Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : coffrets dresseur ...
Voir le deal


Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Sam 9 Déc 2023 - 18:07


Dimanche 17 Juin 2018


Cela faisait maintenant un mois que le rendez-vous avec Shintaro dans son bureau avait eu lieu. Un mois, maintenant, qu'elle était en contact avec Izayama Naoko, la mère de Shin. Les deux femmes échangeaient régulièrement pour parler de la scolarité de l'étudiant, mais aussi et surtout, au sujet de Kyojiro et des aides qu'elle pouvait avoir en tant que femme seule élevant plus plusieurs mineurs. La mère de famille n'allait d'ailleurs pas tarder à toucher plusieurs types d'allocations, Arizona avait fait le nécéssaire pour. Concernant Kyojiro, il était convenu qu'elle le rencontre, ça serait plus simple de discuter face à face de tous les détails de ce qu'elle avait à lui proposer. Naoko avait alors invité Ari à venir directement à Kyoto.

Naoko avait dit à l'assistante sociale de voir directement avec Shintaro pour venir jusqu'à Kyoto, Arizona s'était bien donnée la peine de lui envoyer un gentil texto, mais elle était resté sans réponse de la part de l'étudiant. Alors comme la jeune femme indépendante qu'elle était, Arizona prit ses billets de train pour se rendre à Kyoto, il n'y avait qu'1 h 30 de trajet, pas grand-chose en sois. La veille de son départ, elle reçut enfin un texto de Shin lui demandant à quelle heure son train arrivé à Kyoto. Pas de "bonjour" ni de "comment tu vas depuis le temps". Elle pouvait ressentir la froideur de l'étudiant à travers ce message.

Arizona remercia le ciel de ne pas avoir à supporter 1h30 de trajet en voiture avec lui finalement. L'assistante sociale avait pris le train à midi ce dimanche. c'était plus simple pour elle de se rendre à Kyoto un week-end, sa semaine était bien trop chargée pour y aller, et si elle y avait été un mardi par exemple elle aurait trop de travail à rattraper par la suite. Si sur le campus elle se permettait quelque liberté sur sa tenue de travail, en rendez-vous-vous extérieur elle se devait d'être plus crédible et plus classique surtout. Alors un chemisier blanc et une jupe crayon noir, l'avaient transformés en parfaite employée de bureau.

Concernant Ryuji, le prof de Design qu'elle avait officiellement rencontré sur le toit de l'école et avec qui elle avait passé le reste de la journée, aussi étonnant que cela puis paraître, il ne s'était encore rien passé. Ce n'était pas l'envie qui manquait de son coté bien au contraire. Elle n'avait envie que d'une chose c'était lui sauté dessus à chaque fois qu'elle le voyait. Mais d'un autre côté elle avait aussi envie de prendre son temps, et elle avait aussi l'impression que le prof de design était encore un peu perdu. Alors elle se contait de discuter avec lui quand elle le voyait sur le campus, ou de lui envoyer des nudes, comme ça subitement alors qu'il était en plein cours et de passer ses soirées à le chauffer par texto. Évidement, après lorsqu'elle le croisait dans les couloirs, c'était le gros malaise pour lui, mais Ari savait que dans le fond ce petit jeu plaisait à Ryuji.

Elle avait eu à peine le temps de penser à son amourette naissante dans le train qu'elle était déjà arrivée à Kyoto. Elle connaissait un peu cette ville pour y avoir fait plusieurs voyages scolaires et revenir ici dans le cadre de son boulot lui faisait un peu bizarre. Elle avait vraiment pris conscience du chemin qu'elle avait parcouru depuis le lycée. Shintaro lui avait dit qu'il l'attendrait au dépose-minute de la gare, en précisant qu'elle n'avait pas intérêt à être en retard. Comme si ça dépendait d'elle... Une fois à l'extérieur, la petite brune regarda autour d'elle, essayant de remarquer la couleur et la marque de voiture que lui avait donné l'étudiant. Au bout de quelques instants, elle crut reconnaître le modèle et vue la tête de l'automobiliste au volant, c'était forcément lui.

L'assistante sociale, courue en direction de la voiture avant de rentrer à l'intérieur. "Shintaroooooo! Moi aussi, je suis tellement contente de voir !"dit-elle d'un ton faussement enjoué. "C'est tellement gentil d'avoir pris la peine de venir me chercher, t'es adorable." Toujours avec cette manière d'hypocrite. Il était drôle dans le fond,  cet étudiant: il avait toujours le visage serré, c'était comme s'il n'avait jamais envie d'être là où il était. Vraiment Shintaro, c'était la définition d'être "Aigri"



tenue d'Arizona:

Citation
Shintaro Lawson
A l'université ; 2è année
Shintaro Lawson
■ Age : 32
■ Messages : 685
■ Inscrit le : 04/08/2021

■ Mes clubs :
[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro MzrdKEg [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro ZgZseRD


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Shintaro Lawson

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Jeu 14 Déc 2023 - 15:42
- "Qu'est-ce que tu fais encore ici ? Dépêche toi, tu vas être en retard à ce rythme !"
- "C'est bon, c'est une grande fille, elle a un téléphone, l'adresse, elle va bien se débrouiller pour arriver jusqu'ici sans avoir besoin d'un chauffeur personnel."
- "Qu'est-ce que c'est que ces manières ?! Tu ne vas quand même pas laisser une jeune fille venir jusqu'ici à pied alors qu'elle ne connait pas la ville."
- "Il ne pleut même pas..."
-  "Shintaro Lawson, tu vas me faire le plaisir de prendre tes clés, ta voiture, et de ne pas la laisser sans repères une fois à la gare !"

C'est vraiment parce que c'est ma mère hein. Ce qui ne m'empêche pas de soupirer de dépit. Bien sûr qu'elle a gagné et que je me lève déjà du canap dans lequel j'étais vautré jusque là. En passant devant l'unique autre pièce de l'appart, je vois les regards d'Hironobu et de Kyojiro sur moi. Les deux, campés devant leur ordi, ont l'air de bien se marrer. Profitez en, on verra qui rigolera le plus dans quelques instants.

Pas moi, sûrement. Je me demande encore comment est-ce que j'en viens à devoir amener Arizona ici. Chez ma mère. Là où j'ai vécu toute ma adolescence. Je repense à Kyo. Vraiment, c'est bien parce qu'elle a su me faire espérer pouvoir lui trouver une solution que j'ai accepté. Il me fera chier jusqu'au bout ce sale gosse.

J'enfile une veste, fourre mon portefeuille et mon téléphone dans mes poches, mon paquet de clope (en faisant gaffe à ce que ma mère ne regarde pas, vieux réflexe qui ne sert plus à rien) et je passe la porte. Je descends les escaliers communs jusqu'à me retrouver plus bas dans la rue. C'est vrai que ce quartier n'est pas des mieux réputés. Pour ne pas dire qu'il fait parti des pires. Mais ce n'est pas comme si elle débarquait au beau milieu de la nuit. Quoi que. Vu comment elle s'habille... Argh, j'espère qu'elle fera au moins un effort pour que ce soit moins court que ce que j'ai vu jusque là.

Arrivé à la gare, je me pose à l'une des places dispo et envoie un message à Arizona pour lui indiquer où je suis. Pas question de payer un parking pour aller l'attendre en bas de son train non plus. On va déjà devoir passer bien assez de temps ensemble, si je peux gagner quelques secondes, j'en profite. Je profite de l'attente pour fumer une clope tout en pianotant sur mon téléphone, checkant les dernières infos sur mes comptes sociaux.

Moment de calme qui vole en éclat avec l'arrivée tonitruante de l'assistante sociale qui me vrille les oreilles alors qu'elle ouvre à peine la portière de la voiture.

- "Qui est-ce que t'essaie de convaincre comme ça ? J'suis tout seul dans la voiture hein, tu peux garder ton énergie pour plus tard."

Non mais comment est-ce que vous voulez que j'envisage seulement de faire un petit effort dans ces conditions ? Bon, il ne fallait pas non plus s'attendre à ce que je lui demande si elle a fait bon voyage, mais... Bref. Je n'ai pas envie de penser à tout ça.

J'allume à nouveau le contacte (on ne va pas s'éterniser ici hein), met mon clignotant et sors de la place où je me trouvais. Par réflexe je tourne la tête dans sa direction (je ne sais pas encore ignorer totalement la présence d'une personne sur le siège passager, faudrait que j'apprenne) et je me souviens juste d'une remarque précédente.

- "Tu portes toujours des jupes aussi courtes ?"

Oui, c'est un peu prononcé sur le ton du reproche. Genre "tu n'aurais pas pu mettre quelque chose de plus long ?".

Tenue Shintaro:

---------------------------------



[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Igag

Shintaro s'en fout en [#cc6633]
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Dim 17 Déc 2023 - 19:48


Comme à son habitude Shintaro était d’une humeur massacrante, à moins qu’il ne soit comme ça qu’avec elle. Arizona et le japonais avait des caractère diamétralement opposé, leur façon de faire et de penser étaient l’opposé l’une de l’autre. ils évoluaient tous les deux dans deux mondes parallèles et la rencontre des deux faisait des étincelles. c’était le cas de le dire. Comme à l’accoutumé Shintaro ne comprit pas son ironisme, ou alors il n’avait simplement pas envie de plaisanter avec elle. Évidemment comme sujet de discussion l’étudiant ne trouva rien d’autre que de critiquer la tenue de l’assistante sociale. elle qui avait prit soin de choisir une tenue professionnelle. une pointe d’agacement fit relever les sourcils de la jeune femme. vraiment? il comptait commencer les hostilités tout suite? Alors qu’elle venait juste de s’installer dans sa voiture. très bien. Elle regardait sa jupe et son chemisier avant de lever les yeux vers Shintaro, un brin provocatrice.

“Ben quoi? je te plais pas comme ça Shin?” puis elle prit un ton un peu plus agacé. “T’as aucun gout, y’a rien de plus classique qu’un chemisier blanc et une jupe de tailleur. J’y peux rien si t’es coincé !”


Elle remarqua la cendrier dans la voiture et se dit qu’elle aussi elle ferait bien de s’en griller une. Elle ne savait pas à quelle sauce elle allait être mangée, ni si Kyo allait poser une quelconque résistance. La Syrienne sortit son paquet de cigarette de son sac et en proposa une au japonais avant d’allumer la sienne. puis elle observa le paysage défiler devant ses yeux. Depuis son arrivée il s’était passé pas mal de choses dans la vie et en peu de temps elle avait fait pas mal de rencontres, des bonnes et des moins bonnes. Shintaro était la première personne du campus avec qui elle avait créé un lien et paradoxalement c’était la personne avec qui elle s’entendait le moins aussi, alors finalement c’était drôle qu’elle se retrouve là à Kyoto avec lui.

La fumée de cigarette s’échappait par la fenêtre qu’elle avait un peu ouverte, histoire de ne pas s’intoxiquer davantage. Arizona était étrangement calme, enfin calme alors qu’elle était accompagnée de Shintaro. Généralement avec lui, elle pouvait passer très vite de l’amusement à la colère.Ses yeux se tournèrent vers lui, il avait les yeux fixés sur la route, silencieux et taciturne…barbant. Quel gâchis qu’un mec aussi mignon soit aussi chiant pensa-t-elle.

“ça va toi? Je veux dire…Vraiment?”


La seule fois où il avait eu une discussion calme et posée c’était lors de son rendez-vous pour Kyojiro. Elle avait pris sur elle pour ne pas s’énerver ni le taquiner, mais une fois leur rendez-vous fini et même dans lors de leur première rencontre c’étaient toute autre chose. Il y avait comme une dynamique assez particulière dans leur relation. Enfin relation, c’était un bien grand mot, ils n'étaient pas amis après tout.

Après quelque minute de route, ils arrivèrent enfin à destination. Le quartier craignait pas mal mais rien qui ne pouvait impressionner l’assistante sociale, elle avait vu bien pire dans sa vie. silencieusement elle suivit l’étudiant, observant ce qu’elle voyait autour d’elle et analysant l’environnement dans lequel évoluait cette famille. Après avoir monter quelques étages, les deux étaient enfin arrivés devant la porte d’entrée de la famille Lawson et avant que Shin n’ouvre la porte, elle se voulait rassurante.

“t’inquiète, je vais bien me tenir….mais t’as pas intérêt à me lancer des piques devant ta mère.”


puis elle l’ignora et enfila son plus beau sourire, prête à être accueillie par cette charmante famille.

Citation
Shintaro Lawson
A l'université ; 2è année
Shintaro Lawson
■ Age : 32
■ Messages : 685
■ Inscrit le : 04/08/2021

■ Mes clubs :
[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro MzrdKEg [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro ZgZseRD


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Shintaro Lawson

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Ven 22 Déc 2023 - 11:56
Franchement ?

- "Aucune chance que tu me plaises comme ça. Un chemisier qui frôle la transparence et une jupe de tailleur qui pourrait difficilement être plus courte, ce n'est classique que pour toi"

Pourtant, je ne suis pas bien regardant sur le style vestimentaire de qui que ce soit. Tant que ça ne donne pas l'impression de chercher à attirer le regard ailleurs que dans les yeux de la personne. Et là franchement... Elle se rend vraiment compte qu'il y a deux ados aux hormones débordantes là où on va ? Ouais, ça m'énerve déjà. Elle peut bien penser que je suis coincé, je ne suis de toute façon plus à ça près.

Vue l'ambiance pour les quelques minutes de voiture qui séparent la gare de l'endroit où vit ma mère, je suis bien content d'avoir royalement ignoré le message d'Arizona qui me demandait si on pouvait faire le trajet depuis Kobe ensemble. Je n'aurais jamais tenu. La seule chose qu'on a en commun, c'est peut-être cette façon d'utiliser la nicotine comme calmant. Alors bien sûr, je ne refuse pas cette clope tendue.

Et je me garde bien d'alimenter la conversation. Je suis sûr que rien de positif ne pourrait en sortir. Je me contente donc de faire ce pour quoi je suis là. Conduire. Jusqu'à cette question que je n'avais pas vue venir. Je jette un regard interrogateur à Arizona, avant de me concentrer à nouveau sur la route.

- "Qu'est-ce que ça peut te faire ? T'es déjà au courant de bien assez de mes problèmes, je n'ai pas envie de m'étendre sur le reste avec toi."

C'est peut-être un peu abrupt... Oui, mais les "oui oui ça va et toi ?" ce n'est pas dans mes habitudes. Ce genre de réponse mécanique et complètement fausse (qui va vraiment bien dans ce monde ?) ça me donne envie de vomir. Et clairement, je n'ai pas envie de déballer tout ce qui peut ne pas aller dans ma vie avec cette fille en particulier.

C'est donc dans cette ambiance toujours aussi tendue que je gare la voiture non loin de l'entrée principale du bâtiment. Je ne sais pas si Arizona se veut rassurante avec ses mots, mais j'ai toujours autant de doutes sur le bon déroulé des prochaines minutes. Enfin, maintenant qu'on est ici, ce n'est pas pour faire marche arrière. Ça a vraiment intérêt à marcher !

- "Je n'ai pas l'intention d'intervenir plus que nécessaire. Après tout, si tu es ici, c'est uniquement pour faire ton taff. Et je n'ai aucun pouvoir de décision sur la suite."

Non, les deux personnes qu'elle doit convaincre, c'est uniquement ma mère et Kyojiro. Moi si je suis là... Ok c'est parce que j'appréhende de savoir que cette nana en particulier se trouve chez moi. Et que je veux être là pour écouter. Juste au cas où. Parce que ça ne m'enchante pas des masses non plus. Mais je sais très bien que je passerai mon temps à me torturer l'esprit en me demandant comment ça se passe si j'étais ailleurs alors, je choisi le moindre mal.

Je guide l'assistante sociale jusqu'à la porte de l'appartement qu'on occupe, poussant la porte tout en annonçant notre arrivée. La pièce n'a rien de très extraordinaire (si ce n'est qu'elle a été rangée et nettoyée pour l'occasion). Pas d'entrée, la porte donne directement sur la pièce de vie principale. Une petite cuisine sur le coin gauche, un salon trop encombré dans le coin droit, un accès étroit entre les deux, menant aux deux portes du fond qui donnent sur la salle de bain et la seule chambre de l'appartement. Aucune décoration particulière. Malgré les efforts évidents de ma mère pour rendre la pièce la plus agréable possible, personne ne s'y tromperait. C'est la misère.

- "Oh, vous voilà ! Bonjour mademoiselle Williams, ravie de vous rencontrer, je suis Izayama Naoko, la maman des garçons. C'est moi que vous avez eu au téléphone. Je vous en pris, entrez, venez vous installer. J'espère que vous avez fait bon voyage. Je peux vous offrir quelque chose à boire ? Je viens de faire du thé. Vous aimez le thé ?"

Saluant bien bas la nouvelle arrivée, ma mère est déjà à 100%, comme à son habitude. Une énergie qu'elle trouve je ne sais où. En tout cas, elle semble déterminée à faire bonne impression. J'imagine qu'elle aussi a conscience de la difficulté du cas de Kyojiro. Il n'y a plus grand monde pour accepter de s'en occuper.

- "Kyojiro, Hironobu, venez ici dire bonjour !"

Un ordre de sa voix fluette et peu portante, elle me jette ce regard que je connais trop bien avant de reporter toute son attention sur Arizona. Oui, c'est à moi d'aller les tirer de la piaule par la peau du cou. Je me déchausse rapidement avant de laisser les deux femmes seules quelques instants, le temps de récupérer les deux sales gosses pour les faire décrocher de leur pc.

---------------------------------



[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Igag

Shintaro s'en fout en [#cc6633]
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Lun 25 Déc 2023 - 19:59


Arizona pénètre dans l’appartement et parcourt du regard l’intérieur. C’est modeste, très modeste mais c’est propre et bien entretenu Arizona était une habituée des visites à domicile et il lui en fallait plus pour l’impressionner, cependant elle était tout de même consciente de la précarité de la famille. on pouvait en apprendre beaucoup sur une famille en observant son logement et là c’était flagrant, l’argent manquait. La mère de famille se présente à elle, Izayama Naoko était une belle femme, elle semblait encore jeune, sa voix était douce mais rassurante, une vrai maman. Arizona salua à son tour la mère de famille en souriant chaleureusement. elle lui répondit en allant s'asseoir sur le canapé bien usé du salon.

“Merci de bien vouloir m’accueillir madame Izayama, je suis ravie de faire votre connaissance! j’ai fait un très bon voyage, Kobe et Kyoto ce n’est pas si loin finalement! et puis Shintaro à été adorable et tellement gentil de venir me récupérer à la gare, alors c’est passé très vite!”


Elle lança un sourire hypocrite à l’étudiant avant qu’il ne parte chercher ses petit frère. Elle ne pouvait décemment pas dire à Naoko que son fils était un vieil aigris coincé dans le corps d’un type de 24 ans , aux idées arrêtées et au jugement facile. Arizona savait que le “adorable” dans l’oreille de Shin sonnerait comme quelque d'insupportable si c’était prononcé par la petite brune.

“Du thé c’est parfait merci.”


Arizona ne comptait pas trop s'occuper de Shintaro, elle n’était pas là pour lui. à vrai dire elle prétendait quand même un peu sa rencontre avec le jeune Kyo. Vu comment on lui avait dépeint ça ne risquait pas d’être gagné d’avance mais l'assistante sociale était assez confiante. Naoko prit place à côté d’Ari avec deux tasses de thé, il était temps de commencer le travail. L’Américaine sortie de son sac un porte document, contenant le dossier de la famille Lawson.

“J’ai besoin de votre signature ici et là. C'est votre dossier concernant les différentes aides dont je vous ai parlé. Si j’envoie le dossier demain, vous recevrez les aides directement sur votre compte à la fin du mois. Il faut juste actualiser votre situation tous les 6 mois mais vous recevrez un courrier au préalable.” elle regarda autour d’elle, elle espérait que Shintaro prenne son temps avant de revenir avec ses frères, ce genre de détail allait les ennuyer; “J’imagine que vous devez être à l’étroit ici, surtout avec trois grand garçon, et puis pour votre intimité ça ne doit pas être simple non plus…vous savez l'accès à ses vous donne aussi le droit à un logement plus décent.” Elle bu une gorgée de thé. “ Évidemment les places sont chères et je ne suis pas magicienne mais on peut appuyer sur le fait que vous êtes à l’étroit ici surtout avec trois garçons. Et puis il faudrait voir si l’appartement est aux normes, enfin je vous laisse réfléchir sur tout ça. N'hésitez pas à me contacter, vous avez mon numéro.”


Les garçons arrivèrent et les deux femmes se levèrent pour les accueillir. La petite brune salua d’abord Hironobu. “ Bonjour Hironobu, merci de m’accueillir chez toi, et excuse-moi de te déranger pendant ton week-end”


Ce n'était pas dans ses habitudes d’être aussi protocolaire, du moins pas dans la vie de tous les jours, ni dans son bureau. Arizona était plutôt du genre bulldozer et mettait les pieds où il ne fallait pas généralement. Mais là s’agissait d’enfant alors elle voulait autant se savoir rassurante et moins agressive dans ses méthodes. Elle se tourna enfin vers l’objet de sa venue ici: Kyojiro, il ressemblait à un ado comme un autre. Un peu blasé peut-être, très mignon. Décidément Naoko n’avait fait que des beaux enfants. Arizona jeta un regard à Shin, aussi expressif qu’un mollusque puis sourit à Kyojiro
“Ravie de te connaître Kyojiro, on m’a beaucoup parlé de toi, j’avais très hâte de te rencontrer.” Elle se tourna enfin vers la mère de famille. “Vous pouvez être fière de vous Madame Izayama, vous avez fait d très beaux garçons!”


C'était le moment de prendre la température, voir comment Kyo allait réagir à la venue d’Ari. Bien ou mal, dans tous les cas elle comptait bien sortir de cet appartement avec un projet pour l’adolescent.

Citation
Shintaro Lawson
A l'université ; 2è année
Shintaro Lawson
■ Age : 32
■ Messages : 685
■ Inscrit le : 04/08/2021

■ Mes clubs :
[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro MzrdKEg [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro ZgZseRD


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Shintaro Lawson

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Mar 9 Jan 2024 - 12:20
Si ma mère semble ravie par la réponse que lui apporte Arizona, je sais très bien que cette denrière n'en pense pas un mot. Pff, je ne sais même pas comment elle fait pour jouer la comédie comme ça et ça me gonfle déjà. Cette visite s'annonce très longue... Et je sais déjà que moins j'en dirai, mieux ça se passera. Encore faut-il que je sois capable de ne pas intervenir mais... on verra ça plus tard !

Pour l'instant, il faut déjà que je déscotche mes frangins de leur écran. Et vu comme ils font bien attention à ignorer mon arrivée dans la chambre (qui elle, n'a visiblement pas eu droit au rangement), ça ne va pas être si simple. Alors je prends bien la peine de refermer la porte derrière moi. Pas besoin d'être devin pour savoir que ça ne va pas se passer dans le calme, autant limiter ce qui passera de l'autre côté.

- "Bon allez, bougez de là, vous avez entendu maman."
- "On va venir c'est bon, on est en plein donjon là laisse nous finir !"

Son casque sur les oreilles pour jouer avec leurs potes à ce qui ressemble à du Divinity, Kyo me répond, visiblement déjà agacé, sans même me jeter un regard.

- "Vous saviez que j'allais la chercher, vous auriez pu anticiper un peu avant de vous lancer là dedans."

"C'est bon j't'ai dit qu'on arrivait là, lâche nous !"

Et là, je dois vraiment prendre sur moi pour ne pas juste élever la voix et débrancher son pc. Ce qui nous aurait évidemment lancé dans l'une de ces prises de tête un peu violentes qui animent notre quotidien depuis quelques années. Mais outre le risque de voir Kyojiro se barrer de l'appart (ce qui n'est clairement pas l'objectif) je sais aussi que ma mère s'en sentirai beaucoup trop gênée. Et vu comme elle a déjà l'air de stresser, pas besoin de lui rajouter ça. Alors je change de moove (et de cible) m'adressant à Hironobu, le plus jeune de nous trois.

- "Nobu... tu leur dis que vous devez déco."

Mon petit frère me regarde avec ces yeux de chien battu bien trop triste (la spécialité des petits derniers de chaque fratrie) avant de retourner les yeux, peiné, sur son écran. Je pourrais presque me sentir coupable s'il n'y avait pas beaucoup plus important en cours.

- "Déso les gars, on doit y aller. On se tient au courant pour se relancer ça."
- "Azy vous faites ch*er là !! On est pas à deux minutes près ! Tout ça pour quoi en plus ?! Encore un soit disant spécialiste qui fera rien du tout. Tu sais aussi bien que moi que ça ne servira encore à rien du tout !" Kyojiro se relève brusquement, énervé. Il fallait s'y attendre. "J'ai jamais dit que j'voulais la voir moi !"
- "Écoute au moins ce qu'elle a dire. Tu sais très bien que si ça ne te va pas, maman te laissera encore vivre ici à ne rien foutre pour les années à venir. Tu lui dois bien ça au moins."
- "Tss c'est toujours les mêmes conneries avec toi de toute façon !"

Sentant l'ambiance s'alourdir, Hironobu est le premier à quitter la chambre. Il s'avance dans le salon pour saluer Arizona comme il se doit, pendant que j'attends que Kyo prenne la suite, avec quelques secondes de décalage. Eh bah, je savais que ça allait être une galère. Dire qu'on n'a même pas commencé.

- "Oh les garçons, vous voilà."

Ma mère se relève aussitôt qu'on arrive dans le salon, après avoir signé les documents et répondu aux quelques questions d'Arizona. Bien sûr, vu comme ça, l'appartement n'est pas très grand, mais elle s'y est bien faite. Et puis, c'est vrai qu'elle n'est pas souvent à la maison (oui bien sûr, ça c'est ce qu'elle raconte mais on sait tous que c'est effectivement bien trop petit). Non vraiment, le logement n'est pas du tout une priorité. Elle aura tout le temps de voir ça plus tard. Finalement, je crois que je préfère encore m'engueuler avec Kyo que d'entendre ma mère raconter ce genre de conneries.

- "Bon...bonjour madame, vous ne me dérangez pas du tout..."


Si Hironobu a l'air carrément impressionné face à Arizona, Kyo lui, ne lâche pas sa mine renfrognée. On le dérange dans son jeu et c'est inacceptable. Pas question de laisser penser qu'il puisse être d'accord avec quoi que ce soit qui se passe ici. Il m'énerve quand il fait sa sale tête comme ça mais... étrangement, de savoir que c'est vers Arizona que son regard agacé se porte me fait presque plaisir. Non mais pas tout à fait, ok, j'aimerais bien qu'on lui trouve enfin une vraie solution mais... disons que ça nous fait quand même un point commun. Ce qui est appréciable. Un peu.

- "Ouais ouais, tout le monde est toujours ravi de me connaitre, mais vous serez encore plus ravie de pouvoir vous barrer."

Grommelant son mécontentement, il ignore totalement le regard outré que lui renvoie ma mère. Pour le coup, je trouve qu'il a su rester relativement soft. Faut dire qu'on en a un peu parlé de ce rendez-vous.

- "Kyojiro, soit un peu plus poli s'il te plait. Allez, venez vous assoir les garçons."

Ma mère s'empresse de repartir vers la cuisine pour ramener tout un tas de petits biscuits qu'elle a pris le temps de cuisiner pour l'occasion, déposant le plateau sur la petite table basse du salon. Kyojiro s'installe dans le fauteuil (défoncé) qui se trouve à l'angle du canapé pendant que je tire deux petits poufs pour Hironobu et moi. Surtout, ne rien dire. Pourtant toute cette mascarade m'horripile d'avance.


code couleur parce que je m'en sors plus aled !:

---------------------------------



[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Igag

Shintaro s'en fout en [#cc6633]
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Ven 12 Jan 2024 - 22:32


le moins que le puisse dire c’était que les deux jeunes frères était très différents Hironobu était encore très jeune et semblait un peu intimidé face à l’assistante sociale, Kyojiro quant à lui n’était clairement pas ravi de voir une étrangère arriver chez eux et il lui fit clairement comprendre. Cependant il en fallait plus pour impressionner Arizona qui se contenta de sourire. Ce n’était pas le moment de se la jouer provoc au risque que l’adolescent en crise se braque . Arizona laissa sa mère le rappeler à l’ordre et elle les invita tous à s'asseoir pour commencer la discussion. La mère de famille était vraiment au petit soin, la Syrienne se doutait bien qu’elle redoublait d’effort pour accueillir l’assistante sociale dans les meilleures conditions. Et Arizona la remercia chaleureusement pour son accueil.

“Merci beaucoup madame Izayama, vous êtes vraiment au petit soin.”


tout le petit monde était maintenant installé. Arizona les observa dans un premier temps quelque instant, matriarche avait l’air très concentré, le jeune Nobu avait l’air de se demander ce qu’il faisait ici, Shintaro…c’était Shintaro toujours la même expression mi stoique mi agacée, et Kyojiro quant à lui avait l’air passablement énervé, comme prit en otage. C'était le moment pour elle d’entrer en scène.

“Je vous remercie d’avoir pris le temps de me recevoir aujourd’hui, j’imagine que vous êtes tous très occupés. Mon but n’est pas du tout de m'immiscer dans votre vie de famille mais plutôt que tout le monde puisse s’y épanouir.” Arizona essayait de faire un maximum abstraction de la présence de Shintaro, elle l’imaginait déjà en train de la juger fort dans sa tête. Ce n’était le moment de penser à lui ni à ce qu’il pouvait bien penser d’elle. “ Avec votre mère on est déjà en train d’essayer de trouver des solutions pour la soulager au travail, si on peut lui éviter le trop plein d'heures supplémentaires et les remplacer par des aides de l’état ça serait pas mal.”


Arizona tenait à être totalement transparente avec les garçons et qu’ils prennent conscience que leur mère se tuait au travail pour leur donner un niveau de vie correct et surtout qu’ils ne manquent de rien. Shintaro en avait conscience c’était certain mais elle n’était pas vraiment sur que les deux plus jeune se rendaient compte de la situation. l’asssitante sociale parlait d’une voix douce et posée, mais pas infantilisante, elle ne voulait pas que cette famille se sente rabaisser, infantilisé ou vue comme des personnes incapable de se débrouiller par leur propre moyen.

Ensuite elle se tourna vers Kyojiro, toujours affalé sur le fauteuil, tout son corps exprimant sa non envie d’être ici et Arizona savait que ça ne serait pas une mince affaire avec lui. Elle n’était pas découragée pour autant. elle se tourna vers lui. “ Kyojiro, si tu veux bien on va passer à toi maintenant.”Elle marqua un petit temps, elle espérait qu’il comprenne bien qu’elle ne lui laissait pas vraiment le choix et qu’il le veuille ou pas on allait discuter de lui à présent. “Comme tu es un ancien lycéen de Kobe, j’ai pu avoir accès à ton dossier, félicitation pour ton diplôme, tu t’en es sorti avec des notes plus qu’honorable.”C'était sincère, cet ado était loin d’être un élève médiocre et il avait du potentiel. “ Et du coup depuis, qu’est ce qu'il se passe dans ta vie? j’ai un peu d’élément en ma possession mais tu es le mieux placé pour m’en parler.” c’était maintenant qu’elle allait savoir s’il était apte à pouvoir discuter ou pas. Si ça n’était pas le cas, elle avait bien évidemment d'autres options. “S’il y a des choses dont tu ne veux pas me parler, tu es libre de ne pas le faire, tu n’es obligé de rien. Et évidemment je ne suis pas là pour te juger, au contraire.”


Elle était maintenant totalement tournée vers le jeune frère de Shintaro. Quelque soit sa réponse elle aurait des arguments, les jeunes hommes rebelles que la société rejette et qui sombrent petit à petit c’était ses cordes. Autant personnellement que professionnellement, elle savait les gérer. Ce petit était totalement perdu alors elle allait lui prouver qu’il était largement capable de retrouver son chemin.

Citation
Shintaro Lawson
A l'université ; 2è année
Shintaro Lawson
■ Age : 32
■ Messages : 685
■ Inscrit le : 04/08/2021

■ Mes clubs :
[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro MzrdKEg [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro ZgZseRD


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Shintaro Lawson

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Mar 16 Jan 2024 - 12:27
- "Oh, non, c'est tout à fait normal."

Normal d'après la vision de la bonne mère de famille trop profondément ancrée dans la tête de ma mère. Déjà qu'il lui parait inconcevable de recevoir quelqu'un sans lui dérouler le tapis rouge, si c'est en plus quelqu'un qui vient pour aider l'un de ses fils, elle se sent forcément obligée de sortir l'argenterie ! S'il y en avait. Évidemment, il faut se contenter du peu de vaisselle présentable. Ouais, ça me gonfle de voir à quel point elle se plie toujours en quatre alors que franchement, elle pourrait en faire bien moins. Mais ce n'est sûrement pas le moment de faire la moindre remarque. Spectateur on a dit.

Alors même si c'est difficile, je laisse Arizona mener la discussion. Hors de question de lui donner l'occasion de m'accuser de son échec ! Nooon ok, j'aimerais bien que ça marche (ne serait-ce que pour me dire que ça valait le coup d'endurer tout ça). Juste, je connais un peu mon frère hein. Et vue la gueule qu'il tire en ce moment, le visage fermé comme s'il avait d'avance décidé qu'il n'y avait que lui qui pouvait savoir ce qu'il y a de bien pour lui, j'ai comme un doute sur le bon déroulé de cette séance.

- "Mouais, t'façon, pour c'qu'on m'a laissé le choix..."

Marmonnant déjà son mécontentement à la tentative d'Arizona pour engager cordialement la conversation (mdr des fois quand je le vois réagir comme ça je me dis qu'on se ressemble un peu trop et ça me blase direct) il faut déjà s'estimer heureux qu'il ait encore les fesses posées sur ce fauteuil. Et s'il n'a pas l'air particulièrement touché par le compliment sur ses notes (il voit sûrement déjà ça comme un piège qui se cache derrière), il doit être étonné par la question qui suit, puisqu'il lui faut quelques secondes pour répondre.

- "Bah depuis que j'ai plus besoin de suivre les cours, ma vie va beaucoup mieux ! Déjà je peux faire ce que je veux, j'arrête de perdre mon temps à écouter les profs raconter des trucs qui ne me serviront jamais. A la place je peux faire des trucs qui me plaisent vraiment et, passer du temps avec mes potes et, faire des choses vraiment utiles pour gagner de l'argent. Mais... comme j'ai le droit de ne pas parler de certaines choses, vaut mieux que j'en dise pas plus là dessus."

Un sourire provocant à souhait (lol, je le connais aussi celui là) il penche légèrement la tête sur le côté, les yeux bien rivés dans ceux d'Arizona, visiblement très content de sa réponse. Franchement, qu'on ose dire que je suis le plus insupportable des deux et je vous le laisse une journée.

- "Kyojiro. C'est justement pour régler ce genre de problème que mademoiselle Williams est ici. Tu sais très bien que tu ne pourras pas continuer à faire n'importe quoi comme ça éternellement. Si tu veux vraiment gagner de l'argent, il va bien falloir que tu trouves un autre moyen que toutes tes petites magouilles."

Si j'arrive encore à rester en retrait, c'est manifestement trop dur pour ma mère qui a bien du mal à entendre Kyo parler (ou masquer) ses activités qui peuvent facilement être qualifiées d'illégales. Bien sûr qu'elle sait. Tout le monde sait.

- "Et si ça me va à moi hein ? C'est vous que voyez des problèmes partout. Moi, ma vie me va très bien !"

---------------------------------



[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Igag

Shintaro s'en fout en [#cc6633]
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Sam 20 Jan 2024 - 18:06


Arizona laissa l’adolecent s’exprimer, elle se contenta de le regarder mais intérieurement elle riait un peu. Elle avait l’habitude de ce genre de discours. Pourquoi se casser la tête à aller en cours quand la rue nous offre tout avec beaucoup moins d’effort? Kyojiro ne semblait pas déroger à la règle et jouer les petits caïds du quartier semblait lui plaire. Avait-il seulement conscience que la rue finirait irrémédiablement par le dévorer tout cru. Arizona ne venait pas de ce milieu là, oh non! Elle son monde c’était c’était la haute société, les soirées de gala et les ambiances feutrées, les vacances aux quatre coins du monde et le confort d’une grande maison bourgeoise.. Pourtant elle aussi avait eu son lot de galère: elle avait vécu la guerre, elle avait subi du racisme. Mais sa condition de petite fille de diplomate la ramenait toujours à son statut de petite bourge qui ne pouvait pas comprendre ce que c’était la peur et le danger.

Pour s'émanciper de tout ça elle avait côtoyé les bas fond de tokyo, les petits dealer et les yakuza. surement pour se prouver à elle-même qu’elle n’était pas qu’une simple fille de la haute, surement aussi parce que ce milieu trop lisse et trop protocolaire l’ennuyait et qu’elle n’y trouvait pas sa place. Elle n’avait jamais rien fait de chose trop illégale mais vivre du danger ça l’amusait pas mal et ça l’excitait à l’époque et elle était assez fière de pouvoir jongler entre différents milieux sociaux. Encore une fois tout ça pour prouver qu’elle était acceptée partout. En y repensant, c’était ridicule et finalement elle n’était pas si différente que ce gosse au même âge. Le truc c’était que contrairement à Kyojiro, si ça tournait mal papa était là pour protéger ses arrière. Kyojiro lui n’avait rien. Il fallait qu’il le comprenne, que son comportement de petit rebelle mettait toute sa famille en danger. et ça n’allait sûrement pas lui plaire. Et puis même si elle n’était pas au courant de tout ce qu’il avait fait, elle avait vu Junko se perdre aussi dans la rue. Pour essayer de sauver sa famille pour s’en sortir, il n’avait pas eu d’autre choix que de tremper dans de sales histoires. À l'époque elle avait réussi à lui décrocher une bourse pour qu’il s’en sorte, mais c’était une envie de sa part et ce n’était pas Arizona qui avait réussi à le sortir de la rue, elle avait toujours vécu ça comme un échec. Mais le principal c’était qu’il avait repris ses études et qu’il avait d’excellente notes, ça avait suffit pour la remplir de joie à l’époque….à l’époque. mais ce n’était pas le moment d’être nostalgique, c’était juste que cette famille lui faisait énormément penser à la famille Fushita.

La petite brune soutenait le regard de l’adolescent en souriant doucement.

“ooooh…Et c’est quoi le projet ensuite? devenir Yakuza? Ou alors le plus gros fournisseur de drogue de Kyoto? celui qui fournit la marchandise à tous les petits dealer du coin? J’imagine que pour l’instant tu es tout en bas de l’échelle”


Son regard se fit plus doux mais elle afficha maintenant une petite grimace désolée. Shintaro devait sûrement comprendre que le petit numéro de provocation de l’assistante sociale avait démarré, les autres membres de la famille un peu moins.

“le truc c’est que vue comme c’est parti ’il n’y a que deux plans de carrière qui s'offrent à toi si tu suis cette voie…euh non trois plutôt! quel chanceux!”

Arizona fit mine d'énumérer les différentes possibilités du jeune homme.


“Soit tu restes toute ta vie à botte de mecs plus hauts placé que toi et à qui tu vas devoir dettes. hmmm mais ça c’est si t'es chanceux je dirais, parce que sinon, c’est la prison…ou la mort.”


La jeune femme prit un air beaucoup plus sérieux et planta son regard dans celui de Kyojiro, ses yeux suivirent à la trace ceux de l’adolescent pour ne pas qu’il fuit son regard.

“c’est pas glorieux hein? en plus ça va impacter ta famille. ta mère d’abord. Évidemment. L’angoisse et les problèmes de santé qui vont avec, causés par tes problèmes, les heures supplémentaires qu’elle devra faire pour réparer tes bêtises. Comme si elle n’en fait pas assez déjà. Ensuite ton petit frère, vous passez énormément de temps ensemble n’est-ce pas? Tu dois être son exemple, une fierté pour lui! alors tout naturellement il va suivre ton chemin. ou au contraire lui aussi il va s’inquiéter pour toi et pour ta mère aussi. et Enfin ton grand frère, qui va devoir endosser tout ça, quitte à mettre sa vie de côté, quitte à passer complètement à côté de sa vie.” Arizona soupira doucement “Et ne me sors pas le classique “c’est pas leur problème! c’est pas ma vie je fais ce que je veux! parce que même si tu chercher à t’éloigner d’eux, même si tu tentes de préserver, chacun de tes choix aura un impact sur toute les personnes ici présentes dans cette pièce.”


Bon Arizona espérait quand même ne pas avoir trop choquée la mère de famille, mais elle avait besoin de faire son petit électrochoc pour que Kyojiro comprenne que son petit numéro devait cesser tout de suite. Elle sortit de sa mallette le dossier de l’adolescent sur lequel elle avait bossé longuement.

“Bon maintenant que tout ça est dit, tu vas arrêter ton petit numéro de caïd nonchalant et détaché.” Elle lança un regard complice et rassurant à Naoko avant de regarder l’adolescent. “j’ai des choses bien plus intéressantes à te proposer, des choses qui te feront gagner de l’argent et qui ne mettront pas en péril ta vie ni celle de ta famille.”


Citation
Shintaro Lawson
A l'université ; 2è année
Shintaro Lawson
■ Age : 32
■ Messages : 685
■ Inscrit le : 04/08/2021

■ Mes clubs :
[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro MzrdKEg [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro ZgZseRD


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Shintaro Lawson

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Mar 23 Jan 2024 - 11:33
Je n'ai pas de mal à capter le regard de mon frère à l'évocation de la possible carrière énoncée par Arizona. Ses paupières qui se plissent, sa mâchoire qui se crispe et le poing qui se serre, je les connais bien ces signes. Cette petite provocation ne lui plait pas du tout. Alors je suis assez étonné de ne pas le voir exploser comme il le fait si souvent à chaque fois qu'on a ce genre de conversation. Il ne monte pas le volume sonore comme avec moi. Je devine facilement qu'il prend largement sur lui pour rester maître de lui. Ce qui ne l'empêche pas de parler d'une voix terriblement froide que je ne lui connaissais pas.

- "Quand on ne sait pas de quoi on parle, on se tait."

Ouah, ok, j'avoue que je ne m'attendais pas à ça. J'en reste un peu scotché. Mais visiblement, il a plus d'arguments.

- "J'ai jamais touché à la drogue ok ? Faut être complètement con ou déjà bien assez riche pour se lancer là-dedans. Les risques par rapport à ce que ça rapporte, ça ne vaut pas le coup." Je reconnais assez facilement les quelques discussions qu'on a eu sur les sanctions japonaises ahurissantes concernant la drogue, il faut croire que ça a un minimum servi. "Et les yakuzas... j'ai rien à voir avec eux. J'ai aucune intension de m'enfermer dans une organisation que je suis incapable de comprendre. Je sais très bien que là bas, je passerai pas les vingt-cinq ans. Et j'ai aucune envie de crever pour des sales riches qui se croient supérieurs à manipuler ceux d'en dessous. Le projet, tu veux savoir ? Y en a qu'un seul. Avoir assez de thunes pour me barrer au plus vite."

Ses dernières paroles sont encore plus glaciales que tout le reste. Je sens bien ce pincement dans ma poitrine. Parce que ma mère doit encaisser ça comme une balle qui sort à toute vitesse de son barillet. Mais aussi parce que je sais très bien que Kyo n'a jamais été bien ici. Il n'a jamais accepté le départ de notre père. Le changement de vie radicale que ça a imposé. La pauvreté.

Mais contre toute attente, il est encore là, les fesses posées sur son fauteuil. Et il parait étrangement déterminé. Comme s'il était important qu'il aille jusqu'au bout de cette discussion. Est-ce qu'il espère qu'on lui foute la paix s'il arrive à prouver que c'est inutile ? Pouvoir souligner avoir fait l'effort de rester jusqu'au bout. De s'être livré à l'exercice. Je ne sais pas trop ce qui se passe dans sa tête actuellement, mais on va dire que c'est plutôt une bonne chose.

Et heureusement qu'il est aussi déterminé, parce que la suite n'arrange rien à l'ambiance glaciale qui a pris possession de la pièce. Mais il ne bouge pas. Pas du tout même. Toujours ce même air accusateur. Cette attitude renfermée. Celle-là aussi je la connais bien. Il n'est pas décidé à laisser Arizona l'atteindre et il n'a clairement pas joué sa dernière carte.

- "Parce que tu crois que tout ça je ne le sais pas déjà ? Que je suis aveugle et que je ne l'ai pas remarqué ? Je sais que mes actions ont des répercussions sur eux. Tout comme les leurs en ont sur moi. Bah ouais, c'est ça la famille hein. Et je l'accepte, je fais avec. Parce que si ce n'était pas le cas, ça ferait un bail que je ne serai plus ici. Que plus personne n'aurait de mes nouvelles. Mais j'ai pas fait ce choix là. Je suis toujours ici. Quand Nobu a besoin d'aide pour ses devoirs, je suis là. Quand il faut aller faire des courses parce qu'il n'y a plus rien, je suis là. Et quand il y a besoin de rappeler à certains qu'il y a des choses qui ne se disent pas, bah je suis là aussi."

De nous trois, il a toujours été le plus bagarreur. Et son refus de se laisser faire, ses réactions souvent trop vives, doivent tout de même permettre à Hironobu de poursuivre sa scolarité sans avoir à se soucier de tous ceux qui aiment rabaisser les proies faciles. Et je sais de quoi je parle. Notre situation n'est pas idéale pour faire partie des mecs populaires du bahut.

Malgré tous les défauts que Kyojiro peut posséder, je sais que pour lui aussi les liens familiaux ont une importance majeure. Lui aussi pense à nous. Il est seulement complètement perdu. Il ne sait pas comment gérer sa vie. Et celle qu'il a actuellement ne lui convient absolument pas. Moi ça me fout en rogne de voir qu'on n'est pas foutus de l'aider. Alors comme tout le monde, je reste silencieux en espérant que l'issue de cette entrevue soit plus favorable que le reste.

- "Mais vas-y, puisque tu sais tout si mieux que tout le monde, tu peux me la donner ta solution miracle."

---------------------------------



[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Igag

Shintaro s'en fout en [#cc6633]
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Sam 27 Jan 2024 - 13:53


Arizona écoute attentivement l’adolescent, il semblait touché, en colère, il avait ce besoin de se justifier, sans doute s’était-il sentit rabaissé et jugé . pris par la fougue de la jeunesse et par l’affront que cette inconnue venait de lui faire, chez lui. Arizona écouta et elle ne put s’empêcher de sourire, elle ne s’était pas trompée. Kyo n’était pas juste un gosse perdu, même si ça avait été le cas elle l’aurait aidé, mais au moins la il a conscience des chemins qui s’offraient à lui et des routes qu’il refusaient de prendre, il avait l’intelligence de savoir où il ne devait pas poser les pieds et ça, ça n’était pas donné à tout le monde. Arizona sourit, sa mère et ses frères pouvaient entendre à cet instant qu’il ne comptait pas s’engager sur la voie de l’illégalité. alors oui, il était froid, un peu malpoli et un tantinet agressif mais c’était ce qu’elle voulait: le pousser dans ses retranchements pour qu’il puisse tout sortir et visiblement on ne l’arrêtait plus. Arizona n’intervenait pas, elle préférait le laisser finir, qu’il expulse tout ce trop plein. et même si c’était dur à entendre pour sa famille c’était bien que tout le monde soit là.

puis venait le sujet de la famille, encore une fois Kyojiro démontrait qu’il était conscient de tout et surtout que sa famille comptait plus que tout pour lui, alors oui on était bien loin de la déclaration d’amour et des trémolos dans la voix mais c’était dit avec ses mots, mêlant la maladresse et la colère. Mais au moins ça avait le mérite d’être dit et chacune des personnes présente ici comprenait exactement ce que voulait dire Kyojiro. Au terme de sa longue tirade, le jeune garçon posait son ultime question à Arizona, question qui, elle le savait, n'attendait pas vraiment de réponse et qui sonnait plus comme un “vas-y dis ce que t’as à dire et fous moi la paix!”

Arizona satisfaite souriait doucement au jeune japonais, les jambes croisées, avant de regarder la mère de famille. laissant un moment à tout le monde de digérer ce que je vais de dire Kyo. “Félicitation Izayama-san vous pouvez être fier de vos garçons et de l’éducation que vous leur avez donné.” La petite brune se tourna ensuite vers Kyojiro toujours en souriant. “ ravi de faire ta connaissance Kyo, pour de vrai cette fois!”Elle se leva ensuite pour s’approcher du fauteuil où était installée la japonais. “c’était un peu brusque comme entrée de jeu hein? excuse moi j’avais vraiment besoin de te faire parler à coeur ouvert…. Et je suis très heureuse de ce que je viens d’entendre.” Elle s'accroupit pour être au niveau de Kyo, comme si elle voulait lui faire une confidence. et dit en chuchotant. “ Au moins je suis sûr que t’es un être humain, pas comme le grand type louche là bas.”

elle pointa du doigt Shintaro avant de rire doucement. On pouvait bien plaisanter un peu! Et puis c’est vrai, elle n’était pas sûre à 100% de l’humanité de l’étudiant. Arizona se releva doucement. “Izayama-san, ça vous ennuie si Kyo me montre sa chambre? J’ai besoin de voir dans quel environnement il évolue. et quoi de mieux que la chambre d’un ado pour connaître tous ces secrets.” Elle sourit en douceur en regardant Hironobu. “ ça ne t’embête pas toi Nobu, hein?” Puis, comme il était sur son passage, son regard croisa celui de Shintaro, mais elle ne lui adressa pas un mot, juste un petit sourire du coin de l’oeil. Elle était déjà satisfaite qu’il ne soit pas intervenu depuis le début.

Après avoir eu l’accord de la mère de famille et du petit frère, Arizona commença à marcher vers la chambre des adolescents. “Kyo, si t'as des trucs compromettants à cacher c’est le moment ou jamais!” Elle laissa le jeune homme passer devant en riant un peu. Évidemment son but n’était pas de fouiller les moindre recoin de sa vie et dénicher ses plus intimes secrets. c’était simplement qu’une chambre d’ado pouvait en dire beaucoup sur eux. Elle laissa donc le temps qu’il fallait au jeune homme pour cacher ce qu’il voulait avant de laisser entrer l’assistante sociale.

la chambre était plutôt petite, trop petite pour deux ados c’était certain, et niveau intimité on ne pouvait pas faire pire. il fallait à tout prix que cette famille déménage et vite! Elle avait été rangée à la va vite, Arizona trouvait ça mignon. Kyo devait certainement être gênée de laisser une inconnue inspecter sa chambre, surtout une femme. Mais Arizona ne souhaitait pas le gêner davantage alors elle ne fit aucun commentaire même si sur le moment elle le trouvait adorable. Le gros dur avait disparu, au moins pour quelque instant. À part ça, c’était une chambre d’ado classique: un pc pour jouer, des affiches de films ou d'animés, des mangas et un vieux caméscope posé sur un meuble. Arizona se souvenait alors de ce que Shintaro lui avait dit. Mais elle ne préférait pas l’évoquer tout de suite.

“ Tu sais, je n’ai pas de solution miracle Kyo, j’ai des choses à te proposer mais c’est toi qui prendra la décision au final. t’es un bon garçon, tu me la démontré tout à l’heure en me clouant le bec, je sais que tu feras les bon choix.” Elle s’approcha de la fenêtre, vue sur le bâtiment d’en face. “Tu m'as dit que tu voulais te faire de l’argent et partir d’ici, comment est-ce que tu comptes faire? Qu'est-ce que tu as envie de faire?” elle se tourna vers le jeune homme “ et c’est une vraie question cette fois. Il n’y pas de bonne ou mauvaise réponse. qu’est-ce que toi tu as réellement envie de faire. et je ne te parle pas de ce qui serait le mieux pour toi, comme un diplôme dont tu ne te serviras jamais. Je te parle de toi et tes envies, tes rêves.”


le choix de venir dans sa chambre était aussi un moyen pour elle de s’isoler avec lui, sans la présence de sa mère ses frères peut-être qu’il ferait moins le fier et qu’il s’ouvrira un peu, sans doute que de se retrouver dans sa chambre allait le rassurer et le faire se sentir à l’aise.


Citation
Shintaro Lawson
A l'université ; 2è année
Shintaro Lawson
■ Age : 32
■ Messages : 685
■ Inscrit le : 04/08/2021

■ Mes clubs :
[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro MzrdKEg [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro ZgZseRD


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Shintaro Lawson

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Lun 5 Fév 2024 - 12:17
Je n'ai aucune idée de ce que peut avoir Arizona en tête avec ce petit numéro, mais en même temps, je n'en suis pas tellement étonné. Ma mère l'est sûrement un peu plus. Elle ne sait visiblement pas trop comment réagir à ce compliment qui fait suite à cette scène qui a laissé tout le monde bien silencieux. Il faut dire que niveau éducation, elle a bien essayé de faire au mieux pour nous transmettre certaines valeurs et nous éviter de mal tourner, évidemment, mais les conditions n'étaient pas idéales pour qu'on puisse parler de réelle éducation.

Kyojiro non plus n'a manifestement aucune idée de ce qui se passe. Il faut dire que le changement de ton engagé par Arizona a de quoi déstabiliser. A voir ça, j'aurais plutôt tendance à penser que sa place serait davantage sur les planches d'une scène de théâtre que dans un bureau au bahut, mais bon, maintenant qu'elle est ici, autant aller jusqu'au bout. Même si, évidemment, ça ne me plait pas trop ce petit coup bas à mon encontre, je sais encore garder mon calme et ne pas intervenir.

D'ailleurs, je n'ai rien à dire. Alors que ma mère et Hironobu acquiescent à la demande d'Arizona, Kyojiro se lève déjà pour prendre la direction de la chambre. La chambre qui est dans un beau bordel. Ce à quoi doit aussi penser Nobu vu le petit air coupable qu'il affiche à cet instant. On ne dirait pas, mais des deux, c'est clairement lui le plus responsable de tout ce qui traine sans jamais avoir été rangé. Les bouquins étalés n'importe où, les jeux qui s'empilent, les fringues sales abandonnées n'importe où...

- "Si j'avais des choses à cacher, ce ne serait sûrement pas dans la chambre que je le ferai."

J'entends à peine mon frère répondre avant qu'ils ne disparaissent de l'autre côté de la porte. Ma mère a l'air de relâcher la pression d'un seul coup, ce qui ne l'empêche pas de s'éclipser dans la cuisine pour nettoyer le plan de travail et la table déjà parfaitement propres. Nobu lui, n'ose pas dire quoi que ce soit, mais à la façon dont il triture le cordon de son sweat, ce n'est pas compliqué deviner qu'il y en a des choses qui se passent dans sa tête.

Dans la chambre, Kyojiro ne sais pas bien ce qui l'attend, mais finalement, peut-être préfère-t-il avoir quitté le salon et tous ces regards braqués sur lui, à l'écoute de chacune de ses paroles. Ici au moins, il se sent plus tranquille. Les deux futons recouverts de tout leur bordel ne lui fait même pas honte. Il s'en fiche. SI Arizona veut voir cette pièce, qu'elle regarde. Comme dit précédemment, il n'a rien y cacher. Cet endroit n'a rien d'un espace personnel à ses yeux. Parce qu'il n'est pas personnel justement. Ce n'est pas pour rien qu'il préfère passer le plus de temps possible dehors.

S'il garde bien son petit air renfrogné au début du discours d'Arizona, n'ayant pas l'intention de se laisser attendrir si facilement, ses dernières questions le laissent bien plus dubitatif. Tellement qu'il lui faut quelques secondes pour prononcer le premier mot après que ses lèvres se soient entrouvertes pour amorcer une réponse.

- "Je... J'aurais bien voulu bosser dans la mode. Mais t'façon on s'en fout" ajoute-t-il rapidement, comme pour faire immédiatement oublier cette révélation qu'il juge des plus honteuses. "C'est pas comme si j'avais les moyens d'intégrer une école adaptée. Et je sais bien que j'ai pas le talent de mon frère pour trouver de quoi me financer ça tout seul. Et j'ai encore moins un carnet d'adresse ou la moindre connaissance qui puisse me permettre de mettre un pied dans ce milieu."

La vérité, c'est que ses aspirations professionnelles, il n'en a jamais parlé à personne. Pourtant, il a toujours adoré les clichés de mannequin. Pas pour une raison perverse ou de simple voyeurisme. Il s'intéresse réellement à ces questions d'éclairage, d'angles adaptés selon les tenues choisies. Il a même une certaine aisance avec tout le matériel de couture (sous couvert de seulement rafistoler toutes ses fringues pour que son petit frère puisse les récupérer sans que ce ne soit trop la honte, mais la vraie raison va bien au delà).

- "Alors j'me débrouille autrement."

S'il n'a jamais parlé ouvertement de ses envies pro à qui que ce soit, il ne s'est jamais étendu non plus sur ses activités une fois le domicile familial quitté. Tous ses problèmes avec la justice ont toujours été relatifs à son implication dans de nombreux règlements de comptes un peu violents. Dans ce coin de Kyoto, ce n'est pas quelque chose d'extraordinaire non plus, sauf qu'il est encore mineur.  

---------------------------------



[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Igag

Shintaro s'en fout en [#cc6633]
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Ven 9 Fév 2024 - 21:44


Arizona écoutait attentivement le jeune homme, l’intimité de sa chambre l’avait mis plus à l’aise, c’était donc un bon choix de la part de l’assistante sociale de l’avoir emmené jusqu’ici. Lui comme elle n’avait plus besoin de jouer la comédie désormais. Kyo était donc intéressé par la mode…c’était assez vaste comme domaine, il pourrait très bien être mannequin, styliste, maquilleur, coiffeur ou photographe. Même si le vieux caméscope posé sur le bureau lui donnait déjà quelques indices. Cependant sa dernière phrase laissait à penser qu’il n’avait pas conscience combien toute sa famille ne s’en “foutait” pas justement de ses rêves et que tous espérait qu’il trouve sa voie. Néanmoins d’une façon ou d’une autre il s’était sentit mis à l’écart de la société et ceux qui réussissent sont souvent ceux qui sont bien nés à la base et finalement l’adage qui disait “Quand on veut, on peut!” est bel et bien une phrase de personne bien née.

C’était justement ce qui animait Arizona, ce pourquoi elle avait choisi ce métier, mettre en lumière ceux qui étaient nés dans l’ombre, leur donner un petit coup de pouce pour les faire sortir de ces ténèbres. Kyo savait ce qu’il voulait au plus profond de lui, il manquait juste de confiance. Pour le moment, elle avait juste l’impression qu’il se comparait à son aîné. Shintaro pouvait donner l’impression qu’il était celui de la famille qui avait “réussi” mais lui aussi dû se battre de toutes ses forces pour suivre ses rêves, sans pour autant abandonner sa famille. finalement il n’était peut-être pas si démoniaque que ça. Arizona sourit légèrement, ce n’était pas le moment de penser au névrose de Shin. Aujourd’hui c’était de Kyo qu’elle devait s’occuper et peut-être que ses antécédents avec le monsieur aigri du salon l’empêchait de pouvoir l’aider. peu importe pour le moment.

“Kyo, t’as l’impression d’étouffer ici n’est-ce pas?” Elle lança un regard sérieux à l’adolescent. “Je sais que tu tiens plus que tout à ta famille mais t’as pas l’impression de passer à côté de ta vie?”


décidément cette famille…Elle avait comme une impression de déjà-vu. “Tu sais il y a quelques années j’ai rencontré un garçon qui te ressemblait beaucoup, même vos familles se ressemblent en fait. Comme toi, il avait l’impression de se sentir prisonnier chez lui et comme toi il aimait sa famille plus que tout...Malheureusement il s’est laissé entraîner par de mauvaises fréquentations, parce qu’il avait l’impression de ne pas avoir le choix et que c’était le seul moyen de subvenir aux moyens de famille, il avait l’impression que ses rêves ne comptait pas lui aussi. ça aurait pu mal finir, vraiment très mal finir.”


Arizona avait toujours été au courant des activités illégales de Junko même si elle ne connaissait pas tous les détails car il voulait la protéger, elle n’était pas bête et elle savait très bien que plusieurs fois il avait dû fuir la police, plusieurs fois il s’était retrouvé en danger.

“finalement avec du temps, beaucoup de discussion il a réussi à trouver sa voie. Alors évidemment ça n’a pas fonctionné tout de suite et on a essayé plusieurs choses, mais maintenant il étudie dans le domaine qu’il aime et il a un vrai but. J’imagine qu’il est heureux maintenant.” en tout cas elle l’espérait.


“ Tout ça pour te dire que, je n’ai pas de baguette magique Kyo mais je compte bien aller jusqu’au bout avec toi.” Il fallait déjà lui retirer un poids sur ses épaules, celui d’être le garant de sa famille, il avait sans doute l’impression que depuis le départ de leur père, puis celui de Shintaro pour Kobe, c’était lui qui était responsable de sa mère et de Nobu. “Déjà sache que je ne compte pas laisser Nobu et ta mère non plus. on a beaucoup discuter toutes les deux, et en tant que mère célibataire elle peut bénéficier de plusieurs aide. Je sais que l’état n’informe pas vraiment la population sur ces aides, surement pour faire des économies, mais elles existent bel et bien. donc sois rassuré, ils ne seront pas mis de côté eux aussi. Et je sais que le plus grand rêve de ta mère c’est de voir ses garçon heureux, alors essayons de lui faire plaisir tu veux?”


Arizona sourit chaleureusement au japonais avant de récupérer le caméscope et de l’examiner en détail, c’était un vieux machin, pas sûr qu’il soit encore fonctionnel. Mais s’il était là c’était surement parce que Kyo y tenait. Elle pointa l’appareil vers le jeune homme comme si elle était en train de le filmer.

“Alors non jeune homme, on s’en fout pas de ce que tu veux, c’est d’ailleurs pour ça que je suis ici, il va falloir que ça rentre dans le coco un jour!” Elle baissa un peu l’appareil et s’approcha de l’adolescent. “ Il y a un tas de métier dans la mode, dis m’en plus qu’est-ce qui t’anime dans cet univers et où tu te verrais bien évoluer?”



Citation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

[KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro Empty Re: [KYOTO] SOS famille en détresse. PV Shintaro

Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum