Le Deal du moment :
Manga Fire Force : où commander le Tome 34 Fire ...
Voir le deal
11.50 €


Adèle de Lesquen
A l'université ; 1è année
Adèle de Lesquen
■ Age : 26
■ Messages : 8
■ Inscrit le : 04/01/2024

■ Mes clubs :
Respire... | Himawari KzskKPn Respire... | Himawari QSZRG60


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-106
❖ Arrivé(e) en : Avril 2018
Adèle de Lesquen

Respire... | Himawari Empty Respire... | Himawari

Lun 22 Jan 2024 - 22:27


Respire...
Himawari11/07/2018


“Respire, Adèle, respire.” Comme un mantra. “Inspire, quatre secondes ; tiens ta respiration, quatre secondes ; expire, quatre secondes.” Une formule magique que se récite la blonde depuis sa plus tendre enfance. C’est son grand-frère qui la lui a apprise. C’est bien la seule chose qu’ils ont encore en commun. Cette petite formule lui semble ridicule quand elle y pense, mais elle lui fait parfois beaucoup de bien.

Il faut qu’elle maîtrise ses sentiments. Elle n’a pas le choix. Elle se doit d’être bien, tout le temps, à chaque seconde. C’est pas seulement pour elle, c’est qu’on compte sur elle. Si jamais on apprenait que la fille de l’ambassadeur tapait des crises ? Elle a bien failli ternir la réputation de papa, déjà. C’était y’a longtemps, elle ne savait pas encore bien se gérer en société… Mais maintenant qu’elle a grillé sa cartouche, pas question de nouveau fauter.

Si seulement il y avait des chambres en solitaire dans cette université…

La blonde, assise à son bureau, se tourne vers sa colocataire. Il est déjà tard, et la petite lumière qu’elle utilise pour étudier dérange certainement. Elle aimerait s’excuser, mais elle n’a pas vraiment le temps. Elle ne se sent pas vraiment désolée, à vrai dire, c’est normal d’étudier autant la veille de partiels.

Demain, c’est histoire et géographie. D’habitude, Adèle aime ces matières, mais ce soir, la veille du devoir sur table, elle perd complètement ses moyens. Les dates se confondent, et les régions aussi. Voilà que la Corée envahit la Chine, plutôt que le Japon. Et puis, c’était quand Edo ? Et puis, c’était quoi ?

Elle se penche dans ses fiches de notes. Elle voit presque flou, mais n’écoute pas son corps lui supplier de se reposer. Et quand bien même elle sait que réviser la veille est contre-productif, elle n’arrive pas à s’arrêter. Elle se fait du mal, à se forcer ainsi. Son dos courbé est ridicule, puis elle a mal aux omoplates. Mais elle reste dans cette position de chat malade, à confondre encore et encore les dates.

Jusqu’à ce qu’elle n’arrive plus à inspirer jusque 4.

Jusqu’à qu’elle n’arrive plus non plus à retenir son souffle jusque 4.

Et qu’en guise d’expiration, elle n’arrive qu’à crier un : PUTAIN ! en français, qui se fait une petite place entre plusieurs sanglots.

Eh merde, elle pleure.

Qu’est-ce que papa dirait ?

Himawari Kobayashi
A l'université ; 1è année
Himawari Kobayashi
■ Age : 31
■ Messages : 180
■ Inscrit le : 12/10/2023

■ Mes clubs :
Respire... | Himawari 15Kz7Ph


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-106
❖ Arrivé(e) en : Avril 2018
Himawari Kobayashi

Respire... | Himawari Empty Re: Respire... | Himawari

Lun 29 Jan 2024 - 16:36
L'angoisse est pour nous un réconfort et un défi nécessaires.
Elle sursaute dans son lit. Se retournant pour observer sa compagne de chambre. Mordillant sa lèvre inférieure, il serait menti de dire qu’elle dormait, non sommeillée peut-être, mais dormir d’un rêve profond non. Après avoir souligné à sa compagne qu’il se faisait tard et qu’elle allait au lit, sa compagne avait esquivée, mais était rester à son bureau telle un bourreau des études. Plus d’une fois Hima s’était dit qu’elle devait intervenir, surtout face à l’apparition de la petite boule d’anxiété qui la forçait à utiliser ce qui semblait être une formule d’aide psychologique… Mais à son tour elle avait hésité, et si Lesquen-san ne voulait pas de son aide ? Et si elle devenait plus une nuisance pour la demoiselle qu’autre chose ? Toutefois, face à l’exclamation étrange donc le ton de frustration doublé de désespoir s’étire dans l’air suivi par des sanglots, Himawari ne peut plus rester tranquille dans son lit.

Elle repousse les couvertes, s’attirant une plainte de Beerus qui était confortablement couché au chaud. Tout en rejetant la couverture sur lui, elle se rapproche de la Française, elle pose doucement une main sur son épaule pour lui faire savoir qu’il y avait quelqu’un. Les épaules d'Adèle sont voûtées, son visage est marqué par la détresse. Hima, comprenant l'urgence de réconfort, s'agenouille délicatement à côté d'elle. Avec une empathie sincère dans le regard, Himawaru tend ses bras autour de la petite blonde. Le câlin commence doucement, comme une étreinte tendre qui se veut enveloppante pour Adèle, lui offrant un havre de chaleur et de réconfort. Les bras de l’artiste se resserrent progressivement, créant un cocon protecteur, comme pour étouffer les soucis qui pèsent sur son amie.

Les doigts d'Hima se mettent à caresser délicatement le dos d'Adèle, une tentative douce de transmettre un sentiment de soutien inconditionnel. Le silence entre les deux amies parle plus fort que les mots, car la fragile étudiante sait que parfois, c'est dans le langage du cœur que l'on trouve le réconfort le plus profond. La chaleur du câlin de Himawaru se veut être comme un baume sur les plaies émotionnelles de la blonde. Les pleurs sont clairement un appel à l’aide, et Hima sait que souvent ce genre d’aide est plutôt le besoin d’une connexion entre deux amies, ce sentiment devenant une source apaisante de réconfort. Himawaru, par sa présence qui se veut réconfortante, offre à Adèle un refuge où elle peut laisser libre cours à ses émotions sans craindre d'être jugée, parce que la petite verte était ainsi, loin du jugement et acceptant les gens pour qui il était. Elle savait plus que tout ce que le jugement pouvait faire sur le mental, elle y avait elle-même goûter, alors elle se faisait un point d’honneur à ne pas le faire.

Le câlin entre les deux amies devient un moment de connexion profonde, transcendant les mots pour exprimer le soutien inébranlable de l’artiste envers l’étudiante de sociologie. Dans cette étreinte chaleureuse, Himawaru et Adèle partagent un instant de solidarité et d'amitié qui contribue à apaiser les tourments de l'angoisse d'Adèle.
agora



---------------------------------

Find a place inside where there's joy, and the joy will burn out the pain.
- Joseph Campbell
Paroles : 009900
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum