Le deal à ne pas rater :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le Coffret Cadeau Les Terres ...
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Manga Fire Force : où commander le Tome 34 Fire Force édition ...
11.50 €
Voir le deal


Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 308
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

Petits conseils, grandes répercussions [PV. Alya] Empty Petits conseils, grandes répercussions [PV. Alya]

Mar 6 Fév 2024 - 22:31




Lundi 2 Juillet



Arizona était de retour dans son bureau, après sa rencontre avec Ena. Ce lycéen avait été une véritable bouffée d’air frais! Atypique et un brin manipulateur, il ne devait pas s'être fait que des amis ici mais Arizona l’avait véritablement adorée et ce petit jeu avec lui l’avait beaucoup amusé. C'était la première personne dans son genre qu’elle rencontrait ici. Il n’avait pas l’air d’être coincé dans les carcans de la société japonaise. Elle avait juste eu l’impression de faire la rencontre d’un garçon empreint de liberté et surtout, libéré de toute chaîne et ça lui avait fait un bien fou. Toujours est-il qu’il fallait bien se remettre au boulot, Arizona s’était absentée une semaine après le séisme et elle avait un boulot monstre à rattraper. Son après-midi avec Ena lui avait fait prendre encore plus de retard, mais ça lui avait fait tellement de bien qu’elle ne regrettait pas une seconde. Décidément, les gosses de ce campus ne faisaient que la surprendre de jour en jour!

Le nez plongé sur son ordi, lunettes sur le nez, l’assistante sociale essaie de rester concentrée le plus longtemps possible. Son léger trouble de l’attention ne va pas lui laisser trop de répit et elle sait très bien que dans pas longtemps elle sera rattrapée par une autre occupation quelconque. et l’occupation arriva très vite puisqu’elle sentit son téléphone vibrer sur son bureau. C’était Junko, la veille leur “discussion”, oui parce que c’était plus des échanges de GIF, s’était assez mal terminée. Mais aujourd’hui, elle avait l’impression que le dialogue était plus simple. Alors forcément dès qu’elle a reçu la notification, l’assistante sociale s’était jetée sur son téléphone. Au même moment, on frappe à la porte. Arizona regarda l’heure, presque 17h, étrange, elle n’attendait pourtant aucun rendez-vous.

“Oui?! Entrez!” dit-elle, curieuse de savoir qui ça pouvait bien être.


Le sourire d’Arizona se dessina sur son visage lorsqu’elle reconnut la personne qui venait de pénétrer dans son bureau. “Alyaaaa!” La Syrienne avait rencontré la jolie étudiante quelques semaines plutôt. Elle avait eu l’excellente idée d’aller courir sur la piste d’athlé avec le ventre vide parce que selon elle. “Elle avait assez de réserve pour tenir” s’en est suivi un misérable malaise vagal et l’adorable petit Alya qui s'entraînait à ce moment-là était venu à son secours comme un beau chevalier servant!



Arizona avait particulièrement apprécié sa rencontre avec l’anglaise. Après l'incident, les deux femmes avaient pris un peu de temps pour discuter. L'étudiante paraissait plutôt froide au premier abord, bien que très polie. Mais au fil de la discussion Arizona avait réussi à la mettre facilement à l’aise pour qu’elle puisse lui montrer ce qui se cachait sous sa carapace. “Viens! installe toi!” Arizona prit la main d'Alya pour l’emmener s'asseoir, puis elle prit place à côté d’elle. “Je suis contente de te voir! Ma petite sauveuse“


Alya était une jeune fille sérieuse et studieuse, déterminée à exceller dans tout ce qu’elle entreprenait, ce qui pouvait lui donner un air arrogant ou complètement détaché. mais Arizona trouvait ça adorable. Et puis elle était aussi la meilleure amie de Kazane et finalement ça n’avait pas vraiment étonné la petite brune, ces deux là se ressemblait un peu en réalité. Toutefois, c’était assez curieux de la voir ici. Avait-elle besoin d’une aide particulière, pourtant elle n’était pas boursière et n’avait aucun souci familial qui nécessitait l’aide d’Arizona, mais peut-être qu’elle se trompait.
“T’es venu jusqu’ici parce que je te manquait trop c’est ça hein?” dit-elle avec un petit sourire en coin. Évidemment ça devait être tout autre chose mais elle savait qu’elle pouvait rire de ça avec Alya. Evidement elle avait remarqué l'air soucieux de l'étudiant, ça l'avait même frapper lorsqu'elle était entrée, alors faire un peu d'humour allait peut-être la mettre à l'aise avant de parler de ce qui la tourmentait.



Tenue d'Arizona:



Citation
Alya Moore
A l'université ; 2è année
Alya Moore
■ Age : 28
■ Messages : 173
■ Inscrit le : 15/09/2022

■ Mes clubs :
Petits conseils, grandes répercussions [PV. Alya] Fv3F7ep Petits conseils, grandes répercussions [PV. Alya] QSZRG60 Petits conseils, grandes répercussions [PV. Alya] Vi4Mx2U


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2017
Alya Moore

Petits conseils, grandes répercussions [PV. Alya] Empty Re: Petits conseils, grandes répercussions [PV. Alya]

Mer 28 Fév 2024 - 4:48
Butterfly Effect
Ft. Arizona

Posée à l'ombre d'un arbre, Alya lisait sans parvenir à comprendre les lignes qui défilaient péniblement sous ses yeux, sa jambe surmontée sur l'autre battant nerveusement une mesure imaginaire ; c'est tout bonnement comme si son cerveau subtilisait ses dernières notes de concentration en faveur de pensées lancinantes.
Par bien des moyens, la sportive avait tenté de détourner sa propre attention sans arriver aux résultats escomptés. Elle avait évidemment commencé par la course, mais celle-ci n'avait eu qu'un court effet temporaire, quant à son second loisir favori, il ressemblait davantage à une longue torture d'attente plutôt qu'en preuve d'action qui la ferait avancer.
Ce n'est que lorsque les mots encrés sur les grains de la page lisse prirent une teinte floue qu'elle abdiqua définitivement son activité et ferma brusquement son ouvrage.

Sans qu'elle n'éprouve aucune envie particulière, la brune flâna dans l'enceinte du campus, ses pensées voguant maladroitement sur le sujet qui l'éprouvait moralement. Plus elle tournait incessamment en boucle les éléments et ses composants, plus elle se posait de questions qui demeuraient sans réponse.
Kazane avait évoqué son opinion, mais quand elle observa autour d'elle et aperçu le bureau d'Arizona Williams, l'athlète saisit cette occasion inopinée pour se donner le coup de boost qu'elle cherchait désespérément.
Après quelques coups secs succincts contre la porte close, Alya y pénétra sous autorisation, amenant avec elle l'idée qu'un autre avis, extérieur, plus neutre et plus mature, lui donnera le recul nécessaire pour affronter son tourment actuel.

La condition miséreuse qu'elle donna comme seul argument de sa présence au travers de la porte entrebâillée fit extorquer une joie irrationnelle chez son interlocutrice dés qu'elle l'identifia.
Sa voix stridente lui tira une grimace de perplexité, Alya réfrénait ce genre de démonstration car elle n'avait pas appris à vivre avec ; elle ne savait pas comment y réagir.

Prudemment, elle combattit ses barrières bien que son habituelle expression aigrie persistât sur son visage. Elle avait visiblement provoqué de l'intérêt chez Arizona, laquelle était spontanée, ouverte et sincère dans l'expression de ses émotions, optant naturellement pour une attitude sans détour qui contrastait furieusement avec Alya qui, à contrario, exerçait un dur contrôle sur son expression, ses bras autour de sa poitrine canalisant sa nervosité dissimulée.

La célérité avec laquelle elle bondit en arrière dans l'anticipation craintive que son interlocutrice bruyante se jette sur elle traduisit ostensiblement son inconfort.
Son regard demeurait fuyant, son estomac noué rendait sa respiration plus abrupte, moins confortable.
La sportive se figea, loin d'être encouragée par son élan d'enjouement qui la submergea plus qu'il ne parvient à réussir sa fonction présumée.
L'effroyable constatation d'être témoin d'une femme-enfant la ramena irrévocablement à sa mère avec laquelle elle avait imposé de la distance dans une rancune tenace, le poids des responsabilités trop injustement porté ayant justement fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui.
Alya révoqua énergiquement son flashback, l'attitude distante qu'elle imposa donnant la certitude qu'elle subissait plus qu'elle n'y trouvait son compte.

Les rapports qu'elle entretenait avec Willams s'arrêtaient à l'acte banal survenu lorsqu'elle l'avait aidé à surmonter un moment désagréable mais inévitable, et qui, par conséquent, avait vraisemblablement modifié la perception de l'adulte pour son compte, au point que leurs rapports sociaux lui permettaient désormais de prendre position dans son bureau et de bénéficier de cet accueil chaleureux, même si elle n'avait pas la mentalité pour en être totalement reconnaissante.

La main qui plongea subitement dans la sienne sembla lui brûler. Elle accueillit ce contact avec raideur et réserve, le rouge aux joues, incapable de comprendre pourquoi les autres avaient un manifeste besoin de contact quand elle pouvait aisément s'en dispenser.
Pourtant, elle jugea qu'il était de rigueur de ne pas manifester une seconde fois un témoignage de sa froideur imméritée, et accepta, non sans mal, de se laisser guider par l'adulte sur le siège désigné - son livre posé sur la table, face cachée.

- Euh... Pas vraiment. Bougonna-t-elle, tranchante dans son constant premier degré. À vrai dire, je suis venue ici parce que je suis en quête de réponse.

Son air sombre se transforma petit à petit par un bref sourire, l'alacrité constante d'Arizona exerçant finalement une pression positive malgré la preuve de rejet qu'elle avait jeté sur la conversation, mais surtout sur elle-même, persuadée de ne pas avoir sa place dans son antre quand bien même elle était venue ici de son plein gré.

- Je ne suis pas sûre que vous alliez pouvoir me répondre, et surtout, je voudrais avoir la garantie que ça ne sortira pas d'ici.

La sportive se força à balayer les doutes qui abritaient encore son esprit, soucieuse dans l'exagération d'une trahison imaginaire à l'idée de ce qu'elle s'apprêtait à dévoiler soient multipliés par des ragots pernicieux, peureuse à la conception d'avoir fait les mauvais choix plutôt que si elle avait décidé de ne rien dire.

KraKhot
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum