Le deal à ne pas rater :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : où le précommander ?
14.50 €
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 26 Juillet!
Les comptes non recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Dim 8 Oct 2023 - 23:28

Jeudi 24 Mai 2018

Bientot la fin de la semaine ! La semaine avait plutôt bien commencé : il faisait beau, elle avait réussi à se placer ici, et même rencontrer des gens plutôt sympas. C'est vrai que sa vie à Tokyo lui manquait un peu, ses amis et sa famille surtout. Elle avait beaucoup voyagé dans son enfance à cause du travail de son père et avait vécu dans 3 pays différents. Mais là, c'était différent : elle avait pris son envol loin de sa famille, dans un endroit où elle ne connaissait personne.  Arizona avait beaucoup d'appréhension au début et puis finalement comme à chaque fois elle avait su s'intégré. La petite brune savait que le faite d'être étrangère intrigait beaucoup au japon, alors elle ne passait pas vraiment innaperçu même si ici croiser des étrangers était monnaie courante. Son caractère et sa façon de s'adapter facilement à son environnement l'avaient bien aidé. Mais aujourd'hui elle avait un peu le mal du pays, ajouter à ça qu'elle s'était fait un peu remonter les brettelles à cause de document administratif qu'elle avait rendu en retard. C'est vrai qu'elle avait un peu de mal à s'organiser à ce niveau, mais la personne à qui elle avait eu à faire lui avait parlé avec un peu trop de condescendance à son goût; alors le ton était un peu monté. Elle était sortie de la salle avant de trop s'enerver, Ari était encore nouvelle ici ce n'était pas vraiment le moment de trop s'enerver.


Arizona était sortie s'aérer et surtout fumer une bonne cigarette, elle était vraiment contrariée, elle détestait qu'on le reprenne sur sa façon de parler. Le japonais était une langue complexe avec des formulations très différentes selon la personne qui se trouve en face de nous, une politesse poussée à l'extrême qui rallongeait les phrases et les rendais particulièrement lourdes. Ça faisait maintenant 10 ans qu'elle était au Japon, elle parlait couramment la langue, connaissait les expressions et le langage approprié, même si elle avait gardé un petit accent mi-anglais, mi-oriental. Dans le cadre professionnel, lorsqu'elle parlait à ses pères, elle faisait un effort particulier pour rester dans le cadre, lorsqu'elle rencontrait des personne en difficulté elle m'étais un point d'honneur à leur parler avec beaucoup de respect et lorsuq'elle rencontrait des personne plus jeune, elle faisait son maximum pour les mettre à l'aise alors elle était moins protocolaire. Mais il est vrai que lorsque la jeune femme est fatiguée, ou en colère elle oublie le protocole. De manière générale, elle a beaucoup de mal à appelé les autres par leur nom de famille ou utilser les suffixes comme il est d'usage ici.
Pour toutes ses raisons, la petite brune avait décidé de prendre du temps pour elle afin de se calmer, et rien de mieux qu'un peu de nicotine. Elle n'était cependant pas une grande fumeuse, en soirée seulement ou lorsqu'elle se sentait submergée comme ici. En somme, son paquet pouvait lui tenir une dizaine de jours. Ari, était obligé de sortir de l'établissement afin de se rendre sur une smoke aera. Elle devait prendre par parc du campus qui était désert à ce moment, il était à peine 10 h la plupart des étudiants étaient en plein cours. machinalement  Elle sortit une cigarette de son paquet pour la mettre entre ses lèvres. elle ne l'allumerait qu'une fois à l'extérieur. Ce matin-là, elle portait un petit top blanc col v avec une jupe en jean taille haute et un long gilet blanc en mailles légères, au pied une paire de basket blanche. Son sac à franche blanche, tiens d'ailleurs où était son sac?
"FUCK..."


Le fameux sac était resté dans son bureau, et dans le sac, il y avait ce foutu briquet. Il était hors de question de retourner à son bureau, ça voulait dire repasser devant le bureau de cette idiote secrétaire de direction avec qui elle venait de se prendre la tête. Très très agacé Arizona scruta les alentours et vit de dos un jeune homme. Elle ne savait pas s'il s'agissait d'un étudiant ou un de ses collègue, elle ne les connaissait pas encore tous, elle pria de toutes ses forces pour que ce ne soit pas un étudiant ça l'a mettrait vraiment mal à l'aise. Elle s'approcha du jeune homme d'un pas rapide et l'interpella.
"Excusez-moi !"


Lorsque l'homme se retourna, elle leva ses yeux grands yeux marron vers lui, il ne lui fallut qu'une fraction de seconde pour le reconnaître.

"Holy shit"


Un silence gênant rompu par sa cigarette qui venait de glisser de sa bouche pour tomber au sol. Arizona brisa le silence, paniqué, elle pointa du doigt l'homme.
"Qu'est-ce que tu fais ici ? C-comment tu m'as retrouvé?! Tu me suis, c'est ça !"


Pour savoir pourquoi Arizona a eu cette réaction qui pourrait paraître complètement démesurée, il faut revenir un peu en arrière...

Samedi 7 Avril 2018


La nouvelle assistante sociale du campus venait d'arriver à Kobe, sa rentrée s'était très bien passé, son appartement était petit, mais très cosy, elle s'y sentait très à l'aise et sa voisine qu'elle ne connaissait pas encore avait l'air toute mignonne. À Tokyo, c'était une habituée des grandes soirées et de tout type : des plus mondaines au plus undergrounds la nuit à Tokyo n'avait aucun secret pour elle et la jeune femme adorait sortir le week-end ça lui permettait de décompresser complètement de sa semaine. Le métier d'assistante sociale était très pesant et elle pouvait avoir à faire à des dossiers très durs. Alors le sport et les soirées étaient ces deux échappatoires.


Ce fameux samedi Arizona s'ennuyait à mourir, elle n'avait pas l'habitude de rester chez elle le samedi soir. Et les storys de ses amis sur les réseaux sociaux lui faisait incroyablement envie. Alors après quelque textos échangé avec l'une de ses amie qu'il l'incita fortement a sortir, même si c'était seule, la jeune femme décida qu'elle n'avait besoin de personne pour sortir. De toute façon, c'était en sortant qu'elle pouvait se faire des amis et pas en étant enfermé entre 4 murs. Alors après quelques minutes à chercher un endroit branché ou sortir. Elle tomba sur ce club, les photos insta étaient pas mal, il y avait l'air d'avoir du beau monde et d'après les commentaires la musique était bonne.


Comme elle sortait seule, elle décida de porter une tenue avec du caractère tout en restant sexy : la petite brune opta pour une minijupe en simili cuire, un t-shirt Iron maiden, ce n'était absolument pas son style de musique, mais le top était cool, un perfecto en simili cuir également et des grosse botte cranté. C'était sexy et rock ! Elle garda ses cheveux détachés, un peu de maquillage et le tour était joué. l'appartement de la jeune femme était en centre-ville pas très loin du fameux club. Elle ne mit pas longtemps pour le trouver, un peu d'attente dans la queue et elle était enfin à l'intérieur.


La métisse américaine, syrienne ne mit pas longtemps à faire connaissance avec un groupe d'ami, Arizona était sociable et souriante, c'était simple pour elle de parler avec les gens. Pourtant, ce n'était jamais elle qui allait vers les autres, on venait naturellement à elle. Plus tard dans la soirée et alors que l'alcool l'avait un peu enhardi, Arizona remarqua un jeune homme dans un groupe. Il était grand et brun, la carrure atlhétique ,le reagard perçant. Tout à fait son genre ! Ils s'étaient lancé quelques regards, mais le mystérieux jeune homme n'était pas venu à elle. Étonnant. Il ne lui en fallut pas plus pour susciter sa curiosité. Alors Ari profita d'un moment où il s'écarta de son groupe pour se rendre au bar et elle alla le rejoindre. Elle ne savait pas s'il l'avait vue, mais elle s'installa à côté de lui. Elle n'avait jamais fait ce genre de chose, habituellement les hommes venaient vers elle assez facilement, elle avait déjà recalé l'un d'entre eux ce soir. C'était souvent lourd et elle trouvait que les hommes manquaient cruellement d'imagination et de vocabulaire pour draguer, alors souvent elle s'ennuyait lorsqu'on venait l'aborder. Mais ce soir-là, c'était différent, ou alors c'était le mélange de l'alcool et de la nouveauté qui lui donnait des ailes. Toujours est-il qu'avant que ce jeune garçon n'ait eu le temps de prendre sa commande, elle se tourna vers lui.

"Qu'est-ce que tu bois ?

Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mar 10 Oct 2023 - 0:19
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 24.05.18

La liberté ! Depuis qu’il est au Japon, Evan a ce sentiment d’être libre et léger. Nul besoin de faire bonne figure ou d’être attentif un minimum à l'étiquette dû à son rang... En réalité, c'est simplement une impression car même à Londres, il y faisait attention uniquement durant les soirées mondaines et dieu sait comme son père épargnait, le plus possible, ses fils de ce fardeau. Les seules chaînes qui le bridaient encore sont signées « Arinya O'Connor », une femme douce au caractère de titane. S'amuser c'est bien mais sans oublier les règles de bonnes conduites, afin de ne pas perdre la face et son honneur...

Un fou... C'est ce que je suis d'après l'un de mes amis qui ne comprends pas pourquoi je ne suis debout depuis 6h30, alors que je n'ai pas cours avant 14h30. Ma réponse a été simple :



Puis je suis retourné tel un Prince, sous les rires amusés du groupe, dans ma chambre afin de revoir mes cours de Médecine Vétérinaire. Et oui, j'ai menti. Ce n'est pas pour serrer que je fais du jogging au réveil, mais juste pour garder un rythme sain et être bien réveillé pour les heures de cours ou des révisions. Les cours d'hier avaient été assez complexes à comprendre pour le pauvre étranger que je suis. Si je m'en suis bien tiré l'année dernière, car j'avais les connaissances et débuté mes cours dans ma langue maternelle, cette fois c'est autre chose...

Même si je suis assidûment mes cours de Japonais, il n'y a aucune mention de vocabulaire médical car c'est un cursus pour apprendre la langue couramment. Il y a aussi le côté professionnel avec l'apprentissage du Keigo mais qui utilise des terme médicaux aux quotidiens ? Les hypocondriaques peut-être... Bref, je dois avouer que même si je m'amusais en début d'année, à sortir en soirée sans me soucier du lendemain, j'ai vite déchanté. Maintenant, je me contente d'une soirée en fin de semaine et, surtout, pas toutes les semaines. Mon porte-feuille et mon estomac m'en remercieront, il n'y a pas de doute !

« Pouaaaah ! Aoutch !» dis-je après m'être étiré et qu'un craquement de nuque se soit fait entendre.

Quelle heure est-il ? Oh... 9h50 déjà... Ça fait plus d'une heure que je relis ce cours, j'ai besoin de m'aérer ! Je me lève et tourne la tête vers la cage au pied de mon lit. L'oiseau avec l'aile blessée, que j'ai ramené durant la Golden Week, à l'air d'aller bien mieux ! Peut-être que je peux lui rendre sa liberté à présent ?

« Viens par là mon petit, c'est l'heure de retrouver ta liberté !»

Très doucement, je l'attrape au creux de ma main et, même si son cœur bat extrêmement vite, il ne cherche pas à s'enfuir plus que ça. Il a dû comprendre que je n'étais pas une si grande menace pour lui. Du moment qu'il continue de se méfier de l'humain, tout va bien...

Sans trop traîner, je file vers le parc, là où je l'avais trouvé et ouvre mes mains. En à peine deux secondes, le voilà qui s'envole et disparaît de mon champ de vision légèrement brillant. Ce n'est pas le premier que je soigne depuis mon enfance, mais je crois que je serais toujours ce gamin de 6 ans, émerveillé en voyant un animal retrouver sa liberté.

"Excusez-moi !"

M***e ! J'espère que c'est pas un membre du personnel qui pense que j'ai maltraité un animal. Les joues changeant de couleur et les yeux encore humides, je me retourne à la hâte et cherche à me justifier.



"Qu'est-ce que tu fais ici ? C-comment tu m'as retrouvé?! Tu me suis, c'est ça !"

Mais c'est à moi de poser cette question ! Elle débarque ici et me demande si je la suis ? C'est l'hôpital qui se fout de la charité ! Et comment je l'ai retrouvée... Comme si j'étais un stalker ! Si j'avais voulu la revoir, je serais aller attendre devant chez elle directement ! Au final, j'aurais jamais dû la laisser m'approcher ce soir-là, ça craint ! Je regarde la cigarette au sol et grimace un peu.

« Je ne sais pas ce que TU fais ici, mais tu ferais mieux de ramasser ça avant d'avoir des problèmes... » dis-je le plus calmement possible malgré mon inconfort.

Gentleman un jour... Gentleman toujours... Du moins, j'essaie même si c'est difficile là !



~~~~~~~~

Revenons au Samedi 7 Avril 2018. Ce soir-là, tout comme d'autres soirées depuis son arrivée, sa mère ne saura pas qu'il a vécu tel un jeune O'Connor dans la fleur de l'âge. Pas de cours, des amis, un peu de boisson dans leur pub préféré et un club à rejoindre pour finir la soirée en beauté.



Rien de telle qu'une soirée arrosée entre potes dans un pub ! Ça me rappelle le pays et me fait un bien fou ! L'alcool m'aide sûrement un peu à décompresser aussi mais bon, comparé à mes camarades, on peut presque dire que je suis sobre. L'avantage d'avoir des années d'entraînement en Angleterre et des gênes asiatiques relativement clément, à conditions d'avoir mangé convenablement. L'ai-je fais ? Évidemment voyons ! J'ai une réputation d'étranger à tenir !

Une fois installé dans le club, l'ambiance est immédiatement au rendez-vous. Musique, alcool, humour... Que demander de plus ? Oh ! Mignonne la demoiselle au bar ! Oups, elle a regardé par ici. Pas le choix, il me reste juste à sourire puis me tourner vers mes potes. Les contacts visuels arrivent plusieurs fois mais je fais mine de rien, après tout, c'est une soirée entre amis. Je ne peux pas leur faire ça. Sauf qu'il y en a plus d'un qui l'ont aussi repérée, forcément ! Et voilà que c'est avec une extrême discrétion, que seule la musique et le brouhaha parvient à masquer un minimum, qu'un des zouaves m'annoncent d'une voix grasse :

« Eh ! Evan ! Une meuf canon te bouffe des yeux gros veinard !»

Je lève les yeux en rigolant, avant de regarder à nouveau dans la direction de la demoiselle en question. Mon verre étant vide et comme, malgré le fait que je leur dise qu'ils se font sûrement des idées, ils continuent de parler de virilité, je fini par me lever dans l'espoir de les faire taire ces imbéciles.

dis-je, amusé.

Direction le bar pour le ravitaillement. Sur le chemin, je réfléchis à quelle boisson je devrais prendre. Une bière me permettra de continuer la soirée sans trop de surprise mais... J'ai bien envie de m'y croire avec un « Sky on the rock ». C'est la classe à prononcer avec mon accent parfait et surtout, ça fait chic et je pourrais me la jouer à mort devant mes potes. Cependant, je risque de sombrer un peu plus vite, quel dilemme !

"Qu'est-ce que tu bois ?

Lentement, je me tourne vers la douce voix dont le visage ne m'est plus si inconnu à présent. Eh beh ! Elle n'est plus juste mignonne de près ! J'en ai vu des demoiselles très sociable ou entreprenantes en soirée, mais là, elle réussi à égaliser les plus jolis de mon top 5 inexistant ! Mode auto activé, je m'appuie contre le bar et avec un sourire, j'engage également la conversation.

« Sky on the rock~

Au diable le fait de me rapprocher de ma limite plus rapidement, je préfère soudainement avoir la classe, va savoir pourquoi~

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mar 10 Oct 2023 - 21:39

Quel charmant sourire, il était encore plus mignon de près : de beaux yeux en amande et le teint mâte, lui aussi, il ne venait pas d'ici visiblement. Les cheveux bruns également,Arizona avait clairement une préférence pour les brun. Et surtout ce qu'elle aimait par dessus c'était les hommes grand. C'était un peu culotté mais du haut de son pauvre mettre cinquante-cinq elle n'acceptais que les hommes de plus 1m75 et à vue d'oeil il les dépassait. Il avait l'air dégager de cet homme une certaine confiance en lui et ça aussi ça lui plaisait. Arizona quand elle était une femme qui aimait prendre soin d'elle, elle aimait plaire c'est certain mais ce qu'elle aimait le plus c'était apprécier ce qu'elle voyait dans le miroir, le matin au réveil ou apprêter pour sortir le soir. Elle n'était pas bien grande et n'avait pas le physique longiligne des magnifiques mannequins des réseaux sociaux. Son corps était plus voluptueux, plus charnu. Mais elle l'appréciait et visiblement, elle n'était pas la seule car elle a toujours plu aux hommes. Elle connaissait ses atouts, mise à part ses formes voluptueuses, elle avait de belles lèvres pulpeuses un sourire enjôleur et un regard profond.

Mais n'allez pas croire que ses critère d'homme était purement superficielle. Si l'enveloppe est, plaisante, mais que la coquille est vide ça n'avait pas de sens pour elle. Il fallait qu'on stimule son intellect, qu'on l'amuse, qu'on la cherche. La séduction était pour elle comme une sorte de duel, un jeu, c'était à celui qui craquerait le premier et a ce jeu là elle était très forte. Le bel inconnu ne mit pas longtemps à lui répondre et au vu de son accent, il était clairement anglais. L'accent anglais l'avait toujours fait rire, celui là n'était pas très prononcé mais en parfaite anglophone elle avait su le reconnaitre. Amusée, elle lui sourit en retour avant d'appeler le barman d'un geste de la main.
"Deux sky on the Rock s'il vous plait."


Elle tendit un billet au barman qui lui servit les deux vers. La petite brune fit glisser le verre jusqu'au bel inconnu.

"Arizona et toi ?"


Elle passa une main dans sa longue chevelure brune et place une mèche derrière son oreille.

"Je viens tout juste d'arriver en ville. J'ai longtemps hésité avant de sortir ce soir, car je ne connais personne... Mais apparemment, j'ai bien fait de venir jusqu'ici."


Elle tourna légèrement sa tête derrière les amis de cet homme étaient en train les observé, certain amusé, d'autre semblait fière lui et d'autre encore paraissait un peu jaloux. Arizona ria doucement, amusée en pointant du doigt le petit groupe.

"Visiblement, on a des spectateurs, est-ce que j'ai à faire au bourreau des cœurs de cette ville ?"
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mer 11 Oct 2023 - 18:28
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Les tournées s'enchaînent, les regards s'entremêlent, la curiosité s'éveille... S'il ne comptait pas donner raison à ses amis au premier abord, la voir de plus près à su faire disparaître le peu de sagesse qu'il tentait de maintenir hors de portée de l'alcool. Aussi sûre d'elle que séduisante, la jeune femme fait immédiatement comprendre qu'elle ne partira pas avec n'importe qui. Joueur et alcoolisé, Evan n'hésitera pas à relever le défi en se laissant porter par son charme naturel. Cependant, l'improvisation peut parfois mener sur des chemins dangereux...

Oooh ! Elle en commande deux ? Une femme qui prends les devants, ne laisse pas les barrières de norme sociale l'arrêter et boit du whisky... Une femme de caractère, c'est certain ! Sa prononciation différait légèrement de la mienne, serait-elle Américaine ? Ou bien elle a appris l'anglais là-bas... Elle se présente sous le doux nom de « Arizona » ce qui conforte mon hypothèse au niveau de sa nationalité. Cependant, je ne préfères pas prendre de risque en basculant sur l'anglais tout de suite par facilité.

C'est d'un mouvement naturel que je récupère mon verre, l'un de mes doigts touchant « accidentellement » l'un des siens, tout en lui répondant sans détour.



Je la regarde placer une mèche derrière son oreille et je n'y vois qu'un geste maîtriser à la perfection pour captiver le regard. Elle n'est clairement pas une débutante dans le domaine. Le jeu semble joué d'avance mais je suis presque sûr qu'à la moindre erreur, je verrai sa chevelure brune s'évaporer sous la chaleur ambiante. La soirée ne fait que commencer, je ne suis pas venue dans l'optique d'avoir une conquête alors, autant voir où le jeu va nous mener. Soudainement, les enseignements de mon père me reviennent en tête.

Première règle, être à l'écoute. Montrer que l'on porte un intérêt à la demoiselle en l'écoutant et lui poser des questions sur ce qu'elle vient de dire. Faire cependant attention à ce que la discussion ne soit pas que dans un sens et parler assez longtemps pour qu'elle n'ait pas « l'effet monologue ».



Mm ? Que regarde-t-elle ? Règle numéro deux, attention à ce qu'elle ne se laisse pas distraire. Toujours faire en sorte d'être la plus grande source de distraction de la pièce... Facile à dire lorsqu'il y a un groupe d'imbéciles qui rient comme des attardés en te fixant et... Faisant coucou lorsqu'ils sont pointé du doigt... Bref, si j'en suis une autre règle du code de la drague : Ne pas montrer que la situation n'est pas parfaitement entre ses mains. Je me tourne également pour les regarder et rigole légèrement à sa question, amusée qu'elle fasse comme si elle ne savait pas que j'étais accompagné.

dis-je en tournant mon regard pour le plonger dans le sien, un sourire aux lèvres.

Si mon père pouvait me voir actuellement, sans nul doute qu'il analyserait le tout afin de me coacher par la suite... Heureusement qu'il est loin, il aurait été pire que mes amis, qui sont sûrement en train de prendre les paris... Bref ! Changeons vite de sujet ! Revenons à elle !

dis-je sur un ton décontracté avant de me rendre compte du double-sens.

C'est aussi connu pour la peine de mort et que c'est ce que je risque actuellement... Sans mauvais jeu de mot, pour un État désertique, c'est un terrain glissant et j'espère ne pas rencontrer une montagne. Avec de la chance, elle se dira que je suis un homme de culture ou je mettrais ça sur le compte d'une mauvaise maîtrise de la langue...

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mer 11 Oct 2023 - 22:35

Elle pouvait maintenant mettre un nom sur ce visage. Evan, il n'était pas japonais, même si elle en était sûre. Mais il n'était sûrement pas qu'anglais non plus malgré cet accent, son visage n'était pas celui d'un Occidental pur souche. Elle allait e voir attendre avant d'en savoir plus. Elle prit son verre entre ses doigts avant de le tendre vers son nouveau compagnon de soirée, pour trinquer.

"Eh bien Evan, au nouvelle rencontre alors!"


Elle but une gorgée de son verre avant de le reposer doucement. Elle n'aimait vraiment pas le whisky, en vérité, elle préférait les cocktails, plus sucrée plus doux. Le liquide doré brûlait sa gorge mais la petite brune ne laissait rien transparaitre et continuait de sourire. Elle se disait simplement qu'il ne fallait pas qu'elle prenne trop de verre au risque de perdre le controle de la situation. Elle rit lorsque le jeune homme lui fit remarquer que ses amis devaient être fiers de la voir en si bonne compagnie, en regardant la petite bande de plus prêt, il était clairement le plus mignon. Par contre sa deuxième rélfexion lui fit soulever les sourcils. Elle était perplexe, mais en même temps très amusée.

"Des larmes de joie hein ? Tiens, c'est bizarre, c'est typiquement ce que dirait un homme qui a pour habitude de briser le cœur des filles." Elle s'approcha doucement de lui pour chuchoter quelque chose comme si elle voulait lui dire un secret "inutile d'essayer avec le mien, il est en pierre."


C'était absolument faux, il n'y avait pas une once de vérité dans ce qu'elle disait. C'était plutôt tout le contraire. Arizona avait le chic pour tomber amoureuse de bad boy, les relations toxiques ? Elle plonge dedans comme un apnéiste professionnel. Pourtant son rêve c'était de rencontrer un homme gentil qui prenne soin d'elle. Mais comme elle avait la facheuse tendance de vouloir sauver tout le monde elle se retrouvait toujours avec (ceci est une liste non exaustive): des artistes torturés, égoistes et manipulateur, des pseudos bandits profiteurs et sans coeur, ou des baratineurs professionnels. Pourtant, elle ne se considérait pas comme naïve. Elle aimait les hommes intelligents, drôles et ambitieux, mais il faut croire qu'elle se donnait toujours à fond avec les mauvaises personnes. Elle ne comptait plus les fois ou elle débarquait chez ses copines en pleine nuit pleurant une nouvelle rupture. Il fallait à chaque fois la ramasser à la petite cuillère et à chaque fois, elle retombait dedans.

Son petit rôle de femme fatale était plutôt convaincant au début, mais après elle se laissait vite attendrir. Pour ce qui est d'Evan, on était loin de tout ça pour le moment, mais ça rentrait encore une fois dans son jeu de séduction. Évidement le jeune homme fit une remarque sur son prénom, elle avait plutôt l'habitude. Elle réfléchit un instant.

" Le grand canyon est un milieu hostile et magnifique à la fois, tu sais ?" Dit-elle malicieusement, elle planta son regard dans le sien, elle avait très bien compris le double sens de sa phrase, allait-il comprendre le sien ? Elle n'avait pas encore la réponse. Elle reprit plus sérieusement. " Les westerns ? Pas vraiment ? L'esprit colonial ce n'est pas vraiment très populaire dans notre famille. D'ailleurs, on n'est pas de grand patriote, ma mère n'est même pas américaine. Mes parents voulaient un prénom original et le sol ocre de l'Arizona, son climat aride rappelait le pays natal de ma mère."


Arizona n'avait jamais porté dans son cœur les Etats-Unis, le harcèlement qu'elle y avait subit, les relations qu'elle avait eu avec les gens là bas n'étaient que superficielles, le système politique complètement foireux et les inégalités sociales étaient monstrueuses. C'était assez étrange de dire, mais la Syrie avait gardé une plus grande place dans son cœur. Elle n'y avait vécu que jusqu'à ses 7 ans et n'avait pas conscience de toutes les difficultés du pays et encore moins la situation politique, mais elle y avait ses plus beaux souvenirs.

Pendant quelques instants, son regard fut quelque peu nostalgique. Elle ne parlait que très rarement de ses origines. De manière générale, elle ne parlait pas trop d'elle de toute façon.

"Et toi avant ? À part briser le cœur de toutes les filles que tu rencontres qu'est ce que tu fais dans la vie?" ses pupilles l'examinèrent de haut en bas. "D'ailleurs toi aussi, tu ne viens pas d'ici j'ai pu reconnaître ton accent anglais... Mais il y autre chose, j'en suis sur c'est très intrigant d'ailleurs parce que je n'arrive pas à deviner."
Citation

Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Jeu 26 Oct 2023 - 15:06
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Ils trinquent à leur rencontre et Evan ne peut s'empêcher d'aggraver son statut de bourreau des cœurs en lui répliquant qu'il est dommage pour une si belle femme d'avoir un coeur de pierre et qu'il aurait préféré un coeur de glace, qu'il aurait pu tenter de faire fondre... Il s'étonne ensuite que cette image lui colle au coeur mais ça l'alcool ne le lui a pas encore fait comprendre. D'ailleurs, ce dernier et la gêne laissent des traces sur ses joues, même s'il ne s'en est pas encore rendu compte... À moins que ça ne soit un souhait de sa part afin de nier la réalité ?

Un besoin soudain de me donner une certaine constance me fait boire une nouvelle gorgée de whisky. Ça fait du bien et m’aide à canaliser ma forte envie de m’excuser. Ne l’ayant pas fait exprès, je devrais mais ça reviendrait à montrer que je ne contrôle pas ce que je dis et… Là c’est plus mon égo qui refuse de laisser passer. Manquerait plus que je rougisse… J’espère que ça n’est pas le cas d’ailleurs… L’alcool me le déclenche par automatisme donc ça ne m’étonnerait pas… Non ! Mieux vaut ne pas y penser !

La demoiselle est joueuse et ne semble pas s’offusquer d’un double sens visiblement très bien assimilé… Passer pour un beauf, c’est fait ! Heureusement qu’elle n’a pas l’air plus dérangée que ça et, au contraire, en rajoute une couche. Un sourire malicieux s’étire en réponse au sien.

Dis-je, en ne déviant pas les yeux, lorsqu’elle capte mon regard.

Si elle et sa famille ne sont pas adeptes des westerns, ce n’est pas un problème car, après tout, ce n’est pas mon genre de film préféré non plus. Ils étaient justes les premiers détails sur l’Arizona que j’ai pu trouver dans un moment de panique. J’en apprends cependant un peu plus sur ses origines avec cet indice à propos de la couleur du sol et du climat aride. Cette touche orientale qui a attiré mon attention, viendrait donc de sa mère. Intéressant, plus qu’à savoir d’où exactement pour que ma curiosité soit comblée à ce sujet mais, cela attendra un peu car c’est à mon tour de donner des informations.

Un briseur de cœur, elle semble persuadée que j’en suis un, alors que je suis un gentleman. Mon code génétique me perdra un jour, être beau n’est apparemment pas toujours un avantage en termes de séduction. Heureusement que je suis honnête et du genre à respecter les femmes, je n’aurais pas besoin de mentir à ce sujet~

Après une légère pause où je montre que je ne suis pas réellement sérieux malgré mon regard faussement triste, je reprends sérieusement.

J’ai bien vu qu’elle m’avait détaillé de la tête aux pieds, ce qui ne me dérange pas, évidemment. Tout comme elle, je ne suis pas uniquement Britannique et cela se voit assez bien à ma couleur de peau. J’en suis assez fier donc en parler est un plaisir.



Une nouvelle gorgée de whisky vient réchauffer ma gorge et je sens déjà que le liquide n’a plus autant d’impact. Noyé au fond par les glaçons. Ils en mettent un peu trop dans ce pays, surement pas économie de cet alcool pouvant faire rapidement tourner la tête des porteurs de gênes asiatiques… J’ai la chance de ne pas être si touché par ses gênes là, si je ne compte pas les rougissements, grâce à ceux de mon père et… l’entraînement subit pendant mes années d’ado turbulent. Ça aide pas mal d’être habitué à boire, ça permet de mieux se contrôler par la suite, connaitre ses limites. Ce soir, je vais devoir y faire attention car je n’en suis pas si loin et il ne faudrait pas dire n’importe quoi en si bonne compagnie.


*Médecine : Il prononce « Igaku » qui veut dire médecine et oubli le « sei » qui signifie étudiant car, pour lui, c’est logique qu’il est étudiant. Il fait souvent l’erreur en Japonais, pardonnez-lui~

**Half : Expression commune au Japon pour parler d'un métissage Japonais

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Ven 27 Oct 2023 - 21:57

Elle rit doucement lorsqu'Evan fit une moue faussement triste. Un rire agréable et maîtrisé, ce n'était pas le moment de faire des vocalises, il fallait resté crédible : mystérieuse et insaisissable, tout le contraire d'Arizona quoi. Non pas qu'elle n'assumait pas qui elle était, mais c'était drôle ce soir de jouer ce genre de femme. Et apparemment ce soir elle avait à faire à un sacré adversaireface à elle, Evan débordait d'insparation et lui jouait une sérénade digne des plus belle parade nuptiale. C'était flatteur pour Arizona qui appréciait tout ça avec beaucoup d'enthousiasme. Evan avait réponse à tout et elle aimait ça. Évidemment, elle n'était pas dupe, les hommes aiment dire les mots que les femmes veulent entendre, après, de là à les penser, c'est une autre histoire.


La jeune femme écouta attentivement le jeune homme, ses yeux s'illuminèrent lorsqu'elle comprit qu'il était médecin. Il avait l'air jeune pourtant. Peut-être ne faisait-il pas son âge, peut-être que c'était un génie en avance, toujours est-il qu'un médecin jeune et sexy comme lui, lui donnait un peu l'impression de se retrouver dans grey's anatomy : elle l'imaginait en blouse blanche marchant d'un pas rapide et élégant à travers les couloirs de l'hôpital, s'en allant sauver des vies sans différenciers les riches des pauvres, les natifs des étrangers. Arizona avait tapé dans le mile ! Il était beau et avait un cœur, pour être médecin, il fallait forcément avoir bon cœur non ? Il restait encore à la jeune femme un zest de naiveté. tout ceux qui exerçait une profession qui traitait de l'humain avait bon coeur pour elle. Car à part l'altruisme, aucune autre motivation n'était possible pour faire ces métiers-là.

"En médecine? Wouahou, je suis impressionnée, admirative même ! Ça doit tellement dur et passionnant à la fois ! Tu dois en tirer tellement de satisfaction."


Elle aurait aussi voulu lui de venir l'ausculter chez elle de manière très minutieuse mais comme dit précédemment elle avait décider d'être classe ce soir. Alors elle continua de l'écouter entre deux gorgée de whisky, elle était pressée de terminer ce verre d'ailleurs. Cet alcool avait un goût infâme et chaque nouvelle gorgée était plus atroce que la précédente. Il était donc à moitié thaïlandais.

"sawat dee kha" dit-elle en souriant. "C'est la seule phrase que je sais dire. Je ne suis allée qu'une seule fois en Thaïlande, plus jeune avec mes parents pour les vacances. c'est un très beau pays." Arizona Souria lorsqu'Evan évoqua sa mère. La jeune femme était très proche de ses parents, elle les aimait plus que tout. C'étaient des gens bien, avec un grand qui lui avait donné une excellente éducation et qui avait compensé leur nombreux déménagement et le manque de repère pour la petite fille qu'elle était par beaucoup d'amour et de communication. "Ma mère est Syrienne, j'y suis même née. C'est un pays magnifique, avec de beaux paysages et une population incroyablement accueillante malgré tout ce qu'on en dit."


La jeune femme avait toujours été plus fière de ses origines syriennes qu'américaine. Mais ce n'était pas le moment de penser à ça. Elle sourit à Evan " nous nous sommes bien trouvé alors. Deux étrangers loin de leur pays qui se retrouve dans ce bar, c'est un bel hasard"


Pas vraiment en réalité, Kobe et son campus regorgeaient de personnes venus des quatre coin de la planète mais il fallait quand même qu'elle joue sur ça.

"tu sais c'est marrant, c'est la première fois que je fais les premier pas pour abordé un homme et j'ai bien fais d'oser, il faut croire qu'on fait de jolie rencontre quand on force le destin."


Si ça ce n'était pas une perche tendue, elle ne s'appelait pas Arizona. Une femme qui s'assume et qui assume son coté séducteur, c'est celle qu'elle avait décider d'être ce soir.
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Lun 6 Nov 2023 - 23:13
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Le dialogue est agréable, le courant semble bien passer et les deux protagonistes cherchent à en apprendre plus l'un sur l'autre. La demoiselle semble à la fois surprise et satisfaite, en apprenant la voie qu'Evan se destine, même si nous savons tous que, dû à sa maladresse de langage, elle s'imagine face à un médecin. Une erreur qui pourrait bien provoquer quelques problèmes à l'avenir... Pour l'instant, fier de la voir admirative et curieuse à son égard, il ne peut s'empêcher de sourire le rouge teintant un peu plus son teint.



Evan, ne t'égare pas sur ta passion pour les animaux maintenant, ce n'est pas le moment. Reste Maître de la conversation et ne te laisse pas emporter ! Surtout qu'elle souhaite en apprendre plus sur toi en te dévisageant tout entier. J'ai définitivement marqué des points avec la belle Arizona au cœur de pierre~

Oh ! Du Thaï ! Avec un accent adorable qui plus est ! Je ne m'y attendais pas mais c'est agréable d'entendre cette langue qui commence, je dois l'avouer, à me manquer. Répondant à son sourire, je ne la laisse pas seule et prononce à mon tour bonsoir dans ma langue maternelle.

« Sawatdee Khap Arizona~» dis-je avant de l'écouter attentivement me parler de son voyage et de son pays natal.

Plus je bois ses paroles, plus je la trouve intéressante. Qui aurait cru que je croiserais une fille aussi jolie, métisse expatriée, parlant thaï et buvant du whisky sans broncher ? Lorsqu'elle me devance en me disant que nous nous sommes bien trouvé, je ne peux qu'approuver avec un air complice.

dis-je avec un léger rire.

Lorsqu'elle m'annonce que c'est la première fois qu'elle aborde un homme, même si une part de moi peine à la croire, mon ego prend la flatterie dans sa totalité sans aucunes onces de regret. Merci à vous mes ancêtres, votre code génétique m'est bien utile en ce jour ! Si le fait de parler de destin n'est pas une preuve que nos échanges est passé au stade 2 (drague ouverte), alors je ne m'appelle plus O'Connor ! Il est temps d'user comme il faut de cette génétique qui semble me porter chance.

Dans un mouvement naturel, où j'appuie mes bras sur le comptoir, je me retrouve ainsi légèrement plus près de mon interlocutrice. Relevant les yeux, je capture son regard et lui sourit doucement.



Après une légère pause où je ne lui laisse pas vraiment le temps de répliquer, à mon tour de lui montrer mon intérêt.


KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mar 7 Nov 2023 - 22:50

Arizona avait marqué des points avec ses salutations en Thaïlandais, Evan semblait surpris et ravis à la fois ce qui faisait sourire la jeune qui n'était pas peu fière d'avoir eu cette réaction de sa part. l'alcool commençait à doucement à faire son effet la petite brune à sentir une chaleur l'envahir. Evan semblait vraiment intéresser par la jeune femme sans forcément lui faire du rentre-dedans de manière trop agressive, il ne posait pas sur elle un regard lubrique débordant de désir cependant, on pouvait facilement déceler une attirance réciproque entre eux. Leurs corps se rapprochaient tout doucement sans pour autant se toucher.

Elle ne savait pas encore comment allait se terminer cette soirée, mais ce dont elle était sur c'est qu'elle se sentait bien à ses côtés. C'était comme si elle faisait totalement abstraction des gens autour et de la musique. Il était maintenant beaucoup plus proche d'elle, son sourire illuminait son visage et cette petite cicatrice à l'arcade lui donnait un peu air de bad boy qui faisait complètement craquer Arizona, elle et son gout prononcé pour les méchants garçons. Sans s'en apercevoir elle s'était mise à rougir. Cette proximité soudaine, la douceur des mots du docteur qui était maintenant clairement en train de la draguer et l'alcool lui avait fait baisser un peu sa garde. Mais elle se reprit rapidement et espérait vraiment qu'il n'a pas vu cette chaleur envahir ses joues.

Heureusement, Evan avait repris et lui demanda de lui parler un peu arabe et heureusement sinon Arizona aurait commencé à balbutier, troubler par cette histoire de destin et de beaux yeux. Ari se racla un peu la gorge pour reprendre un peu de voix.

"السَّلَامُ عَلَيْكُمْ"Salem aleykoum


"Littéralement ça veut dire "que la paix soit sur toi" c'est l'expression que l'on utilise pour se saluer, la langue arabe est très imagé et poétique."

la jeune femme sourit doucement avant de reprendre.


"حنين الروح يدعوني إليكِ، وأحلامي ترسم صورتكِ الجميلة، فأنتِ الأمل والحب والحياة، وعيناكِ اللتين تتلألأان كالنجوم."hanin alruwh yadeuni 'ilyki, wa'ahlami tarsum swrtk aljamilata, fant al'amal walhubu walhayatu, weynak allatayn tatala'al'aan kalnjuma.


Arizona était une grande fan de poésie arabe, c'était très imagé et passionné comme poésie. Ces quelques vers étaient tirés d'un poème de Salah Jahin et qui signifiait littéralement "La nostalgie de l'âme m'appelle vers toi, Et mes rêves dessinent ton beau visage, Tu es l'espoir, l'amour et la vie, Et tes yeux brillent comme des étoiles." Évidemment, c'était surtout pour se la jouer, car ce poème avait quelque chose de phonétiquement envoûtant et les mots étaient particulièrement doux. La jeune femme sourit doucement avant de reprendre.

"Ça, c'est un petit poème égyptien, l'arabe est parler dans énormément de pays, c'est très pratique ! Si tu veux savoir ce que ça veut dire suis moi dehors, il fait une chaleur infernale ici."


Sans attendre sa réponse Arizona descendis de sa chaise haute en souriant malicieusement, elle commença à marcher en direction de la terrasse tournant la tête vers Evan, joueuse. Arrivée à l'extérieur Arizona pris une grande inspiration avant de s'adosser sur le mur, très vite réjoint par Evan maintenant face à elle.

"Il fait meilleur ici hein ?'


La lumière de la lune et les quelques spots les éclairait subitement, le vent venait doucement caresser leur visage et faire voler quelques mèches de la longue chevelure brune de l'assistante sociale. Elle se rendait maintenant compte à quel point il était grand par rapport à elle. C'est marrant comme la perspective pouvait changer selon si on était debout ou assis. Du coup elle faisait beaucoup moins la fière d'un et se sentait soudainement comme vulnérable et en même temps inlassablement attiré par le jeune homme. Elle priait pour qu'il ne se rende pas compte à quel point elle était troublé à cet instant.


Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mer 8 Nov 2023 - 1:16
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

L'alchimie opère et fais lentement son chemin. Tantôt audacieux, il joue de ses charmes sans douter un seul instant de leur efficacité, tantôt sur la retenue, afin de la laisser venir à lui. Si Arizona est joueuse, il l'est également et ne pense pas un seul instant que la jeune femme ne joue qu'un rôle... Il ne se doute pas que cette femme pleine d'assurance pourrait chercher une véritable relation et oublie toutes les mises en garde de la dragonne... La génétique peut être une arme a double tranchant et il ne s'en rendra compte que trop tard.

« Salem alékoum» tenté-je un peu maladroitement sans doute alors qu'elle m'explique la poésie derrière ses mots.

Je me laisse emporter par sa tirade dont je ne comprends pas un mot, attendant patiemment ce qu'elle me dévoile toute la beauté de cette langue qui ne m'avait encore jamais attirée jusqu'à ce qu'elle soit prononcée par elle. Un poème égyptien dont je ne connaîtrais pas la signification, si je ne la suis pas jusqu'à l'extérieur de cette fournaise, commençant à peu à peu à me consumer. Plus que de vouloir échapper à ma combustion prochaine, je ne pouvais la laisser s'évader aussi facilement de mon regard et abandonner une partie aussi bien débutée.

dis-je en me plaçant face à elle.

C'est au moment où nos yeux se croisent à nouveau que je ressens un frisson me parcourant ardemment le corps. A présent debout, sous la douce lumière de la lune, je crois voir dans ses yeux de biche la peur du grand méchant loup. Cette situation peut sembler à mon avantage mais dans notre jeu du chat et de la souris, celui qui craque en premier est celui qui se fera manger. Malgré mon envie brûlante de passer rapidement au stade 3, je me dois de faire preuve de retenue afin que tout soit le plus limpide possible.

Lentement, ma main s'approche de son poignet et l'effleure, le bout des doigts glissants délicatement dans la paume de sa main. Resserrant doucement ma main sur la sienne, je lève mes yeux vers les siens avant de lui sourire. D'un signe de tête, je lui indique de me suivre. À quelques pas de nous, se trouve une fenêtre où un rebord me permet de m’asseoir et d'égaliser subtilement la hauteur de nos prunelles.

dis-je comme explication en plaçant de ma main libre l'une de ses mèches derrière à la bonne place, afin de suivre une autre règle de mon père : En cas d'embarras, trouver une excuse pour effacer la gêne sans montrer qu'elle a été perçue.

Je lâche lentement sa main et sa chevelure pour briser le silence.

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mer 8 Nov 2023 - 22:20

L'Arabe était une langue bien différente du japonais, l'utilisation même des cordes vocales n'était pas pareille pour arrivé à reproduire certains sons, la syntaxe et les expressions utilisé n'étaient pas les mêmes. Alors entendre Evan essayant de limiter la faisait un peu rire même si elle trouvait l'effort adorable. Elle savait qu'ici elle n'avait que peu de chance de rencontrer un personne qui parle cette langue chère à son coeur, il n'y avait que sa mère à qui elle pouvait encore parler arabe. Au Japon, cette langue est totalement inconnue et situer la Syrie sur une carte était compliqué pour beaucoup. Les cultures aussi sont complètement différentes, mais heureusement, elle se sentait bien dans ce pays et en 10 ans elle n'avait eu aucun problème lié au racisme contrairement aux Etat-unis.

Dehors, un silence s'installa entre eux, comme si, pendant quelques instants Arizona avait cesser de jouer les femmes fatales. Leur regard s'entremêlèrent alors que le jeune homme passait sa main dans la sienne. Le cœur d'Arizona battait si fort qu'elle avait l'impression que même Evan pouvait l'entendre. Allait-il tenter de l'embrasser ici maintenant ? Évidement, elle s'en délecterait, car ça serait une victoire assurée pour elle, mais à cet instant précis il l'impressionnait tellement qu'elle se sentait totalement à sa merci, il aurait pu faire ce qu'il voulait d'elle, elle aurait perdu.

Contre toute attente, le jeune homme l'entraîna à quelques pas de là où il put s'asseoir près sur le rebord d'une fenêtre. Il n'avait maintenant plus l'avantage sur la taille et leur visage était à la même hauteur. Aussi proche, il pouvait aisément voir le rougissement des joues de la jeune femme qu'elle tentait tant bien que mal à dissimuler en essayant de se calmer. Peine perdue, d'autant plus qu'en plus de lui tenir la main, il avait délicatement décalé une mèche de ses cheveux qui virevoltait au-dessus de son visage. Arizona, quant à elle, pouvait maintenant mieux le voir également. Cette cicatrice qui l'intriguait beaucoup et ses piercings aux oreilles qu'elle n'avait pas encore remarqué. L'ensemble donnait un petit coté encore plus rebelle à Evan qui la faisait complètement craquer.

Le jeune homme vint briser ce délicieux silence en lui demandant ce qui signifiait ce vers. Arizona réfléchit quelques instants. Il était hors de question de lui donner une traduction exacte ce poème parlait trop d'amour et de passion pour ça. Arizona regarda profondément Evan, comme si elle voulait lire en lui. Elle sourit doucement.

"L'auteur parle du souvenir nostalgique d'une ancienne amante. Lorsqu'il regarde les étoiles, il pense à ses yeux qui brillent et il rêve sans cesse de son beau visage..."Elle s'arrêta quelques instants et s'approcha un peu plus de lui, son corps était entre les jambes d'Evan qui était toujours assis sur le rebord de la fenêtre. Du bout de ses doigts, Arizona caressa doucement la joue du jeune et remonta jusqu'à ses cheveux et passa délicatement ses doigts dans la chevelure brune du Thaïlandais. Elle s'approcha encore un peu plus tant et si bien que leur visage n'était plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. "Un visage beau comme le tien..."


Elle continua son chemin du bout des doigts dans le cheveu d'Evan. Elle sentait clairement qu'elle était en train de reprendre le dessus. Elle continuait de le regarder avec beaucoup de douceur, elle mordit légèrement sa lèvre inférieure. De si près, elle pouvait sentir le souffle chaud de la respiration du jeune homme et évidemment ça ne la laissa pas indifférente. Après un silence presque religieux, Arizona s'écarta et se mis à côté de lui, debout adosser au rebord de la fenêtre. Elle croisa les bras, amusée.

"C'est marrant pendant un instant, j'ai cru que t'avais envie de m'embrasser" son regard se tourna vers lui. Un sourire provocateur au bout des lèvres. "Mais j'ai sûrement dû me tromper non ?"


Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Jeu 9 Nov 2023 - 21:04
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Ils se plaisent l'un, l'autre et ils le savent tant et si bien qu'ils se permettent des actes qu'ils n'auraient peut-être pas effectué dans une autre situation. Au jeu du chat et de la souris, ils souhaitent tout deux être le prédateur, quitte à pousser le partenaire dans ses derniers retranchements pour sortir victorieux... Leurs limites approchent à grands pas et vous saurez bientôt qui en sortira vainqueur.

Le rouge lui va bien au teint~ Elle semble beaucoup plus fragile ainsi et ça ne me déplaît pas de voir une telle facette. Ça la rend plus humaine en réalité. Arizona soutient mon regard alors qu'elle m'explique vaguement la signification du poème. Même si j'ai l'impression que ce n'est pas l'exact traduction au vue du choix de ses mots, je ne lui en tiens pas vigueur, trop obnubilé par le fait qu'elle se rapproche peu à peu de moi. Yes ! Cette fois, ça y est ! Tout est réuni pour mon couronnement ! Le contact visuel, physique, le compliment direct sur ma beauté... Plus que quelques centimètres et...

Rien. Juste son souffle envoûtant sur mes lèvres souhaitant ardemment sceller les siennes. Retiens toi Evan, elle en meurt d'envie autant que toi, elle va craquer c'est sûr ! Mes mains agrippent fermement le rebord de la fenêtre, comme pour retenir ma conscience de se laisser aller dès la première tentation. Ses caresses et l'infime espace me séparant du Graal commence à me rendre fou et les secondes semblent soudainement être des heures. Lorsqu'elle s'écarte pour s'installer, comme si de rien était à côté de moi. Ma poigne se resserre en même temps que je laisse retomber ma tête et me pince fortement les lèvres.

Raaaaaaaaaaah ! Elle va me rendre cinglé ! C'est ça qu'elle disait en parlant que le Grand Canyon pouvait être dangereux ? Je peux me perdre dans ses yeux et finir fou à lier sans retrouver d’échappatoire à son piège ? Arizona me provoque et s'amuse de ma réaction, un rire nerveux s'évade de mes lèvres avant que je ne relève la tête, bien décidé à ne pas perdre sans combattre.

Prenant une grande inspiration avant de me tourner vers elle, mes yeux brûlant d'envie scrutant mon objectif. Ils se lèvent ensuite vers ses prunelles, bien décidé à les garder captifs. Lentement, je lâche le rebord de la fenêtre afin de prendre un appuie plus proche d'Arizona et ainsi m'approcher d'elle.

dis-je en faisant glisser mon autre main le long de sa mâchoire, jusqu'à l'oreille.

Une fois bien positionné, j'attire son visage au mien, l'imitant sans honte en m'arrêtant à quelques centimètres de ses lèvres tentatrices. Je me recule légèrement et lui dit, avec un sourire enjoleur.



KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Jeu 9 Nov 2023 - 22:56


Arizona s'amusait beaucoup, la réaction d'Evan, ses yeux brûlant de désir, la tension extrême qui planait entre. C'était exactement pour ce genre de sensation qu'elle vivait : le feu qui s'éveille doucement en elle et qui fini par consumer tout son corps, ce jeu du chat et de la souris qui rend tout excitant, ces regards qui en disent tellement plus que de longues phrases. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti ce genre de sensation et ça lui faisait un bien fou. Evan était un adversaire à sa hauteur et elle ne savait toujours pas lequel des deux allaient craquer en premier. Du coin de l'œil elle scruta chaque réaction du jeune homme. Ses mains qui serraient fortement le rebord de la fenêtre, son regard déconcerter. Evidement il s'attendait surement à ce qu'Arizona l'embrasse, ce n'était pas l'envie qui lui manquait mais elle avait envie de faire durer ce petit jeu encore une peu. Pourtant, il devait l'avoir remarqué lui aussi, mais elle n'avait qu'une envie, c'était de poser ses lèvres brûlantes de désirs sur celle du grand brun.

Le homme jeune fini par reprendre peu à peu ses esprits, il semblait lui aussi apprécié ce jeu instauré de manière tout naturel entre eux. Loin de s'être avoué vaincu, Evan se tourna vers l'assistante sociale, fixant ses lèvres avec envie puis leurs yeux se croisèrent à nouveau. Il allait bientôt passé à  l'action elle pouvait le voir dans son regard. Arizona avait hâte de voir ce qu'il avait dans le ventre et ne détourna pas son regard du sien. Un regard de défi, un regard séducteur qui n'attendait que de voir de quoi il était capable. Il posa sa main sur le visage brûlant de la jeune femme, avouant avec franchise ses intentions. Comme sa partenaire, il approcha son visage du sien, Arizona était prête offrir ses lèvres qui n'attendait que ça, et encore une fois la sensation du souffle chaud du jeune homme sur son visage la faisait presque trembler. Satisfaite, elle ferma les yeux afin d'apprécier au mieux ce moment tant attendu.

Mais à son tour elle s'était faite avoir, Evan lui avait rendu l'appareil de la meilleure des manière qui soit. Prétextant son coté gentleman et attendant l'autorisation de la jeune femme pour l'embrasser. Vraiment? Pensa-t-elle. Arizona rit doucement, lui donner l'autorisation était une preuve de sa défaite. Très bien, elle allait se servir elle-même dans ce cas.

"Ok Evan, let's play..." (Ok Evan, jouons.)Murmura-t-elle.


Arizona se rapprocha doucement vers l'objet de ses désirs, fermant les yeux pour apprécier ce moment tant attendu. Les lèvres charnues d'Arizona se posèrent doucement sur celle d'Evan. L'une ses mains vint se poser sur celle du jeune homme et elle mêla ses doigts au siens alors que l'autre main passait doucement sur le visage fiévreux d'evan. Leurs lèvres tant désirantes l'une de l'autre commencèrent une danse délicate et sensuelle alors que timidement d'abord leur langues se rencontrèrent. Naturellement, son corps se rapprocha du sien et la main d'Ari quitta le visage du Thaïlandais pour passer doucement dans son dos. L'intensité de se baiser monta doucement crescendo comme si petit à petit chacun des deux protagonistes baissait sa garde et se laissaient aller à leur désir tant réfréné jusque-là.

Le goût de ses lèvres était irrésistible et elle avait comme une envie insatiable d'y retourner à chaque fois. pourtant après un long instant Arizona s'écarta d'Evan, même si pour elle se fut un moment inachevé elle se devait de le laisser un peu sur faim et ça dans un but bien précis. Les yeux embrumés par l'émotion, les jambes tremblantes, les joue rougis et la respiration un peu saccadée, elle sourit malicieusement avant de reprendre, toujours en anglais.

"Et si ce n'est pas d'un gentleman dont j'ai envie ce soir ?"


Elle s'appuya avec ses mains aux rebords de la fenêtre pour se hisser jusqu'à l'oreille du jeune homme pour lui murmurer quelques mots, l'odeur de son parfum l'envoutait chaque seconde un peu plus. C'était maintenant beaucoup plus simple pour elle de parler en anglais maintenant.
"Alors qu'est-ce que tu comptes faire maintenant ?"


Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mer 22 Nov 2023 - 11:02
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

S'avouer vaincu sans pour autant avoir l'impression d'avoir perdu, égalité, la balle au centre. L'un comme l'autre on apprécié ce jeu de chat et de la souris et ne regrettes en rien le fait de céder à l'attraction, qui les transformeront d'aimants à amants.

Ce rire cristallin et son regard brûlant sont les symboles de ma victoire. Même si j'ai avoué mes faiblesses à ce magnifique adversaire, je ne regrette en rien lorsqu'elle murmure mon prénom dans ma langue natale, prête à signer le traiter de paix en liant sa main à la mienne.

La paix, c'est ce que je pensais mais le contact de ses lèvres tant désirée on enfoncé le déclencheur  d'une explosion de sensation. En proie aux flammes de mon désir brûlant, je me laisse consumer peu à peu, laissant en cendre toutes notions de bienséance en lieu public. Une main dans le creux de son dos, j'attire sa chaleur corporelle pour lui partager la mienne, alors l'autre libère ses doigts pour se faufiler dans sa chevelure, à la base de sa nuque.

Cet instant semble être tout aussi suspendu dans le temps que de passer à toutes allures. Je ne suis plus dans la même dimension et le retour à la réalité, lorsqu'elle romps le contact, me laisse un goût amer qu'il va vite me falloir remplacer par le goût sucré de ses lèvres.

Sa voix, entre-coupée de souffles enivrants, ne cesse de raviver les flammes sur les braises ardentes de mon envie d'aller plus loin. Elle ne souhaite pas d'un gentleman ? Tant mieux car je penses qu'actuellement, il est parti ranger son costume. Arizona s'avance à nouveau et je me mords la lèvre inférieure lorsqu'elle frôle ma joue pour venir quérir des informations sur mes intentions futures.

Fort heureusement pour la jeune femme, elle ne peut lire directement dans mes pensées car nul doute qu'elle pourrait avoir l'envie de fuir à la vu des nombreux flash indécents qui ont pu défilés depuis les dernières secondes... minutes... Du coin de l’œil j'aperçois un espion qui disparaît du cadre de la porte, ce qui a le don de me faire reprendre un peu mes esprits et éviter de dire directement le fond de ma pensée.

« Continuer notre agréable échange linguistique dans un lieu plus privé. »

Je place à nouveau une de ses mèches derrière son oreille et lui souris.

« Il me tarde d'en découvrir plus au sujet de la belle et dangereuse Arizona.»

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mer 22 Nov 2023 - 21:50


le visage empourpré, les yeux un peu vitreux, signe de l'émoi qu'elle venait de vivre. La jeune femme n'avait qu'une envie c'était de partir d'ici et reconduire encore et encore cette chaude et intense étreinte avec Evan. sentir la chaleur de sa peau et ses doigts sur son corps. à cette simple pensée l'assistante ne pu s'empêcher de frissonner. qu'entendais t-il par "un lieu plus intime"? voulait-il quitter le club pour l'emmener chez lui tout de suite? Arizona avait déjà fait le premier pas en l'embrassant, ce n'était pas dérangeant pour elle, la petite brune était du genre entreprenante mais quand même elle ne voulait pas donner l'impression d'être morte de faim non plus. quoi que, assumer ses désirs étaient une bonne chose aussi.

la jeune femme savait que si elle réfléchissait trop, ça allait être bizarre, alors en souriant elle prit Evan par la main. maintenant qu'elle avait engagé la discussion en anglais ce n'était plus la peine de se formaliser avec le japonais. de toute façon elle se serait emmêler les pinceau. L'Alcool l'avait quelque peu enhardit et elle avait décidé de continuer de jouer.

"viens par ici"


sans rien dire de plus, toujours sa main enlacée dans la sienne, comme si la séparation de leur deux corps étaient maintenant devenu impossible, elle se dirigea vers l'intérieur du club. éloignée du bar et de la piste de danse, une petite alcôve: deux banquettes rouges en velours séparées par une table en bois lustrée. Arizona prend place tout au fond, dos contre le mur, elle tira Evan vers elle par la même occasion. le corps parfaitement sculpté du jeune écrasant le sien, le visage à quelque centimètre à quelque centimètre du sien. son cœur battait si fort dans sa poitrine que le médecin devait surement le sentir. sa respiration haletait de plus en plus, elle allait devenir folle, pourtant elle ne s'avouait pas encore tout à fait vaincu.

"tu penses que tes amis t'en voudront si tu disparais avec moi ce soir?"


la fête dans le club battait son plein et les lumières se faisaient de plus en plus baisse, personne ne les voyait pourtant il était bel et bien là. Elle aussi avait l'impression d'être totalement seule au monde avec lui. L'américaine reprit d'assau les lèvres du beau brun,  plus intensément encore pour exprimer tout le désir qui envahissait son corps et qui la submergeait chaque seconde un peu plus. Ses mains, joueuses, passèrent sous le t-shirt d'Evan caressant doucement son torse, se baladant sensuellement sur son corps jusqu'à arrivé à son dos qu'elle enlaça tendrement.

"On va aller chez moi...mais je vais continuer de te rendre fou jusqu'à ce que ça toi qui me supplie de partir."


la jeune femme laissa complètement glisser son corps sur la banquette, sa jupe était quelque peu remontée et son t-shirt laissait deviner un petit bout de peau. l'alcool lui faisait faire des folies mais elle adorait ça. la jeune femme pris le visage d'Evan entre ses mains pour sceller ses lèvres aux siennes encore une fois, son regard était remplie de désir et d'excitation et elle priait pour que l'Anglais ne mette pas trop de temps à se décider.
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Jeu 23 Nov 2023 - 23:07
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Encore assez peu coutumier de la ville, Evan ne savait pas encore comment se procurer le havre de paix qu'il venait de citer. Fort heureusement, la belle avait déjà une idée en tête qu'elle ne tardera pas à lui dire le moment voulu. Alors qu'elle l’entraîne à nouveau à l'intérieur, Evan croise discrètement le regard d'un de ses amis, celui qu'il avait aperçu à la porte. Seront-ils tranquilles à l'intérieur ? Il en doutait mais l'alcool lui faisait tout passer outre. Y compris les signes que tentaient de lui transmettre son groupe d'origine... L'étudiant ne voient que ceux que lui envoie, chaudement, la beauté fatale l'attirant au fond d'un box libre.

A quatre patte sur la banquette, au dessus d'elle et son visage tentateur à quelques centimètres du mien, elle me demande si mes amis ne m'en voudront pas de disparaître avec elle. Honnêtement, ça fait déjà un bon moment que je ne me soucie plus de ce détail. Je n'aurais pas prolongé la discussion ni joué à son petit jeu si cela était un problème pour moi.

dis-je avant de répondre à son baiser brûlant.

Ses mains, elles se faufilent, insolentes, sous ma chemise, mon t-shirt... Elles se baladent, ardentes, laissant des traces indélébiles sur mon torse désireux de connaître la douceur de sa peau. Ses mains de feu embrasent mon être à la seconde où ses doigts me touchent et du rationnel, il n'en reste à présent que des cendres.

Ses lèvres, envoûtantes, prononce à nouveau des paroles digne d'une succube. Il n'y aura pas de paradis tant que les flammes de l'enfer n'aura pas consumées mon âme. La vile tentatrice se laisse glisser sur le velours rouge, m’entraînant dans cette folie dans vouloir toujours plus.

VRRT VRRT

Ma main, avide, remonte lentement de son mollet à son genoux, l'arrière de sa cuisse... Elle s'arrête à la frontière de sa jupe, dévoilant la base d'un autre de ses atouts féminins aux formes appétissantes...

VRRT VRRT. VRRT VRRT

Le téléphone dans ma poche arrière vibre de nombreuses fois, m'agace et me force à revenir à moi. L'esprit encore embrumé par son maléfice mêlé à l'alcool, me font oublier que nous ne sommes pas à l’abri de tout les regards ici et que le Japon n'est pas très... ouverts aux preuves d'affections, mêmes les plus minimes, en public. Le souffle court, je me redresse et prend sa main pour la faire se redresser également.



VRRT VRRT

Reculant afin de sortir de cette cachette de fortune, j'attrape mon téléphone brusquement, prêt à faire un assassinat envers l'expéditeur osant me déranger. Bon, cet expéditeur n'est en fait pas seul et m'ont empêché de recevoir le courroux de ceux gérant la sécurité du lieu. Certain m'encourage de façon vulgaire, d'entre m'annonce que ma veste se trouve sur une des chaises non loin du box... En effet... C'est presque effrayant ! Bande de voyeur ! Vivement que l'on soit tranquille chez elle.

dis-je en enfilant ma veste.

Dès que je trouve un moment, j'en profites pour écrire un message adressé à l'un de mes amis un peu trop collant. Il transmettra à tout les aut- Oula ! J'ai faillis faire tomber mon tel ! M*rde, ça a effacé le message. Rapidement, je reprends la rédaction avant que la demoiselle ne s'intéresse à ce que je peux écrire :「 Je quitte le club accompagné. Merci pour la veste. Silence radio ou vous aurez affaire à moi ! 」

J'envoie et je range mon téléphone sans même attendre de savoir si mon message a été lu ou non. Arizona m'attend et je ne tarde pas à lui prendre la main pour sortir du club, me laissant guider, sous le ciel nocturne, par celle que je compte bien faire atteindre les étoiles.

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Ven 24 Nov 2023 - 0:48

Arizona était à deux doigts de craquer et de finir son affaire à même les banquettes du club et le faite qu'Evan soit aussi exciter qu'elle n'arrangeait rien à son affaire. à cet instant, ils étaient seuls au monde près à se délecter du fruit défendu. À ce moment-là, il aurait pu faire ce qu'il voulait d'elle, la manger toute cru, n'en faire qu'une bouchée, elle n'aurait émis aucune opposition. Alors qu'elle sentait la main de l'anglais remonter dangereusement le long de sa cuisse, elle sentit quelque chose vibrer à plusieurs reprises. Après ça, tout s'enchaina très vite et Arizona se laissa porter par les évènements qui s'enchainaient sans trop comprendre ce qui était en train de se passer, elle appréciait pour autant cette prise d'initiative du jeune homme. Elle le trouvait terriblement sexy.


À peine 5 min plus tard, ils étaient dehors à attendre un taxis. Elle n'avait même pas pris le temps de saluer les autres qu'elle avait rencontrées ce soir. Mais c'était aussi ça le monde de la nuit: des rencontres éphémères, des moments intenses de joie avec des personnes qu'on ne recroiserait sans doute jamais. Elle regarda un moment Evan, la main dans la sienne, on aurait dit deux amoureux. Elle se demandait si lui aussi demain, il aurait tout oublié, si pour lui, c'était une rencontre éphémère et qu'après cette nuit elle ne serait plus qu'un vague souvenir de soirée pour lui. et pendant quelque seconde c'était comme si elle avait retrouvé sa lucidité. Elle ne savait que très peu de chose sur lui, mais ce dont elle était persuadée, c'est qu'il avait été extrêmement gentil et respectueux avec elle, très différent de tous les hommes qu'elle avait côtoyé. Elle avait envie de dire quelque chose, mais l'arrivée soudaine du taxis la fit reprendre ses esprits.

Sa naïveté avait repris le dessus quelques instants, mais l'humidité et la chaleur du taxis l'acclimatait de nouveau dans une ambiance plus sensuelle. Inutile de se prendre la tête avec ses états d'âme stupide. Après avoir donné son adresse au chauffeur, elle laissa tomber sa tête sur l'épaule du jeune homme. Elle se sentait bien, assise tout près de lui. Le démon en elle reprit peu à peu le dessus, ce n'était vraiment pas très raisonnable alors que le chauffeur était juste devant eux, mais c'était plus fort qu'elle. Une de ses mains caressa doucement la cuisse musclée du médecin, remontant peu à peu et dangereusement entre ses jambes caressant doucement ce qui commençait à se réveiller. Sa bouche se hissa jusqu'à l'oreille de son amant.

"Ne bouge pas trop sinon il va nous voir..."


Son but était clairement de le rendre complètement dingue, elle avait joué à sa toute la soirée, mais plus le but ultime approchait plus elle allait loin. C'était à se demander si elle ne voulait pas le torturer au final. Heureusement pour Evan, ils arrivèrent bien vite jusqu'à l'appartement d'Ari. Après avoir payé la course, les deux amants pénétrèrent dans le bâtiment. Arizona habitait au 3e étage sans ascenseur et autant vous dire que ses 3 étages furent long à monter. Entre les rires étouffés pour ne pas faire de bruit, les effets de l'alcool qui les rendait encore plus hilares et leur corps émantés l'un à autre, l'acsension jusqu'au 3e fut semer d'embuche. À plusieurs reprises, Arizona ne put attendre pour dévorer les lèvres du jeune homme, et de nombreuses fois, ils s'arrêtèrent pour s'enlacer, se toucher, tout pourvu que le contact physique ne se brise pas.

Finalement, Arizona arriva tant bien que mal à ouvrir sa porte d'entrée. Heureusement, pour cette maniaque du ménage, son appartement était toujours parfaitement bien rangé et il y avait toujours une délicate odeur de coton frais. Elle prit la main d'Evan qui la succédait et le laissa fermer la porte derrière lui. Elle retira ses chaussures et posa sa veste sur la rambarde des escaliers. Son appartement était sa safe place, elle s'y sentait tellement bien.

"Installe-toi, je vais chercher à boire"


Elle lui indiqua le canapé avant de se diriger vers la cuisine. Elle n'avait jamais d'alcool chez elle, alors elle récupéra deux canettes de soda au frigo. De toute façon, ils avaient bien assez bu ce soir. Arizona bu quelque gorgée de soda bien rafraîchissant avant de retourné au coté d'Evan installé sur le canapé, elle lui donna la canette, mais resta debout face à lui. Le regard brûlant toujours d'un désir ardent, il était si grand, il avait l'air si fort. Elle sourit doucement avant de poser sa canette sur la table. Elle s'avança vers lui lentement, et maintenant qu'ils étaient seuls elle allait pouvoir être parfaitement à son aise. La petite brune alla s'asseoir à califourchon sur lui, elle passa ses mains derrière la nuque d'Evan caressant doucement son cuir chevelu ébène avant de l'embrasser avec une certaine tendresse cette fois.

"Je ne compte pas te laisser dormir cette nuit..."

Les doigts de la jeune femme caressèrent doucement le visage du jeune homme : sa joue, sa bouche, son menton..." Mais dis-moi, d'où vient cette cicatrice ?" C'est vrai qu'elle l'avait remarqué depuis le début, mais la fièvre du jeu l'avait emporté et elle n'avait pas pu lui poser la question. Maintenant, qu'elle était dans son petit cocon, elle avait l'impression d'avoir plus de temps.


appartement d'Ari:
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Ven 24 Nov 2023 - 18:57
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Si les limites ne sont pas franchies dans le club, c’est uniquement grâce à l’insistance maladroite de ses amis, qu’Evan condamne ingratement à cause de l’alcool. Ils sont pourtant assez intentionnés à veiller qu’il fait bien les choses et font en sorte qu’il n’est pas à repasser par leur groupe en lui mettant sa veste à disposition. Une part de lui les remercie mais il préfère leur dire de lui foutre la paix pour le reste de la soirée…

Du moins, c’est ce qu’il pensait alors qu’il suivait la belle brune dans la rue à la recherche d’un taxi. Alors qu’elle le provoque et le tente toujours plus, Evan était loin de se douter que jamais ses amis ne recevraient le message car, en rattrapant son téléphone, il a changé de destinataire… Une erreur qui aurait pu ne pas être fatale s’il n’allait pas la combiner avec une autre, pourtant important du code de la drague…


Assis dans le taxi, lèvres pincées, je me retiens de réagir en mordant l’inférieure de l’intérieur. Mon dieu… Elle ne paie rien pour attendre à continuer de me chauffer de la sorte alors que je ne peux décemment agir. À trop jouer avec le feu, on fini par se brûler et ma flamme n’est pas prête de s’éteindre. À l’arrivée, je présente ma carte pour payer le taxi et nous sortons rapidement dès que les portes automatiques s’ouvrent. Comme libérés de nos chaines en entrant dans le bâtiment, mise à part le fait d’essayer d’être discrets malgré notre euphorie, rien ne nous empêchait d’être entreprenant. Plus d’espions, je peux faire ce que je veux !

Lorsqu’elle part à la recherche de ses clés d’appartement, je l’enlace par derrière et l’embrasse dans la nuque. Cela ne doit pas l’aider à ouvrir sa porte comme il faut mais ça une première vengeance pour ce qu’elle m’a fait dans le taxi. Arizona parvient à ouvrir la porte un peu trop rapidement à mon goût mais ce n’est pas grave, nous avons toute la nuit devant nous. Je prends sa main et la suis chez elle, fermant la porte après moi.

Observant autour de moi, je m’installe sur le canapé et retire ma veste avant d'admirer la décoration pendant sa courte absence. Original la plante tropicale dans l’escalier ! Ça rend super bien ! Mon téléphone vibre à nouveau et je me retiens de pester. Je vais l’éteindre, ça vaut mieux ! La demoiselle revient avec deux canettes pile lorsque je compte le faire, me faisant repousser l’échéance pour prendre celle qu’elle me tend, la remerciant au passage. Le fait qu’elle me dévore du regard me plait car je sais que cette attirance intense que je ressens est réciproque. J’ouvre la canette et la porte à mes lèvres en soutenant son regard, aguicheur. Arizona ne met pas longtemps à poser sa boisson sur la table basse et à me rejoindre, telle une amazone, sur le canapé. Une main dans son dos afin de la maintenir contre moi, je profite encore quelques instants de ce moment de « calme » en répondant à son baiser au goût délicieusement sucré.

« Ça tombe bien, je me sens l’âme d’un insomniaque ce soir »

Alors qu’elle trace délicatement les lignes de mon visage de ses doigts aguicheurs, sa curiosité semble plus forte que notre désir charnel. Ne m’attendant pas à avoir une telle question, pile à cet instant, un léger rire s’échappe de mes lèvres.

« Tu veux quelle version ? La vraie ou celle que l’on m’attribue généralement et qui semble tant plaire à la gente féminine ? »

Je la laisse réfléchir en buvant une autre gorgée avant de lui répondre en rigolant.

« Même si cette cicatrice est en partie responsable de ma présence au Japon, je peux dire adieu mon image de mauvais garçon ! » dis-je avec un faux air déçu avant de reprendre, amusé à l'avance par sa réaction. « Je suis mal tombé dans la cour en maternelle. Rien de bien glorieux ! »

Dernière gorgée et je pose comme je peux la cannette sur la table. Mon dos de nouveau contre le canapé, je la regarde et lui souris, caressant sa joue.

« Alors ? Pas trop déçue de ne pas avoir un vrai bad boy dans ton salon ? »

Même si je serais extrêmement frustré, elle peut encore changer d'avis après tout...

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Ven 24 Nov 2023 - 23:45

Le corps collé à celui d'Evan, elle ne peut empêcher d'admirer la vue qu'elle avait de lui, si beau, si sûr de lui. Évidemment, la question sur sa cicatrice arrivait à un moment pas très opportun, mais c'était aussi un moyen de faire encore languir le jeune homme. Et puis elle ne voulait pas encore se l'avouer, mais elle voulait en savoir plus sur lui. Il l'avait dragué tel un gentleman et c'était clairement Arizona qui lui avait fait des avances. Là ou beaucoup aurait pu être lourd, voir irrespectueux, Evan lui, était resté très courtois et poli. Évidement, il était attiré par Ari, évidemment, c'était indéniable, mais il ne s'était pas laissé entraîner par ses pulsions malgré les nombreuses tentatives d'Arizona de le pousser à bout. Alors peut-être que finalement il n'était pas comme tout les autres, peut-être que lui, il ne voyait pas Arizona comme un bout de viande, il ne voulait peut-être pas profiter d'elle, lui... Elle n'en savait rien, elle ne le connaissait pas, mais il y avait peut-être une infime chance pour qu'il s'intéresse vraiment à elle par la suite. Elle rit doucement lorsqu'il lui demanda qu'elle version, elle voulait entendre.

"La vraie version...Que la vérité..."


La petite brune était bien curieuse, que pouvait bien Être la cause de cette cicatrice? Une bagarre qui avait mal tournée? Un règlement de compte ? Un accident de la route ? Une attaque d'ours ? Une tentative d'assassinat ? Une chute en maternelle...Une chute en maternelle ?! L'assistante sociale écarquilla les yeux avant de rire aux éclats, un rire doux et cristallin, elle ne se moquait pas de lui, c'était juste que cette révélation était totalement inattendue. En réalité, c'était adorable, ça le rendait bizarrement, plus humain. Ce n'était pas une information cruciale le concernant, mais connaître l'origine de cette cicatrice était rassurant pour elle. L'Américaine caressa doucement la cicatrice du Thaïlandais avant de déposer un baiser dessus. Son regard emplit d'une douceur qu'elle n'avait pas montrée jusqu'à présent.

"Pas du tout, je suis contente."


Dit-elle tout doucement. Elle embrassa Evan toujours avec cette même douceur, mais elle sentait aussi les mains de son amant parcourir son dos alors, de nouveau, elle se sentit la fièvre monter rendant leur baiser plus fougueux, plus animal. D'un geste rapide, comme si elle ne supportait plus la sensation du tissus sur sa peau elle retira son t-shirt dévoilant, c'est dessous en dentelle noire. Arizona avait retrouvé son sourire enjôleur.

"Ce que je veux, c'est un mauvais garçon qui me fasse crier au lit..."






appartement d'Ari:
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Sam 25 Nov 2023 - 13:52
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Son rire envahit les murs et il l'observe, amusé. Depuis qu'ils sont arrivés chez elle, la douce Arizona semble avoir fait tomber de nombreuses barrières et il s'est adoucit. Une nouvelle facette qui ne lui déplaît pas et il sait s'adapter pour ne pas ruiner l'ambiance. Un baiser tendre vient souffler sur les braises encore ardentes afin de déclencher un nouvel incendie au sein de son foyer. Elle lui annonce clairement ce qu'elle veut après avoir dévoilé ses dessous appétissants et qui était-il pour le lui refuser ?

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Sam 25 Nov 2023 - 22:39





appartement d'Ari:
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Dim 26 Nov 2023 - 11:09
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Ils se cherchent, se découvrent, s'écoutent... Le moment est intense et ces amants en veulent toujours plus, devenant insatiables. Evan n'est pas un débutant en la matière et il n'hésite pas une seconde à dévoiler peu à peu toutes ses cartes, pour le plus grand plaisir d'Arizona. L'épanouissement d'une femme est l'un des instants les plus beau et satisfaisants à ses yeux et il s'applique pour y assister le plus possible, tout en ne s'oubliant pas. La demoiselle n'est pas en reste et il a parfois du mal à maintenir son rythme malgré son endurance. Une fois les étoiles atteintes, il faut redescendre et retrouver peu à peu l'air leur permettant de reprendre leurs souffles.

Allongé à côté d'elle, le sourire aux lèvres et le souffle court, je la serre contre moi lorsqu'elle pose sa tête contre mon torse. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas senti aussi bien après une séance aussi intense. Arizona me complimente et je n'ai même pas la force de rire malgré mon euphorie.

« Merci, je te... retourne le compliment... ma chère...»

La belle se serre un peu plus contre moi et je fais de même, l'embrassant doucement sur le front. Quelques minutes passent, laissant uniquement nos respirations et expiration de bien-être briser le silence de la pièce. Alors que je me sens plonger vers Morphée, je lutte contre cette attraction qui me forcerait à quitter Arizona pour rejoindre les bras d'un homme. Hors de question !

« Puis-je t'emprunter ta salle de bain quelques minutes ? Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens couvert de sueur. C'est étrange~» dis-je avec un ton amusé.

Une fois que j'obtiens son autorisation, je me redresse et l'embrasse une dernière fois, lui promettant de revenir vite avant de me diriger vers la salle de bain, bien décidé à me requinquer afin de la rejoindre rapidement. Il ne faut pas faire attendre une dame.

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Dim 26 Nov 2023 - 22:25


Arizona aurait pu s'endormir dans ses bras à cet instant même. Le calme était revenu et leur corps se remettait tout doucement de cette incroyable bataille qu'ils avaient livré ensemble et dont ils étaient sortis tous les deux victorieux. Après quelques instants d'un silence apaisant Evan demanda gentiment s'il pouvait aller se rafraîchir, quoi de plus normal après ce qu'il venait de vivre. Il ne serait pas bien loin, sa salle de bain était communicante à sa chambre. Après lui avoir indiqué où étaient les serviettes et de quoi se laver, il la quitta en l'embrassant tendrement, en lui promettant de revenir bien vite.

La jeune restait un moment étendue sur son lit, un sourire aux lèvres. Tout se passait extrêmement bien, beaucoup trop bien même, Evan n'avait commis aucune erreur. La petite brune entendait l'eau de la douche coulait. Elle avait envie de le rejoindre, le contact de sa peau lui manquait déjà et elle avait déjà envie de ressentir à nouveau toutes les sensations qui lui avait procuré quelques minutes auparavant. Néanmoins, elle calma bien vite ses ardeurs, ça ne servait à rien de trop en demander, Evan avait sans doute besoin lui aussi de refaire le point sur l'intense moment qu'ils avaient passé ensemble. Arizona finis par se redresser et enfila une culotte et un t-shirt.

Elle avait une envie folle de fumer, mais pour ça aussi elle se ravisait. Peut-être qu'Evan n'aimait pas l'odeur de la cigarette. Elle ne l'avait pas vue fumer ce soir et elle aussi s'y était étrangement tenue. Alors, encore une fois, elle ne voulait pas commettre d'erreur. La femme fatale et inaccessible de tout à l'heure s'était transformée en petit chaton bien docile. L'assistante sociale se descendit jusqu'à la cuisine pour récupérer de quoi boire. Est-ce qu'elle devait lui proposer de dormir là, elle en avait envie, une envie folle. Peut-être que demain, il aurait passé au moins la matinée ensemble, ils auraient brunché, se serait enlacer, auraient passé la journée même à se bécoter dans son lit. Et peut-être même qu'il se serait revu, plusieurs fois. Arizona s'autorisa à rêver de cette possible relation qui aurait pu démarrer. Bien sûr, c'était trop tôt pour le verbaliser, mais le tempérament rêveur de la jeune femme se laissa le droit de nourrir cette perspective. Le fil de sa vie avec Evan défilait doucement dans tête, moment de rêverie qu'elle allait garder pour elle, comme un secret enfoui tout au fond de son cœur mais qui lui donnait l'espoir que peut-être....C'était possible si elle s'en donnait les moyens.

Elle avait envie d'en savoir plus sur lui, de connaître son quotidien, qui il était vraiment. Et alors qu'elle arrivait dans la cuisine, elle entendit le téléphone du jeune homme vibrer. Plusieurs fois pendant la soirée et surtout depuis leur départ du club elle l'avait sentit vibrer dans la poche de son pantalon sans vraiment y prêter attention. Alors encore une fois, elle l'ignora d'abord puis devant l'insistance de l'appel elle le saisit. Peut-être qu'un ami à lui avait eu un accident, ou un membre de sa famille avait besoin de lui. Elle se dépêcha de remonter l'escalier qui mène à sa chambre pour le lui rapporter.
Evan sortis de la salle de bain au même moment et alors qu'elle était arrivée à l'étage, elle se permit de décrocher pour ne pas qu'il manque un énième appel. Dans la précipitation, son doigt avait ripé sur le haut-parleur.  Les voix au bout du fil brisèrent le silence. Et elle était à mille lieu d'imaginer ce qu'elle allait entendre ni même l'humiliation la plus total qu'elle allait subir.

"Hé les gars ! Il a décrochééééé !!"
"Quoi ?! Il a déjà fini de se la faire ?"
"Naaan ! Ils ont pas du le faire 3 fois, j'ai dû peeeeerdre !"
"Hahaha ! Dommage ! C'était bien essayé vu comme elle avait l'air open sur la banquette du club ! Elle serait bien partie avec n'importe lequel de nous, c'est qu'il a attaqué en premier Hahahaha"
"Mais fermez-là ! Laissez-le parler qu'on sache ce qu'il en est vraiment là !"



Des hommes, plusieurs, elle n'arrivait à croire ce qu'elle entendait. c'était d'elle dont ils parlaient, elle le savait. c'était évident. C'était donc ça le plan depuis le début : un pari, un challenge... Parce qu'elle était ouverte, facile. Il la voyait donc comme un morceau de viande, une poupée de chiffon. Finalement, il était comme les autres. Comme les autres, il était allé vers elle parce qu'elle semblait "open" comme ils disent. Comme les autres il n'en avait qu'après son corps. Comme les autres, il l'avait marqué de son odeur... Juste pour un pari, juste parce que c'était facile, comme tout les autres il ne l'a respectait pas.

Une énième fois, elle refaisait le fils de cette soirée, avec un autre regard cette fois, son cerveau, plongé dans la paranoïa, interprétait chacune des paroles d'Evan, de ses belle tournure phrase hypocrite, de ses regards enjoleur, de ses compliments,  les regards des amis sur eux qu'elle pensait bienveillant. Quelle idiote. Elle ne retenait décidément aucune leçon, les mêmes erreurs encore et toujours, le même schéma qui se répétait sans cesse comme si elle était coincée dans une boucle qui jamais ne s'arrêterait.

Cette fois-ci, ça faisait mal, vraiment mal, c'était la fois de trop pour elle et Arizona sentit dans son coeur quelque chose se briser. Elle regarda Evan, dans l'incompréhension la plus total, essayant de trouver une réponse dans ses yeux. Sa voix avait quitté son corps, l'empêchant de dire le moindre mot, mais le regard de l'Américaine en disait déjà beaucoup lui aussi. La stupeur avait laissé sa place à la révolte qui montait doucement en elle. Mais pour le moment, Il lui était impossible de bouger, comme si ce qu'elle venait d'apprendre avait paralyser tout son être. Ne pas pleurer, surtout ne pas pleurer. Elle avait envie de hurler, de lui jeter son téléphone dans la figure, de s'enfuir loin très loin. Ne pas pleurer, surtout ne pas pleurer.
appartement d'Ari:
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Lun 27 Nov 2023 - 15:48
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 07.04.18

Après le rêve, le retour à la réalité. Pour le moment, protégé par l’eau chaude enveloppant son corps, Evan pense encore être à l’abri de ce retour. Cependant, la réalité est cruelle et il a commis trop d’erreurs pour qu’elle soit clémente en le laissant rêver. Le code est formel : Eteindre son téléphone portable dès les premiers rapprochements afin d’éviter les nuisances extérieures… Il suffit de résoudre le malentendu !? Quelle pensée naïve digne d’un conte de fée.

Ragaillardi par la douche, où j’ai passé ma soirée en revue, je me sens revivre et plein d’énergie. Ayant hâte de retrouver sa chaleur, je n’ai pas cherché à méditer sous cette cascade aménagée. Suivant ses précédentes instructions, je trouve sans mal une serviette et me sèche succinctement avant de l’attacher autour de ma taille, prêt à la retrouver. En ouvrant la porte, je ne la vois pas sur le lit et tourne automatique la tête vers les escaliers, qu’elle est en train de monter. Je lui souris et remarque ce qu’elle a dans la main, mon téléphone. Mm ? Un appel ? Je doute que ça ne soit important, elle n’aurait pas dû se sonner tant de- Attends ?! Mais pourquoi elle décroche ?

« Qu’est-ce que tu- »

Je n’ai pas le temps de finir ma question que des voix criardes et vulgaires viennent nous résonner dans la pièce pour nous heurter de plein fouet. Je les reconnais immédiatement et je reste béat devant la situation tout en me sentant de plus en plus mal pour Arizona, clairement visée par des remarques peu élogieuses dont elle n’aurait jamais dû être témoin. Tout bouillonne en moi, je m’en veux de ne pas avoir correctement éteint ce téléphone, de ne pas être allé les prévenir directement que je partais afin de les interdire de m’appeler, d’avoir des amis assez stupides pour m’appeler sans prendre en compte de lire leur sms… Qu’elle soit ainsi blessée par mon manque de vigilance me rend malade et je ne peux en entendre davantage.

« Quelle bande d’abrutis… Donnes-moi ça » je le récupère rapidement, sans lui arracher des mains, coupant le haut-parleur afin qu’elle ne puisse en entendre davantage.

dis-je froidement avant de raccrocher et bien éteindre mon téléphone cette fois-ci.

Mes yeux désolés se pose sur celle qui vient de subir une humiliation en direct. Arizona a perdu son magnifique sourire et elle me regarde comme si elle cherchait des réponses. Je dois la rassurer, jamais un instant je ne l’ai telle qu’ils l’ont si vulgairement décrite et il faut qu’elle le sache. Doucement, je m’approche d’Arizona et tends ma main vers elle, souhaitant la consoler.

« Est-ce que ça v- »

Un violent mouvement de recul et une interdiction de la toucher me laisse caresser le vide. Mon bras redescend lentement à sa place, triste de ne pas pouvoir lui apporter de la tendresse après la dureté de ce qu’elle vient d’entendre. Sous le choc, tenter le contact physique, alors qu’elle s’est faites insulter sur le fait qu’elle est ouverte, n’est pas une idée des plus grandioses mais je ne sais comment faire pour l’aider à aller mieux.

« Ok, désolé…»

Mes yeux descendent au sol et je vois mes vêtements. Nos esprits ne sont plus à la fête, je ferais mieux de me couvrir afin d’être plus à l’aise pour discuter. Et Arizona me verra peut-être moins comme une menace si je ne suis pas en simple serviette dans sa chambre… D’un geste nonchalant, j’attrape mes affaires et enfile boxer et pantalon avant de m’asseoir sur le bord de son lit, les bras appuyés sur mes jambes.

« Tu sais… Ils ont bu, il ne f-»
« Sors d’ici. »
« Qu- T’es sérieuse ?! Je n’ai rien à voir av-»

« Dégage. » me dit-elle avec une froideur à l’opposé de tout ce qu’elle m’avait montré jusqu’à présent.

C’est donc ainsi que ça se termine ? Je suis donc responsable de ce que peuvent dire mes potes, complètement saoul, au téléphone alors que je ne suis pas celui qui a décroché ? Comme c’est pratique… Il faut croire que l’occasion est trop belle pour ne pas la saisir et vite se débarrasser du « briseur de cœur ». Au final, n’est-ce pas elle qui a obtenu ce qu’elle voulait avant de me jeter ? Non. Vu la tristesse dans son regard, ça ne doit pas être le cas mais qu’elle ne me laisse pas m’exprimer indique bien ce qu’elle pense de moi au fond d’elle : Un coureur de jupon incapable d’être sincère.

Cette pensée me frustre et les vestiges de l’alcool, bien qu’envolés depuis les dernières minutes, me font naitre de la colère et un léger sourire nerveux envers cette injustice.

« Ha. Je vois…»

Ne jamais montrer sa colère ni y céder, le faire prouve que tu as déjà perdu. Ne l’ayant pas écouté depuis le début de la soirée, je pense soudainement à ma mère et ses préceptes. Je me lève en silence, me faisant violence pour que mes paroles n’aillent pas plus loin que ma pensée véritable.

« Reste seule à tes faire des idées. Bye Arizona » prononçais-je en passant à côté d’elle avant de descendre rapidement les escaliers.

Sur le canapé, je récupère mes affaires, les enfilent à l’inverse qu’ils ont été retirés et attrape ma veste, quittant les lieux en rallumant mon téléphone.



Je raccroche et range mon téléphone, sortant de l’immeuble en direction de la station de métro la plus proche, le regard bien décidé à donner une leçon de vie à quelques un.

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Lun 27 Nov 2023 - 23:57

C'était trop tard, elle n'écoutait plus, Elle écoutait simplement cette petite voix dans sa tête qui répétait sans s'arrêter "c'est un menteur, c'est un menteur." Elle se répétait ça sans cesse, d'ailleurs, elle ne voyait plus rien. Son esprit, c'était refermé, pour se protéger. Oh, ce n'était pas la première fois qu'elle entendait ce genre de chose à son sujet, mais elle avait toujours été bien entouré. Ça, elle savait faire, s'entourer des bonnes personnes pour prendre sa défense, car quand les mots l'atteignent trop, quand c'est trop violent, elle est incapable de réagir. Mais là elle était seule, elle ne savait pas comment se défendre, ni quoi dire. Elle en était incapable. Et lorsqu'elle ne gérait plus la situation, lorsqu'elle se sentait submergée, c'était la colère qui prenait le dessus, une colère sourde et incontrôlable, que bien souvent elle regrettait après.

Evan récupéra le téléphone des mains et insulta ses amis avant de raccrocher violemment le téléphone, mais c'était trop tard, il n'y avait pas de retour en arrière possible pour Ari. Enfin, c'était plutôt qu'il n'avait plus aucun crédit à ses yeux et chaque mots sortie de cette magnifique bouche qui embrassait ses lèvres quelque minute avant, n'était que mensonge et vice. "C'est un menteur, c'est un menteur." Encore et encore ces même mots. Evan essaya de s'approcher timidement de l'Américaine, mais le moindre contact physique avec lui était devenu insupportable. Elle avait envie de vomir, littéralement. D'un geste brusque, elle le rejeta sans dire un mot.

Il fallait qu'il parte, tout de suite, sinon ils allaient tous les deux le regretter. La colère était en train de prendre le dessus et elle se voyait déjà lui hurler dessus toutes les insultes possibles et inimaginables. Ari connaissait bien le goût de l'humiliation pour ne l'avoir gouter trop de fois et elle savait comment ça la faisait réagir. elle s'était construit un égo, une fierté et refusait à tout pris qu'ils soient entaché, c'était sa protection, sa carapace. Des excuses ? C'était trop tard, Arizona ne pouvait plus rien entendre. Elle le regarda tranquille prendre ses affaires pour se rhabiller. Il ne semblait même pas prendre conscience de la gravité de ce qui s'était passée et il était tranquillement en train de s'habiller sur son lit en essayant de trouver une justification débile à ce qui s'était passée. S'en était trop pour elle.

"Sors d'ici !" Evan insista, mais c'était trop tard. C'était soit il partait maintenant, soit il allait subir son courroux. "Dégage !"


Surpris le jeune homme se mua à son tour dans le silence avant de reprendre. "Reste seul à te faire des idées." Ses mots raisonnèrent dans la tête d'Arizona. Ça devait bien l'arranger Evan hein. pas besoin de se battre pour elle, pour sauver son honneur. des phrases bateau auxquelles il ne croyait même pas. s'il était vraiment désolée, il serait rester malgrés la colère d'Arizona, malgré ses insulte. Non.... C'était stupide...personne ne faisait ça...personne ne se laissait insulter sans rien dire.... il ne se connaissait pas, pourquoi aurait-il insisté? pourquoi l'aurait-il pris dans ses bras malgré qu'elle se soit débattu pour essayer de la rassurer. Elle n'était rien pour lui, rien d'autre que la fille facile sur qui il avait fait un pari.

Finalement, il allait surement retrouver ses potes et puis il allait passer la nuit à se moquer d'elle. Evan allait sûrement donner tout les détails de leur moment intime. Le jeune homme referma la porte derrière lui et Arizona dévala les escaliers jusqu'à sa porte d'entrée. Elle était maintenant seule, comme il l'avait dit. Un immense sentiment de solitude et de tristesse s'empara d'elle et elle détestait cette sensation de vide intense. Il était vraiment parti, comme ça. Il ne s'était pas vraiment disputé, pourtant la dispute ça, elle connaissait, ça restait un moyen de communication comme un autre, mais ça avait été au-dessus de ses forces. Trop prise au dépourvu, trop blessée.

Pendant un instant, elle hésita à le rattraper, à s'excuser même de s'être emporté, l'écouter même s'il le fallait. Mais de sa fenêtre elle le voyait déjà quitter son immeuble sans se retourner une seule fois. Ça ne devait vraiment pas compter pour lui. "c'est un menteur! c'est un menteur" Les larmes commencèrent à perler le long de ses joues. Elle se sentait tellement bête de s'être imaginé un avenir radieux avec lui. Les mots des amis d'Evan raisonnèrent encore dans sa tête alors les larmes coulèrent abondement maintenant. Elle s'alluma une cigarette, s'installa sur son balcon. Elle n'avait pas réussi à dormir ce soir-là.

24 mai 2018


« Je ne sais pas ce que TU fais ici, mais tu ferais mieux de ramasser ça avant d'avoir des problèmes... »


La voix d'Evan retentit comme un fracas dans ses oreilles. Pas de doute, c'était bine lui. Le film de leur soirée s'était joué dans sa tête en quelques secondes. leur rencontre, ses belles mains, leur petit jeu, son beau sourire, la drague, ses beaux yeux leur premier baiser, cette foutue banquette, ses sourires niais, ses attardés de potes, la partie de la nuit passé chez elle, son corps incroyable, ses nombreux soupirs et encore une fois ses attardés de pote. Il était bel et bien la dernière personne au monde qu'elle avait envie de voir. Que faisait-il sur son campus ? Elle reprit sa cigarette d'un geste furtif et le regarda avec méfiance.

"Qu'est-ce que tu fais là ? t'es pas censé avoir un cabinet ou une clinique et soigner tes animaux ?"


En réalité, elle était totalement paniqué, le revoir ici était totalement inattendu, elle l'avait détesté tout ce temps, nombreuse fois elle s'était imaginer Evan reproduire ce qu'il avait fait avec elle. lui et ses amis étaient des sale type, des misogyne, des danger public. Mais elle était une spéciale pour ne rien laisser voir et il était hors de question qu'elle soit encore vulnérable face à lui!

"Alors tu continues à faire tes paris débiles avec tes débiles de potes ?"


c'était plus fort qu'elle, elle n'arrivait pas à se contrôler, pas face à lui. Ce soir-là, elle avait été faible. Elle n'avait pas su quoi faire, ni que dire. Mais maintenant, c'était différent et il était hors de question qui l'humilie à nouveau.

Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mar 28 Nov 2023 - 0:53
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 24.05.18

Rien qu'en la regardant, il se souvient de tout. Leur soirée avait été la meilleure qu'il avait vécu depuis longtemps, avant que tout ne s'écroule en seulement quelques secondes. Son corps, ses lèvres... Il les avait vu encore plusieurs fois dans ses rêves après qu'elle l'ait mis à la porte sans la moindre hésitation. Aucune question n'avait été posée, aucune excuse n'avait été écoutée ou même demandée... Sa sentence était irrévocable et rien de ce qu'il pouvait ressentir ne comptait pour elle. Un beau gâchis qui lui laissait encore un goût amer.

Ca va faire quoi ? Deux mois que je ne l'ai pas vu et tout ce qu'elle trouve à me demander en venant me voyant dans un campus universitaire c'est « Qu'est-ce que tu fais là ? ». J'arrose les plantes, ça ne se voit pas ? N'est-ce pas évident que je fais parti des étudiants de ce campus comme j'étudie la médecine vétérinaire ? À moins que l'alcool lui a fait oublier cette partie de ma présentation ou bien qu'elle n'a retenue que ce qu'elle souhaitait. Tout comme quand je n'ai pu prononcer le moindre mot chez elle.

Agacé, je souffle du nez alors que je lève les yeux au ciel. Ne pas s'énerver malgré le fait qu'elle m'insulte, ouvertement, en insinuant que je suis un adepte des paris impliquant des relations amoureuses. Quelle image ! Je pensais qu'elle plaisantait lorsqu'elle m'appelait le bourreau des cœurs mais finalement, il semblerait qu'Arizona soit bien le genre de femme qui juge une personne à son apparence.

C'est une véritable déception pour moi mais ce n'est pas comme si le savoir allait changer quoi que ce soit. Il est un peu tard pour elle de me poser cette question qui aurait pu tout éclaircir ce soir là.  Oui... Il est trop tard à présent.

« Toujours dans cette idée hein ? Il est un peu tard pour les questions. » dis-je le plus calmement possible malgré un ton assez sec. « Cependant, pour te répondre. Ce n'est pas ma semaine d'internat, j'ai des cours à suivre. »

Je me retiens de lui demander si elle se trouvait ici uniquement pour polluer mon air et ma journée, car ça ne serait que méchanceté gratuite et lui donner raison sur l'étiquette dont elle m'a affublé. Rien ne sert de m'attarder ici donc je m'apprête à partir, quand je me souviens qu'elle m'a interpellée avant de nous reconnaître. Lui faisant face, mains dans les poches, je la regarde droit dans les yeux.

« Que veux-tu ? »

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Mer 29 Nov 2023 - 23:22


"Il est un peu tard pour les question" nianiania. Son air dédaigneux et condescendant la rendait folle de rage et avait pris le dessus sur la panique qui c'était emparé d'elle juste avant. Le voir ici, c'était impensable, elle avait espéré le revoir bien sûr. Pendant des jours et des jours après son départ, la jeune femme avait espérer qu'il revienne frapper à sa porte. Ils auraient enfin pu avoir cette fameuse conversation où tout aurait été éclairci et où ils seraient réconcilé. Mais cette journée n'était jamais arrivée ce qui n'avait que confirmer les doutes d'Arizona. Il avait fait un pari avec ses potes, ils s'étaient bien marrer tous ensemble, à ses yeux elle n'était qu'une fille facile de plus et puis basta !

Elle détestait être prise au dépourvu, et bien sûr c'était forcément la faute d'Evan! il devait l'avoir suvis ce vil serpent. Mais lorsqu'il lui apprit la raison de sa venue ici, elle se sentit défaillir. Vraiment, si elle n'était pas autant en colère elle se serait évanouie. Elle avait bien entendu, Evan était étudiant. Ce foutu menteur, ne lui avait donc raconté que des bobards. Elle repensa à ses mots qu'elle, c'était prononcé à elle-même ce soir-là. "C'est un menteur ! C'est un Menteur!" Cette phrase raisonnait encore une fois dans son esprit. Elle écarquilla les yeux, comprenant que ce qui c'était passé n'aurait jamais dû se produire.

"Mais... mais c'est une blague ! T'es un menteur! Un putain de menteur! Tu ne peux pas être étudiant sur le campus où je bosse ! T'avais dit que t'étais médecin ! Que t'étais vétérinaire ! Toi et tes amis vous avez vraiment tout manigancé de A à Z pour arriver à vos fins! Je n'arrive vraiment pas à y croire."


la jeune femme riait nerveusement, elle était en train de vomir toute la colère qu'elle avait accumulé. Cette nouvelle avait été la goutte de trop pour elle. Par-dessus le marché, il osait lui demander ce qu'elle voulait. Non mais alors là, si elle avait pu elle lui aurait jeter son paquet de cigarette à la figure. Mais elle avait encore la présence d'esprit de ne pas trop se donner en spectacle. Comment pouvait-il être aussi méprisant avec elle ? Il avait sûrement oublié les mots de ses amis au téléphone. Il avait d'ailleurs dû oublier l'intégralité de cette soirée.

"Ce que je veux ? t'oses me demander ça?! C'est que tu t'approches plus de moi! Que tu me foutes la paix ! Il est hors de question que je mette ma carrière en péril à cause d'un menteur qui s'est joué de moi, c'est clair?!"


Elle se sentait encore une fois humiliée par cet homme, envers qui, elle avait tant d'espérance. S'il ne lui avait pas menti et qu'elle avait apprit tout de suite qu'il était étudiant, y serait elle allée malgré tout ? sans doute, car ce soir elle aurait été bien incapable de lui résister. Elle se sent humiliée, car elle avait tant espéré ces retrouvailles mais encore une fois ça avait été un fiasco. Les larmes encore une fois montèrent et cette fois-ci, le choc avait rendu la lutte pour les contenir bien difficile.

"Je te déteste !"


Elle tourna les talons et sans se retourner, elle se dirigea vers la sortie. Sa rage se mêlait à la tristesse, le souvenir de cette nuit la hantait encore, et le savoir ici l'angoissait au plus au point, elle appréhendait déjà le lendemain et les jour à venir. Comment allait-elle réussir à gérer tout ça. Il fallait qu'elle en apprenne un maximum pour sûr lui pour pouvoir l'éviter. Elle avait bien peur qu'en le voyant encore et encore, la flamme et l'espoir qui sommeillait en elle finiraient par se rallumer.
Citation
Evan O'Connor
A l'université ; 4è année
Evan O'Connor
■ Age : 33
■ Messages : 193
■ Inscrit le : 01/10/2022

■ Mes clubs :
[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Fv3F7ep [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Septembre 2017
Evan O'Connor

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Lun 4 Déc 2023 - 15:03
Comme le monde est petit...
Ft. Arizona Williams
Le 24.05.18

Un menteur, voilà ce qu’il est aux yeux de Arizona. Elle est la seule victime et lui le bourreau ayant exécuté la sentence. Déterminée à construire un mur entre elle et Evan, elle ne se soucie même pas de ce qu’il peut se passer de l’autre côté. Ce qu’il peut ressentir ? Sous les mots assassins de la brune, il encaisse enfin les coups qu’il avait attendu ce soir-là et dont il n’avait pu guérir les blessures.

Mes poings se serrent dans mes poches et les muscles de ma mâchoire se tendent alors que Arizona vide son sac. C’est dur à entendre mais je ne dois pas l’interrompre, attendre patiemment qu’elle ait terminée avant de pouvoir, à mon tour, me faire comprendre. Selon elle, je suis un menteur. Un pauvre mec qui s’est inventé une vie pour la séduire et la manipuler pour un pari ridicule… Je ne comprends pas. Je lui ai dit ce soir là dans quel domaine j’étudie, je n’ai rien caché et cela se voit que je n’ai pas l’âge d’avoir un diplôme de médecine, quel qu’il soit, en poche, non ? L’alcool ou une faute de langage, de compréhension nous ont peut-être joués des tours. Cependant, je n’ai rien oublié de ma soirée et je ne suis pas un homme malhonnête ou mal intentionné. C’est elle qui a engagé la conversation, elle voulait jouer, je suis entré dans son jeu et les règles ont été changées avant la fin de la partie…

La victime souhaite que je ne l’approche plus et la laisse tranquille, mettant en avant le fait que sa carrière est en jeu. Laquelle ? Je ne sais même pas son métier car elle ne me l’a jamais dit. La question n’avait pas été posée non plus d’ailleurs, une erreur de plus de ma part sans doute. Bien que, même en l’ayant su, je ne sais pas si j’aurais eu la présence d’esprit de lui demander le lieu où elle exerce. Nous étions bien trop occupés à nous dévorer du regard et avec un objectif tout autre en tête que de réellement faire connaissance.

Ses yeux brillent et je sens que sa question rhétorique était la dernière, c’est à mon tour de lui faire comprendre mon ressentis. Je me dois de préserver mon calme et ne pas m’énerver. Ne pas entrer dans son jeu pour lui montrer ce que je pense réellement.

« Je te déteste ! » dit-elle avait de me tourner le dos et s’éloigner les larmes aux yeux.
Sérieusement ? Elle s’en va ? Je dois donc l’écouter bien gentiment m’insulter et la laisser tranquille ? Si je me suis laisser convaincre ce soir-là, il est hors de question que je reste de marbre une seconde fois. Avant qu’elle n’ait pu s’éloigner suffisamment, je romps la distance entre nous et lui attrape fermement le poignet, bien décidé à ne pas la lâcher tant que je n’aurais pas terminé.

«Pas deux fois... Je t'ai écouté, c'est à ton tour et je ne te lâcherais qu'une fois que j'aurais finis. Je ne sais pas en quoi j'ai l'air d'avoir l'âge d'être un vétérinaire en activité mais je ne t'ai jamais menti sur quoi que ce soit me concernant. Mes potes ont été les plus dégueulasses du monde et tu ne méritais pas ça. Ne t'en fais pas pour ton poste, que je ne connais pas, je ne compte rien divulguer. »

Ses yeux couleurs de pluie ne me regarde même pas, elle m’entend mais ne dois pas m’écouter. C’est peine perdue. Les miens arrêtent de chercher son regard et remarque que nous ne sommes plus seul dans cette partie du parc. Rien ne sert d’attirer l’attention plus que ça. Je la lâche après avoir soupiré.

« Déteste moi si tu veux, mais je ne te laisserais pas m’insulter sans me défendre. »

Il ne me reste plus qu’à la saluer pour « la laisser tranquille ». Alors que je souhaite le faire comme un étudiant à un membre du personnel, du moins je suppose, je souhaites le faire en Japonais mais… Ne connaissant pas son nom de famille, cela reviendrait à être familier avec elle. Je reste donc en anglais, le ton toujours aussi sec.

« Au revoir, Madame… »

Le temps de tirer ma révérence et de laisser mon visage exprimer un peu plus la colère que je ressens survient dès que je lui tourne le dos pour retourner vaquer à mes occupations.

Blessés, ils repartent tous deux de leur côtés, ruminant de mauvaises pensées l’un envers l’autre. Lui se défoulera durant les heures de club, tâchant d’essayer de l’oublier, elle se servira de sa haine comme énergie pour continuer d’avancer la tête haute.

#Terminé

KraKhot

---------------------------------

Evan parle Anglais (#cc3300) et Japonais (#924130)
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

[+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé Empty Re: [+18] Comme le monde est petit... Feat.Evan #terminé

Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum