Le Deal du moment : -50%
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
Voir le deal
69.99 €


Le Doyen
Personnel ; directeur (pnj)
Le Doyen
■ Age : 16
■ Messages : 7817
■ Inscrit le : 20/11/2007


Mon personnage
❖ Âge : 69
❖ Chambre/Zone n° : Chez lui
❖ Arrivé(e) en : Depuis toujours
Le Doyen

Epreuve 6 - Terrae Empty Epreuve 6 - Terrae

Dim 9 Oct 2022 - 11:16




C’est l’heure d’une petite interrogation surprise ! Vous qui aimez donner votre avis, cette dissertation devrait vous mettre en joie. En voici le sujet : Discuter, est-ce renoncer à la violence ? Vous avez 4 heures.


Dans cette épreuve, pas de forme imposée, pas de défi. Simplement votre imagination. Que ce soit au travers d'un souvenir personnel ou non, mettez votre personnage en scène vis-à-vis de la thématique proposée.


▬ Cette épreuve est un solo.
▬ Vous avez 24 heures pour poster votre réponse.
▬ L'épreuve se termine le dimanche 16 octobre à 23h59.
▬ Les réponses sont limitées à 1500 mots maximum.

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésites pas à contacter le staff : Keitô ou sur le Discord
Ariana Vicente [Te]
Invité
Anonymous
Ariana Vicente [Te]

Epreuve 6 - Terrae Empty Re: Epreuve 6 - Terrae

Dim 16 Oct 2022 - 22:36
Ariana VicentePrésentation du forum : TERRAE
Suite à des événements difficiles, les personnages arrivent sur un campus/cité-état et obtiennent des pouvoirs liés aux éléments où ils peuvent vivre... plus ou moins paisiblement, entre les cas sociaux qui défoncent les portes, ceux qui font des batailles de pouvoirs et ceux qui se mettent vraiment sur la tronche. Des fois y a des attentats terroristes parce qu'ils font peur au reste du monde, mais ça va sinon ils vont bien.

Mon personnage : ARIANA VICENTE
Petite, rousse (teinte en bleu sur cet avatar), énergique pour des trucs inutiles, fatigante au possible, un peu mignonne. Elle est Eau Morphe, et peut se changer en n'importe quel animal ou humain. Elle est préfète, ça veut dire qu'elle est référente pour les gens de même pouvoir qu'elle. Le reste, on s'en fiche un peu, c'est pas pertinent pour le texte (déso d'avance, je vous prie de débrancher votre cerveau).

____


DISCUTER, EST-CE RENONCER A LA VIOLENCE ?un essai par Ariana Vicente, préfète Eau Morphe

Aujourd'hui, on sait que discuter c'est bien. C'est une activité sociale plaisante, elle permet de se faire des copains et de vivre dans un monde qui est chouette. La violence, a contrario, c'est pas bien du tout, il suffit quand même de regarder toutes les guerres dans le monde pour le constater. Pourtant, à Terrae, nous sommes confrontés régulièrement à des excès de violence entre les différents habitants. Il est aisé de se dire "on pourrait simplement discuter !!", mais ça serait trop peu nuancé… Car après tout, discuter, est-ce réellement renoncer à la violence ? Dans cet essai, nous verrons d'abord ce que tout ça veut dire, puis que OUI discuter c'est bien et ça permet de tenir la violence éloignée, puis que NON ça ne suffit pas, mais qu'il faut quand même discuter. C'est important pour pas être un méchant.


I) DEFINITIONS

Tout d'abord, définissons nos termes !! D'après le dictionnaire, "discuter" vient (apparemment hein) du latin discutere, qui veut quand même dire "abattre, fendre en secouant, briser, fracasser"  donc on peut pas dire que l'étymologie soit avec nous pour ce coup-là, si on prend que cet angle on finit juste par "discuter c'est se fracasser la tronche" et voilà. SAUF QUE. Discuter ça désigne aujourd'hui l'action d'examiner ou de débattre (donc lutter, quand même), mais aussi d'exprimer une opinion différente ou juste de converser.
Renoncer signifie pour sa part se désister de quelque chose, exprès ou non, ou bien quitter ou abandonner le désir ou l'attachement à quelque chose. Genre renoncer à ton dîner parce que t'as trop mangé au goûter.
La violence, elle, vient du latin violentia qui signifie "la force, la fougue, l'ardeur". C'est la fougue de la jeunesse, par exemple !! Autrement, la violence parle d'une force non contenue, ou d'une action physique ou psychologique visant à contraindre ou blesser autrui. C'est une attitude souvent décrite comme hostile et agressive.

À quoi ça nous sert de définir ces termes ? Pas à grand-chose, mais j'ai fait ces recherches et on m'a dit de définir mes termes donc je vais pas les garder sur ma feuille de notes pour décorer oké. Bon, en fait, on peut surtout voir que l'étymologie mais aussi l'idée de débat fait un lien entre la discussion et la violence : s'il y a conflit dans la discussion, est-ce forcément de la violence ?! On peut être en conflit lorsqu'on désire quelque chose que l'autre désire aussi, par exemple s'il ne reste plus qu'un paquet de bonbons au magasin et qu'on le veut tous les deux. Mais le conflit nécessite-t-il forcément que l'on passe par la violence ? Eh bien non ! C'est là que la discussion, à entendre au sens de dialogue, entre en jeu !

Cependant, si la violence c'est contraindre, et que la discussion c'est débattre, donc exprimer des opinions opposés chacun son tour parce qu'on a le droit de laisser parler l'autre des fois, est-ce que la violence n'est pas justement une manière de refuser la discussion ? Et si on refuse la discussion en étant violent, en discutant on refuse un peu d'être violent, vous voyez le délire ! … BREF je suis en train de me mélanger le cerveau, on passe à la partie 2, j'ai encore plein de choses à dire !!


II) OUI DE OUF

On pourrait donc se dire qu'être violent est antinomique de discuter dans son sens de converser. Déjà parce qu'un débat tendu n'amène pas forcément de la violence, mais aussi parce que la violence nous fait sortir du débat !! Vous avez déjà vu un débat où on se tape dessus ? C'est encore un débat pour vous ?! Oui ben non, pas trop quand même ! Par exemple, les Feux ils sont jamais d'accord avec personne et ils foutent le feu à tout ce qu'ils trouvent au lieu de discuter. Dès qu'ils arrêtent de tout cramer, on peut vachement mieux discuter d'un coup, hein ! (source : moi, et tout Terrae le sait) Cependant, tout débat peut se permettre d'être animé, il peut même être ARDENT si vous voyez ce que je veux dire. C'est bon, tant que vous mettez pas le feu aux cheveux du voisin. Car être violent, c'est forcément être hostile à l'autre. Or, l'hostilité ça entraîne de la contrainte et après vous avez un POUVOIR sur l'autre. Et comme le dit l'adage : un grand pouvoir entraîne de grandes responsabilités, donc abusez pas trop non plus et soyez gentils.

Souvent, le dialogue nous sert à éviter le recours à la violence. Padmé Amidala disait dans Star Wars : "Si nous n'offrons aux séparatistes que de la violence, ils ne nous rendront que la violence !!" et elle a carrément raison. C'est aussi pour ça que Jésus disait qu'il faut tendre l'autre joue au méchant quand il veut nous taper, pour éviter l'escalade de la violence (et parce que c'est pas gentil d'être méchant). Bouddha disait aussi que "la paix intérieur commence dès l'instant où vous choisissez de ne pas laisser les autres ou les événements contrôler vos émotions", donc si vous avez envie de les taper, réfléchissez un peu et on en reparle après, merci.

Discuter, c'est aussi accepter de trouver un compromis. Et comme choisir c'est renoncer, si tu choisis de trouver un compromis, tu peux y arriver (source : je l'ai rêvé). Le meilleur moyen de de réaliser l'impossible est de croire que c'est possible ! (Ca c'est dans Alice au Pays des Merveilles le dessin animé.) Cependant, on se rend compte que discuter, c'est pas toujours facile-facile avec certaines personnes… Comme le dit la Reine : "un nouvel autre mange la poussière". Cela fait référence au mythe de Caïn et Abel, où Caïn jaloux tue son frère… Abel voulait pourtant discuter, mais Caïn a pas voulu, il a pas écouté les ordres et il a été puni sur plusieurs générations !! Ca peut vous arriver aussi. Faites attention.


III) BAH DU COUP PAS TROP

Comme le dit un grand sage : "regarde au-delà de ce que tu vois". On ne peut pas s'arrêter à une définition simpliste d'une dynamique humaniste fort peu simple !!

Parfois, hélas, la violence facilite le dialogue. ALORS CA NE VEUT PAS DIRE QUE C'EST BIEN mais il peut être intéressant de "tout cramer et recommencer à zéro" (cf un grand personnage historique). Même Padmé admet que parfois il faut "employer des négociations musclées" (des négociations musclées, kézako ?!). Ce que cela nous apprend, c'est que la violence pourrait aussi être un style communicationnel, car cela permet de faire passer des messages qui autrement ne rentreraient pas. Même Naruto, face à Sasuke, est obligé de recourir à la violence, car Sasuke refuse la discussion ! (Ca irait plus vite et résoudrait 99% de leurs problèmes, mais il serait moins émo sinon, ce serait dommage.) Il est entendable que nous ayons parfois envie de taper certains abrutis afin de leur faire entendre raison (cf : le cas Ys), mais notons qu'il n'est pas toujours nécessaire de recourir à la violence pour régler nos problèmes… (source : moi) Mais que faire du coup de ces émotions qui nous traversent ?! Padmé (toujours elle) nous explique que "la colère, c'est être humain"… Vivre sa colère c'est important, mais peut-être qu'on n'est pas obligé de tuer tout le monde, ou de taper les autres, ou de défoncer leur porte. (cf : Terrae)

Il ne faut pas oublier non plus que la violence peut être verbale ; donc discuter, ça peut aussi être insulter l'autre donc être violent. Notons que dans l'insulte, il y a toujours ce même refus du débat ainsi que l'intention de nuire à autrui, et il y a de plus incitation à la violence chez l'autre par de la violence. Il n'est pas non plus question ici de déterminer qui est celui qui a commencé, car il est nécessaire que chacun pense à ce qu'il dit à l'autre et réfrène ses paroles. Certaines, notamment, nous échappent, cela est bien naturel. Mais n'oubliez pas : c'est la colère notre véritable ennemi. (source : Yoda)

Cela nous amène face à un choix cornélien : "faire le choix entre ce qui est juste, ou ce qui est facile" (Harry Potter). Ce qui est facile, c'est ce qui ne nous coûte rien ; et la violence, qui est une force non contenue, ne nous demande donc aucune énergie. C'est là que le bat blesse ! Car si la violence peut exister dans une discussion, ce que nous avons prouvé ici, et si elle peut s'exercer sans que l'on y mette de l'énergie et sans notre contrôle, impulsé par nos propres émotions, comment faire pour l'éviter ? Comment devenir des maîtres zen, capables de supporter la violence de la violence en nous, cet attrait tout humain pour l'épanchement de sa colère ? L'Empereur dans Mulan explique cela en ces termes : "qu'importe que le vent hurle, jamais la montagne ne ploie devant lui". Comment devenir une montagne ?? Ce n'est qu'en faisant le choix de renoncer à la violence qu'il est possible d'en sortir, car "la paix ne naîtra que de la paix" (cf : Emile de Girardin sur Google). Nous en parlerons dans un nouvel essai prochainement !


En conclusion, nous pouvons dire que non, discuter ce n'est pas renoncer à la violence, au contraire. Parfois la discussion elle-même est violence. Ce renoncement doit être voulu, choisi, désiré. Alors "si tu n'es pas capable de dire un mot gentil, tu ne dis rien du tout". (Bambi)

FIN
(désolée j'ai paniqué, je sais plus de quoi on parlait)



décompte de mots : 1610 sur word zinzin
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum