Le Deal du moment : -42%
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable ...
Voir le deal
319.99 €


Le Doyen
Personnel ; directeur (pnj)
Le Doyen
■ Age : 16
■ Messages : 7821
■ Inscrit le : 20/11/2007


Mon personnage
❖ Âge : 69
❖ Chambre/Zone n° : Chez lui
❖ Arrivé(e) en : Depuis toujours
Le Doyen

Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical Empty Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical

Dim 9 Oct 2022 - 11:01




La vie n'est que contraste : le jour et la nuit, le calme et le bruit, la modernité et les traditions, être grand ou petit... Une même situation peut être totalement différente en fonction du contexte et des éléments qui nous entourent.

Plongés en plein cœur de la vie nipponne, vous devrez vous baser sur la culture japonaise pour choisir le contexte et le contraste de votre choix. En fonction de la situation choisie, chacun devra traiter un pan de cette dualité.


Chaque joueur doit pour cette épreuve rédiger un unique post d’une longueur maximale de 1500 mots. Dans le duo Miroir, les deux textes doivent être le miroir l'un de l'autre. Ils doivent se répondre comme des reflets dans un miroir. Cela peut être à travers la personnalité des personnages à l'opposé l'une de l'autre, comme leur façon de réagir à une même scène. Cette épreuve se déroule sur 2 jours complets.


▬ Cette épreuve est un duo Miroir.
▬ Vous avez deux jours pour poster chacun 1 réponse.
▬ L'épreuve se termine donc le dimanche 16 octobre à 23h59.
▬ Les réponses sont limitées à 1500 mots maximum.

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésites pas à contacter le staff : Keitô ou sur le Discord
Nyree
Invité
Anonymous
Nyree

Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical Empty Re: Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical

Sam 15 Oct 2022 - 19:16
Nyree

Nyree Pakeha:

Nous étions au tout début du mois de Novembre et, après avoir passé plusieurs mois enfermée dans mon dortoir, j'avais décidé de montrer la ville de Tokyo à Peter, mon petit bout de chou, pour qu'il ne se sente pas aussi étranger que moi en ces terres loin de nos Canterburry plains natales. Le temps était particulièrement frais, malgré un soleil blanc qui paraissait dans un ciel d'un bleu éclatant. Peter était surexcité et j'avais eu toutes les peines du monde à le maintenir en place suffisamment longtemps pour lui mettre son petit manteau bleu nuit, ses moufles et son bonnet vert pomme. Depuis qu'il m'avait entendu mentionner à mon amie Luna que nous allions à "un genre de foire", il n'avait plus tenu en place, me demandant chaque soir combien de dodo il restait avant d'y aller. J'avais fait le décompte avec lui et avait invité Luna à nous rejoindre pour que nous profitions d'une sortie en extérieur. Malheureusement, la jeune femme avait fort à faire avec son établissement, aussi Peter et moi étions partis seul, avec un plan de Tokyo.

Engoncé dans son écharpe de portage, c'est un véritable petit verre de terre qui semble accompagner la jeune mère, totalement perdue qui tente de déchiffrer les kanjis dont elle n'a que très peu appris depuis qu'elle est ici. Finalement, c'est une charmante jeune fille qu'ils ont bousculées par inadvertance qui leur indiquera le chemin à prendre pour se rendre au festival de Tori no Ichi. Au bout de quelques minutes, c'est un flux sans fin de japonais et japonaises habillé de vêtement traditionnel qui permirent à la mère et son fils de trouver le coeur des festivités. Nyree resta figée un moment face à l'immensité du festival, la beauté des bâtiments et la foule compacte qui flânait de stand en stand entre rires et discussions animées. Se sentant toute petite, comme une mouche dans un bol de lait elle se mordit la lèvre et hésita à faire demi-tour.

- "MAN ! 'Ga'de les b'ochettes ! On 'a manger la 'iande ??"

L'effet fut immédiat, la jeune mère papouilla son fils, submergée par un sentiment d'amour face à ses yeux pleins d'étoiles. Elle hocha la tête et se dirigea vers un des stands proposant de la nourriture pour se renseigner. La cuisine japonaise lui était étrangère en dehors des sushis et des ramens qu'elle n'avait, par ailleurs, jamais goûtés. Elle ouvrit la bouche pour demander au vendeur ce qu'il proposa et remarqua qu'elle n'avait pas la moindre idée de comment communiquer avec lui. Peter lui, pointait tous les aliments de sa petite moufle et, s'il n'avait pas été solidement attaché dans l'écharpe de portage, nul doute que Nyree aurait déjà dû lui courir après pour l'empêcher de toucher à tout. Incapable de communiquer correctement, Nyree offrit un sourire d'excuse et commencer à utiliser le langage le plus universel du monde. Elle pointa les petites brochettes du doigts et montra 4 doigts en espérant bien obtenir quatre mini brochette.

- "SIEU !! Quoi ça ??"

- "Ah ça ? Ce sont des Yakitori ! Tu comprends ? YA-KI-TO-RI"

- "Man ! Yakito'i !"

Mon fils allait donc apprendre le japonais plus vite que moi. Je hochais la tête, payait le vendeur et m'inclinait pour le remercier, ça c'était quelque chose que j'avais assez vite compris dans leur culture, on ne touche pas, on s'incline. Je donnais une brochette à Peter, en goûtait une aussi et fut surprise par son goût sucré-salé. Mais la viande était tendre et chaude ce qui me fit un bien fou. Je regardais autour de moi et compris rapidement que nous n'aurions jamais assez d'une après-midi pour faire le tour de l'entièreté du festival. Il y avait partout des stands de nourriture vendant tout et n'importe quoi, des amulettes, des souvenirs à acheter, des petits bâtonnets ressemblant à des feu d'artifices miniatures. Je n'avais jamais rien vu de pareil avant. Tout me semblait immense, nouveau, coloré et vivant. Ici et là, on voyait des dizaines, voir des centaines de personnes qui riaient, bavardaient et échangeaient joyeusement.

Avec Peter toujours en écharpe, Elle continua d'avancer parmi les stands et m'arrêtais devant chaque nouveau plat que je découvrais. Les takoyaki, petite friture étrange farcie au poulpe que Nyree n'avait pas aimé, mais qui avait ravi Peter qui avait dévoré les 3 boules restantes du plat. Nyree avait ensuite partagé avec lui un petit plat de yakisoba, des nouilles sautées aux légumes dans lesquelles la jeune maman avait rajouté des beignets de viande frits

- "Peter chéri ? Tu sais comment on appelle ce petit beignet-là ? Tu as retenu ?"

- "C'est Ka'aage ça ! C'est bon hein maman ?"

Je ne pu m'empêcher de rire et hochait la tête avec un grand sourire. Cette sortie qui, au départ, ne m'inspirait pas plus que cela quand j'avais vu la foule se présentait maintenant comme ma meilleure sortie du mois. Nous avions bien mangé je profitais que nous soyons assis tous les deux sur un petit banc pour regarder autour de moi. Un sentiment de bonheur et d'excitation me rappelait mon état quand, plus jeune, j'allais avec mes parents sur les foires et dans les évènements organisés par des tribus voisines. Je me sentais comme à la maison.

Pourtant, tout ça était extrêmement différent de la foire à la saucisse ou à la bière que Nyree avait l'habitude de voir dans son pays natal. Rien avoir non plus avec les kermesses, ces petites foires très familiales où il y avait des pêches au canard, le train des petites voitures, le carrousel de chevaux de bois... Nyree aurait aimé pouvoir montrer tout ça à Peter, mais tous les deux étaient bien loin de la Nouvelle-Zélande et ils se trouvaient ici au japon, dans un festival où rien ne ressemblait à ce que la mère avait connu et que le petit aurait pu connaître. La jeune femme déambula entre les gens et finit par poser Peter à terre pour qu'il puisse marcher à ses côtés. Leur découverte des stands et des différentes activités leur prendrait du temps.

Nyree se demanda un moment qui étaient les organisateurs, car elle voyait, au milieu des commerçants, certains stand plus petits qui semblaient être tenus par des élèves. Peut-être un projet scolaire, elle n'en savait trop rien au fond. Elle s'était bien attardée sur la nourriture, ne lui restait qu'à faire le tour des autres activités... La jeune maman aurait aimé que quelqu'un puisse la guider et lui indiquer les meilleures choses à faire avec son petit bout de chou, mais elle ne connaissait encore personne à Tokyo. Peut-être pourrait-elle trouver ce qu'elle cherchait au centre d'information du festival...
Shintaro Lawson
A l'université ; 2è année
Shintaro Lawson
■ Age : 32
■ Messages : 709
■ Inscrit le : 04/08/2021

■ Mes clubs :
Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical MzrdKEg Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical ZgZseRD


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Shintaro Lawson

Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical Empty Re: Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical

Dim 16 Oct 2022 - 20:53

présentation HRP:


- "Franchement, je vois pas pourquoi tu tiens tant à ce que je vienne aussi. J'étais aussi bien à rester à Kyoto."

Kyojiro, le plus âgé de mes deux petits frères, traine des pieds et râle comme à son habitude dès qu'il s'agit de faire autre chose que geeker sur son pc ou trainer la nuit avec ses potes non fréquentables.

- "Parce que m'man en a marre de devoir te supporter et que ça lui fera du bien d'avoir un week end tranquille pour se reposer !!"

Hironobu, le plus jeune, répond avec des mots que j'aurais pu utiliser, mais sur un ton beaucoup trop innocent et enthousiaste pour que Kyo puisse lui en vouloir. Ce qui ne l'empêche pas de faire la tronche alors qu'on arrive tout juste sur le site du festival, tous les trois dans nos yukatas traditionnels. En tant qu'influenceur, l'un des organisateurs m'a contacté récemment pour que je me rende sur place, à Tokyo, couvrir l'évènement sur les réseaux. De quoi négocier un week end dans la capitale tous frais payés pour trois personnes. Comme Hiro mourrait d'envie de venir (et que j'ai toujours du mal à lui refuser quoi que ce soit), j'ai décidé d'embarquer mes deux frères avec moi, et ainsi accorder un peu de répit à ma mère, comme le plus jeune l'a si bien fait remarquer.

- "Pff c'est tellement ringard. On dirait vraiment qu'ils ne savent pas quoi faire de leur fric à tout balancer dans ces chars ridicules."

Ceux qui me reprochent ma mauvaise humeur constante ne connaissent clairement pas mon frère. En terme de mauvaise foi, il rivalise sans soucis avec moi. Il est à peine midi en ce premier jour, et j'en ai déjà marre de l'entendre se plaindre à la moindre occasion. Depuis que j'ai repris mes études,c'est particulièrement compliqué entre nous. Le problème, c'est que si j'ai du mal à supporter son défaitisme constant, dans le fond, je suis assez d'accord avec lui. Suivre cette procession en l'honneur de la déesse Amaterasu dont je me fiche totalement n'a rien pour me plaire. Sans même parler de la foule amassée tout le long du parcours, rendant toute tentative de déplacement fort complexe. Mais je n'ai pas le choix, je dois me rapprocher au plus près pour pouvoir offrir les meilleures photos à mes abonnés.

Mon téléphone toujours à la main, je ne suis pas mécontent quand cette première "attraction" à ne pas manquer se termine. On peut s'écarter du monde pour rejoindre les extrémités du site. Cet endroit où les stands de nourriture se font nombreux. Là aussi il faut bien que j'y mette les pieds. D'ailleurs il y en a un qui ne tarde pas à nous faire remarquer qu'il a la dalle.

- "Des yakitoriiis !! J'ai trop envie de viande !! On peut ?!!"

Hironobu se plante devant moi, son grand sourire étiré jusqu'aux oreilles. La tête qu'il sait trop bien prendre quand il veut absolument que je lui dise oui. Et comme d'hab, ça marche. Bien sûr, Kyojiro ne peut pas s'empêcher de faire remarquer la queue importante au stand. Et si Hiro trouve que le petit dans les bras de sa mère devant nous est beaucoup trop mignon, ça ne change en rien l'ambiance maussade que Kyo embarque constamment avec lui. Sans compter que forcément, la nourriture n'est pas à son goût.

- "Devoir payer pour ça, ça devrait être interdit !"

J'essaie pourtant de faire tous les efforts possibles pour tenter de me montrer patient avec lui, mais à un moment, il faut bien admettre que ce n'est pas non plus ma qualité principale.

- "Tu comptes nous gonfler comme ça tout le week end ? C'est de te plaindre à tout bout de champ alors que t'as pas un yen à dépenser qui devrait être interdit. Ça fait longtemps qu'on a rien pu faire ensemble tous les trois, ce serait cool que t'essaies au moins de faire semblant d'être content d'être avec nous. Alors maintenant bouffe tes brochettes et fout nous la paix. Il y a bien assez du brouhaha ambiant pour me casser les oreilles."

J'encaisse son regard noir sans ciller. Habitude. Mais j'aurais dû me méfier davantage. Alors que je pensais avoir gagné ce duel de regards, il s'esquive rapidement d'un pas sur le côté. J'attrape instantanément le poignet d'Hironobu pour prendre sa suite. Le problème, c'est que dans cette masse de personnes aux cheveux noirs vêtues de kimono, il ne faut que quelques secondes pour que je perde totalement de vue le fuyard.

- "Merde. Mais quel sale gosse !"

Je peste en me rendant compte que ça ne sert désormais plus à rien de tenter de le rechercher. Il faudra un grand coup de chance pour que nos chemins se croisent dans cet endroit immense. Je pousse un soupire, et ce n'est qu'en reposant les yeux sur celui qui n'a rien demandé que je me rends compte des larmes qui coulent désormais sur ses joues.

- "C'est rien, pleure pas Nobu. Kyo est un grand garçon. Il va bouder de son côté et puis quand il en aura marre il reviendra nous trouver."

- "Pourquoi est-ce qu'il faut toujours que vous vous disputiez ?! Tu savais très bien que ça se passerait comme ça à vouloir lui tenir tête."

Avec n'importe qui d'autre, je me serais insurgé, défendant mon point de vue toutes griffes dehors. Mais avec mon petit frère qui pleurniche devant moi, ma poitrine se comprime douloureusement. Chacun sa kryptonite. Un soupire plus tard, je sors mon téléphone pour tenter de joindre l'ado rebelle. Je n'ai même pas le temps d'entendre la messagerie arriver que la tentative d'appel se coupe. Il m'a raccroché au nez sans même avoir pris la peine de commencer par décrocher.

- "Allez vient, il y a des jeux à tester encore !"

- "J'ai plus envie."

Nouveau soupire.

J'ai dû déployer toutes mes compétences en négociation pour convaincre Hironobu de poursuivre le programme initialement prévu. Après tout, il aime se faire passer pour mon "manager" sur les réseaux, répondant même très généralement aux messages qui me sont adressés, se faisant passer pour moi. Et ça ne me pose aucun problème. En tout cas, sa conscience professionnelle désormais réveillée, j'arrive à clore la journée comme prévu. J'ai désormais tout ce qu'il faut pour proposer un aperçu du meilleur moyen de profiter de ce festival. Et dire que tous ceux qui likent et commentent déjà ce que je poste au fur et à mesure sont persuadés que je dois m'éclater.

Le soleil est désormais complètement couché, et toujours aucune nouvelle de Kyojiro.

- "Dis, après le feu d'artifice, on va le chercher... ?"

Je hoche doucement la tête. Ce samedi doit se conclure par un feu d'artifice, symbole incontesté de grandes festivités. Pourtant, pour nous, le moral n'y est pas. Jusqu'à ce que je reçoive un sms. En même temps que Hironobu. Il s'empresse d'attraper son téléphone et au regard implorant qu'il pose sur moi, je n'ai pas grand mal à comprendre qui est l'auteur. Tout en sachant d'avance que ce que je vais lire ne va pas me plaire.

"Je reviens que si tu payes ta bouteille de saké."


J'ai envie de le baffer. Sauf qu'il n'est pas encore là. Et que je ne peux pas faire ça avec le plus petit dans les pattes. Je pianote rapidement quelques mots pour lui indiquer un point de rendez-vous.

- "Tu vas faire ce qu'il demande hein..."

Évidemment, je n'ai pas envie de passer ma nuit dans les pires quartiers de Tokyo à chercher dans quel sale coup il se sera encore fourré. Après avoir galéré un long moment pour nous retrouver, je l'aperçois enfin. Effort maximal pour ne pas l'engueuler d'entrée de jeu, j'essaie de me persuader que ce n'est pas si mal. Et je fais bien. Après avoir acheté cette bouteille à l'un des stands ainsi qu'un soda pour Hiro (faudrait pas trop pousser non plus), le feu d'artifice commence sur des notes moins maussades.

- "Ramenez-vous, qu'on envoie au moins une photo à maman."


En position pour un selfie groupé, le ciel illuminé en arrière plan, on arrive à avoir une image de nous donnant l'impression que cette journée s'est parfaitement déroulée. Un sourire satisfait échangé entre nous, la soirée s'annonce bien plus agréable. Il est temps de s'amuser un peu !


---------------------------------



Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical Igag

Shintaro s'en fout en [#cc6633]
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical Empty Re: Epreuve 4 - Terrae & Joueur amical

Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum