Le deal à ne pas rater :
TCL C74 Series 55C743 – TV 55” 4K QLED 144 Hz Google TV (Via ODR ...
499 €
Voir le deal


Le Doyen
Personnel ; directeur (pnj)
Le Doyen
■ Age : 16
■ Messages : 7817
■ Inscrit le : 20/11/2007


Mon personnage
❖ Âge : 69
❖ Chambre/Zone n° : Chez lui
❖ Arrivé(e) en : Depuis toujours
Le Doyen

Epreuve 6 - Sword Art Online Empty Epreuve 6 - Sword Art Online

Dim 9 Oct 2022 - 11:10




C’est l’heure d’une petite interrogation surprise ! Vous qui aimez donner votre avis, cette dissertation devrait vous mettre en joie. En voici le sujet : Discuter, est-ce renoncer à la violence ? Vous avez 4 heures.


Dans cette épreuve, pas de forme imposée, pas de défi. Simplement votre imagination. Que ce soit au travers d'un souvenir personnel ou non, mettez votre personnage en scène vis-à-vis de la thématique proposée.


▬ Cette épreuve est un solo.
▬ Vous avez 24 heures pour poster votre réponse.
▬ L'épreuve se termine le dimanche 16 octobre à 23h59.
▬ Les réponses sont limitées à 1500 mots maximum.

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésites pas à contacter le staff : Keitô ou sur le Discord
Kirito [SAO]
Invité
Anonymous
Kirito [SAO]

Epreuve 6 - Sword Art Online Empty Re: Epreuve 6 - Sword Art Online

Dim 16 Oct 2022 - 23:10
Kirito

Contexte forum:

Kirito:

Lexique SAO:

Dernier spoiler:

02cd1411cbc901de547ee33ae539673374db65f7_hq.gif
Think  for winning,
Fail for Thinking

Soupirant une dernière fois à l'extérieur de la bâtisse éternellement plongée en hiver, je pousse la porte en bois, les yeux droit devant en prenant soin d'éviter tout eye contact.

- ...
- ...
- ... Alors?

Mes épaules retombent, mais pour essayer de garder consistance, je glisse nonchalamment les mains dans les poches de mon pantalon pour approcher le divan et m'y laisse tomber.

- Lacaion, j'ai besoin d'une aspirine.

Mon ami et patron sourit nerveusement.

- Navré, mais je ne suis pas capable d'en faire...
- Tu peux craft de quoi faire un bain moussant, mais pas de l'aspirine?

Suspicieux, je retourne les yeux en direction de ma partenaire venue s'installer sur le fauteuil face à moi, un sourcil arqué. Si ses traits juvéniles et délicats ne perdent rien de leur grâce quasi-aristocratique, ses yeux, aussi pénétrants que sa rapière, guettent le moindre faux pas.
Par réflexe, je bougonne en détournant la tête.

- Et donc?
- Je pensais que vous aviez compris...

Je prends une lourde inspiration pour cracher un mot qui se veut - sans succès - indolore.

- Fail.
- Hein?

Moi-même, je ne comprends pas ce qui s'est produit. Quand un joueur prend une quête ordinaire, celle-ci s'affiche dans le cran supérieur du champ de vision et les éléments de réussite sont limpides. Mais même en suivant cette ligne directrice simple, je ne me retrouve pas avec toutes les belles récompenses promises.

- Enfin... J'ai gagné deux potions de soin. Rien à voir avec ton bel équipement [SPD +40].

La jeune fille relève la tête, comme dans une volonté de mettre en avant sa nouvelle cape courte azurée. Souriant doucement, ses sourcils se froncent et, sans doute involontairement, son nez suit le mouvement de manière parfaitement adorable.

- Bon, et si tu nous expliquais ce qu'il s'est passé?
- Tu y tiens vraiment?
- J'ai du temps à perdre.
- Bon. Eh bien pour commencer... Je tiens à dire que cette quête n'est pas aussi extraordinaire que tout le monde le prétend.
- C'est aussi pour ses récompenses qu'elle a cette réputation. Mais dans ton cas...
- Tu as bien parlé au fermier en premier?

Je me penche pour saisir la tasse de café que l'alchimiste m'a gentiment servie, et tout en lui adressant un hochement de tête, je souffle sur le sommet de la porcelaine en laissant mon regard se perdre dans les arabesques fumeuses.

- Voyons voir... Je suis allé au dix-huitième étage depuis la Main Town, j'ai descendu la colline jusqu'au Muggle Village, puis j'ai parlé au berger, John.

Ma partenaire rit doucement mais d'une voix claire, sans aucun doute à cause de mon accent anglais loin d'être semblable au sien. L'accusant du regard, j'arque les sourcils en marmonnant.

- Après ça j'ai accepté la quête, et je me suis rendu chez la fleuriste.
- Pour l'instant pas de quoi renverser l'ordre d'un village, je te l'accorde.
- Je suis pourtant parti en me faisant traiter d'assassin par ses habitants!
- Mais..!
- Hey, j'ai tué personne, je le jure!
- Bon... Et ensuite?
- Ca n'a pas été facile de m'entretenir avec elle. Elle était aussi remontée que tous ses comparses. Dès que j'ai parlé de Jo-du berger, elle s'est emportée pour me dire qu'elle ne parlait plus à sa soeur, la laitière.

Cette quête ne m'inspirait pas quand mes deux collaborateurs me l'ont mentionnée, encore en pleine effervescence. Elle est de ces quelques rares missions qui ne consistent pas à abattre un monstre puissant, ou terrasser une vingtaine de nuisibles dans un périmètre restreint, mais de celles qui demandent de se rendre à un point A, puis B, pour finir... Au X ou Yième, avant de revenir au départ.
Tout un village en pleine crise, car les habitants se sont montés les uns contre les autres. Pour calmer leurs querelles, il suffit d'aller apaiser les tensions en leur parlant, un par un, jusqu'à dissiper tous les troubles.
En d'autres termes, un souffle de renouveau dans un monde régit par les épées.
Même les newbies tiennent là une chance de progresser sans se battre, et pour les plus chanceux d'entre nous possédant [Negociation], de quoi monter le skill en flèche. Mais je me suis embarqué dans une quête comme celle-ci, une fois, et en la pensant ne durer pas plus de deux ou trois heures, sa complétion avait pris la journée.
J'avais donc d'abord refusé de me rendre au palier pittoresque. Jusqu'à ce qu'Ayura rentre, ravie, avec son nouvel équipement indispensable pour survivre dans les plus hauts secteurs de l'Aincrad.

- Je me suis rendu chez Melinda, plus timide, et avec qui il était plus facile d'échanger. Jusqu'au moment où le maréchal-ferrant est passé près de sa boutique. Là... Elle est comme devenue folle.
- Il faut dire qu'il aurait tenté de dérober une partie de son stock.
- Mais c'était faux. Si on va ensuite parler à sa femme, la tisserande, on apprend qu'elle n'a simplement pas honoré la promesse de six bouteilles au prix de quatre.
- Tu as appris tout ça du forgeron, ou de la couturière?
- Les deux puisqu'ils étaient ensemble. Tu es sûre d'avoir fait cette quête?

Le sourire d'Ayura devient aussi doux qu'aiguisé.

- Oui et je l'ai même réussie.
"Con-trai-re-ment à toi."


Je capitule face à ce regard triomphant et baisse le ton.

- Alors je suis allé voir la laitière pour lui proposer de payer le prix des deux bouteilles afin d'oublier le désagrément.
- Tu as reçu un fer porte-bonheur à ce moment-là en remerciement, n'est-ce pas?
- ...
Un quoi?

- Tu ne l'as pas eu?!
- C'est le maréchal-ferrant qui..?
- Oui. Et sa femme nous confie un châle en laine [Chaud].
- Ah... Ma foi, un 'merci' m'a suffit.

Je roule des yeux vers les deux joueurs, apparemment perdus entre la confusion et l'amusement. Je n'arrive pas à trouver mon infortune aussi risible et me contente de les jauger.

- Et donc... Apaisée, la laitière accepte d'aller à la rencontre de la fleuriste et leur dispute se termine par une accolade amicale.
- Là tu as récupéré des pousses de [Prim'hiver jaune].
- Non. Et pas de remerciements non plus!

Ma partenaire demeure mutique, l'alchimiste soupire. Agacé, je demeure pantois face à toutes ces récompenses annexes qui ne m'ont pas non plus été données.

- Enfin, de là à te mettre tout le monde à dos...
- Et la fleuriste?
- Elle m'a demandé de l'accompagner parler au berger. Et là...
- Et là..?

Mon regard déconcerté roule de l'un à l'autre quand je murmure.

- Rien. Il m'a hurlé dessus, a disparu dans son étable pour revenir avec une fourche, et m'a menacé si je ne partais pas.
- ...
- Hey, c'est pas drôle! J'ai eu peur, moi!
- OK, excuse-moi... Et que lui as-tu fait exactement, à ce berger?
- Mais rien justement! Et le plus déroutant, c'est qu'une fois que les autres villageois l'ont suivi, mon objectif de quête est passé en [Success] dès que j'ai passé l'enceinte du hameau.
- Donc pour le système, c'est bien une réussite... Hum...
- Vous y comprenez quelque chose, vous?
- J'ai fait exactement le même parcours. A croire que tu n'étais juste pas fait pour cette quête.
- Merci beaucoup, Ayura.
- Oh. Tu avais bien déséquipé ton épée?
- Bien sûr.
Enfin jusqu'à ce que spawn les moutons qui me barraient la route, vers la ferme, mais je l'ai rangée dans mon inventaire juste après.


Le silence de la pièce devient soudain pesant.

- Mais bon... Je suppose que je sors pas vraiment perdant.
- Kiirto?
- J'ai récupéré trois [Viande de mouton].
- Tu...
- Paraît que ça se cuisine.

Et sa tension ne fait que se renforcer dans l'air factice.

- N'empêche, j'ignorais qu'il y avait des moutons à cet étage.

1350 mots
e p s i l o n
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum