Partagez | 
 

 Vie urbaine, vie rurale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Vie urbaine, vie rurale  Dim 18 Sep 2011 - 1:11

Le parc, au détour d'une allée.



«
Peu avant le voyage scolaire, je me rappelai brusquement cette douce après-midi d'été où je me balladais dans les allées d'un parc. Le ville et ses contraintes m'attristaient parfois, me rendant plus taciturne qu'à l'ordinaire. Jamais je n'oublais le temps passé où j'avais appris à reconnaitre la moindre petite bête qui couraient sur le sol. Au fond, je pensais bien que j'étais plus à l'aise à la campagne que dans une vie mondaine.
Je quittai Kobe High School en début d'après-midi, n'emportant avec moi qu'une besace où je rangeais habituellement les quelques affaires essentielles qui ne me quittaient jamais - mes clés, un téléphone portable, un crayon de papier, un carnet et une petite bouteille d'eau. J'avais pris la peine de revêtir des habits légers et agréables, et qui craindrait pas la poussière du parc. Je marchais d'un pas lent mais déterminé, somme toute tout au rythme de la nature. Le cours de mes pensées était vagabond, mais pas embrouillé. J'aimais bien sortir parce que je savais que la planète où nous vivions était notre berceau, qu'elle avait permis la création de la vie, et qu'elle était donc un patrimoine à protéger. Un certain mépris envers les hommes qui ignoraient ces faits se manifestait, mais je le chassai bien vite, trouvant que c'était donner trop d'importance à d'honnêtes personnes telles que moi. Milles autres pensées se bousculaient dans ma tête, formant un amas d'idées confuses et incompréhensibles dans lesquelles je me perdis tout entier.

Bientôt, je me retrouvai à marcher sur un chemin poussiéreux. Le soleil brillait haut dans le ciel. Quelques arbres tentaient vainement d'apporter un peu d'ombre aux promeneurs de ce début d'après-midi. Si je sentais la végétation bruisser autour de moi, la faune restait silencieuse, comme si la proximité de la ville les éloignait du parc. Je me sentais bien, comme si j'étais le seul homme sur Terre, et que j'étais désormais libre de faire ce que je souhaitais. Cette pensée était agréable tant qu'on savait que ce n'était pas la réalité.

Errer dans les allées pour tenter de se perdre. Se sentir étranger au monde qui nous entoure. Rechercher la vie dans des êtres pas plus grands qu'une cartouche.

Finalement, je m'installai au pied d'un vieux pin. Il ne me protégeait pas vraiment des rayons du soleil, mais son aspect désolé le rendait un peu détaché de ce lieu. Qui plus est, j'étais persuadé que personne ne viendrait dans un lieu aussi atypique. Bien sûr, je me trompais, la suite le prouvera. Je sortis mon carnet. De forme carrée, sa couverture épaisse était un peu abimée par les multiples voyages qu'elle avait dû subir. À l'intérieur, on y trouvait des notes que je prenais parfois, des rappels importants concernant des choses urgentes à faire, voire quelques devoirs, puisqu'il m'arrivait de m'en servir comme cahier de brouillon. Il restait cependant de nombreux feuillets libres. Je recherchai une page blanche, que je lissai avec ma main. Puis je sortis mon crayon et je commençai à griffonner. J'avais envie de théoriser le fouilli que j'avais dans la tête, et que je commençais d'ailleurs à ne plus vraiment comprendre. Au bout de quelques dizaines de minutes, j'eus chaud et je sortis ma bouteille de ma besace. Après avoir bu, je la rangeai tout au fond, vérifiant par la même occasion qu'elle était bien fermée.

Durant cette intervalle de temps, la quiétude tranquille du parc avait été troublée par l'arrivée d'un jeune homme inconnu...

»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Vie urbaine, vie rurale  Mar 27 Sep 2011 - 20:22

C'était une journée banale, pas plus ordinaire qu'une autre. Cependant, la température semblait clémente et alors que le soleil caressait doucement ma peau, une légère brise adoucissait la chaleur imposante. C'était donc par cet après-midi banal que je m'était décidé d'aller prendre une marche, j'avais envi, mais surtout besoin, de prendre l'air. Le voyage scolaire allait débuter quelques jours et mes valises étaient déjà toutes préparés. Je soupirai doucement en entrant dans le parc, je m'était habillé de façon à être confortable avec le soleil. Une paire de short cargo noire qui m'arrivait sous le genou et une camisole beige. J'avais également enfilé mes souliers de sport pour pouvoir marcher tout en gardant un certain confort. Pour finir le tout, j'avais prit un sac à dos sport contenant un petit livre sur un certain dieu de la mythologie grecque, je l'avais déjà commencé mais il était très interessant.

C'était donc ainsi que j'avais entreprit de marcher, vers où? Je n'en avais aucune idée, là où la route m'amènerais! Je marchais un léger moment avant de finalement me rendre dans un espace vert, je souris, c'était le parc. Assez heureux de la destination où je m'étais rendu, je me mis à marcher à travers les allés plus ou moins sauvages, m'émerveillant de ce qui m'entourait. Le parc était habituellement assez fréquenté mais pas aujourd'hui, pourtant c'était une délicieuse journée. Je me promenai longuement et décidai de m'arrêter sur un petit promontoir, il semblait n'y avoir personne à première vue, mais je remarquai une personne à "l'ombre" d'un pin, il semblait seul et un peu dans son petit univers. Je m'arrêtai et le fixai un moment, incertain. Il attirait ma curiositée mais j'imagine qu'il désirait être seul, sinon pourquoi choisir un coin si reculé du parc? Je me dis que ça ne coutait rien d'essayer, le plus grave qu'il pourrait m'arriver c'est qu'il me dise qu'il préferait être seul. À moins qu'il ne soit détraqué... Mais bon, c'était une tout autre chose! Je m'avançai donc vers le jeune homme et éclaircit ma voix pour signaler ma présence.

- Bonjour... Je me demandais si, par hasard, ça ne te dérangerais pas si je venais m'installer ici également?

J'avais l'air d'un vrai débile profond mais bon, c'était qu'un léger détail. Je fis un sourire qui se voulait amical pour renforcer la belle image que je donnais de moi-même(légèrement sarcastique).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Vie urbaine, vie rurale  Ven 30 Déc 2011 - 15:54

«
Oui, c'est sans doute l'un de mes souvenirs les plus agréables.
Je n'avais pas pris son arrivée comme une agression. Ça non. Mais c'était comme irréel, dans ce clair-obscur que semblait parfois jeter les arbres. Je n'étais pourtant pas confus. Je m'hydratais correctement, et cela m'évitait les malaises de l'insolation. Je dirais même que j'avais rarement été aussi conscient. Et pourtant, je ne croyais pas à ma propre présence dans ce parc. Alors comment aurais-je pu ne me troubler lorsqu'un autre être humain me rappela ma propre existence ?
« Bonjour... Je me demandais si, par hasard, ça ne te dérangerais pas si je venais m'installer ici également ? »
Une voix agréable, mais légèrement hésitante. Comme s'il ne savait pas exactement ce qui l'attendait. Ce qu'il voulait, en revanche, était beaucoup plus clair : ce que chacun veut, à savoir, la compagnie d'autres êtres humains avec qui échanger de façon pertinente et agréable. Un jeune homme, en définitive, tout ce qu'il y avait de plus sympathique.
Son petit sourire me laissait cependant perplexe. Il ne semblait pas vraiment naturel... Avais-je face à moi un manipulateur ? ... Non, peut-être pas. Il était peut-être tout simplement gêné... oui, c'est cela.
Imbécile ! Qu'est-ce que tu attends pour lui répondre ?
« Bonjour à toi ! Je t'en prie, installe-toi ! »
Je lui souris à mon tour, tout en sachant pertinemment que je me montrais aussi maladroit que lui. Je sonnais peut-être faux, car il n'était pas dans mes habitudes d'être désagréable avec quelqu'un... et je me voyais mal lui expliquer l'intérêt métaphysique que son être représentait pour le mien à l'instant précis où j'étais prêt à m'engager dans une démarche scientifique... Peut-être serait-il possible de lui en parler, si du moins il n'était pas effrayé par cette réflexion ? Décidement, j'étais en trop grande forme, ce jour-là ; trop heureux, trop vigoureux... L'air frais de la campagne me ravigorait au delà de mes espérances. Mon carnet me servait justement à ordonner ce trop plein de pensées qui m'empêchait de réfléchir correctement. Je passai la main dans mes cheveux. Ils étaient trempés. Pour un peu, j'aurais songé que mon cerveau était en ébullition. Dans l'état d'incrédulité que j'étais, cela ne m'aurait même pas étonné.
Il était temps que je me focalise sur quelque chose. Tout, plutôt que ces divagations qui ne me menaient à rien. Et j'avais justement la chance d'avoir près de moi un autre être humain, qui ne semblait pas aussi agité que moi.
Subitement, j'eus une idée. Je savais exactement par où commencer : les présentations. Le jeune homme à côté de moi était un peu plus jeune, c'est pourquoi il n'était pas dans ma classe. Je ne le connaissais donc pas. Logique. Je me tournai vers lui avant de débiter d'une voix que je voulais chaleureuse :
« Je m'appelle Hatsunosuke. Je suis en cinquième année, et j'aime bien me cacher dans des endroits un peu isolés. C'est pourquoi je suis ici. Et... à qui ai-je l'honneur ? »
»
Revenir en haut Aller en bas
 
Vie urbaine, vie rurale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: