Partagez | 
 

 Un adversaire de taille? [PV Eiji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Ven 18 Déc 2009 - 14:47

Six heures et on pouvait déjà voir Sasha entamer son jogging, courant et se réchauffant face à la fraicheur du matin alors que la plupart dormaient à cette heure-ci, d’autres se préparaient à partir au travail, et encore d’autres qui étaient déjà sur la route. Les cheveux blancs attachés, débardeur et jogging, la jeune femme n’était pas du genre à faire la grasse matinée, et elle n’était pas non plus du genre à rester à rien faire. Le sport était toujours sa solution et, quand elle s’y met, on ne l’arrête plus ! Déjà sept heures, elle s’arrêta et but de l’eau. Encore une heure et ce sera bon pour cette fois. Son emploi du temps était chargé, comme d’habitude… et ce n’était pas parce qu’elle devait également passer du temps à surveiller les lycéens !

Huit heures du matin, Sasha rentrait à son appartement. Elle mit de la musique et c’était parti pour un peu de relaxation, suivant les douces notes des mélodies qui passaient. De l’étirement sans limite, la jeune femme était d’une souplesse impressionnante. Elle avait bien du passer toute sa vie à faire du sport, la gymnastique, l’endurance et les arts martiaux étant ses points forts. La compétition était dans son sang… c’est-à-dire le sang d’une fille adoptée, parce qu’il ne fallait pas compter sur ses soi-disant parents biologiques ! Elle avait enfin terminé son sport du matin et souffla un peu avant de foncer prendre une bonne douche, laissant l’eau chasser les quelques pensées désagréables sur ce sujet tabou à ses yeux, laissant l’eau chaude glisser sur un corps qui pourrait sembler fragile mais qui était en réalité tout l’inverse. Sasha enfila un jean, un tee-shirt noir, baskets, ses éternels gants légers noirs qui cachaient ses tatouages hideux sur ses mains et s’engagea à faire régner l’ordre dans les couloirs de l’école.

Midi passé, après avoir mangé, elle surveilla à nouveau les lycéens, se promenant énergiquement dans chaque couloir, ayant un œil sur tout et tous. Elle donnait l’air si froide, antipathique et sévère que presque personne ne venait l’approcher, même pour un petit renseignement de rien du tout mais ce n’était pas son problème. Elle faisait son métier en étant elle-même et voilà. Elle n’était pas particulièrement ici pour se faire des amis, étant habituée à la solitude depuis bien longtemps. C’était sa façon de penser pour le moment.

16 heures. Elle quitta la surveillance pour chercher des affaires bien particuliers. Quand elle avait fait son jogging un matin autour de l’école, elle avait repéré, bien qu’avec difficulté, un dojo comme si on l’avait mis ici pour le couper du reste du monde et du bruit des autres sports. Ca faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait de kendo et elle n’avait rien planifié d’autres pour le reste de la journée. Autant s’y consacrer corps et âme !
Une fois devant le dojo, le silence régnait et, après avoir passé sa journée à entendre des gamins hurler, insulter ou jacasser, ce silence-là était d’or ! Sasha entra. Y avait-il quelqu’un ? Enfin, que ce soit le cas ou non, ce n’était pas important. Elle pénétra dans la grande pièce, le plancher brillait, il n’y avait pas un chat… elle ignorait si l’endroit était souvent fréquenté ou non. Mais, elle ne s’attarda pas dessus et posa un instant son shinai, une sorte de sabre en bambou, et, ses cheveux déjà liés entre eux, elle se cacha derrière un masque pourvu d’une grille métallique qui recouvrait son visage, sa tête, épaules et gorge, appelé également men.


*Il ne doit pas y en avoir beaucoup qui viennent ici… Tant mieux pour moi !*

Sasha reprit son shinai et se mit en garde, les deux mains sur la poignée du sabre. Imaginant son adversaire, elle fit un geste, une attaque contre l’être invisible, et on pouvait clairement entendre son cri, féminin mais pourtant puissant. Il ne fallait pas croire, elle était sans pitié même envers les fantômes !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Ven 18 Déc 2009 - 15:26

Fin d'une journée de cours ennuyeuse, comme la plupart. Deux heures de littérature, autant de physique puis d'anglais, le temps consacré à ranger la classe après les cours, aller rendre un livre à la bibliothèque pour emprunter celui dont il aurait besoin pour un exposé, jeter un coup d'oeil aux exercices, ranger ses affaires de cours sur son bureau, vérifier que toutes ses affaires n'étaient pas sales et qu'il n'avait pas besoin d'aller à la buanderie... Il avait l'impression d'être un automate sans cesse en train de refaire les mêmes gestes, pendant des journées si ressemblantes qu'il n'était même pas nécessaire de relever leurs différences.

Sur son bureau étaient posées en évidence deux lettres non ouvertes. Lettres écrites par sa mère puisqu'il avait refusé le portable qu'elle voulait lui offrir pour son départ au pensionnant pour avoir un moyen aisé de le joindre. Lettres qu'il n'avait pas encore daigné ouvrir. Pour y lire quoi ? Le récit de son bonheur avec son nouvel amant ? Non, merci. L'idée l'en écœurait par avance. Il n'avait pourtant pas pu se résoudre à les jeter, et les avait laissées sur son bureau, à côté de ses livres de cours. Elles serviraient toujours de marque page si besoin.

Le jeune homme rejeta plus brutalement que prévu ses livres sur son bureau, furieux de se sentir encore lié par tout ce qui l'avait poussé à fuir à Kobe. Elle ne pouvait pas respecter au moins un peu son besoin d'indépendance et de tranquillité ? Son regard se posa sur le gros sac de sport qui trainait à côté e son lit, et qui contenait toutes ses affaires de Kendo. Oui, ce serait surement la solution... Il n'avait pas encore eu l'occasion de beaucoup tester le dojo de l'école, préférant la course comme exutoire rapide et facilement accessible. Et plus simple aussi. La course comme la natation pouvait se contenter d'un pur effort physique. Le kendo en revanche, demandait à ce que son esprit participe s'il ne voulait pas se retrouver à faire un sport hideux.
Oui, ce serait parfait pour l'aider à retrouver son équilibre.

Eiji chargea le sac sur son épaule et se dirigea vers le dojo à grands pas, son air des mauvais jours lui évitant toute question de la part des gens qu'il croisa sur son chemin. Arrivé aux vestiaires, le long moment nécessaire à enfiler l'imposante tenue de kendo fut comme un moment hors du temps, une pause qui lui permit de mettre de côté ses soucis alors qu'il revêtait son hakama. Si tout pouvait être aussi simple... Oh, il se doutait bien que tout lui reviendrait en tête une fois l'entrainement fini, mais s'il pouvait au moins y réfléchir de manière plus sereine... une part de lui ne cessait de lui répéter que tout cela était stupide qu'il prenait les choses trop à coeur... Mais cette partie là était souvent écrasée par l'adolescent encore un peu émotif qu'il y avait en lui, qui se refusait d'avoir tord ou de démordre de son point de vue.
Le casque une fois en place, la fine grille vint légèrement brouiller sa vision, apportant un filtre gris sur le reste du monde, comme s'il prenait de la distance, au sens propre comme au figuré.
Un coup d'oeil dans un des miroirs d'entrainement - ceux qui permettaient de travailler seul en vérifiant ses mouvements - lui montra la silhouette étrange d'un guerrier d'un autre temps. Impossible de reconnaitre quelqu'un sous cette imposante armure. Enfant, il avait adoré l'armure en kendo. Impossible de ne pas s'imposer samouraï partant à la guerre pour protéger son daimyo. Encore maintenant, difficile de ne pas se laisser séduire par le côté mystérieux et le charme d'affronter un adversaire inconnu, où seuls les compétences décidaient du rang.

Dans le dojo, une silhouette un peu plus petite que la sienne était déjà en train de s'entrainer, frappant l'air avec rage et vigueur. Eiji observa un instant ses mouvements avant de s'approcher, s'inclinant poliment pour laisser le temps à l'autre personne de prendre conscience de sa présence.

" Souhaitez-vous un adversaire ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Ven 18 Déc 2009 - 20:05

Sasha était concentrée, le monde extérieur n'existait même plus comme si, en entrant dans le dojo, elle avait fermé la porte aux problèmes de sa vie. Elle était ailleurs... pourquoi pas à l'époque du Japon féodal, celle de redoutables samurais qui risquaient leur vie pour protéger des proches et qui vivaient de l'art du sabre. Et elle? Avait-elle quelqu'un à protéger? Oui... évidemment. Sa famille adoptive. Aucun ami, encore moins de fiancé. Et ce n'était pas si mal. Et elle était sérieusement prête à mettre sa vie en danger pour eux. Elle aurait pu être un samurai insensible avec ceux qui ne méritaient même pas sa pitié. Elle aurait pu... mais elle était née dans une autre époque. Heureusement... sinon elle aurait certainement tué sa mère biologique de ses propres mains.

La grille de son casque ne perturbait plus sa vue, une fois habituée, et elle ne ressentait plus le poids de l'armure. Ses mouvements étaient nets, précis, montrant une grande détermination, son pied frappait durement le sol et son cri aussi puissant que sa frappe. Sasha était plongé dans le kendo qu'elle n'avait pas pratiqué depuis des semaines, mais elle n'avait pas perdu grand chose, se souvenant des entrainements passés avec son père, aussi stricte qu'elle. Elle était tellement plongée qu'elle n'avait pas remarqué la présence d'un autre guerrier dans le grande salle. Quelques secondes surprise, elle s'arrêta et s'inclina également. Elle aimait cet art martial pour le respect des autres et du sport. L'inconnu, plus grand qu'elle, ne devait probablement pas être une guerrière et sa voix, bien qu'un peu étouffé par le casque, semblait grave. Mais, qui sait? Elle avait l'habitude de s'attendre à tout. Il demandait si elle désirait un adversaire. Bonne question! Sasha avait l'habitude de pratiquer tous ses sports, seule. Plus de tranquilité. Mais, quelque chose en elle lui donnait envie d'avoir un adversaire, ce côté un peu joueur, un peu samurai.

*Ca pourrait être intéressant...*

- Si vous n'êtes pas effrayé par la défaite... guerrier…

Bien entendu, elle suivait son intuition sur le sexe de son adversaire, et ce n’était qu’une petite provocation. Elle savait bien qu’il n’était pas question de gagner ou perdre mais de s’entrainer avec, peut-être, un combattant d’exception. Sasha pouvait bien avoir confiance en ses capacités, elle ignorait celles de l’inconnu. Il n’était donc pas à prendre à la légère.

Elle se concentra à nouveau, perdant totalement la notion du temps, salua son adversaire puis se mit en garde, comme tout à l’heure : main droite à la garde du sabre, main gauche à l’extrémité de sa poignée, tenant solidement sur ses pieds. Elle respira profondément, calme, silencieuse… puis engagea la conversation par les sabres, un pas en avant accompagné de son kiai, un coup afin d’atteindre la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Sam 19 Déc 2009 - 10:21

Le guerrier aurait probablement arraché un ricanement à Eiji s'il n'avait pas déjà été concentré. Il avait passé l'age de jouer au ronin et samouraï depuis un certain temps déjà. Il avait une certaine tendresse pour l'époque où, encore gamin, ils s'interpellaient avec les autres adolescents avec les surnoms les plus élaborés qui soient. Guerrier était l'un parmi tant d'autres. Et avec ce surnom, venaient les duels de l'enfer entre ronin et samouraï. Ils étaient effectivement tous fan de Kenshin dans son dojo.

Le jeune homme vint se placer devant son adversaire, saluant profondément. Avoir peur de la défaite ? Cela ne venait pas dans sa conception du kendo, celle qui voulait le sport pour le sport, le combat pour la pureté et sa beauté. La victoire n'était que secondaire, et se focaliser entièrement dessus pendant un combat aurait été stupide et n'aurait surement pas aidé à lui faire avoir le dessus. Cela avait été une dure leçon à faire comprendre à un adolescent à l'esprit de compétition, mais elle semblait rentrée maintenant.
Aucun autre mot ne franchit les lèvres d'Eiji ; en général, les mots étaient superflus, et c'était peut-être ça qu'il appréciait tant le kendo.

Ce fut son adversaire qui lança en premier son attaque, visant directement la tête. Coup qu'Eiji para aisément. La suite ne fut qu' enchainements rapides et parades, rythmés par leurs kiais et par le bruit mat des lattes de bambou qui s'entrechoquaient. Son adversaire était peut-être un peu plus souple et plu hargneux, mais Eiji avait pour lui une allonge plus grande, et plus de maîtrise pure. A un moment, le jeune homme avait cessé de compter les points, préférant s'oublier dans le plaisir entier du combat que se retrancher derrière des règles fixes. Sentir remonter le long de ses bras le choc des shinais, sentir ses muscles souffrir mais lui obéir, continuer dans l'effort quelque soit la fatigue et la douleur. Quand les mouvements de son adversaires se firent un peu moins précis, empêtrés par le poids de la fatigue, quand sa propre armure sembla avoir doublée de poids, Eiji leva la main, proposant une pause.
Ce n'était en rien une concession à la défaite - il n'avait jamais eu le dessous dans l'affrontement- mais il n'était pas nécessaire de continuer le combat au delà de leur limite. Du moins pour lui. Le combat avait réussi à concentrer et utiliser une bonne partie de sa colère et de sa rancoeur, et d'une manière bien plus positive qu'il n'aurait pu l'espérer.

Le jeune homme rejoignit le bord du tatami et déposa respectueusement son shinai avant de délacer lentement son armure pour enfin parler à son adversaire à visage découvert. Il espérait que l'autre personne serait une familière du lycée : avoir un adversaire pour s'entrainer serait précieux, et il n'avait pas l'impression qu'il y avait beaucoup de pratiquants de kendo en ces lieux. Et s'il pouvait s'entrainer, et pratiquer ses katas seul, le kendo demandait tout de même un adversaire pour être pratiqué à son maximum.

Eiji finit de déposer son armure et retira le tissu qu'il avait noué sur ses cheveux et passa la main dedans. Ils étaient devenus humide avec la sueur, comme une grande partie de sa peau. Il devait aussi avoir quelques hématomes là où il n'avait pas réussi à parer. L'armure n'était pas une protection ultime et son adversaire n'avait pas été tendre. Sa satisfaction était de savoir que son adversaire n'en aurait pas moins que lui.

" Combat intéressant. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Sam 19 Déc 2009 - 13:43

Le "combat", bien que le mot n'était pas vraiment approprié pour un tel art, faisait rage. Les frappes s'enchainèrent, les points s'accumulèrent pour finalement se faire oublier par les deux personnes extrémement concentrées. Perdre, gagner... La compétition voulait ça mais, au fond, ce n'était pas l'important. Dans un entrainement, ils avaient encore moins leur place. Il s'agissait plutôt de connaitre son niveau, découvrir un adversaire intéressant, aller jusqu'à atteindre ses propres limites, voire tenter de se surpasser. Si, par le passé, c'était une question de vie et de mort, aujourd'hui, c'était une expérience enrichissante. Surtout savoir qu'il y avait une autre personne, ici, à Kobe qui maniait le sabre avec force et habileté. Sasha avait accepté ce duel et elle n'était pas déçue.

La jeune femme tenta des approches rapides et dangereuses, pour elle comme pour lui, mais il avait quelque chose qu'elle n'avait pas et qu'elle ne pourrait jamais avoir: sa taille. Ses bras étaient plus petits, elle était plus petite, elle n'arrivait pas toujours à l'atteindre alors elle comptait davantage sur ses réflexes, sa vitesse et sa détermination, ce qui lui permettait d'arriver à ses fins... et lui, également. Elle sentit clairement chaque coup quand elle ne pouvait ni parer ni éviter mais ne songea pas aux bleus qui marqueront son corps. Ses mains se ressérèrent sur la poignée du shinai comme pour se donner davantage de courage alors qu'elle n'en avait pas besoin, elle mettait dans chaque tentative la force, qu'il pouvait lui rester et la douleur qu'elle ressentait devant les frappes réussis de son adversaire mais également celle qui pesait sur les muscles de ses bras et ses épaules au fil des minutes. Ca faisait bien longtemps qu'elle ne s'était pas perdue dans le plaisir d'un duel.
L'inconnu leva la main, elle comprit qu'elle n'était pas la seule à fatiguer et accepta la pause.


Sasha s'approcha du bord, posa doucement son shinai -après tout, pendant un combat, c'était un peu comme s'il était la prolongation de ses bras, de son être, elle devait en prendre soin- et s'engagea à ôter son armure, songeant qu'elle aura quelques courbatures le lendemain, puis le men qui recouvrait sa tête. Avait-elle eu raison à propos de son adversaire? Sasha ne souriait pas, comme à son habitude. Elle restait sérieuse mais plus détendue. Elle observa attentivement l'homme qui était en face d'elle parce que... oui, son intuition s'avérait bonne. Trop jeune pour être professeur, il devait être lycéen. Ce n'était pas non plus un débutant, il devait pratiquer le kendo depuis son enfance, supposa-t-elle. A savoir s'il était plus sportif que ça ou non... c'était autre chose. Elle n'était pas naturellement curieuse mais avouait qu'elle était intéressée par les capacités de ce garçon. IL ne semblait pas plus essoufflé qu'elle, preuve d'une bonne endurance.

*La journée ne se termine pas si mal que ça...*

Mais, elle n'était pas non plus terminée, Sasha.
La jeune femme passa sa main dans ses cheveux blancs, mouillés par quelques perles de sueur. C'était à prévoir, il ne l'avait pas ménagé. Les cheveux attachés lui donnaient un air plus sévère et plus froid que d'habitude contrairement à ses deux grands yeux rouges qui donnaient l'illusion de chaleur.


-Très intéressant. Je ne pensais pas trouver un adversaire de taille, ici. En fait... je pensais qu'il n'y aurait personne...

Elle posa son armure, son casque et étendit ses bras. Il n'y avait pas grand chose à dire, ils s'étaient découverts l'un l'autre par l'intermédiaire des sabres. Elle s'inclina respectueusement devant lui.

-Sasha Masaki, la nouvelle surveillante.

Ils ne s'étaient pas prèsentés avant mais elle n'aurait pas donné son nom à n'importe qui. Elle se remit droite et fixa le jeune homme.

-Vous êtes un adversaire redoutable. Vous venez souvent ici?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Dim 20 Déc 2009 - 11:45

Une fois l'armure retirée, apparut une jeune femme aux cheveux blancs et aux yeux curieusement orangés - quelle idée de mettre des lentilles aussi flamboyantes ? - et à l'air trop sérieux, qui s'inclina devant lui. Une nouvelle surveillante ? C'est vrai qu'avec son allure sévère, elle ferait surement des merveilles à ce poste. Eiji eut un instant l'image de Sasha courant après les élèves avec un katana pour les forcer à être sage, image qui disparut quasi aussi vite que le regard froid de la jeune femme se posait sur lui. Le jeune homme s'inclina à son tour. Il était toujours plus facile d'être respectueux des traditions dans un dojo, dans cet univers qui vivait encore au travers de rituels et des traditions.

" Kimihiro Eiji, élève de 5ème année. Je vous remercie pour le duel. "

Comme toujours après une séance effrénée de kendo, il se sentait bien. En paix avec lui même, avec son corps fatigué comme avec son esprit. Il avait utilisé ses ressources pour se battre, et tout le reste n'était que futilité, et le resterait tant qu'il serait dans le dojo. Pas étonnant qu'il soit un sportif de bon niveau, avec tout le temps qu'il passait à s'entrainer pour éviter de penser à des choses plus dérangeantes. Un de ses maîtres de son ancien club de kendo lui avait un jour dit, que pour passer au plus haut niveau, il faudrait qu'il apprenne à régler ses soucis. Qu'il aurait besoin d'avoir un esprit libre pour pratiquer le kendo, et non se servir du kendo pour se libérer l'esprit. Mais son maître avait ensuite sourit en lui disant qu'il avait bien des années d'entrainement avant d'arriver à un tel niveau, et que d'ici là, les années l'auraient probablement fait murir suffisamment. Il espérait que le temps lui donnerait raison.

Son regard se posa sur le râtelier d'armes où les shinai étaient sagement posés, dans l'attente éventuelle qu'une main vienne les saisir. Le dojo était parfaitement entretenu, mais n'avait pas de vie propre comme aurait eu un lieu très utilisé et investi. Dommage. Il avait espéré trouver un club plus actif, mais le lycée semblait plus orienter vers des sports d'athlétisme ou d'équipe que par les arts martiaux.

" D'après ce que j'ai pu voir, il y a peu de pratiquants du kendo au lycée. Peu d'assidus en tous cas. J'essaie de venir autant que possible mais... je suis arrivé récemment, j'ai encore un peu de mal à trouver mes marques. J'espère reprendre un entrainement plus régulier, surtout si je peux trouver un adversaire à ma hauteur. "

Son regard s'était dirigé sur la surveillante à ces mots. Qu'importe qu'elle ne soit pas étudiante comme lui... au kendo elle était juste un adversaire de valeur. Il espérait qu'elle serait d'accord sur le principe. Il serait quasiment impossible de s'entrainer avec quelqu'un qui oubliait que les rôles extérieurs restaient à la porte du dojo.

" Pourrez-vous revenir pour un autre entrainement ? J'aime pratiquer les katas, mais rien ne vaut un vrai match. "

Direct oui. Pourquoi s'embarrasser de fioritures ? Eiji ne s'intéresser pas à la vie de la jeune femme, et la réciproque était surement vraie. Par contre, son planning et celui de ses entrainements était autrement plus intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Lun 21 Déc 2009 - 0:33

Sasha avait supposé que c’était un homme, c’était le cas. Elle avait également supposé qu’il devait être lycéen, et il venait de le confirmer : Kimihiro Eiji, 5eme année. Il devait donc avoir dans les 18-19 ans. Il les faisait sans problème. En plus de ça, ils avaient déjà un point commun : le Kendo. Il était inutile de supposer qu’il devait avoir le corps d’un sportif, elle en était certaine. IL avait une bonne endurance, il occupait sans doute une partie de son temps à courir. Il avait une allonge avantageuse et une force qui lui offrira quelques hématomes le lendemain, mais… Etait-elle plus intensifiée par un sentiment de colère, un moyen de se libérer, ou une énorme concentration et miser ses dernières forces sur les derniers coups? Elle l’avait ressentie quand il frappait avec son shinai, elle connaissait très bien ce sentiment. Mais, ce n’était pas son problème. De son côté, elle ne laissait jamais le moindre souci, la moindre colère l’envahir pendant son sport. Elle restait concentrée dans ce qu’elle faisait, sinon il y avait des risques pour se laisser apprivoiser par les problèmes et… ne jamais en ressortir, ne jamais souffler et finir par se détruire.

- C’était un plaisir, répondit-elle… parce que, oui, c’était effectivement le cas. Elle ne mentait pas.

Depuis qu’elle était ici, à Kobe, elle n’avait pas ressentie d’émotion aussi positive… elle n’avait pas non plus eu d’adversaire comme Eiji. Surprise de voir Sasha se comporter… un peu plus ouvertement avec quelqu’un ? Pourtant, elle ne souriait toujours pas, il en fallait plus pour la mettre en confiance. Elle ne riait pas à volonté. Elle faisait attention, elle se protégeait. Il en fallait plus pour abattre cet énorme rempart. Mais, à partir du moment où l’on touchait un peu à ce qu’elle aimait, ça devenait un peu plus intéressant. Elle était là, à le fixer de ses yeux rouges, à garder son attention sur le jeune homme pendant qu’il parlait. Ainsi, il venait d’arriver et il avait fait les mêmes observations qu’elle. Il confirmait ce qu’elle pensait : il y avait peu de personnes qui pratiquaient le Kendo et il avait vu en elle un adversaire à sa hauteur et c’était réciproque. Le fait qu’il était un lycéen et elle une surveillante lui passait au-dessus de la tête.

- On pense pareil, Eiji. Se permit-elle, J'ignore si c'est possible en tant que surveillante de s'entrainer avec un élève. Honnêtement... Je m'en fous. Je ne suis plus surveillante à partir du moment où j'ai quitté mon poste, vous n'êtes donc plus sous ma responsabilité. Il n'y a pas de problème pour un autre entrainement, voire d'autres... Au contraire, c'est même plus intéressant comme ça!

Il était clair, direct, elle aimait ça. Et elle n'allait pas manquer l'occasion d'en apprendre plus, concernant toujours le même thème.

-Vous ne pratiquez que le Kendo ou êtes-vous aussi proches d'autres sports? Aurais-je une chance de vous voir courir un jour...

Elle regarda Eiji, une lueur espiègle dans les yeux.

-A six ou sept heures du matin?

Quoi? On ne risque rien à se renseigner, non?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Lun 21 Déc 2009 - 12:52

La jeune femme sembla répondre à ses pensées, expliquant que son rôle de surveillante n'interviendrait pas dans leurs entrainements. Eiji inclina la tête en acquiescement silencieux. Tout autre possibilité lui aurait de toute façon fait renoncer à un tel entrainement.
Bizarrement - enfin ce n'était peut-être pas si bizarre - il n'avait jamais eu besoin d'autorité pour respecter la discipline au dojo. La différence de comportement était flagrante pour ce qui le motivait et ce qu'il devait faire avec plus ou moins de joie. Et toute la discipline du kendo restait un plaisir, aussi difficile et pesante qu'elle pouvait parfois être.

Sasha reprit la parole, toujours sur le thème du sport. Ce qui lui convenait parfaitement, thème sur lequel il voulait bien parler pendant des heures, que ce soit au niveau technique ou juste pour discuter autour. A chacun son péché mignon - reprochait-il aux filles de parler des heures durant de maquillage ou d'acteurs ? . Le jeune homme prit une posture un peu plus conforme à l'endroit où il se trouvait, s'agenouillant sur le tatami avec une pensée respectueuse pour les maîtres qui avaient pu pratiquer en ce lieu même. Il répondit d'une voix calme, et un peu pensive, comme s'il réfléchissait lui-même à la question en même temps qu'il parlait.

" Je pratique le Kyudo aussi. Ainsi que la natation, et la course, comme vous l'avez si bien deviné. "

Courir, l'opposé du kendo en terme d'exutoire, mais parfait pour s'échauffer, maintenir ses muscles en forme et dépenser ce trop plein d'énergie qu'il semblait avoir, par moment. La question sur l'heure arracha un sourire à Eiji. L'adolescent se passa la main dans ses cheveux poisseux de sueur, relevant le regard amusé de la jeune surveillante. Elle ne devait pas être tellement plus vieille que lui au final. Quoi ? deux, trois ans ? Ce n'était pas un fossé si énorme au final. La différence résidait plutôt au niveau de leur position et de leur responsabilité. Parce qu'il était encore élève, et par définition, dépendant des autres et pas encore capable d'une pensée correcte par lui-même. Ben voyons.

" Je pratique quand je ne vais pas en cours... plutôt l'après-midi mais il m'arrive de me lever plus tôt le week-end. Avec une bonne raison je pourrais surement être convaincu de me lever tôt d'autres jours de la semaine."

En particulier les jours où il avait cours de maths : il pourrait tout à fait rattraper un manque de sommeil en somnolent pendant cette matière tant honnie, où, de toute façon, il avait renoncé à rattraper un quelconque retard. Il avait des doutes pour la réussite de son année aussi... changer d'établissement en cour d'année n'avait pas forcément été la meilleure des choses à faire. Mais une fois la décision prise, impossible de revenir en arrière, qui plus est alors qu'il n'avait pas de regrets. Au pire il referait une année en se concentrant un peu mieux sur ses études.

" Avec l'été qui arrive j'imagine que c'est la meilleure heure. Et sans risque de croiser trop d'élèves à surveiller."

La dernière phrase était directement pour Sasha, enfin, la surveillante. De toute façon, avec ses manières assez directes, Eiji n'aurait pas été tellement plus soumis s'il avait rencontré Sasha en dehors du dojo. Les courbettes face aux profs ou aux surveillants, merci bien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Mar 29 Déc 2009 - 1:24

Son casque, son armure posés sur le sol recouvert de tatami, la jeune femme observa Eiji qui s'agenouillait. Elle en fit autant, se mettant face à lui, pour ne pas se fatiguer inutilement les jambes mais aussi pour être dans l'esprit du dojo. En plus, elle se voyait mal parler avec Eiji en restant debout. Les paumes des mains sur les genoux, elle se laissa envahir par le silence qui régnait autour d'eux. Bien qu'ayant certainement de l'agitation sur les autres terrains, ici, tout était calme, vaste et Sasha profita de cette ambiance pour se détendre davantage. Puis, la voix du jeune homme retentit, il répondait à ses questions, elle lui offrit alors toute son attention, décidant qu'elle se perdrait dans le silence un peu plus tard.
La natation... C'était bien quelque chose qu'elle ne pratiquait qu'occasionnellement, elle n'était pas fan des sports qui se mêlaient à l'eau. Qui sait... L'eau gelée ou non devait lui rappeler la Russie, le pays qui vit sa naissance, son enfer et son départ. Toujours est-il que ce n'était pas son élèment. Bon, la course, elle en avait déjà eu une petite idée. Sasha aimait courir, l'heure n'avait pas son importance, il n'y avait pas particulièrement un moment de la journée qu'elle préférait pour son jogging... elle faisait seulement en fonction de son emploi du temps de surveillante. Mais, l'avantage avec le matin, c'était qu'il n'y avait presque personne. Pas de cris, pas de foule. Comme ici. Et c'était reposant.


- Le Kyudo… Je ne l’ai pas vraiment pratiqué. C’est un des arts martiaux que mon père ne m’a pas enseigné. J’ai du essayé une ou deux fois avant de le délaisser. Je devrais peut-être retenter…, pensa la jeune femme tout haut.

Oui. Son père préférait que les fers se croisent, que les poings cognent, qu'on ressente la puissance, des duels, des combats. Pourtant, Sasha n’avait rien contre le Kyudo. Au contraire, il fallait une bonne maitrise de son arc, une grande précision, et de la concentration à revendre ! C’était un art plus paisible que le Kendo mais elle aimait ça. Elle devra sans doute se l’enseigner à elle-même. Si le nombre de personnes pratiquant le Kendo est semblable à celui de ceux qui font du Kyudo, alors elle ne verra personne d’autre que… Eiji, en fait. A moins que les autres ne se cachent...

Sasha tourna la tête, regardant le dojo, profitant encore de l’absence de bruit, de l’étendue de la pièce vide. L’après-midi, après les cours, les élèves pouvaient faire du sport, les terrains étaient alors occupés et bruyants. La surveillante finissait quand les élèves n’avaient plus cours, elle avait en fait l’emploi du temps des élèves. Avant, pendant ou après les cours, elle devait les surveiller. Elle les entendait suffisamment toute la journée donc préférait les éviter après son travail et le dojo était un des endroits parfaits pour ça, puisqu’il était assez éloignée des terrains pour tout étouffer.

- La « bonne raison » pourrait être le sport ? Pas forcément le matin, pas tous les jours… Quand vous pouvez et si vous voulez, je tiens à voir vos capacités à la course.

Sasha posa sa main sur son casque avant de reposer son regard de feu sur Eiji.

- Vous êtes quelqu’un d’intéressant et ce n’est pas tous les jours que je me mesure à quelqu’un qui pratique aussi bien le Kendo. Je suis du genre à ne pas laisser passer de telles occasions.

Elle marqua une pause, pour réfléchir à sa proposition puis reprit:

-Qu'en pensez-vous, Eiji?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un adversaire de taille? [PV Eiji]  Mar 29 Déc 2009 - 23:53

Au fur et à mesure que Sasha parlait, Eiji put noter plusieurs choses sur la jeune femme, informations plus ou moins flatteuses qui étaient surtout des observations à peine matinées du point de vue - objectif ou non - d'un jeune homme de 18 ans. Les mains à plat sur le tissu bleu de son hakama, il se retrouvait à examiner plus attentivement la jeune femme. Ses cheveux tiraient sur le blanc, vraiment, et non par un quelconque jeu de lumière comme il l'avait cru au début. Quelle étrange couleur... Il l'aurait compris d'une de ces lolitas aux robes farfelues, ou d'une de ces nanas courant après les clichés de mode qui ne demandaient qu'à être vues sous tous les angles, mais cela ne ressemblait guère à la jeune femme qu'il avait devant lui. Enfin c'était l'impression qu'il en avait... qu'une sportive de cette trempe ne pouvait pas passer tant de temps que ça à de telles frivolités. Et pourtant, les lentilles écarlates venaient renforcer cette impression, celle d'une jeune femme qui prêtait une certaine attention à son apparence, et surtout à une apparence hors norme.
Comme quoi il ne connaissait pas grand chose aux femmes, même aux sportives. Enfin elle aurait surement été plus jolie avec des yeux d'une couleur plus naturelle, non ?

La seconde chose que remarqua Eiji fut qu'elle n'avait guère de sens de l'humour. Elle avait en une simple phrase réduit à néant la demi plaisanterie offerte par le jeune homme de bonne humeur, rappelant sans l'ombre d'un doute leur place à chacun. La conversation était à propos du sport, et aucun humour n'était admis. Eiji savait qu'il manquait souvent de subtilité, mais à ce niveau... Peut-être était-elle encore incertaine de sa position en tant que surveillante pour se permettre de plaisanter avec un élève qui avait quasi le même âge qu'elle ? Il ne savait pas trop, et préférait éviter les raccourcis. Et après tout, elle avait raison sur ce point, faire du sport pour le simple plaisir de faire du sport était bien suffisant.

Il fallut un peu plus de temps au jeune homme pour analyser ce qui l'avait interloqué dans la première affirmation de la jeune phrase. Sa façon de parler des arts martiaux... au pluriel. Plus exactement, sa manière de parler du Kyudo comme d'une des rares choses qu'elle ne connaissait. Là encore, peut-être comprenait-il un peu trop dans une phrase. Parce que là, Eiji voyait mal comment quelqu'un pouvait maitriser les arts martiaux, au pluriel. Ils étaient si nombreux, si variés et divers... on pouvait exceller dans un et être bon dans plusieurs qui y ressemblaient, mais tous... Vu le temps que demandait la maitrise en un seul, c'était une vie d'entrainement et d'habitudes à gagner pour tous. Si tant est qu'un corps humain puisse retenir autant d'habitudes qu'il en existait dans les différents arts martiaux.
Quelle était cette expression anglaise que le jeune homme avait adoré entendre ? " Jack of all trades, master of none" Qu'à force de tout connaître, on ne maitrisait jamais vraiment rien.
Bon, il ne prétendait pas maitriser le kendo. La voie était encore longue... mais devait l'être encore plus pour celui qui irait sur d'autres chemins en même temps.

Là encore, c'était un avis tout en noir et blanc d'un adolescent de 18 ans, persuadé en tous points d'avoir raison. Il avait le temps, encore bien des années, pour apprendre la demi-mesure en tout...

Le japonais était encore perdu dans ses pensées quand Sasha enchaina ses commentaires, ce qui réduisit probablement la réaction du jeune homme à son strict minimum, à savoir une simple crispation de sa main sur son hakama et un léger froncement de sourcil. Il n'aimait pas vraiment la manière presque... condescendante qu'elle avait d'admettre qu'il était bon. Le jeune homme fit taire le grognement intérieur de son ego. Il serait de toute façon plus intéressant de s'entrainer face à quelqu'un qui savait manier le shinaï plutôt qu'à un novice. Et si elle était tellement sure d'elle... il pourrait bien lui montrer que la différence de niveau n'était pas dans le sens où elle le croyait.
Il s'inclina lentement en avant, comme il l'avait toujours appris, dans un salut toujours respectueux.

" Ce serait un plaisir, Masaki-san."

De toute façon, le kendo était toujours un plaisir, un défi contre lui-même. Le jeune homme se redressa et posa son regard sur la jeune femme, puis sur les armures déposés à côté d'eux sur le tatami qui semblaient les attendre. Enfant, il s'était parfois amusé à se faire peur, en imaginant que les casques étaient devenus des yokais, trop longtemps hantés par les esprits aigris d'étudiants peu doués. Et c'était ces yokais qui le faisait échouer un entrainement, ne pas réussir un mouvement ou perdre un combat. Il avait fini par les exorciser... ou à les mater.

" Si je peux vous poser la question, vous pratiquez beaucoup d'autres arts martiaux ? "
Revenir en haut Aller en bas
 
Un adversaire de taille? [PV Eiji]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: