Partagez | 
 

 Le temps d'une rencontre [Alyna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Le temps d'une rencontre [Alyna]  Sam 15 Mai 2010 - 23:06

La sérénité. Voilà la seule chose qu’elle ressentait. L’italienne était bien, elle n’était pas speed, pas inquiète, pas à la ramasse, juste bien. Sereine. Elle n’avait plus peur. Snow semblait aller bien. Il était un peu fatigué, moins concentré mais il allait bien. Il ne lui faudrait plus longtemps pour retrouver toute sa prestance et sa carrure d’antan. Car il fallait l’avouer, il était beau l’enfoiré lorsqu’il le voulait. Car s’il ne le voulait pas, il ne ressemblait qu’à une vieille carne pourrie. Il allait de nouveau ressembler à la beauté de là bas sous le soleil sicilien. Car non, le soleil n’était pas pareil partout, et il n’avait pas la même saveur. En cet instant, il avait une saveur douce et délicieuse. Et elle adorait ça. Le Japon allait lui offrir une toute nouvelle image maintenant qu’elle avait passé la plus grosse épreuve.

La liberté. Elle avait ressenti cette liberté dont elle avait tant besoin lorsqu’elle était avec lui. Elle ne voulait pas le monter, mais c’était lui qui l’avait poussé ; il était si survolté qu’il ne semblait attendre que ça, retrouver sa cavalière. C’était cela qu’elle appréciait tant dans l’équitation la relation qui se créait avec le cheval, ce si noble compagnon, le meilleur ami de l’Homme, enfin de certains bien avant le chien, simple canidé à peine capable de donner la patte et de faire le beau. Si, elle aimait les chiens, mais c’était tellement différent de l’amour qu’elle portait aux chevaux. Plus qu’une passion, une vie. Là-bas sur dos, sentir le vent sur son visage, dans ses cheveux, le rythme régulier de son trot et de son galop, sa foulée apaisante. Elle se sentait si forte, si infaillible…Elle adorait ça.

La jeune femme rentrait donc d’avoir été voir Snow donc. Elle portait une culotte d’équitation, son éternelle au deux teintes de marron, enfermée dans ses bottes d’équitation en cuir noir. Et comme il faisait beau elle portait un polo gris, uni. Elle détacha ses cheveux, passant sa main dedans pour les remettre un minimum en place. Une fois fait elle mit son élastique autour du poignet et reprit sa route. Dans le parc, revenant de dehors, elle décida de ne pas rentrer tout de suite. Elle voulait profiter encore du calme ambiant. Encore quelques minutes. Elle trouva un banc, pas trop à l’écart, mais pas trop exposé non plus, et étendit ses jambes, soupirant d’aise. Elle ferma les yeux, basculant la tête en arrière. Les rayons du soleil étaient doux et chauds, rassurant. Elle les appréciait pour la première fois depuis qu’elle était ici. Il était impressionnant de voir à quel point l’angoisse pouvait bloquer et empêcher d’apprécier la beauté des choses de la vie et leur simplicité.

Puis son portable vibra. Elle le sortit de sa poche, voyant écrit « Padre ». Facile. Pas qu’il dérangea mais un peu quand même. Elle sourit doucement. Quand même l’italienne aurait préféré être tranquille, mais tant pis elle n’avait pas le choix. Elle décrocha :

« Salut.
-Hey princesse, alors comment vas-tu ?
- Ca va, ca va et vous, à la maison, pas de soucis ?
[…]
-On m’appelle, je dois te laisse je te rappelle plus tard Cassie.
-Ok, passe le bonjour à maman.
-Oui. Je t’aime »


Les nouvelles habituelles, tout allait bien dans le meilleur des mondes chez elle, c’était rassurant. Son père ne perdait pas la main, donc tout allait bien. Elle avait retrouvé avec une joie intense l’italien, son accent chaud et chantant. C’était inné chez elle, combien de fois la professeur avait failli parler italien à un japonais ? Cela aurait été comique. Mais tant qu’à faire, autant éviter… Enfin, elle avait le sourire, les deux pieds posés sur le rebord du banc et profitait de la légère brise. Le regard allant et venant sur les gens, les éléments de la nature si changeant, son regard ne laissait rien passer. Aucun détail ne lui échappait. Mais sa nouvelle tranquillité n’était pas pour durer…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  Mer 19 Mai 2010 - 17:22

Journée resplendissante, il fallait en profiter. La jeune fille aimait beaucoup pouvoir être au soleil, elle aimait plus que tout cette chaleur. Aurait-vous compris qu'elle se trouvait à l'instant dehors ? Elle venait tout juste de quitter le pensionnat en direction de la ville. Elle était décidé d'y allé à pieds, c'était le mieux pour elle, ne se sentant pas en sécurité dans une voiture depuis qu'elle a eu son accident.
Et pis, elle se disait dans sa tête que marcher faisait le plus grand bien au moral. Elle pouvait se dégourdir les jambes, elle marchait d'une manière assez dansante. Il semblerait qu'elle soit assez heureuse, pour avoir une telle manière de marcher. Il faut dire, que la robe qu'elle portait lui plaisait énormément, c'était la première robe qu'on lui à offert pour sa nouvelle vie. Elle flottait parfaitement avec ses mouvements ou la légère brise qui survenait parfois. Elle était noir, car c'est une robe gothique.

Alyna était simplement heureuse de ne plus être seule, elle avait retrouvé une personne qui lui était très cher. Elle pouvait enfin se confier à nouveau, elle pouvait sourire et poser des milliers de questions. Le seul défaut de ses retrouvailles, c'est qu'elle allait devoir faire des efforts pour parler à la première personne devant lui. Cela sera la chose la plus difficile à faire à ses yeux mais elle y arriveras.
Elle n'était pas simplement vêtu d'une robe, non elle portait tout de même un petit sac. Elle avait aussi mis un bandeau de couleur noir dans ses cheveux, restant toujours dans les tenues gothiques. Elle ne comprenait pas ce que cela voulait dire, elle aimait simplement ses tenues, elle en était complètement amoureuse, c'est le meilleur terme. Mais ce n'est pas le plus important dans tous ça.

Alyna avait décidé de faire de son mieux pour essayer de se repérer comme il faut dans la ville. Elle en avait marre de toujours se perdre, de mettre des heures avant de trouver le bon endroit. Aujourd'hui, elle n'avait aucun but précis où allait, elle essayait de suivre un chemin simple et elle verrait bien où elle tomberait, espérons qu'elle retienne le chemin pour le retour, ce qui n'est pas gagné.
Rapidement, la joie se transforme en désespoir. La jeune fille s'était finalement perdue, elle avait déjà oublié par où elle était passé. Comment se perdre ? Simplement, elle s'était mise à tourner sur elle, cela n'aide pas à trouver la route par où elle est arrivé. Elle ne savait plus d'où elle arrive, elle ne savait plus dans quelle direction se tournait. Elle se maudissait elle-même, même si au fond-elle, elle pense qu'elle ai déjà maudite pour avoir eu tant de catastrophe dans sa vie.

Elle regarde dans tous les cotés, ne savant du coup plus qu'elle chemin choisir. N'étant déjà pas à la base quelqu'un qui choisit vraiment, c'était une cruelle décision à prendre. Ce n'était pas très intelligent de sa part mais elle finit par faire un plouf-plouf pour choisir la direction. Le hasard choisira t-il la bonne route ? Ce n'est pas gagné, la malchance la poursuit comme un fantôme.
Le jeu à choisit le chemin de tout droit. C'est ainsi qu'elle se remit doucement en marche, marchant doucement, restant toujours tout droit. Elle regardait tout autour d'elle, ne se sentant pas du tout rassuré. En fait, elle s'est perdue dans un parc, c'est fort quand même mais c'est possible. Elle finit par marcher encore et voit finalement un banc avec une jeune fille, enfin plus une jeune femme.

Son regard reste scotché sur la jeune femme, elle n'arrivait pas à s'en détacher. En fait, elle hésitait à aller la voir pour demander son chemin. Ce n'était pas son genre de le faire donc elle ne le ferait pas, quitte à marcher toute la journée pour retrouver son chemin. Qu'allait-elle faire ? Elle était fatiguée, elle n'en pouvait vraiment plus au final. Le seul banc de libre était celui ou il y avait la jeune femme...


« Ha....hum... »

C'était pas très judicieux de faire ce genre de bruit car maintenant, elle savait qu'elle se trouvait la. Elle se sentit très honteuse, qu'elle regarde finalement le sol et se remit en marche. Elle passe juste devant elle, sans se préoccuper de savoir si elle la regardait, si elle se moquait d'elle. Elle fuyait, c'est la seule chose qu'elle sache faire parfaitement, elle ne savait pas ce qu'il se passerait par la suite, n'y même ou elle va...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  Dim 23 Mai 2010 - 13:44


« Ha....hum... »

Cassandra avait posé son regard sur deux jeunes filles non loin d'elle qui riaient toutes les deux. Elles semblaient heureuses et la vie devait leur paraître bien douce. Parfois elle aurait aimé être comme elle: être la fille d'une famille banale, avoir été élevé dans la simplicité loin des rues et des bas-fonds. Loin de l'angoisse des cages de fer... Parce qu'il n'y avait pas à pondre une pendule, si l'un des siens tombait, elle tomberait à sa place. Son père le savait, et il angoissait à cette idée. Voir sa petite princesse enfermée le rendait fou. Elle savait pourtant qu'il n'irait pas contre sa volonté. Elle renoua avec la réalité au son de la voie d'une jeune fille qui semblait la guetter depuis un moment. Elle était jolie dans sa robe noire, avec ses longs cheveux. Oui, jolie et malgré qu'elle ne semble pas des plus jeunes elle lui laissa une impression douce et poignante de fragilité. L'italienne tendit la main au moment où elle passa devant elle, refermant ses doigts sur le poignet de la jeune inconnue avec douceur.

La jeune femme était quelqu'un qui souriait en permanence. Même quand la vie paraissait dure et monstrueuse. Car elle avait conscience qu'il y avait toujours quelqu'un dans une situation bien pire qui attendait juste un sourire, pour voir que tout espoir n'avait pas disparu. Elle avait des valeurs, et même si parfois elle se révéler être quelqu'un de détestable et de cruelle, elle n'en restait pas moins bien élevée. Ainsi, elle avait fait preuve de douceur en cassant la fuite de la fillette. Car elle n'était pas dupe.

« Attends. »

Sa voix s'était élevée simple, clair et douce. Malgré qu'elle y ait mis un peu d'autorité. Elle ne bougea pas plus, n'ajouta rien, se contentant de la regarder. Elle lui faisait un peu penser à toutes ses petites filles que les siens avaient effrayés. A toutes ses enfants qui avaient perdu un proche à cause de la rue, qui tombaient peu à peu dans l'oubli du désespoir. La folie, elle, n'était réservé qu'aux fous, et les seuls fous étaient ceux qui faisaient tomber du monde, ceux qui entraînaient dans la mort tant de gens suivant des instincts meurtriers inconnus et qui ne semblaient pas humains. La folie était de son point de vue une maladie qui ne touchait que peu de personne. Quant au terme maladie, il lui arrivait parfois de se demander si ce n'était pas inné plutôt... enfin.

Revenant doucement à la considération de l'adolescente dont elle tenait le poignet, elle se dit que si elle avait attiré son attention c'était sans doute qu'elle voulait lui demander quelque chose. Cela pouvait être tout et n'importe quoi, et elle décida simplement de se décaler un peu et lui dit:

« Assieds-toi. »

Simple et efficace. Elle lui lâcha le poignet, son regard doux ne l'encourageait surement pas à prendre la fuite. Enfin essayer, car la rouquine ne la laisserait pas faire. C'était mal la connaître que de penser cela. Elle repensa au coup de fil de son père. Les affaires vont bien... Elle esquissa un sourire plus large que celui-ci qu'elle offrait à la jeune fille en pensant à lui. Cela signifiait clairement que jusqu'à présent il n'y avait pas eu de faux pas. Et que leurs lois régnaient toujours. Ici au Japon, cela fonctionnait surement de la même manière. Les clans, les mafias, les familles. Tous ces éléments qui régissaient la vie des autres. Pas de tous les autres, mais d'une bonne partie, car souvent leur noms étaient crains, d'une crantes sans nom qui ne pouvait donc leur attirer aucun (ou presque) ennui. Sinon, il y avait toujours des coupables idéaux. C'était la dure loi de la rue. Celle dans laquelle elle avait grandi, celle qu'elle ne quitterait jamais.

Le vent vint jouer entre elles deux, faisant virevolter les mèches folles, et caressant leur peau. Et aux oreilles de la professeur retentit le son du galop doux accompagnant cette sensation de douceur procurer par la brise matinale. Comme un souvenir apaisant et joyeux qui lui donnait la force de tout affronter. Enfin, elle dit à la jeune fille:

« Je m'appelle Cassandra, mais tu peux m'appeler Cassie. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  Jeu 27 Mai 2010 - 16:48

Perdue, totalement perdue. Fatigué et épuisé en même temps. En gros, Alyna avait drôlement besoin d'une petite pause, de s'asseoir pour réfléchir un peu. Seulement, le seul banc qui était disponible était en partie prise par une jeune femme. Elle aurait préféré qu'il soit totalement libre, au moins, elle n'aurait pas autant hésité à s'asseoir. La seule présence de cette femme, l'empêchait de pouvoir se reposer. Elle se mit à soupirer en reprenant doucement sa route.
Alyna n'avait pas tellement changé depuis son réveil, elle était toujours aussi peureuse du monde, elle n'osait jamais poser des questions, ni même parler simplement à quelqu'un. Non, il fallait toujours qu'on l'autorise à parler, beaucoup de monde se pose des questions sur elle. Elle ne savait pas elle-même, pourquoi elle attendait tout le temps un accord pour prendre la parole. C'était ainsi, elle ne pouvait pas s'empêcher de rester muette jusqu'à recevoir en quelques sortes un ordre.
La tête basse, le regard perdue dans le sol, elle se remémore ses rencontres dans son ancien lycée. Elle se demandait tant de fois pourquoi on venait lui parler, pourquoi on l'aimait bien. Elle se demandait aussi pourquoi on lui voulait du mal, pourquoi on voulait toujours touché son corps et tout le reste. Les visages des garçons qui lui voulaient du mal l'a terrifiait, la répugnait. Elle laisse quelques larmes tombaient sur son visage, cachant toute sa joie d'avant.

Dans un moment pareil, il vaut mieux éviter qu'on lui prenne son poignet comme ça, sans vraiment la prévenir avant. Alyna avait paniqué, croyant qu'on lui voulait à nouveau du mal. Mais quand elle croisa le regard de la jeune femme qui était assise sur le banc, elle se calme aussitôt. Ce n'était pas un garçon alors tout allait bien, même si, au fond, elle en avait quand même peur. Après tout, c'était une inconnue, elle lui avait pris le poignet, et Alyna ne comprenait pas pourquoi. Peut-être avait-elle finalement entendu sa voix hésitante de toute à l'heure ?
Par honte, par peur, elle finit par détourner le regard, passant alors de la vue du visage de la jeune femme à celui d'un arbre. Non pas que l'arbre était plus intéressant que celle-ci mais après avoir pleurer, elle ne se sentait pas capable de la regarder dans les yeux. Elle ne disais rien comme d'habitude, elle voulait simplement qu'on laisse seule, même si d'un coté, elle avait peur de cette ville et de ses habitants.
Quand elle entends la voix de celle-ci, lui disant d'attendre, elle se met à faire ce qu'on lui demande. Il ne faut pas croire qu'elle le fait par plaisir mais plus par peur. Cette voix autoritaire, elle ne l'avais presque jamais entendu, elle n'aimais entendre ce ton de voix. Car elle croie qu'on va l'engueuler, la disputer car elle aurait fait quelques chose de mal. Mais pourtant, cette femme est une inconnue à ses yeux, alors elle ne devrait pas avoir ses peurs là.

Alyna ne faisait aucun geste, ne disais aucun mot. Elle ne pouvait même plus souffrir, elle ne voulait pas se débattre. Bizarrement, son poignet fut libre juste après que la femme l'ai invité à s'asseoir. Toute à l'heure, elle avait vu l'italienne sourire mais de là à lui faire confiance, il y avait un grand pas. Elle approche ses deux mains ensembles, décidant doucement de reposer son regard sur celui de la jeune femme.
C'est à ce moment la, qu'elle remarque alors, qu'elle souriait encore plus fort que toute à l'heure. Elle ne comprenait pas ce changement, elle était encore plus perdue, elle ne savait pas quoi faire. Elle aurait aimé avoir un guide mais elle était seule, elle devait faire un nouveau choix, rester et s'asseoir, ou partir et marcher. Seulement, il y aurait peut-être un imprévu qu'elle n'aurait pas pensé. Après tout, elle ne connait pas, elle ne peut pas penser à tout.
Après une mure réflexion, elle se décide enfin à poser ses fesses sur le banc. Mais essayant de s'asseoir le plus loin possible de la jeune femme et prenant le moins de place possible. Elle ne voulait toujours rien dire, c'est répétitif mais c'est toujours comme ça avec elle. Elle ne prendra jamais la parole en première. Elle prends le courage à deux mains en allant voir son visage juste au moment où celle-ci se met à parler à nouveau.


« Alyna »

La jeune femme se nommait alors Cassandra surnommé Cassie. Alors Alyna comprit qu'il fallait qu'elle dise son prénom. Il ne fallait pas s'attendre à ce qu'elle parle plus, elle l'avait dis d'une voix neutre, sans sentiment. Après tout, elle n'a pas vraiment de personnalité, elle avait peur. On pouvait sentir sa peur dans ses tremblements, elle ne se sentait pas très en sécurité même si un peu plus que si elle était seule.
Le vent s'amusait avec ses cheveux, les faisant virevolter à tout va. Celui lui donnait parfois des guilis quand il venait frôler son petit nez. Alors parfois, sans pouvoir le contrôler, elle se mit à éternuer, à ranger ses cheveux derrière son oreille. Elle se mit à détourner souvent, elle se sentait très gênait, elle ne savait pas quoi faire non plus. Elle n'osait pas parler, elle ne voulait pas être traité de folle encore une fois, car elle parlait d'elle à la troisième personne.


« Gomenasai.... »

Le retour des excuses, et oui, c'est une part d'elle aussi. Elle ne peut s'empêcher de toujours s'excuser pour un rien. Elle a toujours l'impression de déranger le monde, d'être un fardeau pour les gens qu'elle rencontre. Elle se mit à soupirer de nouveau, voulant absolument cacher son visage entre ses mains mais elle ne le fait pas pour le moment.

(Hrp : Désolé pour la couleur des paroles, ça peut faire mal aux yeux)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  Sam 12 Juin 2010 - 13:13

C'était impressionnant de voir à quel point cette jeune fille dégageait des émotions aussi fortes. Elles étaient presque palpables. Pour Cassandra qui était habituée à avoir face à elle des gens neutres et simples, elle se retrouvait la en la présence d'une fillette qui dégageait tout un tas d'émotions. Bien sur, elle n'en avait pas peur, mais cela lui n'était guère familier. Elle sentait la peur que la fillette avait. Etait-elle si effrayante que cela? Enfin, elle voulait bien qu'elles ne se connaissent pas, mais à ce point. Elle se dit alors que la jeune fille devait avoir ses raisons d'être paniquée comme cela. Il fallait qu'elle tâche de la mettre plus en confiance, de lui montrer qu'elle ne lui ferait aucun mal. Cassie n'était pas la pour ça, et elle ne lui avait pas proposé de s'asseoir non plus dans ce but.

Alyna... Ainsi c'était son prénom. Il était plutôt agréable à entendre. Oui, elle l'aimait bien ce prénom. Il lui allait bien. Allez savoir pourquoi un prénom allait bien à certains et mal à d'autres. L'italienne posa son regard sur Alyna donc, souriant toujours d'un sourire léger et doux. Elle ne dit simplement que:

« C'est un très joli prénom. »

Il n'y avait rien de tendancieux, aucune drague quelconque, n'allez pas vous imaginer cela. Non la jeune femme lui avait simplement fait part de son ressenti face à son prénom, espérant que peut-être cela la rassurerait un peu aussi. Elle ne voulait plus la sentir gênée ou effrayée, car elle n'avait pas à l'être. Cependant elle avait de la patience et pour atteindre son but elle saurait déployer un bon nombre de tentatives; Même si elle ne voyait pas ce que cela lui rapporterait. Certes, elle n'était pas du genre à donner comme cela, mais bon là ça allait encore sa personne n'allait pas en souffrir des masses, elle pouvait donc tâcher de calmer un peu l'adolescente. Elle finit par se demander si elle allait à KHS. Après tout, l'école n'était pas loin, et elle était en âge d'y être fort probablement. Mais elle pris la parole en première, s'excusant d'avoir éternué.

« A tes souhaits. Ne t'excuse pas, il n'y a pas de raison à cela. »

Elle souriait toujours, ne voulant pas non plus l'effrayer par un sourire rayonnant. Elle reprit lui posant la question:

« Est-ce que tu étudies à Kobe High School? »

Cela lui permettrait de savoir si elle serait l'une de ses élèves ou si elle ne resterait que cette petite Alyna croisée au détour d'un parc. Elle s'intéressait un peu à elle dans le fond, connaître son histoire, savoir pourquoi elle semblait si craintive, ce qui l'avait poussée à devenir comme ça. Ou si au contraire elle avait toujours été comme ça, et que personne n'avait su la mettre réellement en confiance. Auquel cas, la jeune italienne se sentirait-elle de taille à essayer de réussir cette entreprise? Il ne fallait peut-être pas trop rêver non plus. Elle ne donnait pas souvent de sa personne dans le vide, même si la jeune fille la touchait dans le fond. Elle aurait pu être comme elle, si elle n'avait hérité du tempérament de feu de son père. Heureusement d'ailleurs qu'elle n'était pas comme Alyna, sinon elle aurait eu la vie plutôt dure..

Elle quitta la jeune fille du regard, pour ne pas lui peser plus, attendant simplement qu'elle réagisse, espérant qu'elle comprenne qu'elle pouvait se détendre et essayer de se calmer. Ce n'était pas une mince affaire selon elle, mais quelques progrès seraient les bienvenus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  Mar 22 Juin 2010 - 13:54

Elle n'était pas du tout rassurée, elle le savait bien qu'elle se sentait un peu mal à l'aise d'être assis à coté de cette jeune femme. Elle savait son nom désormais mais cela n'allait pas du tout arrêter d'avoir peur d'elle. Elle était ravie que cela soit une femme, elle en avait moins peur même si au fond, elle avait beaucoup d'amis garçon dans ses anciennes connaissances. Elle restait tout de même muette, ne savant pas du tout quoi lui dire. Elle avait l'impression de ne pas être à sa place. Elle voulait partir mais elle en avais pas la force, elle était trop exténué pour le moment.
Elle se met à rougir quand elle entends que son prénom était jolie. Elle avait aussi remarqué le sourire de la jeune femme. Par honte, et simplement parce qu'elle été gêné, elle finit par poser son regard sur le sol, désemparé de ne pas savoir quoi dire. Alyna se trouvait toujours quelqu'un d'ennuyeuse même si parfois, elle pouvait être agréable comme compagnie. La première rencontre était la plus difficile, car après, elle arrive à être plus vivante mais il faut du temps avant que cela n'arrive.
Elle venait de s'excuser d'avoir en quelques sortes briser le silence avec un éternuement. On lui avait toujours dis qu'il fallait le faire qu'on avait fais ce genre de bruit. Bien entendu, elle n'allait pas changer se habitudes maintenant à cause d'une jeune femme. Mais sa réponse à elle, la perturbé un peu, elle ne comprenait pas pourquoi on lui disait qu'elle ne devait pas s'excuser alors qu'on lui avait appris à le faire. Elle fixa son regard sur celui de la jeune fille avec un petit air d'incompréhension, on pouvait un peu lire dans son regard qu'elle était perdue face à ce qu'elle venait de dire.

La question qui suit juste après sa phrase l'avait presque choqué. Comment dire, elle ne s'attendait pas à une telle question, elle se mit à se gratter doucement le menton avec un air un petit peu gênée.


« Oui, depuis un mois environ... »

Elle venait de répondre à la question, de cette façon, la jeune fille lui disait aussi qu'elle était toute nouvelle. Peut-être comprendrait-elle qu'elle s'est perdue en allant visiter la ville et qu'elle pourrait la guider vers la sortie plus tard. Mais pour le moment, elle n'oserais jamais poser la question à la jeune femme, cela ne se faisait pas de demander quelques choses. Quoi que, la jeune femme le faisait bien et beaucoup de monde posait des questions. Elle ne savait plus où donner de la tête.
Elle se mit à faire balancer ses jambes en restant assise sur le banc, regardant à nouveau le sol et la terre. Elle était trop petite pour que ses pieds touche le sol quand elle est assis sur un banc. Du coup, ses jambes sont souvent entrain de se balancer de cette manière même si parfois cela l'agace un peu. Elle ramène son sac vers elle, et fouille un peu dedans. Elle finit par sortir son portable, elle vérifie qu'on n'as pas essayer de la joindre. Rassuré, elle le remets dans son sac et tourna la tête vers la jeune femme.


« Vous connaissez l'école ? »

Au final, elle l'a posée cette question, après tout, chacun son tour de poser une question sinon la situation n'avancerais jamais. Elle s'est dit que tant que ce ne sont pas des questions intimes, cela ne poserais pas de problème. Même si d'un coté, elle n'aimait pas prendre la parole par elle même sauf pour présenter des excuses. Elle préférais se cacher derrière quelqu'un de confiance. Pour le moment, elle n'avait rien pour se cacher et il semblerait que tout aille bien, qu'il n'y est pas de danger.
Quelques personnes se mirent à passer devant elles, des jeunes gens. Quand elle voit des garçons, par instinct, elle range ses pieds sous le banc et tourne le regard vers le sol pour ne pas qu'on la remarque. Elle était bien sur terrifié par ses personnes la. Elle est terrifié par tout mais certaines choses plus que d'autre. Elle se souvient très bien qu'on lui à souvent dit, qu'elle devait faire des rencontres. Elle était souvent emprise à des choix difficiles à ses yeux qui semble stupide pour certaines personnes. Et souvent cela qu'il la bloque pour faire de nouvelle rencontre, elle prends souvent la fuite...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  Sam 17 Juil 2010 - 22:28

Cassandra remarqua sans peine la lueur d'incompréhension dans son regard. Son sourire se fit doux et rassurant et elle s'expliqua:

« Ce n'est qu'un éternuement après tout, pas la fin du monde. C'est une chose d'être polie, une autre de ne pas l'être trop. Pour ma part, si tu ne t'excuse pas pour cela, ce n'est vraiment pas important. »

Elle espérait avoir été claire dans cette explication. Elle ne voulait pas qu'Alyna reste dans l'incompréhension face à elle, surtout pour une chose aussi futile. C'était par pur réflexe qu'elle avait dit cela, trop habituée à le dire. Alors voilà, quelques mots pour signaler le pourquoi de ses paroles. Ce n'était pas très couteux en salive et cela ne lui avait pas fait un trou. Donc, tout allait fort bien.

L'italienne sourit amusé lorsque la fillette commença à balancer ses jambes dans le vide, alors que les siennes étaient à présent croisant, son pieds suspendu dans l'air battant la mesure d'un morceau qu'elle seul connaissait. Elle n'écoutait point de musique, mais cela ne l'empêchait pas d'avoir un air lui trottant dans la tête. Par des plus des désagréable pour une fois en plus. Un peu niais mais enfin, passons ce n'était pas des plus intéressant. La rouquine sourit à sa question, ravie qu'elle ose lui parler, même si c'était loin d'être une question très intime. Elle répondit simplement:

« J'y enseigne depuis peu, alors oui, je la connais. »

Elle ne la connaissait pas encore entièrement, mais il ne lui faudrait pas longtemps pour en faire en faire le tour et la connaître comme le fond de sa poche. Tout comme les rues de la ville. Cassie était du genre assez débrouillarde et savait bien se repérer avec ou sans carte, alors elle ne mettait pas longtemps à se sentir chez elle et à évoluer les yeux fermés dans une ville. Estimer l'endroit, les directions, les intervalles entre les carrefours, tout ça c'était de la rigolade. Elle ferma doucement les yeux, s'adossant un peu plus au dossier u banc sur lequel elles se trouvaient toutes les deux, son pieds battant toujours une mesure inconnue. Elle se mit à chantonner une comptine à l'air entêtant dans sa langue natale, l'air de rien.

Après quelques minutes à se rythme, elle avait remarqué son attitude lorsque les jeunes gens étaient passé. La timidité, l'habitude. Cassandra avait sourit doucement. Elle finit par rouvrir les yeux, ne sachant que demander de plus. La petite semblait fatiguée, et perdue, paniquée et anxieuse. L'italienne ne comptait pas lui imposer sa présence trop longtemps non plus, il était hors de question qu'elle gère une crise d'angoisse quelconque. Elle la laisserait au bon vouloir des passants. Fallait pas trop lui demander non plus. Elle finit par lui proposer:

« Je vais rentrer à l'école d'ailleurs, si tu le souhaite je te raccompagne. »

Elle lui proposait ainsi d'une part de la ramener à son point de départ, pour lui permettre de rentrer prendre une bonne douche et se reposer tranquillement, dans un fauteuil ou dans son lit, et d'autre part de l'accaparer pour lui éviter une mauvaise rencontre ou un squatteur intempestif. Après tout l'européenne n'était pas de cette dernière trempe puisque c'était la jeune fille qui l'avait rejoint et non l'inverse. Et sa fragilité apparente laissait penser à une proie facile pour tous les sales types de la régions. Autant lui offrir un peu de répit et de protection. Ça c'était dans ses cordes, elle savait faire. Elle se leva attendant patiemment que la jeune fille se décide et demanda ensuite poussée par une soudaine curiosité:

« Dis moi Alyna en quelle classe es-tu? »

elle ne semblait pas vieille mais le jeune femme pouvait se tromper. Sa facilité à laisser transparaître ses émotions faisait d'elle quelqu'un qui semblait jeune, mais ce n'était peut-être pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  Mar 3 Aoû 2010 - 11:50

Alyna avait écouté avec attention ce que la jeune femme lui disait. Après tout, elle était de nature attentive à la base, une soif d'apprendre qui n'était jamais satisfaite. Elle essayait de remettre toutes les idées en place et finit par comprendre ce qu'elle voulait dire. Mais même si pour elle, l'excuse n'est pas obligatoire, pour Alyna, cela l'était. On lui avait appris à l'être et elle ne se voyait vraiment pas changé sa façon d'agir. Après tout, elle ne savait rien d'elle, elle n'allait pas obéir à sa manière de voir les choses. Peut-être que plus tard, elle en prendrait un peu plus note mais pour le moment, c'était totalement hors de question. Même si au fond d'elle, elle gardait l'idée en tête.
En tournant la tête sur le coté, elle pouvait apercevoir le fait que la jeune femme avait plutôt les jambes croisées contrairement à elle. Elle avait déjà fut ce genre de réaction mais n'avait jamais osé demandé pourquoi elle prenait une telle position. Après tout, c'était aussi peu important, il ne fallait vraiment pas s'en inquiéter. C'était une chose futile, c'est du moins comme ça, qu'Alyna le voyait. Mais elle était fasciné par le mouvement de ses jambes, ils avaient vraiment un drôle de comportement. Elle était amusé par ça, qu'elle faisait un sourire, oubliant tout tracas sur le moment.


« Vous êtes professeur ? »

Ce n'était pas vraiment une question, car elle avait très bien compris que c'était ça. Le mot enseigner n'était pas un mot inconnu à ses yeux. Elle avait juste réagis rapidement au fait qu'elle est entendu ce mot. Elle ne se doutait pas qu'elle se trouvait proche d'une professeur. Elle en devient même très gênée et se mit doucement à rougir. Mais elle n'était pas que gênée, elle avait même honte. Honte d'être ici, d'être si peu débrouillarde, d'avoir peur comme ça. Elle ne savait plus comment réagir, ni même quoi dire, elle était tout simplement mal à l'aise après cette découverte.
Regardant le sol pour essayer de penser à autre chose à son mal être, elle finit par entendre la jeune sensei chantonné quelques choses. La jeune fille était complètement perturbé parce qu'elle ne comprenait vraiment rien. Elle ne reconnaissait pas la langue, elle savait qu'il y avait d'autres langues mais elle en avait jamais entendu. Elle essayait de comprendre mais elle finit par rapidement abandonné. Elle n'avait aucune base, comment pourrait-elle comprendre un seul mot ? Déjà qu'elle avait simplement du mal avec quelques mots japonais, alors une autre langue, c'était de trop.
Un grand sourire illumine le visage de la jeune adolescente, ce qu'elle venait d'entendre était comme un miracle à ses yeux. La jeune professeur venait de lui proposer de la raccompagner au lycée, elle qui s'était totalement perdue, avait bien besoin d'un petit coup de main. Elle rapproche ses mains pour les coller l'un à l'autre en lui faisant signe positivement qu'elle était d'accord. Même si elle était d'accord, elle avait du mal à se convaincre de partir.

Elle remarque tout de même que Cassandra venait de se lever, elle la regarde longuement, puis regarde le sol. Si elle voulait rentrer sans se perdre, et rapidement, elle se devait de se lever aussi, il ne fallait pas trop la faire attendre. Elle laisse échapper un petit soupire avant de pousser sur ses bras pour s'éloigner du dossier, poser ses pieds à terre et être enfin debout. Directe, elle secoue un peu sa robe au cas où qu'il y est un peu de poussière, elle se recoiffe ensuite rapidement les cheveux, et la voilà prête pour rentrer.
Elle pose alors son regard sur la jeune femme, pour simplement lui signifier qu'elle était enfin prête, qu'elle ne la lâcherais pas d'une semelle. Elle était décidé à ne pas se perdre, à retrouver son chemin et peut-être, ferait-elle plus connaissance avec elle. Elle savait qu'un jour ou l'autre, elle se reverrait en cours, cela en était presque certain. Elle garde encore plus son regard dans celui de la jeune femme quand celle-ci lui demande en qu'elle classe elle se trouve. Elle range ses mains derrière elle avec un air gênée, ses doigts entremêlée sans cesse à cause de la gêne qu'elle subissait en ce moment.


« ha hum, 4ème année, Madame »

Elle ne trouvait pas qu'elle avait l'âge pour être dans cette classe, mais pourtant, c'était bien le cas. C'était la jeune fille pas intelligente de la classe, celle qui avait le plus de problème niveau mental. Elle angoissé de devoir lui dire son terrible problème, elle n'aimait pas le dire mais elle était obligé, au moins, cela permet de comprendre pourquoi elle ne comprends pas certains mots et certaines choses.
Elle finit par poser le regard au sol et se met à la suivre dès que celle-ci se décide à prendre la route. Elle n'osait plus confronter son regard à celui de Cassandra. Elle se mit à nouveau à soupirer dans son coin. C'était assez perturbant de voir une fille devenir joyeuse, sur excité et une seconde après, elle était timide, totalement affolé et triste. Avec ce genre de comportement, ce n'était pas étonnant qu'on prenait Alyna pour une gamine, elle avait compris que les enfants avaient presque les mêmes réactions qu'elles, alors que ses camarades, c'était totalement autre chose. Elle ne se sentait pas à sa place mais pourtant, c'était bien sa place pour le moment.


« Vous enseigné quoi ? »

Elle était tout de même intrigué de savoir ce qu'elle apprendrais avec ce professeur quand elle la reverrais en cours. De cette manière, elle serait moins surprise quand elle se reverront, elle pourra penser dès le départ qu'elle va revoir Cassandra. Elle avait d'un coté hâte, et d'un autre, pas du tout. Elle angoissé face à la réaction de la demoiselle sur son problème. Elle se demandait si elle devrait lui dire maintenant ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Le temps d'une rencontre [Alyna]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps d'une rencontre [Alyna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: