Avr 2017 - 16:48



Contretemps à l'atelier d'écriture

« Lecture de l'histoire post-apocalyptique »

RP libre avec le club de littérature

Hisa a pu venir et se présenter devant l'atelier.

"Heh.... Salut, moi c'est Hisa Kawanomu et... Ben comment dire.... Heh. J'aime bien écrire des trucs, de temps en temps.... Et lire aussi... Meh...Le dernier livre que j'ai lu c'était "Le meilleur des mondes" d'Adoulx Huxley... C'était pas mal... Enfin je pense."

Cela s'entend et se voit qu'elle cache encore sa passion. M'enfin, ce n'est pas si important que cela.

"Merci beaucoup Hisa... Hisa-chan. Je crois qu'on aura une belle diversité des voix ce soir. J'aurais aimé que tu entendes mon introduction, mais je ne vais pas la répéter. Je peux par contre te dire que nous lirons ce soir des extraits de notre propre écriture, et que nous aurons droit chacun notre tour aux commentaires des autres participants. Je crois qu'on s'amusera bien."

HRP:
 

"Alors, qui veut casser la glace avec une première lecture?"

Je tousse afin de prendre la parole, ouvrir mon cahier de création et me mettre dans le début d'une de mes histoires.

"Bien! Je commence.


Il y a six mille ans, une pandémie mortelle et incurable apparut. Provoquant un arrêt cardiaque après infection, elle fit une grande peur à l'humanité. Cette pandémie eut apparu à l'ancien Rwanda, en Afrique orientale, pays déjà bouleversée par ses évènements de l'époque. Il ne fallut pas longtemps pour que l'Afrique orientale et l'Afrique centrale soit vidée de toute vie. Les anciens gouvernements occidentaux, voyant que la situation est critique malgré leur indifférence la plus froide envers l'Afrique, décidèrent de mettre au point leur technologie nouvelle pour l'époque: le transfert de conscience vers une machine bionique. Leur technologie avaient pu être mis au point, mais parmi la dizaine de milliards d'habitants de la Terre, seul un demi-milliard a pu survivre à cette épidémie mortelle. Beaucoup de gouvernements de l'époque, partout dans le monde, ont été anéantis par cette épidémie. Après l'éradication de l'épidémie par la technologie de l'époque, il ne restait qu'une dizaine de pays, tous différents les uns des autres. Mais qui dit que ces dix pays s'entendront bien? Depuis six mille ans, il eut quatre alliances, et ces alliances se haïssent les uns envers les autres, y compris un pays solitaire, mais réputé comme étant le plus puissant et le plus grand: la Confédération Narvalaise.


Je pourrais continuer mon histoire encore longtemps car mon histoire est assez long, mais je vais plutôt éviter de monopoliser ma parole. Sachant qu'il s'agit d'une histoire d'un combattant ancien de plus de six mille ans qui passa sa vie à tenter de conquérir la Confédération Narvalaise. Mais si jamais vous voulez lire mon histoire en entier, n'hésitez pas à m'en parler.
"

Bien, nous pouvons passer aux poèmes... ou à une des yaois d'Hisa-chan qu'elle aurait très certainement modifié.



© code by Lou' sur Epicode


---------------------------------

Kuro parle en Allemand: #530F57, en Japonais: #00aa85, en Anglais: #AE9308 et légèrement en Français: #C2910F.

C'est ça, moquez-vous de mon avatar. Je ne peux le retirer que le 4 juillet.


Dernière édition par Klaus Schwartz le Sam 3 Juin 2017 - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 36
■ Inscrit le : 05/04/2017

■ Mes points : 60

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14
❖ Chambre n° : L-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Hisa Kawanomu
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Jeu 20 Avr 2017 - 23:46

Il faut dire, le Kuro il sait super bien l'écriture (comme disent certains youtubeurs) son texte a côté faisait fort misérable...Franchement...Autant faire passer son tour, gagner du temps... Elle applaudit poliment avec un petit sourire.

Eh... J'aime bien ton texte Kuro, on sent bien une histoire super inintéressante qui va se découler ! En plus le sujet du post appo est quand même vachement vaste et complexe, comment une civilisation peut naître des autres.... Enfin voila... Ils en pensent quoi les autres...?

Et puis, c'est mal élevé de lire son histoire sans donner une petite analyse et un avis à l'écrivain, et puis bon.... Si elle pouvait esquiver de lire son texte modifié à l'arrache...

---------------------------------

Hisa cause en japonnais en #ff33cc et en français en #ff3300

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 31
■ Inscrit le : 11/03/2017

■ Mes points : 22

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Novembre 2014
Mayara Shiina
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Mar 9 Mai 2017 - 22:27

Décidément, plus d'une surprise attendait Mayara ce soir. Non seulement se retrouvait-elle à la tête d'un atelier sans aucune préparation préalable, maintenant elle se sentait jetée à terre par la créativité des participants. Elle n'avais pas d'attente en particulière envers les gens qui lirait ce soir, surtout que le moment de révéler son écriture peut rendre les gens vulnérables, dans un contexte scolaire où la réputation et le jugement des autres tiennent une importance démesurée. Après la lecture de Kuro-kun, Mayara enthousiaste joint ses mains comme pour applaudir mais se retint à la dernière seconde. Heureusement Hisa-Chan faisait preuve de plus de sang de froid qu'elle et sut les remettre tous sur la bonne marche à suivre en partageant ses commentaires.

Eh... J'aime bien ton texte Kuro, on sent bien une histoire super inintéressante qui va se découler ! En plus le sujet du post appo est quand même vachement vaste et complexe, comment une civilisation peut naître des autres.... Enfin voila... Ils en pensent quoi les autres...?

Puisque personne ne souhaitait répondre, Mayara repris la parole.

- Je suis d'accord avec Hisa-Chan, ton extrait à le don de susciter l'anticipation. Chacune des parties est tellement chargée au niveau historique et symbolique que ça doit prendre des milliers de pages pour tout articuler! Le silence et la peur autour de la maladie fictionnelle fait un bon écho à d'autres épidémies réelles dont l'importance avait été balayée du revers de la main par l'élite politique, comme le VIH. J'espère que plus tard dans la soirée, ou dans un autre atelier tu sauras lire un passage de l'action. Je suis bien curieuse de voir quelle est la proportion de dialogue et de description quand on est à plus petite échelle, dans une interaction entre deux personnes par exemple. Après tout, ça sera sûrement ce que contiendra le plus souvent chacune des nombreuses pages du texte...

Mayara conclut son commentaire sur un clin d'oeil. Elle espérait avoir pu exprimer son point de vue de façon respectueuse tout en restant substantielle. Ce n'était pas évident de donner son opinion à froid, surtout quand on tenait un rôle d'autorité. L'étudiante sentit un respect renouvelé pour chacun des professeur auxquels elle avait affaire dans son parcours.

Il eut un court silence, décidément les autres participants n'avait pas grand chose à dire, ou bien étaient trop timides pour s'exprimer publiquement sur le travail de quelqu'un d'autre. La facilitatrice de la rencontre en était bien déçue, Kuro avait preuve d'un tel courage que c'était la moindre des choses de s'ouvrir un peu à lui en lui présentant une opinion authentique. Avec quelques encouragements, Masaie-Kun prit finalement la parole.

"Eh, et bien. Je trouve que c'est assez chouette comme histoire. J'aime bien l'idée des humains dans les machines comme Akira. Et qu'un petit nombre survivre ça donne un bon potentiel romantique, si quelqu'un se sacrifie pour sauver un proche. En tout cas tu ne manques pas d'idées."

Niji-Chan et Maeko-Chan refusaient obstinément de parler, mais Mayara fit preuve de fermeté. Finalement elles jetèrent chacune un encouragement un peu vague qui aurait vraiment pu s'adresser à n'importe quel texte. Mayara était un peu frustrée: ça prenait du front pour proposer un poèmes à une assistance sans leur offrir une oreille attentive en retour une fois les rôles inversés. Peut-être que l'atelier ne serait pas un succès retentissant, mais au moins il y avait une certaine vitesse de croisade qui était atteinte. Pour autant que tout ne tourne pas à la catastrophe, Mayara pourrait rassurer le président du club de littérature en lui disant que tout s'était bien passé. Il n'aurait pas de moyen d'évaluer ses performances de facilitatrices trop régulièrement.

Néanmoins, Mayara ne souhaitait pas miser sur la facilité. "Maintenant la glace est cassée, si tout continue comme ça on pourra peut-être s'en sortir!"

---------------------------------

Mayara parle en japonais #0000ff .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 516
■ Inscrit le : 28/01/2017

■ Mes points : 330

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Klaus Schwartz
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Mer 10 Mai 2017 - 14:50



Contretemps à l'aterlier d'écriture

« Commentaires de l'histoire »

RP libre avec le club de littérature

Ah il est vrai que j'ai oublié les avis du reste du groupe. M'enfin, nous passons aux autres personnes. Mayara se retient d'applaudir tout en étant enthousiaste, se faisant légèrement couper par Hisa-chan.

"Eh... J'aime bien ton texte Kuro, on sent bien une histoire super intéressante qui va se découler ! En plus le sujet du post appo est quand même vachement vaste et complexe, comment une civilisation peut naître des autres.... Enfin voila... Ils en pensent quoi les autres...?

Je suis d'accord avec Hisa-Chan, ton extrait à le don de susciter l'anticipation. Chacune des parties est tellement chargée au niveau historique et symbolique que ça doit prendre des milliers de pages pour tout articuler! Le silence et la peur autour de la maladie fictionnelle fait un bon écho à d'autres épidémies réelles dont l'importance avait été balayée du revers de la main par l'élite politique, comme le VIH. J'espère que plus tard dans la soirée, ou dans un autre atelier tu sauras lire un passage de l'action. Je suis bien curieuse de voir quelle est la proportion de dialogue et de description quand on est à plus petite échelle, dans une interaction entre deux personnes par exemple. Après tout, ça sera sûrement ce que contiendra le plus souvent chacune des nombreuses pages du texte..."

Il est vrai que je faisais écho de réelles maladies, mais en même temps, étant une histoire post-apocalyptique se déroulant sur Terre, il fallait bien faire des références historiques et symboliques réelles. Je pense même pouvoir faire quelques histoires d'uchronie, comme par exemple je réfléchirai à ce qu'il se passera si Georges W. Bush n'était pas Président des Etats-Unis, ou lorsque quelques pays deviendront plus importants. Mayara-san finit son commentaire par un clin d’œil.

Après le commentaire de Mayara-san, il eut un court silence, et après quelques encouragements, Masaie-san décide de prendre la parole.

"Eh, et bien. Je trouve que c'est assez chouette comme histoire. J'aime bien l'idée des humains dans les machines comme Akira. Et qu'un petit nombre survivre ça donne un bon potentiel romantique, si quelqu'un se sacrifie pour sauver un proche. En tout cas tu ne manques pas d'idées."

Je ris légèrement de cette dernière remarque. Le manque d'idée n'est pas vraiment un ami, si j'ose dire.

"J'ai même mis au point un système de nom pour les machines bioniques, tant qu'à faire: trois lettres suivi de quatre chiffres, le tout aléatoire."

Niji-san et Maeko-san refusent catégoriquement de s'exprimer, mais heureusement que Mayara-san est là pour faire preuve de fermeté. Et ce qui en découle est décevant: un encouragement assez vague qui peut s'adresser à n'importe quel texte: "Ton histoire est bien, continue comme ça." Mayara-san et moi sommes déçus.

"Bien. Qui d'autre désire lire son histoire ou poème?"

Je suis certain qu'Hisa-chan se sentira gênée de lire un des ses yaois modifiés. Je ne force personne, néanmoins.



© code by Lou' sur Epicode


---------------------------------

Kuro parle en Allemand: #530F57, en Japonais: #00aa85, en Anglais: #AE9308 et légèrement en Français: #C2910F.

C'est ça, moquez-vous de mon avatar. Je ne peux le retirer que le 4 juillet.


Dernière édition par Klaus Schwartz le Sam 3 Juin 2017 - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 36
■ Inscrit le : 05/04/2017

■ Mes points : 60

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14
❖ Chambre n° : L-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Hisa Kawanomu
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture  Sam 3 Juin 2017 - 13:06

Zut... C'était à son tour... Ou était sa fan fiction préalablement modifiée? En plus faire la traduction en directe du français en japonais, ça peut être très compliqué, rien de pire pour se taper la honte... Oh? Mais c'est quoi ça? Une fan fiction sur l'univers de Pokémon? En plus elle était pas trop mal celle là, un truc horrifique.

Aller... Et puis comme ça, on garde ses petits secrets pour chez soi, ça vaut mieux.

Hisa se lève et sort son petit papier. Avec un petit sourire.


Alors... J'espère que vous n'avez rien contre les fan fictions sur l'univers de Pokémon... Je l'ai écrite après avoir lu une histoire d'horreur dessus, ça m'as inspirée pas mal.



Il existe une tour...
Une haute tour...
La tour Pokémon de Lavanville...

Saviez vous depuis quand existe cette tour?
Moi je ne le sais pas...
D'ailleurs personne ne le sait...
Qui sait... Peut être que cette tour n'a pas été construite de la main de l'homme?
Peut être qu'elle est tombée du ciel...
Peut être qu'elle est apparue de nulle part...
Peut être que c'est juste une apparition...
Peut être que c'est une illusion...

En tout cas, je sais pourquoi elle existe...

C'est ici que dorment les pokémons...
Les pokémons qui ne se réveillerons jamais...
Ceux qui se sont endormit un jour...
Et qui ne se sont jamais réveillé...
Vous pensez que les Pokémons de cette tour sont morts car ils étaient trop vieux?

Bande de petits naïfs...

Beaucoup de Pokémon sont morts au combat...
Morts à cause de la folie de leur dresseur...
Ce n'était pas un jeu pour eux, quand un combat est lancé... Ils s'entretuent, s'entremutilent, s'empoisonnent...
Et pour leur dresseur, tout ça n'est qu'un jeu, un défi, une lutte pour devenir plus fort... Plus puissant...

Devenir Maître Pokémon... Quelle blague...

La tour de Lavanville depuis son premier jour est témoin de ces histoires sombres de dresseurs tombant dans les ténèbres...
En son sein, elle entend, stoïque, les hurlements de douleurs des fantômes...
...Fantômes de Pokemon...
...Qui souffrent...Sans répit...
...Jours et nuits...
...Car leur âmes connaitra jamais le repos...
Leurs corps mutilés par les combats se décomposent dans le silence sous les pierres de marbre froids qui servent de sol dans le cimetière...
Leur âmes hurlent sans que personne ne les entendent...
Elles hurlent car elles se remémorent les conditions de leur horrible décès...
... Pour toujours...
...Toujours...

Les Dresseurs souffrent sous la tour de Lavanville...
Lavanville est témoin des dresseurs sombrant dans l'Ombre...
...Elle se souvient de toutes les histoires...
...Mais toutes les raconter fera sombrer votre âmes dans la folie...
Alors nous allons raconter trois histoires...
Trois histoires...
Trois dresseurs...
Unit par un même but... Devenir plus fort...
Unit par un même destin...
Un sombre destin...
Voici ces histoires..
.



Voila, voila, c'est un bon texte et pas du tout compromettant. Sauf si on hait les jeux vidéos.

---------------------------------

Hisa cause en japonnais en #ff33cc et en français en #ff3300

Revenir en haut Aller en bas
 
[Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Bâtiments communs :: La bibliothèque-
Sauter vers: