Partagez | 
 

 Au-dessus des nuages, le ciel est toujours bleu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Au-dessus des nuages, le ciel est toujours bleu.  Lun 17 Sep 2012 - 13:14

Le toit de l'école...

Son accès avait été interdit aux élèves bien avant que je n'décroche le job de surveillant ici. Je me rappelle qu'un collègue m'avait expliqué qu'il y a des années de cela, une élève de seconde année avait tenté de s'envoler du haut de ce même toit... une mauvaise métaphore pour parler d'un suicide. Depuis on a posé des grillage tout autour des murets et on a verrouillé l'accès à ce toit. Pourtant, toutes les semaines je retrouve la porte déverrouillée. Il faut dire que la serrure n'est pas très complexe et qu'on peut facilement la forcer, mais tout de même, je me demande ce qui peut bien attirer les élèves en si grand nombre ici. L'interdit ou encore le fait d'être dans un endroit où vous avez peu de chance d'être dérangé peut-être ? Personnellement je trouve ce lieu un peu glauque, sans doute parce que j'en connais le secret. C'est vrai qu'on n'explique pas aux élèves la raison pour laquelle ils n'ont pas le droit de venir ici, on se contente simplement de leur dire que c'est interdit, sans doute pour ne pas les choquer.

Terminant de monter les dernières marches, je me stoppais devant la porte pour souffler un peu. Souvent j'avais la flemme de grimper jusque là-haut parce que ça demandait un certain effort physique mais aujourd'hui il faisait beau et prendre un peu l'air frais ne pourrait pas me faire de mal. Une fois encore je découvris que la porte avait été déverrouillée... Un de ces mioches devait avoir un double de la clé car aucune trace d'effraction n'était visible et comme ma dernière visite remontait déjà à plus d'une semaine, de nombreux élèves avaient déjà dû se passer le mot et venir squatter ici.

Pourtant, en entrant le toit me parut bien calme et à première vue il n'y avait personne... Tant mieux, j'allais pouvoir boire mon café tranquillement car j'avais pris la peine d'emmener mon thermos avec moi et ce n'était pas pour rien. Je m'installais sur le dernier banc, celui qui était le plus excentré par rapport à la porte et je commençais à boire en observant la multitude de nuages qui passaient lentement dans le ciel. Une bourrasque de vent vient soudainement me gifler le visage, on ressent plus fortement sa morsure quand on est en altitude mais ce qui attira surtout mon attention c’est un bruissement de feuilles… Mon regard se posa alors sur un carnet, oublié là juste à côté de moi, les pages malmenées dans les courants d’air soudains. Je ne l'avais pas remarqué en arrivant, il faut dire que je n'avais pas mes lunettes sur le nez. Je le pris donc entre mes mains, regardant à droite, puis à gauche. Personne. Après quelques hésitations, je m’octroyais finalement le droit d'en feuilleter le contenu : des croquis divers, des écrits mais à première vue pas de nom pour en identifier le propriétaire. Pas le temps d'en savoir plus, le grincement d'une porte qui s'ouvre m'interloqua.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Au-dessus des nuages, le ciel est toujours bleu.  Ven 28 Sep 2012 - 0:34

Regardant par delà ma fenêtre, le ciel bleu décorer de millions de nuages, j'avais l'impression d'admirer un tableau. Le soleil nous éclairant de sa présence, et même si ces rayons nous créait une certaine chaleur et un doux réconfort, il ne faisait quand même pas de toute qu'il faisait sacrément froid. Soupirant d'ennuie, je me laissait tomber sur mon lit. Je ne savais pas quoi faire en cette journée, à part rester dans ma chambre à regarder par ma fenêtre. Mais disons, que ce n'est pas très amusant. J'essayais d'énumérer des lieux dans ma tête, qui pourrait être intéressant. La cour? Je n'avais pas envie de passer une autre de mes journée à rêvasser. La cantine? Je n'ai pas faim, alors l’intérêt n'y ai pas. La bibliothèque? Comme si j'avais envie de me faire chier dessus par la bibliothécaire, peu sympathique. Puis, l'idée me vint d'aller au toit. Après tout, je n'y avais jamais mis les pieds.

C'est alors sur un pas décider que je me dirigeais vers le toit. Escaladant les escaliers, une par une. Arriver à la porte, j'avais le souffle court, dû à l'intense effort physique que cela demandais. Puis je remarquais que la porte avais déjà été ouverte, mais j'avais aussi remarquer le pancarte écrit interdit. Mais si l'accès est interdit alors pourquoi la porte est ouverte? Intriguer j'entra à mon tour sur le toit. Essayant de voir qui avait décider d’enfreindre le règlement. Mais personne, il n'y avait simplement personne. J'avais l'intention de m'en aller, puisque le lieu était finalement interdit, mais la vue était si belle, que je me laissait entraîner.

Marchant sur le toit, je pouvais sentir le vent me frôler. Faisait voler mes cheveux dans les air. C'était assez agréable. Puis, un objet m'interloqua. Un carnet traînais par terre. J'entrepris de le prendre et alla m'asseoir sur l'un des bancs qui peuplais le toit, le feuilletant, Pages par pages. Il y avait de jolie croquis, aussi me permettais-je de lire les écritures, écrit d'une si belle façon. Son écriture était fine et délicate, et savais manier les mots. Je retourna le carnet de tout les sens, afin de savoir à qui cela pouvait bien appartenir. Mais aucun nom n'y était inscrit. Qui avais bien pu oublier son carnet ici?

Je n'eu pas le temps d'y réfléchir d'avantage, quand j'entendis du bruits dans les escaliers. Échappant le carnet, je me dirigeais vers la porte pour voir qui s'était. Et merde! S'était le surveillant. Regardant de droite à gauche, j'essayais de trouver une cachette. Mais il n'y en avait aucune, je me colla alors au mur, priant pour que celui ne regarde par derrière lui. Je retins ma respiration, lorsqu'il traversa la porte. Paniquant à l'idée qu'il se retourne. Quand je le vis s'éloigner, je recommença à respirer. Il alla s'asseoir au même banc où j'étais il n'y a même pas deux secondes. Je pouvais le voir regarder les nuages, enfin c'est ce qu'il me semblait.

J'avais bien envie de m'en aller, mais j'avais peur de faire un simple pas et que celui-ci me remarque. Alors je restais scotché au mur, en priant pour que tout aille bien. Puis, le vent refit des siennes, faisait bruisser le carnet. Celui le remarqua et le ramassa. Regardant de droit à gauche, il commença à le feuilleter. Je t'entais ma chance, en faisait un pas. Voyant qu'il continuais à feuilleter, j'en fis un deuxième. Toujours rien, alors un peu plus confiante je commençais à ouvrir la porte. C'est alors que celle-ci grinça entre mes mains. Nerveuse que le surveillant aille pus m'entendre. J'ouvris la porte d'un coup sec. C'est alors en plaine face, que je reçus la porte, de plein fouet. Lâchant la porte, je tombais par terre, les mains sur le visage comme si cela pouvais me soulager. Aie aie aie, dur dur de se prendre la porte en pleine face.

Je n'eus même pas le temps de me ressaisir, que je sentis une main sur mon épaule. Et merde, je sens que je vais avoir des problème. C'est alors lentement et doucement, que j'ôtais mes mains de mon visage et tourna mon attention vers la personne en question. Je ne fus pas étonner de voir le surveille à l'autre bout du bras.

AIDEZ MOI! PLEAZE!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
 
Au-dessus des nuages, le ciel est toujours bleu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: