Partagez | 
 

 [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 809
■ Inscrit le : 18/02/2015

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 28 Ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Kiyomi Kato
« Personnel ; prof de théâtre »
http://totemique.forumactif.org/
(#) [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Mar 18 Avr 2017 - 14:05

La journée avait été longue. Elle l'était toujours, et elles l'étaient encore plus depuis que son esprit était accaparé par son charmant collègue potentiellement adultère. C'était une situation très désagréable, et pourtant ça ne tenait pas à grand chose. Ils avaient passé de très bons moments et elle avait même réussi à apprendre le patinage plus ou moins convenablement grâce à tout ça. Mais il y avait un loup dans la bergerie, un loup aimé, un loup invisible mais qu'elle semblait pouvoir sentir à chaque coin de couloir, a chaque vibration de téléphone annonçant un sms. Elle essayait de ne pas trop y penser, mais à chaque fois qu'elle le croisait par hasard, tout revenait, le bon comme le mauvais, et la vie lui semblait affreusement médiocre, difficile, et presque désagréable.

Et aujourd'hui n'avait pas manqué à la règle. Ajoutez à cela un stress grandissant en vue d'un partenariat avec le théâtre de la ville de Kobe qui lui avait proposé de prendre contact pour permettre à certains élèves de se produire dans des conditions quasi-professionnelles et vous avez à peu près l'état de la prof de théâtre. Stressée, fatiguée, cherchant désespérément à mettre de l'ordre dans ses pensées, et passablement décoiffée. Une fois la porte fermée à clefs, et ce fait vérifié deux fois par une pression sur la poignée, elle quitta son petit manteau, enleva ses chaussures et lança l'eau pour le thé. Ce sifflement strident l'aidait à réfléchir. Allez savoir pourquoi. Pendant ce court laps de temps, elle oubliait tout. Lui, elle, eux. tout.

---------------------------------

Ancien Kit Par Thomas ♥
Ancien avatar ♥


[00:30:04 30/08/2016] Thomas Harper : j'suis la patience incarnée - quand il s'agit pas de Kiyomi - donc j'ai le temps

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 849
■ Inscrit le : 28/02/2016

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 28
❖ Chambre n° : A-204
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Thomas Harper
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Mar 18 Avr 2017 - 17:14

Retourner bosser après le mariage de sa sœur avait été une vraie épreuve. Il avait passé ces quelques jours dehors à profiter de sa famille et s’était bien attrapé un coup de soleil ou deux, étant donné que l’été australien commençait dans les environs de novembre. Revoir sa famille lui avait fait un bien sans pareil, même si sur ces quatre jours il n’avait dû dormir qu’une quinzaine d’heures en tout. Il était rentré cerné, rouge mais toujours aussi déstabilisé qu’à son départ. Peut-être encore plus. Parce que même s’il s’en était totalement caché et qu’il ne l’admettrait pour rien au monde… Quelque chose d’à la fois doux et bordé d’épines lui occupait l’esprit. Quelqu’un. Quelqu’une.

Les heures de colle, la paperasse… Tout passait trop vite. Il n’était pas du genre à se plaindre de son travail. Après tout, il aimait ça. Et là, il avait l’impression que le temps lui filait sous le nez sans qu’il ne puisse faire les choses correctement. On lui avait même fait la remarque une ou deux fois, à coup de « T’es distrait » ou de « T’es dans la Lune » et toutes autres réflexions qui le piquaient. Bon, il ne montrait rien. Il essayait. Pas comme si Thomas était quelqu’un de mauvais en surface ou même dans le fond. Il était juste un peu… Étrange.

Quoi qu’il en soit, sa journée se finissait là. Tôt pour une fois. Il prévoyait sûrement de se faire un thé pour s’endormir vers dix-huit heures et… se réveiller vers deux ou trois heures du matin. Ça faisait un moment qu’il était décalé de cette manière – et pour le coup, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même à manger, dormir à n’importe quelle heure.

Il attrapa ses affaires et referma soigneusement son casier avant de s’en aller. Au détour, un détail attira son attention. Une veste carmin posée sur le dossier d’une chaise. De peur d’être le dernier à passer par là, il prit le vêtement sur son avant-bras. Il s’occuperait de savoir à qui elle appartenait plus tard. Enfin… Il n’eut même pas l’impression d’avoir fait le trajet jusqu’à chez lui. Pas qu’il n’ait pas fait attention à la route mais… Tout lui semblait défiler à la vitesse de la lumière. Il posa ses affaires sur le canapé et s’affala sur ce dernier, le vêtement entre les mains, à la recherche d’une étiquette ou d’un objet qui pourrait lui permettre d’identifier qui… Oh. L’idée venait de lui effleurer l’esprit. Quelque chose de tapis dans le coin de sa tête priait pour que cette veste appartienne à Kiyomi. Ça lui ferait une bonne excuse pour la voir. Mais une partie de lui criait qu’il était temps qu’il arrête de se chercher des excuses pour la voir. Ils avaient sûrement dépassé ce stade mais… Thomas n’avait juste pas envie de rater quelque chose. En fait, il n’en savait rien.

Quelque chose de solide heurta sa main et… Et après un petit coup d’œil rapide – pour ne pas non plus risque de tomber sur quelque chose d’intime – eh bien… L’objet lui appartenait bel et bien. Il était à la fois content et peut-être un peu pris de court. Surtout qu’il ne se laissa aucun répit et ne se donna pas le choix, le sms était déjà envoyé.

« Je crois que j’ai quelque chose qui t’appartient. Une veste rouge avec un petit portefeuille à l’intérieur. Je te les rendrais demain, histoire de ne pas encombrer ta fin de journée.

Bonne soirée.
»

Ok c’était sobre. Trop sobre. Mais qu’est-ce qu’il était mauvais pour ce genre chose. Enfin, il n’y pouvait pas grand-chose. En attendant la réponse de la professeure – et pour tuer le temps – il lança Skype pour répondre à la dizaine de message – au harcèlement – de sa sœur.

---------------------------------

Bonsoir, je suis également un code couleur rajouté à l'arrache. Thomas perd son japonais en #A63F45 et s'exprime dans la langue de Shakespeare ou l'anglais en #669FBD.

Tu veux la guerre ? Tu vas l'avoir ♥ :^)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 809
■ Inscrit le : 18/02/2015

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 28 Ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Kiyomi Kato
« Personnel ; prof de théâtre »
http://totemique.forumactif.org/
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Sam 6 Mai 2017 - 15:42

Son regard dansa sur le mur. Elle connaissait sa déco par coeur. Tout à fait par coeur. Il n'y avait pas grand chose, les murs étaient blancs. Elle avait une colocataire, c'est pour ça qu'elle avait décidé de rester le plus sobre possible au niveau des signes distinctifs. Vivre ensemble d'accord, s'exposer au point qu'on pourrait la faire chanter ou se moquer de ses goûts un peu particuliers, non merci. Sa chambre non plus n'était pas particulièrement décorée. Elle avait toujours préféré se réfugier dans ses mondes intérieurs. Son palais Mental pour reprendre une expression consacrée par la langue de Shakespeare. Elle soupira. Profitant d'être seule, elle poussa ce profond soupir qui semblait contenir des années de petites et de grandes frustrations, ces années de prise sur soi, des années de pas grand chose.

Pourquoi? La tension. Oui, la tension. Il avait disparu et son monde s'était effondré. Oui et non. Elle tenait bon, comme s'il n'avait jamais existé. C'était le mieux, il était parti retrouver cette fille certainement. Alors elle avait fait de son mieux pour oublier ce qui s'était passé. Un égarement. Ca ne pouvait avoir été qu'une erreur répétée. Ce qui faisait de lui le dernier des enfoirés. Et elle était amoureuse. Elle était amoureuse de lui, elle avait beau essayer de passer à autre chose ce n'était juste pas possible. Elle avait eu le temps d'essayer. Beaucoup de temps seule pour essayer. Et elle n'était arrivée à rien. Rien du tout. Ce n'était que pour quatre jours, elle avait eu l'impression que quatre ans s'étaient déroulés. Quatre années de rancoeur, quatre années de craintes et de larmes. Oui. De larmes. Et elle se sentait ridicule pour ça. Et pour tout le reste.

Le chanteur de Coldplay chantait en boucle dans la pièce, elle avait presque réussi à se calmer. Les yeux clos, la tête en arrière et la chaleur du thé entre les mains, elle essayait de penser à autre chose. Elle essayait de se souvenir des répliques de la dernière pièce qu'elle avait lue. C'était un bon moyen de se changer les idées.Se concentrer. Se concentrer. Et elle fit sortie en un sursaut de ses pensées. Une vibration, double. C'était un message. Elle se redressa brusquement et chercha nerveusement son téléphone. Elle lut rapidement. Son sang ne fit qu'un tour lorsqu'elle lut le nom qui apparut sur l'écran. "Harper." Elle manqua de s'étrangler. De lâcher le thé. De mourir. Elle posa le téléphone. Sans rien lire.

Elle put tenir une quinzaine de secondes, le coeur battant. Et elle finit par reprendre l'objet de son angoisse pour lire ce qu'il pouvait bien lui vouloir. Elle fut déçue. Aucune chaleur, du pratique, du délayé. Elle eut envie de jeter son téléphone contre le mur, de rage. Après tout ce temps -quatre jours- il ne trouvait que ça à lui dire?! Mais pour qui il se p...Portefeuille? Elle se passa la main sur le visage. Rha. Le numéro qu'elle devait joindre ce soir était dans ce foutu portefeuile. Elle soupira. Encore une fois. Elle n'avait pas le choix, et elle détestait ça. Mais heureusement elle n'avait pas à faire semblant d'avoir envie de le voir ou non. Elle tourna en rond une bonne dizaine de minutes avant de lui répondre. Elle avait cherché le numéro ailleurs. Il n'y était pas. Elle avait besoin de son portefeuille. Et vite. Elle prit son téléphone.


« Ah. C'est toi qui l'as? Est-ce que ça te dérange si je passe? J'ai absolument besoin d'un des papiers dans mon portefeuille. Promis je repars aussitôt.

Merci de l'avoir récupéré. »


Elle avait volontairement omis "Je n'ai pas envie de te voir, j'ai vraiment pas le choix". Et surtout elle n'avait pas pensé un seul instant qu'il aurait pu lui envoyer le contenu du papier par sms. Et qu'il serait tombé sur une photo de lui qu'elle avait volé dans un des dossiers pour toujours l'avoir avec elle.

---------------------------------

Ancien Kit Par Thomas ♥
Ancien avatar ♥


[00:30:04 30/08/2016] Thomas Harper : j'suis la patience incarnée - quand il s'agit pas de Kiyomi - donc j'ai le temps

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 849
■ Inscrit le : 28/02/2016

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 28
❖ Chambre n° : A-204
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Thomas Harper
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Sam 13 Mai 2017 - 9:46

Thomas sentit le bureau vibrer sous son bras et attrapa instantanément son téléphone.

« Ah. C'est toi qui l'as? Est-ce que ça te dérange si je passe? J'ai absolument besoin d'un des papiers dans mon portefeuille. Promis je repars aussitôt.

Merci de l'avoir récupéré.
»

Il cligna des yeux. Plusieurs fois. Il n’avait pas envisagé cette idée-là une seule seconde. Ses yeux firent le tour de son appartement et il prit une expression blasée. Il n’était absolument pas contre le fait qu’elle vienne chez lui. Peut-être même carrément pour. Sauf que l’état de son appartement le laissait perplexe. La moitié si ce n’est les trois quarts de ses vêtements traînaient par terre – tel cet adorable adolescent – il y avait pas mal de vaisselle sur chaque table disponible de la pièce et quelques emballages par-ci par-là. Alors si elle venait il – Oh. Répondre au message.

« Non, non, viens. Tu ne me déranges pas du tout. » Envoya-t-il en lui communiquant l’adresse au-dessous.

Chaque fois il se demandait jusqu’où Kiyomi le laisserait aller. Il avait déjà touché la limite du bout des doigts et s’était ramassé un dossier en pleine figure. Alors il se tenait à distance. Évidemment, il avait cruellement envie d’envoyer balader une quelconque limite mais… Aussi aveugle, idiot – et autres noms d’oiseaux – pouvait-il être, il la respectait.

Aussitôt son sms fut envoyé, il bondit de sa chaise – laissant Sasha en plan sur Skype – et ramena en boule tous ses vêtements vers sa chambre, qu’il coinça dans l’armoire. Il prit tout de même le temps de ranger la vaisselle dans le lave-vaisselle – ce qui lui prit sûrement le plus de temps – et ramassa chaque petit emballage perdu dans la pièce. L’endroit était toujours aussi… « Thomas » mais en un peu mieux rangé. Prenant quelques secondes pour souffler, il chercha le moindre détail gênant. Il vivait seul et s’était laissé quelques libertés. Le regard extérieur ne l’importait que peu et il ne ramenait pas souvent de monde ici. L’endroit était un peu grand pour une seule personne mais il s’y était fait. Quelques meubles en bon état, et beaucoup, beaucoup, beaucoup de photos. De Sasha et lui, de ses parents, Sasha et lui. D’autres en compagnie de ses cousins. Même s’il ne le montrait pas, il avait un sens de la famille très fort et revoir ces visages le mettait facilement de bonne humeur le matin. Et un poster de V pour Vendetta accroché à un mur du couloir de l’entrée – seul film qu’il ait jamais aimé. C’était la seule vraie décoration de son appartement.

Assez pensé. Il alla chercher la veste en question et… En fit tomber le portefeuille. Une ou deux cartes en tombèrent mais il s’efforça de ne pas s’intéresser à ce qui pouvait être dessus et les remis dans leur emplacement – s’insultant au passage. Évidemment, un détail lui échappa. Celui d’une petite photo de lui tombée du portefeuille en même temps que le reste, qui était allée se glisser sous un des meubles de son appartement.

---------------------------------

Bonsoir, je suis également un code couleur rajouté à l'arrache. Thomas perd son japonais en #A63F45 et s'exprime dans la langue de Shakespeare ou l'anglais en #669FBD.

Tu veux la guerre ? Tu vas l'avoir ♥ :^)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 809
■ Inscrit le : 18/02/2015

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 28 Ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Kiyomi Kato
« Personnel ; prof de théâtre »
http://totemique.forumactif.org/
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Mer 24 Mai 2017 - 16:54

Son coeur battait à mille à l'heure. Et il ne battait pas dans le même sens. Un battement dans un sens - Tu me manques- et un dans l'autre -tu lui as manqué?- l'un après l'autre.  A vrai dire, elle avait presque envie de vomir. Trop de sentiments forts à la suite. Trop de sentiments tout court. Elle aurait aimé l'ignorer. Ignorer ce message complètement, se dire que ça pouvait attendre et envoyer un collègue récupérer tout ça. Mieux ! Demander à Thomas de le poser quelque part dans un des placards de la salle de théâtre. Mais elle ne pouvait pas. Bien sur. Tout aurait été trop simple sinon.

Elle devrait quitter chez elle et le rejoindre chez lui. Mais au fond ce n'était pas l'idée de voir où il vivait qui la dérangeait, mais plutôt de le voir lui, et d'avoir dans sa poitrine quelque chose qui battrait trois fois plus fort que maintenant. Quelque chose qu'elle essayait de taire et qui a chaque fois qu'elle arrivait à l'oublier venait troubler ses rêves ou se rappeler à sa mémoire. Elle tombait sur des magazines qui parlaient de lune, de patinage, tous ces petits éléments qui mis bout à bout avaient fait une soirée mémorable. Elle soupira en regardant ses chaussures dans l'entrée. Elle s'en serait bien passée.

Un nouveau soupir plus tard, ses cheveux étaient en ordre, elle sentait le jasmin et son maquillage venait d'être habilement renouvelé. Peut être même qu'elle était un peu trop maquillée et qu'elle sentait un peu trop le jasmin d'ailleurs. Mais elle était trop préoccupée pour s'en rendre compte de toute façon. Elle ne mit pas de manteau pour être moins encombrée au retour mais prit tout de même une petite écharpe violette. Elle s'était rhabillée, mais elle n'avait pas vérifié sa réponse. Heureusement le téléphone avait vibré sans qu'elle l'entende et elle avait sa confirmation.


"Flute."


Oui, elle aurait préféré un empêchement même si ça l'aurait mise dans un drôle d'embarras par rapport à son correspondant. En plus elle avait l'adresse, elle ne pouvait plus reculer. Le trajet se passa bien trop vite pour son appréhension, et pas assez pour son impatience. Comme toujours ces deux vents contraire faisaient chavirer son coeur sans demander leur reste. Ils étaient les capitaines de son navire, elle n'en était même pas le sous chef. Nonnon, elle était tout bonnement attachée a fond de câle.

Et voila. Le numéro en question. Elle prit son inspiration très profondément , remit ses cheveux pour rien, voulut vérifier son maquillage mais n'avait pas de petit miroir de poche. Et le bout de son index se pressa contre l'interphone.



""Thomas? C'est moi.""


C'est moi..Stupide, au final ça aurait pu être n'importe qui.





---------------------------------

Ancien Kit Par Thomas ♥
Ancien avatar ♥


[00:30:04 30/08/2016] Thomas Harper : j'suis la patience incarnée - quand il s'agit pas de Kiyomi - donc j'ai le temps

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 849
■ Inscrit le : 28/02/2016

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 28
❖ Chambre n° : A-204
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Thomas Harper
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Mar 13 Juin 2017 - 14:17

Il devrait s’arrêter de trop penser. Enfin, ça, il savait pertinemment que c’était impossible. Au moins devait-il essayer. Au moins avant que l’interphone ne sonne et qu’il n’entende sa voix. Et même à ce moment-là, il aurait le temps qu’elle monte les deux étages pour se remettre les idées en place.

En fait, il était juste incapable de prendre les choses comme elles venaient. Et c’était stupide parce qu’il avait toujours reproché ce détail à sa sœur. Elle se prenait la tête pour un rien et essayait toujours de tout calculer, de tout avancer. Prévoir ses réactions, ce qu’elle dirait, ce qu’il se passerait. C’était exactement ce que Thomas était en train de faire. Même s’il savait que les choses ne se passaient jamais comme il les prédisait. Si Sasha était excellente dans ce domaine, lui était pitoyable. Et même si elles se passaient comme il avait pu le prédire, il perdait vite ses moyens et n’arrivait même pas à faire les choses comme il voulait.

Si bien qu’il était assis sur son canapé, le regard plus réfléchi que jamais. D’ailleurs, son thé chaud avait sûrement refroidi vu qu’il l’avait oublié sur son bureau, à côté de son ordinateur et de Sasha laissée en plan. De toutes façons, tout ça ne l’importait pas dans la minute. La seule chose qui – Une pensée stupide mais importante lui traversa l’esprit. Pendant son petit séjour en Australie, Thomas s’était mis en quête de trouver quelque chose à lui ramener. Malheureusement, il ne la connaissait pas encore assez bien pour que ça soit trop personnel, mais il avait fini par tomber sur quelque chose de plaisant à lui offrir. Et qui, espérait-il, lui plairait aussi. C’était un petit thermos blanc et bleu, avec un petit koala tenant un drapeau australien dans la patte. Rien d’extraordinaire, mais ce détail ne lui avait pas échappé. Kiyomi aimait sûrement autant le thé que lui.

Sauf qu’ils ne s’étaient pas revus. Bizarrement. Il n’avait pas eu l’occasion de la voir pour le lui donner. Ça devait faire deux, trois semaines qu’il était toujours dans son petit emballage, posé sur la table du salon. Le bruit désagréable de l’interphone retentit. Ah. Au moins, il avait réussi à passer ces quelques dernières minutes sans se torturer l’esprit. Il avait même pensé à quelque chose de positif. Il se leva de son canapé pour aller lui répondre. Et ça lui fit quelque chose de l’entendre. Ça lui avait au moins décroché un sourire en coin. Il pressa le bouton, près de sa porte d’entrée.

« Ne t’en fais pas je t’aurais reconnue. Je suis au deuxième. »

Combien de temps ça prenait, de monter des escaliers ? Une, deux minutes ? Moins ? Merde, il n’avait jamais compté. Il avait compté les marches, il y en avait quarante-deux. Mais pas le temps pour les monter. Il balaya ses pensées stupides et inutiles et se contenta d’ouvrir la porte, l’attendant sur le seuil, adossé à l’encadrement de cette dernière, bras croisés. Il ne lui infligerait pas le supplice de sonner ou toquer chez lui. Lui détestait ça en temps normal – il trouvait l’acte incroyablement gênant, sans explication possible à cette sensation – alors il se permettait de l’attendre là.

Et ce fut à ce moment précis qu’il réussit à se libérer de sa trop longue réflexion. Il arrêta pour quelques secondes de se demander ce qu’il ferait une fois qu’elle serait là, ce qu’il lui dirait, s’il la ferait entrer. Probablement le ferait-il. Sûrement, même. D’ailleurs les mots sortirent seuls de sa bouche, quand elle finit par se présenter.

« Hey, ça faisait un moment. » Il sourit pour masquer un chouia de gêne, aussi parce qu’il était plus heureux qu’il ne voudrait le laisser paraître. Ne pas se trouver ridicule pendant qu’il parlait nécessitait un effort phénoménal. « Si tu n’es pas pressée, tu veux entrer boire quelque chose ? Ça me ferait plaisir. »

En fait, il était plutôt content de lui.

---------------------------------

Bonsoir, je suis également un code couleur rajouté à l'arrache. Thomas perd son japonais en #A63F45 et s'exprime dans la langue de Shakespeare ou l'anglais en #669FBD.

Tu veux la guerre ? Tu vas l'avoir ♥ :^)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 809
■ Inscrit le : 18/02/2015

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 28 Ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Kiyomi Kato
« Personnel ; prof de théâtre »
http://totemique.forumactif.org/
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Jeu 29 Juin 2017 - 18:22

Thomas devait être un magicien très puissante, présent ou non, sa seule évocation travestissait le temps, sa notion, sa durée et tout ce qui y était attaché. Et il changeait les êtres humains aussi, la preuve, miss Kato avait du rouge à lèvres. Oui. Carmin qui plus est. Oui. C'était arrivé, et c'était plutôt dramatique. Qui sait, peut être que l'apocalypse n'était pas si loin.

Elle avait regretté son geste au moment même où son doigt avait terminé d'effectuer la pression sur mécanisme. Elle se rassura en se disant que c'était peut être cassé et qu'elle pourrait faire demi-tour, mais elle avait bien trop besoin de ce numéro pour pouvoir se le permettre. Elle aurait peut être du escalader. V'la autre chose.

Elle ne savait pas quoi penser, aucun des signaux envoyés ne semblait aller dans la même direction que le précédent. Et pourtant des signaux il y en avait eu, elle n'était pas folle, il s'en était passé des choses. Alors pourquoi est-ce qu'ils en étaient là au juste? Où Nulle part. Et pourtant elle y pensait jour et nuit, oubliant parfois de faire autre chose. Et elle s'en voulait pour ça. Elle avait même tiré plusieurs fois les cartes sur internet pour avoir des réponses et ça ne l'avait pas plus avancée.

Et elle était là, trop maquillée, trop parfumée, paniquée, et surtout prise au piège alors qu'elle était encore à l'air libre, à l'extérieur. C'était n'importe quoi. Vraiment n'importe quoi. Elle était contre la violence mais si elle avait pu coller deux ou trois baffes, elle aurait été l'heureuse bénéficiaire. Sans hésiter. Et elle n'avait même pas trouvé comment interprêter ce "je t'aurais reconnue". Est ce que c'était à cause de son attitude étrange? De quelque chose qu'elle aurait préféré oublier? Etais-ce gentil? Aucune idée. Et cette pensée accentua son malaise.

"Super."

Elle n'avait pas réussi à dire quelque chose d'intelligent, mais au moins elle avait eu l'air à peu près enjouée. Depuis combien de temps ils s'évitaient plus ou moins volontairement? Une semaine? Deux peut être. Deux. Au deuxième. Elle ouvrit la porte et chaque marche de l'escalier la ramena douloureusement à ses pensées qui l'étaient tout autant. Seulement, voilà, elle pensait avoir le laps de temps entre les trois coups à la porte et le "j'arrive" qui le suivait. Mais non. Il était là, dans l'entrebaillement. Rayonnant et austère à la fois. Les bras croisés c'était un signe de fermeture, elle l'avait lu dans un livre. Elle sourit, plus ou moins nerveusement. Ele se disait que si tout se passait bien, il aurait tout prévu, elle aurait récupéré ses affaires et dans moins de trente minutes elle serait chez elle en boule en train de pleurer. Ou de pester. Ou les deux, alternativement. Et bah non. Allez, un peu de courage. Elle sourit encore plus pour donner bonne impression. Elle était morte de peur, mais il lui avait manqué.

"Ah ça, c'est sur !"

Stupide. ELle arriva à sa hauteur, ne sachant pas si elle devait lui faire la bise, lui serrer la main, se jeter dans ses bras ou pourquoi pas lui mettre une claque. Il lui proposa de boire un petit quelque chose, c'était son passeport pour la liberté elle allait pouvoir rentrer !

"Oh..Et bien..Si j'avais su je t'aurais ramené un petit quelque chose pour grignoter avec !"

Andouille. La gêne monta d'un cran. Son sourire lui devint un peu plus sincère.

"Tu dois en avoir des choses à me raconter !"



---------------------------------

Ancien Kit Par Thomas ♥
Ancien avatar ♥


[00:30:04 30/08/2016] Thomas Harper : j'suis la patience incarnée - quand il s'agit pas de Kiyomi - donc j'ai le temps

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 849
■ Inscrit le : 28/02/2016

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 28
❖ Chambre n° : A-204
❖ Arrivé(e) en : avril 2014
Thomas Harper
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Mar 11 Juil 2017 - 14:10

À chaque fois qu’il s’apprêtait à la voir, qu’il savait qu’il devait la croiser, Thomas faisait quelque chose d’humain mais d’absolument ridicule. Il se jouait la scène dans sa tête, une fois, deux fois, cent fois. Jusqu’à que la scène lui convienne. Il imaginait le pire, le meilleur, parfois il se voyait bien trop courageux et parfois il se sous-estimait. Une chose était sûre : Il ne visait jamais au grand jamais juste. Toujours à côté de la plaque. Du moins, c’était l’impression qu’elle lui donnait. Il avait passé la minute dernière à se voir l’embrasser lorsqu’elle aurait passé le pas de la porte, puis s’était rétracté en ne visualisant qu’un simple bonjour sans sel ni poivre, incroyablement amer lui laissant le goût correspondant dans la bouche. Pire encore, ça s’était terminé en un sac posé devant sa porte d’entrée avec ses affaires, ou avec une claque.

Rien de tout ça. Absolument rien, il avait improvisé quelque chose qu’il ne s’était absolument pas imaginé, une phrase qu’il ne s’était pas répété une seule fois et elle avait répliqué quelque chose qui ne lui était même pas venu à l’esprit. Ça lui avait fait quelque chose qu’elle accepte d’entrer, ça l’avait chamboulé qu’elle s’intéresse à lui. Parce qu’il commençait doucement à se dire que peut-être était-il possible qu’il y ait une réciprocité entre eux et que, peut-être, possiblement, éventuellement, lui aussi lui avait manqué. Et ça lui faisait plaisir parce que pour une fois, cette seule fois, il était juste heureux comme un con. Parce que ça lui faisait plaisir encore plus que ça ne le déstabilisait. Et ça, c’était incroyablement rare. Surtout lorsqu’on savait à quel point elle comme lui étaient deux cas irrécupérables. Ça lui faisait croire qu’ils avançaient. Quelques petits mots gentils le lui faisaient croire.

Alors il avait souri.

« Je suppose oui… » Il s’écarta pour la laisser passer et posa sa main dans son dos, de façon presque anodine, l’invitant à passer devant. Son appartement n’était pas spécialement grand et était loin d’être un labyrinthe. « Tu veux quelque chose en particulier ? J’avais fait chauffé de l’eau pour le thé mais si tu veux autre chose n’hésite pas. »

Son instinct lui disait que cette question ne servait pas à grand-chose. Il ne fallait pas être un grand observateur ou l’un de ses proches pour comprendre que Kiyomi partageait très probablement sa passion pour le thé. Sa cuisine était intégrée au salon alors il ne pourrait pas se laisser quelques secondes de répit pour souffler pendant qu’il lui servait à boire. Il devrait gérer les choses en temps réel sans préparation. Non, Thomas n’était pas prêt. Elle l’avait même invité à lui parler de lui. Merde. C’était à lui de parler en premier. Il s’appuya contre le plan de travail de sa cuisine, pas loin de sa tasse de thé déjà préparée.

Il n’osait pas lui dire qu’elle était belle. La dernière fois, ça s’était terriblement mal fini. Pourtant, les mots lui brûlaient la bouche, mais rien n’en sortait. C’était devenu une habitude pour lui de ne pas pouvoir dire ce qu’il voulait, de s’autocensurer. Mais là, il devait meubler et il faisait le tri entre ce qu’il arriverait à dire ou non.

« J’ai pu retourner en Australie quelques jours. Enfin, j’étais obligé disons, même si ça m’a fait beaucoup de bien de revoir ma famille. » Il s’arrêta puis se souvint qu’il n’avait jamais pu éclaircir ce point-là, parce qu’ils n’en avaient pas discuté. « Je ne pense pas te l’avoir dit, c’était pour le mariage de ma petite sœur. » Il passa la main sur sa nuque, dévoilant un sourire un peu gêné. « Depuis que je suis au Japon elle a la mauvaise habitude de me harceler et de prendre de mes nouvelles toutes les heures – même quand je suis au travail… Ahah – Alors louper son mariage ? Elle serait sûrement venue ici pour me tuer. » Il s’arrêta et leva de nouveau le regard vers elle. « Et toi, ces deux dernières semaines ? »

---------------------------------

Bonsoir, je suis également un code couleur rajouté à l'arrache. Thomas perd son japonais en #A63F45 et s'exprime dans la langue de Shakespeare ou l'anglais en #669FBD.

Tu veux la guerre ? Tu vas l'avoir ♥ :^)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 809
■ Inscrit le : 18/02/2015

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 28 Ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Kiyomi Kato
« Personnel ; prof de théâtre »
http://totemique.forumactif.org/
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  Mar 12 Sep 2017 - 17:53

Bon. La pauvre petite souris est dans le piège du chat, je répète. La souris est prise au piège, elle ne peut plus s'enfuir, il ne lui reste plus que le seppuku comme solution. Voilà. Et le pire dans l'histoire c'est que bien entendu la souris était consentante. Avec beaucoup de mauvaise foi mais tout de même?! Elle avait tout oublié, c'était limite si elle se souvenait de quel était son prénom. Heureusement, Thomas était là pour le lui rappeler. Grand bien lui en prit, il lui évitait à chaque fois de se ridiculiser un peu plus. Elle savait que de toute façon rien ne se passerait comme prévu, quand il était dans les parages, tout avait l'air de vouloir se passer autrement. Et pourtant elle était plutôt organisée, elle était obligée dans son métier, mais non, elle aurait pu se présenter dans une cotte de mailles et une armure intégrale qu'elle aurait été capable de prendre un coup vital en plein dans le coeur. Elle gardait le sourire mais elle n'en menait pas large du tout.

A vrai dire, elle était plutôt curieuse de savoir dans quoi il vivait. Elle se demandait avec candeur dans quel univers il se réfugiait une fois son travail terminé, et ça ressemblait plus ou moins à l'idée qu'elle s'en faisait. C'était simple, sans grands détails de décoration, quelque chose d'efficace de sobre et pourtant d'assez accueillant. Elle remarqua bien vite les marques de la consommation de thé, quelques sachets, des tasses qui sèchent, au moins une en tout cas. Ces petits détails la firent sourire, avant de la ramener à la réalité. Qu'est ce qu'elle pouvait bien faire ici.

Il avait passé la main dans son dos pour l'aider à avancer. Enfin, non ça ne devait pas être pour ça, mais elle avait essayé de l'oublier. Elle avait frissonné alors elle s'était accrochée aux petits détails, à tout ce qui pouvait mobiliser son cerveau le temps nécessaire pour intégrer l'information. Elle réalisa que si elle avait remarqué tout ce qu'il y avait de sorti pour le thé, c'était peut être justement qu'il en avait parlé. Elle se troubla, c'était stupide. Et elle finit par sourire, il l'avait préparé plus pour lui que pour elle, et elle était ravie de constater que d'autres personnes aimaient autant le thé qu'elle. Au moins je sais quoi lui proposer si je l'invite un jour. Cette pensée passa aussi vite qu'elle arriva. Lui? Chez elle? Hahahahaha..Ha..h..

"Le thé ça sera parfait."
Ca ne fera qu'un de plus après tout. Un thé de plus dans une longue journée, mais un thé en bonne compagnie. Un thé qui aurait une toute autre saveur à n'en point douter.

N'hésite pas, n'hésite pas, facile à dire. Heureusement, elle avait lancé le pavé dans la mare, c'était à lui de lancer les hostilités, ce qui lui laissait un peu de répit. Il s'était éloigné pour répondre de loin, elle tenta par tous les moyens de ne pas trop rougir. Elle essaya même de se demander si elle avait bien éteint les lumières avant de partir. Mais ce n'était pas très efficace. Elle hocha la tête, elle n'avait même pas cherché à trouver ce qu'elle était venue chercher. L'australie, ah oui. Elle essaya de faire comme si elle n'avait pas passé des heures à se torturer à ce sujet.

Le mariage de sa petite soeur ! C'était donc ça?! Elle se sentit bête, elle avait tout imaginé. Un tout petit peu du meilleur et énormément du pire. Elle lui avait inventé une vie torturée d'aventurier avec une maîtresse dans chaque port. Elle avait même imaginé des choses bien plus crédibles et infiniment plus douloureuse, et au final voila, il était au mariage de sa petite soeur. Si elle avait pu, elle se serait cognée la tête contre un mur. Elle fit de son mieux pour avoir l'air détâchée.

"Oh, je comprends mieux".
A quel point j'ai été stupide, voila, voila le bout qu'il manquait. C'était donc elle..Elle qui hantait toujours les environs. Sa petite soeur. L'idée que ce soit un mensonge pratique effleura son esprit, mais la question ne lui en laissa pas le temps. Ce qu'elle avait fait? Haha. Me torturer pour rien, penser à toi et essayer de me faire croire que ce n'était pas le cas, être invivable avec tout le monde, pourquoi? Elle s'appuya légèrement contre le rebord du canapé.

"Et bien..Tout le monde n'a pas la chance d'être invité à des mariages loin d'ici."
Elle sourit, un peu ailleurs.
"La routine à vrai dire. Les élèves qui écoutent plus ou moins, des projets à préparer, des copies à corriger. Mais..."

Mais sans toi c'est beaucoup plus difficile. Allez. Dis le, ça te démange. Kiyomi le fixa quelques secondes -qui semblèrent une éternité- et elle secoua la tête et essaya de concentrer son attention ailleurs.

"Mais on se fait à tout ! On sait pourquoi on signe après tout !"

Echec. Elle se rapprocha, luttant contre sa nervosité. Quand elle s'approchait de lui, elle avait toujours cette impression que chaque pas lui ôtait force et assurance. Et pourtant elle se sentait tellement bien.

"Alors alors alors! Tu as l'air d'être un fin connaisseur, que me proposes tu comme variété de thé?"

Elle s'en voulait d'avoir laissé passer une occasion de lui dire. Mais elle espérait toujours qu'il y en aurait une autre à un moment. Jusqu'au dernier.

---------------------------------

Ancien Kit Par Thomas ♥
Ancien avatar ♥


[00:30:04 30/08/2016] Thomas Harper : j'suis la patience incarnée - quand il s'agit pas de Kiyomi - donc j'ai le temps

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.  

Revenir en haut Aller en bas
 
[A-306 Ft Harper] Je crois que tu as quelque chose qui m'appartient.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Les logements-
Sauter vers: