Partagez | 
 

 Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Dim 2 Mai 2010 - 17:25

Une douce après-midi s’annonçait sur Kobe. Le ciel se faisait bleu et la température chaude sans pour autant être suffocante, agréable donc. Minori qui sortait tout juste de la cantine, son appétit de moineau fort rassasié… Quoi que non ! A part le dessert… Il n’y avait pas à dire… Ce n’était pas bon. Et son ventre n’hésitait pas à s’en plaindre par des gargouillements aux tonalités diverses, tantôt aigu ou plus grave… En somme, elle avait faim. Après tout, une compote, un morceau de pain et un peu du morceau de viande qui baignait dans une sauce à la couleur verdâtre n’avait jamais suffit à personne… Pas à elle en tout cas. Surtout qu’elle n’avait pas eu sa ration de sucre nécessaire pour une journée ! C’était une faute à réparer immédiatement.

Marchant dans le couloir adjacent au réfectoire, elle plongea sa main dans l’une de ses poches de pantalon et se décida rapidement au vu de son porte-monnaie qu’elle pouvait bien se permettre un cream pan et un paquet de bonbons au combini du coin. D’un réflexe tellement naturel pour elle, la fillette sortit de son sac le dernier Ribon tout juste paru et le feuilleta en marchant, usant de sa capacité à éviter les obstacles pour ne pas, une nouvelle fois, percuté un passant. C’est donc en faisant de grands pas qu’elle quitta l’école et se dirigea vers la ville, lançant de temps à autre des coups d’œil pour retrouver son chemin. Étant donné qu’elle venait d’arrivée, il n’était pas rare qu’elle se perde dans cette ville totalement inconnue pour elle.

Au loin, elle put enfin apercevoir ce sept rouge orné fièrement la devanture de l’épicerie. Les yeux pétillant à l’idée de mordre dans la pâte moelleuse du pain et avoir cette explosion de saveur en atteignant la crème. Abaissant son manga, elle courut habilement en évitant les personnes qui marchaient dans un sens autre que le sien, mais se fit engloutir sans prévenir par une immense ombre deux fois plus grande qu’elle que ce soit en largeur ou en hauteur et fut emportée par la foule, voyant son objectif premier s’éloigner d’elle. Reprenant doucement conscience de son environnement, elle vit le cinéma se tenir face à elle.

Curieuse, la petite à lunettes s’avança vers le guichet et interrogea la bonne dame qui s’y tenait, lui demandant le prix d’un billet. Ce dernier était exorbitant, du moins, il dépassait de loin le budget qu’elle s’était fixée… La caissière lui avoua que l’entrée était gratuite pour les personnes en couple et dans un petit rire plaisanta en disant que si elle trouvait un chéri elle pourrait y accéder. La mine boudeuse, Minorin revint sur ses talons et abandonna l’idée d’y aller… Jamais elle ne trouverait un compagnon dans l’immédiat… S’éloignant du lieu, elle lança un dernier regard, regrettant de ne pouvoir s’y infiltrer. C’est alors qu’elle vit le dernier film de Pokémon rattisant cette flamme d’envie qu’elle avait au fond d’elle. Et puis après tout, cinéma égale pop corn non ? Ouste la timidité ! Elle devait y arriver pour l’amour du sucre !

Observant le monde qu’elle avait à côté d’elle, la demoiselle de son mètre cinquante agrippa le bras d’un parfait inconnu et l’interrogea, la question étant tout à fait rhétorique :

« Vous permettez ? » fit-elle un petit sourire aux lèvres.

Elle le força en quelque sorte à passer la porte, adressant une figure enjouée au gardien, se tenant au plus près de l’étranger, pour faire aussi couple que possible… Ça se passa presque sans encombre même si l’homme avait haussé un sourcil en réponse et qu’à première vue, ça donnait plus l’air d’un grand frère et sa sœur qu’autre chose… Une fois à l’intérieur, la brunette lâcha le bras de son complice de quelques minutes en ajoutant :

« Merci ! » puis tenta de s’enfuir même si elle s’écrasa lamentablement au sol en glissant sur un reste de glace qui traînait par là, pas très propre tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Dim 2 Mai 2010 - 18:11

Il était en retard. A quel moment l'heure s'était-elle mise à s'écouler plus vite sans qu'il ne s'en rende compte, transformant sa petite ballade digestive en course effrénée jusqu'au cinéma pour être dans les temps ? Soit le soleil avait tapé trop fort, soit son cerveau avait court-circuité pendant qu'il courrait, lui faisait oublier tout notion de vie réelle. Probablement les deux en même temps. C'était seulement en rentrant vers l'internat que son regard s'était porté sur la grande horloge qui surplombait l'entrée qu'il avait compris. S'en était suivi une course effrénée pour aller jusqu'au cinéma de Kobe le plus proche de l'école. Prendre le bus n'aurait pas pris beaucoup plus de temps, mais à l'idée de rester immobile alors qu'il se savait en retard... Le jeune homme avait préféré courir en passant par son raccourci préféré : longer la forêt, traversé le vieux terrain de jeu abandonné, courir le long du canal, reprendre la rue principale et voilà ! La rue commerçante et grouillante de monde se déroulait sous ses pieds, le néon du cinéma le guidant comme une lumière guide un papillon de nuit.

Le jeune homme finit son chemin à une allure plus tranquille histoire de reprendre son souffle et surtout de refroidir. Courir en plein soleil au moins de juin, qui plus est en début d'après-midi, n'était pas synonyme de refroidissement aisé.
Pourquoi avait-il accepté l'offre déjà ? A oui, en échange d'une aide pour le devoir d'anglais, il accompagnait Hugh au cinéma voir une de ces adaptations de comics qu'il adorait, Kickass. Apparemment, l'américain ne pouvait pas y aller sans quelqu'un avec lui pour commenter et s'exciter sur les scènes d'action. Et les cours de Kantaro ne coïncidaient pas avec les leurs pour lui laisser la période de libre. Profitant de sa haute taille, le jeune homme essaya de repérer la tignasse blonde si caractéristique de l'américain – elle aurait du ressortir en terre japonaise, sauf si l'on prenait en compte les filles décolorées, et toutes les teintures bizarres, plus adaptées à un manga qu'à la vie réelle – mais point de blond en vue. Tout juste une foule d'ados en uniforme ou non.
Eiji se mordilla les lèvres, jetant un coup d'oeil à sa montre. Il n'était pas si en retard que ça... il ne devait pas déjà être entré ?
Il fit quelques pas de plus vers le cinéma, jetant un oeil machinal sur les affiches des différents films en salle. Et s'arrêta net en constatant que le film américain n'était pas présent... et ne le serait pas avant demain, jour de sortie officielle au Japon.

Il s'était trompé de jour.
Comme un crétin de boulet, il s'était trompé de jour, et ne devait retrouver Hugh pour voir ce fichu film que demain. Là, en courant, il devrait juste avoir assez de temps pour retourner au lycée pour ne pas rater le cours de math qu'il avait effectivement à cette heure. Eiji ne savait pas s'il devait rire de son erreur ou se taper la tête contre un mur. Il n'eut le temps de faire ni l'un ni l'autre qu'une main s'agrippait à son biceps et le trainait dans le cinéma en s'enroulant aussi près de lui que possible. Tellement surpris par l'incongruité de la situation, le jeune homme se laissa faire, passant à côté de l'ouvreur qui les regarda entrer, mi-figue mi-raisin.
Bon, en fait, il n'était pas en avance d'un jour, il était juste passé dans la 4ème dimension.

La petite jeune fille qui l'avait tracté le lâcha enfin pour fuir avec un sourire mutin, enfin aurait fui si elle ne s'était pas lamentablement établé au sol devant lui avec un petit cri pitoyable.
Avec un soupir, Eiji regarda plus attentivement la coupable d'enlèvement devant lui, se demandant s'il devait l'aider ou non. Étant donné qu'elle l'avait emmené ici contre son gré, il décida que non, la laissant se relever seule. Une petite brunette, surement encore plus petite que Konata, dont l'âge devait tourné autour de celui du collège... voir de la primaire.

«  Ca t'arrive souvent d'enlever les garçons ? On s'intéresse pas plus aux peluches à ton âge ? »

A force de trainer avec Konata, sa compréhension sur la gent féminine avait pris une sérieuse claque. Et puis vu l'age de Minori, il pouvait difficilement la faire entrer dans la catégorie « gent féminine ». A la limite, pokemon pouvant évoluer en fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Lun 3 Mai 2010 - 13:37

Comme quoi, peut-être qu’elle ne maîtrisait pas encore parfaitement la technique ninjutsu numéro trois qui consistait en la fuite… Et cette manière grossière de glisser sur un reste de glace pour finir par s’écraser de tout son long sur la moquette du cinéma le prouvait bien… Il faut dire que faire semblant d’être en couple avec un parfait inconnu n’avait pas été la meilleure idée qu’elle avait eue… Mais quitte à paraître idiote, autant l’assumer jusqu’au bout. Reprenant une position moins embarrassante, elle s’assit sur ses talons et accusa du regard ce traître de cône glacé qui lui avait fait la farce de se trouver là. La fillette tourna son visage vers la personne qu’elle avait embarqué avec elle, cette dernière lui ayant adressée une remarque presque vexante… et le trouva étrangement peu droit, même un peu flou. Saisissant rapidement qu’il n’était pas penché, et n’était pas là à faire le pitre, elle ajusta ses lunettes après les avoir nettoyé à l’aide de son haut. Il était… Pas mal… Soudain, elle sentit une légère démangeaison au niveau de son bras, sans pour autant être trop importante puisqu’elle s’était rendue compte bien assez tard qu’il faisait parti de la catégorie « donneur d’allergie »… En clair, il n’était pas moche, pas du tout même.

Grattant son bras à travers sa manche, Minorin lui répondit de son air tellement sérieux, et assez étonnant pour son âge :

« L’immobilité de Mister Teddy Bear m’a lassé il y a bien longtemps… »

Doucement, elle baissa la tête, cachant derrière ses lunettes quasi opaques ses joues légèrement rougies par la gêne, et poursuivit :

« Il n’est pas dans mon habitude de commettre des enlèvements… Et … Veuillez m’excuser… Pour le dérangement… Levant son regard vers le jeune homme, elle ajouta : … Senpai. »

Il était bien plus grand qu’elle, et le fait qu’elle soit assise le rendait encore bien plus imposant.

Voyant que les regards se tournaient vers elle, le lien étant certainement très mal choisi pour camper, ou boire une tasse de thé, la fillette se mit debout. Ainsi, elle constata avec dégoût cette trace mi-blanche mi-rose qui s’étendait sur son pantacourt en jean et farfouilla dans son sac pour en sortir un paquet de mouchoir. De celui-ci, elle en tira un et se mit à frotter la trace de crème glacée, mais en vain. Tant pis… La machine à laver attendait ce pauvre vêtement… La brunette souleva une nouvelle fois ses yeux noir ébène vers l’étranger et voulut lui tendre la main qu’elle ramena dans la seconde qui suivit… Foutue allergie.

Le regard assuré, même si ces pommettes roses la trahissaient, elle déclara :

« Minamoto Minori ! Enchantée ! » finit-elle dans une courbette, quelques mèches lui retombant sur le visage.

Après s’être redressée, elle le détailla longuement avant de conclure en penchant légèrement la tête sur le côté :

« Ah vous êtes hum… Faisant appel à tous ses souvenirs depuis son arrivée, sachant pertinemment que cette figure ne lui était pas inconnu du tout, elle dit finalement : Kimihiro-senpai, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Mar 4 Mai 2010 - 17:31

Vu comme c'était parti, il était bon pour rater son cours de maths en bonne et due forme. Il devait avouer que cette idée ne le traumatisait pas plus que ça. En insistant un peu, il pourrait même convenir que s'il s'était laissé entrainer si facilement par une minette qui faisait la moitié de son poids, c'était probablement parce que son subconscient avait trouvé l'excuse trop pratique pour la laisser passer. Qui plus est, à ce stade avancé de l'année, il n'avait plus beaucoup d'espoirs de redresser sa moyenne de maths. Déjà en eaux troubles dans son ancien lycée, ça avait été carrément la chute libre à Kobe : changement de lycée voulait dire changement de programme, et prendre en cours certains chapitres. Cela n'aurait pas été évident s'il avait été bon, mais dans cette manière où il s'en sortait déjà difficilement, l'effet s'était vite fait ressentir. Autant il avait pu sauver les meubles en physique ou en bio, autant il avait laissé la barque aller où elle voulait dans ce sujet.
Si bien que se retrouver dans un cinéma à la place de se trouver dans une salle de classe le troublait bien moins que cela aurait du le faire, lui laissant tout loisir de regarder la gamine devant lui se ramasser avec une moue désolée pour son pantalon redécoré de glace. Elle s'excusa en se relevant, sa voix calme et posée – quasi formelle quand elle se présenta en s'inclinant - contrastant complètement avec le comportement qu'elle avait eu jusque là. Décidément, les premières années étaient des petites créatures étranges aux mœurs toujours changeantes...

Même si le nom ne lui disait rien – non, il ne se souvenait absolument pas des noms de tous les élèves du lycée, à moins qu'ils ne fassent parti de sa classe ou dans son domaine de compétence en sport – sa petite taille la classait immédiatement dans la plus petite section du lycée comme le gamin polonais avec qui il avait discuté un soir. Toute cette bande de gamin à l'air tellement jeune qu' Eiji avait toujours beaucoup de mal à envisager qu'on puisse les laisser dans un lycée où se baladaient des grandes brutes telles que lui. Dire qu'ils 4 ou 5 ans de moins que lui... autant dire une éternité à cet âge.
Enfin, en général les filles se débrouillaient mieux que les mecs, comme venait de le démontrer Miss grandes lunettes.
Il fut tout de même surpris quand elle réussit à mettre un nom sur son visage, se demandant comment elle avait pu le repérer.

Un couple entra et passa non loin d'eux avant d'entrer dans l'une des salles suivantes, rappelant à Eiji qu'ils étaient effectivement dans un cinéma, plus précisément entre les entrées des différentes salles où il n'avait pas le moins du monde envie d'aller. L'ambiance semi-feutrée de l'endroit invitait à la conversation à voix basse, histoire de ne pas se faire virer par l'ouvreuse qui était restée à l'entrée du cinéma jusqu'à ce que démarrent les séances dans les différences salles.
A oui, il pouvait perdre encore un peu de temps avant de sortir du cinéma pour rentrer au lycée. Autant prendre le temps de s'intéresser un peu à son interlocutrice dans ce cas.

«  Oui oui, c'est ça. On s'est déjà rencontré ? Et quelle était la raison pour m'attraper Minamoto-chan ? Je veux bien que ton ours te lasse, mais tu ne dois pas être désespérée à ce point, non ? »

Eiji était un peu moins gentil qu'à son habitude. Une partie de sa patience devait d'être évaporée quand il avait couru au soleil dans la crainte d'être en retard, et l'autre partie avait fini de fondre quand il s'était rendu compte de son erreur. Il n'était pas assez de mauvais poil pour s'en prendre à une fillette, mais il n'était pas sur d'avoir envie de jouer avec elle à un jeu dont il ne connaissait pas les règles. Enfin au moins ne lui faisait-il pas peur, c'était rassurant. Le côté sempai terrorisant n'était pas le plus glorieux des titres à arborer.
Le jeune homme finit par offrir un léger sourire amusé à sa cadette, histoire de prouver qu'il n'était pas vraiment courroucé, juste quelque peu curieux – et un poil agacé - de ce comportement quasi.. prédateur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Jeu 6 Mai 2010 - 22:45

Cette grande capacité à deviner le nom des gens, peut-être même grâce à cet léger épi plus que rebelle qui était apparu le matin même et n’avait pas voulu se soumettre au peigne, qui servait d’antenne… Quoique non… Ça n’avait rien de surnaturel puisqu’un beau jour, alors qu’elle marchait tranquillement dans les alentours du lycée entendit ce nom hurlé d’elle ne savait où. Curieuse, elle avait bien évidemment tourné la tête et avait eu le malheur de trouver un poteau sur la route… Et elle l’avait bien vu de près… De trop même. D’ailleurs, cette fois-là avait marqué ses lunettes d’une petite rayure, rien de bien grave, et heureusement, sinon c’était ces parents qu’elle aurait sur le dos… Il faut bien avouer que des lunettes, ce n’est pas ce qu’il y a de plus bon marché… Même quand on a une dizaine d’assurances, de mutuelle et paperasses, causes de la déforestation dans quelques zones du globe… Enfin, c’était peut-être moins cher mais tout de même… Mieux valait ne pas se plaindre puisque sans cet objet à la valeur si élevée, elle n’était qu’une enfant incapable de différencier un chien d’un arrosoir…

De toute façon, il n’y avait ni chien, ni arrosoir, et la date de décès de ses hublots n’avait pas encore été annoncé, donc cette question de comment elle s’en sortirait n’avait pas à être posée. C’était juste… Un cinéma… Avec des couples… Et des gens grands… Comme ce garçon. D’ailleurs, elle était obligée de lever son visage pour vraiment le voir… Dur d’être petite. Mais elle ne s’en faisait pas, elle était encore en pleine croissance ! Son moment n’était juste pas encore venu. Alors qu’elle le dévisageait, elle vit les lèvres de l’adolescent battre, et des mots en sortirent. A voix basse, il la questionna, s’intéressant à leur éventuelle rencontre, et la raison qui l’avait poussé à le faire entrer. Instantanément, elle secoua sa tête de droite à gauche et lui expliqua dans une faible intensité de voix :

« Je me promenais au lycée et j’ai entendu… » Sans le vouloir, sûrement trop habituée à jouer la comédie, ainsi qu’à l’exagération pour ses nombreuses prestations scéniques, elle cria presque en levant le bras, imitant à la perfection, avec la variation de tonalité, la personne qu’elle avait aperçu le faire : « Kimihiro-saaaaaaaan !! » Immédiatement elle posa ses mains sur sa bouche comme désirant taire cet hurlement qui n’avait pas lieu d’être en cet endroit et reprit en chuchotant tout en lançant des regards à tout va autour d’elle : « Pardon… » Elle replongea par la suite son regard dans celui du grand brun pour approfondir, le regard d’une personne qui confiait un énorme secret : « Un grand qui le faisait… Et c’est là que je vous ai vu, et ai compris que c’était vous le Kimihiro en question. » Écartant ses mains de sa figure, elle reprit tout en balançant sa main vaguement : « Sinon je ne vous connais pas. A part que vous êtes mon senpai. » Elle reprit cependant pour répondre à la seconde interrogation : « Sinon… Je vous ai « enlevé » dit-elle tout en mimant les guillemets avec ses doigts : Parce que la place était offerte pour les couples… Évidemment… Seulement le temps d’un instant ! Aucune envie de prendre la place de votre petite amie fit-elle pour le rassurer. Et puis de toute façon vous êtes trop grands ! Ce serait ridicule ! »

Tout juste ayant eu le temps de répondre qu’un gamin, d’une dizaine d’années voir moins courut dans le couloir où ils s’étaient installés, les bras levés, hurlant dynamiquement : « Pokémoooooooooooon » ! Tournant la tête à cette annonce si plaisante à ses yeux, ceux-ci étant étrangement pétillants, elle se rappela que la séance n’allait pas tarder, mais qu’elle avait tout de même un peu de temps devant elle. Reprenant son sérieux, elle réajusta ses lunettes et pivota vers Kimihiro pour le questionner :

« Qu’allez-vous voir puisqu’une place vous a été attribuée gratuitement ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Sam 8 Mai 2010 - 10:37

Est-ce que toutes les premières années étaient aussi vivantes ? Et par vivante, comprendre proche de l'hystérie, avec une petite voix qui pouvait s'en prévenir monter d'un ton avec ces accents aiguës propre à sa jeunesse. L'hypothèse était à la fois énorme et pleine de contre-exemple, mais il était presque sur qu'il y avait une échelle inversement proportionnelle entre l'age des lycéen et l'excitabilité dont il faisait preuve. Des piles électriques encore neuves qui cherchaient à se décharger par n'importe quel moyen...
Minori expliqua en quelques phrases et démonstration comment elle en était venue à connaître son nom, sans deviner qu'elle poussait le jeune homme dans des réflexions bien à mille lieues de la connaissance fortuite du dit-nom. Il avait aussi pensé à une autre sorte d'explication, un peu plus logique pour lui, mais elle ne devait pas être du genre à traiter près des terrains de sport, avec ses grandes lunettes qui lui faisaient une deuxième parie d'yeux.
Ouch, ce n'était pas très gentil ça... de mémoire d'homme, les lunettes n'avaient jamais empêché personne de faire du sport. La manque de coordination qui la poussait à embrasser le sol en glissant sur le moindre objet suspect pouvait gêner par contre.

«  Et tu retiens le nom de tous les élèves aussi facilement ? »

Non, il n'irait pas dans le cliché facile qui considérait à penser que toutes les personnes à lunettes étaient des intellos qui n'avaient rien d'autre à faire de leur vie que de retenir les noms lancés dans la cour autour d'eux, même si c'était tentant. Après tout, tout intello qu'il soit, Kanta était capable de se défendre en tennis. Et il ne prenait surement pas la peine de retenir le nom des autres lycéens qui ne l'intéressaient pas.
Eiji sourit, histoire de confirmer qu'il s'agissait bien d'une plaisanterie. Les élèves les plus jeunes n'étaient pas toujours connus pour leur capacité à dépasser le 1er degré.

L'explication vint, tellement facile qu'elle laissa le kendoka sceptique. Des places gratuites pour les couples ? La saint Valentin était passée depuis 5 mois, non ? Et le White day depuis presque aussi longtemps. Mais pourquoi pas, puisque personne ne les avait empêchés d'entrer ou ne leur avait demandé quoi que ce soit.
Un gamin scandant Pokemon eut tôt fait de confirmer son point de vue sur la question. Couple ou pas, il était hors de question qu'il aille voir un film de ce genre. Hors de question qu'il s'enferme de son plein gré dans une salle obscure alors qu'il faisait un temps superbe dehors, et que maintenant qu'il était en retard pour le cours de maths – presque pas de sa faute d'ailleurs ! - il avait tout le temps du monde pour aller faire du sport...

Le jeune homme croisa ses bras derrière sa nuque et secoua la tête, son regard passant sur les différents écrans qui indiquaient le temps restant avant le début de chaque séance. Pokemon, Digimon, Dragons, c'était le jour des enfants ou quoi ? Il n'avait rien contre, mais rien pour non plus.

«  Rien du tout. Je suis déjà sensé m'enfermer dans une salle demain, alors aujourd'hui je vais plutôt en profiter pour aller courir. Rapport qualité/prix du billet, je suis sur de ne pas avoir de déception. Je ne pense pas que tu auras de soucis maintenant que nous sommes rentrés... si tu préfères, je vais passer par la sortie de secours. »

Il n'avait pas envie de rester, mais ne voulait pas gâcher le plaisir de la petite peste qui l'avait trainée ici manu militari, et la caissière risquait de se poser des questions si elle le revoyait sortir seul.
L'adolescent leva la tête, cherchant la petite loupiote verte qui indiquerait la sortie à prendre en cas d'incendie ou de tremblement de terre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Mer 12 Mai 2010 - 13:05

Après cette démonstration fort théâtrale, la fillette toujours les mains sur la bouche, attendit le verdict. Non pas une acclamation, ou quoique ce soit quant à sa prestation scénique, mais plutôt… En faite elle ne savait pas vraiment… Juste une réponse. Contrairement à ce qu’elle pensait, il s’agissait d’une question par rapport à sa mémoire, suivit d’un léger sourire. Ne sachant quoi répliquer, elle ne se voyait pas avouer qu’elle avait foncé dans un poteau et que c’était la douleur qui le lui rappelait. Réfléchissant afin de tourner la vérité et la rendre moins stupide, elle vint à affirmer :

« C’est parce que vous m’avez fasciné à cet instant. »

Décortiquant intérieurement le sens de ses paroles, elle remua sa main, et se reprit alors immédiatement puisque ce n’était pas exactement ce qu’elle avait voulu dire. Ce n’était pas faux pour autant, mais la consonance était plus qu’étrange. La fillette se reprit alors, fixant la moquette à ses pieds :

« En faite non, mais je ne peux pas vous le dire… »

Peut-être qu’en fin de compte, cette reprise avait aggravé son cas… Enfin tant pis. Il ne lui laissait pas le temps de réfléchir correctement. Et cette odeur de pop-corn l’en empêchait encore plus. Il faut dire que la nourriture avait tout pour déconcentrer Minorin, mais elle devait passer par-dessus. Maintenant qu’ils étaient dedans, il serait bête de ne pas profiter de cette place généreusement offerte, en tout cas ça ne semblait pas déranger le jeune homme qui avoua, bras croisés derrière la tête, qu’il allait partir par la sorte de secours. Suivant le regard du grand brun, elle aperçut non loin le petit bonhomme qui indiquait le lieu où il désirait se rendre. Presque attristée d’être délaissée ainsi, même si elle avouait ne pas espérer qu’il l’accompagne voir Pokémon, il faut dire qu’un senpai comme lui ne devait pas vraiment s’y intéresser. Elle lui proposa tout de même :

« Vous ne voulez pas rester, même si je vous offre le pop-corn ? »

Sait-on jamais, ça pourrait très bien marcher… Si on le l’avait corrompu ainsi, elle aurait sans doute accepté. Peut-être la raison que ses parents lui disaient être facilement manipulable et répété bon nombre de fois qu’il ne fallait pas suivre les inconnus. Heureusement, il y avait souvent un gendarme dans le coin pour la raccompagner chez elle. C’était tout de même bizarre, les personnes lui proposaient beaucoup moins souvent des bonbons quand elle avait ses lunettes… Était-ce une protection anti-adulte ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Mer 19 Mai 2010 - 16:49

Elle était amusante, c'était le moins qu'on puisse dire. Un peu gamine, un peu sérieuse, sacrément amusante, les 4 années entre eux régnant comme un gouffre immense sur le point de vue qu'il pouvait avoir d'elle. Il aurait trouvé un tel comportement agaçant et outrancier chez une fille à peine plus âgée, mais se contentait de la regarder comme une petite fille qu'on écoute à moitié quand elle dit des bêtises. Rafraichissant.

La proposition se fit remerciée d'un sourire, même si le pop corn était loin d'intéresser Eiji. Bien au contraire. Le jeune homme voyait difficilement ce qui pouvait être bon dans ces boules de maïs sucrées au point d'en être écœurantes et de laisser les doigts irrémédiablement poisseux. Sans compter le bruit désagréable du mâchonnement du pop corn pendant la séance... est-ce qu'il ressemblait à une vache pour ruminer aussi longtemps ? Ce serait sans lui, merci... Il avait déjà des overdoses de sucre rien qu'en regardant Konata manger son gouter. Il n'allait pas risquer un diabète en se nourrissant de pop corn d'une origine douteuse en plus.

«  Non, même avec les pop, corn, désolé ! »

«Vous n'avez toujours pas choisi votre film ? Allons toutes les séances vont bientôt être commencées ! »

C'était la caissière, celle-là même qui avait accueilli Konata puis l'avait revu passé d'un oeil douteux au bras d'Eiji. Elle avait vu le petit couple immobile sur sa caméra de surveillance et était venue au renseignement une fois sa caisse plus tranquille. Le sourire de chat sur son visage ridé de vieille pomme n'était pas tout à fait rassurant, et Eiji eut la soudaine envie de reculer et de mettre toute la distance possible entre la vieille pie et lui. Il n'avait rien contre les vieilles personnes en général, mais il avait déjà rencontré de vieilles grenouilles dont le principal intérêt semblait d'enquiquiner les gens autour d'eux en aillant l'air de ne pas y toucher. Bizarrement, il avait un mauvais pressentiment dans ce cas.

«  Ne vous en faites pas, nous allions... »

«  Ah, la jeunesse, les amours... ce n'est pas facile de s'accorder quand on est en couple ! J'imagine qu'il veut aller voir un film ultra-violent qui n'est pas de ton goût ma minette ? Ne t'inquiète pas, je sais exactement ce qu'il vous faut ! Un film magnifique, tellement sensible, tellement vrai... »

La dame s'était approché et avait attrapé les bras des deux adolescents, les tenant fermement pour les emmener avec elle jusqu'à la plus petite salle au fond à droite. En temps normal, Eiji aurait secoué son bras pour faire lâcher prise, mais il répugnait de faire montre d'un peu de force face à une dame âgée. Et il pourrait toujours partir après.
Sans comprendre ce qui leur arrivaient, les deux jeunes gens se virent poussés dans une salle quasi vide où s'égrainaient laborieusement les premières mesures du film à l'eau de rose qui allait débuter dans quelques instants au vu de l'écran qui passait maintenant le générique.

« L'amour c'est mieux à deux... vous allez voir, c'est passionnant ! »

Sans attendre leur approbation, la femme ressortit en fermant la porte derrière elle, sourire amusé aux lèvres. Il fallut quelques secondes à un Eiji totalement interdit pour réussir à avoir une réaction.

«  La vieille mégère ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Lun 7 Juin 2010 - 22:20

Les pop-corn, c’est bon non ? C’est sucré, ça croustille, et y en a même des salés ou au chocolat ! Voir les deux ! Enfin, le goût risquerait d’être un peu spéciale, mais tout ça pour dire qu’il y en a pour tous les goûts. Donc en théorie ce moyen de le faire rester devrait fonctionner… Ou pas. Dommage, la gentille proposition avait été refusée malgré qu’il y ait ajouté un sourire amusé. Ruminant à un stratagème pour qu’il reste même si au final elle ne savait pas pourquoi elle le désirait si ce n’est qu’avoir de la compagnie le temps de quelques heures n’avait rien de désagréable, elle ne vit pas la bonne femme de l’accueil s’approcher des deux jeunes gens et leur adresser quelques mots. Celle-ci le hâta alors de choisir leur film, leur apprenant que les séances allaient débuter. Muette devant cette intervention bien surprenante, c’est l’adolescent qui prit la parole même s’il ne put placer que quelques mots, tout de suite coupé par la personne du troisième âge. Ces dires indiquaient fortement qu’elle se méprenait sur la relation des deux, blablatant comme une vieille dame finalement. Ceci amusa Minorin qui ne put s’empêcher d’émettre un petit rire mais n’osait vraiment la contredire… Sa place était en jeu. La femme questionna la petite, se lançant dans des hypothèses farfelues sur la raison qui les faisait rester sur place, selon elle un problème sur le choix du film à voir. Elle continua ensuite, affirmant qu’elle savait comment les mettre d’accord. Après cela, elle leur attrapa le bras et les tira vers une salle qui semblait ne pas être celle pour Pokémon. Presque attristée, la fillette regarda la porte désirée s’éloigner, tandis qu’ils s’engouffrèrent dans un tout autre lieu.

La salle était quasi vide, et le début d’un film romantique avait commencé. On pouvait distinguer dans la pénombre quelques personnes accolées par deux, affichant presque la pancarte de « En couple » et des vieilles aux regards bercés de mélancolie. La dame les quitta alors, le sourire collé aux lèvres, sûrement satisfaite de cette action qu’elle jugeait bonne, ce qui n’était pas forcément le cas pour eux. Se tournant vers la porte, elle voulut sortir discrètement de la salle pour rejoindre celle qui projetait son dessin animé, celui qu’elle aurait du voir grâce à cette place gagnée par un plan presque parfait… Mais non. Elle était encore là, derrière la porte et lui fit un coucou de la main, toujours aussi souriante. Ne voulant la froisser, la brunette fit de même et s’assit sur le fauteuil le plus proche en soupirant. Le garçon qualifia la femme de mégère, parole qui ne put qu’être acquiescer par la demoiselle. Légèrement boudeuse, la première année l’interrogea :

« Qu’est-ce qu’on fait ? Pointant le panneau qui montrait la sortie de secours, elle lui proposa : On essaye de s’échapper pendant qu’elle a le dos tourné ? »

En faite, Minori avait une grande envie de le faire et de jouer les espions infiltrés à la manière d’un grand film d’action, même si son visage plus que sérieux ne l’affichait pas, aucune envie qu’il ne la prenne plus pour une gamine que ce qu’elle ne l’était déjà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]  Sam 18 Sep 2010 - 12:41

De son point de vue, la mégère n'avait pas accompli une bonne action, elle se moquait tout simplement d'un faux couple qui avait tenté de la rouler. Ou alors, elle s'amusait simplement à torturer les indécis en les poussant dans les salles les plus vides de ses meilleurs navets. Un passe-temps comme un autre... est-ce qu'il y avait une caméra de sécurité quelque part qui lui permettait ensuite de regarder leur réaction ?
Eiji observa un instant la salle plutôt vide. Les quelques présents avaient le nez fixés sur l'écran, à l'exception d'une vieille dame aux cheveux gris qui louchait de leur côté, trouvant apparemment la comédie qui se déroulait à ses côtés plus amusantes que tout ce qui se passait sur l'écran. Eiji soutint son regard un instant avant de le détourner, mal à l'aise. Les vieilles personnes de ce genre ne le rassurait pas. Etait-ce ce physique vouté et ridé qui leur donnait l'air de yokai, ou l'expression un peu renfrognée et hautaine, de celui qui pense intérieurement mieux savoir que les autres qui était le plus agaçant ? En tous cas, il n'aimait pas ce genre de vieux.

Il hocha la tête rapidement, un dernier coup d'oeil lui apprenant que le dragon gardait encore la porte.

" Sortie de secours... hors de question que je passe 2h30 à me farcir un film laborieux et plein de guimauve."


Son éclat de voix fut accueilli par quelques "chuts", "silence" et autre regard courroucé dans la direction de sa personne, remontrances qu'il accueillit le plus tranquillement du monde, indifférent. Dans quelques minutes, il les laisserait définitivement tranquille, alors qu'ils ne commencent pas à raler !

Eiji se dirigea vers la petite lueur verte sans vérifier si Minori faisait de même ou non, laissant la jeune fille juge de savoir si elle voulait voir ce genre de film ou essayer de se glisser un peu plus tard dans une autre salle. Lui n'aurait pas la patience, c'était sur.
La porte était facile d'accès dans son renfoncement, mais le jeune homme déchanta en posant la main sur la poignet : bloquée. Soit quelqu'un de stupide avait bloqué les accès, soit elle était réglée pour ne s'ouvrir qu'en cas d'alerte incendie. Certes, casser la petite vitre et tout faire sonner était tentant mais les conséquences moins agréables. Le jeune homme fixa la porte avec un regard furieux, comme s'il avait pu la faire fondre.

" Marre ! "

Le grand coup de pied qui suivit eut pour effet de recommencer le concert de "chut" et autre "silence" mais aussi de faire ouvrir la porte en grand. Porte qui n'avait en fait été coincée qu'à cause d'une poignet capricieuse qui pendait maintenant lamentablement de l'autre côté, forcée par le coup. Un rictus étira les lèvres du jeune homme tandis qu'il se tournait vers Minori en indiquant la porte.

" Après toi Miss, si tu veux te sauver."

La sombre allée derrière le cinéma ne ressemblait pas vraiment à la sortie de secours idéale, mais dans ce cas, elle suffirait amplement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Emportée par la foule. [Pv Kimihiro-senpai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: