Partagez | 
 

 [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Dim 23 Mai 2010 - 17:54

Qui dit rentrée scolaire, dit évidemment aussi changement. Ainsi donc, Sun, ayant eu vent qu’un changement de chambre se préparait pour la rentrée, il n’avait pas hésité une seule seconde et avait postulé. Fuir ses coloc, c’est tout ce qu’il demandait. Après, va savoir avec qui il tombera. Peut-être qu’avec un peu de chance se sera avec Kantaro. Depuis la « fameuse nuit » ils s’entendaient plutôt bien et puis, autant profité du fait qu’ils soient coloc pour faire plus ample connaissance. Soit, ce fut avec une certaine joie et impatience que Sun prit le papier sur lequel figurait le numéro de sa nouvelle chambre et remonta rapidement les marches.

Il poussa la porte de la pièce qui allait a partir de maintenant être son ex-chambre et se dirigea avec grandes enjambés vers son lit. Moon se réveilla et leva la tête, curieux de savoir qui était l’énergumène qui l’avait tiré de son sommeille. Le chiot s’apprêta à grogner, mais reconnue Sun et se leva d’un bon pour courir, queue frétillante sur lui. L’anglais sourit amusé et se baissa afin de lui caresser tendrement la tête. Il sourit tendrement et se releva pour sortir sa valise d’en dessous du lit pour la poser sur le matelas. Moon, curieux, sauta sur le lit et s’approcha doucement, reniflant, du bagage. Sun s’empressa d’ouvrir l’armoire et en sortie ses affaires qu’il posa sans se soucier s’ils étaient soigneusement pliés ou pas dans le contenant.

Une fois qu’il eu refermé la valise, il s’arrêta un instant et porta sa main droite sur son bras gauche. Son coude commençait à le lancer. Le moindre petit effort le faisait encore souffrir. Il faut dire aussi que ça ne faisait qu’une semaine qu’on l’avait délivré de son plâtre et qu’il revenait de sa visite chez le kiné. Il se massa doucement l’articulation et grimaça légèrement. Moon, s’étant couché sur son oreiller, avait levé son museau vers son maître, tête penché sur le côté et semblait se demander ce qui lui arrivait, pourquoi il s’était arrêté dans son élan. Sun esquissa un sourire amusé et passa sa main sur la tête du chiot.

« Alors mon petit, près pour changer de demeure ? »

Comme pour acquiescer ses paroles, Moon laissa échapper un jappement joyeux et passa sa langue sur la main de Sun. Celui-ci sourit, amusé et, épaulant sa guitare, il fit descendre tant bien que mal sa lourde valise de son lit et la porta de la main droite. Vérifiant rapidement qu’il n’avait rien oublié, il épaula encore son sac de cours, et fit un claquement de langue pour signifier à Moon de le suivre. Celui-ci ne se le fit pas prier deux fois et sauta du lit pour surtout éviter qu’on ne l’abandonne ici, en compagnie de ces horribles personnes. Mais, au moment de sortir, le chiot se figea et aboya à nouveau. Sun, étonné, se retourna et le regarda quelque instant, avant de comprendre qu’il allait oublier ses affaires. Il soupira. Avec tout ça, le temps d’arriver à la chambre 29, son coude sera à nouveau rompu. M’enfin, il ne voulait pas non plus risquer de revoir ses coloc. Il allait donc à nouveau prendre sur lui. Ainsi donc, il s’approcha du panier et referma sa main gauche sur la hanse avant de le soulever. Tout de suite une légère douleur se fit ressentir et Sun soupira à nouveau. De soulagement cette fois, constatant qu’il n’avait pas autant de mal à porter le panier.

Il passa alors enfin la porte, Moon sur ses talons et soupira de soulagement en longeant le couloir. Tout en marchant, il regarda les portes. Depuis la rentrée, le lycée avait pas mal changé, ainsi il n’y avait plus la liste des résidents des différentes chambres. Dommage, Sun aurait adoré savoir avec il se retrouverait. Mais soit, la surprise n’en sera que plus grande. Passant donc devant les différentes portes, l’anglais arriva enfin devant celle qu’il voulait. Chambre 29.

Affichant un sourire, il poussa la porte et entra avec difficulté étant donné son chargement. Au même instant, Moon en profita pour démarrer en trombe, lui passant devant les pieds. Sun, surprit, fit un pas sur le côté. Sa valisa s’accrocha au chambranle de la porte et, n’ayant pas le temps ni le reflexe de la retirer, elle tomba avec fracas sur le sol, ses affaires s’éparpillant. Comble de l’horreur : Sun trébucha et, pour se rattraper, lâcha le panier et posa sa main gauche sur l’étagère qui se trouvait à sa porté. Instantanément, une douleur éclata au niveau de son coude, si bien que Sun ferma les yeux, crispant le visage et gémit doucement.

Une fois qu’il eu reprit ses esprits et que la douleur se fut apaisé, il rouvrit les yeux et porta son attention vers Moon pour découvrir la raison pour laquelle il avait commencé à courir, faisant trébuché son maître. Crumble. Le beagle et l’husky se tenaient tout les deux l’un à côté de l’autre, le regardant. Sun se redressa complètement et se figea. Qui dit Crumble dit aussi … Andy. L’anglais soupira discrètement et releva le regard. Celui-ci ne mit pas longtemps avant de se poser sur l’adolescent. Visiblement, il était en train de dormir. Sun déglutit et esquissa un sourire, sentant un malaise grandissant monté en lui. Se forçant néanmoins à ne rien laisser paraître, il haussa les épaules affichant un aire innocent sur son visage

« Désolé pour le boucan. C’est la faute de Moon … »

Il tendit un doigt accusateur sur son chien, avant de sourire amusé. Toujours rejeter la faute sur les autres et se murer dans un silence peu convaincant. Haha. C’était tout un art. M’enfin, Sun ne pouvait rester éternellement mué et releva donc à nouveau son regard. Regardant Andy, il lui sourit amicalement

« Eh bien, il semblerait qu’on soit coloc maintenant »

Tant mieux, au moins tu ne pourras pas réellement me fuir ajouta-t-il mentalement, avant de porter son attention sur ses affaires recouvrant le sol. Il soupira fortement et se baissa, commençant à ranger, espérant secrètement qu’Andy ne lui veuille pas de l’avoir réveillé et qu’il réagisse …


Dernière édition par Sun Johnson le Mar 22 Juin 2010 - 16:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Lun 24 Mai 2010 - 15:40

Il me pinçait lourdement le cœur.

Le mois d'avril était vraiment un mois surprenant. Déjà il y avait la rentrée. Un petit évènement à elle toute seule. Beaucoup trainaient les pieds, certains en pleuraient même. Mais dans le fond... Dans le fond tout les élèves attendaient cet instant. Tous ? Oui, j'en faisais donc parti. J'avais attendu la rentrée et honteusement, j'avais espéré que les vacances ne durent pas trop longtemps pour pouvoir revenir à l'internat. Que de changements... Maman l'avait remarqué. Elle m'en voulait. J'avais passé les semaines les plus dures de ma vie. Maman devait amèrement regretter son choix et bizarrement, elle ne m'en parlait pas. Papa avait changé lui aussi. Il avait été si content de me retrouver, si pressé de me caresser la tête, si impatient et curieux de me poser des questions. Le monde à l'envers. Maman m'en voulait. Elle n'acceptait pas le fait que je puisse me sentir bien ailleurs que chez nous, et surtout, surtout avec d'autres personnes. Pauvre Maman... Je n'allais pas l'accabler d'avantages. J'avais donc préféré me taire, estimant qu'il était toujours plus enviable de rester évasif sur mon mois passé loin d'eux. Papa en était très content. Et lui qui ne félicitait jamais, me gratifia d'avoir réussi à communiquer. Il me complimenta surtout quand je vint à parler de Minori, cette fille allergique aux garçons. C'était un très bon début pour lui. Il était fier.

Soit. Tout ceci était loin déjà, et j'étais revenu au pensionnat de Kobe depuis plusieurs jours. Oui, Papa avait trouvé que je devais rentrer plus tôt, pour me préparer à cette nouvelle année. J'allais être séparé d'eux bien plus longtemps encore, il ne fallait pas que je m'éternise à la maison. J'en étais content. Réjoui même. Je retrouvai ma place, mon lit, mes affaires et Crumble semblait bien plus détendu dans notre chambre. Le chiot la connaissait bien mieux que celle de la maison. Il s'y sentait chez lui instinctivement, pressé de retrouver son panier, de mordiller à nouveau les pieds de mon lit. Et il n'était pas le seul. Non loin de là. J'étais réellement heureux de revenir, et même, je pouvais dire que revoir ma colocataire n'était pas une plaie en soi. J'étais seul pour l'instant, et cela faisait déjà deux jours que j'étais rentré. J'aimais cette solitude. Elle était le calme avant la tempête, et je pouvais reprendre mes marques à mon rythme. Crumble appréciait le fait de pouvoir japper à son aise, et il aimait plus que tout les longues balades que nous faisions la journée. Après tout, les cours n'avaient pas repris, et j'avais donc énormément de temps à lui consacrer. Mon chiot en était bien heureux, et il n'arrêtait pas de me câliner. Des moments de bonheurs et de joies, tout simplement.

Cette journée avait été bien épuisante, dès le matin, j'étais parti dans les bois en compagnie de Crumble. Sac sur le dos, provisions pour la journée et gamelle pour qu'il puisse se désaltérer. Il faisait bon, très bon même. Comment fatiguer un chien de chasse ? Un jeune chiot rempli d'énergie en plus ? Il était increvable... Je peinais à le suivre parfois même. Mais soit, Crumble comprenait, et il ne râlait pas trop quand nous devions rentrer. Avril était trop changeant dans tout les cas, et les nuages qui se formaient ne m'inspiraient guère. Une fois arrivé dans notre chambre, mon sac à dos machinalement déposé à terre, je m'écroulai dans le lit. Quelle sensation agréable... S'endormir quand on était fatigué était l'une des choses que je préférais. M'installant un peu plus confortablement, je tapais vivement le matelas pour indiquer à Crumble qu'il était autorisé à me rejoindre. Soupirant bruyamment, celui-ci me fit comprendre qu'il préférait largement son panier. Je soufflai en portant mon attention sur le mur. Pourquoi ?... Une simple et stupide raison. J'y avais accroché quelque chose. Une décoration ? Non même pas. Une simple feuille de papier tenue par un simple bout de ruban adhésif. Et pourtant, pourtant j'aimais le regarder. Le soleil... Oui, j'avais vulgairement représenté le soleil sur ce papier et comme un enfant. Un rond jaune parsemés de rayons. Soupirant légèrement, je levai ma main droite afin d'y déposer délicatement mes doigts, effleurant et caressant sensuellement ladite feuille de papier. Pourquoi un soleil ? Parce que Sun. Je n'avais jamais su l'oublier totalement... Quelle manière idiote de penser à lui sans se faire remarquer... Sun me manquait terriblement..Ses yeux me manquaient, son sourire me manquait, son visage, son contact, sa voix... Tout cela ma manquait.

Pourquoi ? Pourquoi m'être attaché autant ? J'étais bien stupide.. Je n'avais jamais voulu qu'une telle chose arrive, je ne voulais pas qu'il compte autant, je ne voulais absolument pas qu'il remplace Maman... Que faire ? Il m'était impossible d'aller contre toutes les pensées qui m'assaillaient presque continuellement l'esprit. Sun était toujours là, et il me faisait mal. Son souvenir était douloureux, le remémoration de se peau sur la mienne l'était encore plus. Soit. Je commençai à comprendre... C'était un sentiment bien plus fort qui m'animait quand je pensais à l'adolescent. Oui, il tiraillait mes muscles, il me pinçait lourdement le cœur. Soit, je ne tardai pas à m'endormir, bien trop fatigué par cette journée pour penser d'avantages. De toute manière, il était certain que Sun viendrait me hanter à mon réveil. J'avais le temps de laisser mon esprit vagabonder encore et encore.

Je me réveillai en sursaut. Bien plus tard surement. Je ne savais. Il y avait eu un grand bruit, et j'avais été tiré des bras de Morphée bien trop rapidement. Qu'il était déplaisant de sortir de ses rêves d'une telle manière. Soit, c'est à moitié endormi encore que je me redressai, essayant de comprendre. Me frottant inconsciemment la tête, j'observais la chambre, l'air hagard. Une action aussi simple et évidente qu'analyser une scène était un véritable défi pour moi à cet instant. Je baillai bruyamment, me frottant les yeux. C'est une voix qui attira plus précisément mon regard. Et quelle voix... Je pouvais très facilement la reconnaître. D'un geste vif, je me redressai d'avantage, et me coiffai rapidement. Les yeux grand ouverts, je l'observai. Que pouvait-il bien faire là ? Mes yeux tournèrent rapidement vers Moon, qui était également présent, avant de se poser à nouveau sur Sun. Oui. Sun était là, planté dans ma chambre. Pourquoi ? Il ne me fallut pas énormément de temps pour le comprendre. Non. L'adolescent s'empressa d'éclaircir mon esprit, de répondre à la question que je ne lui avais même pas posée. Colocataires ? Comment ça ? Il allait vivre ici lui aussi ? Ce n'était pas possible.. Non...Sun n'avait jamais été dans ma chambre l'année dernière..

"Ah..Ah bon ? Et pourquoi ?... Pourquoi t'es là d'un coup ?.."

J'étais bien trop énervé, bien trop pressé de lui répondre... Quel enfant stupide, il devait croire que je ne voulais pas de lui... Mais je paniquais.. Je paniquais simplement à l'idée de devoir le voir tout les jours, de partager encore plus de moments avec lui. Je n'étais pas encore prêt, et j'avais bien honte de toutes ses pensées qui le concernait. Une chose m'interpella plus qu'une autre. Le dessin ! Il ne fallait pas qu'il puisse le voir ! Sans plus attendre donc, je m'empressais de me retourner contre le mur et de l'arracher d'un geste vif. Soit.. Je ne pourrai plus le contempler, mais j'avais Sun en chair et en os, c'était plus qu'inespéré. Je rangeai la feuille de papier dans ma poche, avant de me lever promptement.. Trop peut-être ? Surement. J'étais si maladroit.. Et il y avait tellement de fouillis dans cette chambre. Mon pied heurta un objet non identifié, et je tombai en avant, oui en avant et évidemment, droit dans les bras de Sun.. Quelques secondes... Les quelques secondes, où j'avais pu sentir à nouveau sa chaleur, étaient inestimable. Soit. Je me relevai rapidement, passant ma main derrière ma tête.

"Désolé.. C'est que.. Y'a beaucoup de rangement à faire encore."

Quelle excuse.. Et elle était vraie en plus.. Pourtant je ne me souvenais pas avoir été si désordonné. Un rapide coup d'œil au sol me montra que je n'étais pas responsable. Moon avait du emporter bien des choses en entrant en trombe dans la chambre. Je m'abaissai en l'appelant, et les deux chiots arrivèrent, remuant la queue. Une main sur chaque tête, je pouvais bien mesurer la différence entre les deux amis, Moon avait bien grandit, et il commençait à réellement distancer Crumble. Soit. Ces deux là semblaient toujours si bien s'entendre.. Si seulement cela pouvait être le cas pour leurs maîtres. Je me relevai donc, et reculai pour m'assoir sur le rebord du lit, appuyé contre mes mains.

"Ça me fait plaisir de tomber sur toi... Je préfère largement ça que de devoir supporter une folle.."

Voila une bonne façon de se rattraper, j'étais resté assez neutre, et j'avais réussi à lui montrer mon contentement. C'était ce qu'il fallait. Je ne pouvais pas le laisser comprendre, il était trop tôt encore, et je ne voulais pas m'emporter sans savoir. Les yeux fixant les deux chiots, je soupirai doucement. Cette rentrée allait bien particulière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Mer 26 Mai 2010 - 19:38

Andy. Jamais, oh non jamais Sun ne serait capable, ni même ne voudrait oublier ce jeune homme. Ces yeux, cet air de paraître constamment perdu, de ne pas savoir quoi penser. Ces cheveux bruns que Sun avait adoré caressé et puis ce visage. Un gamin aux airs adolescent, ou un adolescent aux airs de gamin. Oui, Sun n’avait pas oublié le petit sourire sur les lèvres d’Andy lorsque leur semblable s’étaient scellé à deux reprises consécutives dans un doux baisé. Sun sentait encore bien la chaleur des joues d’Andy lorsqu’il lui avait passé la main dessus, afin de sécher ses larmes. Il était bizarre, mais tellement adorable et tellement irrésistible. Pourtant, depuis, ils ne s’étaient pas vraiment revus. Certes, il y avait eu les vacances durant lesquelles la plupart des élèves étaient rentré. Mais pas Sun. Heureusement que Moon avait été là pour lui tenir compagnie.

Mais, autant l’anglais était heureux de retrouver Andy et d’être en quelque sorte obligé de le côtoyer tout les jours, autant son nouveau colocataire ne semblait pas réellement de cet avis. Il avait parlé d’une voix hésitante. Un reproche ? Oui sans doute. Pourquoi se retrouvait-il là, maintenant ? Eh bien, Andy, je n’en sais rien moi même, mais je suis là maintenant et tu va devoir me supporter, que tu le veuilles ou non. Désolé. Sun esquissa tant bien que mal un sourire amical, lorsqu’il vit Andy bouger, descendre du lit et se diriger vers lui. L’instant d’après, l’anglais se retrouvait avec l’adolescent dans ses bras. Rapidement il se sentit à nouveau envahit d’une sensation tellement douce, si agréable, en oubliant presque sa douleur.

Malheureusement, il ne put jouir plus longtemps de ce bonheur, car déjà Andy s’était reculé et l’avait lâché pour s’intéresser aux deux chiots. Il jugea rapidement la taille de Moon et sourit. Sun, pendant ce temps, soupira discrètement et se baissa. Il observa rapidement tout le Bazard qu’il avait foutue, avant de tirer la valise vers lui, s’affairant de ranger toutes ses affaires. D’une seule main, préférant préserver son bras gauche, tout allait beaucoup plus doucement, si bien qu’il n’eu pas même rangé la moitié de ses affaires que notre anglais fut interrompu par Andy qui rompit à nouveau le silence.

Le cœur de Sun s’emballa et il se figea, dans le mouvement qu’il était en train d’exécuter. Alors comme ça, Andy était quand même content de l’avoir comme coloc ? Mais, n’avait-il pas prétendu le contraire juste avant ? A moins que ce n’était qu’une fausse interprétation de la part de notre anglais, ce qui était fortement envisageable. Sun se retourna et porta son regard vers le jeune homme. Il le jugea quelques instants, cherchant une quelconque faille à sa sincérité, mais ne trouve rien de tel. Alors, se retournant complètement, il fit face à son ami et sourit

« Je t’avoue que je suis aussi très content de me retrouver dans une chambre avec toi. C’est … » il se mordilla la lèvre inférieure et détourna le regard « cool. Vraiment très cool ! »

Il se tourna ensuite vers Moon et Crumble qui s’étaient tout les approchés de lui. Effectivement, l’husky commençait à dépasser le chien de chasse au niveau de la taille. Mais soit, tant qu’ils s’entendaient bien. Sun tendit la main vers Crumble qui la renifla avant de passer un coup de langue sur ses doigts. L’anglais sourit furtivement avant de continuer de ranger ses affaires.

Suite à cela, notre jeune homme referma sa valise, la mit debout et se releva péniblement, soupirant. Bras gauche pendant lâchement le long de son côté, l’anglophone déposa sa valise sur le lit en face de celui où s’était installer Andy. Il se retourna ensuite et se laissa tomber sur le matelas. Se massant doucement le coude, il observa, souriant, la chambre.

Elle n’était pas bien grande, il y avait juste assez de place pour 5 lits, 5 petits bureaux et tables de chevets. Elle ne différait en rien avec son ancienne chambre si se n’était les colocataires. Sun reporta son attention sur Andy. Le regardant quelques instants, notre jeune homme posa sa main droite sur le lit, un peu derrière lui et prit appui dessus, avant de tourner le regard vers l’oreiller.

« J’espère ce que lit là n’est pas prit … » dit-il d’une voix absente, comme pour lui même
Puis, relevant simplement les yeux, il posa un regard amical sur Andy. Posant son bras gauche sur ses genoux afin de soulager quelque peu sa douleur, il brisa à nouveau le silence

« Sinon, ils sont comment les coloc ? » Demanda-t-il d’une voix curieuse « Je veux dire, c’est qui ? Garçon ? Fille ? Quel âge ? … »

Sun stoppa net et baissa son regard, se redressant légèrement. Honte. Oui, c’était le seul mot qui lui vint à l’esprit à ce moment là. Il demandait des informations sur ses nouveaux colocataires, au lieu de s’intéresser à Andy, ce jeune homme que notre guitariste n’avait put sortir de son esprit depuis leur dernière et unique rencontre. Il se devait de lui demander de ses nouvelles, sans pour autant avoir à le mettre mal à l’aise. Il était obligé de lui demander ce qu’il pensait réellement de cette nouvelle situation. Sun releva alors à nouveau son regard, affichant une mine dénué de toute expression

« Sinon, toi, ça va ? Depuis … la dernière fois ? … » Demanda-t-il doucement, d’une voix neutre

Un petit sourire illumina quelques instants son visage, espérant qu’Andy réponde quelque chose …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Jeu 27 Mai 2010 - 16:52

Nous n'étions pas seuls.

Qu'il m'était agréable de le regarder s'affairer de ranger ses affaires. Je n'en perdais pas un instant, ni une miette. Mes yeux s'étaient posés sur l'adolescent et je dois avouer qu'il aurait fallut une explosion pour les tirer de là. Au moins. Il était incroyable de constater à quel point mes sens se réveillaient en présence du jeune homme. Habitué à les utiliser quotidiennement, leur emploie prenait tout son sens ici. Il y avait la vue d'abord, puisque je l'observai. Et quelle vue ! Je me surprenais à repérer ses mouvements, à lui chercher des tics de déplacements, des habitudes à se mouvoir. Mieux encore, mon regard ambré parcourait son corps entier, cherchant à fixer, dans mon esprit, chaque courbes chaque particule de son être. Il m'était alors impossible de me convaincre du contraire, Sun était si plaisant à regarder. Ses cheveux me donnaient envie de les toucher, ses yeux de m'y perdre à jamais. Sun... Il était une sorte de supplice à voir, comme une œuvre d'art de musée qu'on rêverait secrètement de ramener chez soi. Et puis, et puis il y avait l'ouïe. Entendre sa voix m'était si léger, et il était certain que je pourrai passer des heures à l'écouter parler de tout, et surtout de rien. Sun ne parlait pas beaucoup d'ailleurs.. Et je devais toujours redoubler d'effort pour lui arracher quelques mots, des phrases si j'avais de la chance. C'était au tour de l'odorat d'intervenir, et même si ce sens n'était pas très sollicité, j'avais pu brièvement sentir l'odeur de son corps, si enivrante. Le goût n'était pas en reste, et il était surement l'un des sens que je préférai en sa présence. Repenser à la saveur de ses lèvres m'était si exquis. Et finalement.. Il y avait le toucher.. Un sens bien oublié souvent. Et pourtant, pourtant il gagnait en ampleur quand je venais à m'approcher de l'adolescent. C'était le toucher qui me procurait le plus de bien, celui qui faisait que mon cœur s'emballait, celui qui faisait faillir mes jambes lorsqu'il me caressait la joue. Sun.. si je pouvais te toucher encore.. Si ma main pouvais venir doucement effleurer ton visage. J'avais tant besoin de cette douce sensation à nouveau, et j'avais beau essayé, il était le seul à pouvoir me la procurer, Maman n'en était pas capable.

Soit, il était tellement tentant de laisser divaguer mon esprit, de le laisser se persuader de telles choses.. Mais la réalité était autre, elle était plus dure, et bien moins savoureuse. Sun ne parlait même plus de cette après-midi là, comment pouvait-il désirer ce que je voulais tant ? S'il me restait une chose à faire, c'était de le garder en tant qu'ami, le perdre totalement serait une épreuve bien trop difficile, mon cœur le savait déjà. Il était au moins aussi ravi que moi que l'on soit ensemble. Au moins ? Non, bien sur que non. Sun l'était moins, et jamais il ne pourrait savoir à quel point j'en étais heureux.

Et j'avais bien raison..Enfin, Sun allait s'installer en face de moi, c'était une chance. Prit ? Ce lit ? Et même, s'il l'était, son occupant en aurait changé ! Un lit par apport à un autre était bien quelconque, les cinq présents dans la pièce se ressemblaient tellement de toute manière. Et pourtant, dans sa banalité, ce lit prenait une tout autre importance. En face du mien. Tout simplement. J'allais pouvoir le regarder dormir, j'allais pouvoir constater à quel point il allait être encore plus attirant une fois plongé dans le monde des rêves. Les personnes endormies étaient toujours plus belles. Sun, il faudrait que je le regarde dormir, que je sache si pouvait t'arriver à cauchemarder, je voulais jalouser méchamment Morphée qui te prendrait dans ses bras. Quelle idée stupide.. Envier une divinité.. Bien sur qu'il avait une place bien plus que désirable. Mais soit, j'avais l'avantage de t'avoir en vrai, et d'espérer un jour m'endormir à tes côtés. Après tout, une erreur était vite arrivée.. Minori l'avait bien faite à notre rencontre. J'eus toujours été très maladroit Sun. Maladroit et désireux. Bref, le souvenir de la rencontre à Minori me rappela une toute autre réalité. Nous n'étions pas seuls, et il serait alors impossible pour moi de fantasmer à nouveau. J'étais déçu, réellement.

Mais il ne devait pas le remarquer, je ne voulais pas que Sun pense à nouveau que je ne voulais pas de lui ici. Je devais arrêter de parler trop vite et peser chaque mot avant de le prononcer, je devais faire attention tant à ma syntaxe qu'à la tournure de mes phrases. Il fallait d'ailleurs que je réponde, puisqu'il me demandait tant de précisions sur nos compagnons de chambré. Sun... Pourquoi ne pas s'intéresser à nous ? A moi ? C'était une demande bien égoïste, mais tellement alléchante. Je me reculai un peu plus loin dans mon lit, prenant bien soin de m'assoir en tailleur avant de le fixer du regard, l'expression vide, comme légèrement trompé.

"Il n'est pas prit non." Une voix, lasse, triste presque. J'exécutai ensuite un rapide coup de tête vers le fond de la pièce, y désignant plus particulièrement un lit. "Là-bas il y a Minori-chan. C'est une fille plus jeune. Assez énergique qui adore lire des mangas et faire de la couture pour je-ne-sais quoi. Enfin. Elle n'est pas embêtante, et elle est allergique aux garçons alors.. Ça me convient parfaitement." Je prenais soin d'articuler particulièrement bien pour me faire comprendre correctement. "Après.. Je crois que c'est tout. On est la vingt-neuvième chambre après tout.. Donc je pense qu'ils remplissent les autres avants."

Pourquoi s'intéresser aux autres de toute manière ? Si je ne m'attendais pas à une chose, c'était qu'il me parle des autres. Nous étions là, à deux, et c'était surement notre seule occasion de l'être dans cette chambre, et pourtant, pourtant Sun ne pensait qu'à m'interroger sur les autres. Soit, j'avais été bien bête de penser tout ce temps qu'il avait pu ressentir les mêmes sentiments que moi, qu'il avait pu éprouvé cette agréable sensation de bien être, cet immanquable gêne. J'avais baissé la tête de toute façon. Il ne fallait pas que Sun puisse entre-apercevoir la déception profondément marqué sur mon visage.

Et puis.. Comme si je m'y attendais plus, il se remit à parler. Pas grand chose, à peine une phrase, comme à son habitude. Mais celle-ci suffit à me faire relever la tête, sa voix était si douce lorsqu'il me parlait ainsi. Et même si Sun n'avais pas parlé de manière aussi enjouée qu'à l'accoutumé, ses mots étaient suffisant. Enfin l'adolescent me reparlait de cette après-midi. Il ne l'avait donc pas oublié. Une petite victoire en somme. Nos petits instants l'avaient marqué, et il était encore bien capable d'y repenser. Sans un mot, je me levai. Oui, puisqu'il semblait prendre ses distances, je n'allais pas le laisser faire. C'était à mon tour d'agir, à mon tour de faire en sorte de nous rapprocher. Un pas, puis l'autre. Un pas engagé, un pas certain et pourtant je mesurai chaque centimètre gagné. Les battements de mon cœur s'accéléraient, tout allait recommencer, enfin. Avec une certain aisance, je m'assis à côté de Sun, prenant néanmoins garde à laisser une certaine distance entre nous. Je devais me rapprocher et non pas l'effrayer. Il fallait que je trouve à présent une raison. Une excuse pour m'être approcher si soudainement. Soit. Mon regard se posa sur son bras, celui qui était plâtré lors de notre précédente rencontre. C'était assez mal engagé, mais il m'était impossible de trouver mieux en si peu de temps.

"Ça te fait encore mal ? J'ai remarqué que tu fais encore bien plus attention à ce bras qu'à l'autre."

Voila. Maintenant il fallait attendre. Ou pas. Non, il ne fallait pas laisser le silence s'installer de nouveau, il ne fallait pas lui donner l'occasion de parler d'autre chose que de nous. Je jetai un rapide coup d'œil sur nos chiots, et constatai avec plaisir qu'ils s'étaient sagement assoupis dans le panier de Crumble, Moon posant sa tête sur les fesses de son compagnon. Scène amusante en somme, mais bien moins interessant que celle que nous vivions. Soit. Pour ne pas laisser un ange passer à nouveau, j'approchai doucement ma gauche de Sun, puis la posai sur son bras, délicatement. Cette sensation à nouveau... La chaleur de son corps, le bien-être que cela me procurait. Presque machinalement, le bout de mes doigts vinrent à parcourir l'avant bras de Sun pour remonter jusqu'à l'intérieur de son coude, avant de se relever silencieusement. Que les mots étaient inutiles dans ces moments là ! Et que mon cœur battait ! Je sentais à nouveau cette chaleur m'envahir, je sentais certain de mes muscles se contracter légèrement, je sentais mes pommettes rougir à nouveau. Complètement emporté par la situation, je plongeai mes yeux dans ceux de Sun, dans ses prunelles si particulières, si attirantes.

"Tu veux bien me faire sourire à nouveau ?.."

J'étais fou ! Totalement fou. Et même si une partie de moi avait pleinement conscience de mes dires, celle qui me contrôlait à cet instant n'en avait que faire. Je voulais frémir à nouveau, je voulais être capable de changer cette expression si dégoutante de mon visage. Sun était celui qui savait me faire sourire, je voulais retrouver ces instants si délicieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Jeu 27 Mai 2010 - 18:53

Allégresse. Bonheur. Bien-être. Tant de mots, de synonymes, qui pourtant n’avaient qu’un seul sens. Mais concrètement, qu’est-ce que le bonheur? Comment sait-on que l’on est heureux? Qui peut nous procurer ce sentiment? Une philosophie bien étrange et compliqué pour un mot aussi simple que jolie. Un mot dont la simple prononciation nous fait frémir, nous donne la chair de poule. Notre cœur s’accélérant, tout paraît tout à coup bien plus beau. Notre stresse quotidien semble volatiliser, laissant place … au bonheur. Ce sentiment suprême que chaque personne au monde, quelle qu’elle soit, devrait ressentir, était en soit plutôt difficile à atteindre. Ne dit-on pas que le malheur arrive lorsque le bonheur devient trop intense? Alors, bonheur serait-il aussi synonyme de malheur? Mais, dans tout les cas il faut apprendre à vivre avec, prendre la joie telle qu’elle nous arrive, l’attraper et la garder délicatement entre ses mains. Assez pour ne pas la laisser s’échapper. Il faut surtout veiller à ne pas serrer trop fort, ne pas la laisser étouffer. Alors, dès lors que l’on a comprit cela, nous pouvons avancer. Nous pouvons ignorer ce qui nous tracasse.

Sun l’avait bien comprit. Depuis quelques temps il se sentait libre, ressentant constamment cette impression que tout pouvait lui réussir. Et cette joie avait un nom : Moon. Dès lors qu’il avait touché ce chien, Sun avait sentit qu’il ne pouvait qu’être heureux, à nouveau. Avec Moon, il passait outre la douleur physique et morale. Il pouvait ignorer les remarques désobligeantes des gens. Il avait enfin de quoi occuper son esprit. Moon était sans doute celui qu’il pouvait aimer sans compter. Ils étaient en tout points identiques sauf un. Moon avait un caractère, fort, impulsif, jaloux. Il n’aimait pas se laisser marcher sur les pattes, et aimait dominer tout le monde. Sun, de son côté, était plus du genre calme, réfléchis, ne prenant pas de décisions à la légères. Il aimait ça. Il aimait voir son chien courir dans tout les sens, aboyer sur tout ce qui bougeait. Moon n’avait que 6 mois, et pourtant, on pouvait remarquer que sa musculature commençait tout doucement à se développer. Un bon point pour Sun. Ils pourraient, ainsi, développer leurs muscles ensemble. L’anglais, après avoir été immobilisé et interdit de sport pendant 2 mois, pourrait enfin jouir de ce bonheur que lui procuraient le tennis et le sport, dans un peu moins de 3 semaines.

Mais, l’allégresse avait un deuxième nom. Andy. A la seule pensée pour lui, le cœur de Sun s’emballa. Il se sentie envahit d’une telle vague de bonheur. Un tsunami de bien-être. Un océan de joie. L’anglais se sentait bien et mal en même temps. Bien, car Andy lui parlait comme si de rien n’était, mal car il se sentait encore trahit par lui-même. Il s’était jurer de ne plus s’attacher, de ne plus tomber amoureux. Mais, comment peut-on se jurer quelque chose, que chaque être humain est obligé de faire? Ne pas s’engager dans une relation amoureuse. Certes, mais pourquoi Sun ressentait-il se besoin, cette envie, de s’avouer qu’il ne pouvait pas tenir sa promesse plus longtemps? Les mots peuvent mentir, mais pas les sentiments. Il n’y a rien de plus vrai que la vérité sentimentale. Alors, au lieu de se murer son silence et son malheur, Sun décida de s’ouvrir à nouveau sur le monde. Il voulait laisser le choix à Andy de s’approcher de lui ou de rester loin.

Et ce fut la première idée, que son nouveau colocataire adopta. Alors qu’ils avaient tout les deux à nouveau baissé leurs regards ressentant sans doute tout deux le même malaise grandissant, ce fut Andy qui prit les choses en main. Il se leva, avançant doucement vers Sun. Une approche réfléchit et pourtant tellement sereine. L’anglais ne broncha pas, relevant simplement son regard bicolore sur son colocataire. Joie. Son cœur s’emballa en sentant le lit s’enfoncer légèrement à l’endroit où Andy s’assit. A côté de lui, une certaine distance les séparant. Sun le regarda, tendrement, écoutant ce qu’il avait à dire. Si son bras lui faisait encore mal? Non. Tu es là, j’arrive à ignorer la douleur. J’arrive à l’oublier. Alors je t’en supplie, ne m’en parle pas. Se noyant dans le regard ambre du jeune homme, le cœur de Sun fit un bon et il frémit légèrement. Brisant le contact visuel, il baissa ses yeux sur son bras droit. La main d’Andy se trouvait dessus, le caressant tendrement. Ses doigts passèrent sur son avant bras, remontant légèrement dans le creux de son coude. Ce simple touché donna à Sun des frissons, qu’il ressentit dans tout son corps. Il ferma un instant les yeux, pour rouvrir aussitôt qu’Andy prit la parole. Il voulait à nouveau sourire. Il voulait aussi être heureux. C’était si facile de le faire. Si facile de procédé, que Sun ne réfléchit pas plus longtemps.
Il leva doucement le bras droit, obligeant le jeune homme à rompre le contact particulièrement agréable qu’il entretenait. Puis, tendant sa main vers la joue d’Andy, il la posa délicatement dessus, lui caressant doucement la racine de ses cheveux. Il resta figer quelques instants, reprenant le dessus sur sa respiration et son cœur. Après seulement, il approcha son visage. Au moment où il scella leurs lèvres dans un tendre baisé, il ferma les yeux. Laissant son esprit divagué, il apprécia l’instant présent. Mais, il s’en lassa trop vite. Il voulait autre chose, chercher le bonheur plus loin. Il voulait … il voulait tant de chose.

Alors, attrapant l’opportunité qui se présenta à lui, il crispa légèrement sa main droite sur le visage d’Andy, sa langue forçant un passage entre le mur de lèvre du jeune homme. Leur salive et leur esprit se mélangèrent. Sun plissa un peu plus les yeux, s’approchant d’avantage d’Andy. Il pouvait à présent sentir le ventre de son ami contre son propre torse. Il pouvait sentir le cœur du jeune homme battre à la chamade, s’accordant parfaitement avec le sien. Dans le feu de l’action, Sun leva son bras gauche et entoura la taille de son ami, ignorant le picotement de douleur qui se faisait ressentir au niveau de son articulation. Il ne voulait pas le quitter, rester dans cette position pour toujours. Se fondre avec Andy.

Mais, ils ne pouvaient malheureusement resté ainsi bien plus longtemps. Sun se détacha alors lentement, en profitant pour mordiller légèrement la lèvre inférieure d’Andy et se recula. Plongeant un regard délicat dans celui du jeune homme, il sourit doucement.

« J’espère que j’ai atteins tes espérances … »

Telles étaient les seules paroles qu’il prononça, attendant une quelconque réaction de la part de son ami. Ou pouvait-on maintenant parler d’amant? Non, il était encore trop tôt
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Lun 31 Mai 2010 - 14:47

Mais que dire ?

L'attente. L'attente était le pire des supplices à cet instant là. Déjà, il fallait que Sun comprenne. Oui, il fallait qu'il se souvienne, que ce moment eut été assez fort pour lui pour le marquer comme je l'avais été. Dans un sens, c'était une étrange et délicate manière de le tester, de savoir ce qu'il pouvait bien ressentir, ou du moins, de l'apercevoir enfin. Pourquoi devait-il être si évasif ? Comment faisait-il pour rester si calme et si distant, alors que je parvenais à peine à contrôler ma respiration ? J'avais peur, tellement peur de me persuader de la réponse à ces questions. Si c'était réellement le cas, alors ma présence n'était pas perturbante, elle ne le faisait pas rêver, elle ne l'emportait pas dans de multiples fantasmes, elle ne parvenait pas à le toucher.. Quelle triste et dure réalité.. J'espérais ne pas devoir la subir, et plus les secondes passaient, plus elles semblaient longues. Je guettais le moindre de ses mouvements, la moindre réaction, la moindre prise de parole. Soit. L'émotion me montait aux yeux. Je sentais le pire arriver. Le pire ? Le pire était surement mon imagination. Oui j'imaginai déjà vivre d'autres bons moment, j'imaginai comment nous pourrions être si bien l'un avec l'autre.. Alors.. comment se dire que tout cela n'allait pas se produire ? Comment accepter de devoir passer à côté de temps de moments de joies, de bonheurs ? C'était trop, bien trop pour l'enfant que j'étais. Maman avait raison, je n'étais pas tout à fait près pour me lier aux autres, et surtout pour devoir les quitter. Et lui.. Lui me regardait avec le même regard, celui que j'aimais tant, celui que je ne parvenais pas à comprendre. J'aimerai que tu m'expliques ces yeux Sun.. J'aimerai que tu m'apprennes tant de choses sur toi. J'aimerai te connaître, découvrir ta façon de voir ce monde, ta manière de l'aimer, de le haïr..Je t'en supplie Sun, laisse moi la chance de le faire.

Boum.

Mon cœur bondit, et s'il n'était pas finement attaché dans ma poitrine, je crois bien qu'il se serait échappé. La raison ? Il est là, plus proche encore, et dans un mouvement subtile et doux, il a décidé d'agir à son tour, de s'approcher de moi. Mieux encore, d'un geste plus gracieux, Sun décida de me rendre cette joie. Sa main était si chaude, son contact si agréable. Voila plusieurs semaines que je n'avais pas ressenti une telle chose... Comment ai-je fait ? Comment ai-je réussi à vivre sans éprouver une telle sensation.. Tout devient clair, et la main chaude posée sur ma joue devient tellement inestimable. Complètement emporté par le geste, je déplaçai légèrement la tête pour venir la nicher dans le creux de sa main... C'est tellement... Indescriptible. Tu étais si doux Sun, tu savais exactement comment faire pour m'emporter au loin, pour me faire oublier toute la réalité, pour me transporter dans un monde que je ne connais pas. Et déjà, déjà j'espérai plus. Comment faisait-il pour me connaître si bien ? Comment pouvait-il comprendre ce que je désirait tant ? Je n'avais nullement besoin de réfléchir à tout cela, je devais juste ressentir, éprouver, goûter au plaisir que tu pouvais me procurer.

Soit. Nos lèvres se rencontraient à nouveau, et j'en pleurerais presque. Pourquoi ? Parce que l'émotion était trop forte, et je pouvais sentir mes jambes fléchir à nouveau.. Impossible de me lever, de bouger même. Je voudrai que ce moment dure à jamais.. Je ne voudrai plus te quitter Sun. Je ne parvenais même pas à t'enlacer à resserrer encore plus notre étreinte. Non, je reste là, figé sur place, les bras appuyés sur le lit, mes lèvres délicatement posées sur les tiennes, les yeux fermés. Et puis.. Cette sensation de chaud et d'humide. Une langue ? Je n'ai même pas résisté.. Tu as tellement su me prouver que tu savais comme faire. C'était nouveau.. Oui, tellement nouveau.. Nos langues se mirent à danser, elles jouaient littéralement ensemble. Trop.. Mon cœur de jeune homme n'en pouvait plus.. Comment réussir à compresser tant d'émotions ? Et il en rajouta... Sun se rapprocha encore, et je pus constater que je n'étais pas le seul.. Non, son palpitant partait aussi en vrille, il battait de toute sa force. Et cette main.. Tout était parfait, comme préalablement orchestré. Vivre l'instant présent... Moi qui ne pensais qu'au futur à ce qu'il allait pouvoir m'apporter, la façon dont je vivrai.. Tout cela n'avait plus aucune importance à ce moment précis, non, je ressentais trop d'allégresse, trop de passion. Une sorte de poison ? Oui, c'en était un. Sun.. Je voudrai tant goûter à tes lèvres à nouveau, je voudrai tant sentir la chaleur de ton corps contre le mien plus tard, tu me rendais accrocs, complètement corrompu par la douceur et la saveur de tes lèvres. Et déjà je regrettai ton écartement. Je ré ouvris doucement les yeux, cherchant immédiatement ton regard, essayant de savoir, de vérifier si toi aussi tu étais complètement perdu. Une larme coula sur ma joue gauche, que je m'empressai d'essuyer de mon poing tremblant. Il avait l'air si confiant, si certain de ce qu'il faisait. Je pouvais aisément le lire dans ses yeux, je pouvais voir à quel point il contrôlait la situation. Et d'ailleurs.. Comment faisait-il pour paraître si calme ? Sans même me voir, je sentais que la stupéfaction se lisait sur mon visage, que mes yeux grand ouverts et mouillés trahissaient ma stupeur. Le sien était différent, toujours ce même sourire, ce même visage harmonieux et si compatissant. J'étais surement bien trop exagéré face à la situation, et je ne savais comment agir. L'imiter ? Soit. C'était ce qu'il me restait. Je repris doucement ma respiration, tentant d'adoucir légèrement mon regard. Un petit sourire vint illuminer mon visage. Oui, il était bien plus facile de sourire, de te sourire. Et je te devais bien ça, ton visage était si beau à regarder, je voulais tant que tu puisse entre-voir le mien, tel qu'il était réellement.

Pour une fois, le silence était bien agréable.. Et rester ainsi à le regarder ne m'aurait pas déplu..Mais Sun reprit la parole, bien soucieux de savoir si tout cela me convenait. Quelle idée ! C'était bien plus encore que ce que j'avais espéré.. Bien mieux, bien plus fort, bien plus intense, bien plus jouissif. Je touchai machinalement mon torse, pour constater mes progrès. Mon cœur battait fort encore, mais il commençait à reprendre une palpitation normale. Il attendait une réponse non ? Mais que dire ? Comment appuyer mon ressenti par des mots ? J'étais bien trop maladroit, bien trop enfantin pour ce genre de choses. Jamais je ne parviendrai à être à la hauteur de tout cela en lâchant une phrase. Soit. Je me contentai de m'approcher de toi à mon tour, entourant ta taille de mes bras, je m'allongeai sur le lit avant de poser délicatement ma tête sur tes genoux. Une manière surement très indélicate de lui faire comprendre, mais tellement agréable.

"Qu'est ce qu'on va faire Sun ?.."

Que de maladresse.. Il était certain que j'étais toujours gauche avec les mots, que j'avais du mal à mettre en parole ce que je ressentais.. Je voulais savoir.. Savoir ce qu'on allait bien pouvoir faire. L'amour n'était pas pour les enfants, et pourtant j'aimais peut-être. Que faire ? Se laisser aller ? Ou tout arrêter d'un commun accord ? Dans tout les cas, je ne pouvais décider seul, non, nous étions allés trop loin, il fallait décider ensemble.. Il fallait trouver la solution la plus plausible, la plus juste pour nos deux cœurs. Ce que je voulais ? Je ne savais.. Il était certain que je ne pourrai jamais l'oublier, qu'il me serait impossible de le croiser chaque soir sans avoir envie de lui caresser le visage, de lui sourire. Mais.. Maman allait être contre, et si j'avais bien fait attention à ne jamais lui parler de Sun, mon comportement changerait, je ne serai plus en mesure de lui dissimuler. Maman ne voudrait jamais, elle ne voulait pas que quelqu'un puisse être plus importante qu'elle. Que j'avais peur.. Peur d'elle, de sa réaction, de son refus, de son éloignement. Comment faire ? Sun n'allait pas comprendre.. Il n'allait pas pouvoir l'accepter.

"L'amour c'est pas pour les enfants.."

C'était dit. Kanon était contre, et j'avais toujours cru qu'il ne savait pas de quoi il parlait.. Mais là ? Là c'était différent, ça m'était tombé dessus, et il était tellement difficile de s'en défaire. Oui, tellement difficile. Je soupirai de sorte à ce qu'il puisse l'entendre, fermant doucement les yeux. C'était tellement dur d'imaginer ma vie au pensionnat sans lui, sans ses petits moments. Bien sur, j'avais Crumble, mais l'amitié que je portais pour le chiot était différente, bien trop différente.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Mar 1 Juin 2010 - 19:13

A peine Sun avait-il rompu leur baisé, qu’il le regrettait. Il avait parlé afin de combler le vide et donner ainsi l’impression d’être complètement calme, mais au fond de lui, dieu sait ce qui s’y passait. Il se sentait emplie d’une immense joie, une satisfaction qu’il n’avait ressentit qu’une seule fois auparavant. Réussissant tant bien que mal à contrôler les palpitations de son cœur, il abaissa lentement, dans un mouvement machinal, sa main et la posa sur sa cuisse. Le silence qui s’était installé était agréable et Sun n’avait aucune envie de le briser. Pour quoi dire, aussi ? Les mots étaient bien trop insignifiants face à cette sensation pour le moins étrange. Sun garda son regard rivé sur le sol, souriant, légèrement amusé. Car oui, qui aurait put penser que ce jeune homme bizarre, avec qui l’anglais avait acheté son fidèle compagnon, se révélerait être aussi adorable et naïf ? Qui aurait crut que ce fût cet adolescent qui changerait les journées de notre guitariste ?

Sun releva son regard, prenant un mouvement en compte. Andy s’approcha de lui. L’instant d’après, il sentit le bras de l’adolescent lui entourant les hanches avant que le jeune ne pose sa tête sur ses genoux, s’allongeant sur le lit. Souriant, Sun fixa son regard sur Andy et approcha doucement sa main de son visage. Il resta figé un instant en l’aire, avant de passer délicatement ses doigts sur la joue du jeune homme. Retraçant la forme de sa mâchoire, il suivit ses doigts de ses yeux. Andy reprit la parole. Ce qu’il allait faire ? On va laisser la vie continuer, laisser le temps au destin d’arrivé. Ou serait-ce le hasard ? La main de Sun se figea sur le menton du jeune homme et il soupira doucement, écoutant ce qu’Andy s’empressa d’ajouté. L’amour n’est pas pour les enfants. Et ? Parce qu’a 17 ans et 18 ans on était encore des enfants? Non. Sun avait déjà connu l’amour bien avant. Mais peut-être n’était-ce pas le cas de son ami. Soit. L’anglais reprit ses caresses, passant son pousse sur la pommette du jeune homme et s’humecta les lèvres, avant de répondre

« Ce qu’on va faire est incertain. Je serais peut-être près à m’engager à nouveau … » Il dévia légèrement le regard, juste assez pour ne pas voir la réaction d’Andy « Après, c’est toi qui vois. Mais … » sa voix se brisa et il ferma les yeux, soupirant légèrement. Devait-il continuer la fin de sa pensée? Vaudrait mieux pas, ça pourrait les mettre tout deux mal à l’aise. Alors, ouvrant à nouveau les yeux il sourit amicalement et, d’un mouvement de discret de sa main gauche, il signifia au jeune homme qu’il n’allait pas continuer «Laisse tomber, ce n’est pas important. »

Il gratifia Andy d’un sourire qui se voulait rassurant et, alors que son regard vairon rencontra l’ambre des yeux de son ami, Sun s’y plongea à nouveau, se laissant emporter par les sentiments. Il l’avait dit explicitement : il se sentait à nouveau capable. Capable d’aimer, de redonner sa confiance. Il connaissait bien les risques que cela représentait, il savait très bien dans quoi il s’engageait. Sun était persuadé que si leur liaison évoluait vers l’amour, il souffrirait à nouveau. Mais qui sait ? Peut-être ne serait-ce pas le cas ? Peut-être que tout se passera bien cette fois et qu’Andy ne l’abandonnera pas comme Malek ou Yume. Qui ne tente rien, n’a rien. Mais, la souffrance en valait-elle la peine ? Il n’était pas trop tard pour … arrêter toutes ses questions qui s’embrouillaient dans son esprit. Sun soupira légèrement et adoucit son regard, le déviant imperceptiblement vers la bouche d’Andy. Se mordilla discrètement sa lèvre inférieur, notre jeune homme ressentit comme l’envie insoutenable de gouter à nouveau à la douceur des lèvres de son ami, de les sceller à nouveau dans un baisé incomparablement agréable. Mais Andy ne devait pas être d’accord. Soit, Sun reporta son regard sur les iris ambre de son ami et sourit.

« Tu en penses quoi, toi ? Dis le moi, sincèrement …. »

Sa voix était douce et calme. Peut-être un peu trop calme. Quoiqu’il en soit, il garda le regard fixé sur Andy et, priant intérieurement que sa réponse sera positive, il continua d’afficher une mine calme, cachant son malaise intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Ven 4 Juin 2010 - 22:42

Peut être étais-je trop évasif ?

Moi qui n'aimais pas l'inertie, qui n'aimais jamais rester sans rien faire, sans rien imaginer, sans rien inventer.. Oui, je me surprenais à aimer demeurer là, sur ses genoux, simplement posé à le regarder. Comment se lasser d'un pareil regard ? Comment arrêter de le contempler ? C'était une affaire bien difficile..Sun me submergeait toujours il avait toujours réussi à m'emporter.. Comme une valse savait si bien le faire. Soit, les cheveux complètement étalés sur ses cuisses, je restai là, les yeux dans les siens, mon bras dans son dos. Très vite, ma main se pressa de le caresser, un geste simple et répétitif, une manière de lui montrer que j'étais toujours présent, et toujours apte à le comprendre, à l'entendre, à l'écouter surtout. Mon geste se voulait affectif et rassurant, puisque je ne savais parler sans fauter, je devais me rattraper ailleurs, je devais lui montrer à quel point j'avais besoin de lui, de sa présence, de son regard, de son sourire.. Et de son affection. Oui, je voulais compter à ses yeux, je voulais tant devenir quelqu'un d'important, quelqu'un à qui il pourrait penser quand des problèmes pointeraient leurs nez. Je m'en sentais capable, comme si tout changeait quand il s'agissait de Sun. Comme si des ailes se mettaient à me pousser dans le dos. Moi ? Au service des autres ? Non, bien sur que non.. Mais pour lui.. C'était bien différent, je pourrai tant faire pour le voir sourire. Mais ?.. Comment faire ? Comment lui prouver autrement qu'il était déjà ce genre de personnes à mes yeux ?.. Les mots étaient bien difficiles à trouver, et j'avais tant l'impression que les gestes ne suffisaient pas. Avait-il l'habitude ? Devais-je aller plus loin ? Mais que faire dans ce cas ? Y réfléchir ne servirait surement à rien, et je ne devais surtout pas perdre de mon temps à cela. J'avais le sacré désavantage d'être totalement novice, de ne rien connaître de ces sentiments.. Peut être étais-je trop évasif, trop peu précis, trop maladroit en somme.

Soit. Je soupirai doucement, baissant mon regard vers le fond du lit. Sun.. Tu étais si compliqué.. Pourquoi ne pas simplement me parler ? Engager la conversation ? Ce n'était pas quelque chose que j'appréciais, et j'avais tellement peur de son refus. Sun..Un prénom si.. Emblématique. C'était le mot. Le soleil était l'astre le plus précieux pour la terre, il lui permettait de tourner, il permettait au monde de se faire, à la vie d'exister. Mieux encore, le soleil ne donnait pas seulement la vie, il donnait de l'espoir, il donnait la lumière et réchauffer le cœur des hommes. Si la nuit était synonyme de peur et d'angoisse, alors le jour était synonyme de joie, de renouveau, d'espoir. Le soleil en était le principal acteur, toujours présent, toujours là pour briller de toute sa splendeur. Un prénom bien ambitieux en somme, mais il lui allait si bien. Si le soleil était pour tout les êtres vivants de la terre, alors j'avais mon propre astre, un petit bout de lumière rien qu'à moi, qui se caractérisait en Sun. C'en était presque logique.. Comme si ce prénom lui allait à merveille, comme s'il eut été impossible de lui en trouver un autre. Et moi, moi je souriais. Oui, et sans jamais faiblir. Je pouvais sentir ses doigts filer doucement sur ma peau, cherchant à retenir la moindre de mes caractéristiques. Sun était si doux, il était si attentionné. Mes yeux croisaient à nouveaux les siens, et je pouvais y voir le bien-être, la joie, l'enchantement.

Mon visage changea. Je repris ce ton sérieux, sans aucun sourire et penchai légèrement la tête. S'engager ? Mais de quoi parler t-il ? Et quelle était cette manie de ne jamais finir ses phrases ? Le jeune homme curieux, que j'étais, n'en était que plus déboussolé.. Je voulais savoir, je voulais comprendre, je ne voulais pas qu'il me traite en enfant comme Maman avait l'habitude de le faire si souvent. Et puis, plus rien. Juste un regard, toujours le même. Pourquoi m'infliger cela ? Pourquoi me donner tant envie pour ensuite parler de manière si..déroutante ? Non.. Puisque je comprenais... Sun n'était pas sur le même chemin que moi, il en était sur un bien moins attirant.. Bien moins plaisant aussi. Je sentais mon cœur se serrer lorsqu'un sourire vint embellir son visage une fois de plus, je ne voulais le voir ainsi.. Je ne voulais qu'il me gratifie de cette expression si ce n'était pas pour m'aimer.

Sa dernière prise de parole eut l'effet d'une bombe en moi. A tel point que mes yeux s'ouvrirent un peu plus d'un coup, et que je manquai de m'étouffer en ravalant ma salive. Ce que j'en pensais ? Mais alors.. Il n'avait toujours pas compris.. Quel enfant stupide j'étais, comment de simples gestes pouvaient remplacer des mots bien plus concrets. Sun voulait que je parle, que je mette mes sentiments sur des mots.. C'était.. Si dur.. Il me demandait ce que je craignais le plus, ce que je repoussai toujours... Soit. Mes démonstrations n'avaient pas suffit, et je devais prendre la parole, lui montrer avec des mots à quel point il comptait pour moi. Je me raclai la gorge, tentant de chercher mes mots le plus rapidement possible.

"C'est que.. Je-j'ai..hum..J'ai besoin de toi Sun.."

Mes yeux se fermèrent quelques instants avant que je ferme la bouche, restant figé quelques secondes, fixant le vide. Je me sentis rougir, de façon bien plus prononcée que tout à l'heure... C'était tellement difficile de parler ainsi.. Tellement difficile de lui montrer. Je serrai de plus en plus forts mes paupières, tel un enfant effrayé devant un film d'horreur. Sun remarquerait que tout cela était exagéré, il remarquerait surement ma peur et mon cœur qui battait plus fort que jamais.

J'étais sur et certain d'une chose, jamais je ne serai capable d'ouvrir les yeux de moi même, jamais je ne pourrai affronter son regard à nouveau. Je ne voulais pas comprendre, pas constater que je faisais fausse route, que j'étais le seul à désirer tant. Soit, je n'allais pas rester plus longtemps dans l'embarras, puisqu'un poids plutôt lourd vint me couper le souffle de manière très brutale. Je me redressai par réflexe, rouvrant mes pupilles par la même occasion. Que c'était-il passé ? Les jappements de mépris de Moon ne tardèrent pas à me faire comprendre. Le chiot s'était réveillé et apparemment, il n'aimait pas qu'on approche son maître. Je restai quelques instant les yeux rivés sur le Husky, cherchant comment agir. Puis, d'un geste peu assuré, je tapotai la tête de l'animal pour le rassurer. Non.. Je n'allais pas te piquer ton maître.. Il ne voulait pas de moi petit chien. Moon se calma, et je pris le temps de m'assoir correctement, tout en me tournant face à Sun. Un petit sourire amicale vint se placer sur mon visage. Je commençai à lui sourire sans chercher à comprendre, sans attendre qu'il le fasse pour lui répondre. Oui, Sun était un excellent professeur, et il était surement le seul à réussir un tel exploit.

"En voila un qui c'est ce qu'il veut.. Où ce qu'il ne veut pas."

Essayer de décontracter l'atmosphère ? Il était vrai qu'elle était bien lourde depuis que j'avais repris la parole. Je caressai précipitamment le pelage du chiot, avant de le porter pour le déposer sur les genoux de son maître. Moon en semblait satisfait, et posa ses pattes sur le torse de Sun avant de remuer la queue. Je pris le temps de regarder derrière moi, constatant avec amusement, que ce petit retournement de situation n'avait en aucun cas affecté le sommeil de Crumble. Non, mon petit Beagle devait être bien trop absorbé par ses rêves de chasses et de gibiers. Il était si adorable. Soit. Je reportai mon attention sur Sun et Moon. Ils semblaient si bien ensemble, tellement bien que j'avais soudainement l'impression de ne pouvoir, et surtout, de ne devoir gâcher une telle alchimie. Moon me l'avait bien fait comprendre, il ne voulait pas que j'approche trop son maître. Il devait le comprendre mieux qui quiconque, et puis, il devait ressentir ce que moi je n'arrivais pas à comprendre.

"Tu-tu voulais dire quoi tout à l'heure ? J'aimerai savoir.. S'il te plait."

Pourquoi s'accrocher ? Il m'était impossible de renoncer, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Sam 5 Juin 2010 - 20:24

Rapide. Bien trop rapide était la réaction d’Andy, lorsque Sun eu finit ses paroles. Son ami avait son regard ambre fixé sur celui de notre jeune homme, si bien qu’il pouvait très bien voir sa réaction. Les yeux écarquillé, la bouche ouverte, formant un « oh » inaudible, Andy le regardait. Hallucinait-il ? Si oui, pourquoi ? Et pourquoi le regardait-il de cette manière ? Le silence qui c’était installé avait prit une dimension importante. Bien trop importe. Il y avait, en plus, une certaine tension qui donnait l’impression d’être palpable. Désagréable. Sun voulait à tout prit briser ce silence insupportable, mais il n’était pas assez rapide. Andy lui passa devant. Parlant d’une voix hésitante, il dit doucement qu’il avait besoin de la présence de Sun. Et si s’était vrai ? Et s’il ne lui mentait pas ? Après s’être légèrement figé, notre adolescent, adoucissant les traits de son visage, afficha un tendre sourire et passa distraitement son pousse sur l’os de la mâchoire de son ami.

Il soupira ensuite, bien décider de lui répondre, mais un mouvement furtif attira l’attention de Sun, et d’Andy. Quasi en même temps, les deux adolescents tournèrent leur tête dans ladite direction. Moon était revenu à la charge, méprisant le fait qu’Andy s’était trop rapprocher son maître et que, par conséquent, celui-ci ne lui accordait plus toute son attention. Le jeune brun tapota doucement la tête du chiot, lui signifiant quelque chose qui calme instantanément l’animal, avant de se redresser complètement. Ce fut à nouveau Andy qui prit la parole. Quelqu’un qui savait ce qu’il voulait. Certes, il parlait de Moon. Mais il y avait sans aucun doute une allusion à lui, Sun, dans ses paroles. Pourquoi ? Le guitariste porta son regard vers Andy et s’apprêtait à afficher un regard suppliant, lorsqu’il sentit le poids de Moon sur ses genoux. Il porta alors rapidement son attention sur son chien, qui posa ses pattes avant sur son torse, de manière si brutal qu’il en reversa Sun. Le dos reposant sur le matelas, le poids du chiot lui coupant légèrement la respiration, l’anglais sourit amusé et passa ses doigts dans le pelage de l’husky.

Oui, il aimait son chien. Mais l’amour qu’il ressentait pour lui n’était pas comparable à la réaction de son esprit face à Andy. Essayant de se remémorer ce qu’il venait de dire, Sun structura rapidement une réponse dans sa tête, déviant le regard. Mais... quoi ? Andy était dans le droit de savoir se qu’il voulait dire, étant donné que cela le concernait en grande partie. Soupirant, Sun se redressa, obligeant ainsi Moon à sauter à terre, reporta son regard sur le visage de son ami et esquissa un léger sourire

« Ce que je voulais te dire est simple dans mon esprit, mais compliqué à dire par des mots. » Se redressant d’avantage, il s’approcha d’Andy et leva sa main. La posant sur le visage du jeune homme, Sun dévia le regard, le fixant sur l’espace entre lui et son ami. « Je n’aime pas dire ‘je t’aime’ de manière si précipité. Mais … » sa voix se brisa et il se mordilla légèrement sa lèvre inférieur. Pourtant, bien décidé de ne rien cacher à Andy et, prenant son courage à deux mains, il releva son regard, le fixant dans celui du jeune homme. Son pouce caressant doucement la pommette de l’adolescent, Sun reprit « je tiens énormément à toi et à vrai dire je … pense beaucoup à toi et à la manière donc s’est déroulé notre dernière rencontre. Et puis, je ne pense pas qu’une rencontre qui se fini avec un échange de baisé ne peut être oublié aussi rapidement. » Sun esquissa un sourire amusé et abaissa lentement sa main. Glissant ses doigts sur sa peau douce, il lui empoigna délicatement l’épaule et plongea plus intensivement ses regards vairons dans l’ambre des yeux d’Andy « J’espère qu’il y va de même pour toi. J’ai besoin de ta présence, maintenant plus que jamais … »

Alors, prenant à nouveau la chance qui se présenta à lui, il laissa glisser sa main le long du bras du jeune homme jusqu’au niveau de son coude, avant de lever doucement sa main gauche. Entourant les épaules d’Andy, il la posa au milieu de ses omoplates et attira son ami contre lui. Il posa son menton sur l’épaule du jeune homme et l’attira un peu plus contre lui. Fermant les yeux, l’anglais lui caressa tendrement le dos et soupira d’aise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Lun 7 Juin 2010 - 16:32

Je sentis de nouvelles larmes me monter aux yeux.

Être seul dans un endroit aussi peuplé et fréquenté que la Kobe High School était surement l'un des privilèges les plus enviables. Chaque élève avait souhaité un jour se retrouvé seul, chaque personne fréquentant ces lieux avait espéré pouvoir s'attarder dans sa solitude, trouver le temps de se parler à soi même, de se questionner sur sa propre évolution et sur sa façon d'agir.. Il y avait tellement de sujets qui pointaient leur bout de nez quand on se retrouvait seul. Non, la solitude n'était pas signe d'ennui, et elle était bien utile souvent, tellement redoutée et demandée à la fois.. La solitude était un doux paradoxe, et rare étaient les personnes aptes à savoir la doser pour ne pas en souffrir. J'étais de ces gens. Et pourtant, pourtant je ne désirai en aucun cas être seul.. Je voulais qu'il reste, qu'il soit près de moi pour toujours. Comment le garder ? Comment faire en sorte de ne pas le laisser partir ? Cela m'était impossible. Je ne pouvais pas le retenir, je n'avais pas le droit de le forcer à me désirer. Tout ce que je pouvais faire, c'était de plonger mes yeux dans les siens, je devais essayer de le noyer dans me regard, de lui faire oublier tout ce qu'il pourrait faire s'il n'était pas coincé dans cette chambre avec moi.. Sun paraissait être quelqu'un de fort, de vif, de remuant. Il était surement mieux dehors, là où il pourrait courir, s'amuser et vivre des choses bien plus trépidantes. Resté enfermé à l'intérieur avec un autre garçon, aussi maladroit et indécis, devait être quelque chose de bien désagréable par apport à toutes les activités qu'il devait adorer.

Alors pourquoi m'éloigner de lui ? C'eut été un geste complètement stupide et irréfléchis de lui donner une si belle occasion de se défaire, de pouvoir se lever et quitter la pièce. Mais la proximité devenait lourde.. Comme si je n'avais plus le droit de le retenir grâce à mes gestes, que je devais voir s'il resterait malgré que je ne sois plus là physiquement pour le retenir. Sun... S'il te plait... Et cela devait bien se lire dans mes yeux qui cherchaient ton regard, s'il te plait reste, dit moi que tu es comme moi, dit moi que tu as besoin de moi, dit moi que je compte pour toi. Non, tu étais bien trop occupé avec Moon pour le voir, bien trop concentré sur ton chien pour comprendre à travers mes yeux ce que je n'arrivais toujours pas à formuler.

Je baissai le regard. Forcé de constatai que Moon retenait bien plus son attention que je n'étais capable de le faire. Quel âne bâté.. J'avais tant voulu y croire que je m'étais piégé moi même, me laissant bercer par de douces illusions. Le monde était cruel, et Maman avait bien raison, ces genres de sentiments n'étaient pas fait pour une jeune garçon. Mais ils étaient tellement tentant, et je ne pensais pas qu'on puisse m'en vouloir d'avoir essayé. Sun était une personne des plus attirante après tout, et je ne devais pas être le seul à avoir été charmé.. Je n'étais pas celui qui le charmerait par contre, c'eut été bien dommage. Après tout, je devais être plus jeune et surtout, surtout si peu connaisseur, et cela ne devait pas être fort plaisant de se trouver en face de la personne que j'étais. Pour cette situation du moins. Soit. Si je devrai te laisser tranquille, alors je le ferais Sun.. La place que tu prenais était plus importante que tout, je ne pouvais en aucun cas te blesser. Je sentis de nouvelles larmes me monter aux yeux. Des différentes. Les premières avaient été si agréable, comme si pleurer était un acte de joie, comme s'il ne représentait plus la tristesse mais plutôt des émotions nouvelles et grandissantes.. Non, ce n'était plus les même, et je souffrais déjà à l'idée de te montrer ma tristesse, encore une fois.

Étrangement, je n'en eus pas le temps.Trop absorbé par me propres pensées, je ne remarquai même pas que tout avait changé, que Moon était reparti à terre et qu'il nous observait, sagement assis, et que Sun s'était approché à nouveau. Sa prise de parole me fit relever instinctivement ma tête, refoulant ainsi les larmes qui n'allaient pas tarder à couler. Je préférai. Il ne devait pas croire que j'étais faible, il ne devait pas penser que j'étais dépassé par la situation, que je ne savais que faire, comment agir. Non, Sun devait avoir, devant lui, une personne sure d'elle, une personne qui savait réagir et qui savait contrôler ses émotions. Je devais être faux, je devais lui mentir pour mon propre bien. Quel acte égoïste.. Mais je me devais. L'idée de le perde m'était bien trop insupportable et j'avais presque l'obligation de faire en sorte que ça n'arrive pas. Si Sun voulait d'un individu assuré et téméraire, alors j'allais le devenir. Le regard encore hésitant, je plongeai mes yeux dans les siens, certain qu'il n'allait pas tarder à reprendre la parole. Oui, j'étais là, et oui je t'écoutai. Quelques instants, mes yeux fixèrent cette main qui se rapprochai. Un contact encore ? Oh.. Mais Sun ne désirait pas partir ? J'avais raisonné pour rien ? Je m'étais attristé dans réellement comprendre la situation ? Pas le temps.. Non, Sun parla de nouveau, et j'avais perdu ses yeux. Quelle idée de s'attarder sur ses gestes, alors que des pupilles me disaient tant de choses. Soit. Je fixai son visage, cherchant à déceler la moindre faille, le moindre regard en ma direction. Je voulais fermer les yeux à nouveau, je voulais tant me laisser aller à la caresse de son pouce sur ma joue chaude.. Mais Sun avait relevé les yeux, et il était bien plus important de le fixer à nouveau. Sans comprendre, je souris de nouveau. Tu tenais beaucoup à moi ? Et c'était tellement réciproque. Sun, je me sentais capable de désobéir pour toi, je pouvais éloigner Maman pour pouvoir t'avoir. Ses parole était si douces que mon sourire resté sur mon visage. Oui, un véritable sourire, un large, un bien expressif comme je rêvais tant faire un jour. Je ne parlai pas, préférant ne pas le couper dans son élan. S'il en était de même pour moi ? Bien sur que oui.. Devais-je réellement répondre pour lui faire comprendre ?

"Je.."

Coupé dans la foulée. Pour une fois que je n'avais pas hésité, Sun avait fait en sorte que je ne réponde pas, ou du moins pas tout de suite. Il agit. Oui, et ces mouvements se voulaient précis, comme à chaque fois. En moins d'une dizaine de secondes, je me retrouvai dans ses bras. De manière très prononcée. Ce n'était pas une accolade anodine non, une véritable embrassade. Si bien que je n'avais pas le choix, mes bras se retrouvèrent dans l'obligation s'entourer son cou, cherchant par ailleurs à resserrer d'avantage notre étreinte. Après quelques minutes sans aucun gestes, sans aucune paroles, ma main droit lâcha mon poignet gauche et vint délicatement lui caresser ses cheveux ébènes. J'étais prêt. J'avais bien réfléchi, j'étais soulagé et bien décidé à lui répondre.

"On est d'accord la dessus alors.. Je suis plus qu'heureux de constater que tu partages ce que je ressens.. C'est... En fait, c'est pas tellement explicable, excuse moi."

J'approchai son visage du mien, grâce à ma mains posée sur sa tête, avant d'y déposer un léger et furtif baiser sur sa joue. Souvenir de notre première rencontre ? Surement. C'était le premier geste affectif que je lui avais donné, il était alors devenu bien particulier. Sans trop attendre plus, je me défaisais de son étreinte, prenant soin de calculer mes moindres gestes pour ne pas être trop brusque. Esquissant un rapide sourire, je me levai, et me dirigeai vers mes affaires. Je n'étais pas une personne des plus ordonnée, mais il avait une chose dont je prenais toujours soin. Mon appareil photo. Je ne mis pas bien longtemps à le trouver, réveillant Crumble par la même occasion. Une idée me vint. Je pris la chiot d'une main, et l'emmena près de son ami. Moon en semblait ravi, si bien que les chiots se mirent à gesticuler de suite. J'esquissai de suite une mine boudeuse, soufflant et plissant les muscles de mon visage.

"Ah mais non ! Vous devez être sage pour la photo !"

Élever la voix ne servait à rien. Les chiots continuèrent à se défier, à se mordiller légèrement les oreilles et le cou. Soit, je les prenais ainsi en photo, constatant par la suite qu'il était bien plus agréable de les avoir naturels. Je m'assis à terre pour en prendre d'autres, avant de finir allongé sur le ventre. Il était encore plus amusant de les prendre à leur hauteur. Souriant de plus belle, je basculai ma tête vers Sun, toujours assis sur le lit.

"Tu veux en faire quelques unes aussi ?.. Et puis, tu veux qu'on en prenne à deux ?.. Par contre, je les mettrai pas dans l'album.. Maman serait bien fâchée."

Lui parler de Maman ? C'était surement trop tôt et j'espérais qu'il ne relève pas cette dernière parole. Soit. L'idée des photos devrait occuper assez son esprit pour lui faire oublier, essayant de paraître naturel, je continuai de photographier les deux chiots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Mer 9 Juin 2010 - 9:48

Changer de sujet, fuir. Tel était la meilleure manière afin de cesser de penser et repenser à cette merveilleuse rencontre. Andy savait comment agir. Sans prévention il s’était levé et avait fouillé rapidement dans ses affaires pour en sortir un appareille photo. A la vue de l’objet, Sun avait esquissé un sourire, visiblement amusé. Andy s’était ensuite retourné vers lui et s’était diriger vers les chiens qui jouaient maintenant au pied du lit. Jugeant une fois avoir une position adéquate, il commença à mitrailler les animaux. Sourire éternel sur les lèvres, Sun avait enlevé ses chaussures pour pouvoir replier ses genoux et s’asseoir en tailleur sur le lit.

Mains reposant tranquillement sur ses jambes, il observa son ami changer de position pour se retrouver finalement couché à terre. Sun secoua légèrement la tête, pensant qu’Andy avait le profil pour être photographe. Mais, tout en observant amusé cette scène, il repensa à ce que le jeune brun avait dit juste avant. Apparemment, bien qu’il soit très heureux par la tournure que leur rencontre avais prise, lui aussi ne savait pas comme se l’expliquer. Ne t’inquiète pas Andy. Je crois que je te comprends. J’en suis même quasiment sûr. Sun se remémora ensuite, que son ami lui avait déposé un baisé sur la joue. Alors, relevant doucement son bras gauche, il déposa sa main sur sa joue, à l’endroit même où les lèvres d’Andy l’avaient effleuré. Se caressant légèrement la pommette afin de retracer la position des lèvres de son ami, Sun sentit un frisson lui parcourir l’échine. Il ferma un instant les yeux et laissa retomber lentement sa main, la reposant sur son genou. La voix d’Andy le sortie à nouveau de ses pensée. L’anglais ouvrit les yeux et porta son regard sur le jeune homme. Faire des photos ? Je crois que tu es bien plus doué que moi pour ça … mais ce fut surtout la deuxième proposition qui retint son attention. Une photo avec lui. Sun ne pouvait qu’accepter cette proposition.

Ainsi donc, dépliant ses genoux, il posa ses pieds sur le carrelage et tressaillit légèrement lorsqu’il sentit la fraicheur sous la paume. Mais, n’y prêtant pas d’avantage attention, il se dirigea vers Andy et s’accroupi devant lui. Moon était trop occupé de chercher à se mordre sa queue qu’il ne remarqua pas la venue de son maître. Ce fût Crumble qui, queue frétillante, vint à la rencontre de Sun. L’anglais lui tapota légèrement la tête et lui caressa le pelage, avant de reporter son attention sur Andy :

« Une photo, toi et moi ? Avec plaisir ! »

Esquissant un sourire sincère, il s’approcha de son ami et entoura ses épaules de son bras, l’attirant contre lui afin de prendre une première photo ‘normale’. S’en suivit une série de photo-fun : grimace en tout genre, impression de dispute entre les deux jeune hommes, Moon et Crumble qui leur sautait dessus et les faisait tomber les attaquant à coup de léchouilles. Tout cela dura une bonne quinzaine de minutes et s’était fini en fou rire lorsque Sun avait haussé la voix sur Moon et que ce fut Crumble qui prit un air penaud comme si on venait de l’engueuler, lui. Soupirant d’aise, Sun s’adossa contre le lit et regarda Andy qui tentait de raisonner son chien. Souriant, l’anglais se redressa et se pencha un peu en avant, tendant son bras droit vers l’appareille photo.

« Je peux voir les photos ? »

Andy s’empressa d’acquisses et lui tendit l’objet. Tout en regardant les innombrables images d’eux deux et des deux chiots, Sun structura rapidement des paroles dans sa tête. Andy n’avait pas l’air d’être le genre de jeune homme qui avait l’habitude de l’amour, pour ne pas dire ‘pour qui l’amour était complètement inconnu’. Et Sun avait déjà bien trop souffert de séparations. Il avait certes accepté Andy, s’étant prit d’un sentiment bien plus fort que de l’amitié de ce jeune homme. Il n’en demeurait pas tant qu’il se devait de lui poser quelques limites à ne surtout pas franchir. Si Andy venait à passer au delà de cette barrière, Sun n’hésitera pas longtemps. Soit, il se mordilla légèrement la lèvre inférieur avant de s’arrêter sur une des photos et, souriant, il rendit l’appareille à son propriétaire, mettant l’image bien en évidence

« Si tout pouvais me la faire développer celle-là, ce serait super gentil de ta part ! »

Il attendit qu’Andy ai reprit l’objet avant de reposer son bras gauche sur ses jambes, soulageant ainsi le début de douleur qui commençait à se former au niveau de son coude. Se massant doucement l’endroit endolorie, il prit un air un peu plus grave, moins joyeux et reprit la parole:

« Je ne sais pas par où commencer et j’ai peur que tu puisses m’en vouloir. Mais … » Il se mordilla légèrement l’intérieur de la joue, cherchant ses mots. Il reprit « Mais il faut que je te le dise. Je ne sais pas si tu as déjà eu des amants dans ta vie, mais moi j’en ai déjà eu plus d’un. Et la séparation est souvent très douloureuse, même si s’est toi qui décide de te séparer de lui. » Il inspira profondément et fixa son regard sur Andy « Le pire, c’est quand ton amour aille voir ailleurs, se laisse charmer par d’autre jeune homme. J’espère que tu puisses comprendre que je n’ai pas envie que tu fasses ça. Oui, ça fait très possessif, mais je pense qu’en matière d’amour je suis assez, disons voir ‘ouvert’. Tu peux avoir des amis, des connaissances, des meilleurs amis, des camarades, tout ce que tu veux, je ne dirais rien tant que ça reste dans ses limites. Mais, si une relation d’amitié avec un autre se développe en une relation amoureuse comme la notre, je ne sais pas ce que je ferais. » Il dévia le regard et joua distraitement avec un pli de son jeans « Je vais sans doute te paraître bien égoïste mais … je n’ai pas envie de souffrir comme avant »

Reprenant son courage, il releva doucement son regard, espérant qu’Andy ne réagisse pas mal à ses explications ….

« J’espère que tu me comprends … »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Jeu 10 Juin 2010 - 16:34

C'était bien trop prenant.

Se concentrer, je devais à présent me concentrer pour ne pas lui laisser entre-voir mon malaise. Pourquoi lui parler de Maman ? Il était bien trop tôt. Je ne voulais pas qu'il sache, qu'il soit effrayé par sa rigueur, qu'il se sente rejeté aussi. Dans tout les cas, j'allais devoir mentir. Mentir à Sun et à Maman. Elle ne voudrait jamais de lui. Maman pensait que je ne pouvais pas m'attacher, qu'il me serait bien difficile de me lier.. alors d'aimer ? Non, elle m'en voudrait, m'expliquant encore et encore que je me trompais, que Sun était mauvais, qu'il n'était qu'une nuisance dans mon cheminement vers la pureté. Et je ne voulais pas. Non, il m'était impossible de renoncer à Sun. Impossible de vivre autant de temps dans la même pièce que lui sans profiter de sa chaleur, de ses mains, de ses lèvres... Rien que d'y penser.. Sun avait pris tellement de place en si peu de temps.. C'en était incroyable. Oui c'était le mot exacte, pas du tout effrayant. Et si j'avais pu avoir peur de l'avenir, de mes sentiments, je savais bien à présent que je devais y croire, que je devais aller vers lui et me rapprocher encore plus. Et je mentirai à Sun.. Oui, et sans réellement le vouloir. Ou lui cacher la vérité plutôt ? Comment pouvait-il comprendre de toute manière ? Je me mettais à me questionner.. A mesure où les jours avançaient, je sentais que je m'éloignais de Maman.. Les autres étaient si différents de ce qu'elle m'avait raconté.. J'avais même trouvé une fille avec qui j'étais capable d'engager une conversation sans la frapper, sans la haïr, sans en être dégouté totalement. Bien sur que je croyais en la pureté, que je savais que les filles n'étaient pas de bonnes personnes.. Mais je me modérai, et je modérai les propos de Maman. Elle était peut être trop stricte, et ne voyait aucune exceptions. Je commençai à les voir, je commençai à comprendre ce qu'était la vie en communauté. Maman m'en voudrait, mais elle ne pouvait réellement me contrôler entièrement. Une chose était certaine, tout irait bien, tout irait bien tant que je gardai tout cela pour moi.

Je devenais nostalgique ? Non.. Juste un peu pensif alors que les chiots s'amusaient tant. Heureusement pour moi, mon occupation me permettait de m'évader sans que cela ne se puisse se remarquer. Et alors que je pensais à tout cela, je prenais quelques photos sans réellement y faire attention. C'est Sun qui m'en sorti totalement. Je fus pris d'un léger sursaut en m'appercevant qu'il s'était rapproché si vite, s'affairant à caresser le doux et court pelage de Crumble. J'hochai une fois la tête, avant de sourire timidement, inclinant légèrement mon cou vers l'avant. Il m'était impossible de penser à autre chose une fois la petite séance photo engagée. Non, c'était bien trop prenant, bien trop amusant. J'étais heureux. Tout simplement.

Sun se tenait près de moi, et j'arrivai à me contrôler, j'arrivai à respirer normalement, à garder un visage d'une couleur normale, à dompter mes gestes alors que nous bougions souvent. La première photo fut surement la plus simple. Si bien qu'elle me rappela fortement celle que j'avais prise avec Kanon. Sun avait déplié son bras sur mes épaules et il avait sourit, tout comme l'autre jeune homme. Instinctivement, ou plutôt par réflexe, j'avais eu la même réaction, un air étonné, fixant les yeux vairons de celui qui faisait battre mon cœur. La suite fut bien plus réjouissante. Je me retrouvai le visage plongé dans la chevelure ébène de Sun, ou bien me faisant une moustache avec mes mèches qui descendaient sur les côtés de ma figures. Sun fit semblant de me réprimander, si bien que l'envie me prit de jouer les grands méchant à mon tour. C'était tellement amusant, tellement distrayant ! Et puis, comme cela ne devait pas suffire, Moon et Crumble vinrent se joindre à notre petit jeu. Les deux chiots s'empressèrent de nous grimper dessus, alors je posai l'appareil photo sur un petit meuble, juste à la bonne hauteur, et l'enclenchai en mode "Rafale." Il m'était beaucoup plus aisé de bouger avec les deux mains de libres ! Je m'amusai à mette Crumble sur ma tête, constatant très vite que l'idée pouvait s'avérer très mauvaise. Le chiot se débattit très vite, si bien qu'il me griffa à la joue sans réellement le vouloir. Soit. Jamais je ne pourrai en vouloir au Beagle pour si peu, Je le reposai juste à terre, profitant de cet instant de liberté pour déposer furtivement mes lèvres sur celles de Sun.. Calculant mentalement le déclic d'une prise de photo. Moon aussi faisait ses propres bêtises, et apparemment, Sun était beaucoup moins indulgent. Je souris en constatant que Crumble prit les remontrance pour lui avant de le rassurer en le prenant dans mes bras et en frottant mon nez contre son museau, chose qu'il affectionnait particulièrement.

"Calme toi Chump.. C'est même pas toi le fautif !"

Sans réellement me comprendre, mais en appréciant mon ton doux et calme, Crumble se mit à aboyer joyeusement avant de trépigner pour m'indiquer qu'il serait mieux à terre. Puis, Sun réclama l'appareil, désirant voir les précieux clichés. Je m'empressai de lui donner, restant assis à terre, les jambes replies sur mon torse, les mais se rejoignant et entourant ses dernières. En silence, et tout en souriant, je l'observai. Sun semblait si absorbé sur les photos, je pouvais à nouveau le regarder, apprendre ses courbures, envier ses lèvres et sa peau aussi douce qu'une pêche. Mes yeux ambrés s'attardèrent davantage sur les mains du jeune homme. De très jolies mains. Très fines, et si douce au toucher. Soit. Sun me sortit à nouveau de mes contemplations en me rendant mon appareil photo. J'acquiesçai en hochant vivement la tête, m'attardant quelques secondes sur la photo choisie. Une des dernières.. Des plus naturels et bien simple. Sun et moi en plein fou rire, lui appuyant légèrement ma tête de sa main. Une photo adorable, il avait très bon goût.

Je relevai ma tête en direction de Sun, quand il se mit à parler. Il avait quelque chose à me dire ? Étrange.. Sa voix.. Sun semblait à la fois inquiet et déterminé à m'expliquer certaines choses. Me visage reprit un ton neutre, et mes yeux fixèrent les siens. Je l'écoutai tout simplement, cherchant à comprendre la moindre de ses paroles, la plus petite explication. Une fois qu'il eut terminé, je me surpris d'avoir ouvert ouvert a bouche. Pourquoi ? Pourquoi me parler de telles choses ? C'était tellement inattendu.. Sun avait peur de souffrir ? Mais nous ne soufrions pas ! Et jamais je ne voudrai le voir mal par ma faute. Soit. Il était bien plus expérimenté, et je me devais de prendre en compte ses recommandations.

"Je n'ai quasiment jamais rien ressenti pour les autres.. Hormis de la peur ou de la haine.. Alors de là à éprouver ce que je ressens en ta présence, je ne pense pas que ça puisse arriver.. Sun..Je crois que tu es loin d'imaginer.. Ma façon de vivre."

Je me tue un instant et serrais les poings. Je parlai toujours trop vite, là était mon plus gros défaut. Soit, j'allais me rattraper, cherchant à le rassurer, le gratifiant d'un sourire sincère. Je devenais lucide ? Lucide sur ma condition et ma différence des autres ? Non. J'en avais toujours était conscient, j'avais toujours cru être à part, être tellement pur et au dessus des autres. Si j'avais toujours été clairvoyant sur ma différence, je me rendais compte qu'elle n'était peut-être pas celle que je croyais. C'était impossible, Maman avait raison, elle ne pouvait pas se tromper ainsi, elle pouvait exagérer, mais jamais je ne pourrai penser autrement, penser que le monde n'est pas divisé en deux camps, penser que les filles... Les filles étaient Impures, c'était tout.

"Je veux dire..Enfin, ce n'est rien. Je comprend oui, je t'aimerai et tu seras le seul Sun.. Tu es le seul à me rendre si heureux..Et bon, ça se voit, tu es le seul qui me fait sourire."

Comme pour le rassurer un peu plus, je m'approchai de lui, m'adossant à mon tour contre le lit. D'un geste éloquent, je le forçai à se blottir contre moi, un bras posé sur son épaule, la main posée sur sa hanche, l'autre main caressant doucement ses cheveux. Seulement lui ? Non, bien sur que non. J'appréciais tellement ses moments. Sans un mot de plus, je soupirai de bonheur, déposant affectueusement un baiser sur sa chevelure ébène. Sun.. Tu m'étais tellement inestimable, je désirai simplement te rendre heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Ven 11 Juin 2010 - 23:03

Déconcertant. Bizarre. Incompréhensible. Comment ne pas réagir face à ce genre de propos? Ne ressentir que de la haine ou de la peur face aux autres ? Pas même de l’amitié? Non, Andy devait exagérer. Ou était-ce réellement le cas ? A vrai dire, Sun ne connaissait rien sur ce jeune homme, mis à part le fait qu’il se sentait bien en sa présence. Il faut dire aussi, qu’ils ne s’étaient rien demandé sur leur passé respectif et l’anglais aurait été bien incapable de parler de son vécus à Londres à Andy, qui restait tout de même encore un inconnu. Plissant légèrement les yeux, notre jeune homme fixa son attention sur l’adolescent, comme s’il tentait de le sonder, en découvrir plus sur lui, sans de lui demander. Savoir lire dans les pensées des autres ? Si seulement ce pouvoir existait. Sun pourrait alors avoir ce qui se passe dans la tête de son amant, il pourrait fouiller son esprit à la recherche d’indices et pourrait ainsi évité pas mal d’embrouilles. Soit, on n’était pas dans un roman ou un film fantastique, nous étions dans la réalité et notre jeune homme n’avait pas d’autre choix : s’il voulait découvrir et connaître Andy, il se devait de devenir plus intime avec lui, s’approché doucement, lui faire comprendre ce qu’il désirait, sans le brusquer pour autant. Mais il avait encore toute année, voire plus, pour découvrir les secrets que refermait ce jeune homme.

Pour l’instant, ce fût Andy que s’approcha de lui. Déposant un bras autour de ses épaules, l’autre main allant chercher sa hanche, il l’obligea à se blottir contre son corps. Le cœur de notre jeune homme s’emballa, comme à chaque fois qu’Andy le touchait. C’était impensable et pourtant si agréable. Sun tourna son visage vers l’adolescent, et se figea, écarquillant légèrement les yeux. Le visage de son amant était maintenant si près du sien, qu’il lui suffisait de s’avancer afin de l’embrasser. Alors, souriant tendrement, Sun céda à la tentation. Attendant quelques instants, jugeant le bon moment, il s’avança et alla chercher le bonheur sur les lèvres d’Andy. En même temps il leva sa main et prit celle du jeune homme qui reposait sur ses cheveux, dans la sienne, l’obligeant à lâcher prise. Il abaissa doucement son bras, entrainant celui du jeune homme avec lui, avant de la déposer délicatement sur sa cuisse, caressant tendrement le dos de la main d’Andy. Le bras gauche de Sun alla entourer les hanches du jeune brun, l’attirant légèrement contre lui. Passant tendrement sa main sur le t-shirt de l’adolescent, Sun remonta doucement vers ses omoplates, dessina le contour de ses épaules et laissa retomber sa main en effleurant le torse d’Andy, tout en se détachant lentement. Il arrêta la descente de sa main et la garda posé sur la poitrine de son amant, à l’endroit où se trouvait son cœur. Se reculant un peu, Sun plongea son regard dans les yeux du jeune homme. S’y noya et sourit. Tout simplement. Les deux adolescents restèrent ainsi durant 5 secondes, 5 minutes ou 5 heures. Sun en oublia la notion du temps, se concentrant pleinement sur la réaction d’Andy.

Mais, un picotement de douleur, l’obligea à se détacher pleinement de son amant. Le fait de garder son bras levé aussi longtemps lui demandait encore pas mal d’effort et son articulation avait commencé à le lancer, lui signifiant qu’il était grand temps de se reposer. Repliant doucement son bras, il ferma un œil et grimaça en sentant la douleur s’intensifier. Il soupira légèrement et se redressa. Prenant appuie de sa main droite sur son genou, il se releva doucement, bras gauche serrer contre son torse et s’assit sur le lit. Soupirant, il ferma les yeux et se massa doucement son coude, tentant de reprendre ses esprits. Il inspira plusieurs fois profondément, se remémorant l’exercice que Kantaro lui avait fait faire durant leur rencontre nocturne. Il sentit rapidement comment il se détendit, ainsi que la douleur qui diminuait.

Il ouvrit à nouveau les yeux et porta son attention sur Andy qui le regardait. Souriant, il essaya de lui signifier que tout allait bien, avant de se redresser doucement et dévier le regard. Il le porta sur sa guitare qui reposait dans sa pochette contre l’armoire. Autre soupire.

« Le jour où je pourrais à nouveau jouer sans encombre et sans ressentir cette putain de douleur, n’est pas encore venu … » dit-il doucement, comme pour lui-même.

Injuste. Tel était le mot réel. Car oui, jouer de la guitare était sans doute ce qui lui manquait le plus. Ce bonheur intense qui le submergeait, à peine eu-t-il effleurer les cordes et qui, résonnant, laissaient entendre le plus beau des sons, cette allégresse qui l’emplissait lorsque ses doigts agiles changèrent de position sur le manche, ce bien être si important pour lui qu’il ressentait en commençant à chanter, tout cela lui manquait horriblement. Certes, il avait Andy maintenant qui pouvait à lui seul lui procurer autant de bonheur, mais il y avait constamment un petit vide en lui qui ne pourra qu’être comblé lorsqu’il reprendra son instrument. Il pouvait jouer sept heures par jour, rien de l’arrêtait. Vous l’aurez comprit, il était passionné.

Soit. Revenons au présent. Sun soupira à nouveau et se leva, se dirigeant vers l’armoire. Il porta sa guitare jusqu’à son lit et sortie l’instrument. L’inspectant rapidement, il déposa sa chère guitare sur le lit et repartie cherché le support qu’il déplia tant bien que mal d’une main, avant d’y déposer son instrument dessus. Il se recula légèrement, soutenant son bras gauche de sa main droite et esquissa un petit sourire, satisfait. Avant de se tourner vers Andy, l’interrogeant du regard et s’approcher de lui :

« Au Fait, Andy » dit-il calmement, une once de joie se faisant entendre dans sa voix « je ne connais vraiment rien de toi. »Il s’installa à nouveau sur le lit à côté d’Andy « Tu as des passions ? Genre la musique, la peinture et je ne sais quoi d’autre ? »

Premier essais d’en connaître plus sur le jeune homme ? Sans doute. Aussi, espérait-il secrètement que son amant partage la même passion pour la musique que lui ? Surement aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Mar 15 Juin 2010 - 16:09

Je n'y pouvais rien.

De petits instants pour de grand moments de bonheurs. C'était ce que je ressentais à ses côtés. J'étais si distant habituellement, cherchant toujours à éviter le contact, à laisser une certaine distance entre ma personne et les autres. Oui, j'avais énormément besoin de mon espace vital, j'avais besoin de me sentir protéger des autres, de leurs regards, de leurs mains de leurs sourires. Mais ici ? Ici c'était tout le contraire. Je cherchais son contact, je le voulais si proche de moi, si intime. Je voulais sa peau contre la mienne, son souffle chaud me faisant doucement frissonner, et son regard.. Je ne voulais pas fuir, non, au contraire, je voulais tant le regarder, tant comprendre ce qu'il pouvait ressentir. Après tout, j'étais égoïste. Sa présence me faisait du bien, alors je la réclamai. Soit. Sun ne semblait pas s'en plaindre, et je n'avais jamais imaginé que ce sentiment puisse être aussi personnel. J'agissais pour moi même, pour me rendre mieux, pour me satisfaire. Mais ce n'était pas tout. Non, et je le savais bien. Je m'étais engagé pour quelque chose, je m'étais engagé à ne plus être qu'un, à ne plus penser que pour moi même. Oui, si Sun allait être ma moitié, je me devais de penser à lui, de m'interroger sur ses besoins et ses envies, de m'inquiéter de son devenir. Étrange chose.. Comment deviner ce qu'il pourrait désirer ? Comment savoir quand il aurait besoin de moi ? Je me posai bien trop de questions surement.. Puisque j'étais si novice, j'allais apprendre, et je ne pouvais lire ou écouter Maman pour cela, non, je devais vivre, je devais vivre des expériences pour mieux comprendre, faire des erreurs pour avancer. Quel étrange concept. Faire des erreurs pour s'améliorer ? Après tout, ce n'était pas si bête. Me tromper me permettrait ne de plus m'égarer par la suite, et même s'il était préférable de ne jamais se méprendre, je savais que j'avais fait des erreurs par le passé, Maman me l'avait..bien fait comprendre.

Sun semblait aimer contrôler. Il ne tarda pas à nous changer de position, surtout pour avoir plus d'emprise. Foudroyé. J'étais toujours autant transporté quand il déposait ses lèvres contre les miennes. Mon corps entier se crispait, comme s'il m'était incapable de le bouger par moi même. Je relevai ma main de libre pour pousser légèrement les quelques mèches gênantes. Je devrai me faire couper les cheveux.. J'aimais les savoir présent, mais c'était les filles qui les portaient long, et jamais je ne voudrai leur ressembler. Soit, ce n'était pas le moment d'en discuter, je me laissai juste faire, certain que Sun était bien plus expérimenté que moi pour ce genre de choses. Nos yeux se croisèrent de nouveaux et je lui souris. Il ne dut même pas le remarquer, puisqu'il était bien trop occupé à se plonger dans mon regard d'ambre. Cette insistance me fit rougir, comme si je refusai encore qu'il me transperce de part en part. Sun.. Tu avais le droit de me regarder, mais tu ne pouvais me voir réellement. C'eut été impossible que je te laisse voir la peur, la haine qui envahissait mon corps si souvent. Non, je voulais lui montrer le meilleur de moi, je ne voulais pas qu'il sache à quel point je pouvais être mauvais, à quel point je pouvais m'emporter lorsque la situation m'échappait. Il n'avait pas le droit de savoir, et surtout, il n'avait pas besoin de voir cette partie sombre de ma personne. Je devais me masquer, faire en sorte qu'il ne voit que le meilleur. Était-ce réellement ce que je devais faire ? Je ne savais. Dans tout les cas, je finirai par découvrir si j'avais choisi le bon chemin.

Je soupirai de soulagement, fermant doucement mes yeux. Il avait rompu le contact, et bien que cela m'attristait, j'en étais satisfait. Ne faire que se coller l'un à l'autre ne devait pas avoir que du bon, et je savais aussi qu'il nous faudrait parler, qu'il nous faudrait faire certaines activités ensembles. Les agrémenter de douceurs et de câlins était un plus, je ne devais pas uniquement me concentrer la dessus. Justement, et bien malheureusement, Sun souffrait encore. Et même s'il ne désirait pas me le montrer, je voyais bien que son bras lui faisait mal. Il préférait se retirer pour calmer la douleur qui devait grandir, et c'était préférable. Je ne savais comment agir, alors je n'allais rien faire, le laisser déterminer lui même ce dont il avait besoin était surement ma meilleure action.

Il avait si mal ? Ses mots étaient durs, assez vulgaires même.. Je me retenais toujours d'utiliser ce genre de parole, comment employer des mots si vilains ? Sun devrait réellement souffrir, et cette idée me fit mal au cœur. Je n'y pouvais rien, et en réalité, je ne savais rien. Pourquoi avait-il le bras cassé ? Comment avait-il fait pour briser des os si solides ? C'était l'une des choses que j'ignorais.. Et en réalité j'ignorais tant de choses.. Il y a quelques secondes de cela, je n'avais même pas fait attention à l'instrument qu'il avait apporté avec lui. Un guitare ? Il en jouait donc ? Je me contentais de le regarder se mouvoir, restant assis à terres, les jambes croisées et les mains tenant mes pieds. Sun sortit de l'étui une guitare, qui me semblait bien quelconque, avant de la ranger sur un support. Il reprit la parole, me questionnant sur mes propres passions. Je regardai vite fait mes pieds, cherchant mes mots, cherchant aussi quoi répondre.

"On ne peut pas réellement parler de passion.."

Je relevai la tête avant de lever mon corps entier, en prenant appui sur la lit. M'asseyant à ses côtés, les bras reposant sur les draps.

"Maman a essayé de m'apprendre le Piano. Mais je n'ai pas la fibre artistique apparemment.. Je n'ai jamais rien compris. J'aime danser, j'aime énormément danser des valses et ce genre de choses.. Et sinon.. Je dois dire que je n'ai pas beaucoup d'activités, Maman ne trouve pas que c'est tellement bon de faire trop de trucs."

J'haussai les épaules en souriant niaisement. Pour moi, c'était normal, je passai la plus part de mon temps avec Maman et elle avait prit l'habitude de tout contrôler. Voila quelques mois que tout cela avait changé, alors je n'avais pas tellement eu le temps de changer moi même. J'avais été bien trop materné, et je devais avouer qu'il m'était difficile de m'accommoder à une vie si ...libre. Être autonome n'avait pas que du bon, et je regrettai parfois de ne plus l'avoir constamment derrière moi, à analyser mes gestes, à me modeler, à me dire que faire et comment le faire. Et lui ? Il n'avait même pas parlé de sa guitare, je voulais savoir aussi, il n'était pas le seul à être bien curieux ! Je posai mes yeux sur l'instrument, avant de me lever pour me planter devant, les mains dans les poches.

"Tu en joues non ? Tu peux vraiment pas à cause de ton bras ?.. C'est dommage.." Je me retournai, le gratifiant d'un sourire rassurant."Enfin, on aura tout le temps pour ce genre de choses non ?"

Je me dirigeai à présent vers Crumble, qui s'amusait sagement avec Moon. Un claquement de dents, ses oreilles bougèrent d'un coup. Crumble vint à mes pieds et je m'empressai de le porter pour lui caresser le pelage.

"Comment t'as fait pour te casser le bras au fait ?"

C'était peut-être déplacé, j'étais peut être bien trop curieux, mais après tout, nous étions ensemble nous nous devions de partager de genre de choses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Mer 16 Juin 2010 - 17:01

Sun écoutait attentivement ce qu’Andy lui disait et constata, non sans soulagement, qu’il lui répondait normalement, sans trop hésiter. Dommage juste qu’il n’avait pas la « fibre artistique » comme il venait de le dire, mais au moins il n’aurait sans doute rien contre le fait que Sun puisse joué de la guitare. C’était déjà un bon point. De plus, s’il aimait danser, il devait aimer la musique. Par contre, ce qui gênait un peu plus notre anglais, était l’appellation « maman ». Tout en écoutant son amant parler, notre jeune homme fronça légèrement les sourcils, penchant un peu la tête sur le côté.

A l’entendre parler, Andy devait sans aucun doute beaucoup tenir à sa mère. Un point qu’ils n’avaient pas en commun. Sun ne parlait quasiment jamais, ou très peu, de sa famille et de sa vie londonienne, étant donné qu’il en gardait pas mal de mauvais souvenir. Soit. Andy l’intriguait. Ce jeune homme était un mystère à lui-même et, bien que Sun se sente bien à ses côtés, il ne savait pas réellement comme le cerner. Il ne savait pas ce qu’il pouvait dire ou, au contraire, ne pas dire. Mais, plus il passait de temps avec l’adolescent, plus le désir d’en connaître plus sur lui grandissait. Si bien que Sun s’empressa de sourire lorsqu’Andy s’approcha de sa guitare et l’observa, mains dans les poches. L’ayant suivit du regard, l’anglais s’apprêta à prendre la parole afin de répondre à sa question, mais Andy le devança.

Instantanément, le sourire de Sun disparut, faisant place à une mine triste, peu rassuré. Il dévia rapidement le regard sur le sol et porta sa main droite sur son coude gauche, se mordillant légèrement la lèvre inférieure. Merde. Pourquoi devait-il poser cette question ? C’était un sujet que Sun ne voulait en aucun cas aborder et il avait tout essayé pour l’éviter. Une seule personne connaissait réellement la vérité. Andy, devait-il la rejoindre ? Devait-il à son tour connaître l’exactitude des faits? Oui, il était dans le droit de le savoir. Ils étaient ensemble, non ? Pourquoi donc trouvait-il ça tellement compliqué de tout lui avouer ? C’était injuste par rapport à Andy. Alors, se redressant légèrement, il chercha l’adolescent du regard et esquissa un léger sourire et soupira à nouveau.

« Ainsi donc, tu veux connaître la vérité … » c’était dit sur un ton de constatation et non sous forme de question. Prenant une profonde inspiration, il reprit doucement «mais avant que je ne te dise quoique ce soit, tu dois me promettre, me jurer, que rien ne sortira d’ici. Ok? » Son regard se fit plus insistant Durant une fraction de seconde, avant de s’adoucir en voyant Andy opiner du chef, acquiesçant. Sun dévia légèrement son regard, le fixant sur un point quelconque, évitant autant qu’il pouvait de regarder l’adolescent dans les yeux avant de reprendre « Tout est, on va dire, à 50% de ma faute, mais raconter l’histoire en détail reviendrait à parler pendant 30 min. M’enfin » Sun redressa légèrement le menton, inspirant « il y avait une histoire dans ce lycée comme quoi, il y a genre 1 ans, un jeune homme s’est fait tiré dans la jambe par le prof de philo, Harima. Il s’avère, que ce lycéen était mon amant –en passant, notre histoire n’a pas duré bien longtemps-. Quoiqu’il en soit, ce Yume est partit du lycée par après. C’est là que j’ai découvert la vérité sur sa blessure et j’ai donc jugé bon de m’attaquer moi-même a cet enfoiré de philosophe. » Ses lèvres se crispèrent en un rictus qui devait être un sourire ironique, avant de reprendre « voilà. C’est comme ça que je me suis retrouvé dans deux mois de galères quotidiennes. »

Il observa attentivement son amant, jetant un coup d’œil au dessus de son épaule, espérant secrètement que personne ne les avait épiés. Mais surtout, il espérait qu’Andy tienne effectivement sa promesse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Dim 20 Juin 2010 - 23:04

Je me devais de l'écouter.

Écouter et se soucier des autres. Voila une chose bien compliquée. Il m'était bien plus facile de ne prendre en compte que ma propre personne, et je devais avouer que j'avais toujours agi ainsi. Maman m'avait élevé pour cela. Elle m'avait dit que j'étais beau, intelligent, bien né, et pur. Pourquoi s'inquiéter pour les autres ? Ils ne m'arriveraient jamais à la hauteur. C'est ce que je croyais. Mais Sun. Sun était tellement différent. Être plongé dans un monde si réel m'avait totalement changé. Je me souciais des autres et de lui encore plus. Pire encore, je n'avais même pas cherché à connaître sa valeur, à savoir s'il me méritait. Non, c'était tout le contraire, j'avais peur de le perdre, peur de le décevoir, peur de ne pas le satisfaire. Pourquoi ? J'étais si magistral, si remarquable. Sun bousculait tout les idéaux, et je le laissai agir, bien trop emporté par les sentiments. Et ce n'était pas plus mal. Non. Je me rendais compte que je n'avais pas toujours eu raison, que Maman avait pu aller trop loin parfois. Sun me modérait donc. Je me devais de l'écouter, d'essayer de le faire passer avant mes propres besoins, tant que je le pouvais.

J'allais m'assoir sur mon propre lit, Crumble posé à présent sur mes genoux, pour l'écouter. Oui, si je voulais lui montrer l'importance qu'il avait, je pouvais déjà commencer par être attentif, m'intéresser à ce qu'il allait me raconter. Et puis, et puis j'étais celui qui l'avait questionné, il était tout à faire normal que j'écoute sa réponse. L'air décontracté, ma main droite caressant machinalement le poil de mon chiot, je le fixais. Un regard sur, déterminé, comme s'il ne pouvait y échapper. Oui je voulais savoir, et quoi qu'il arrivait, Sun m'en parlerait. Une promesse ? C'était quelque chose de si grave ? Soit. Sans réellement réfléchir, j'acquiesçais par un hochement de tête. Pourquoi devoir promettre ? La promesse était quelque chose de fort, et l'employer pour rien lui faisait perdre tout son sens. Je m'attendais donc à un gros secret, ne sachant pas réellement si j'avais bien fait de lui demander une telle chose.

Il se remit à parler, d'une voix assez sèche. Je l'écoutais, tentant de bien comprendre son histoire. Yume ? Son amant ? Non, je ne devais pas me concentrer sur ce détail.. Un amant ? Un autre ? Sun avait déjà aimé ? Il l'aimait encore ? Lui allait revenir ? Comment allions nous faire ? Allait-il m'abandonner pour retourner le voir ? De nombreuses questions venaient se percuter dans ma tête et bien que j'avais entendu le reste de l'histoire, je n'arrivai pas à me défaire de ces premiers mots. Pourquoi un autre ? Je voulais être le seul, je ne voulais pas le partager. Ses recommandations de tout à l'heure prenaient alors tout son sens, et je comprenais à présent pourquoi je ne devais jamais le trahir... C'était si dur de se dire que l'on était pas seul. Qu'il avait été jusqu'à se faire blesser pour un autre.. Yume comptait encore ? Comment lui demander ? Pourquoi ressentir une telle haine envers un garçon que je ne connaissais même pas.. Il me semblait dangereux, comme s'il pouvait m'atteindre, me rendre malheureux en un instant, en me prenant ce que j'aimais. Que faire ? Ne rien dire évidemment. Sun était celui qui été aimé, alors il ne prendrait surement pas comme moi... C'était une blessure, une réelle blessure que d'apprendre une telle chose. C'était aussi la première fois que je pouvais constater que l'amour faisait souffrir, qu'elle pouvait me faire du mal tout comme elle me procurait tant de bien. Quelle étrange sensation.. Aimer les autres se révélait être bien plus compliqué que ce que j'avais pu croire.. Il y avait tant de sentiments différents, tant d'émotions que je ne connaissais pas. Il m'était bien plus simple de vivre avec Maman, puisque je ressentais toujours la même chose pour elle, et que c'était réciproque. La vie était donc différente, et je devais m'y faire. Pourquoi m'avoir fait cela ? C'était une sorte de cadeau empoisonné que de me protéger ainsi.. Maintenant, maintenant j'étais bien perdu avec tout, ne sachant rarement comment agir, que faire avec les autres. Bien sur que je ne pouvais en vouloir à Maman, elle était la femme la plus merveilleuse au monde, mais elle m'avait laissé avec certaines difficultés, et je n'avais pas le droit d'échouer, non pour elle, je n'avais pas le droit.

"Me laisse pas.. S'il te plait.."

Une voix faible, presque inaudible. Je me parlai à moi même. Les yeux grand ouverts, rivés à présent sur le pelage ras de Crumble, qui se reposait sur mes genoux. J'avais peur. J'en venais même à parler sans le savoir. Soit. Sun n'avait pas du bien comprendre, et je devais me ressaisir, me concentrer sur la fin de l'histoire, la partie que mon cerveau avait délibérément zappée. Un professeur ? Comment quelqu'un qui enseigne pouvait-il faire tant de mal ? Harima ? Je n'avais jamais entendu un tel nom... Tout cela était vraiment étrange. Pourquoi quelqu'un censé montrer l'exemple s'en prendrait à des élèves ? Et il était où maintenant ? En prison ? Après tout, c'était là que les hommes et les femmes les plus mauvais se retrouvaient. Je relevai la tête, posant Crumble sur le lit, puis je me levai à mon tour, tentant de sourire pour la rassurer.

"Mais maintenant tu n'as plus rien à craindre non ? Il est parti, il est plus là.. On l'a enfermé."

Une voix douce et calme, je me voulais sécurisant, je voulais qu'il cesse de penser à ces choses du passé. Je m'approchai de lui doucement, et posai ma main sur sa joue chaude. M'accroupissant pour lui que nous soyons à la même hauteur, je déposai un doux baiser sur sa pommette gauche. L'atmosphère était bien trop pesant à présent. D'un geste délicat, je laissai glisser ma main jusqu'à la sienne, avant de la serrer.

"Aller viens ! On va promener les monstres, comme ça au moins, tu penseras à autre chose et..." Je m'arrêtai un instant, le voix coupée. ".. Et je suis désolé. Il y a des choses qu'on voudrait oublier, je n'ai pas à te les faire rappeler. Je pensais simplement que tu étais tombé ou autre chose, pas que l'on t'avait torturé."

D'un geste énergique, je lâchai sa main pour taper des les miennes. Crumble se réveilla d'un coup et bondit à mes pieds, tournant dans mes jambes. Je souris. Il le savait, c'était le signal du départ, il allait sortir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  Lun 21 Juin 2010 - 23:03

Andy l’écoutait attentivement et ne réagissait pas, ne le coupant pas dans ses dires. Sun n’en demandait pas plus. Pourtant, la première réaction de bien aimé laissa notre jeune homme perplexe. Le laisser? Pourquoi parlait-il de cela ? Ne savait-il donc pas que Sun était bien incapable de le laisser tomber? Il n’avait pas eu énormément de chances lors de ses dernières relations, mais ce n’était jamais lui qui avait abandonné l’autre. Non, il sentait qu’il n’en avait pas la force. Et si Andy tenait autant à lui qu’il le pensait et le montrait, alors l’anglais se devait de rester avec lui, aussi longtemps que possible. « Ne fais pas au autres, ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse » Sun ne voulait plus souffrir. Andy ne le voulait sans doute non plus. Alors, lui adressant un sourire qui se voulait rassurant, notre jeune homme espérait lui signifier ainsi qu’il ne ferait rien, qu’il ne l’abandonnerait pas.

Lorsque son amant reprit la parole, Sun se figea. De qui parlait-il ? De Yume ? Ou du prof ? Dans un des deux cas, malheureusement pas celui qu’il souhaitait, Andy avait raison : il était partit. Mais en aucun cas ‘on’ l’avait enfermé, ni Yume ni Harima, et s’en était désolant. Mais soit. Sun se contenta d’hausser les épaules, lorsque l’adolescent s’approcha de lui. Il s’accroupi devant lui et passa tendrement sa main sur sa joue. Penchant doucement la sur le côté, il ferma les yeux et s’appuya légèrement sur la main d’Andy, nichant sa joue dans le creux. Frémissant légèrement sous les douces caresses de son amant, il ouvrit à nouveau ses yeux et regretta rapidement qu’il abaissa sa main. La laissant glisser le long de sa joue, Andy prit sa main dans la sienne et la serra furtivement, reprenant la parole.

Allez dehors pour oublier le passé ? Si seulement s’était aussi simple. A chaque fois qu’il repenserait au pourquoi du comment il s’était retrouvé dans cet état, il lui suffirait donc de sortir, tout simplement ? Pas si sûr. Mais soit. En compagnie d’Andy, Crumble et Moon ce sera sans doute autrement. Alors après tout, pourquoi ne pas tenter le coup ? Souriant, Sun se redressa doucement lorsqu’Andy tapa dans ses mains, réveillant Crumble qui sauta du lit. Moon se redressa vivement à son tour et observa son compagnon courir autour des jambes de l’adolescent, tête penché sur le côté. Sun sourit. Ce chiot était vraiment trop mignon quand il avait cet air. Il le suivit du regard lorsqu’il s’approcha doucement, queue et truffe en l’aire, arborant un air fier et hautain, avant de se jeter sur Crumble et le renverser. Surprit, le beagle lâcha un petit jappement avant de reprendre ses jeux avec l’husky. Sun se leva à son tour. S’étirant doucement, il roula ses épaules, se déliant les muscles du dos.

« Avec plaisir » Il sourit en désignant Crumble et Moon « j’pense que je ça leur fera le plus grand bien et puis, je connais un endroit où on pourrait être tranquille, rien que nous deux. » Il sourit malicieusement à l’attention d’Andy et s’approcha doucement de lui. Levant sa main, il la déposa sur sa joue, adoucissant son regard « et ne t’inquiète pas pour ce qui est de raconter le passé et de faire ressurgir de mauvais souvenir. Au contraire, je pense que ça me fait du bien d’en parler. Surtout si c’est à toi … » Il l’embrasse furtivement puis abaissa sa main et siffla une fois, suivie d’un claquement de langue afin d’attiré l’attention de Moon. Ce dernier leva son regard vairon sur son maitre et, langue pendante, attendit un quelconque ordre. Sun fit un petit signe de tête vers la porte « on y va, Moon ? »

Le chiot se leva et partit à toutes pattes vers la porte, avant de tourner son regard vers Crumble et les autres, attendant qu’ils viennent le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]  

Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINER] le passé a une influance sur le présent et teinte ce qui s'y déroule [PV~Andy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: