Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 26 Juillet!
Les comptes non recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Mer 13 Déc 2023 - 12:48


Il y a des rencontres qui vous transcendent, qui vous transportent. Des rencontres vous emmènent haut dans le ciel et vous donnent l'impression de voler. Des rencontres qui vous changent à tout jamais, qui vous fond ressentir des choses qui vous n'avez jamais ressenti auparavant. Des rencontres qui vous font pleurer le soir seul dans votre lit, mais aussi au fond du bus ou dans la rue. Celles qui vous font ressentir vivante et en même temps celle qui donne l'impression d'être en train de crever. Celles qu'on regrettent et celles qu'on oubliera jamais. Des rencontres qui vous lient d'un fil invisible qui jamais ne se brisera. La rencontre entre Junko Fushita fut tout ça à la fois, et l'un comme l'autre n'allaient plus jamais être les mêmes après ça.

14 février 2013, Kabukicho Tokyo. 22 h 30


C'était le jour de la saint-valentin et Arizona fêtait ses 19 ans. Pourtant pas de chocolat à offrir à un homme, juste une belle bande de copine avec qui s'amuser jusqu'au bout de la nuit. Ça faisait maintenant presque 5 ans qu'elle était au Japon. De la Syrie et des Etats-unis elle avait gardé un petit accent et des souvenirs plein la tête. À part ça, elle parlait maintenant couramment le japonais. Arizona venait de terminer le lycée, la cérémonie de diplôme allait avoir lieu dans quelques semaines et en Avril elle entrerait à la fac pour poursuivre ses études. Sa vie au Japon était différente de celle des États-Unis et encore plus différente que sa vie en Syrie, mais elle se plaisait ici. Bien sûr, à son arrivée, le choc des cultures avaient été assez brutal mais au final le peuple japonais avait été très accueillant avec elle.

Au fil des années, Arizona s'était liée d'amitié avec des gens venues de tout bord. Et ce soir elle avait réunie toutes ses amies pour une soirée entre filles ! Des lycéennes venues d'établisssements prestigieux comme elle et des néo sukeban descolarisées sorties des quartiers chauds de la ville. La petite brune avait le don pour réunir des gens qui ne semblaient avoir aucun point en commun, mais finalement forcé de constater qu'un adolescent restait  un ado, avec les même crainte et les même préocupations, peut importe d'où il venait.
Ari avait l'habitude de se rendre à Kabukicho pour faire la fête, la lycéenne avait arpenter tous les quartiers de Tokyo et celui-là, bien qu'un peu mal famé, etait celui où elle s'amusait le plus. Encore une fois, elle s'était faite assez de connexions pour se sentir safe ici. Arizona avait déjà pas mal de succès auprès des hommes, son physique et son attitude d'étrangère attiraient pas mal l'attention. Ses formes généreuses, ses grand yeux noisette et ses longs cheveux épais et ondulés avaient fait sensation auprès des hommes et elle en jouait énormément. À côté de ça, les Japonais n'étaient pas vraiment son style d'homme : trop petit et chétif et surtout pas assez de répondant.

Arrivée devant l'entrée du club, les videurs les laissèrent rentrer, sans demander leur carte d'identité évidemment. Arizona était prête à boire et à danser jusqu'au bout de la nuit. Elle avait tout pour être heureuse à ce moment-là. Des amis et une famille aimants, de l'argent, elle avait été accepter dans une excellente fac et elle passait son temps à faire la fête. Et alors qu'elle s'apprêtait à se rendre directement au bar avec ses copines. Ses yeux se posèrent sur ce garçon. Il se  démarquait de tout les autes hommes qu'elle avait vue jusqu'à présent dans ce pays. Il était grand, bien plus grand qu'un Japonais ordinaire. Une carrure assez imposante sans être bodybulder et un visage d'ange incroyablement doux Et de magnifique cheuveux noirs de jais attachés en demi queue. Cette rencontre serait gravé à tout jamais dans sa mémoir et cette homme allait marquer sa vie à tout jamais.

Rapidement, Arizona tira son amie Mariko par le bras. " « Mari ! Mari ! S'il te plaît, regarde discrètement le grand là-bas ! Discrètement hein ! C'est qui ce mec ? »" Son amie regarda sans trop de discrétion vers le jeune et fit un signe de croix vers elle . " Laisse tomber ce mec Ari, c'est un connard, Fushita Junko. Il est sorti avec la cousine de Yume et apparemment, il a joué avec elle... En plus, il traîne avec des mecs un peu dangereux. Je sais que t'aimes ça toi, mais oublie, c'est un sale type."Mariko détourna le regard et tira Arizona "Aller, aller on y va!"


La petite brune ne pouvait s'empêcher de le regarder. Elle faisait en sorte qu'il ne s'en aperçoive pas parce que ça serait trop la honte, mais elle avait passé son début de soirée à l'observer. Il était avec un groupe de garçon, Ari en connaissait certain d'ailleurs. sa bouche, son sourire, la manière dont il passait sa main dans ses cheveux et son regard, tout l'hypnotisait chez. l'Américaine avait une envie folle d'aller lui parler, mais elle ne savait pas comment faire, à 19 ans elle était encore un peu intimidé par les hommes.
Tenue d’Ari:


Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Mer 13 Déc 2023 - 20:21
Jeudi 14 février 2013.

Pour sûr, son diplôme est en poche. Il ne reste que quelques semaines à peine à tirer, et il sera diplômé. Ça signera la fin de l’année scolaire, la fin d’un cursus. Mais aussi, la fin de ses études. Ce n’est pas sans amertume ni colère qu’il voit arriver cette remise de diplôme. Elle a autant un goût de réussite, qu’un goût d’échec cuisant. Il devra rester sur le banc de touche, alors que tous ses potes vont aller à l’université. Des gosses nés dans une bonne famille. Une cuillère en argent dans la bouche dès la naissance. Junko enrage.

Aussi saute-t-il sur toutes les occasions de se changer les idées. Alors, quand l’invitation avait tourné, dans les conversations de groupe, il avait tout de suite accepté. On avait dit fête, alcool et meufs. Le programme est parfait. Il semble fait pour oublier demain. Junko avait donc décidé d’être de la partie, et on en n’attendait pas moins de Fushita.

Le before se passe comme sur des roulettes, on enchaîne plusieurs pintes, on joue des coudes entre mecs, on se teste, on se bagarre, on se cherche. On se fait tourner les infos, on se met en compétition. Billard, bière… et il est 22h, le temps de décaler en boîte, rejoindre la vraie soirée. On s’ambiance sur le trajet, on fait les cons sur les bancs, dans la rue, on est bruyant, on est jeune. On s’en fume une, deux. On deal un peu, Junko régale à tarif réduit. Après tout, c’est les potes quoi.
C’est une boîte qu’il connaît bien, le videur est un de ses clients. Alors, ils n’ont aucun mal à entrer et Junko checke le mec à l’entrée. Petite tape sur l’épaule bien virile, grand sourire plein d’égo de sa part. C’est normal qu’on le laisse entrer partout.

Junko suit son groupe d’amis jusqu’au bar. Ça commande déjà des mètres de shots. Il se laisse régaler par les autres : il n’y a pas de petites économies. Mais il n’est certainement pas oublié par les autres gars. On le met toujours au milieu des décisions, des jeux. On le met toujours au milieu de tout. Et ce n’est pas pour lui déplaire. Junko se fait entraîner dans un malicieux concours complètement stupide : boire, le plus, le plus vite.
Deux shots s’enchaînent, les yeux dans les yeux de son adversaire. Il va gagner c’est sûr ! Mais on siffle, on a la bougeotte, un frisson d’excitation passe sur le groupe d’ado.

« Papapaa… Elles sont toutes en boooombe ! »


Elles ? Junko ne déroge pas à l’attraction mue par le sexe opposé. Son regard suit celui des autres, trouve sans difficulté le groupe de nanas qui vient d’entrer dans la boîte. Elles restent assez loin. On se jauge comme ça. Petit coup d’épaule, on échange des regards. Junko secoue la tête, et rappelle à l’ordre son vis-à-vis.

« Eh, on n’a pas fini ! Sauf si tu déclares forfait, gars. »

« Même pas en rêve, Junko ! »


Sourire carnassier, la compétition avant tout. Éclat singulier dans son regard brun. Un shot, deux shots, trois shots. L’alcool commence à lui tendre l’esprit, mais il est habitué à boire. Il le tient bien après tout, poussé chaque week-end dans les affres et les déboires d’une jeunesse qui veut oublier ses problèmes. Lui aussi, veut oublier ses problèmes.

« Eh, Jun’ ! » Un bras autour de son cou, on lui pointe du doigt le groupe de filles. « La Gaijin, elle fait que te regarder, mec. »


Junko la regarde à son tour, alors. Elle est magnifique, vraiment. Il a rarement vu des filles comme elle. Taille de guêpe, soutenant des courbes généreuses et sublimes, cintrées dans une petite robe blanche près du corps. Elle est fendue, laisse découvrir ses jambes allongées par des talons légers jusqu’à la naissance de sa hanche. C’est provocateur ça, mademoiselle. Un teint qui détonne, des longs cheveux épais et ondulés, bruns. Elle sourit beaucoup. Elle illumine au milieu de toutes les autres meufs, comme un soleil sous les lumières de la boîte. Et lui, il est irrésistiblement attiré, évidemment. Il ne l’a jamais vu, mais il ne voit plus qu’elle maintenant.

« C’est qui ? » demande-t-il, de but en blanc.


« Arizona, mon Jun’ » lui répond un autre mec, bien intéressé par cette conversation. Junko la fixe, un léger sourire sur son visage. Elle est archi fraîche. « Mais gars, elle est reloue… elle fait l’allumeuse mais elle recale tout le monde ! »


Léger froncement d’un sourcil, soulèvement de l’autre. Junko a le sourire qui grandit. Une allumeuse, mmh ? Son regard ne lâche plus cette Arizona. Elle recale tout le monde, hein ? Mais il n’est pas tout le monde. Il la veut. Il l’aura. Ce soir. Cette meuf, il en fait son affaire.
Ils vont tous l’envier, après. Un avion de chasse comme ça… Il la veut.
Junko prend un dernier shot qu’il engloutit. L’alcool lui chauffe la gorge et il se dirige droit vers le groupe de meufs. Derrière lui, il entend que ça s’exclame.

« Popooo, le Jun’ part en chasse les enfants ! »


Dans le groupe des meufs, il en connaît déjà quelques-unes. Mariko tient, qui semble garder la petite Arizona comme un chien enragé, lui lance déjà des regards noirs. Ah, Mari… Elle aussi s’est laissée tenter en début d’année, mais il lui a préféré une autre meuf et ça lui a pas plu. Pauvre Mariko. Déso, pas déso hein.
Junko est loin d’être timide. Il n’a pas peur d’aborder les autres. Certainement pas une fille qui lui plait. Parfois préfère-t-il des approches plus subtiles, plus longues aussi. Il faut savoir être patient pour obtenir ce que l’on veut. Mais là, ce soir, en la regardant, il a pas envie d’être patient. Elle est pulpeuse, elle est brune, cheveux longs, lèvres charnues, regard de feu. Elle n’a rien de la japonaise coincée et sainte-nitouche. Junko la veut.
Alors, avec son plus fidèle sourire transpirant la confiance en lui, il se poste devant elle.

« Salut. »


Il n’a pas lâché son regard une seule seconde, depuis qu’il a quitté ses potes. Potes qui d’ailleurs, ne perdent pas une miette de la scène, entre deux verres.
Junko, lui, ne voit qu’elle.

Tenue de Junko:
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Mer 13 Déc 2023 - 21:46


Le regard d'Arizona avait réussi à capter celui de ce fameux Junko, il commençait à s'approcher et à ce moment-là, c'était comme si la musique s'était arrêtée et que toute les autres personne autour d'elle avait disparu. Arizona n'entendait même plus ses amies l'alerter de arriver du jeune homme, elle ne sentait pas non plus Mariko qui lui attraper le bras pour essayer de fuir l'inévitable. Il avançait comme un loup s'apprêtant à dévorer sa proie et Arizona était à sa Mercie. Au fur et à mesure où il s'approchait, elle put mieux l'observer, l'adolescente était comme hypnotisée : une démarche assurée, un regard confiant et un charisme indéniable.


Puis finalement, les mots de Junko la fit sortir de son état d'inertie. L'air de rien et le sourire enjôleur, elle ne le quitta pas des yeux non plus.
"Salut"
lui répondit-elle avec calme. son visage se tourna ensuite vers ses amie, un léger signe de la tête pour leur assurer que tout est ok et qu'elle n'avait pas besoin de s'inquiéter. Elle regarda ensuite Junko toujours avec ce sourire enjôleur, puis elle tourna les talons.

"Je vais me chercher un truc à boire les filles, je reviens."



C'était sa technique préféré, s'en aller tout en légèreté pour voir si l'homme allait la suivre. Un dernier coup d'œil en direction du jeune homme, il la suivait, parfait. Elle n'avait pas envie de voir son numéro de drague gâché par ses copines, elle avait envie de se faire sa propre idée sur ce garçon qu'elles semblaient toutes craindre et désirer à la fois. Arizona essayait de se frayer un chemin dans la foule compact de la boite, se faisant arrêter ici et là par des hommes qu'elle ignora tous. Junko était là juste derrière et la démarche d'Arizona, ses hanches balançant de gauche à droite au rythme de ses pas, étaient davantage encore une invitation à la suivre. Elle connaissait bien les hommes et leur point faible.

Arrivée au bar elle s'installa sur une chaise haute, prenant un peu plus de hauteur, essayant de diminuer la distance qui la séparait de ce géant. Assise, la fente de robe s'était un peu plus élargie dévoilant encore d'avantage ses jambes nues. robe épousait parfaitement les formes de sa poitrine qu'on divnait ferme et parfaitement maintenue, elle était magnifique et elle en jouait. Enfin, elle allait pouvoir discuter avec ce mystérieux jeune homme.

"Junko, c'est ça ? On m'a déjà parlé de toi, tu sais?" un bras accoudé au bars, elle l'examina en détail, un visage d'ange, pas étonnant que toutes les filles succombent. Mais elle n'était pas de celle qui succombe, elle avait assez de succès pour savoir que les hommes se ressemblaient tous et lui comme les autres en avait après ses petites fesses, elle en avait conscience.
"Je m'appelle Arizona, enchantée... Je crois ?" Elle fit ensuite un petit signe au barman qui capta directement son geste. "je vais prendre un spritz s'il vous plaît" elle regarda Junko en plaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille."Tu m'accompagnes" la fougue de la jeunesse lui donnait l'impression d'être invincible, le temps de la remise en question et des doutes étaient encore loin.


Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Mer 13 Déc 2023 - 23:19
Elle ne le quitte pas des yeux, jusqu’à ce qu’il arrive à elle. Elle ne l’a pas quitté des yeux, et ne le quitte toujours pas des yeux. Un sourire d’ange se dessine sur son visage aux traits étrangers. Le regard posé dans les yeux bruns de la demoiselle, Junko se demande comment on peut avoir autant de feu dans les yeux.
La musique est forte, le monde se presse autour d’eux. Mariko tente désespérément d’attirer l’attention de son amie mais elle comme Jun’ ne lui prêtent aucune attention. C’est à se demander qui des deux est sous le contrôle de l’autre.

Et puis, c’est elle qui prend les choses en main. Elle fait volte-face, et Junko n’oppose aucune résistance à son corps qui se met en marche, la suivant dans son sillage. De ses longs cheveux ondulés se mouvant, à son déhanché accentué par le port des talons, à ses longues jambes, Jun’ ne sait pas ce qu’il préfère.
Beaucoup se retournent sur son passage, et la Gaijin les ignore royalement. Princière, elle fend la foule, fait preuve d’une confiance qu’il ne lui pensait pas en la voyant tout à l’heure. Joue t-elle la comédie ? Junko est impatient de le savoir.
D’un geste sans douceur, il pousse un gars qui venait regarder d’un peu trop près le fessier de la demoiselle, continuant ensuite sa route derrière elle.

Elle s’installe au bar, et il fait de même. Sourire doux et amusé, regard de feu qu’il lui rend. Junko laisse couler ses yeux bruns sur les cuisses de la jeune femme, ne s’en cachant pas. Elle est belle, elle le sait, et c’est tout naturellement qu’il se permet de le lui faire savoir. Quoi de mieux pour ça que de la dévorer du regard ? Junko est amusé. Vraiment. Ce petit jeu, avec une fille comme ça… Les japonaises sont différentes. Elle, elle a l’air d’en avoir sous le capot, et il ne parle pas que de son décolleté.

Son sourire s’agrandit, ses dents flashent entre ses lèvres alors qu’elle se présente.

« Junko, c'est ça ? On m'a déjà parlé de toi, tu sais ? Je m'appelle Arizona, enchantée... Je crois ? »


« Ça j’en doute pas. Mariko aussi m’a déjà dévoré du regard comme tu fais. » et toque. Ça c’est envoyé. Junko pose son menton dans le creux de sa main, alors qu’elle commande un spritz, se présentant à lui. « Arizona » répète-t-il, en faisant rouler son prénom sur sa langue, « On m’a aussi parlé de toi. »


Junko fait signe au barman qui s’approche d’eux.

« Un teq paf, la demoiselle a l’air trop sage avec son spritz. » Sourire glissé vers Arizona. Il se penche vers elle, dévorant la distance qui les sépare, et son regard suit le tissu de sa jupe qui s’enfuit vers le haut de ses cuisses. Junko tire sur le côté opposé à la fente, pour faire revenir la jupe à sa place initiale. « Presque trop sage. »


Et il revient à sa place, comme si de rien. Le geste a été effectué à l’abri des regards, car après tout, c’est ainsi que l’on fait au japon lorsqu’une dame doit remettre quelque chose en place, pour ne pas la compromettre. Pour autant, le geste lui a permis de commencer à établir un contact physique avec elle, et jouer avec ses limites, la tester, voir où elle dira stop. Junko darde ses yeux bruns sur elle alors que leurs verres arrivent.

« Je suppose que tu sais comment on fait, Arizona. » lui dit-il en désignant les verres de tequila avec leur quart de citron.


Il prend un mâlin plaisir à décomposer chaque syllabe de son prénom, tout en la regardant droit dans les yeux. Junko lui décline un clin d'œil, en soulevant son verre.
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Jeu 14 Déc 2023 - 12:36


Junko  était entreprenant, il ne semblait pas impressioné par la jeune femme, au contraire, on pouvait lire dans ses yeux comme une envie de défis et surtout beaucoup d'audace. C'était assez agréable à voir, les hommes ici était soit trop intimidé par elle, soit s'y prenait extrêmement mal. Elle allait pouvoir voir si ce Junko se débrouillait mieux que les autres. La petite brune haussa les sourcils lorsque le jeune homme la compara à son amie Mariko, elle détestait lorsque les hommes la mettaient en compétition avec ses copines. Elle se tourna vers ses amies, ces dernières étaient en train d'observer le duo et Ari était incpable de savoir si elles la regardaient avec inquiétude et agacement.

 « Te dévorer du regard hein ? Désolée, ne te méprends pas, mais je préfère garder à l'œil les prédateurs dans ton genre." D'un signe de la tête, elle lui montra ses copines "d'ailleurs, tu peux me dire laquelle tu ne t'es pas taper? Parce que désolée, mais je ne passe pas après les copines, question de principe."
Arizona le regardait nonchalamment, il avait besoin de savoir qu'elle ne se ferait pas embobinée aussi facilement et que s'il espérait lui mettre le grapin dessus ce soir, c'était mort. " je peux savoir ce qu'on t'a dit sur moi?" elle sourit, malicieusement. "moi on m'a dit de surtout rester très très loin de toi."


Junko appela alors le serveur pour changer la commande de la demoiselle, et ça fit doucement rire Arizona, cette espèce de tendance à vouloir jouer les mâle alfa. Au même Junko se rapprocha d'elle pour remettre en place la fente de sa robe qui montrait sans doute un peu trop de peau. Elle n'avait pas frissonné, ni réagit à ce premier contact, mais ça l'avait quand même intérieurement chamboulée. il était encore plus beau de près et elle n'avait eu qu'une envie, c'était de passer ses doigts dans sa longue chevelure noire. Personne n'était aussi familier avec elle habituellement. Elle le trouvait bien entreprenant et ça l'agaçait un peu.
" ne recommences plus jamais ça. Ce n'est pas parce que je suis une Gaijin qu'il faut prendre tes aises." Un peu déstabilisée, son accent ressortait un peu plus encore.


Il n'avait pas envie qu'il pense que parce qu'elle était étrangère, il allait pouvoir se permettre certaines choses. C'était à elle de décider où et quand et surtout s'il allait se passer quelque chose. Elle ne savait pas exactement qu'elles étaient les intentions du jeune, pas bonne visiblement. Mais s'il pensait qu'elle allait se laisser faire comme une docile Japonaise, il se mettait le doigt dans l'œil, Arizona allait faire comme d'habitude le pousser au bout de ses limites et repatir fèrement en le laissant sur sa faim.

Alors, lorsque Junko lui lança le défi de boire les shots que le serveur avait ramené. Arizona sourit de nouveau. "Ok يلا" (Yalla*) (Allons-y)d'un geste assuré,  La Syrienne prit la main du Japonais et pressa quelque goutte de citron dessus et avant de poser ses lèvre sur la grande main de jeune homme puis elle prit un shot, elle trinqua avec celui de Junko et elle l'avala cul sec avant de mettre le morceau de citron entre entre ses lèvres. En imitant son partenaire elle s'approcha de lui doucement pour lui dire quelques mots à l'oreille. "j'ai très bien deviné tes intentions  Fushita Junko" Arizona se redressa ensuite et sourit en mordiallant ses lèvres. "Tu ne m'aura pas, et encore moins avec de l'alcool" L'adolescente fit un signe au serveur pour qu'il leur deux nouveau shot. Ses yeux étaient en feu. Il s'était amusé avec toutes ses copines, mais il allait voir avec Arizona Williams que les choses n'étaient pas aussi simples.


Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Jeu 14 Déc 2023 - 16:21
Junko l’observe, il n’en perd pas une miette. Les lumières dansantes qui reflètent sur sa crinière brune, ses longs cils recourbés par un mascara noir, le froncement singulier de son nez lorsqu’une pointe d’agacement semble parcourir ses traits, ses lèvres pulpeuses qui appellent à s’en saisir. Elle jette un œil à ses amies, il dénote peut-être un besoin de soutien. Manque de confiance ? Qui sait… Il finira par le savoir.
Il finira par tout savoir.

« Te dévorer du regard hein ? Désolée, ne te méprends pas, mais je préfère garder à l'œil les prédateurs dans ton genre. D'ailleurs, tu peux me dire laquelle tu ne t'es pas taper? Parce que désolée, mais je ne passe pas après les copines, question de principe. »


Un nouveau sourire perce sur le visage du jeune homme. Elle a du mordant, c’est amusant. Il se demande si elle joue la comédie, ou si elle est tout le temps comme ça. Pas étonnant qu’elle fasse fuir la plupart des hommes japonais. Tous n’avaient certainement pas la force de caractère de Junko, d’autant aurait déjà fui, ou se serait déjà déconfit devant elle. Une Gaijin ça attire comme ça intimide. Jun’ n’est pas intimidé. Jun’ est intrigué. Est-ce qu’il va parvenir à la mener là où il veut, cette meuf dont tout le monde rêve ? C’est son défi de cette nuit. Et il le prend très à coeur.

« Ah ouais… Pas mal pour des rumeurs, je suis plutôt flatté. Toutes, tu penses ? » demande t-il à son égard, dardant ses prunelles brunes sur elle, provocateur. « Combien à ton avis ? Et surtout… Qui ? »


Si elle veut savoir, elle a qu’à demander. Là au moins, elle sait que si elle le provoque, il ne se défile pas. Junko sait ce qu’on dit sur lui. Ça n’a pas empêché Arizona de s’isoler avec lui et de son plein gré. Il lui plait, c’est certain. Elle joue avec le feu, semble souffler le froid en l’attaquant de front de façon peu reluisante, mais Jun’ n’a pas peur de se brûler. Lui en ressort toujours indemne, après tout.

« Je peux savoir ce qu'on t'a dit sur moi ? Moi on m'a dit de surtout rester très très loin de toi. »


Junko se perd un peu dans le sourire enjôleur de la demoiselle, le sien lui répondant en écho. Ses yeux font des allers-retours réguliers entre ceux d’Arizona et sa bouche. Il rit un peu avant de lui répondre, taquin et sarcastique.

« Et tu suis assurément les conseils qu’on te donne. »


Mais la dame s’effarouche soudain, perd de sa superbe. Tiens, on n’est pas si sûre de soi alors ? Elle lui indique ne plus vouloir qu’il la touche ainsi. Junko lui répond d’un nouveau sourire, se redresse sur son tabouret et la fixe de haut. Ses yeux lui disent “En es-tu certaine, Arizona ?”, et il pense très fort qu’il recommencera certainement.

« Je m’en fiche que tu sois une Gaijin. » réplique t-il de revêche, son ton un peu plus froid et ferme, pour appuyer le sérieux de ses mots.


Junko ne ment pas, lorsqu’il lui dit ça. Le fait qu’elle soit étrangère lui importe peu. Il aurait été appelé de la même façon par une japonaise se comportant comme elle. Ce qui l’intéresse, c’est le défi. C’est ce qu’elle représente. Mais ça, il se garde bien de le lui dire. Junko se penche vers elle, gardant un peu plus ses distances cette fois, ce qui ne l’empêche pas de la chercher encore, sa main se posant sur la table, juste au-dessus des genoux de la demoiselle sans pour autant les toucher.

« Ton accent est très mignon. » lui intime t-il avant de reprendre sa place initiale.


Oh ça, il aime, jouer avec le feu, les nerfs, les limites. Oeillade amusée, sourire en coin. Arizona tente de reprendre le lead, mais finalement, elle le lui donne en acceptant de boire ce shot. Le premier round est gagnant pour Junko. Satisfait, il la regarde faire avec délice. Elle prend sa main et ses prunelles cillent quelque peu à la regarder faire, déposant le citron puis ses lèvres sur sa peau. Jun’ ne bouge pas. Il n’a pas la machoire décrochée, ni rien de tout cela, des meufs qui avaient tenté de le chauffer en s’abaissant ainsi, il en a croisé plein. Arizona n’est pas la première à lui faire un coup pareil, pourtant… Une douce chaleur de satisfaction s’empare de lui. Jun’ à son tour met du citron à l’exact endroit où la jeune femme l’a fait précédemment, embrasse sa propre main pour épouser la trace des lèvres de la Gaijin et boit son shot. En croquant dans le citron, il ne peut s’empêcher de lui offrir un grand sourire, et même un léger rire, ses yeux se plissant dans une mimique familière.

Junko va pour lui parler mais elle s’approche de lui la première. Oh ! Elle reprend du poil de la bête ? Agréablement surpris, il laisse son visage s’exprimer, ses yeux s'écarquillent quelque peu d’un air vraiment amusé. Il tend l’oreille.
Ses intentions sont claires oui, il ne s’en cache pas après tout. Lorsqu’elle se redresse, il ne perd rien de son petit manège et son regard brun s’égare au bord des lèvres mordillées d’Arizona. Elle commande de nouveau deux shots, et Junko lui offre un autre sourire.

« Je n’ai rien à cacher, Arizona Williams. » répond t-il à sa pique. « Et toi ? Tu as des choses à cacher ? »


Junko vient de valider ses intentions vis-à-vis d’elle. Au moins, si ça n’était pas clair jusque là (et encore fallait-il être aveugle), ça l’est à présent. Mais elle, elle joue avec le feu, le tend avec les filles qu’il a fréquentées, comme si elle veut lui dire qu’il ne l’aura pas elle. Pourtant, elle est juste à côté de lui, à lui faire les yeux doux. Que veux-tu, Arizona Williams ?

Les shots arrivent.
Junko prend directement la main d’Arizona, d’une manière ferme et ne laissant pas place à la plainte. Il presse le citron sur elle et lui tend son autre main. Sourire charmeur, yeux brillants. Ensemble ?
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Jeu 14 Déc 2023 - 19:11


Arizona ne répondit pas volontairement, lorsque Jun lui demanda laquelle de ses amies il avait réussi à pécho, elle se contenta d’hausser les sourcils mais peut-être qu’au fond elle avait un peu peur de connaître la vérité. Aussi elle est assez surprise du ton sec et ferme qu’il emploie lorsqu’elle lui demande de ne pas trop prendre ses aises parce qu’elle est étrangère. surprise mais pas vexée, au contraire. un japonais se serait pitoyablement confondu en excuse et serait parti la queue entre les jambes, mais lui était resté là,  fier. Même si cette familiarité restait quand même très limitée de sa part. Le fait qu’il lui tienne tête la troublait un peu. Elle le laisse toujours faire quand il s’approche d’elle pour lui dire que son accent est mignon. Et enfin ne peut s'empêcher de rire sans se cacher lorsqu’il sourit le citron entre ses lèvres. Il était drôle finalement, même si c’était un sale type.

Elle connaissait maintenant ses intentions, au moins il n’avait pas cherché à trouver une excuse, il la voulait pour cette nuit. Mais Arizona n’allait pas se laisser faire comme ça. Jun était beau, incroyablement beau et charismatique, la petite brune était envoûtée par la lueur qui émanait de ses yeux et dans d’autre circonstance elle l’aurait laissé la dévorer toute cru. Alors quand il prit sa main pour y verser quelque goutte du jus du citron, Arizona ne put masquer ses joues qui commençaient à rougir. Si elle se permettait plein de choses il était plus rare qu’on se permette des choses avec elle.


Le regard de défi de Junko avait réussi à lui faire retrouver son calme alors elle prit la main du jeune et imita son geste. Ensemble ils portèrent la main de leur à leur bouche pour y récupérer le jus avant de boire le shot en même temps.et puis, alors que l’alcool commençait doucement à se troubler, elle s’approcha tout doucement du japonais, prenant appui sur les cuisses de ce dernier.

“ أنا لا أخسر أبدًاحَبِيبِي”       (ana la 'akhsar abdana habibi)( je ne perds jamais mon chéri!)


Elle se leva ensuite, mutine et joueuse. “suis moi de prêt, sinon tu risques de me perdre!”
Si c'était au jeu du chat et à la souris qu’il comptait jouer, Ari était une professionnelle, il fallait donc qu’il soit endurant pour suivre la cadence . Elle se faufiler une nouvelle fois dans la foule dense, elle se sentait légère, elle arriva près de ses amies, posa sa main sur  l’épaule de Mariko et lui murmura à l’oreille qu’elle allait toutes les venger de ce sale type.et puis elle lui demanda son paquet de cigarette que son amie gardait dans son sac avant filer une nouvelle fois. Mariko incrédule regarda son amie s’envoler et ne put s'empêcher de tuer du regard Junko qui la suivait.

Arrivée à l’espace dédié au fumeur, Arizona se rendit vite compte qu’elle n’avait pas pris de briquet avec elle. mais avant qu’elle n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit un inconnu toute dent dehors s’approcha d’elle pour allumer la cigarette qui était déjà au bord de ses lèvres. L’homme était sur le point d’engager la conversation mais Arizona l'ignore et attend sagement que Junko s'approche pour ce soit lui qui l'allume, la cigarette. Arizona n’avait pas lacher sa cible des yeux, pour lui faire comprendre que s’il n’était pas assez rapide d’autres abeille allait se jeter sur le miel. Même si ce soir elle n’avait d'yeux que pour lui, les autres ne lui servaient que de pions pour observer les réactions de Jun.

Adossée au mur elle proposa une cigarette au japonais avant de recracher la fumée qu’elle avait ingéré. Elle l'observa attentivement. “Je pense qu’il y eu Mariko et la cousine de Yume mais je ne connais pas son nom…Yume elle-même peut-être.” Elle aimerait bien essayer de comprendre pourquoi il avait un comportement de chasseur. Avait-il un manque à combler? une peur profondément enfouie? “Dis c’est quoi le but? Te taper toutes les filles du même groupe pour pouvoir te la péter auprès de tes potes?” Elle se redressa pour avoir un meilleur appuie sur ses jambes, face à lui tout proche, elle lui arrivait à peine sous les pecs. “C’est quoi le projet? tu m'emmènes danser, on continue à boire puis tu me fais quelque blague pour me faire rire et enfin tu me ramènes à l'hôtel? Non parce que si c’est ça oublie, j’en attends plus, beaucoup” elle tira un nouvelle fois sur sa cigarette puis recracha la fumée vers le haut, masquant quelque instant le visage du japonais. une fois la fumée dissipée elle regarda Junko avec une pointe de malice dans le regard, souriante, c’était comme si elle le défiait.


“Comme tu l'as si bien dit, je n’écoute pas les conseils des autres, j’aime me faire mon propre avis, alors montre moi de quoi tu es capable Junko…” elle appuyait sur chaque syllabe de son nom comme il l’avait fait avec le sien. Arizona avait confiance en elle, c’était une certitude cependant, elle n’était jamais tomber sur un homme de cette trempe là et même si le défis était très exaltant elle savait d’avance que ça allait être compliqué pour elle. Il fallait simplement qu’elle lui fasse croire qu’elle était d’un trop haut niveau pour lui, peut-être qu’il finirait pas lâcher l’affaire, à ce moment-là alors elle pourra faire ce qu’elle veut de lui.


Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Jeu 14 Déc 2023 - 22:16
Et lui se délecte de chaque expression, chaque émotion, chaque détail qui prouve qu'il a l'ascendant sur elle. Quoi qu'elle pense, quoi qu'elle ressente. Il a le dessus. Si elle croit la jouer fine, elle se trompe de A à Z. Elle fait la meuf, sûre d'elle, elle roule des hanches devant lui, lui bouffe la main et feint de ne pas être intéressée. Mais c'est bien elle qui le regardait, c'est bien elle qui l'a invitée à le suivre de son déhanché provocateur, c'est elle encore qui a engagé la conversation entre eux. Elle le veut, elle ne le dit pas mais c'est son corps qui parle pour elle. Junko est amusé, vraiment, par son comportement. Elle a un caractère que peu de japonaises ont, et c'est excitant d'avoir à faire à une fille comme elle. Malgré tout, il s'amuse beaucoup.

Elle rit, et l'instant d'après, il se perd un peu dans l'éclat de ses yeux. C'est bref, c'est aussi court qu'un clignement de paupières. Pourtant, elle vient de jeter de l'huile sur le feu. Il la veut. Plus que jamais. Son rire a réveillé quelque chose d'autre. Doucement. Subtilement. Elle rougit. Elle est belle, vraiment. Il lui plait, c'est sûr. Il ne sait pas si c'est l'alcool qui lui donne chaud ou la Gaijin. Elle prend sa main aussi, relevant sans aucun doute le petit défi qu'il lui a lancé précédemment. Elle fait montre d'un tempérament de feu, auquel il vient se frotter avec délice. Ce soir oui, il est danseur de feu, cracheur de feu. Ce soir, il va marcher dans ses flammes. Il va la faire sienne.
Junko boit cul sec le shot après avoir posé ses lèvres sur la peau douce de la main d'Arizona. Il y a laissé un petit croc léger : il n'a pas pu s'en empêcher. Dans un sourire, il se relève mais c'est elle qui vient à lui maintenant. Dans une langue étrangère à ses oreilles, elle lui murmure quelques paroles. Il ne pige rien, mais il adore. Il ne sait pas ce qu'il aime le plus entre la savoir si près d'un coup, ou le fait que ce soit elle qui cette fois prenne appui sur lui, brisant une nouvelle fois la barrière inconsciente que deux êtres érigent entre eux. Mais la voilà repartie, avant même qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit. Son regard brun ne la lâche pas des yeux et un fin sourire enjôleur -enjôlé ?- étire ses lèvres.

« Suis moi de prêt, sinon tu risques de me perdre! »


Bien sûr, il la prend en chasse, traçant dans son sillage son propre chemin. Elle est agile dans la foule, elle semble glisser entre les gens, elle semble danser si légère sur ses talons. Elle illumine au milieu des japonais, au milieu de l'amas de personnes, sous les lumières jaillissantes de rouge, de bleu, de vert, qui s'amusent à tracer des arabesques dans ses cheveux bruns. Junko n'a aucun mal à se faire de la place. Quelques épaules poussées, quelques coups dans les siennes, mais peu lui importe. Il n'a d'yeux que pour le fessier généreux d'Arizona. La demoiselle revient chercher un peu de soutien (de courage ?) auprès de ses amies, dérobe un paquet de cigarettes et s'enfuit de nouveau vers l'espace fumeur. Jun' accorde un regard provocateur à Mariko, avant de s'engager sur le même trajet que la petite brune.

Il la trouve déjà accostée. L'autre ne fait certainement pas le poids et dans un doux sourire, Jun' baisse son briquet bien trop proche à son goût de la cigarette de la Gaijin. Il sort le sien de sa poche et allume lui-même la clope au bec de la demoiselle, sans plus accorder de regard ou d'attention au type qui, déjà bien arrangé par l'alcool, fait finalement profil bas. Junko darde ses yeux bruns sur le visage d'Arizona. Elle s'est adossée à un mur, tire sur la cigarette et commence à le piquer sous un sourire de jeune homme qui s'agrandit. Elle joue encore.

« Je pense qu’il y eu Mariko et la cousine de Yume mais je ne connais pas son nom…Yume elle-même peut-être. »


« Je ne toucherai pas Mariko même avec un bâton. » Il laisse le reste sans réponse, peu importe après tout.


« Dis c’est quoi le but? Te taper toutes les filles du même groupe pour pouvoir te la péter auprès de tes potes? »


Elle s'approche, se fait plus agressive soudain, plus provocatrice de nouveau. Junko n'est pas très impressionné. Elle est toute petite, même avec ses talons. Il baisse la tête pour la regarder alors qu'elle se tient toute droite près de lui. Elle l'amuse beaucoup comme ça, et ça la rend assez mignonne. La voir s'essayer à l'intimider. Jun' la fixe, hésite entre rire et la charier.

« C’est quoi le projet? tu m'emmènes danser, on continue à boire puis tu me fais quelque blague pour me faire rire et enfin tu me ramènes à l'hôtel? Non parce que si c’est ça oublie, j’en attends plus, beaucoup. »


Bah tiens. Son sourire se crispe quelque peu. Il est toujours là, mais Junko sent une pointe d'énervement chauffer son esprit. Beaucoup plus, qu'elle dit. Mmh.
Elle souffle la fumée de sa cigarette sur lui, marquant plus encore la provocation qu'elle lui fait. C'est très irrespectueux ça, demoiselle. Junko cille un peu, très légèrement. Un très léger, subtil, shift dans son attitude.

« Comme tu l'as si bien dit, je n’écoute pas les conseils des autres, j’aime me faire mon propre avis, alors montre moi de quoi tu es capable Junko… »


« T'en vaux peut-être pas la peine, finalement. » lâche t-il de but en blanc, son sourire s'est un peu effacé.


Calmement, il pique la clope d'Arizona et la porte à sa bouche, tire dessus, gonflant son torse à fond et emplissant ses poumons des toxines cancérigènes avant de relever la tête et de souffler. Ses cheveux coulent dans son dos et il passe une main dans sa nuque, dégageant les quelques mèches prises sous son sweat noir. Jun' baisse de nouveau les yeux sur la Gaijin.

« Mais après, je peux t'emmener danser, boire, te faire quelques blagues et ramener dans un hôtel pour te sauter, comme toutes les autres.  » Silence, juste un instant, il la fixe. « Si c'est ce que tu veux. »


Arizona... Est-ce que tu es comme toutes les autres finalement ? Sous ton petit air de meuf qui se la pète ?
Junko tire de nouveau sur la clope puis l'écrase contre le mur, juste à côté de la brune. Il s'éloigne, détache son regard d'elle, jette le mégot dans un cendrier au passage... et la plante là. Il rentre à l'intérieur.
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Ven 15 Déc 2023 - 0:13


Après sa dernière remarque, le sourire de Junko disparaît, qu’à t-elle bien pu dire pour qu’il le prenne aussi mal? “t’en vaux peut-être pas la peine” aie, ça ça la pique. Sans donner plus d'explication, le grand brun s’empare de la cigarette d’Arizona pour y tirer une dernière bouffée avant de l’écraser contre le mur, juste à côté d’elle. l’atmosphère à totalement changé et la jeune fille ressent comme une boule d’angoisse dans son ventre. Elle ne le savait pas encore mais cette boule d'angoisse, elle allait encore la sentir de nombreuses fois dans les années à venir. Cette tension qui s’était installée l’agaçait, elle était énervée qu’il soit énervé mais elle n’avait même pas eu le temps de le lui faire savoir qu’il partait déjà.

Il allait vraiment la laissée comme ça, en plan, au coin fumeur. Elle aurait pu le laisser partir en marmonnant son agacement et pourtant, pourtant… Le voir s'éloigner comme ça lui était impossible. Elle ne voulait pas croire qu’elle était comme ses amies, à baver devant lui, elle ne voulait pas être l’énième fille de cette soirée qu’il allait ramener à l'hôtel et une fois la partie de jambe en l’air terminée il aurait disparu plus vite que son ombre. Pourtant son corps se mit à fonctionner seul et elle était déjà en train de le rattraper. Arrivée à sa hauteur, elle le prit par la main. tant pis pour ses copines si elle la voyait.

“Tu pars déjà? la soirée vient à peine de commencer!”


Sans rien dire de plus, elle marcha devant lui, toujours en lui tenant la main. Ensemble, ils se faufilèrent jusqu’à l’entrée du club. Arizona lâcha la main de Junko en lui demandant de l’attendre ici juste quelque instant puis elle se dirigea vers le videur qu’elle semblait bien connaître. un homme qui faisait plus penser à un vieux Yakuza de 50 ans qu’à un videur de boîte de nuit. Junko ne pouvait pas entendre leur conversation, elle voyait juste Arizona discuter avec lui en faisant des gestes comme ci elle lui demandait un service, pointa même Junko du doigt en souriant. de loin on aurait presque dit une discussion entre un père et sa fille. Après quelque instant le videur donne une clef à Ari et lui ébourrifa les cheveux de manière bienveillante. Ariozna le salua chaleureusement et elle retourna auprès de Junko toute joyeuse.

“On y va?”


et sans lui dire un mot de plus, elle reprit sa main avant de marcher à nouveau vers le fond de la salle, près des toilettes se trouvait un rideau qui donnait sur un couloir, au fond de ce couloir une porte. Arizona s’arrêta devant cette porte et se tourna vers le jeune homme. “Je vais te montrer ce que je veux vraiment Junko, mais ça sera notre petit secret.”


puis elle ouvrit la porte, qui donnait sur des escalier, en silence il les montèrent avant d’arriver vers une dernière porte. Elle l’ouvrit et une grosse bourrasque de vent pénétra dans la bâtiment, faisant voler les chevelures de Junko et Ari. La boîte de nuit où il se trouvait était située dans un building et cet escalier menait directement au toit. Elle se tourna vers le jeune homme, un doux sourire aux lèvres. “Alors qu’est-ce que tu en penses? Je connais bien les videurs et le patron. Ce sont de bons gars! Il ne peuvent rien me refuser” de cette hauteur on pouvait voir toute la ville et plus loin encore. Tokyo illuminé était magnifique. De cette hauteur on n’entendait plus le brouhaha insupportable de la mégalopole, juste le bruit du vent. On voyait la ville scintiller de mille feux et les montagnes encore plongées dans l’obscurité.

être ici lui procurait un sentiment de liberté incroyable. il ne faisait pas bien chaud et le vent soulevait sa robe déjà bien courte. Mais ça ne la dérangeait pas de pouvoir contempler un si beau spectacle. “Je veux tout ça Junko! Tout ce qu’il y a jusqu’à l’horizon et bien plus encore. Je ne veux avoir aucune limite.” Elle s’arrêta quelque instant, mit quelques mèches de cheveux qui lui cachaient le visage derrière son oreille et lui souriait. Ce n’était plus un sourire charmeur, enjôleur ou taquin, mais un vrai sourire, sincère. “C’est ce que tu veux toi aussi, je le vois dans tes yeux, il y a la même lueur à l’intérieur des miens.”


Arizona espérait de toutes ses forces qu’il comprenne ce qu’elle voulait dire. Elle avait besoin qu’on la fasse vibrer, elle avait besoin de se sentir libre, de se sentir vivante, de ressentir les choses à 150%. Mais allait-il le comprendre. C'était la première fois qu’elle amenait quelqu’un sur ce toit. À chaque fois elle s’y rendait seule, lorsque la soirée l’avait saoulée ou lorsqu’elle avait besoin d’un moment de solitude avant de retourner affronter les autres en enfer.



Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Ven 15 Déc 2023 - 16:17
Le petit manège d'Arizona commence à le lasser. Elle se prend pour qui à vouloir lire dans ses pensées et à vouloir le psychanalyser comme ça ? C'est qu'une petite bourge, qu'est-ce qu'elle pourrait comprendre à ses problèmes. Et puis, il fait ce qu'il veut avec les meufs. Il est majeur après tout. Si elles ne se respectent pas assez et se laissent avoir, c'est pas son problème à lui. Après tout, il n'en a jamais forcé aucune à coucher avec lui. Elles se jettent tous sous ses draps, et après on le lui reproche. Ben voyons... Mais Junko s'en fout. Ça lui est bien égal. Les meufs sont stupides.

Le grand brun commence à faire son chemin dans la boîte pour retrouver son groupe de potes. Arizona peut le suivre si elle veut, et si elle ne veut pas, ce n'est que partie remise. Il viendra la chercher quand il le voudra, quand il l'aura décidé. C'est lui qui lead après tout. Il aperçoit là où il les a laissé ses potes et va pour les saluer et les appeler, lorsqu'une petite main retient la sienne soudain. Elle glisse aisément devant lui, il la sent passer toute proche, et pose ses yeux bruns sur elle. Elle ne lui accorde pas de regard. A quoi joue t-elle, enfin ? Elle ne sait pas ce qu'elle veut encore celle-là. Quelque peu agacé, Junko retient une pique alors qu'elle traîne vers la sortie de la boîte à l'opposé de son groupe d'amis. M'enfin ?

« Tu pars déjà? la soirée vient à peine de commencer! »


Junko n'est pas certain de ça. Il est déjà bien entamé par l'alcool. La petite bouffée d'air, bien qu'embaumée de la fumée des cigarettes, lui a fait du bien. Alors, il ne dit rien ni ne lui oppose de résistance lorsqu'elle les emmène dehors. C'est du frais qui lui remplit les poumons et il ferme les yeux d'un contentement bienvenu. Arizona a l'air de bien connaître le videur, tout comme lui. Etonnant pour une petite bourge d'ailleurs. Jun' salue le gars d'un geste de la main que l'autre imite. Mais sans plus. Il profite plutôt de l'air frais, et du soudain silence. La musique à l'intérieur est forte, elle bourdonne un peu, d'un bruit étouffé derrière lui.
Alors qu'il darde ses yeux sur les environs, perdu dans des pensées qui lui sont propres, c'est une Arizona toute joie et sautillante qui lui revient. Son regard se pose une nouvelle fois sur elle et s'accroche au sien, brillant d'une énergie dont il n'a pas encore vu la limite.

« On y va? »


Elle n'attend pas sa réponse. Junko est curieux, il se laisse guider. Ils traversent de nouveau la salle bondée. De loin, il voit ses potes. Croisements de regards, il leur lance un léger signe de main. Tout va bien pour le moment, après tout, à leurs yeux tout à l'air de se dérouler comme sur des roulettes. Et c'est visiblement le cas, puisque la Gaijin est encore près de lui. Elle le mène devant une porte après avoir traversé un couloir et Junko commence sérieusement à se poser des questions.

« Mais tu m'emmènes où là ? » demande t-il dans un froncement de sourcils, appréciant peu de se faire traîner sans avoir son mot à dire et sans rien savoir du tout.


« Je vais te montrer ce que je veux vraiment Junko, mais ça sera notre petit secret. »


Ce qu'elle veut vraiment ?
Elle est proche, lorsqu'il la regarde une nouvelle fois. Elle lui arrive aux pecs, mais il arrive quand même à se perdre sur son visage, dans l'incompréhension totale de son petit jeu. Vraiment, il ne comprend rien à ce qu'elle veut, à ce qu'elle fait. Elle dit le contraire de ce qu'elle montre. Junko perd patience. Mais la voici qui ouvre la porte et elle dévoile un escalier. Arizona monte. Après une légère hésitation, Jun' la suit. Pourquoi pas, après tout.
Une autre porte. Elle ouvre. Le vent s'engouffre dans l'ouverture et fait voler cheveux et robe. Junko plisse un peu les yeux, le frais de la bise lui pique les prunelles. Il s'avance derrière la jeune femme. Ils sont maintenant sur le toit du bâtiment. Devant eux, la ville s'étend, plongée dans le noir mais lumineuse et pleine de vie. Tokyo dans toute sa splendeur, avec sa vie nocturne abondante et florissante, ses buildings qui touchent le plafond d'étoiles. Tokyo qui s'étend à perte de vue. Qui touche l'horizon.

Junko n'entend pas ce qu'elle lui dit d'abord. Il s'est laissé absorber par le sentiment d'apaisement soudain qui s'est emparé de lui lorsque la porte derrière eux s'est refermée, les coupant définitivement du bruit, de la musique, de la foule. Il n'y a que la ville, ses chants de la nuit et eux sur ce toit. Il n'y a que la nuit et les étoiles. Il n'y a que les lumières urbaines, nombreuses, l'écho du trafic qui à cette heure tardive n'est plus qu'un bruissement légèrement nerveux. Junko s'avance, mais reste derrière la demoiselle. Le vent s'engouffre dans ses cheveux noirs, chante à ses oreilles une mélodie familière. Tokyo est belle. Et devant lui, Arizona aussi est belle. Sa robe courte ne cache plus grand chose mais elle a le visage tourné vers le devant. Vers l'inconnu. L'avenir. Un avenir dont elle lui parle et il l'entend enfin.

« Je veux tout ça Junko! Tout ce qu’il y a jusqu’à l’horizon et bien plus encore. Je ne veux avoir aucune limite. »


Ses mots résonnent en lui, à un point qu'il n'aurait pas soupçonné. Il l'observe. Ses cheveux châtains dévoilent son dos dans sa petite robe crème. Mais ce n'est pas ça qu'il regarde.
Lorsqu'elle se tourne vers lui, toute de sourire, il plonge la tête la première entre ses lèvres, tombe dans l'intensité du cannelle de ses yeux. Et si Tokyo illumine derrière elle, dans les yeux d'Arizona, c'est comme si le plafond d'étoiles s'y reflète. Comment peut-on avoir le regard aussi brillant de vie ?
Et lui, depuis quand n'a t-il pas ressenti ce qu'elle doit ressentir là ? Il la jalouse, il l'envie.

« C’est ce que tu veux toi aussi, je le vois dans tes yeux, il y a la même lueur à l’intérieur des miens. »


«Tu mens. »


C'est sorti comme une balle d'un fusil. C'est sorti avant même qu'il n'y pense. Réflexe malheureux qu'il n'a su retenir.
Junko ne comprend pas le sentiment qui l'encombre maintenant, et ça l'énerve.

Non, elle ne sait pas ce qu'il pense, elle ne sait pas ce qu'il vit. Comment peut-elle le savoir ? Elle est si différente, dans ses habits de marque, à faire la petite meuf indomptable. A faire... Putain de merde. Il déglutit, se dérobe à ses yeux en tournant la tête pour ne plus la voir. Pour ne plus voir son regard à elle, qu'il ne supporte pas. Plus. Plus, encore. Il lui en faut plus, pourtant.
Junko finalement revient à elle, et n'arrive pas à cacher son malaise et son trouble. Quand bien même, il essaie. Il feinte. Il s'avance et passe à côté d'elle, se rapproche plus près du bord qu'elle ne l'est.

« Tu sais pas ce que je veux, on se connait pas, Arizona. »


Sourcils froncés, Junko enlève son sweat et se tourne vers elle pour lui enfiler.

« Tu fais trop la meuf. » Yes. Super ça, Junko. Il pose son doigt sur son front, mauvaise habitude. « Viens assumer maintenant, j'ai besoin d'une partenaire qui sait viser. »


Junko la contourne et s'avance vers la porte dans l'intention de rentrer à l'intérieur de la boîte. C'est une proposition après tout, et qu'elle le suive ou pas, peu importe. Mais il compte pas rester là en marcel, il fait froid genre on est en février quoi. Et puis, un beer pong ça se refuse pas. Si elle est joueuse, elle refusera pas.
Du moins lui, c'est ce qu'il pense et quelque part, c'est aussi son seul moyen de s'enfuir de ce toit. Et de son malaise.
Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Ven 15 Déc 2023 - 22:34



Junko semble troublé, elle peut le voir dans ses yeux, le sentir. Elle voit aussi son regard se détourner et le malaise qui s’installe, différent de celui de tout à l’heure. Ari a toujours été doué d’un bon sens de l’observation. Elle en fait des caisses mais son œil est avisé. Il dit quelque mot mais ne développe pas, puis comme pour la fuir encore une fois il s’approche encore plus près du bord. avant de prendre la parole une nouvelle fois. c’est vrai, il ne se connaissent pas, mais a-t-on besoin de réellement connaître une personne pour la comprendre. La petite brune était persuadée que non. mais elle ne dit rien, Arizona se contenta de fixer le dos du japonais, un dos large et musclé et pourtant à cet instant il semblait un peu fragile. Elle le savait, elle en était persuadé, il y avait autre chose caché sous ce masque de mâle alpha qui enchaine les femme.

Elle imagina un instant la vie qu’il pouvait bien avoir, sa famille, ses études, comment il se comportait quand il ne jouait pas au coq de basse court, Arizona était perdu dans ses pensées lorsqu’elle sentit junko s’approcher d’elle et lui enfila son propre pull. Le parfum du jeune homme la fit revenir à elle-même. Son pull était chaud et confortable bien que 3 fois trop grand pour elle. Et ce parfum…Arizona ferma les yeux et fixa cette odeur à l’image de Junko. Un parfum enivrant, fort et doux à la fois. Et puis ce geste. avait-il fait ça par galanterie, protection? Ce geste allait à l’inverse de ce qu’il lui disait depuis tout à l”heure et cette petite attention avait réussi à réchauffer le cœur d’Arizona. Finalement il n’était peut-être pas si terrible que ça.

Et puis lui lança un mystérieux défi alors l’attrait pour la compétition avait réussi à détourner Arizona de son objectif et naturellement elle le suivit avec une certaine précipitation.“ Qu’est ce qu’on va faire?! Qu’est ce qu’on va faire?!” la petite brune sautilla presque d’excitation. Elle le suivit bien sagement, redescendant les escaliers, prenant le long couloir dans le sens inverse. Ils étaient de retour dans la salle bruyante à la chaleur lourde, pour autant, Ari ne souhaitait pas retirer le sweat de Junko. Elle n’était pas aussi classe que tout à l’heure mais elle gardait la même assurance et cette tenue ne l'incommodait pas le moins du monde. le moins du monde. Junko avança jusqu’à son groupe d'amis qui les regardait déjà arriver. Arizona n’était pas dupe et leur sourire en disait long mais elle fit abstraction et se contenta de leur sourire en guise de salutation.


Junko se mit à installer leur nouveau terrain de jeu. des gobelets remplis de bière sur une table. placé comme pour former un triangle de chaque côté de la table. la petite brune sourit, elle commençait à comprendre. Pendant ce temps-là, certains amis de Jun s'étaient approchés d’elle pour faire connaissance, par courtoisie sans doute, du moins c’est ce qu’elle imaginait. Arizona leur répondait gentiment mais il n’y avait pas la même lueur dans ses yeux que lorsqu’elle parlait à Junko ça n’avait rien à voir. et leur discussion s'apparentait plus à du small talk qu’à une vraie conversation. et pendant qu’ils lui parlaient, Arizona observait Junko, il souriait. Ce n’était pas un sourire charmeur, c’était le véritable Junko qui souriait à ses amis, sans artifice et sans masque. Tous les regards étaient tournés vers lui et on sentait qu’il était le leader de ce petit groupe. il était beau, sans son gros pull noir on découvrait des bras fort et musclé, ses cheveux long de jaie ressortait encore plus et Arizona n’avait qu’une envie c’était de passé ses mains à l’intérieur, ils avaient l’air incroyablement doux.


La table était enfin prête et Ari s’approcha du jeune homme. elle sourit malicieusement. “J’espère que t’es prêt, je suis la meilleure de ma team au beer pong.” ça ce n’était pas vraiment la vérité, en réalité elle n’y avait joué que quelque fois, mais c’était assez bien débrouillée, elle ne voulait juste pas perdre la face face à son partenaire. “On s' fait quelques coups de chauffe avant de commencer?” un petit groupe s’était attroupé autour de la table et on donna quelques balles de ping pong à Ari. Le monde ne l’a dérangeait pas, elle ne fixait que sa cible, elle était concentrée à l’extrême. Elle inspira profondément avant de viser un premier gobelet. loupé. Heureusement que la musique était assez forte sinon on n’aurait eu droit à un silence gênant face à cet échec. Ari ne se décourage pas et vise une gobelet plus près d’elle. 2e loupé…3e loupé. Là, on commençait à entendre quelques rires.

Finalement peut-être que toute cette foule l’intimidait un peu et surtout elle commençait à perdre patience. Pour dire vrai, l’échec la faisait bouillonner intérieurement et elle n’allait pas tarder à exploser. 3…2….1

“Arrêtez de REGARDER CA ME STRESS!!”


dit-elle, agacée, puis elle leva les yeux vers Junko qui était juste à côté d’elle, plus calmement mais toujours aussi agacée. “Toi aussi arrête, je sens tes yeux sur moi…ça me perturbe.”



Arizona essaya de retrouver son calme. Il était hors de question pour elle de s’humilier face à autant de monde. Elle prit quelque instant avant de retrouver un certain niveau de concentration. Et cette fois-ci c'était une réussite et elle réussit à envoyer toutes les balles dans les gobelets d’en face. Elle sautilla comme une enfant fière d’elle. Elle tira sur le bras de Junko, toute excitée, puis se calma un peu en considérant que ce n’était pas la peine de s’extasier pour si peu. elle avait encore son rôle de femme fatale à tenir. s'adressa à lui plus calmement.

“Alors? pas mal hein? il me fallait juste un peu d’échauffement!”





Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Sam 16 Déc 2023 - 17:27
Elle suit. Elle mord à l'appât. Fini le toit et les mises à nu malaisantes. Il reprend le lead.
Des pas précipités pour le rattraper et alors qu'il dévale les escaliers, il entend les talons d'Arizona le suivre sans aucune difficulté. La porte se referme derrière eux, laissant Tokyo et ses lumières, leurs rêves et leurs espoirs, quelque part sur ce toit. Dans le couloir, la voix de la Gaijin résonne d'excitation, tirant un sourire sur le visage de Junko.
La boîte les accueille une nouvelle fois. Ils s'engouffrent dans la chaleur, le bruit, la foule. La musique électro-pop, la nuit est déjà pas mal avancé. Il doit être quoi... 1h ou 2h ? Ils ont encore un peu le temps de s'amuser avant la fermeture et Jun' compte bien en profiter jusqu'au bout.

Junko rejoint son groupe d'amis. Des grands sourires et des acclamations pour l'accueillir, quelques tapes sur l'épaule, des blagues, des piques. Ici il se sent comme chez lui. Ici, il est chez lui. Son groupe de potes, son gang. Et Arizona.
Tout le monde ne manque pas de la détailler, mais Jun les laisse faire. Après tout, sur elle, il y a son pull. Sa marque. Son sceau. Elle est à lui. On ne touche qu'avec les yeux. C'est tout. Junko va trouver son meilleur pote et le chauffe pour un beer-pong. Ensemble, ils mettent en place le jeu sur la table. Jun' rigole bien avec son ami, mais il jette quand même de temps en temps des coups d'oeil vers la jeune femme qu'il a ramené au milieu de son groupe. Après tout, ils sont alcoolisés, ce sont des jeunes hommes martyrisés par leurs hormones. Ils sont forcément attirés comme des mouches par du miel par la belle brune. Rien à signaler, ils sont tous respectueux : celle-ci est à Jun', il ne faut pas s'y frotter. Quand bien même, c'est important pour lui qu'ils l'acceptent. Ce n'est pas tous les jours qu'il ramène une fille en plein milieu du groupe. Elle doit avoir quelque chose de plus.
Tout le monde le sait.

« J’espère que t’es prêt, je suis la meilleure de ma team au beer pong. »


Junko coule son regard sur le visage de la gaijin. Elle s'est rapprochée, intéressée par le jeu qu'ils viennent de mettre en place. Un sourire provocateur tire la bouche du grand japonais.

« J'ai hâte de voir ça. » lui lance t-il, une lueur de défi dans les yeux.


Arizona propose quelques coups de chauffe. Les dames d'abord. On lui fournit des balles et elle s'essaye à les envoyer dans les verres. Tous les regards sont rivés sur elle. Junko s'est déplacé un peu derrière elle, le regard rivé sur les verres en face d'elle, histoire de voir comment elle vise. Après tout, il est pas là pour repartir perdant de ce petit jeu d'alcool. Et même si peu importe leur résultat, le jeu principal c'est Arizona, Junko déteste perdre. Il veut savoir s'il pourra compter sur elle, ou s'il va devoir tout faire lui-même. Ce serait for décevant.
Elle prend une inspiration, il relève quelque peu la tête, aussi concentré que si c'est lui qui va lancer. La balle vole... et n'atteint pas sa cible. Elle ne touche même pas un bord de verre. Jun' a un léger mouvement de tête et froncement de sourcils. Mais déjà Arizona s'essaye au jeu une deuxième fois. Bon, il lui laisse le bénéfice du doute. C'est raté aussi pour le deuxième coup.
Le troisième aussi.

Quelques rires dans l'assemblée, Junko lève un regard réprobateur sur les garçons attroupés autour de la table, tous rivés sur Arizona.

« Arrêtez de REGARDER CA ME STRESS!! »


Il en a presque sursauté. Ses yeux bruns tombent sur la demoiselle alors qu'elle se retourne vers lui, lui lance un regard plein d'éclair et le réprimande. Wesh, il a rien fait ! Pour toute réponse, il lui fait une grimace et lui tire la langue. Mais bon, c'est pas comme ça qu'ils vont gagner, si elle arrive pas à en mettre un seul dans un verre. Junko ne répond rien alors, et la laisse retenter. Le silence se fait au sein du groupe de garçons, même si on sent les regards et sourires amusés. On n'est pas certain qu'elle va le mettre celui-là.
Jun retient sa respiration en même temps qu'Arizona, lorsqu'elle lance.
Soupire de soulagement, lorsque la balle rentre enfin dans un ploc magistral. Il laisse sa tête partir en arrière, puis observe les autres lancés de la jeune femme. Ah ça y est, elle se dévoile pas trop nulle finalement. Elle enchaîne les verres, et un sourire carnassier prend place sur le visage de Junko alors qu'elle lui tire le bras et sautille comme une enfant à ses côtés. Le regard brun du jeune homme glisse sur elle alors qu'il attrape sa main toujours posée sur son bras nu, partageant son excitation.

« Alors? pas mal hein? il me fallait juste un peu d’échauffement! »


« J'ai bien cru que tu les mettrais jamais ! » Pique joueuse. « T'as plus qu'à faire pareil pour de vrai maintenant. »


On remet en place les verres, et la partie peut commencer. En face, un pote et son meilleur ami. Junko fait craquer ses doigts. Il est prêt à en découdre. Pourtant, il a encore quelques doutes sur les capacités d'Arizona. Après tout, même si elle a enchaîné les bons lancers, elle a tout de même fait l'inverse juste avant. Mmmh, mais il pense avoir trouvé de quoi la motiver.

« Je te propose un petit jeu rien qu'entre nous deux. » Junko laisse ronronner les mots sur sa langue. « Celui qui met une balle a le droit de poser une question rhétorique à l'autre. Oui ou non. Mmh ? Partante ? »


Il n'attend pas sa réponse et rivant ses yeux sur les verres adverses, lance sa balle.
Elle plonge dans la bière d'un poc victorieux.
Sourire de vainqueur lancé à Arizona, soulèvement de sourcils. De l'autre côté, on râle et on boit ce cul-sec.

« Je commence, du coup. » Junko marque une pause, le temps de penser à sa question. « Tu vois quelqu'un en ce moment ? » Eh, sait-on jamais s'il est l'amant à cacher dans le placard.

Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Sam 16 Déc 2023 - 20:23


Si Junko Fushita est joueur, Arizona Williams l’est bien plus encore! Cette compétition l’excite, ça la stimule et le brasier dans ses yeux brûle encore plus fort. Le japonais semblait aussi satisfait de la réussite de sa partenaire, bien qu’un peu laborieuse. le jeu allait pouvoir commencer et Arizona était bien décider de gagner, déjà parce qu’elle détestait perdre et en plus elle voulait que Junko soit fier d’elle, Arizona voulait qu’il continue à ne voir que par elle, qu’il garde la même lueur dans les yeux lorsqu’il posait le yeux sur elle. Et la petite brune savait très bien que la victoire lui donnerait encore plus de crédit à ses yeux, de toute façon ce n’était pas dans sa nature d’être la jeune fille fragile qui attend sagement que l’homme gagne tout pour elle. Elle voulait être actrice dans cette compétition et partager le rôle principal avec Junko!

Pour rajouter un peu de piment au jeu et sans doute pour les rapprocher davantage, Junko lança un petit défi personnel à Ari, ils auront le droit de poser une question à l’autre à chaque point marqué. Elle adorait l’idée et Junko  s’en doutait car il commença avant même d’entendre sa réponse. Il vise et marque d’entrée. il lui demande alors s’il elle voyait quelqu’un en ce moment. Ari le regardait ne pouvant s’empêcher de se mordre un peu les lèvres, marquant un temps avant de répondre. ça l’amusait. Mais dans le fond elle était contente qu’il lui pose. Est-ce que ça voulait dire qu’il voulait la voir à l’extérieur, après cette soirée. elle le regarda alors intensément avant de répondre.

“non,personne”


c'était au tour de leur adversaire de lancer, évidemment tir parfait. Ari prit les devant et bu l’intégralité du gobelet d’une traite. l’alcool commençait doucement à lui monter à la tête, il fallait qu’elle se calme sinon elle ne serait plus en mesure de viser correctement. justement c’était à son tour de viser, elle se concentra avant de lancer et faire atterrir la balle dans le gobelet d’en face. Petit saut de joie

“Yes!!”


Le sourire au lèvre elle lança un regard à Junko qui semblait tout aussi satisfait, elle savait déjà quelle question elle allait lui poser. “t’aime pas partager?” Cette question faisait directement écho à celle de Junko. Allait-il se défiler ou allait-il répondre sincèrement. est-ce qu’il la voulait tout entière rien que pour lui ou alors tout cela lui importait peu. Elle écouta attentivement sa réponse mais c’était déjà aux autres de jouer. manqué! au moins elle n’allait pas devoir boire une nouvelle fois cette bière bon marché. Au tour de Junko maintenant et….il manqua sa cible, ce n’était pas bien grave mais Ari le regardait quand même assez étonnée : l’alcool? un manque de concentration? une vision troublée? elle ricana “ ooooh comment t’étais grave à coté!” dit-elle avant de rire encore une fois, toute dent dehors. Néanmoins elle se calma un peu, il ne fallait pas qu’il se décourage. Alors elle s’approcha tout doucement de lui, une de ses mains alla se poser sur le bras de Junko, l’autre se posa délicatement sur la mâchoire du jeune homme. Elle se hissa sur la pointe des pieds vers son visage, ses lèvres s’élevèrent jusqu'à l’oreille du japonais.

“Si on gagne je te promet une petite surprise…” puis ses lèvres glissèrent le long de son cou, presque en le frôlant, mais Ari savait que Junko pouvait quand même les sentir contre sa peau. Ses pieds retrouvèrent leur place initiale et Arizona. Arizona rangea son costume de petite cachotière pour revêtir celui de compétitrice acharnée. “En plus si tu rates tout, tu ne pourras plus me poser de question! Et je ne veux absolument pas perdre!”


Les adversaires ne faisaient pas mieux puisqu’il loupèrent encore leur coup. l’alcool les avait déjà bien abimés visiblement. Mais ça arrangea pas mal Arizona qui pouvait montrer à tous les mâle de l’assemblé que la victoire était entre les mains d’une femme! nouveau lancé et nouvelle réussite pour Arizona Williams. nouveau petit saut, dévoilant pas la même occasion son anatomie.

“Yes! T’as vu Jun! Si on gagne ça sera grâce à moi! Ahahahaha!”


on était bien loin de l’image de la femme fatale de tout à l’heure mais elle se sentait bien, on pouvait lire le bonheur sur son visage mais il y avait toujours un brun de séduction dans son regard lorsqu’elle se tournait vers Junko. Elle le trouvait de plus en plus beau, de plus en plus attirant et elle savait que ce n’était pas à cause de l’alcool.

“Tu crois au coup de foudre?”


Elle voulait le taquiner, le pousser dans ses retranchements, les réponses qu’elle avait eu sur le toit ne lui avait pas suffit et elle savait que ce n’était que lors de ce type de jeu qu’elle pouvait lui poser de vrai question. Évidemment elle ne voulait pas le mettre mal à l’aise devant ses amis alors elle lui avait dit à voix basse en s’approchant de lui. De son côté, Junko allait-il jouer le jeu?


Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Dim 17 Déc 2023 - 2:56
Yeux dans les yeux, c'est comme s'ils se dévorent déjà nus. L'un et l'autre, ils savent, ils sentent. Aucun ne cille, aucun ne veut baisser les yeux, et tous les deux apprécient autant l'un que l'autre cette proximité et cette excitante complicité née du jeu de la séduction entre eux. Junko ne rate rien de ce qui se passe devant lui, de la façon dont elle le tease en se mordant la lèvre réfléchissant à la réponse à donner alors qu'elle est évidente. Il plonge avec délice dans ses iris qui sous les lumières de la boîte prennent des teintes aux couleurs multiples.

« Non, personne. »


Un fin sourire étire lentement les lèvres de Jun' alors qu'il ne la lâche pas de yeux. On lance de l'autre côté, et un ploc familier se fait entendre. Le grand japonais décroche ses yeux de ceux de la jeune femme. Egalité encore, la partie ne fait que commencer. Arizona, toute de feu, boit cul-sec la demi pinte qu'ils ont perdu. Elle ne perd pas de temps et se concentre pour viser. Elle ne met pas longtemps à tirer, sous l'œil aiguisé de Jun'. Elle tire et elle marque. Yes, ça c'est bon, ça !!
Ils partagent la même joie, chaque petite victoire est un pas vers une plus grande. Alors qu'elle sautille d'une joie explosive pour fêter son tir gagnant, Jun' ne peut pas s'empêcher de glisser une main dans le creux de sa taille et de s'exclamer comme elle. Il lance en face, à son meilleur ami, un regard rempli de provocation et ce dernier le lui rend bien. Mais déjà, Arizona se tourne vers lui et leur regard se croise de nouveau alors qu'il se tient proche d'elle, son torse frotte presque à son dos et sa main est toujours posé sur la naissance de sa hanche.

« T'aimes pas partager ? »


« Je ne partage rien. » répond-il sans attendre, toutes dents dehors dans un grand sourire de vainqueur.


Junko soutient son regard avec autant d'intensité qu'elle. Mais voilà, c'est à lui de jouer, et ils ne peuvent certainement pas passer la nuit à se regarder ainsi, même si tout d'un coup, il boufferait bien sa bouche. S'ils étaient seuls. Les garçons s'impatient, il entend même un sifflement et son meilleur pote le provoque. Jun prend une balle, et relâche le jeune femme : il a besoin de sa main gauche pour tirer. Il ne prend pas trop le temps de viser et quand bien même, il est déjà pas mal alcoolisé. Après tout, il a quand même quelques shots et quelques bières en plus dans le bide que la demoiselle à côté de lui, et même s'il tient bien l'alcool à force de sortir tous les week-ends eh bien, Junko a quand même ses limites. Ça ne loupe pas, la balle rebondit sur le coin d'un verre mais n'y rentre pas.
Bah ça...?

Arizona ne perd pas cette occasion de se moquer de lui et sa fierté en prend un coup, quand même.

« Ooooh comment t’étais grave à coté! »


« Tu mitonnes tellement ! J'ai touché le verre ! » râle t-il de revêche, sourcils froncés.


Junko se tourne vers elle, bien décidé à ne pas la laisser le rabaisser comme ça devant ses potes. Il manquerait plus que ça, tiens. Mais la gaijin a une autre idée en tête et il sent ses doigts accrocher sa mâchoire et le maintenir ainsi alors qu'elle se glisse à son oreille. Jun' ne bouge plus d'un pouce et toute idée de la remettre à sa place a disparu subitement de son esprit. La vérité, il réfléchit plus du tout là.

« Si on gagne je te promet une petite surprise… »


Il ne peut pas retenir le frémissement soudain qui fait lever les poils sur sa peau. Elle glisse, pour s'échapper, effleure son cou et il ne sait plus s'il doit continuer de jouer à ce jeu débile ou la traîner jusqu'aux toilettes du bar pour la soulever en bonne et due forme. C'est un vide intersidéral qui prend place dans sa tête, et ce sont ses instincts qui veulent parler. Junko tourne la tête vers elle, prêt à attaquer de front. Mais elle rallume les connexions synaptiques et réveille de nouveau la bête de compétition qui s'était bizarrement endormie en lui.

« En plus si tu rates tout, tu ne pourras plus me poser de question! Et je ne veux absolument pas perdre! »


Oui, pas perdre. Ça c'est des mots qu'il aime bien. Pas perdre pour avoir la surprise. La surprise. Ouais.
Putain, Junko concentre toi. Tac, toc, la balle rebondit sur la table sans atterrir dans un de leurs verres. Le beer pong, oui. Gagner. Oui, voilà. Concentré. Focus. La regarde pas. Elle lance, elle marque. Elle saute. Il la regarde. Il... Oh merde. Elle a sauté trop haut, trop vite, et son pull n'a pas suffi malgré qu'il soit trois fois trop grand pour elle.
Junko cligne des yeux. Il y voit plus très clair. Il sait pas si c'est l'alcool ou cette meuf.

« Yes! T’as vu Jun! Si on gagne ça sera grâce à moi! Ahahahaha! »


Allez, Jun'.
Il se reprend, se redresse, lui offre un grand sourire.

« C'est juste ta bonne étoile ça. » lui répond-il, sachant très bien qu'en vérité elle est douée. Il en profite pour remettre doucement son sweat correctement dans le dos de la jeune femme, qui s'est accroché à la robe crème et dévoile un peu trop de choses à son goût à des regards indiscrets qui ne sont pas le sien.


Arizona rayonne littéralement et il ne sait dire pourquoi elle l'intrigue autant. C'est juste une autre meuf, parmi les meufs après tout, nan ? Non ?
Il n'arrive pas trop à savoir quoi penser de tout ça mais il s'amuse beaucoup. Il a déjà hâte de la retourner dans des draps, malgré l'alcool qui lui monte à la tête et la très probable gueule de bois au réveil. Il n'est pas certain d'avoir envie de dormir cette nuit. En tout cas, pas en sa compagnie. Il a surtout très envie de faire autre chose avec elle. Elle est encore plus belle quand elle joue pas à faire la pétasse. Plus attirante. Plus électrifiante. Elle est dynamisante et Junko se laisse avec plaisir prendre dans son énergie.

« Tu crois au coup de foudre? »


Jun darde ses yeux dans les siens, encore. Toujours. On joue en face, on marque. C'est à lui de boire. Sans quitter Arizona des yeux, il s'enfile le verre, puis le pose d'un claquement sur la table.

« Non. »


A lui de jouer maintenant.
Elle a marqué deux fois, et lui qu'une. Ça va pas du tout ça. Il faut se reprendre et c'est sérieux. Son meilleur ami en face le regarde avec un air de "Je sais ce qui se trame, bro". Son air idiot là. Ils ont un sourire complice alors que Junko s'apprête à tirer et que son ami le provoque d'une pique adéquate. 1, 2,... Il marque.

« Ha ! Cheh ! C'est le karma ça, mon bro ! » s'exclame t-il à l'attention de son pote. « Allez cul-sec, et boit tout ! »


Junko est refait. Le voilà de retour sur scène, en premier plan et au premier rôle. Eh.
Mais il n'en oublie pas son petit jeu personnel avec Arizona. C'est à lui de lui poser une question et il jette ses yeux bruns sur elle. Elle est vraiment de plus en plus belle. Ou bien, il est de plus en plus alcoolisé et ça fait son effet... Ouais, ça doit être ça.

« Je te fais peur ? » demande t-il, dans son grand sourire qui commence sûrement à devenir familier à la jeune femme.


Junko sait qu'elle n'a pas peur. Elle est trop fière, trop téméraire pour l'avouer si c'est le cas. Il n'est pas certain qu'elle sache dans quoi elle s'est embarquée en le côtoyant toute une soirée. Et Jun' sait que si lui la bouffe du regard, elle fait tout pareil. C'est serré entre eux. On ne sait plus trop qui tient les rênes de ce jeu de séduction. Et ce flirt commence sérieusement à jouer avec ses nerfs aussi. Il espère bientôt pouvoir sortir d'ici et se retrouver seule avec elle. Pas pour compter des perles.
En face, on lance et on rate. C'est de nouveau à Arizona de jouer.

Junko repasse derrière elle, et se permet de replacer les cheveux châtains et longs dans son dos, de ses deux mains, d'un geste doux et habitué. Après tout, il a les cheveux longs lui aussi, et deux soeurs. Le dos de ses doigts frôlent quelque peu la peau du dos d'Arizona, mais il ne s'en fait pas. Le but n'est pas de la déconcentrer mais de dégager son champ de vision. Il lâche sa belle chevelure ondulante une fois qu'elle est bien à sa place.

« Allez, fais moi rêver, Arizona. » lui dit-il, mains dans les poches en regardant les verres en face d'eux, derrière la jeune femme.

Arizona Williams
Personnel ; assistante sociale
Arizona Williams
■ Age : 32
■ Messages : 374
■ Inscrit le : 21/09/2023


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre/Zone n° : Zone 3
❖ Arrivé(e) en : Début Avril 2018
Arizona Williams

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Dim 17 Déc 2023 - 13:04


Ce petit jeu n’allait pas pouvoir durer très longtemps, tous les deux le savaient très bien, leurs corps étaient comme aimantés l’un à l’autre. Chaque geste de sa part, chaque toucher, chaque provocation et chaque mot étaient une façon de briser petit à petit la barrière, de baisser leur garde. À chaque regard elle ne voyait que lui, à chaque touché elle avait l’impression de fondre et les grandes mains de Junko ses hanches lui donnaient mille et une idées de comment il pouvait malmener son corps à elle. Elle ne voyait presque plus les deux adversaires qui leur faisait face. Junko ne voulait pas la partager? très bien, elle serait tout à lui. il ne voulait pas que les autres la mate? très bien alors lui il pourra admirer chacune des parties de son corps. Il avait envie de la toucher? il allait pouvoir s’en délecter très bien.

L'ambiance était légère, tout le monde s'amusait, pourtant à l’intérieur d’Ari il y avait un volcan prêt à entrer en éruption et Junko le savait, il pouvait le sentir. Elle ne voyait plus rien d’autre que lui et leurs adversaires avaient disparu depuis longtemps de son champ de vision. Elle ne voulait qu’une chose en finir avec ce jeu et partir loin d’ici. et visiblement c’était bientôt terminé, il leur restait deux vers à éliminer sur la table d’en face et de leur côté encore trois. mais avant ça elle devait répondre à la question de Junko. Est-ce qu’elle avait peur de lui? les sourcils de la jeune femme se relevèrent et elle sourit. elle ne répondit pas tout de suite, fixant le japonais dans les yeux puis redescendit sur sa bouche, son torse et plus bas encore… avant de relever son regard sur les yeux noisettes de Junko.

“non.”


Arizona n’était pas si naïve et Junko était exactement celui dont il avait l’air: un ado fauché et une fréquentation peu recommandable, elle savait également que toute les rumeurs sur lui étaient vraies. Il avait l’air d’avoir un sale caractère et d’être assez autoritaire. C’était un sale type. pourtant, pourtant il y avait quelque chose…quelque chose qui faisait oublier tout le reste à Ari, alors elle n’avait qu’une envie c’était de foncer tête baisser. Elle le savait, elle le sentait cet homme n’était pas juste ce qu’il semblait être, même lui ne semblait pas en avoir conscience.



en face c’était encore loupé. décidément c’était presque à se demander s’il ne faisait pas exprès, heureusement le véritable jeu était ailleurs. à son tour de tirer maintenant, plus que deux lancers et la victoire serait pour eux. Junko s’approcha pour remettre les cheveux d’Ari en place dans son dos, pour qu’elle soit plus confortable pour tirer. Un geste doux, presque tendre dont il n’avait pas fait preuve jusqu’ici. quoique, lui donner son pull en était un aussi. Elle sentit un léger frisson lui parcourir l'échine au contact des doigts de Junko sur son dos. Ce n’était pas le moment de se déconcentrer, la petite brune ferma les yeux et prit une grande inspiration, les encouragements de Jun lui donnèrent un peu plus de courage encore. plouf! cible atteinte, sous les regards dépités des deux comparses d’en face.

Arizona jubilait intérieurement mais resta étrangement calme à l’extérieur, elle avait autre chose en tête. Elle se tourna vers junko, appuya un peu son fessier sur la table pour prendre appuie dessus. Puis l’une de ses mains alla chercher celle du grand brun pour l’attirer doucement vers elle. très très proche d’elle. Les jambes d’Arizona s’écartèrent un peu pour accueillir celle de Junko, réduisant encore plus la distance entre elles. Elle guida la main de Junko avait la sienne jusqu'à son visage pour caresser sa joue et la mener jusqu’à ses lèvres pulpeuses. Les doigts du jeune homme s’attardèrent sensuellement sur la bouche de l’américaine. Arizona souhaitait lui donner un avant goût de ce qu’il allait pouvoir goûter plus tard dans la soirée. De son côté, ce petit jeu ne faisait que monter la température qui était déjà bien élevée en elle.

“T’as envie de moi?”


Elle connaissait déjà la réponse, mais elle voulait avoir la satisfaction de l’entendre dire. c’était grisant et exaltant pour elle. Son groupe de copines s’était rejoint à l’attroupement autour de la table, certaines de ses amies connaissaient les potes de Jun et tout le monde commençait à bien discuter. Arizona était contente, elles allaient arrêter de la chaperonner comme ça. tout le monde semblait heureux, sauf Mariko qui continuait à la regarder avec un regard noir, sans trop savoir pourquoi. Ari ne savait pas encore que son amie avait du mal à cacher sa jalousie, elle allait le comprendre très vite car après cette soirée Ari n’aurait plus jamais de nouvelle de Mariko.

C’était au tour de leur adversaire, Ari reprit donc sa place initiale. Cette fois ci, ils avaient réussi. Arizona était contente, ça permettait de garder un peu de suspens sur l’issue de jeu. c’était à son tour de boire et autant dire que là elle était un peu moins ravie. Elle grimaçait déjà à l’idée de vider l’intégralité du gobelet. Elle tourna ,un peu soucieuse, vers son partenaire.

“On le boit ensemble? j’assume moyen là…”


Elle bu quelques gorgées, non sans difficulté, avant de le tendre à Junko. d’ailleurs c’était à son tour de lancer. La victoire n’était plus qu’à un tir, il ne pouvait pas rater ça! elle se glissa près de lui avec beaucoup de malice “Tu peux pas le rater celui là Jun! Fais nous gagner!” Arizona retenait sa respiration, fixant l’ultime gobelet. Le suspens était insoutenable, d’ailleurs tout le monde autour retenait son souffle. et puis….Plouf! dans un cri de joie Arizona sauta dans les bras du vainqueur.

“YEEEES!!!!! On a gagné!!!” ses pieds ne touchaient plus le sol, “T’es pas si nul en faite!” euphorique, elle ne pouvait s’empêcher de faire de grands gestes pour que tout le monde les acclame. Ce n’était qu’une partie de beer-pong mais une victoire, restait une victoire peu importe l’enjeu. Toujours dans les bras de Junko, elle prit le visage du jeune homme entre ses petites mains, elle le regardait avec un sourire sincèrement heureux d’être ici à ce moment même avec lui, dans ses bras. et elle n’aurait voulu ne jamais quitter cet endroit et que cet instant de joie intense ne finisse jamais.

Arizona n’avait qu’une envie, c’était de l’embrasser ici et maintenant. Malheureusement elle sentait toujours dans dos les yeux de son amie la fusiller, alors elle était un peu mal à l’aise et puis…elle avait promis une surprise au vainqueur, il méritait bien plus qu’un baiser voler dans un moment d’euphorie. Elle voulait lui offrir le baiser de sa vie. Alors ses pieds regagnèrent la terre ferme, elle prit Junko par la main et s’éloigna du groupe qui était déjà repartie dans une ambiance festive.


Ari et Junko s’éloignèrent de la foule, le bar avait déjà commencé à se vider. Arrivée à un endroit plus calme, Ari s’adossa à un mur, junko face à elle, sa main toujours dans la sienne. ça lui faisait bizarre d’être au calme d’un coup. là ils étaient vraiment que tous les deux. elle le regardait en souriant avec beaucoup de douceur. et le visage de Junko était incroyablement doux lui aussi. Elle ne savait pas si c’était la victoire ou la situation mais son coeur battait extrêmement vite et sa respiration se faisait de plus en plus haletante, le regard perçant de Junko la mettait à nue et elle avait l’impression qu’il pouvait voir qui elle était vraiment. Alors, comme vaincu, elle baissa les armes, pour son plus grand plaisir. Elle ne lui laissa même pas le temps de poser sa dernière question.

“Félicitation monsieur Fushita, vous avez gagné.”


Elle se hissa jusqu’à lui pour poser ses lèvres sur les siennes, délicatement et avec beaucoup de douceur. Ses mains allèrent se poser sur le visage de Junko et le caresser avec autant de délicatesse.sa langue rencontrait doucement sa jumelle et elle commencèrent sagement à faire connaissance. Le baiser dura un moment de cette façon, ce fut comme un moment d’extrême douceur suspendu dans le temps, des caresses légères, des regards tendres, des sourires amusés. Mais au fur et à mesure Junko parcourut le corps de la belle avec ses mains brûlantes et pleine d’envie, touchant des endroits propice à l’éveil du volcan, le feu d’Arizona se réveilla de nouveau.

À ce moment-là, le baiser devint beaucoup plus ardent et sauvage, Junko ne se gênait plus et laissait ses mains se balader sous le pull. Ari elle n’était pas en reste non plus puisqu’elle se mit à torturer le cou du pauvre jeune homme. tout son corps le désirait avec une tel puissance que de le faire ici et maintenant n’aurait pas déranger la jeune femme. et leur deux corps ne pouvait plus attendre. et alors que ses mains s'agrippaient au dos du japonais et qu'elle continuait de l’embrasser s’amusant un peu à mordre les lèvres de son amant, elle essaya de se calmer un peu. Fiévreuse, elle décolla ses lèvres des siennes.

“Allons chez moi.”


Arizona n’habitait déjà plus avec ses parents. Elle avait un besoin d’autonomie, même si elle avait de très bonnes relations avec eux. Elle adorait son père, c’était une vraie fille à papa, même chose pour sa mère avec qui elle était très complice. Arizona avait reçu une très bonne éducation et son ouverture d’esprit et sa tolérance elle le tenait de ses parents qui lui avait toujours appris à ne faire aucune distinction entre les gens et de traiter tout le monde de la même façon. Pour autant, même si ses parents étaient de bonnes personnes, Arizona restait une gosse de riche et ses parents lui payaient une partie de son loyer. Son appartement était situé dans le quartier résidentiel chic de Nakameguro. Elle travaillait en dehors de ses études mais ça n’aurait jamais été suffisant pour se payer un appartement dans ce genre de quartier.

Arizona quitta le bar, main dans la main avec Jun, un peu signe à ses copines en partant. Désolée les girls mais la vengeance ça sera pour une autre fois. Finalement elle n’était peut-être pas si différente des autres il avait réussi à l’avoir elle aussi. cette pensée la piqua un peu, mais elle se forçait à oublier, ce n’était pas le moment de se torturer l’esprit. Le uber arriva et elle prit place à l'intérieur, toujours accompagnée de Junko. “on en a pas pour longtemps ce n’est pas très loin” Elle aurait aimé discuter un peu dans la voiture, en apprendre plus sur lui, mais en quelque seconde elle s'endormit contre le torse du jeune homme. signe que finalement elle se sentait bien près de lui.

Citation
Junko Fushita
A l'université ; 3è année
Junko Fushita
■ Age : 28
■ Messages : 269
■ Inscrit le : 03/12/2023

■ Mes clubs :
[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko GaL06Ls [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko T3WrGva


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre/Zone n° : U-107
❖ Arrivé(e) en : Fin Juin 2018
Junko Fushita

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Dim 17 Déc 2023 - 22:15
Tous ses sens semblent s'être donnés le mot ce soir, cette nuit. Son oreille brouille la musique et le chamboulement de la foule, il n'entend même plus la voix de son meilleur ami qui n'est plus qu'un écho relatif dans son esprit. Il a le poil tout hérissé d'une sensation longuement recherchée, d'un frisson longtemps espéré, si rarement vécu, et si ce n'est ni désir ni luxure, ce n'est même pas par un nom qu'il répond mais par un adjectif qui sonne et résonne dans son cœur : vivant. Sa vision troublée par l'alcool le dirige entièrement vers une seule et unique cible. Un seul point focus qui concentre l'entièreté de son attention. Un seul et unique sourire, éclatant comme un soleil. Un seul et même visage, qui illumine comme le plafond d'étoiles au-dessus de Tokyo. Elle l'appelle. Il sent qu'elle l'appelle. Autrement que par son nom, elle appelle en lui quelque chose qu'il pensait enfoui à jamais. Elle est sa boîte de Pandore et il n'ose pourtant pas l'ouvrir, persuadé qu'il en perdrait sa raison, apeuré par ce qu'il pourrait y voir. Elle est comme une putain de dernière cigarette, qu'on fume jusqu'au dernier brin de tabac en se disant "la der des ders", une petit Gitane, une Mademoiselle. Une putain de cigarette qui vous laisse un goût de reviens-y dans la bouche.
Dans le ventre.
Dans la tête.

Chaque regard est un défi à relever, chaque regard veut dire "Attrape moi le premier" et encore "Maintenant ou jamais" mais aussi "Je t'interdis". Et dans chacun de ses regards, il se coule avec délice comme dans un bain trop chaud, ou trop froid. On a du mal à y rentrer, mais une fois qu'on y est, on ne veut plus en sortir. Lorsqu'il plonge tête la première dans ses yeux couleur cannelle, couleur du soleil qui tombe à l'horizon d'une mer agitée, couleur d'une forêt à l'automne embrumée sous un orage grondant, couleur du désert américain lorsque la pluie l'a rendue plus sauvage qu'il ne l'est déjà, couleur de son cœur, couleur dans son cœur, couleur qu'il veut peindre partout où il ira, couleur qu'il veut brandir comme si elle est sienne. Elle le sera.

Couleur de son cœur, qui se penche à ses lèvres lorsqu'elle joue avec les siennes. Il ne sait plus trop comment ni quand, mais ils sont maintenant si proches qu'il se laisse rouler dans le sable de ses yeux, et dans le creux grandissant d'un besoin de la posséder. Elle sera sienne.
Le toucher le fait frissonner, et il frissonne encore plus fort d'une chaleur enivrante qui le couvre. Arizona. Oh, Arizona.

« T'as envie de moi ? »


Oh, Arizona... Si tu savais, Arizona.

« Qui n'aurait pas envie de toi dans ces conditions ? »


Il referme la boîte, d'un coup d'un seul.
Elle claque presque sur ses doigts et il se maudit d'en écouter les murmures ensorcelants, ce chant de sirène qui s'accoquine à ses oreilles et fait chanter en chœur son esprit. Pandore, ce n'est pas pour ce soir que tu auras son cœur. Maudite sois-tu pourtant, et le sais-tu toi-même ? à se frotter si près de toi, à jouer avec ton feu comme l'invincible, comme l'inlassable, c'est ton épine qui l'a piqué. Ce n'est pas ce soir que tu auras son cœur. Et pourtant.

Pourtant, tout son corps lui répond "Oui." Bien sûr qu'il a envie d'elle.

Elle vit devant lui, s'échappe à son contact, mais pas à son regard. Il ne perd rien de ce qu'elle fait. Il ne regarde plus rien d'autre qu'elle. Lorsqu'elle saute sur ses jambes, et reprend son air concentrée, la flamme de la compétition tirant ses traits dans une expression guerrière. D'aucun aurait été intimidé, mais Junko la trouve juste belle. Sous son sourire amusé, c'est une balle qui est jouée contre leur camp. Le jeune homme ne suit plus grand chose, à vrai dire il n'a plus qu'une idée en tête : se tirer d'ici le plus vite possible. Avec elle.

« On le boit ensemble? j’assume moyen là… »


Junko hoche juste la tête dans un fin sourire, et finit le verre de la demoiselle. Il peut comprendre et il n'a certainement pas envie qu'elle soit malade durant leurs ébats. Durant leur... Ha. Ça lui parait si loin et si proche tout en même temps. Il se sent coincé ici, il voudrait partir. Partir avec elle, s'enfuir. S'enfouir dans ses cheveux, dans sa peau, dans sa chair. S'enfouir dans ses couleurs.
C'est lui, qui détient la clé de sa propre liberté. La balle roule dans sa main, entre ses doigts. Jun' doit tirer. Jun' doit viser juste.

« Tu peux pas le rater celui là Jun! Fais nous gagner! »


Alors Destin, qu'est-ce que t'en penses, toi ? Maintenant ou jamais ?
Et Destin répond.
La balle tombe dans le verre. Arizona tombe dans ses bras.
Il tombe un peu plus fort dans son cœur.
Elle l'a appelé Jun.

Un grand sourire prend place sur le visage de Junko alors qu'il la soulève à son tour pour s'éviter un torticolis à la laisser se pendre à sa nuque. Ses mains passent sous les cuisses de la jeune femme et il les guide autour de sa taille, pour ensuite, bizarrement et si étrangement, les placer à quelques endroits pudiques à la naissance de son fessier. Le visage si proche du sien, si proche. Si proche qu'il peut sentir son parfum. Elle sent la fleur, la fleur sauvage esseulée dans un bois ancien. Elle sent la fleur sauvage à la fragrance détonante. Mais aussi un doux mélange de sucre et de miel, elle sent bon la mer, elle sent bon le ciel. Elle sent la liberté. Pandore lui tend sa boîte. Ouvrira, ouvrira pas ?
Junko rit avec elle, célèbre leur victoire. Yeux dans les yeux. Il l'embrasse déjà, dans sa tête. Dans sa tête, elle est déjà sienne.

Elle le fait rire, à en faire des caisses, perchée sur lui. Il est tout de sourire, et il ne sait plus si c'est vraiment lui qui est présent à cet instant. Est-ce que c'est vraiment lui, là ? Il se sent si léger pourtant. Ce doit être l'alcool, tout simplement.

Regard croisé, et il lit dans celui de son Arizona -parce qu'elle est déjà sienne, je vous ai dit- un trouble passager, une indécision vite chassée. Elle met pied à terre de son chevalier pas bien servant, plutôt mercenaire qu'à la botte du roi, et d'une main le guide hors de la foule et des yeux indiscrets. Ce n'est bientôt plus qu'elle et lui. Il a si hâte.

Mademoiselle s'adosse à un mur, Mademoiselle lui fait face. "Viens prendre une bouffée de tabac" a t-il l'impression qu'elle lui dit. Il s'approche avant même qu'elle ne parle, qu'elle ne glisse quelques mots. Ils sont proches de nouveau. Il veut l'être encore plus. Il vit dans l'intensité de son regard. Dans l'immensité de ce plafond d'étoiles jetées sur ocre orangée et bois d'automne.

« Félicitation monsieur Fushita, vous avez gagné. »


Les mots murmurés sont rapidement étouffés par le contact doux de ses lèvres contre les siennes. Junko ne ferme pas les yeux. Il veut la voir, il veut tout voir. Tout ressentir, tout vivre. Tout enregistrer dans sa cabane à souvenirs. La façon dont elle se tient, le mouvement de ses cheveux doux et ondulés, le langage que parle sa langue sur la sienne, et celui chuchoté par son regard, celui chanté par ses mains de magicienne. Et lui aussi, commence à lui apprendre son langage. Il se fait plus demandant, plus imposant. Il se fait plus envieux encore, il a l'impression d'avoir attendu si longtemps. Oh, Arizona, Arizona. Il la soulève, après avoir soulevé son pull noir, la fait glisser contre le mur et trouve appui entre ses jambes. Cette fois-ci, pas de chichi, la paume de ses mains trouve refuge sur le fessier de la brune.
Arizona.

L'échange diplomatique est un franc succès. Mademoiselle invite. Il accepte d'un sourire, tout de même un peu frustré de devoir encore attendre. Il n'a pas un regard pour ses potes, toute son attention est concentrée sur une seule et même personne. Elle le mène à la baguette, le tire par la main et il se laisse complètement faire. Quelque part, il sait qu'il a doublement gagné ce soir. Il a droit au traitement du vainqueur, après tout. Ne pas réfléchir en fait partie.
L'attente pour le taxi est longue, ou courte, il ne sait plus. Le temps se distend à la mesure de ses sensations qui s'intensifient. Elle réveille en lui une flamme que l'on pensait éteinte, depuis longtemps.

La porte du uber se referme et le silence les couve. Il n'y a plus que le murmure du moteur. Junko a mis son cerveau sur pause. Il ne dit plus rien, ni ne veut plus penser. Il n'entend pas les quelques mots d'Arizona, avant qu'elle ne s'endorme contre lui. Le trajet n'est pas long, il pense, il croit que c'est ce qu'elle a dit. Jun' porte ses yeux sur les lumières de la ville. Ils s'enfoncent dans Tokyo. Tokyo les prend. Tokyo les emprisonne.

Et plus tard, alors que le soleil se lève sur la capitale nipponne, c'est de peau, d'odeur, d'ongles, de dents, de lèvres, qui les emprisonnent. La nuit ne s'arrête pas. Ils l'emportent avec eux dans leur duel qui se transforme rapidement en alliance. Voilà qu'ils concluent un pacte, marqué du sceau de leur prénom murmuré à l'oreille l'un de l'autre, crié parfois, et qui rebondit au plafond pour se loger plus profond encore l'un dans l'autre. Junko n'a jamais vécu ça. De toutes les filles qu'il a connu, il n'a jamais vécu ça.
Pandore lui tend sa boîte et il entrouvre, il hésite. Il garde la main posé dessus, négocie. Pandore lui murmure que c'est trop tard. Il s'y refuse.

Oh, Arizona.
Il se perd dans ses couleurs, il peint tout son corps avec et plus encore. Il peint leur univers et la voit peindre avec les siennes. Quelque part, il a peur. Quelque part, il est heureux.
Il est vivant.

Elle s'appelle Liberté. Elle s'appelle Arizona.
Elle s'appelle reviens-y, autant que Gitane ou Mademoiselle. Elle s'appelle dans une extase partagée, alors qu'il s'abandonne complètement à elle. Cette nuit du 14 février 2013, à Tokyo, Nakameguro. Cette nuit qui reviendra le hanter, chaque fois qu'il fautera avec elle, chaque fois qu'il se rappellera d'elle.

***

Junko tapote deux fois sur l'écran de son téléphone. 11h23. Il s'est réveillé avec difficulté, mais ne retrouve pas le sommeil. Sur le ventre, il peut sentir contre lui la chaleur d'une Arizona sauvage. Il a mal au crâne. Il se lève doucement, en s'étirant. Il ne fait pas de bruit, il ne voudrait pas réveiller le félin qui dort dans le lit encore. Il darde ses yeux sur elle, refuse toute pensée un peu trop naïve qui veut prendre racine dans sa tête.
Junko s'habille discrètement. Il trouve de quoi faire du café et pendant qu'il coule dans le silence de l'appartement, il trouve aussi de quoi écrire. Quelques chiffres qui se suivent, et un "Pourquoi pas ?". Un léger sourire vient tirer sa lèvre sur son visage fatigué. Il a encore la sensation de sa bouche sur la sienne. Il sent encore son parfum. Tout ici sent elle. Jun' glisse ses yeux partout et imprime tout dans son esprit.

Dans le silence de l'appartement, il referme la porte derrière lui, après un dernier regard vers le lit.
De lui ici, il ne reste que son pull noir qu'elle a porté durant cette nuit du 14 février 2013, et un numéro de téléphone griffonné près d'un café chaud.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

[TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko Empty Re: [TERMINE][FB TOKYO] Chapitre I PV.Junko

Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum